WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Diagnostic environnemental de la gare routière (pollution atmosphérique par TSP et métaux lourds)


par Abdellah SBARGOUD
Université Mouloud MAMMERI TIZI-OUZOU - Ingénieur d'état en Ecologie et Environnement 2009
Dans la categorie: Biologie et Médecine
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

    REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

    MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

    UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

    FACULTE DES SCIENCES BIOLOGIQUES ET DES SCIENCES AGRONOMIQUES

    DEPARTEMENT DE BIOLOGIE

    En vue de l'obtention du Diplôme d'Ingénieur d'Etat en Biologie

    Spécialité: Ecologie Végétale et Environnement

    Option: Pathologie des Ecosystèmes

    Sujet

    Diagnostic environnemental de la gare routière de Tizi-Ouzou : Détection de la pollution métallique d'origine

    Automobile.

    Présenté par :

    SBARGOUD Abdellah et BRAHIMI Amar

    Devant le jury :

    Président : M HAMDANI A. Maître assistant chargé de cours à l'U.M.M.T.O.

    Promotrice :Mme SAHMOUNE F. Maître assistant chargée de cours à l'U.M.M.T.O.

    Co-promoteur: M BOUKADOUM B. Chef de service (Sama safia)

    Examinateurs : Mme MANSOUR M. Maître assistant chargée de cours à l'U.M.M.T.O.

    M OUDAHMANE M. Maître assistant chargé de cours à l'U.M.M.T.O.

    M BELAMRI M. Directeur de Division des techniques Nuc (CRNA).

    Mlle Leila OMARI Attachée de recherche (CRNA).

    Dédicace :

    Je dédie ce travail de recherche à mes très chers parents « OUERDIA » et « ABDERAHMANE » qui m'ont éduqué à grandir dans le savoir par leurs sacrifices , conseils et amour.

    A la mémoire de mon grand père « L'HADJ ALI » et ma grande mère « FATIMA ».

    A ma tante « FADHMA » que j'aime très fort.

    A tous mes très chers frères.

    A mes très chères soeurs, leurs époux et leurs enfants : ABDELFATAH, OUISSAM, MOHAMED, YACINE.

    A mon ami d'enfance AREZKI.

    A tous les membres de la grande famille.

    A toutes et à tous mes amis : IMENE, TASSADIT, FARIDA, LILA, YAMINA, ZAHIA, ROZA, OUIZA....., B. SOFIANE, BOUALEM, FARID, K. MADJOUR, MORAD, ADEL, MOHAMED B, A BERKENOU, A MALIK, Ali NHMITI, AMI SAÏD, M. AHCENE, H. OUARDEN , FARID TIMSIT, AHMED...

    A tous mes amis médecins et futurs médecins.

    A mes amis, enseignants et étudiants du département de biologie.

    SBARGOUD Abdellah.

    Introduction générale...............................................................................1

    Chapitre I 

    Pollution atmosphérique et les métaux lourds

    I. Les particules totales en suspension (TSP) ......................................................................3

    I.1. Définition ...........................................................................................................3

    I.2. Origines ...................................................................................................3

    II. Les métaux lourds.....................................................................................................4

    II.1. Définition..................................................................................................4

    II.2. Perturbation des cycles biogéochimiques des métaux lourds......................................4

    II.3. Les différentes sources des métaux lourds............................................................6

    II.3.1. Les sources d'origine naturelles.............................................................6

    II.3.2. Les sources d'origine humaines ...............................................................6

    II.3.2.1. Les rejets physiques ...............................................................6

    II.3.2.2. Les rejets atmosphériques...........................................................6

    II.4. Impact des métaux lourds présents dans l'atmosphère...............................................8

    II.4.1. Distribution et impact sur l'environnement..........................................................8

    II.4.1.1. Contamination de l'air..............................................................8

    II.4.1.2. Contamination des sols.............................................................8

    II.4.1.3.Contamination de l'eau................................................................8

    II.4.2. Impact sur la santé humaine....................................................................9

    II.5. Législation et normes de rejet..............................................................................10

    II .5.I. Législation Algérienne........................................................................10

    II.5.2. Législation Internationale....................................................................................11

    Chapitre II 

    Prélèvements et méthodes d'analyses de la pollution atmosphérique

    I. Prélèvements des particules totales en suspension (TSP) dans l'air...........................................13

    I. 1. Débit d'échantillonnage ...............................................................................................13

    I.2.Les filtres et les membranes de rétention...............................................................14

    I.3. Mode de prélèvement .....................................................................................15

    I.3.1. Prélèvement sans coupure granulométrique..................................................15

    I.3.2. Prélèvement avec coupure granulométrique...................................................15

    I.3.3. Prélèvement avec fractionnement granulométrique...........................................16

    II. Méthodes d'analyses de la pollution atmosphérique...............................................................16

    II.1. La spectroscopie par fluorescence X où XRF (X-ray Fluorescence).................................16

    II.1.1. Définition de la XRF....................................................................................17

    II.1.2. Domaine d'utilisation de la XRF.......................................................................17

    II.1.3. Principe de la technique..................................................................................17

    II.1.4. Excitation avec les rayons X émis par les isotopes radioactifs..... ......................18

    II.1.5. Analyse quantitative....................................................................................19

    II.1.6. Analyse qualitative..............................................................................20

    Chapitre III 

    Présentation des Caractéristiques de la région d'étude

    I. Situation géographique et démographique..........................................................................24

    II. Géologie et Géomorphologie de la région................................................................................26

    III. Etude climatologique .................................................................................................26

    III.1. Caractéristiques climatiques .............................................................................26

    III.1.1. La température...................................................................................26

    III.1.2. La pluviométrie.................................................................................28

    III.1.2.1. La pluviométrie saisonnière .....................................................28

    III.1.2.2. La pluviométrie mensuelle et annuelle ..........................................30

    III.1.3. Le vent............................................................................................31

    III.1.4. L'humidité de l'air..............................................................................33

    III.2. Synthèse climatique........................................................................................34

    III.2.1. Diagramme ombrothermique de Bagnouls et Gaussen.....................................34

    III.2.2. Quotient pluviométrique et climagramme d'Emberger ....................................35

    III.2.3. Indice d'aridité....................................................................................38

    Chapitre IV 

    Matériels et méthodes

    I. La station de prélèvement  (la gare routière de Tizi-Ouzou) ......................................................41

    II. Matériels de prélèvement ..............................................................................................42

    III. Description et prélèvement des particules totales en suspension (TSP) dans l'air43

    IV. Dosage et analyse par la spectrométrie par fluorescence X (X.R.F)...........................................45

    IV.1. Préparation des filtres..........................................................................................45

    IV.2. Préparation des filtres standards ............................................................................46

    IV.3. Préparation des filtres blancs...................................................................................48

    V.4. les sources d'excitation et l'irradiation des filtres .....................................................48

    IV.5. Dépouillement spectral..........................................................................................49

    Chapitre V

    Résultats et interprétations

    I. Teneurs en particules totales en suspension (TSP) dans l'air ....................................................52

    I.1. Teneurs en TSP durant les périodes de prélèvement  ..................................................52

    I.2. Variation des concentrations en TSP au cours d'une même journée ensoleillée........................55

    I.3. Concentration moyenne des TSP..........................................................................58

    II. Les concentrations journalières des métaux lourds contenus dans les TSP...................................59

    II.1.Concentrations du Plomb (Pb) dans les différents échantillons .....................................63

    II.2. Concentration de Mercure (Hg) dans les différents échantillons  ...................................64

    II.3. Concentration de Cadmium (Cd) dans les différents échantillons ..................................65

    II.4. Concentration de Nickel (Ni) dans les différents échantillons  .....................................66

    II.5. Concentration de Crome (Cr) dans les différents échantillons  .....................................67

    II.6. Concentration de Strontium (Sr) dans les différents échantillons .................................68

    II.7. Concentrations de Cuivre (Cu) et Zinc (Zn) dans les différents échantillons .....................69

    II.8. Concentrations de Fer (Fe) dans les différents échantillons   ........................................70

    II.9. Concentrations de l'Etain (Sn), Vanadium (V) et Cobalt (Co) dans les

    différents échantillons.............................................................................................71

    II.10. Concentrations de l'Argent (Ag), Sélénium (Se) et Antimoine (Sb) dans les

    Différents échantillons ...........................................................................................72

    III. Concentrations moyennes des métaux les plus toxiques contenus dans les TSP dans l'air au

    niveau de la gare routière .................................................................................................73

    IV. Etude comparative entre deux stations (gare routière et centre ville) ..........................................74

    IV.1.Comparaison des concentrations moyennes des TSP entre les deux stations......................74

    IV.2. Comparaison des concentrations moyennes de quelques métaux lourds, entre les

    deux stations........................................................................................................75

    V. Discussion ...............................................................................................................76

    V.1. les TSP .......................................................................................................76

    V.2. les métaux lourds ............................................................................................77

    Conclusion générale.......................................................................................................79

    Références bibliographiques

    Annexes

    Introduction générale

    Les phénomènes de pollution atmosphérique sont à l'origine de préoccupations environnementales, concernant les écosystèmes, la biosphère et les patrimoines et, des préoccupations sanitaires. L'air est, pour l'être humain, un « aliment » spécifique et indispensable ; nous en respirons 15 m3 par jour, soit près de 20 kg, à comparer à 2 kg de d'eau potable et 1 kg d'aliments divers. L'air est impossible à purifier, contrairement aux autres aliments, sauf situation particulière dans des enceintes fermées (ANONYME 3).

    L'appareil respiratoire constitue une voie d'exposition privilégiée pour les aéro-contaminants chimiques, qu'ils s'agissent de gaz ou de particules inertes, qui peuvent avoir des effets nocifs se manifestant à court ou à long terme. Les études épidémiologiques récentes observent des excès de risques, faibles au niveau individuel, mais non négligeables au niveau de la population, pour différents indicateurs de santé comme la mortalité, les hospitalisations dues aux maladies respiratoires, cardiovasculaires, rénales, cérébrales et surtout les cancers (CHESTNUL L.G. et al, 1991).

    Durant ces dernières décennies, la pollution de l'air en milieu urbain est principalement d'origine automobile. La combustion incomplète du carburant libère dans l'atmosphère des particules fines qui peuvent véhiculer des métaux lourds (MORCHEOINE A., 1996). Nous pouvons, à partir d'une recherche d'informations locales en effectuant un échantillonnage de l'air urbain, montrer l'influence directe ou indirecte de l'homme sur la modification de la composition physicochimique de l'air.

    C'est dans ce cadre que s'inscrit notre travail qui consiste à faire un diagnostic environnemental de la gare routière de Tizi-Ouzou (station urbaine), en se limitant sur deux volets portant : les particules totales en suspension (TSP) et les métaux lourds qu'elles véhiculent. En effet, ce travail s'est basé sur l'estimation des teneurs en TSP dans l'air et la recherche des métaux lourds (Cd, Hg, Ni, Cr, Pb, Sr, Cu, Sn, Zn, Sb, Fe, V, Cu, As et Ag) qui y renferment et, les quantifiés par un procédé physique.

    Le présent travail comporte cinq chapitres : le premier parle de la pollution atmosphérique et les métaux lourds, le second chapitre traite les modes de prélèvement et les méthodes utilisées pour l'analyse des échantillons de l'air, dont nous avons étudié en détail la spectrométrie par fluorescence-X. Le troisième chapitre est consacré à la présentation de la région d'étude du point de vu géologique, géomorphologique, géographique et démographique, suivi d'une étude climatique. Les caractéristiques de la station de prélèvement (gare routière de Tizi-Ouzou) et le matériel utilisé sont cités en chapitre quatre ; les résultats, les interprétations et la discussion ont une part dans le chapitre cinq. En fin, nous terminons par une conclusion générale qui accompli un constat global sur l'état de l'air respiré au niveau de la gare routière de Tizi-Ouzou et, les recommandations qui peuvent réduire les concentrations des TSP et des métaux lourds contenus dans l'air, au niveau de la station d'étude en particulier et, dans l'atmosphère en général.

    CHAPITRE I :

    Dans le code de l'environnement français, la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie du 30 décembre 1996, définit la pollution de l'air comme  « L'introduction par l'homme, directement ou indirectement, dans l'atmosphère et les espaces clos, de substances ayant des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes, à influer sur les changements climatiques, à détériorer les biens matériels et à provoquer des nuisances olfactives excessives ».

    Aujourd'hui dans les villes, la pollution d'origine industrielle a cédé la place à la pollution liée aux transports, qui engendrent une pollution atmosphérique par les différents rejets dans l'air, à savoir : les particules totales en suspension (TSP), en particuliers les métaux lourds contenus dans ces derniers.

    I. Les particules totales en suspension (TSP) 

    I.1. Définition 

    Les particules en suspension ne forment pas un seul et unique polluant de l'air, mais représentent plutôt une classe de polluants constituée de plusieurs sous-classes variant dans une gamme de granulométrie de 0,005ìm à environ 1000ìm. Chaque sous-classe de particules peut être constituée ou contenir différentes espèces chimiques. Ainsi, selon leur origine, les particules ont une gamme de taille et une composition physico-chimique très variable, c'est pourquoi différentes terminologies existent pour classifier, définir ou nommer une classe de particules polluantes. On peut citer :

    Les PM10 : Sont des grosses particules, dont le diamètre est inférieur à10um, elles sont retenues par les voies aériennes supérieures.

    Ø Les PM 2,5 : Ø = 2,5 um

    Ø Les PM 1 : Particules dont le diamètre est inférieur à 1um.

