WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

La Guinée face aux enjeux du tourisme durable


par Hassane DEMBELE
Ecole supérieure du tourisme et de l'hotellerie (ESTH) - Maitrise 2012
Dans la categorie: Tourisme
   
Télécharger le fichier original

sommaire suivant

SOMMAIRE

DEDICACE.........................................................................................................................................2

REMERCIEMENTS.................................................................................................................................3

AVANT PROPOS.....................................................................................................................................5

INTRODUCTION.....................................................................................................................................9

CHAPITRE I : la Guinée, un scandale touristique........................................................................15

CHAPITRE II : le tourisme, un facteur de développement durable ............................................29

CHAPITRE III : Quel tourisme pour la Guinée?......................................................................40

CONCLUSION........................................................................................................................................54

ANNEXES..............................................................................................................................................55

BIBLIOGRAPHIE....................................................................................................................................73

TABLE DES MATIERES ........................................................................................................................76

DEDICACE

Je dédie ce travail à la mémoire des regrettés Alpha Dembélé, mon père, et N'na Koumba. A ma très chère maman Mariam Alarba Camara, à mon homonyme El.hassane Traoré et famille, mon beau frère Oumar Nabé, sa femme Fanta Kaba, qui ont contribué à mon encadrement, à mes soeurs chéries et mon unique frère Ansoumane.

Cette dédicace constitue pour moi une manière et une occasion de rendre hommage à tous mes parents qui souhaiteraient me voir réussir.

Remerciements

C'est pour moi un honneur de présenter ce mémoire après des années d'études. Je remercie tout d'abord le Tout Puissant ALLAH de m'avoir donné la chance d'étudier et de poursuivre ce projet. Je remercie mon père et à ma mère, qui de par leur sagesse m'ont scolarisé.

Je tiens à exprimer ma reconnaissance à toutes les personnes qui ont contribué à l'élaboration de ce travail.

Je remercie mes consultants, Monsieur Mamadou Aliou BARRY et Mr Oumar DIABOULA, ce mémoire n'aurait pu être rédigé sans leurs coopérations, leurs critiques, et leurs encouragements.

Ma gratitude se tourne vers l'ensemble du corps professoral qui s'est donné corps et âme pour notre formation, à savoir : Dr Fanta TOURE, Directrice Générale de l'Ecole Supérieure du Tourisme et de l'Hôtellerie (E.S.T.H.), Dr Abou CAMARA, Directeur Général Adjoint chargé de la recherche, Mr Karamoko Lansary SYLLA, Directeur Général Adjoint chargé des études, qui m'a prodigué d'importants conseils.

Mes remerciements vont également à l'endroit de mes frères Sékou Traoré, Sory Traoré qui fraternellement m'ont toujours guidé sur de bon chemin.

Je suis redevable à tous mes amis qui m'ont encouragé à persévérer dans mes recherches : Mamadou Alimou Diallo, Noel Guilavogui, Lucien Konomou, Moussa Condé, Abdoulaye Baldé qui m'a assisté logistiquement durant tout ce travail.

Je remercie autant Mr Cheick Ahmed Hamza, PDG de l'hôtel du Golfe, ma maîtresse de stage Balkis Zayatte, mes chères collègues : Abdoul Razak Farah, Ali et Bouki, Mr DIALLO Mamadou Bobo, tous employés du dit hôtel.

En outre, je dois une incalculable reconnaissance à tous les membres de ma famille : mon homonyme El.hassane Traoré, mes tantes Houlématou Mansaré, Fatou Keita, Aissata Camara, Binta Bah qui n'ont jamais cessé de me dorloter, mes oncles Oumar et Moutane à Macenta, mes beaux frères Ali Kanté, Tamba Emmanuel Kamano à Dabola, mes soeurs Mama, Djènè, Hawa, Marie I, Marie II et Safiatou, leurs encouragements et sacrifices à la réalisation de ce travail de recherche m'ont été d'un soutien précieux.

