WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Les techniques d'élaboration des budgets (cas de la société Communivers)

( Télécharger le fichier original )
par Moulay El Mehdi Falloul
Université Hassan II Faculté de Droit Mohammedia - Licence en Economie et Gestion 2007
Dans la categorie: Rapports de stage
  

précédent sommaire suivant

Soutenons La Quadrature du Net !

5 Chapitre III : Le budget de production

Construire un budget de production demande d'élaborer un programme de production à court terme (prévisions quantitatives) puis de le répartir par unité d'exploitation, par période afin d'en faciliter le contrôle.

Le programme de production doit permettre de répondre aux questions suivantes :

* Déterminer la quantité à produire pour satisfaire la demande compte tenu des contraintes techniques de fabrication ?

* Déterminer la quantité de matières premières qu'il faut commander et stocker pour satisfaire la demande prévue ?

* Déterminer comment et combien faut-il commander et stocker pour satisfaire la demande prévue ?

La réponse à ses questions n'est pas toujours, facile, car très souvent des ajustements des capacités et des besoins nécessaires à la production sont indispensables.

1. Détermination du programme de production : 

1.1 Application :

L'entreprise XLS fabrique 2 types de produits les tables et des lits. Les besoins en matières et en heures de travail qui nécessite chaque type de produit sont donnés par le tableau suivant :

Produits

Bois (en m3)

Acier (en kg)

Heures de travail

Table

Lits

0.3

0.2

100

50

2 h

3h

Ressources

journalière

27m3

8kg

360 h

Travail à faire :

1) Déterminer tous les programmes de production possibles 

2) Déterminer le programme permettant de maximiser le bénéfice sachant que la marge sur coût variable est de 300 DH par table et 250 DH par lit.

Solution :

1) Détermination des programmes de production possibles :

A. Présentation du problème :

x = le nombre de tables à produire

y = le nombre de lits à produire

La fonction économique à maximiser est

350x + 250y = Z

Les contraintes s'écrivent ainsi

0.3x + 0.2y 27 (m3 de bois)

0.1x + 0.05y 8 (kg d'acier)

2x + 3y 360 (heures de travail)

x 0 et y 0 (la production ne peut être négative)

Plusieurs solutions peuvent être envisagées pour ce problème, en l'occurrence nous allons nous contenter de la méthode graphique.

B. Utilisation de la méthode graphique :

Cette méthode ne peut être utilisée que lorsque le problème se limite à deux variables.

A chaque inéquation de contrainte, on peut associer une droite du plan.

0.3x + 0.2y = 27, (la droite 1) : (0 ; 135) (90 ; 0)

Si x = 0 y = 27 0.2 = 135

Si y = 0 x = 27 0.3 = 90

0.1x + 0.05y = 8, (la droite 2) : (0 ; 160) (80 ; 0)

2x + 3y = 360, (la droite 3) : (0 ; 120) (180 ; 0)

170

160

150

140

130

120

110

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180

B

A

C

O D

(D)

Le polygone OABCD représente les régions des solutions(x ; y) admissibles, autrement dit tous point à l'intérieur de ce polygone est un programme de production qui vérifie les contraintes.

Les sommets du polygone sont des solutions particulières :

A (80 ; 0) ; B (18 ; 108) ; C (50 ; 60) ; D (80 ; 0).

2) détermination du programme de maximisation de bénéfices

Il importe maintenant de déterminer parmi les solutions admissibles celle qui maximise la fonction économique du problème : 350x + 250y = Z.

Pour déterminer cet optimum, on trace une droite (D) : 350x+250y=0 correspondant à la fonction économique Z puis on la déplace parallèlement à elle-même jusqu'à ce qu'elle garde un point dans la zone d'acceptabilité.

On remarque que le point C correspond à l'optimum économique recherché, donc le bénéfice maximum est de (350 .50) + (250.60) = 32500.

Remarque : la méthode graphique ne peut être utilisée si le programme comporte plus que deux variables. Dans ce cas on recourt à la méthode du simplex.