    Ø Ultrafines : Ø = 0.1 ìm.

    Ø Nanoparticules : Ø = 0.05 ou 0.03 ìm.

    Les PM 2,5, les PM 1, les particules Ultrafines et les Nanoparticules sont potentiellement les plus toxiques, car elles peuvent pénétrer profondément dans les poumons et les organes internes (BLIEFERT C et al, 2001).

    I-2. Origines :

    Les installations de chauffages et le transport routier, en particulier les polluants émis par les véhicules diesel (combustion incomplète du gasoil), sont les principaux émetteurs de particules fines,  elles peuvent provenir également de transformations chimiques dans l'atmosphère. Ces particules, constituées de fines matières liquides ou solides, se forment par condensation, par accumulation ou par pulvérisation mécanique et, peuvent être transportées à distance (PIERRE M., 2000).

    II. Les métaux lourds 

    II.1.Définition 

    Les métaux lourds sont des métaux formant des précipités insolubles avec les sulfures. D'autres définitions existent : Métaux dont la masse volumique est supérieure à 6 g.ml-1 (parfois la définition donne une limite de 4,5 ou 5,0 g.ml-1) ; métal dont le numéro atomique est supérieur à 20. Les métaux lourds sont réputés toxiques, alors que certains sont des oligo-éléments (Cu, Zn, Fe). C'est pourquoi le terme métal lourd est souvent appliqué à tort à des éléments en raison de leurs toxicités (ANNE T.S. et ISABELLE F., 2005).

    Dans les sciences environnementales, les métaux lourds associés aux notions de pollution et de toxicité sont généralement : Le cadmium (Cd), le plomb (Pb), le mercure (Hg) le nickel (Ni), le chrome(Cr), l'arsenic (As), le cuivre (Cu), le manganèse (Mn), l'étain (Sn), et le zinc (Zn) (Anonyme 1, 1997).

    II.2. Perturbation des cycles biogéochimiques des métaux lourds

    A l'échelle planétaire, les quantités des métaux lourds sont toujours les mêmes. Par contre leur localisation et leur forme chimique peuvent être modifiées par des phénomènes naturels ou par l'intervention de l'homme (ANNE T.S. et ISABELLE F., 2005).

    Atmosphère

    Gaz

    Volcans

    Gaz

    Aérosols

    Précipitations

    Fleuves

    Fleuves

    Effritement

    Continents

    Poussières Poussières

    Océans sédimentation

    Sédiments

    Figure 1 : Schéma simplifié du cycle des métaux lourds (BLIEFERT C. et PERRAUD R., 2001)

    Par ses activités minières et industrielles, l'homme moderne est en train de perturber, à une échelle de quelques décennies et au mieux séculaire, des équilibres fruits de lents processus évolutifs de nature paléo-écologique qui ont nécessité des durées se chiffrant en milliards d'années (RAMADE F., 2007).

    II.3. Les déférentes sources des métaux lourds 

    II.3.1. Les sources d'origine naturelles 

    Les réserves les plus importantes en métaux lourds se trouvent dans les roches et/ou les sédiments océaniques, ils sont introduits dans la biosphère via, les volcans, l'activité des sources thermales, l'érosion et l'infiltration... etc. (Miquel G., 2001).

    II.3.2. Les sources d'origine humaines

    Une quantité importante de métaux lourds est introduite dans l'environnement par l'homme, cette contamination a plusieurs origines, telles que les gaz d'échappements des véhicules, la combustion des fossiles, l'incinération, l'activité minière, l'agriculture, les déchets liquides et solides.

    II.3.2.1. Les rejets physiques 

    Concernant essentiellement le plomb et, dans la moindre mesure le cadmium, sont dus à deux phénomènes : D'une part, l'activité métallurgique et minière, d'autre part, les rejets qui sont liés au sort des produits en fin de vie, chargés en plomb, c'est le cas des batteries d'automobiles. Les rejets de mercure liquide sont beaucoup moins importants, Le mercure se retrouve toutefois dans les canalisations en sortie de site d'utilisations (hôpitaux, cabinets dentaires, ...etc.).

    II.3.2.2. Les rejets atmosphériques 

    Les métaux représentants des masses importantes dans l'atmosphère, qui se chiffrent par dizaines de tonnes (mercure, arsenic et cadmium), par centaines (Crome) ou par milliers de tonnes (le plomb). Après ratifications du protocole d'Aarhus sur les métaux lourds en 1998 par certains nombre de pays, les émissions atmosphériques des métaux ont diminué de 50% passant de 7356 tonnes à 3336 tonnes, dont près de la moitié pour le Zinc, et un peu plus du tiers pour les autres métaux considérés (MIQUEL G., 2001. in MESBAHI K. et MEGUENI T., 2008).

    Le tableau I montre le rapport entre le flux lié à l'activité humaine et le flux naturel ; le cadmium, l'arsenic et, surtout le mercure et le plomb sont introduits dans l'environnement de façon quasi exclusive par l'homme (PIERRE M., 2000).

    Tableau I : Rapport entre le flux lié à l'activité humaine et le flux naturel donnant présence aux métaux lourds dans l'atmosphère.

    Elément

    Flux lié à l'homme/Flux naturel

    Chrome

    161

    Cadmium

    1 897

    Arsenic

    2 786

    Mercure

    27 500

    Plomb

    34 583

    Source : Centre SPIN., 1997. Ecole des Mines de Saint-Etienne.

    II.4. Impact des métaux lourds présents dans l'atmosphère

    II.4.1. Impact sur l'environnement 

    II.4.1.1. Contamination de l'air

    Les principales sources de métaux lourds dans l'air sont des sources fixes. De nombreux éléments se trouvent à l'état de traces dans des particules atmosphériques provenant de combustions à haute température, de fusions métallurgiques, des incinérateurs municipaux, des véhicules... etc. Les effets biologiques, physiques et chimiques de ces particules sont en fonction de leur taille, de leur concentration et de leur composition, le paramètre le plus effectif sur l'environnement étant la taille de ces particules.

    Dans l'air ambiant, on trouve de nombreux éléments, comme le plomb, le cadmium, le zinc, le cuivre... etc., dont la concentration est d'autant plus élevée que les particules sont fines (FONTAN J., 2003).

    II.4.1.2.Contamination des sols 

    Les métaux peuvent être, soit fixés dans les roches et les sédiments, soit mobiles. Dans le premier cas, les quantités disponibles sont infimes, elles n'ont aucune influence sur l'environnement. Mais lorsque les conditions changent de telle manière que les métaux

    redeviennent solubles, l'augmentation de la concentration devient alors une menace directe sur l'environnement. En outre, depuis quelques années, les pluies acides augmentent la mobilité des métaux dans le sol et causent donc une augmentation de leur concentration dans les produits agricoles (BLIEFERT et PERRAUD, 2001).

    II.4.1.3.Contamination de l'eau

    Il est assez difficile de prévoir l'évolution des métaux lourds dans l'environnement car ils peuvent subir un grand nombre de transformations (oxydation, réduction...etc.). Cette évolution dépend fortement du milieu. En effet, la migration des métaux lourds vers la nappe phréatique est fonction de nombreux paramètres : La forme chimique initiale du métal la perméabilité du sol et du sous-sol, et la teneur en matières organiques du sol.

    Les principales sources de contamination de l'eau sont les suivantes : les eaux usées domestiques et industrielles, la production agricole, les polluants atmosphériques, les anciennes décharges, l'utilisation de substances dangereuses pour l'eau, la navigation...etc.

    (MARCHEOINE A., 1997).

    II.4.2. Impact sur la santé humaine :

    Les métaux lourds sont des polluants engendrés par l'activité humaine qui ont un fort impact toxicologique. Les métaux toxiques sont nombreux, a titre d'exemple l'arsenic, le cadmium, le plomb et le mercure. Ils ont des impacts sur les végétaux, les produits de consommation courante (Anonyme 1).

    Tableau II : Impacts des métaux lourds sur la santé humaine.

    Métal

    Toxicité

    Plomb

    Troubles du système nerveux, affection du foie et des reins

    Cadmium

    Affections respiratoires et troubles rénaux

    Mercure

    Troubles du système nerveux (mémoire, fonctions sensorielles de coordination)

    Nickel

    Maladies respiratoires, asthme, malformations congénitales cancers (nez)

    Chrome

    Cancers, troubles dermatologique, anémies

    Source : Centre SPIN, Ecole des Mines de Saint-Etienne, 1997.

    Les organes cibles des métaux lourds sont multiples: les ions métalliques se fixent sur les globules rouges (Pb, Cd, CH3Hg). Les métaux s'accumulent dans le foie et les reins (organes très vascularisés), les dents et les os accumulent le plomb. D'autre part, les métaux solubles dans les lipides comme le plomb tétraéthyl ou le méthylmercure peuvent pénétrer dans le système nerveux central. Le danger est encore plus grand pour les enfants car chez eux la barrière hémato-encéphalique n'est pas entièrement développée (intoxication au plomb possible). Par diffusion passive et grâce à leur solubilité dans les lipides, le cadmium, le plomb, le nickel, le méthyl-mercure(CH3Hg), traversent le placenta et peuvent s'y concentrer (PIERRE M., 2000).

    II.5. Législation et normes de rejet 

    Au début, la législation s'est intéressée aux polluants majeurs, tels que le dioxyde de soufre (SO2), l'oxyde d'azote (NO) et les poussières. Des nouvelles réglementations se sont penchées sur le problème des métaux lourds, ceci s'explique par le fait que leurs effets sur l'homme et l'environnement ne cessent d'être mis en lumière, voire prouvés pour certains. En effet plusieurs conventions, lois, décrets nationaux et internationaux réglementent cette pollution.

    II.5.1. Législation Algérienne 

    Le journal officiel de la République Algérienne du 8 Dhou El Hidja 1426 / 8 janvier 2006 consacre les articles 03,04, 05, 06, 07, 08, 09 et 10 pour la surveillance de la qualité de l'air.

    L'Art. 3.- La surveillance de la qualité de l'air concerne les substances suivantes :

    Ø Le dioxyde d'azote ;

    Ø Le dioxyde de soufre ;

    Ø L'ozone ;

    Ø Les particules fines en suspension.

    L'Art. 4. -La surveillance de la qualité de l'air est confiée à l'observatoire national de l'environnement et du développement durable.

    Elle s'effectue selon les modalités techniques fixées par arrêté du ministre chargé de l'environnement.

    L'Art. 5.-La détermination des objectifs de qualité de l'air et des valeurs limites de pollution atmosphérique est fixée sur une base moyenne annuelle.

    L'Art. 6.- Les valeurs limites ainsi que les objectifs de qualité de l'air sont fixés comme suit : Particules fines en suspension :

    Selon les caractéristiques physiques et chimiques des particules concernées, les seuils d'alerte sont fixés, le cas échéant, par arrêté conjoint du ministre chargé de l'environnement et du ministre concerné par l'activité engendrant le type de particule considérée.

    a) Objectif de qualité ou valeur cible : 50 mg/m3.

    b) Valeur limite : 80 mg/m3.

    Cet article parle aussi des valeurs limites des autres polluants, à savoir le Dioxyde d'azote, le Dioxyde de soufre et l'Ozone.

    L'Art. 7- Les seuils d'information et les seuils d'alerte sont fixés sur une base moyenne horaire.

    L'Art. 9- Lorsque les seuils d'information et les seuils d'alerte fixés par l'article ci-dessus (Art6) sont atteints ou risquent de l'être, le ou les walis concernés prennent toutes les mesures visant à protéger la santé humaine et l'environnement ainsi que les mesures de réduction et/ou de restriction des activités polluantes.

    II.5.2. Législation Internationale

    La convention de Genève en 1979 sur la pollution atmosphérique à longue distance a plafonné les émissions de soufre (868 KT en 2000, 770 KT en 2005 et 737 KT en 2010) et a préconisé une réduction des composés organiques volatils non métalliques de 30% (de 1988 à 1999) et une baisse des oxydes d'azote de 30% (de 1980 à 1999) (BLIEFERT C et Al., 2001).

    La première directive du conseil de la communauté Economique Européenne(CEE) a fixé une teneur maximale autorisée en composés de plomb dans l'essence comprise entre 0.4 à 0.15 g par litre (78/611 du 29 juin 1978) (BOURIER J.P. et KISS A., 2004).

    Le tableau suivant donne les différentes valeurs limites de quelques métaux toxiques dans l'air selon l'OMS et la détective Européenne.

    Tableau III: Valeurs limites de quelques métaux toxiques dans l'air selon l'OMS et la Directive Européenne (LE BOUFFANT L., 1988).

    Métal

    Valeur guide

    OMS

    Directive Européenne

    Cr

    -

    6 ng/m3

    Cd

    5ng/m3

    5 ng/m3

    Mn

    _

    -

    Ni

    20 ng/m3

    20 ng/m3

    Pb

    500 ng/m3

    900 ng/m3

    Hg

    _

    50 ng/m3

    Source : Organisation mondiale de la Santé (OMS).

    Les tableaux suivants montrent les normes des particules en suspension (TSP) dans l'air (OUZERARA K.et ZEHAR S., 2007).

    Tableau IV : Les normes des PM 10 dans l'air. 

    Natures des Valeurs

    Directive Européenne 2002

    Décret Français

    Normes Algériennes (TSP)

    Objectif de qualité

    30 ug/m3

    30 ug/m3

    -

    Valeur limite (moyenne annuelle)

    20 ug/m3

    50 ug/m3

    80 ug/m3

    Valeur limite

    (moyenne journaliere)

    50 ug/m3

    40 ug/m3

    -

    Seuil d'information

    80 ug/m3

    80 ug/m3

    -

    Seuil d'alerte

    125 ug/m3

    -

    -

    Tableau V: Les normes des PM 2.5 dans l'air. 

