WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le traitement médiatique de l'anorexie mentale, entre presse d'information générale et presse magazine de santé

( Télécharger le fichier original )
par Audrey Arnoult
 - Institut d'Etudes Politiques de Lyon 2006
  

sommaire suivant

ARNOULT Audrey 2005-2006

POCO 4ème année

LE TRAITEMENT MEDIATIQUE DE L'ANOREXIE MENTALE, ENTRE PRESSE D'INFORMATION GENERALE ET PRESSE MAGAZINE DE SANTE

Mémoire de fin d'études dirigé par Isabelle Garcin-Marrou et Isabelle Harre

Soutenu le 30 juin 2006

REMERCIEMENTS

Je tiens à remercier Isabelle Garcin-Marrou pour m'avoir permis de participer à son séminaire et donc d'écrire ce mémoire. Je la remercie également pour sa disponibilité et ses précieux conseils.

Je voudrais également remercier Isabelle Harre pour ses apports théoriques.

Enfin, merci à Caroline, Delphine, Sabine, Céline et Stéphanie pour leur relecture et leur soutien.

SOMMAIRE

INTRODUCTION 4

PREMIERE PARTIE 10

I. DU MOYEN ÂGE AU XVIIIÈME SIÈCLE : DES PRATIQUES « ANOREXIQUES » FORTEMENT LIÉES À LA RELIGION 10

A. Une société sous l'emprise de la religion 10

B. La littérature théologique atteste de comportements « anorexiques » 16

C. Le cas particulier de l'anorexie sainte 20

II. LE XIXÈME SIÈCLE : QUAND L'ANOREXIE DEVIENT UNE ENTITÉ CLINIQUE 27

A. Le contexte artistique et médical de l'apparition de l'anorexie 27

B. Les pères « fondateurs » de l'anorexie 31

C. Les tentatives thérapeutiques de la fin du XIXème siècle : des tentatives pas toujours fructueuses 39

DEUXIEME PARTIE 51

I. QUI EST ANOREXIQUE ? 51

A. Une définition médicale de l'anorexie et les caractéristiques des anorexiques 52

B. L'anorexique, un actant sujet dans les discours médiatiques 58

II. LES DIFFÉRENTS FACTEURS DÉCLENCHEURS DE L'ANOREXIE MENTALE 86

A. Les hypothèses médicales sur l'étiologie de l'anorexie 86

B. Le destinateur de l'actant sujet dans les discours de presse 94

III. LES PRATIQUES ANOREXIQUES OU COMMENT L'ANOREXIQUE DEVIENT ANOREXIQUE 117

A. Les pratiques anorexiques : une élaboration progressive 118

B. La performance de l'anorexique dans les discours de presse 127

IV. LA PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE L'ANOREXIE : UNE ÉTAPE VERS LA GUÉRISON 147

A. Les enjeux de la démarche thérapeutique 148

B. La phase de la sanction dans les discours de presse 157

CONCLUSION 189

BIBLIOGRAPHIE 190

TABLE DES MATIERES 196

INTRODUCTION

« Rien de plus simple au début. Une envie de maigrir. Parce que je ne me sentais pas bien dans ma peau. Maman me laissait, sans un mot, sur la table de l'entrée, le dernier numéro de son hebdomadaire : il y a toujours un régime à commencer ! On y voyait de superbes jeunes femmes à qui jamais je ne pourrai ressembler. Car je suis moche, très moche. Personne ne me le dit. Si, maman. Elle a eu la semaine dernière ce mot incroyable : `Tout le monde n'a pas la beauté en partage. Toi, tu as la détermination ; tu n'es pas belle mais ce n'est pas si important. Et puis, qu'y faire ?' Mais dans cette société, tout est dérisoire. Le paraître, il n'y a que ça ! Le pire c'est cette alimentation que je ne comprends pas. Je ne sais pas ce qui serait bon pour moi. Maman n'arrête pas de lui dire qu'il faut qu'il se surveille. Entre son diabète et son cholestérol, il n'a droit à rien. Qui me disait l'autre jour que je ressemblais à mon père ? »1(*). Ce témoignage est celui d'Aurélie, anorexique, qui raconte comment elle a décidé un jour de restreindre son alimentation. Mal dans sa peau, elle lit des magazines féminins où les jeunes femmes ont des corps « parfaits », un article propose un nouveau régime, pourquoi ne pas essayer ? Nous aurions pu citer une multitude de témoignages d'adolescentes qui, comme Aurélie, décident de maigrir et sans s'en rendre compte deviennent anorexiques.

