WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact de l'exploitation minière industrielle sur la santé humaine et environnementale au Burkina Faso: cas de la mine d'or de Essakane SA


par Issaka OUEDRAOGO
Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines (France) - Master Pro 2 en Sciences de la Santé, de l'Environnement, du Territoire et de la Société (SSEnTS) 2012
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION

L'exploitation minière industrielle est un secteur en plein essor au Burkina Faso. Malgré son l'inexpérience du pays dans le domaine, un certain nombre de précautions serve de garde-fou et permet d'encadrer cette activité. Ainsi, toutes les mines industrielles, à l'instar d'Essakane Sa sont construites autour d'un plan de gestion environnementale et sociale (PGES) prenant en compte tous les objectifs de développement inhérents à l'exploitation. Les questions relatives a la sante, a l'emploi et au développement local, a la gestion des déchets (solides, liquides, gazeux), a la protection et a la restauration des différents écosystèmes y sont détaillées et doivent faire l'objet d'un suivi régulier.

Notre étude ci s'est intéressée de manière particulière à la question sanitaire dans l'industrie minière aurifère en utilisant le cas précis de la Société Essakane Sa, comme une vitrine pour l'ensemble du secteur. L'activité minière est sujette à beaucoup risques. Les conditions de travail, les rejets miniers peuvent impacter négativement la sante des employés et des populations des localités abritant ses mines, compromettant ainsi toute possibilité de bien être et d'épanouissement. Or le développement durable ne peut être définit sans l'épanouissement et le bien être des populations. Ce qui place ainsi l'Homme au centre de toutes les préoccupations, comme le stipule, le principe I de la déclaration de Rio sur l'Environnement et le Développement qui affirmait en 1992 que : « les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature ». La sante, au delà d'être un objectif indispensable pour espérer un développement durable, est un droit fondamentale pour tout être humain (OMS, 1948). Toutes les conditions doivent être mise en oeuvre pour sa promotion et empêcher un état de dégradation de la sante dans n'importe qu'elle milieu.

Dans le milieu professionnel et particulièrement dans le secteur minier aurifère, les déterminants essentiels pouvant impacter sérieusement l'état de sante sont ceux physiques dont la qualité de l'eau, de l'air, de celle des aliments et du logement mais également les déterminants liés aux modes de vie (comportement par exemple).

A Essakane, la recrudescence de certaines affections et infections tels que les gastro-entérites, les pathologies respiratoires, les céphalées et le paludisme pourrait s'expliquer en partie par une atteinte de la qualité de ses déterminants. A ce niveau, nous avions pu constater par exemple que l'effet comportemental serait à l' origine du taux élevé de gastroentérites.

Aussi la qualité de l'eau, de l'air et celle des aliments et de tous les autres compartiments pouvant être influencé par les rejets méritent un suivis régulier dans une optique prévention et de précaution. Il s'agira de minimiser les risques d'exposition des populations via les eaux (eaux de surface comme le Gorouol et eaux souterraines), a des doses non admissibles de substances comme le cyanure, les métaux lourds tels que mercure, plomb, le cadmium qui peuvent entrainer une dégradation de l'état de sante ou favoriser l'installation de pathologie chronique. Pour ce dernier cas, précisément en ce qui concerne les métaux lourds, les taux mesurés dans les eaux restent extrêmement faible par rapport aux doses admises comme standards nationaux et internationaux. Il n'y a donc pas de risques de développement d'effet délétère au regard des données a notre disposition. En effet notre analyse ne tient pas compte de composée comme le cyanure, substance chimique de base utilisé dans le processus de purification de l'or et dont la dangerosité et les effets potentiels sur l'atteinte de la sante sont confirmés par nombres de publications et d'études scientifiques (ATSDR, 2006 ; OMS). Cependant, les mesures de surveillance doivent être maintenues et même renforcer par des analyses biologiques d'exposition: la plombémie (taux de plomb dans le sang) par exemple.

6. RECOMMANDATIONS

- Sensibiliser sur les mesures d'hygiènes élémentaires comme par exemple comment bien laver les mains ainsi que la réalisation des affiches pourront permettre une prévention des gastroentérites et de certaines autres pathologies infectieuses.

- Réaliser des enquêtes au niveau microbiologiques pour identifier de façon plus précise la source potentielle de contamination avec une identification des germes responsables de ses gastroentérites. On peut effectuer des prélèvements au niveau des points fortement suspectés comme sur les robinets situés juste a la rentrée du restaurant ou le poignet de la porte du restaurant en vue de prendre des mesures adéquates de prévention.

- Décentralisation du restaurant pour le rapprocher des employés: ce qui permettra une utilisation plus efficace de son temps de pause et par conséquent un gain de temps qui pourrait être utilisé pour un acte hygiénique.

- Travailler à améliorer la qualité des données et celle de l'évaluation en multipliant non seulement les indicateurs mais aussi en les spécifiant par rapport aux toxiques recherchés.

- Partager les informations relatives a la qualité des différents milieux avec les employés, les populations et toute autre personne intéressée. Il s'agit de respecter le droit du citoyen à disposer de toutes les informations sur les risques auxquels ils pourraient être confrontés.

- Intégrer d'autres indicateurs dans l'évaluation des taux des polluants dans l'environnement: mesure des taux des polluants dans l'air en tenant compte des paramètres climatiques (modélisation par exemple), dans les sols et les sédiments, dans les organismes vivants (animaux et végétaux).

- Renforcer la capacité du BUNEE en vue de son autonomisation vis-à-vis des structures minières en tant que structure de référence pour les évaluations et les audits environnementaux.

précédent sommaire suivant