    Natures des Valeurs

    OMS

    Recommandation Française

    Moyenne glissante

    25 ug/m3

    -

    Moyenne annuelle

    10 ug/m3

    15 ug/m3

    Source : Organisation mondiale de la Santé (OMS).

    CHAPITRE II :

    I. Prélèvements des particules totales en suspension (TSP) dans l'air

    L'objectif de surveillance de la qualité de l'air étant notamment d'apprécier le risque individuel d'exposition des êtres humains à des niveaux élevés de pollution. Il est nécessaire de choisir des stations de prélèvement représentatives quant aux risques liés à une telle pollution, on distingue essentiellement :

    Ø Station rurale et périurbaine.

    Ø Station de proximité.

    Ø Station spécifique.

    Un prélèvement représentatif est fonction de gestion de trois contraintes, à savoir, le débit de prélèvement, la durée et la nature du filtre utilisé.

    I.1. Débit d'échantillonnage 

    Le débit d'échantillonnage ou de prélèvement peut varier de un mètre cube (1m3) par heure (Low Volume Sampler ; LVS) pour des filtres à faible porosité, à une dizaine de mètres cubes par heure (High Volume sampler) pour des filtres à forte résistance et grande porosité (TIMACHMACHINE R., 2007).

    Le tableau suivant nous renseigne des avantages et inconvénients liés à l'utilisation de préleveurs de type LVS et de type HVS (BOULABROUAT F.ZOHRA, 2007).

    Tableau VI : Avantages et inconvénients liés à l'utilisation de préleveurs de type LVS et de type HVS.

    Type de préleveur

    Avantages

    Inconvénients

    LVS

    -La taille des filtres est petite

    -facilité de conservation et d'analyse...

    -la durée de prélèvement est courte.

    -la disponibilité des filtres.

    La masse des particules collectées est plus faible que HVS

    HVS

    Masse importante de particules collectées.

    -La durée de prélèvement est longue (risque de colmatage)

    -difficulté de stockage et d'analyse.

    I.2. Les filtres et les membranes de rétention 

    Le choix des filtres pour la collecte des TSP doit remplir les trois conditions suivantes :

    Ø Une efficacité de collection d'au moins 99% pour les particules de diamètre égal où supérieur à 0,3um (Ø = 0,3um).

    Ø Une hydroscopicité faible.

    Ø Un taux d'impureté aussi faible que possible en éléments métalliques pour éviter les interférences lors de l'analyse quantitative des particules collectées sur le filtre (OIKAWA K., 1999).

    Le tableau suivant montre les propriétés et les caractéristiques de chaque type de filtre ainsi que leurs efficacités (HINDS W C., 1982).

    Tableau VII : Propriétés et les caractéristiques des déférents types des filtres ainsi que leurs efficacités.

    Filtre

    Type

    Matériel

    Epaisseur

    (mm)

    Porosité

    (um)

    Résistance au colmatage

    Efficacité

    (%)

    Whatman4

    Fibre

    Cellulose

    0,19

    3 à 20

    0,35

    72

    Microsorban

    Fibre

    Polystyrène

    1,50

    0,70

    0,04

    99,50

    MSA1106B

    Fibre

    Verre

    0,23

    0,1 à 4

    0,10

    99,93

    Millopore AA

    Membrane

    Ester cellulose

    0,15

    0,80

    0,19

    99,98

    Il apparait bien que le filtre (AA) de type membrane, de nature ester de cellulose présente une efficacité très proche de 100%, suivi de type fibre de polystyrène (99,50%), en suite le type fibre de verre (99,93%). Par contre la résistance au colmatage revient aux filtres de type fibre de cellulose, cette résistance est expliquée par la grande porosité (3 à 20 um) qu'il acquière.

    I.3. Mode de prélèvement 

    I.3.1. Prélèvement sans coupure granulométrique 

    Toutes les particules en suspension sont captées (jusqu'à 30 um où plus), le tableau (Tableau VIII) montre trois types de prélèvement sans coupure (COURIEUX F. P. et Al, 1990).

    Tableau VIII : Types de prélèvement sans coupure granulométrique.

    Prélèvement sur filtre à moyen débit.

    Prélèvement sur filtre à très fort débit.

    Prélèvement des fumées noires

    -La vitesse de prélèvement est de l'ordre de (1,5 M3/S pendant une durée de 24 heures (LVS).

    -La nature des filtres utilisés sont en fibre de verre ou membranes de diamètre 47mm.

    -Les particules collectées sont de taille de 0,30 à 30um, et une efficacité moindre pour les PM10 par rapport au PM 2,5.

    -Les préleveurs utilisés sont de type HVS avec un débit de 60 à 100 M3/S pour une durée de 24h.

    -Collecte des particules de taille plus importante.

    -Une efficacité pour les PM10, elle est de l'ordre de 25 à 40% pour les particules de 30um.

    -Ce prélèvement ce fait à une vitesse de l'ordre de 1 Cm/S pour une durée de 24h.

    -Utilisé pour la collecte des particules issues de la combustion dont le diamètre sont inferieur à 10um.

    -Une efficacité significative pour les particules de taille inferieure à 5um.

    I.3.2. Prélèvement avec coupure granulométrique

    Le dispositif est équipé d'une tête qui permet de collecter les particules dont le diamètre est inferieur à une valeur fixe. L'appareil le plus connu de nos jours est le HVS-PM10 de la ferme américaine Andersen, c'est un appareil équipé d'une tête sélective pour la collection des particules de diamètre inferieur ou égal à 10um (Ø = 10um) (RABAI Y. et BOURAHLA M., 2006).

    I.3.3. Prélèvement avec fractionnement granulométrique

    Ce prélèvement est effectué à bas ou à haut débit et la collecte des particules se fait par impaction ; lorsqu'un jet d'air est soufflé perpendiculairement à une plaque, les particules en suspension se déposent sur la plaque sous l'effet de leurs inerties, tandis que les filets d'air sont devisés (LE BOUFFANT L., 1988).

    Le dispositif le plus utilisé est l'impaction en cascade, qui se compose d'une série d'étages d'impactions (2 à 9, selon le nombre de fraction que l'on désire avoir), constitués d'un orifice perpendiculaire à une surface plane (RABAI Y. et BOURAHLA M., 2006).

    II. Méthodes d'analyse et de détection de la pollution atmosphérique 

    Il existe plusieurs méthodes d'analyse utilisées pour la détection de la pollution, on peut citer :

    Ø Spectroscopie d'Absorption Atomique (AAS) ;

    Ø Analyse par Activation Neutronique (NAA) ;

    Ø Technique d'Émission X Induite par Particules Chargées (PIXE) ;

    Ø Spectrométrie par fluorescence X où XRF (X-Ray Fluorescence),... etc.

    Parmi les déférentes techniques existantes, nous détaillons dans ce chapitre la technique de Spectrométrie par fluorescence X où XRF qui sera l'objet d'analyse dans la partie pratique de ce travail.

    II-1- La Spectrométrie par fluorescence X où XRF (X-ray Fluorescence) :

    Par rapport aux autres techniques d'analyses, comme la Spectroscopie d'Absorption Atomique (AAS), Spectroscopie du Plasma Couplée par Induction (ICPS) et Analyse par Activation Neutronique (NAA), la Spectrométrie par fluorescence X (XRF) présente l'avantage d'être non-destructive, multiéléments, rapide et d'avoir un coût bas (BENCHIKH L. et GHEZALI., 1995) .

    En plus, cette technique fournit une limite de détection uniforme sur une large région du tableau périodique et, elle est applicable dans un large intervalle de concentrations, de 100% jusqu'à quelques parties par million (ppm) (AZBOUCHE A., 2004).

    Le principal désavantage est que les analyses sont généralement restreintes aux éléments plus lourds que le fluor.

    II.1.1. Définition de la XRF 

    C'est une méthode d'analyse utilisée pour la détection et la quantification des éléments présents dans des échantillons liquides, solides ou en poudre. Elle permet de doser tous les éléments dont le numéro atomique  « Z » supérieur ou égal à 13 (ARABI M., 1997).

    II.1.2. Domaine d'utilisation de la XRF

    Les domaines où la technique XRF peut être utile sont évidemment très nombreux et variés. Elle est plus utilisée dans l'analyse des échantillons biologiques : La matrice biologique est principalement composée de matériaux organiques, les éléments majeurs sont des éléments légers, qui ne donnent aucun signal dans un spectre X (AZBOUCHE A., 2004).

    Les domaines d'applications sont regroupés en sept catégories : L'analyse de matériaux (état solide, polymères,...etc.), la biomédecine (échantillons d'origine humaine animale ou végétale), l'archéométrie (objets d'art ou archéologiques), les géosciences (environnement, géologie), les aérosols, les articles techniques et les différentes applications ponctuelles (AZBOUCHE A., 2004).

    II.1.3. Principe de la technique 

    Le principe de la fluorescence X est montré par la figure 2 :

    Ø Un électron des couches internes est excité par un photon de la région des rayons X.

    Ø Pendant le processus de désexcitation, un électron saute d'un niveau d'énergie supérieur pour remplir la lacune ainsi formée. La différence d'énergie entre les deux couches apparaisse comme un rayon X émis par l'atome.

    Ø Le spectre des rayons X accumulé pendant ce processus révèle un certain nombre des pics caractéristiques. Les énergies des pics nous permettent d'identifier les éléments présents dans l'échantillon (analyse qualitative), tandis que les intensités des pics fournissent la concentration relative ou absolue (analyse semi-quantitative ou quantitative).

    Ø Un système typique pour la spectrométrie XRF contient une source de radiation primaire (d'habitude un radio-isotope ou un tube X) et un équipement pour la détection des rayons X secondaires.

    Figure 2 : Principe de la spectroscopie par fluorescence X.

    II.1.4. Excitation avec les rayons X émis par les isotopes radioactifs 

    L'irradiation de l'échantillon se fait d'habitude avec une source radioactive. L'énergie de la radiation primaire doit être plus grande, mais proche de l'énergie de liaison des électrons des couches K ou L de l'atome excité.

    Les sources radioactives utilisées habituellement sont : Fe-55, Co-57, Cd-109 et Am-241. Elles émettent des rayons X avec des énergies bien définies et, par conséquence, avec ces sources on peut exciter seulement un nombre limité d'atomes. Pour analyser un nombre plus grand d'éléments, il faut utiliser une combinaison de sources radioactives.

    Source : Centre de recherche nucléaire d'Alger.

    Figure 3 : Le dispositif de la XRF avec une source d'excitation

    II.1.5.Analyse qualitative 

    Selon la loi de Moseley, l'énergie du rayonnement X émise est donnée par l'équation suivante :

    2

    Avec :

    s : Constante d'écran

    c : Vitesse de la lumière

    R : Constante de Rydberg

    Z : Numéro atomique

    n, p : Nombres quantiques correspondants aux niveaux d'énergie initial et final.

    L'analyse qualitative ne présente pas en général de difficultés, la proportionnalité entre l'énergie du rayonnement X émis et le carré du numéro atomique nous permet d'identifier l'élément dans l'échantillon (AZBOUCHE A., 2004).

    II.1.6. Analyse quantitative

    L'intensité de la raie caractéristique d'un élément i présent dans un échantillon est proportionnelle à sa concentration. S'il n'y a aucune interaction secondaire (interaction des X produits avec les éléments entourant l'élément i), l'intensité mesurée est donnée par :

    Ii = K Ci

    Avec :

    K : Sensibilité du dispositif XRF.

    La concentration (Ci) de l'élément dans l'échantillon est proportionnelle à l'intensité.

    Cette relation correspond à une situation idéale, elle est satisfaite uniquement dans le cas où il n'existe aucune interaction du rayonnement de fluorescence X émis avec la matrice (le milieu de l'échantillon qui entoure le point de l'émission de rayonnement) (BENCHIKH L. et GHEZALI., 1995).

    L'intensité « » est susceptible d'être modifiée par les effets de matrices (absorption de rayonnements X primaires et secondaires) (Figure 4).

    Figure 4: Schéma illustrant l'effet de l'absorption de rayon X

    Les rayons X primaires (source d'excitation) et les rayons X secondaires (issus de l'excitation des éléments présents dans l'échantillon), sont atténués au niveau de la matrice lors de leurs parcours avant qu'ils soient détectés par le détecteur (TOUMART I., 1986) Parmi les méthodes de correction utilisées, nous citons :

    Ø Les méthodes quantitatives relatives ;

    Ø La méthode de l'Emission-Transmission ;

    Ø La méthode des paramètres fondamentaux (AZBOUCHE A., 2004).

    Figure 5 : Intensité relative à l'émission X en fonction de l'épaisseur de l'échantillon.

    La courbe montre la variation de l'intensité des rayons X émis en fonction de la masse sur la surface de l'échantillon (TOUMART I., 1986).

    Ø La région I : Cas d'échantillon mince d'une épaisseur : m = 0,1 mg/uT. (Pas de correction).

    Ø La région II : Cas d'échantillon moyennement épais d'une masse : 0,1mg/uT = m 4,61 mg/uT. (Correction par calculs).

    Ø La région III : Cas d'échantillon mince d'une épaisseur : m 4,61 mg/uT. (Correction par calculs).