L'anorexie mentale correspond au « refus plus ou moins systématique de s'alimenter. [Elle] apparaît le plus souvent lors de l'adolescence, touche majoritairement le sexe féminin (80% des cas). L'anorexique appelée également anorectique, est souvent brillante et très active et peut-être parfaitement bien insérée dans la vie professionnelle. Si parfois elle a faim, elle nie en souffrir. Obsédée par son poids, elle peut abuser de laxatifs ou de diurétiques dans l'intention de maigrir et avoir des périodes de boulimie plus ou moins associées à des vomissements provoqués »2(*). Même s'il est difficile de mesurer la fréquence exacte de ce trouble du comportement alimentaire, c'est-à-dire le nombre de cas nouveaux chaque année, le corps médical s'accorde pour dire que les adolescentes anorexiques sont de plus en plus nombreuses. Pour certains, il est indéniable que la société est en grande partie responsable de l'augmentation de cette maladie. En valorisant la minceur, la maîtrise de soi, la performance, elle inciterait les adolescentes à se conformer à des normes corporelles diffusées notamment par la presse magazine féminine. T. Vincent souligne qu'aujourd'hui « de nombreux magazines, en particulier féminins, n'hésitent pas à produire dans un même numéro un article sur l'augmentation de l'incidence des troubles des conduites alimentaires et un autre sur le dernier régime à la mode. Cela sans même vouloir s'apercevoir des effets médiatiques qui en découlent »3(*). Cette citation reflète bien l'ambiguïté de la position dans laquelle se trouvent les médias et plus particulièrement la presse magazine. Depuis, une dizaine d'années, les discours sur l'anorexie se sont multipliés : émissions télévisées, articles de presse, témoignages mais aussi ouvrages médicaux. Ainsi, la presse véhicule des informations quant à la maladie, lui conférant une certaine visibilité mais elle est parallèlement pointée du doigt par les professionnels de santé. Elle serait l'un des facteurs déclencheurs de la maladie. Une critique qui s'adresse principalement à la presse magazine féminine. Devant cet argument, il nous a paru intéressant de voir ce qu'en disaient les médias et essayer de comprendre les enjeux qui sous-tendent leurs discours. Ainsi, nous avons envisagé une analyse diachronique et comparative des discours de la presse magazine de santé avec les discours de la presse quotidienne d'information générale portant sur l'anorexie mentale. Notre étude aura donc pour objet les discours médiatiques autour de cette pathologie afin de voir comment la presse décrit l'anorexie et l'évolution de cette représentation. Nous nous attacherons également à déceler les similitudes et les divergences qui peuvent exister entre les différents discours. Nous estimons que cette réflexion sur les discours de la presse magazine et de la presse quotidienne est nécessaire puisqu'ils véhiculent des représentations qui influencent la société. La perception que nous avons de cette maladie est en grande partie structurée par ces discours. Nous nous intéresserons uniquement à l'anorexie pendant la période de l'adolescence, c'est-à-dire la forme la plus classique de cette maladie. En ce sens, nous n'aborderons pas les trois autres formes d'anorexie que sont l'anorexie du nourrisson, l'anorexie prépubère et l'anorexie des personnes âgées.

Nous avons choisi de travailler sur la presse magazine de santé parce qu'elle diffuse des représentations sociales qui ne sont pas remises en cause. En effet, alors que la presse quotidienne d'information générale n'a pas un statut d'expert pour aborder des sujets médicaux, la presse magazine de santé occupe une position particulière. Au XVIIIème siècle s'est développée une « `culture' médicale » qui visait à éclairer le peuple pour qu'il puisse se soigner et se prémunir de la maladie4(*). La naissance et l'essor des magazines médicaux d'information s'inscrit dans cette tradition. Aujourd'hui florissante, la presse magazine de santé compte une vingtaine de titres contre seulement un ou deux dans les années 70. Santé Magazine, le titre de presse que nous avons sélectionné pour notre étude était le premier mensuel de la presse féminine en 1999 et 42% de son lectorat était constitué d'employés et de membres des professions intermédiaires. Le rôle de ce type de magazine est double : en tant qu'expert dans la sphère médicale, il s'attache à fournir des informations sérieuses et précises sur tous les sujets relevant du domaine de la santé et il apprend à ses lecteurs comment détecter la maladie. Il joue donc à la fois un rôle d'information et de prévention. A l'inverse, la presse quotidienne nationale n'a pas un tel statut puisqu'elle remplit principalement un rôle d'information concernant la situation politique, économique et sociale de la France. Si certains quotidiens disposent d'une rubrique Médecine ou Santé, ces discours ne sont pas normatifs contrairement aux magazines de santé.

Nous n'avons pas inclu l'étude des discours de la presse magazine féminine dans notre analyse bien que cela aurait pu être assez révélateur. En effet, nous avons été confrontés à des contraintes techniques qui ne nous ont pas permis d'avoir accès à ce type de presse.