2. Ajustement de la production :

Lorsque les solutions de productions trouvées ne sont pas satisfaisantes (soit que les prévisions de ventes ne sont pas atteintes, soit que les contraintes de fabrication ne sont pas suffisamment saturées), on peut procéder à deux types d'ajustement :

Dans un premier temps on ajuste en jouant sur les variables de productions, si les incompatibilités subsistent, on pourra dans un second lieu instaurer une régulation dans le temps entre production et ventes.

2.1 Ajustement par action sur les variables de la production :

Dans cas, on peut envisager plusieurs actions parmi lesquelles on peut citer :

§ Faire varier le volume des facteurs de production qui peuvent être modifié à court terme exemple : acheter plus de matières premières, recruter des ouvriers temporaires....

§ Modifier les conditions d'emploi de ces facteurs exemple : recours aux heures supplémentaires, faire fonctionner les machines avec plusieurs équipes, changer la qualité des inputs, organiser mieux les ateliers.....

2.2 Ajustement de la production à la demande :

Quatre choix s'offrent à l'entreprise :

§ Réguler l'activité commerciale en mettant en oeuvre une politique de prix adéquate exemple : en basses saisons, l'entreprise réduit ses prix et participe à des foires promotionnelles pour augmenter ses ventes ;

§ Calquer le programme de production sur le programme des ventes, cela suppose que l'entreprise a un fort potentiel de production capable de répondre à n'importe quelle demande. Ce choix a l'avantage de faire des économies de stock (quasi absent), cependant il généré des coûts de chômage

Résultant de la sous activité en basses saisons ;

§ Laisser évoluer programmes de production et de stockage selon leurs propres logiques et réguler par une politique de stockage les produits réalisé ;

§ Recourir à la sous-traitance pour éviter des investissements en matériaux de production qui répondraient à une surchauffe de la demande et resteraient inexploités par la suite.

3. Budgétisation de la production :

Cette phase se décompose en deux parties :

§ La valorisation du programme adopté,

§ La ventilation du budget qui en résulte par centre de responsabilité et par période.

3.1 La valorisation du programme de production :

Valoriser un programme de production c'est calculer son coût. Celui-ci est habituellement constitué de :

§ Charges directes qui sont directement affectés au coût de production sans calcul intermédiaire exemple : matières premières consommées, main d'oeuvre directe...

§ Charges indirectes qui se rapportent à plusieurs produits, ces frais doivent faire l'objet d'une estimation (calcul/répartition) avant leur imputation exemple : les frais de coupe et de piquage dans une société de confection qui peuvent se reporter à plusieurs produits (chemises, pantalons.....).

Très souvent la construction d'un programme de production valorisé (appelé également budget de production global) passe par la construction et la sommation des trois budgets suivants :

§ Un budget des matières consommées,

§ Un budget de la main d'oeuvre productive,

§ Un budget des frais indirects de production.

3.2 La répartition du programme de production :

Pour un besoin de contrôle de gestion de l'entreprise, le programme de production peut être ventilé par centre de responsabilité et par période.

3.2.1 Par centre de responsabilité :

Elle désigne la répartition du plan de production global (en quantités) par atelier ou par service. Cela suppose que l'entreprise a bien défini sa politique d'implantation. La ventilation s'effectuera des nomenclatures techniques des produits et des potentiels de chaque usine.

Un tel découpage présente un grand intérêt puisqu'il permet à l'entreprise de connaître les coûts qui se rapportent à chaque atelier ou service.

3.2.2 Par période :

La ventilation, par période, du budget de production global se justifie par la nécessité de vérifier que, sur la très courte période la compatibilité entre production et vente sur subsiste.

Très souvent, le mois est la période retenue de répartition.

3.3 Exemple d'un budget annuel de production d'un produit :

Eléments

J

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

Total

* Charges directes

Matières M1

Matières M2

* Charges indirectes

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

I. Coût d'approvisionnement

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Atelier 1

* Main d'oeuvre directe

* Charges indirectes

Atelier 2

* Main d'oeuvre directe

* Charges indirectes

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

II Coût de fabrication

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

III - (I+II)

Coût de production

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

précédent sommaire suivant