    Dans le cas de l'échantillon épais (région II et III) les effets de la fluorescence secondaire (X secondaire) seront corrigés par la formule suivante :

    Ii K . Ci . Ai

    Ai

    Avec :

    Etant donné :

     : Coefficient d'absorption total.

    m : Epaisseur de l'échantillon exprimé en masse par unité de surface (m (RENE E. et VAN G., 1999).

    CAPITRE III :

    I. Situation géographique et démographique

    Selon le découpage de 1984, la ville de Tizi-Ouzou occupe une surface de 102,36 km2, avec une population de 140 952 habitants lors du recensement de 2008. Le chef lieu est situé à environ 100 km d'Alger.

    Elle est limitée naturellement par : 

    Ø A l'Est : Oued Sébaou,

    Ø A l'Ouest : Oued Fali,

    Ø Au Nord : Massif de Belloua avec 600 m d'altitude,

    Ø Au Sud : Massif de Hasnaoua avec 800 m d'altitude.

    TIZI-OUZOU

    *

    TASSADORT

    *

    TALAMANSOUR

    *

    ABID CHAMLLAL

    *

    Cne : FREHA

    Cne : DRAA BEN KHEDDA

    Cne : AIT AISSA MIMOUN

    Cne : TIZI-RACHD

    Cne : AIT AISSI

    Cne : AIT ZMENZER

    Cne : MAATKA

    Cne : SIDI NAAMANE

    AIT MANSOUR

    *

    IMEZDADENE

    *

    OUED AISSI

    *

    TALA ATHMANE

    *

    SEBAOU

    Oued

    AZIB SEKLAOUI

    *

    BOUKHALFA

    *

    REDJAOUNA

    *

    LEGENDE

    Limites de commune

    Oued Sébaou * Localité

    Echelle : 1/ 700000

    700m

    Et les limites administratives sont :

    Ø A l'Est : Freha,

    Ø A l'Ouest : Draà Ben Khedda,

    Ø Au Nord: Sidi Naàmane et Ath Aissa Mimoun,

    Ø Au Sud : Maàtkas, Ath Zmenzer, Ath Aissi, Irdjen et Tizi Rached.

    Voir les figures ....

    Figure 6: Carte de délimitation de la commune de Tizi-Ouzou (REBAI et BOURAHLA, 2006).

    II. Géologie et Géomorphologie de la région 

    La commune de Tizi-Ouzou, de point de vue géologique est hétérogène d'où trois types de formations sont citées :

    Ø Les formations alluvionnaires : Sable, gravier et l'argile au niveau des bords des terrasses qui longent l'oued du Sébaou.

    Ø Les formations de socle Kabyle composé de roches magmatiques et métamorphiques.

    Ø Les formations sédimentaires : Essentiellement les marnes qui sont imperméables et les grès.

    Mis à part sa couche littorale, la commune de Tizi-Ouzou est comprise dans le bassin versant de l'oued Sébaou (YAKOUB B., 1996).

    III. Etude climatologique 

    III.1.Caractéristiques climatiques

    La température et la pluviosité sont les deux éléments principaux du climat (ROGER D., 1996)

    III.1.1. La température 

    La température est influencée par la topographie du milieu à savoir l'altitude, le relief, la pente et l'exposition, qui interviennent de façon déterminante dans la différenciation au sein d'un même mésoclimat et/ou de microclimat particuliers (ALAIN L. et ROBERT S., 1996).

    Tableau IX : Variation des températures moyennes minimales et maximales pour la région de Tizi-Ouzou entre 1990 et 2008.

    T0 C

    Jan.

    Fév.

    Mar.

    Avr.

    Mai.

    Juin.

    Juil.

    Aou.

    Sept.

    Oct.

    Nov.

    Déc.

    Moy. sur

    18

    ans

    M

    15,16

    16,68

    19,61

    21,66

    26,36

    31,68

    35,48

    35,88

    31,37

    26,65

    19,87

    15,83

    24,68

    m

    06

    06,65

    08,45

    10,15

    14,04

    18,17

    21,07

    21,82

    18,81

    15,35

    10,42

    07,28

    13,18

    T0

    moy

    10,58

    11,66

    14,01

    15,90

    20,20

    24,92

    28,27

    28,85

    25,09

    21

    15,14

    11,55

    18,93

    Source : Station ONM de Boukhalfa, Tizi-Ouzou.

    Figure 7 : Diagramme des températures moyennes minimales et maximales de Tizi-Ouzou sur une période de 18 ans (1990 à 2008).

    Du mois de Janvier au mois d'Aout les températures moyennes mensuelles augmentent d'une façon significative, par la suite il ya diminution jusqu'au mois de Janvier.

    Le mois d'Aout est le mois le plus chaud avec une température moyenne mensuelle de 28,85 0C, par contre le mois de janvier est très froid avec une température moyenne mensuelle de 10,580C.

    III.1.2. La pluviométrie 

    L'eau provient des précipitations (pluie, neige et grêle) et, des phénomènes physiques et physiologiques respectivement l'évaporation et la transpiration.

    En Algérie, la pluviosité augmente avec de l'altitude ce qui nous mène à dire que les pluies sont d'origine orographiques. Elles sont aussi soumises à l'influence de la continentalité et la latitude en allant direction de la mer (SELTZER, 1946 ; in REBAI et BOURAHLA, 2006).

    III.1.2.1. La pluviométrie saisonnière 

    Les quatre saisons forment ce qu'on appelle le type de régime saisonnier (PEGUY, 1970 ; in MESBAHI K. et MEGUENI T., 2008).

    Tableau X : Répartition de la pluviométrie saisonnière durant la période entre 1990 et 2008.

    Saison

    Hiver

    Printemps

    Automne

    Eté

    Mois

    Déc.

    Jan.

    Fév.

    Mar.

    Ari.

    Mai.

    Sep.

    Oct.

    Nov.

    Juin.

    Juil.

    Aout.

     

    128,57

    118,34

    74,97

    66,07

    81,65

    59,86

    34,97

    68,17

    101,94

    7,84

    3,62

    6,05

     

    321,88

    207.58

    204,81

    17,51

     

    42,81

    27,61

    27.24

    2,33

    Source: Station ONM Boukhalfa, Tizi-Ouzou.

    Figure 8 : Variations des précipitations à Tizi-Ouzou en fonction des saisons.

    La région de Tizi-Ouzou présente un régime pluvial de type HPAE (Hiver, Printemps, Automne et Eté), la saison la plus humide est l'Hiver avec 42,81% des précipitations moyennes annuelles soit 321,88 mm, la quantité de pluie reçue en Automne et au printemps est relativement équilibrée, respectivement 27,61% et 27,24%, en été elle n'excède pas les 2,33%, soit 17,51 mm.

    III.1.2.2. La pluviométrie mensuelle et annuelle 

    Tableau XI : Répartition de la pluviométrie moyenne mensuelle et annuelle pour la région de Tizi-Ouzou entre 1990 et 2008.

    Mois

    Pluviométrie moyenne (mm)

    Janvier

    118 ,34

    Février

    74,97

    Mars

    66,07

    Avril

    81,65

    Mai

    59,86

    Juin

    7,84

    Juillet

    3,62

    Aout

    6,05

    Septembre

    34,97

    Octobre

    68,17

    Novembre

    101,94

    Décembre

    128,57

    Année

    752,05

    Source : Station ONM de Boukhalfa Tizi-ouzou.

    Figure 9 : Histogramme de la pluviométrie moyenne annuelle et mensuelle de la région de Tizi-Ouzou (1990 à 2008).

    L'étude de la pluviométrie mensuelle et annuelle permet de mettre en évidence une période pluvieuse représentée par cinq mois (Novembre, décembre, janvier, février et avril) soit plus de 70% des précipitations annuelles reçues ; et une période sèche qui s'étale de mi-mai à la mi-septembre (Figure 9).

    III.1.3. Le vent 

    Le vent est l'un des éléments les plus caractéristiques du climat, malheureusement l'observation et l'étude posent le plus de difficultés. Au sol, il est fortement influencé par les conditions topographiques locales (SELTZER, 1946).

    Le vent est caractérisé par sa fréquence, sa vitesse et sa direction, il intervient dans la dispersion de divers éléments en suspension, tel que les particules fines, les fumées l'odeur...etc.

    Selon SELTEZER (1946), la force des vents est estimée par une échelle télégraphique elle varie de (0 à 1) pour un vent calme à ( ) pour un vent violent.

    Tableau XII : Vitesse moyenne et direction des vents dominants pour la région de Tizi-Ouzou entre 1990 et 2006.

    MOIS

    Vitesse

    Direction

    Janvier

    1,3

    SW

    Février

    1,3

    W

    Mars

    1,6

    W

    Avril

    1,8

    SSW

    Mai

    1,9

    W

    Juin

    2,3

    NW

    Juillet

    2,2

    NNE

    Aout

    2

    SSE

    Septembre

    1,6

    WNW

    Octobre

    1,4

    WNW

    Novembre

    1,4

    SSW

    Décembre

    1,5

    W

    Moyenne annuelle

    1,7

    W

    Source : Station ONM de Boukhalfa.

    Figure 10 : Histogramme des vitesses moyennes mensuelles des vents au niveau de Tizi-Ouzou entre 1990 et 2006.

    Les vents dominants sont venus de l'ouest avec une vitesse allant de 1,3 m/s pour les deux mois de janvier et février, une augmentation remarquable du mois de Mars (1,6 m/s) au mois de juillet (2,2 m/s), puis une diminution de la vitesse du mois d'août au mois de décembre.

    La vitesse moyenne des vents n'excède pas 2,3 m/s, soit 8 km/s ; en référence à l'échelle de Beaufort (1805) on voie que les vents de la région de Tizi-Ouzou sont de degré deux (air avec une brise légère).

    III.1.4. Humidité de l'air 

    L'humidité relative constitue par ses écarts brutaux l'un des caractères climatiques les plus importants des montagnes de l'Afrique du nord (QUEZEL, 1957 in KHANFOUCI, 2005).

    La région de Tizi-Ouzou est caractérisée par un degré hygrométrique assez élevé tout au long de l'année (moyenne annuelle de 67,8 %), avec six mois entre 70,5 % et 79,5 % et six mois entre 52,1 % et 69 % (Tableau XIII).

    Tableau XIII : Humidité relative moyenne mensuelle enregistrée entre 1990 et 2006.

    Mois

    Humidité moyenne (%)

    Janvier

    79,6

    Février

    76,6

    Mars

    72,5

    Avril

    70,5

    Mai

    69,0

    Juin

    58,2

    Juillet

    52,1

    Aout

    50,4

    Septembre

    60,2

    Octobre

    69,0

    Novembre

    75,8

    Décembre

    79,5

    Moyenne annuelle

    67,8

    Source : Station ONM de Boukhalfa.

    Figure 11 : Variations de l'humidité relative mensuelle dans la région de Tizi-Ouzou entre 1990 et 2006.

    D'après EMBERGER (1930), un jour est considéré sec si l'humidité relative est inferieur à 40 %. Dans la figure 11, on remarque que l'humidité relative mensuelle excède cette valeur (40 %) sur tous les mois, donc Tizi-Ouzou est humide sur toute l'année.

    Cette humidité relative élevée peut avoir comme source la présence du barrage Takssaft (Oued Aissi) au Sud-Est de chef lieu de la willaya et, l'ouverture de cette dernière sur différentes cotes littorales (Azefoun, Tigzirt et Boumerdès).

    III.2. Synthèse climatique 

    Tous les facteurs climatiques suscités ont une influence directe ou indirecte sur le comportement des polluants dans l'atmosphère (dispersion, demi-vie,...etc.). Pour cela, une synthèse climatique de la région d'étude va permettre une interprétation significative dans la partie expérimentale de ce travail.

    III.2.1. Diagramme ombrothermique de Bagnouls et Gaussen 

    En 1957, Gaussen a élaboré une classification du climat méditerranéen basée sur les rythmes des températures et précipitations au cours de l'année (moyennes mensuelles) (REMICHI, 1984).

    Gaussen (1953), considère un mois est sec quand le total mensuel des précipitations exprimées en millimètre est égal ou inferieur au double de la température moyenne mensuelle exprimée en °C comme l'indique la relation suivante : P = 2T.

    Figure 12 : Diagramme ombrothermique de la région de Tizi-Ouzou entre 1990 et

    2008.

    Durant la période comprise entre 1990 et 2008, le diagramme ombrothermique pour la région de Tizi-Ouzou révèle une saison sèche qui s'étale de fin du mois de mai jusqu'à la fin du mois de septembre.

    III.2.2. Le Quotient Pluviométrique et Climagramme d'EMBERGER 

    Proposé par EMBERGER (1936), le quotient pluviométrique est un rapport plus précis faisant appel en plus des précipitations P, la moyenne (M) des maxima du mois le plus chaud et la moyenne (m) des minima du mois le plus froid. L'amplitude extrême (M-m) rend compte de l'évaporation. (SAHMOUNE F., 2001).

    La proposition d'EMBERGER a été simplifiée par STEWART en 1969 (in DEKHINAT., 2005), pour l'Algérie et le Maroc par la formule suivante :

    Q2 3,41P/ (M-m)

    Avec :

    P : Pluviométrie annuelle moyenne (mm),

    M : Moyenne des maxima du mois le plus chaud,

    m : Moyenne des minima du mois le plus froid.

    Tableau XIV : Valeurs de quotient pluviométrique de la région de Tizi-Ouzou. 

    Paramètre

    P

    M

    m

    Q2

    Tizi-Ouzou

    725,5

    35,88

    06

    85,82

    Ce tableau permet de classer la région de Tizi-Ouzou dans l'étage bioclimatique subhumide à hiver tempéré (Figure 13).

    Figure 13 : situation de la région de Tizi-Ouzou dans le Climagramme d'Emberger.

    III.2.3. Indice d'aridité 

    L'indice d'aridité de DE-MARTONNE est aussi basé sur les valeurs des précipitations et des températures (HUETZ DE LEMPS, 1970. in SAHMOUNE F., 2001). On distingue un indice annuel A et des indices mensuels tels que :

    A P/(T+10).

    Avec :

    P : Total des précipitations annuelles (mm) ;

    T : Températures moyennes annuelles (0C).

    Et 

    a 12p/(t+10)

    Avec :

    p : Total des précipitations mensuelles (mm) ;

    t : Températures moyennes mensuelles (0C).

    Les valeurs sont d'autant plus faibles que le climat est aride. Un indice supérieur à 20 indique une humidité suffisante. Les valeurs comprises entre 10 et 20 montrent une sécheresse absolue ; inferieur à 10 c'est l'aridité, et au dessous de 5 le climat est hyperaride (Sidi mansour F., 2001).

    Tableau XV : Indice d'aridité mensuel et annuel de DE-DEMARTONNE appliqué à Tizi-Ouzou entre 1990 et 2008.

    Mois

    P (mm)

    T 0C

    a

    Janvier

    118 ,34

    10,58

    69

    Février

    74,97

    11,66

    41,53

    Mars

    66,07

    14,01

    33,02

    Avril

    81,65

    15,90

    37,83

    Mai

    59,86

    20,20

    23,78

    Juin

    7,84

    24,94

    2,69

    Juillet

    3,62

    28,27

    1,13

    Aout

    6,05

    28,85

    1,87

    Septembre

    34,97

    25,09

    11,95

    Octobre

    68,17

    21

    26,39

    Novembre

    101,94

    15,14

    48,66

    Décembre

    128,57

    11,55

    71,59

    Total

    P 752,05

    T 18,93

    A 25,99

    Source : Station ONM de Boukhalfa

    Figure 14 : Indice d'aridité moyenne mensuelle pour la région de Tizi-Ouzou (1990 à 2008).

    Ø Du mois de janvier à la fin du mois de mai et du mois d'octobre au mois de décembre l'humidité est suffisante (a > 20).

    Ø De la fin du mois de mai à la fin septembre fin septembre : la sécheresse est absolue (a entre 10 et 20), s'aggrave par une hyperaridité pour les trois mois juin, juillet et août avec un indice inferieur à 5 (a < 5).

    CHAPITRE IV :

    Ce présent travail consiste à faire un diagnostic environnemental de la gare routière de Tizi-Ouzou, afin de vérifier la présence ou l'absence de pollution atmosphérique liée au TSP et aux métaux lourds contenus dans ces dernières (TSP), et ce par une partie expérimentale qui s'articule sur deux volets :

    Ø L'étude des particules totales en suspension collectées dans les filtres.

    Ø L'analyse et la détection des métaux contenus dans les TSP par la spectrométrie par fluorescence X ou X.R.F.

    Ces analyses ont été réalisées au niveau du Centre de Recherche Nucléaire d'Alger (CRNA).

    I. La station de prélèvement (gare routière de Tizi-Ouzou)

    La gare routière est localisée à la rentrée nord ouest de la ville de Tizi-Ouzou, à proximité de la route nationale n°12, qui mène vers Alger. Les caractéristiques de cette station sont présentées dans le tableau suivant :

    Tableau XVI : Caractéristiques de la gare routière de Tizi-Ouzou

    Surface

    Bus

    Nombre de voyageurs par jour

    Nombre d'ouvriers

    (chauffeurs inclus)

     

    Avant 2000

    En 2009

    nombre

    Age moyen

     
     

    410

    90% moins de 10 ans

    30000

    909

    20000 m2

    8000 m2

    Source : Entreprise gare routière de Tizi-Ouzou (2009).

    Figure 15 : La gare routière de Tizi-Ouzou.

    Figure 16 : Le parc automobile de la gare routière de Tizi-Ouzou.

    II. Matériels de prélèvement 

    Il comporte : 

    Ø Une pompe de prélèvement d'un débit moyen de 1,5 m3/h.

    Ø Un porte-filtre de diamètre 47 mm avec un filtre de membrane.

    Ø Des boites de pétri pour le stockage des filtres avant et après le prélèvement.

    Ø Un tuyau souple de connexion pompe-échantillonneur.

    Ø Un débitmètre (compteur de l'air) pour la mesure de l'air aspiré.

    Ø Une pince spéciale filtres pour éviter la contamination des filtres lors de la collecte et de l'analyse.

    Ø Un générateur de courant électrique pour faire fonctionner la pompe à air.

    Figure 17: Schéma du dispositif de prélèvement.

    Le dispositif de prélèvement se compose de trois parties essentielles (figure 17) :

    A. La pompe à air.

    B. Le filtre et le porte-filtre de collecte des particules.

    C. Le débitmètre (compteur de l'air).

    III. Description et prélèvement des particules totales en suspension (TSP) dans l'air

    Le dispositif sus-cité est placé au balcon, en premier étage du siège de la direction de la gare routière de Tizi-Ouzou (vue Ouest) à six mètres (06 m) du sol (figure 18).

    Figure 18 : Localisation de la station de prélèvement.

    La pompe de prélèvement (A) alimentée par un courant électrique, aspire l'air, ce dernier passe à travers le porte-filtre (B). Les particules en suspension (TSP) sont retenues par le filtre de nitrate de cellulose, 47mm de diamètre et d'une porosité 0.8um. Le volume d'air échantillonné est donné par un débitmètre (C) placé entre le porte-filtre et la pompe de prélèvement.

    Pour déterminer les teneurs en TSP sur les filtres, nous avons suivi le procédé suivant : Chaque filtre est mis dans une boite de Pétri numérotée, à l'aide d'une balance de précision (microbalance avec 5 chiffre après la virgule), nous avons pesé chacun avant et après la collecte. Les échantillons sont conservés dans un dessiccateur à une température ambiante pour éviter une éventuelle contamination.

    La durée de prélèvement est de 24 heures, le premier filtre est placé à 7h du matin du premier jour de prélèvement (20 janvier 2009), le deuxième jour (21 janvier 2009) à la même heure, nous placerons le deuxième filtre, et ainsi de suite tout au long de la période de prélèvement qui s'étale : de 20 janvier 2009 au 14 février 2009 pour la période hivernale

    et du 10 mai 2009 au 12 mai de la même année pour la période printanière.

    IV. Dosage et analyse par la spectrométrie par fluorescence X (X.R.F) 

    Pour un bon déroulement de l'analyse par la XRF nous devons suivre les étapes ci-dessous :

    IV.1. Préparation des filtres 

    L'ensemble des filtres utilisés pour la collecte des TSP sont de nombre de 38, répartis dans le temps de prélèvement comme l'indique le tableau suivant :

    Tableau XVII : Répartition des prélèvements dans le temps.

    Date de prélèvement

    Temps de prélèvement

    (heure)

    Nombre de filtres utilisés

    Caractéristiques physico-chimiques du filtre

    20/01/2009 au 14/02/2009

    24 heures (un filtre changé

    chaque matin à 07h)

    26 filtres

    -Nature chimique : Nitrate de cellulose.

    -Diamètre : 47 mm.

    - Porosité : 08um.

    -Temps de colmatage :

    72heures maximum

    15/02/2009

    02 heures (un filtre changé

    chaque 2h de 08h jusqu'au 18h)

    06 filtres

    10/05/2009 au

    12/05/2009

    24 heures (un filtre changé

    chaque matin à 07h)

    03 filtres

    18/05/2009

    -07h à 12h.

    -12h à 17h.

    -17h à 07h.

    03 filtres

    Filtre vierge Filtre pollué

    La figure 19 : La différence dans un filtre avant et après la collecte.

    IV.2. Préparation des filtres standards 

    Les filtres standards ou standards chimiques servent comme référence lors de calculs des concentrations des éléments à rechercher dans les filtres échantillonnés.

    Ce sont des filtres qu'on prépare à partir des produits de pureté connue par dissolution acide ou aqueuse selon le corps à dissoudre, on procède ensuite aux dilutions nécessaires pour effectuer les mélanges.

    Pour la préparation de filtres standards, nous avons prélevé 30ul de chaque élément métallique pour chaque groupe à l'aide d'une micropipette, ce volume est versé sur des filtres vierges de même nature que ceux utilisés lors de l'échantillonnage de l'air. Les filtres sont séchés dans l'étuve à une température de 30 0C.

    En tenant compte de la compatibilité chimique des éléments métalliques entre eux et de l'interférence des pics lors de l'analyse par la XRF, nous avons constitué quatre groupes de mélanges suivants (figure 20) :

    Ø « ST1 » constitue par : V, Se, Ni et Zn.

    Ø « ST2 » constitue par : Hg, Pb, Cu, CO et Mn.

    Ø « ST3 » constitue par : Sr, Fe, Cr et As.

    Ø « ST4 » constitue par : Sn, Cd, Ag et Sb.

    Figure 20 : Préparation des filtres standards.

    Les concentrations dans les standards sont connues, elles sont de l'ordre de 30ug par ul (C = 30ug/ul) sauf pour l'antimoine (Sb) la concentration lors de la préparation est égale à 17,39 ug/ul.

    Pour un élément donné (ex : Cd), la masse déposée sur le filtre résulte de la formule suivante :

    M (ug) =


    Avec :

    M : La masse de l'élément déposé sur le filtre (ug).

    Me : La masse moléculaire de l'élément (g).

    Mp : La masse pesée du réactif.

    Mr : La masse moléculaire du réactif

    V1 : Volume prélevé de la solution mère.

    V2 : Volume prélevé pour la dilution (ml).

    V3 : Volume final de la dilution (ml).

    a : La pureté du réactif.

    IV.3. Préparation des filtres blancs 

    Les filtres blancs ou les blancs, sont des filtres de même nature que ceux utilisés dans les prélèvements (figure 21), sauf que, cette fois-ci nous les faisons analyser par la XRF à leur état vierge, cela est dans le but de déterminer les impuretés des éléments métalliques contenues dans ces filtres.

    Figure 21: Le filtre blanc ou filtre vierge.

    IV.4. Les sources d'excitations et l'irradiation des filtres 

    Pour l'analyses des différents filtres (échantillonnés, standards et blancs), nous avons choisi trois sources d'excitations (émettrices de rayonnements X), elles sont utilisées pour l'excitation atomique des dépôts sur les filtres. Ces trois sources et leurs caractéristiques sont montrées dans le tableau XVIII.

    Tableau XVIII : Caractéristiques des sources d'excitation utilisées.

    Source

    Energie des éléments dosés

    Eléments dosés

    Cadmium109 (Cd109)

    faible énergie (E .

    Se, Ni, Zn, Cu, Co, Mn, Sr, Fe, Cr, As et Hg

    l'Américium241 (Am241)

    forte énergie (E ).

    Ag, Cd, Sn et Sb

    Fer56 (Fe55)

    très faible énergie

    (5,9 à 6,5 Kev)

    V

    Source : Centre de recherche nucléaire d'Alger.

    Lors de l'irradiation par les rayons X, nous avons fixé un temps d'acquisition de 2400s pour chaque filtre et par chaque source d'excitation. A titre d'exemple : Le filtre F1 est excité pendant 2400s par Cd109, 2400s par Am241 et 2400s par Fe55.

    Les résultats de l'irradiation des filtres par les rayons X sont enregistrés sous forme de spectres (base de données caractérisant les dépôts sur chaque filtre) dans le Pc grâce au logiciel de la XRF.

    III.5. Dépouillement spectral 

    Le logiciel nous a donné  pour chaque filtre l'aire du pic qui caractérise chaque élément métallique contenu dans le filtre, à savoir : La date de l'irradiation, le temps d'acquisition (2400s), le numéro atomique, la raie ou la couche irradiée (k, l, m...), l'énergie, l'intensité et l'erreur probable de l'intensité (Tableau XIX).

    Tableau XIX : Exemple des résultats donnés par le logiciel de la XRF.

     
     
     
     
     

    Converted us

    ing Specon

    v1.20

     
     

    $MEAS_TIM:

     
     
     

    2400

    2404.28

     
     
     

    $DATE_MEA:

     
     
     

    03/05/2020

    09 06:43

    :24

     
     

    $MCA_CAL:

     
     
     
     
     
     
     
     
     

    9,18E-41

    2,75551

    3,00E-40

     
     
     

    F1

     
     
     
     

    Z/K/L

    Energie

    Intensité

    Erreur

     

    18 1

    2.957

    121.

    13.

     

    19 1

    3.313

    10.

    8.

     

    20 1

    3.691

    21.

    8.

     

    21 1

    4.089

    11.

    7.

     

    22 1

    4.509

    -10.

    9.

     

    23 1

    4.950

    0.

    7.

     

    24 1

    5.412

    11.

    7.

     
     
     
     
     
     

    Ce qui nous intéresse, est de connaitre les éléments présents dans chaque filtre (analyse qualitative), et surtout leurs concentrations (analyse quantitative), pour cela, nous avons adopté la méthode de comparaison suivante :

    Nous allons comparer l'aire du pic dans le standard pour un élément donné, avec l'aire du pic de l'élément recherché dans l'échantillon, tout en faisant soustraire l'air du pic de blanc.