Notre travail repose sur les hypothèses suivantes :

La presse magazine de santé valorise un idéal de minceur et véhicule des normes corporelles, ce qui la place dans une posture différente de la presse quotidienne. Cette différence induirait des divergences dans la représentation de l'anorexie notamment en ce qui concerne le facteur déclencheur de la maladie. Il sera intéressant de voir si la presse magazine présente le régime comme facteur déclencheur de la maladie.

L'évolution de la compréhension de l'anorexie a conduit progressivement à un consensus dans la sphère médicale : l'anorexie est une maladie grave qui doit être soignée. A cet égard, la personne anorexique comme n'importe quel malade n'est pas responsable de son état. Nous pouvons supposer que l'établissement progressif de ce consensus s'est traduit dans les discours de presse par un « déplacement » des termes utilisés pour qualifier la personne anorexique. Celle-ci serait d'abord présentée comme responsable de sa maladie, puis désignée comme une « victime » souffrant d'un mal sur lequel elle n'a aucune prise. La position de victime appelant éventuellement la désignation d'un responsable.

Parallèlement à l'évolution de la compréhension de l'anorexie, des rôles spécifiques seraient attribués aux parents, aux professionnels de santé et à la sphère politique. En effet, si la personne anorexique est malade, les médecins ont pour devoir de la soigner, ses parents de l'aider et le la sphère politique de prévenir cette pathologie. Là aussi, cette évolution se traduirait dans les discours de presse par l'apparition de nouvelles figures auxquelles seraient confiées un rôle ; ou si ces figures sont déjà présentes par une modification des termes les désignant.

CORPUS ET METHODE D'ANALYSE

Afin d'infirmer ou de confirmer nos hypothèses, nous choisirons de travailler sur des articles de presse quotidienne et de presse magazine. Pour la presse quotidienne nationale, nous avons sélectionné les cinq quotidiens suivants : Le Monde, Libération, La Croix, L'Humanité et Le Figaro. De tendance politique différente, ils nous permettront de disposer d'un matériau discursif assez vaste afin de faire une analyse précise et de dégager la vision la plus juste possible des représentations médiatiques de l'anorexie dans la presse française. En ce qui concerne la presse magazine, notre corpus sera plus réduit à cause des contraintes techniques que représente le travail sur ce type de presse. En effet, la presse magazine est rarement archivée (quand elle l'est, il n'existe pas d'index thématique, ce qui implique de feuilleter un par un les magazines). En général, seuls les numéros de l'année en cours peuvent être consultés ce qui ne constituait pas une temporalité pertinente pour l'objet de notre étude. Nous avons donc choisi un seul magazine : Santé Magazine, représentatif du segment santé de la presse féminine.

Nous avons sélectionné les articles qui contenaient le terme « anorexie » dans leur titre (qui semblent faire de l'anorexie le sujet principal du discours), ceux dans lesquels le terme « anorexie » était récurrent et ceux dans lesquels le terme « anorexie » n'apparaissait qu'une ou deux fois suggérant au premier abord que l'article ne traite pas directement de la maladie. En réalité, il s'est avéré que ce type de discours aborde le sujet mais de façon détournée. Il témoigne donc d'un traitement médiatique spécifique, propre à certains quotidiens. Parmi ces articles, certains figurent dans les rubriques Littérature, Télévision-radio, nous les avons cependant également sélectionnés. En effet, un sujet médical ne relève pas a priori de ces rubriques cependant, en parler à cet endroit constitue déjà une indication de la représentation que va véhiculer le quotidien. Nous verrons que dans certains quotidiens, le sujet de l'anorexie est en grande partie traité dans ces rubriques ce qui nous a incité à les retenir. Nous avons exclu tous les articles dans lesquels le terme « anorexie » apparaissait mais ne faisait pas référence à l'anorexie en tant que pathologie ainsi que les articles abordant le thème de la santé ou de l'adolescence dans lesquels le mot « anorexie » ne figurait qu'au cours d'une énumération.

Notre corpus se compose d'articles allant du milieu des années 90 à 2005, là aussi pour des contraintes techniques. En effet, nous voulions constituer notre corpus à partir du milieu des années 70 cependant les archives des sites Internet des quotidiens ne remontent pas si loin. Pour L'Humanité, Le Figaro et Libération, les articles archivés datent respectivement de 1990, 1996 et 1995. Les archives du quotidien Le Monde débutent elles en 1989 et celles de La Croix en 1996. Pour Santé Magazine, les premiers articles sur l'anorexie sont plus anciens et datent du milieu des années 80. Nous utiliserons les articles publiés à la fin des années 80 uniquement à titre indicatif, pour voir quelle représentation de l'anorexie était véhiculée à cette époque afin de mettre au jour une éventuelle évolution.

