WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'interaction dans l'apprentissage en classe de français langue étrangère

( Télécharger le fichier original )
par Sophie Rimbaud
Université Paul Valéry Montpellier III - Master 2008
  

sommaire suivant

Abréviations p. 2

Introduction p. 3

I. Présentation du stage .p. 4

L'IEFE p. 4

a) Le contexte p. 5

b) L'enseignante p. 5

c) Les apprenants .p. 6

d) La leçon p. 6

L'IMEF p. 7

a) Le contexte p. 7

b) L'enseignante p. 8

c) Les apprenants .p. 8

d) La leçon p. 9

II. Théories de l'apprentissage p. 10

Qu'est-ce qu'apprendre ? ..p. 10

Les processus psycholinguistiques p. 10

L'apprenant p. 11

Les stratégies d'apprentissage p. 12

III. Théories de l'interaction en classe de langue p. 14

Les différents courants p. 14

La communication p. 15

IV. Etude de trois stratégies d'enseignement p 17

1) La répétition p. 18

2) La reformulation p. 19

3) Le traitement de l'erreur p. 22

Conclusion p. 25

Bibliographie p. 26

Abréviations

A. C. : approches communicatives

F. L. E. : français langue étrangère

F. L. S. : français langue seconde

I. E. F. E. : institut européen de français pour étrangers

I. M. E. F : institut montpelliérain d'études françaises

J. D. R. : jeux de rôles

L. E. : langue étrangère

L. M : langue maternelle

Introduction

Comment apprendre une langue étrangère quand on ignore tout de sa phonologie, de sa syntaxe, de son lexique et de sa pragmatique ? En effet aucun apprenant n'est censé avoir des notions en sciences du langage et/ou en didactique avant d'apprendre une langue, ce qui justifie souvent le recours à un enseignant ou à un enseignement en institut qui va utiliser certaines méthodes spécifiques adaptées à un apprenant qui au départ ne possède aucune de ces notions ?

Il n'existe pas d'enseignement sans méthodes : l'enseignant choisit des orientations à la fois sur le contenu de son enseignement et la manière de le dispenser. L'acquisition de la langue selon W. KLEIN (1989) apparaît « comme un processus : soumis à des lois précises, déterminé dans son développement, son rythme et son état final par différents facteurs, pouvant être influencé à un certain degré par une intervention méthodique : l'enseignant ». L'interaction faisant partie des différents facteurs qui déterminent l'apprentissage.

C'est pourquoi dans ce mémoire, en me basant sur l'observation d'une interaction dans une classe de langue je tenterai de mettre en avant les approches méthodologiques observables dans des interactions et qui rentrent en jeu dans l'apprentissage.

Ainsi dans un premier temps je placerai un cadre général de l'apprentissage, de sa définition première aux stratégies d'apprentissage. Cela m'amènera à parler des théories de l'interaction depuis les années 1980 pour finir sur l'étude de plusieurs moments de la classe de FLE que j'ai suivie au cours de mon stage. Des transcriptions de divers moments de la classe servent de base à cette étude : elles n'ont pu être faites que lors de mon second stage, l'enseignante de l'IEFE ayant refusé les enregistrements de peur que cela gène ses apprenants. Ce mémoire de stage tente de placer un panorama général de l'importance de l'interaction dans l'apprentissage : c'est une étude empirique de l'interaction d'une classe et d'un enseignant mais cela donne me donne une base de départ.

Rimbaud Sophie - L'Interaction dans l'apprentissage en classe de FLE - 2007/2008

I. PRESENTATION DU STAGE

La limite de mon observation vient d'un problème d'emploi du temps : le stage se passant durant les cours il a fallu jongler pour réussir à caser les deux. Je n'ai donc pas pu observer tous les moments de la classe.

L'IEFE

a) Le contexte

Mon stage s'est déroulé dans deux instituts de langue cela m'a permis de comparer les méthodes d'enseignement en fonction des objectifs. J'ai commencé les recherches tardivement car je voulais avoir convenu d'un sujet pour que mon observation soit bénéfique. Au final c'est l'observation pratique de mon stage qui a été déterminante dans le choix du sujet. Mon premier stage a commencé à l'Université Montpellier III : je discutais souvent avec mes camarades de cours qui faisaient un stage à l'IEFE. Comme leur stage se passait bien je me suis dit que ce serait une bonne idée de connaître les méthodes d'enseignement de cet institut qui prépare les étudiants au DALF et au DELF. Dès le départ j'ai voulu suivre une classe de langue française de niveau A2 qui préparait le diplôme de langue française. Selon les directives que nous les étudiants avions reçues, j'ai contacté Mme Hemmi, puis avec son accord je suis allée voir Mme Arnihac pour assister à son cours destiné à un niveau A2. Pourquoi ce niveau ? Si je me projette dans un enseignement c'est l'enseignement que j'appréhende le plus : je ne sais pas pourquoi mais il fallait que je vois quelle était la dynamique d'une classe de débutants/faux débutants et comment je pouvais mener l'apprentissage au-delà de la barrière de la langue.

Cet institut se situe à l'intérieur de la faculté de Lettres et Sciences Humaines, c'est le centre incontournable pour les étudiants étrangers de Paul Valéry qui veulent apprendre le français. Pour la description du type d'apprentissage je me contenterai de parler des cours auxquels j'ai assisté mais j'ai constaté que l'enseignement est réparti entre plusieurs professeurs et que les apprenants ont des cours en laboratoire de langue et sur ordinateur. J'ai suivi 4h30 de cours par semaine, le lundi et le mardi matin de la mi-février à la fin mars.

sommaire suivant