    La concentration (Cx) d'un élément métallique dans l'échantillon est donnée par la formule suivante :

    Cx =

    Avec :

    Ie : Intensité de l'élément dans l'échantillon.

    Ib : Intensité de l'élément dans le blanc.

    Ist : Intensité de l'élément dans le standard.

    M : La masse de l'élément dans le standard (ug).

    V : Volume de l'air aspiré par la pompe à air (m3).

    CHAPITRE V :

    Après collecte, pesé et analyse des filtres échantillonnés, nous nous sommes arrivés à deux types de résultats : Les teneurs des filtres en particules totales en suspension (TSP) dans l'air, et la présence des métaux lourds dans ces dernières (TSP).

    I. Teneurs en particules totales en suspension (TSP) dans l'air

    I.1. Teneurs en TSP durant les périodes de prélèvement 

    Nous avons pesé les filtres avant et après les collectes, les résultats en détails sont présentés dans le tableau suivant :

    Tableau XX : Teneurs en TSP (ug/m3) dans la gare routière de Tizi-Ouzou pendant les deux périodes de prélèvements (20/01/2009 au 15/02/2009) et de (10/05/2009 au 12/05/2009).

    Ech#

    Date

    De

    prélèvement

    Temps

    Masse

    ?M (ug)

    Volume aspiré

    ?V (M3)

    Concentration

    ?M/?V

    (ug/M3)

    Valeur cible algérienne

    (ug/M3)

    Valeur limite algérienne

    (ug/M3)

    Ech 1

    20/01/2009

    P

    600

    22,36

    26,84

    50

    50

    80

    80

    Ech 2

    21/01/2009

    P

    630

    24,09

    26,15

    Ech 3

    23/01/2009

    N

    940

    19,79

    47,49

    Ech 4

    24/01/2009

    P

    1620

    21,71

    74,60

    Ech 5

    25/01/2009

    N, V

    1620

    21,23

    76,29

    Ech 6

    26/01/2009

    N, V

    670

    21,25

    31,52

    Ech 7

    27/01/2009

    P, V

    950

    24,59

    38,63

    Ech 8

    28/01/2009

    P, V

    880

    21,25

    41,41

    Ech 9

    29/01/2009

    N, P

    1040

    23,43

    44,39

    Ech 10

    30/01/2009

    N, P

    1580

    23,46

    67,34

    Ech 11

    31/01/2009

    E

    3260

    22,84

    142,75

    Ech 12

    01/02/2009

    P(soir)

    2110

    19,86

    106,24

    Ech 13

    02/02/2009

    N, V

    3910

    23,30

    167,78

    Ech 14

    03/02/2009

    N

    5540

    22,98

    241,08

    Ech 15

    04/02/2009

    N, P

    1500

    23,02

    65,17

    Ech 16

    05/02/2009

    N, E

    7240

    22,50

    321,70

    Ech 17

    06/02/2009

    E

    5500

    22,21

    247,60

    Ech 18

    07/02/2009

    E, N

    2090

    23,89

    87,49

    Ech 19

    08/02/2009

    P

    1180

    24,48

    48,19

    Ech 20

    09/02/2009

    P

    1110

    23,87

    46,51

    Ech 21

    10/02/2009

    E

    1600

    23,94

    66,83

    Ech 22

    11/02/2009

    E

    3180

    22,70

    140,07

    Ech 23

    12/02/2009

    E

    2240

    22,79

    98,31

    Ech 24

    13/02/2009

    E

    2100

    23,05

    91,11

    Ech 25

    14/02/2009

    E

    4110

    22,90

    179,44

    Ech 26

    15/02/2009

    E

    5310

    21,42

    247,85

    Ech 27

    10/05/2009

    E

    5020

    23,71

    211 ,71

    Ech 28

    11/05/2009

    E

    4860

    24,27

    200,22

    Ech 29

    12/05/2009

    E

    3840

    24,50

    156,71

    *E : Ensoleillé. * N : Nuageux.

    * P : Pluvieux. * V : Vitesse du vent en m/s.

    Dans les 29 échantillons recueillis durant les deux périodes (hivernale et printanière), les concentrations en TSP sont réparties comme suit:

    Ø 15 échantillons ont une concentration qui dépasse la valeur limite algérienne (80 ug/m3), soit un taux de 51,72 % de l'ensemble.

    Ø 05 dépassent la valeur cible algérienne (50 ug/m3) et inferieur à la valeur limite, soit un taux de 17,24 %.

    Ø 9 échantillons sont au dessous des normes algériennes, soit 31,03 % parmi l'ensemble des échantillons recueillis (figure 21).

    Dans le Tableau XX, les concentrations en TSP les plus élevées sont enregistrées dans les journées ensoleillées (E), avec une valeur maximale de 321,70 ug/m3. Par contre dans les journées pluvieuses, nuageuses (humidité élevée) et présence du vent, les concentrations en TSP dans l'atmosphère de la gare routière de Tizi-Ouzou sont très basses, elles n'excèdent pas la valeur cible algérienne (50ug/m3).

    Cette baisse de concentration durant les journées pluvieuses est expliquée par un dépôt humide des TSP engendré par les précipitations, ajoutant à cela, le rôle joué par le vent en dispersant les particules loin du site de prélèvement.

    Par ailleurs il est clair que l'air respiré au niveau de la gare routière de Tizi-Ouzou est très pollué, les valeurs concentriques ciblées et/ou tolérées (limites) sont trop excédées (figure 22). En conséquence, par application de la notion Dose-effet dans le temps (RAMADE F., 2007), la population qui fréquente cette gare et surtout le personnel qu'y travaille en permanence, est en danger d'atteinte des maladies chroniques (asthme, allergies...etc.) à cours terme d'exposition.

    Figure 22 : Teneurs en TSP (ug/m3) dans l'air à la gare routière de Tizi-Ouzou pendant les deux périodes de prélèvements (20/01/2009 au 14/02/2009) et de (10/05/2009 au 12/05/2009).

    I.2. Variation des concentrations en TSP au cours d'une même journée ensoleillée

    Pour savoir le moment de la journée ou la concentration en TSP est très élevée, nous avons réalisé un pic-journalier (plusieurs prélèvements au cours d'une même journée), et cela pour les deux jours ; 15/02/2009 et 18/05/2009. Les résultats obtenus sont mentionnés dans les tableaux XXI et XXII.

    Tableau XXI : Teneurs en TSP (ug/m3) dans l'air à la gare routière de Tizi-Ouzou durant la journée de prélèvements du 15/02/2009.

    Ech

    Heure

    De

    prélèvement

    Temps

    Masse

    ?M (ug)

    Volume aspiré

    ?V (M3)

    Concentration

    ?M/?V

    (ug/M3)

    Valeur cible algérienne

    (ug/M3)

    Valeur limite algérienne

    (ug/M3)

    Ech 30

    08h-10h

    E

    240

    1,935

    124,03

    50

    80

    Ech 31

    10h-12h

    180

    2,056

    87,54

    Ech 32

    12h-14h

    910

    2,018

    450,94

    Ech 33

    14h-16h

    630

    1,927

    326,93

    Ech 34

    16h-18h

    40

    1,425

    28,07

    Ech 35

    18h-20h

    110

    2,051

    53,63

    Figure 23 : Courbe des teneurs en TSP (ug/m3) dans l'air à la gare routière de Tizi-Ouzou durant la journée de prélèvements du 15/02/2009.

    Nous constatons que les concentrations enregistrées au cours du pic-journalier de la journée de 15/02/2009 excèdent dans leurs majorités les normes algériennes (50 ug/m3 et 80 ug/m3), avec une augmentation exponentielle de ces concentrations de midi à quatorze heures (12h à 14h), l'explication que nous avons proposée pour ce phénomène est la suivante :

    Ø A midi la température est relativement élevée, l'humidité relative diminue et le dépôt humide est en baisse ; ce qui favorise l'augmentation de la concentration en TSP dans l'air.

    Ø D'autre part la gare routière se situe à proximité de la route principale reliant Tizi-Ouzou d'Alger, cette route connait une circulation très encombrée en après midi (visite des malades à l'hôpital, heure de pointe...etc.). Donc, en plus des émissions engendrées par le trafic de la gare, s'ajoute celles du trafic de proximité (routier) qui rentre ou sort de la ville.

    Tableau XXII : Teneurs en TSP (ug/m3) dans l'air à la gare routière de Tizi-Ouzou durant la journée de prélèvements du 18/05/2009.

    Ech

    Heure de prélèvement

    Temps

    Masse

    ?M (ug)

    Volume aspiré

    ?V (M3)

    Concentration

    ?M/?V

    (ug/M3)

    Valeur cible algérienne

    (ug/M3)

    Valeur limite algérienne

    (ug/M3)

    Ech 36

    8h-13h

    E

    1010

    4,793

    210,72

    50

    80

    Ech 37

    13h-18h

    1010

    3,878

    260,44

    Ech 38

    18h-07h

    2700

    14,838

    181,96

    Figure 24 : Les teneurs en TSP (ug/m3) dans la gare routière de Tizi-Ouzou durant la journée de prélèvements du 18/05/2009.

    Les concentrations enregistrées au cours du pic-journalier de la journée de 18/05/2009 dépassent dans leurs majorités les normes algériennes (50 ug/m3 et 80 ug/m3), avec une augmentation remarquable de ces concentrations en après midi de 13h à18h (Figure 24).

    Cette augmentation des concentrations en TSP dans l'air, est semblable à celle enregistrée le 15/02/2009, ce qui confirme l'hypothèse de température et de trafic routier.

    Par ailleurs, une différence remarquable quant aux teneurs nocturnes et matinales sur les deux périodes de prélèvements ; cela est expliqué par le fait que le 15/02/2009 (mois de février) présente une humidité relative remarquable par rapport à celle du 18/05/2009 (mois de mai) qui est au voisinage de la période sèche (Chapitre III : Diagramme ombrothermique de la région d'étude).

    Concernant le facteur vent, son effet sur la variabilité de ces concentrations est moindre, cela par faute de présence de bâtisses entourant la gare routière (nord, nord-ouest et est) qui jouent le rôle de barrière quant aux masses d'air qui viennent de ces directions.

    I.3. Concentration moyenne des TSP 

    La concentration moyenne des TSP est le résultat de l'ensemble des concentrations journalières divisé sur le nombre des prélèvements.

    Figure 25 : Histogramme de concentration moyenne des TSP par rapport aux normes algériennes.

    D'après l'histogramme, on remarque que la concentration moyenne des TSP est égale à 111,77 ug/m3, elle excède la valeur cible (50 ug/m3) et la valeur limite (80 ug/m3) algériennes ; il est clair que la gare routière présente une pollution engendrée par les particules totales en suspension dans l'air.

    A cet effet, et selon les articles 6 et 9 du journal officiel de la République Algérienne du 8 Dhou El Hidja 1426 / 8 janvier 2006 (chapitre I), le wali de Tizi-Ouzou doit prendre toutes les mesures visant à  protéger la santé humaine et L'environnement, ainsi que les mesures de réduction et/ou de restriction des activités polluantes (exigence de filtres à poussière ou monolithes pour les bus).

    II. Les concentrations journalières des métaux lourds contenus dans les TSP 

    Après l'analyse des filtres par, la spectrométrie par fluorescence X avec les différentes sources d'excitation (Cd109, Fe55 et Am241), nous sommes arrivés aux résultats mentionnés dans les tableaux XXIII, XXIV et XXV.

    Tableau XXIII : Concentration des métaux lourds Pb(82), Hg(80),Cd(48), Ni(28) et Cr(24) dans l'air en ng/m3 durant les deux périodes des prélèvements (de 20/01/2009 au 15/02/2009 et de 10/05/2009 au 12/05/2009).

    Concentration des éléments métalliques (ng/m3)

    filtres

    Pb(82)

    Hg(80)

    Cd(48)

    Ni(28)

    Cr(24)

    20/01/09

    44

    ND

    ND

    28

    141

    21/01/09

    110

    ND

    ND

    ND

    110

    22/01/09

    ND

    ND

    ND

    39

    12

    23/01/09

    193

    108

    ND

    36

    ND

    24/01/09

    249

    16

    ND

    ND

    422

    25/01/09

    26

    63

    ND

    10

    ND

    26/01/09

    107

    328

    ND

    ND

    226

    27/01/09

    ND

    ND

    ND

    17

    148

    28/01/09

    ND

    ND

    ND

    ND

    217

    29/01/09

    141

    ND

    ND

    ND

    ND

    30/01/09

    198

    162

    ND

    ND

    ND

    31/01/09

    ND

    135

    ND

    89

    207

    01/02/09

    57

    ND

    ND

    142

    73

    02/02/09

    163

    ND

    246

    ND

    ND

    03/02/09

    ND

    ND

    ND

    ND

    11

    04/02/09

    ND

    45

    ND

    ND

    140

    05/02/09

    55

    ND

    44

    ND

    33

    06/02/09

    65

    ND

    ND

    ND

    10

    07/02/09

    31

    ND

    ND

    ND

    ND

    08/02/09

    9

    ND

    ND

    56

    375

    09/02/09

    23

    ND

    12

    ND

    475

    10/02/09

    102

    ND

    ND

    ND

    ND

    11/02/09

    19

    ND

    ND

    ND

    96

    12/02/09

    14

    44

    ND

    ND

    31

    13/02/09

    48

    ND

    62

    ND

    32

    14/02/09

    67

    220

    ND

    3

    440

    10/05/09

    26

    43

    25

    66

    ND

    11/05/09

    11

    ND

    ND

    110

    221

    12/05/09

    101

    ND

    72

    40

    110

    ND : Non déterminé.