Nous aurons recours à deux méthodes pour analyser notre corpus. Dans un premier temps, l'analyse du corpus sera une analyse essentiellement basée sur les champs lexicaux et les termes utilisés par les journalistes, ce qui nous permettra de comprendre les représentations que véhiculent les différents quotidiens/magazine. Ponctuellement, d'autres outils de l'analyse du discours seront utilisés s'ils se révèlent pertinents par rapport à notre étude et permettent de mettre en relief une spécificité du traitement médiatique. Nous nous intéresserons donc principalement au contenu des articles pour cerner de façon la plus précise possible les représentations médiatiques. Cependant, nous étudierons également la fréquence des articles et le rubricage adopté par les journaux afin de mettre au jour une éventuelle évolution du cadrage de notre sujet.

Nous utiliserons également la grille du schéma narratif construite par A. J. Greimas. Cette méthode permet de mettre en lumière la structure d'un récit, les relations entre les personnes et de comprendre le rôle de chacun. Nous pouvons identifier des schémas narratifs dans tous les discours de presse même s'ils ne sont pas toujours complets. A ce titre, il sera intéressant de voir dans quels journaux le schéma narratif est complet et dans le cas inverse, quelles sont les phases privilégiées.

A. J. Greimas distingue les actants « relevant d'une syntaxe narrative » des acteurs « reconnaissables dans les discours particuliers où ils se trouvent manifestés »5(*). Utiliser ce mode d'analyse dans notre travail nous semble justifié puisqu'il nous permettra de cerner les différents rôles qu'attribuent les journaux aux différents acteurs de la maladie qui sont l'anorexique, les parents, les médecins et la sphère politique. Nous verrons par exemple qu'un acteur comme les parents présents dans certains récits médiatiques n'a pas toujours le même rôle : tantôt ils sont présentés comme anti-sujet, tantôt comme adjuvant. Ce constat est aussi valable pour l'anorexique et le corps médical. Dans notre travail, l'anorexique sera l'actant sujet, son programme narratif étant de maigrir. Au cours de la quête de son objet, elle se trouve confrontée à des anti-sujets (les parents et le corps médical) qui tentent de l'empêcher de poursuivre son programme narratif. Nous verrons au fil de notre analyse que les discours médiatiques proposent une répartition des rôles plus nuancée et qui évolue.

L'analyse en terme de schéma narratif vise à distinguer quatre phases dans les récits qui sont la manipulation, la compétence, la performance et la sanction. Notre analyse s'appuiera sur ces différentes étapes, nous aurons donc recours au concept de performance, nous nous intéresserons également à la figure du destinateur et à la phase de sanction.

Cette méthode d'analyse nous semble donc nécessaire à la vérification de certaines de nos hypothèses puisqu'elle nous permettra de mettre en évidence l'évolution des rôles conférés aux différents acteurs impliqués dans l'anorexie.

Dans une première partie, nous nous intéresserons à l'histoire de l' « anorexie » du Moyen Âge au XIXème siècle puisque c'est au cours de cette période que sont apparus les premiers cas d' « anorexie » ; le XIXème étant lui considéré comme le siècle de la naissance de l'anorexie en tant qu'entité clinique. Cette étape est essentielle pour comprendre comment cette maladie est progressivement devenue une pathologie donnant lieu à divers traitements thérapeutiques, et comment se sont ensuite construites les représentations médiatiques. Dans une deuxième partie, nous procèderons à une analyse de contenu des discours sélectionnés dans notre corpus pour mettre au jour les représentations de l'anorexie qu'ils véhiculent. Ainsi, nous pourrons mettre en valeur les divergences et les similitudes entre les discours des quotidiens et de Santé Magazine mais également mesurer l'écart entre les discours de presse et les discours médicaux.

Nous tenons à faire une précision terminologique : nous parlerons des anorexiques au féminin comme dans la plupart des ouvrages scientifiques puisqu'il est admis que cette pathologie touche principalement les jeunes filles. D'autre part, pour la clarté de l'analyse, nous utiliserons le terme « les anorexiques » pour désigner les jeunes filles atteintes de cette maladie même si comme nous le montrerons, il n'y a pas un profil type d'anorexique contrairement à ce qui est parfois écrit, et que les comportements divergent même si des points communs entre ces malades existent.

* 1 RIGAUD, Daniel, Anorexie, boulimie et compulsions - Les troubles du comportement alimentaire, Editions Marabout 2003, p. 47.

* 2 Larousse médical, Paris, 2003, p. 70.

* 3 VINCENT, Thierry, La jeune fille et la mort : soigner les anorexies graves, Toulouse, Editions Arcanes, Collection « Les Cahiers d'Arcanes », 2000, p. 16.

* 4 VIGARELLO, Georges, « De la `médecine du peuple' aux magazines de santé », Esprit, « Quelle culture défendre ? », mars-avril 2002, p. 224.

* 5 GREIMAS, Algirdas Julien, Du sens II, Paris, Editions du Seuil, 1983, p. 49.

sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie