WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Comment rendre la stratégie de croissance accélérée (SCA) pro-pauvre ?


par Serigne Ngueune SARR
Université Gaston Berger de Saint Louis - Maitrise 2009
Dans la categorie: Economie et Finance
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

II) Qu'est ce que la croissance pro-pauvre ?

Si on part du principe selon lequel, la croissance est une variation positive d'un indicateur de dimension ; par exemple le PIB. Qui est la sommation des valeurs ajoutées des biens et services produits dans un territoire pendant une année, y compris par les ressortissants étrangers. Et que le PIB par tête, qui représente, le quotient du rapport :

PIB par tête = PIB/population total

A population fixe, le revenu par tête augmente forcément s'il ya croissance, et peu importe l'auteur de cette dite croissance. Sur ce, dans sa quête perpétuelle de compréhension ; à des fins d'explication de phénomènes économiques, l'Economique, s'est trouvée, enrichie d'une nouvelle notion qu'est la croissance pro-pauvre.

La croissance pro-pauvre est au centre du débat économique, ce qui témoigne de sa notoriété même si sa définition n'est pas toujours aisée.

Cette notion pro-pauvreté qualifie : la croissance qui bénéficie plus aux pauvres qu'aux riches. Ce qui fait l'objet de divergence dans les définitions et conduit à plusieurs approches, quant à la mesure et à l'impacte de la croissance sur la pauvreté.

1) les différentes définitions et méthodes de mesure de la croissance pro-pauvre :

Au-delà du clivage pauvres et riches1 ; d'une population, les auteurs ont cherchés à mesurer l'intensité de la réduction de la pauvreté suite à une croissance notée. Et que la méthode utilisée reste tributaire de la définition de la croissance pro-pauvre. Nous exposeront ici, dans un premier temps, les différentes approches définitionnelles.

1 Est considéré pauvre selon la Banque mondiale ; ceux qui vivent avec moins d'un dollar par jour

2) Approche relative à la croissance pro-pauvre relative

Elle postule : la croissance sera pro-pauvre lorsque le taux de croissance du revenu des individus pauvres sera supérieur à celui des individus non pauvres (White et Anderson, 2000 et Klasen ; 2003). De faite, dans le cadre d'une politique économique pro-pauvre, la pauvreté diminue plus que qu'elle ne le serait dans le cadre d'une politique de croissance pour laquelle, la variation du revenu des individus est la même pour tous les individus (Mc culloch et Baulch, 1999 ; Kakwani et Pernia, 2001 ; Kakwani et Son, 2002). Cette conception a trait à la modification de la distribution des revenus : il est question de définition relative de la croissance pro-pauvre.

3) Approche relative à la croissance pro-pauvre absolue

Elle postule : la croissance sera dite pro-pauvre si celle-ci réduit le taux de pauvreté en terme absolue. Cette conception est moins contraignante, dans la mesure où les modifications de la distribution des revenu n'est plus capitale comparée à la première. Celle-ci se focalise sur les variations de l'indice de mesure de la pauvreté suite à une croissance ce qui permettrait une diminution maximale de la pauvreté. Ravallion et Chen (2003) et Kraay (2004) ; partagent cette conception et ont fondé leurs analyse sur cette définition pour mesurer la croissance et en analyser les sources. La remarque importante qu'il convient de faire ici est que, la croissance est pro-pauvre dès qu'elle permette une variation positive des revenu des plus pauvre, peu importe la proportion.

4) Approche bi-critérium d'Osmani, 2005

En 2005, Osmani proposait une approche qui postule que : la croissance est pro-pauvre si celle-ci réduit à la fois ; et la pauvreté, et l'inégalité entre riches et pauvres en terme de revenu. Cette approche est intéressante en ce sens qu'il n'est pas inutile de s'interroger sur l'impacte de la croissance sur l'inégalité.

In fine, l'étude de la croissance pro-pauvre se veut formelle. Sur ce, des études empiriques sont nécessaires. Et que des indicateurs d'analyse, permet de capter le comportement du critère qui fait l'objet d'étude et permet de tirer des conclusions plausibles.

précédent sommaire suivant