    Tableau XXIV : Concentration des métaux lourds Sr(38), Cu(29), Zn(30), Fe(26) et V23 dans l'air en ng/m3 durant les deux périodes des prélèvements (de 20/01/2009 au 15/02/2009 et de 10/05/2009 au 12/05/2009).

    Concentration des éléments métalliques (ng/m3)

    filtres

    Sr(38)

    Cu(29)

    Zn(30)

    Fe(26)

    V23

    20/01/09

    57

    40

    ND

    627

    187

    21/01/09

    ND

    20

    122

    265

    753

    22/01/09

    19

    8

    5

    1261

    ND

    23/01/09

    78

    23

    ND

    1133

    ND

    24/01/09

    54

    77

    43

    1742

    ND

    25/01/09

    89

    66

    5

    2563

    ND

    26/01/09

    10

    77

    ND

    200

    227

    27/01/09

    54

    43

    10

    ND

    66

    28/01/09

    1

    32

    56

    848

    ND

    29/01/09

    49

    70

    ND

    1607

    ND

    30/01/09

    150

    32

    53

    5863

    367

    31/01/09

    85

    ND

    87

    3458

    ND

    01/02/09

    93

    56

    61

    5527

    ND

    02/02/09

    218

    46

    40

    10726

    182

    03/02/09

    41

    79

    66

    1559

    182

    04/02/09

    137

    66

    72

    8151

    ND

    05/02/09

    319

    ND

    41

    11227

    440

    06/02/09

    117

    ND

    17

    3531

    ND

    07/02/09

    32

    20

    37

    960

    171

    08/02/09

    30

    52

    9

    908

    117

    09/02/09

    91

    21

    ND

    3295

    ND

    10/02/09

    120

    ND

    27

    3458

    61

    11/02/09

    68

    58

    31

    3798

    ND

    12/02/09

    70

    96

    0

    3185

    242

    13/02/09

    249

    7

    22

    7532

    ND

    14/02/09

    301

    42

    33

    9736

    1433

    10/05/09

    ND

    88

    41

    6075

    ND

    11/05/09

    ND

    59

    37

    6114

    ND

    12/05/09

    ND

    ND

    ND

    3901

    256

    ND : Non déterminé.

    Tableau XXV : Concentration des métaux lourds Co(27), Sn(50), Ag(47), Se(34) et Sb(51) dans l'air en ng/m3 durant les deux périodes des prélèvements (de 20/01/2009 au 15/02/2009 et de 10/05/2009 au 12/05/2009).

    Concentration des éléments métalliques (ng/m3)

    filtres

    Co(27)

    Sn(50)

    Ag(47)

    Se(34)

    Sb(51)

    20/01/09

    401

    350

    ND

    15

    ND

    21/01/09

    ND

    698

    ND

    ND

    ND

    22/01/09

    97

    ND

    ND

    ND

    ND

    23/01/09

    177

    144

    ND

    ND

    38

    24/01/09

    ND

    ND

    ND

    ND

    ND

    25/01/09

    ND

    ND

    ND

    ND

    ND

    26/01/09

    260

    95

    ND

    2

    ND

    27/01/09

    ND

    ND

    ND

    ND

    ND

    28/01/09

    55

    ND

    ND

    ND

    ND

    29/01/09

    136

    300

    ND

    11

    ND

    30/01/09

    ND

    34

    ND

    ND

    ND

    31/01/09

    161

    788

    ND

    ND

    ND

    01/02/09

    ND

    369

    ND

    5

    ND

    02/02/09

    334

    306

    12

    ND

    ND

    03/02/09

    ND

    153

    ND

    ND

    ND

    04/02/09

    426

    1565

    ND

    ND

    ND

    05/02/09

    778

    634

    ND

    ND

    2

    06/02/09

    ND

    393

    ND

    ND

    ND

    07/02/09

    ND

    511

    ND

    ND

    ND

    08/02/09

    ND

    541

    ND

    ND

    ND

    09/02/09

    27

    932

    ND

    ND

    ND

    10/02/09

    28

    1362

    ND

    11

    ND

    11/02/09

    449

    1133

    ND

    ND

    ND

    12/02/09

    111

    917

    ND

    ND

    ND

    13/02/09

    ND

    1042

    ND

    ND

    8

    14/02/09

    90

    1899

    ND

    ND

    55

    10/05/09

    88

    1120

    ND

    24

    22

    11/05/09

    55

    1540

    09

    24

    ND

    12/05/09

    441

    980

    ND

    5

    41

    ND : Non déterminé.

    Les résultats indiqués dans les tableaux précédents sont traduits par les courbes suivantes :

    II.1. Concentrations du Plomb (Pb) dans les différents échantillons 

    Figure 26 : Variation des concentrations (ng/m3) de Pb dans les 29 échantillons prélevés.

    Les teneurs en plomb varient de 0 ng/m3 à 249 ng/m3 dans les 29 échantillons prélevés. Elles sont en dessous des normes OMS (500 ng/m3) et celle fixée par la Directive Européenne (900 ng/m3).

    Il n'ya pas de différence significative entre les concentrations de plomb enregistrée en période hivernale et celles printanière.

    La concentration la plus élevée (relativement), est enregistrée en début de semaine, le samedi 24/01/2009 (C = 249 ng/m3 engendrée par une forte circulation automobile).

    En conséquence, nous pouvons dire qu'il n'ya pas de pollution par le plomb au niveau de la station d'étude.

    II.2. Concentration de Mercure (Hg) dans les différents échantillons 

    Figure 27 : Variation des concentrations d'Hg en fonction de la date des prélèvements.

    D'après la courbe, la concentration du mercure est très forte en comparaison avec la valeur guide souhaitée atteindre par la Directive Européenne (50ng/m3).

    L'air respiré au niveau de la gare routière de Tizi-Ouzou présente une pollution par le mercure.

    II.3. Concentration de Cadmium (Cd) dans les différents échantillons 

    Figure 28 : Variation des concentrations de Cd en fonction de la date des prélèvements

    La valeur limite imposée par l'OMS (5 ng/m3) est largement franchie dans plusieurs prélèvements.

    Nous avons enregistré une forte pollution par le cadmium avec un plateau de valeurs de concentrations nulles ou non détectées, comprises entre le 20/01/2009 et le 31/01/2009.

    II.4. Concentration de Nickel (Ni) dans les différents échantillons 

    Figure 29 : Variation des concentrations de Ni en fonction de la date des prélèvements

    En comparaison avec la concentration limite, fixée par l'OMS (20 ng/m3), une grande partie des prélèvements présentent une valeur concentrique très élevée.

    La gare routière de Tizi-Ouzou présente une forte pollution par le nickel.

    II.5. Concentration de Crome (Cr) dans les différents échantillons 

    Figure 30 : Variation des concentrations de Crome (Cr) en fonction de la date de prélèvements.

    Les concentrations de Crome (Cr) varient de 0 ng/m3 à 475 ng/m3, la majorité des prélèvements sont trop supérieurs par rapport à la norme fixée par l'OMS (6 ng/m3) presque dans leur totalité.

    Il est clair que, le Crome provoque une très forte pollution de l'air respiré au niveau de la gare routière de Tizi-Ouzou.

    II.6. Concentration de Strontium (Sr) dans les différents échantillons 

    Figure 31 : Variation des concentrations de Strontium (Sr) en fonction de la date de prélèvements.

    Les concentrations de Strontium (Sr) varient de 0 ng/m3 à 319 ng/m3, ces teneurs sont élevées, mais en l'absence de normes nationales et/ou internationales, il est difficile de porter jugement sur l'état de l'air (pollué ou non pollué) de notre station, tout en disant que la diminution de la concentration de Sr s'avère une obligation pour éviter une éventuelle toxicité.

    II.7. Concentrations de Cuivre (Cu) et Zinc (Zn) dans les différents échantillons 

    Figure 32 : Variation des concentrations de Cuivre (Cu) et Zinc (Zn) en fonction de la date de prélèvements.

    D'après la figure, nous remarquons que les teneurs en cuivre et en zinc sont relativement élevées durant les périodes des prélèvements, avec des concentrations qui varient : De 0 ng/m3 à 96 ng/m3 pour le Cu et de 0 ng/m3 à 122 ng/m3 pour le Zn.

    Malgré leurs effets toxiques à fortes doses, Il n'ya pas de normes fixées pour ces deux oligo-éléments afin de limiter leurs présence dans l'air.

    II.8. Concentrations de Fer (Fe) dans les différents échantillons  

    Figure 33 : Variation des concentrations de Fer (Fe) en fonction de la date de prélèvements.

    Les teneurs de fer (oligo-élément) dans l'atmosphère de la gare routière, varient de 0 ng/m3 à 11227 ng/m3 sur l'ensemble des prélèvements. Ces éminentes concentrations constituent une forte pollution de l'air même en l'absence de normes de référence.

    II.9. Concentrations de l'Etain (Sn), Vanadium (V) et Cobalt (Co) dans les différents échantillons

    Figure 34 : Variations des concentrations de l'Etain (Sn), Vanadium (V) et Cobalt (Co) en fonction de la date de prélèvements.

    D'après la figure, les concentrations en Sn varient de 0 ng/m3 à 1565 ng/m3, suivies des teneurs en V variant de 0 ng/m3 à 1433 ng/m3, et celles de Co qui varient entre 0 ng/m3 à 441 ng/m3. Les concentrations relativement élevées de l'étain (Sn) qui est un métal très toxique, permet de suspecter une pollution de l'air même en absence de valeur seuil à ne pas dépasser.

    II.10. Concentrations de l'Argent (Ag), Sélénium (Se) et Antimoine (Sb) dans les différents échantillons 

    Figure 35 : Variations des concentrations d'Argent (Ag), Sélénium (Se) et Antimoine (Sb) en fonction de la date de prélèvements.

    L'Argent, Sélénium et l'Antimoine marquent leurs présences dans l'air même à faibles concentrations, elles sont de l'ordre de 0 ng/m3 à 12 ng/m3 pour l'Ag, 0 à 24 ng/m3 pour Se et de 0 ng/m3 à 55 ng/m3 pour Sb. Il n'existe pas de normes fixées pour limiter la présence de ces éléments métalliques dans l'atmosphère, alors on se contente seulement de les signalés.

    III. Concentrations moyennes des métaux les plus toxiques contenus dans les TSP dans l'air au niveau de la gare routière 

    Figure 36 : Histogramme des concentrations moyennes de Pb, Hg, Cd, Ni et Cr.

    L'histogramme présente les concentrations moyennes dans l'air des éléments métalliques Pb, Hg, Cd, Ni et Cr. Mis à part le Plomb, ces métaux les plus toxiques pour l'organisme vivant et l'environnement (chapitre I), franchissent largement les valeurs normes fixées par l'OMS et la Directive européenne.

    Le seuil d'alerte est dépassé, une sonnette d'alarme doit être terrée pour éviter des conséquences dévastatrices sur la population (asthme, cancer, irritation de la peau...etc.), qui fréquente cette gare et sur l'environnement.

    IV. Etude comparative entre deux stations (gare routière et centre ville) 

    Dans cette partie, nous allons comparer nos résultats obtenus lors de l'échantillonnage de l'air au niveau de la gare routière de Tizi-Ouzou, avec ceux obtenus par TEZKRATT et ZEMOUCHE (2008) au niveau du centre ville de la commune de Tizi-Ouzou.

    IV.1. Comparaison des concentrations moyennes des TSP entre les deux stations 

    Figure 37 : Concentrations moyennes (ug/m3) des TSP dans les deux stations (gare routière et Centre ville de la commune de Tizi-Ouzou), par rapport aux valeurs normes algériennes.

    D'après la figure, nous remarquons que les concentrations moyennes des TSP dans l'air sont voisines pour les deux stations de prélèvement, soit 111,77 ug/m3 dans l'atmosphère de la gare routière et 127,46 ug/m3 au niveau du centre ville de la commune de Tizi-Ouzou. Les valeurs normes des concentrations fixées par l'autorité algérienne sont dépassées.

    En conséquence, la gare routière et le centre ville de la commune de Tizi-Ouzou présentent une forte pollution par les particules totales en suspension, fortement liée à la circulation automobile (absence d'industrie dans la ville).

    IV.2. Comparaison des concentrations moyennes de quelques métaux lourds, entre les deux stations 

    Tableau XXVI : Concentration de quelques métaux toxiques dans l'air, au niveau des deux stations de prélèvements (centre ville et gare routière).

    Elément

    Pb

    Hg

    Cd

    Ni

    Cr

    Concentration moyenne (ng/m3) au centre ville de Tizi-Ouzou.

    643,12

    377,64

    119,29

    739,06

    256,57

    Concentration moyenne (ng/m3) dans la gare routière de Tizi-Ouzou.

    80,82

    116,4

    96,86

    53

    168,5

    Valeurs normes (ng/m3)

    500

    50

    05

    20

    06

    Figure 38 : Histogramme comparatif des concentrations moyennes (ng/m3) des métaux toxiques (Pb, Hg, Cd, Ni et Cr).

    D'après la figure 38, les concentrations moyennes des métaux lourds (Pb, Hg, Cd, Ni et Cr) au niveau du centre ville, sont plus élevées par rapport à celles enregistrées dans la gare routière.

    Mis à part la concentration moyenne du Pb au niveau la gare routière, les concentrations moyennes des métaux toxiques au niveau des deux stations, dépassent largement les valeurs normes de chaque élément.

    Les deux stations présentent une pollution par les métaux toxiques, avec un risque de toxicité plus élevé au centre ville qu'à la gare routière.

    V. Discussion

    La présence de particules totales en suspension et les métaux lourds dans l'air au niveau de la gare routière, sont certifiés, dépassant dans leurs majorités les normes nationales et/ou internationales (chapitre I : Législation et normes de rejets).

    V.1. les TSP 

    Leurs présences en concentrations alarmantes dans l'air au niveau de la gare routière de Tizi-Ouzou, sont dues aux émissions des véhicules, en particulier ceux à moteur diesel (Bus) connus par leur combustion incomplète de gasoil, déréglage de l'injection et, l'absence de filtre à air (monolithes).

    L'influence des précipitations est significative, les basses concentrations en TSP ont été enregistrées lors des journées pluvieuses et humides. Cette diminution est expliquée par un dépôt humide des particules totales en suspension (Tableau XX), et non pas aux réductions des émissions.

    L'augmentation de la température pendant la journée favorise l'augmentation des concentrations journalières des TSP, par l'assèchement du sol et diminution des dépôts humides par diminution de l'humidité relative de l'air.

    Les constructions autour de la gare routière constituent une barrière contre l'action du vent sur la dispersion des particules totales en suspension.

    V.2. les métaux lourds 

    L'absence de l'industrie à l'intérieur de la ville de Tizi-Ouzou, procure l'explication de cette forte pollution par les métaux lourds à l'émission automobile (rejets d'échappement, de batteries, de gentes-à-liège, de pneus, plaquettes de freins, disques d'embrayages ....etc.) qui est devenue ces dernières années, la première cause de la pollution atmosphérique au niveau des zones urbaines (RAMADE F., 2007).

    La décharge de Boukhalfa (situe à une distance de 1,5 km à l'Ouest de la gare routière) peut être comme source secondaire de pollution, issue de l'incinération incontrôlée des déchets qui libèrent des résidus riches en métaux lourds dans l'atmosphère.

    Au terme final de cette discussion, il est clair que : L'air, au niveau de la gare routière de Tizi-Ouzou est très pollué.

    L'émission d'origine automobile figure comme source principale de présences des TSP et les métaux lourds dans l'air de la commune de Tizi-Ouzou. La topographie de cette commune favorise la stagnation des polluants dans l'air pour une longue période, par l'augmentation de la température moyenne et le faible échange de masses d'air avec le milieu extérieur de la commune.

    A l'issue de cette étude il est difficile de déterminer par exactitude les causes principales des différences de concentrations des métaux lourds enregistrées au cours des journées de prélèvements, cela revient à l'absence des données climatiques journalières des mois de janvier, février et mai correspondant aux périodes de prélèvements qui sont indispensable pour le traitement statistique des concentrations obtenues lors des analyses.

    CONCLUSION GENERALE :

    Conclusion générale

    Le diagnostic environnemental de la gare routière de Tizi-Ouzou est établi, l'état de pollution par les particules totales en suspension et les métaux lourds est bien défini, cela grâce aux résultats obtenus après les différentes analyses effectuées par la Spectrométrie par fluorescence-X pour l'ensemble des filtres échantillonnés.

    Cette étude a montré clairement que l'air respiré au niveau de la gare routière de Tizi-Ouzou est fortement pollué ; nous avons constaté que la concentration moyenne journalière (Cm = 111,77 ug/m3) des TSP dans l'air dépasse largement les valeurs normes algériennes (valeur cible : 50 ug/m3. Valeur limite : 80 ug/m3). Concernant les métaux lourds associés aux TSP, à l'exception du Plomb (Pb) qui présente des concentrations journalières inferieures à la valeur norme recommandée par l'OMS (500 ng/m3), l'ensemble des métaux lourds réglementés (Cd, Hg, Ni, et Cr) présentent des concentrations moyennes journalières franchissant largement les valeurs normes OMS et/ou celles de la directive européenne. De fortes concentrations enregistrées pour le reste des métaux (Sn, Sr, Sb, Ag, Co, V, Cu, Zn...etc.), cependant en l'absence de valeurs normes nationales et/ou internationales qui réglementent leurs présences dans l'air, il est difficile d'estimer leur degré de pollution.

    En effet, la source principale de cette pollution réside dans les effluents d'échappement moteur que libèrent les bus fréquentant cette gare, auxquels s'ajoutent les émissions dues aux transports de proximité (station taxi et circulation automobile sur la route nationale n° 12 reliant Tizi-Ouzou-Alger) ; par ailleurs il est possible que la décharge de Boukhalfa qui se situe à 1,5 km à l'Ouest de la gare routière puisse être une source secondaire.

    La topographie de la commune de Tizi-Ouzou, et la réduction de la surface de la gare routière en particulier (Tableau XVI) favorisent la stagnation des polluants dans l'air.

    En conséquence, d'après l'article 9 du journal officiel de la République Algérienne du 8 Dhou El Hadja/ 8 janvier 2006 (Chapitre I), les seuils d'alerte sont atteints, de ce fait, le wali de Tizi-Ouzou doit intervenir par des mesures visant à protéger la santé humaine et l'environnement, ainsi que les mesures de réduction et/ou de restriction de la pollution de l'air d'origine automobile.

    Parmi ces mesures nous proposons :

    Ø Réglage de l'injection des moteurs diesel et équipement des véhicules par des filtres à particules (monolithes).

    Ø Faire des compagnes de sensibilisation sur l'impact de la pollution de l'air.

    Ø Encouragement de l'utilisation des nouveaux carburants et développement des transports ferroviaires électriques.

    Ø Déplacement de la gare routière en dehors de la ville reste le moyen le plus efficace pour réduire cette énorme pollution de l'air.

    Ø L'installation d'un dispositif pour la détection et le contrôle de la qualité de l'air dans la ville de Tizi-Ouzou.

    Une éducation environnementale et, une réglementation très stricte basée sur le principe de précaution et de pollueur-payeur s'avèrent les moyens essentiels pour améliorer graduellement la qualité de l'air urbain et de l'atmosphère en général.

    BIBLIOGRAPHIE :

    Bibliographie

    1. ALAIN L. et ROBERT S., 1996. Eléments de Biogéographie et d'Ecologie. 2ème Ed. Nathan, Paris, 318p.

    2. ANNE T S et ISABELLE F., 2005.Contamination des Sols : Transferts des Sols vers les Plantes. Ed. EDP sciences et ADEME, Angers cedex, 413 p.

    3. Anonyme 1, 1997. Centre SPIN., 1997. Ecole des Mines de Saint-Etienne, France.

    4. Anonyme 2, 1987. OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Valeurs Guides pour la Qualité de l'Air en Europe. Pub. Régionales de l'OMS, séries Européennes n° 23, Office régionale pour l'Europe, Copenhague.

    5. Anonyme 3, 1998. La qualité de l'air en France 1995 et 1996, données références. ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maitrise de l'Energie) et MATE (Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement), Paris.

    6. Anonyme 4, 1996. La pollution atmosphérique d'origine automobile et la santé publique. SFSP, collection SFSP n° 4, santé et société, Nancy.

    7. ARABI M., 1997.  Evaluation de la Vitesse de Sédimentation par le CS (137) et les Métaux Lourds dans une Colaire de Sédiments au sit d'El Kittani (Baie d'Alger). Mémoire de fin d'Etude en Chimie Industrielle, Op. Génie de l'Environnement, univ. Blida. 107 p.

    8. AYAD R., CHIRIF Y., 2006. Evaluation de la Pollution Atmosphérique par les Particules en Suspension Totale (TSP) à Alger centre ; Mémoire de Fin d'Etude DEUA en Chimie Industrielle, Univ. STHB, Alger. 75p.

    9. AZBOUCHE A., 2004. La Spectrométrie par Fluorescence-X (XRF), CRNA, Alger, 43p.

    10. BENCHIKH L et GHEZALI., 1995. Application de la Fluorescence X au Dosage des Métaux Lourds dans les Sédiments Marins de la Baie d'Alger. Evaluation de l'Etat de la Pollution, Mémoire de Fin d'Etudes DEUA en Chimie Industrielle, Option Génie de l'Environnement, Univ STHB, Alger, 82P.

    11. BESSE J., FOURNIE A. et RENAUDIN M., 1989. Météorologie. Vol. I  Météorologie Générale, 3ème Ed, E.N.A.C., Toulouse. 125p.

    12. BLIEFERT et PERRAUD, 2001. Chimie de l'environnement Air, Eau, Sol. 1ère Ed., Boeck Université, Bruxelles, 477p.

    13. BOULABROUAT et FATMA Z., 2007. Analyse des Métaux Lourds par Absorption Atomique et par XRF en Milieu Urbain (Bab-El-Oued et Tizi-Ouzou). Mémoire de fin d'Etudes DEUA en Chimie Industrielle Option Génie de l'Environnement, Univ STHB, Alger, 82P.

    14. CHESTNUL L.G. et al, 1991. Pulmonary function and ambiant particulate matter, epidemiological evidence from NHANES L. Arch Envir. Health, 144p.

    15. EMBERGER, 1930. La Végétation de la Région Méditerranéenne. Essai d'une Classification des Groupements Végétaux. Rev. Gen. Botanique.

    16. FONTAN J., 2003. Les Pollutions de l'Air les Connaitre pour les Combattre. 2ème Ed., Vuibert, Paris, 211p.

    17. HENRY A., 2008. Le Livre Noire de l'Environnement, éd. Alphée, Paris, 600p.

    18. HINDS W C., 1982. Aerosol Technology. Ed. WJ.,  USA., 424p.

    19. JO., 2006. Journal Officiel de la République Algérienne du 8 Dhou El Hidja 1426 / 8 janvier 2006. Art. 03, 04, 05, 06, 07, 08, 09, et 10, Algérie.

    20. LE BOUFFANT L., 1988 : Pollution Atmosphérique par les Aérosols Solides et Liquides. Techniques de l'Ingénieur, Analyses Chimiques et Caractérisation « Mesure et Analyse ».5000p.

    21. MARCHEOINE A., 1997. Transport, énergie, environnement : modes de vie et comportements. Note ADEME, paris.

    22. MATHE F et al, 1998. La Mesure des Particules en Suspension dans l'Air Ambiant : Application dans les Réseaux Français de Surveillance de la Qualité de l'Air, Analysis Magazine, n° 9, 26p.

    23. MESBAHI K. et MEGUENI T., 2008. Diagnostic Environnemental de la Décharge de Boukhalfa : Contribution à la Recherche des Métaux Lourds dans le Sol, Mémoire de Fin d'Etude Ingénieur en Ecologie Végétale et Environnement, univ. MMTO, 69 p.

    24. MIQUEL G., 2001. Rapport sur les Effets des Métaux Lourds sur l'Environnement et la Santé. Assemblée Nationale Française, N°2979, Paris, 366p.

    25. MOUVIER G., 1994. La Pollution Atmosphérique. Collection Dominos, Flammarion, Paris, 216p.

    26. OIKAWA K., 1999. Analyse des Echantillons Atmosphériques, Centre de Recherche Nucléaire, Alger, 32p.

    27. OUZERARA K. et ZEHAR S., 2007. Dosage des Métaux Lourds liés aux TSP par Fluorescence X (XRF) dans l'Air d'un Centre Urbain (Alger). Mémoire de fin d'Etude DEUA en Chimie Industrielle, Univ.STHB, Alger, 65p.

    28. PIERRE M., 2000. Pollution Atmosphérique : Causes, Conséquences et Solutions. Ed. Ellipses, Paris, 213p.

    29. RABAI Y. et BOURAHLA M., 2006. Evaluation de la Pollution Atmosphérique par les Particules en Suspension (TSP) dans la ville de Tizi-Ouzou. Mémoire de fin d'Etude TS en Protection de l'Environnement. Centre de Formation Professionnelle Ouagnoune, Tizi-Ouzou .105p.

    30. RAMADE F., 2007. Introduction à l'Ecotoxicologie Fondements et Applications. Ed. TEC/DOC., Lavoisier, Paris, 618 p.

    31. RENE E. et VAN G., 1999. Hand Book of X-ray Spectrometry. Method and Technique, Ed. New York, 704p.

    32. ROGER D., 1996. Précis d'Ecologie. 6ème Ed., Dunod, Paris, 551p.

    33. SIDI MANSOUR F., 2001.Détection de la Pollution Plombique d'Origine Automobile à l'aide de Transplantant Licheniques dans l'Agglomération de Tizi-Ouzou, Thèse de Magistère, univ. MMTO., 75p.

    34. TEZKRATT et ZIMOUCHE., 2008. Etude de la Qualité de l'Air par l'Evaluation des Teneurs en Métaux Lourds dans l'Air au Niveau de la Ville de Tizi-Ouzou, Mémoire de Fin d'Etude Ingénieur en Ecologie Végétale et Environnement, univ. MMTO, 82 p.

    35. TIMACHMACHINE R., 2007. Evaluation de la Pollution Atmosphérique par les Métaux Lourds en Milieu Urbain. Thèse d'Ingénieur, Univ. Boumerdès.

    36. TOUMART I., 1986. La Méthode d'Analyse par Fluorescence-X. Centre de Recherche Nucléaire d'Alger (CRNA), Pub., Alger, 91p.

    37. WILSON R et S PENGLER J. (1996). Particles in Our Air: Concentrations and Health Effects. Harvard University Press, Boston.

    38. YAKOUB. B., 1996. Le Problème de l'Eau en Grande Kabylie. Université Mouloud Mammeri, Tizi-Ouzou, 208p.