Je ne saurais terminer sans dire avec une indulgente reconnaissance, grand merci à Mohamed Soukrone Bangoura en Allemagne, Saïfoulaye Diallo, Mamadou Traoré, Ousmane Traoré, Saidou Traoré, ainsi qu'à tous mes amis de promotion avec qui j'ai toujours tissé de très bonnes relations.

AVANT PROPOS

Ce document est un mémoire de fin d'études sanctionnant la fin de notre formation, pour l'obtention du diplôme de Maîtrise en Gestion Touristique. Le sujet traité est intitulé : ·La Guinée face aux enjeux du tourisme durable·.

Le tourisme occupe une place importante dans les sociétés et précisément dans l'économie qui lui est ouverte. En effet, sur le plan socio-économique, il génère les devises, crée les emplois, enracine les populations, améliore l'environnement. Malgré tous ces avantages, cette activité reste très faiblement développée dans les pays en voie de développement et particulièrement en République de Guinée.

Or, les potentialités d'origine naturelle sont attractives et jugées par leur caractère exceptionnel. Les plages recouvertes de sable fin offrent un paysage fort pittoresque le long de ces 300 km du littoral. De plus, dans la région maritime, les sites négriers de Benty (Forécariah), de Farinya (Boffa), la chute de Kelissi, le voile de la mariée, le mont Gangan (Kindia) etc. ainsi que d'autres sont originaux. Il existe même davantage à l'intérieur du pays. Dans le fouta djallon, les sites comme la dame de Mali, les chutes de Kinkon, de Sala, les pagnes indigos etc.... ne sont pas du tout désagréable. Plus loin, la région de la haute guinée regorge de multiples ressources touristiques surtout historiques, tels que : la forteresse de Bissandougou, le sosso bala, la mosquée d'el-hadj Omar Tall et quelques dances traditionnelles. Quant à la guinée forestière, le mont Nimba, la forêt classée de Ziama, les crapeaux vivipares, les chimpanzés de bossou, les éléphants de Macenta, la forêt sacrée, la teinture sont des produits touristiques qui rendent cette région attrayante.

Nonobstant, la richesse et la diversité du potentiel touristique guinéen reste très faiblement développée. Cette situation est due à la faiblesse des moyens de promotion touristique, le non aménagement des sites, la faiblesse des infrastructures (eau, énergie, route, télécommunication), la faiblesse des ressources humaines, etc.

Alors, sachant que le tourisme guinéen est à un état dérisoire, un questionnaire a été élaboré en guise d'appoint : pourquoi le tourisme se développe-t-il si difficilement en Guinée pourtant si riche en potentialité?

Pour mieux approfondir notre recherche, des questions spécifiques ont été posées :

- Le désengagement des pouvoirs publics n'explique-t-il pas en partie ce problème ?

- Quels sont les impacts du développement durable du tourisme en Guinée ?

- Comment doivent réagir les communautés locales et les promoteurs touristiques ?

- Comment faire de la Guinée une destination touristique convoitée au monde ?

Ces différentes hypothèses s'avèrent des accompagnements très importants et nécessaires pour un développement durable du tourisme en Guinée :

Le développement socio-environnemental de la Guinée serait dû à un tourisme durable.

Allant des hypothèses spécifiques, notre étude montre réellement que l'inadéquation entre les textes et les actions des pouvoirs publics fragilise le secteur touristique, et que la rapide insertion du tourisme en Guinée présenterait un bilan favorable au développement des sociétés d'accueil.

Sachant que les contraintes techniques et financières entravent la prise en main des initiatives touristiques locales, l'Etat guinéen doit faire du tourisme une priorité.

Par ailleurs, des initiatives se multiplient dans le pays et contribuent à rassurer et faire espérer les meilleures perspectives pour le peuple de Guinée. A l'évaluation, on en reste au stade de pré tourisme.

I. Objectif Général :

Notre objectif général s'inscrit dans le cadre d'analyse du processus de la durabilité du tourisme et les problèmes liés à son développement en Guinée.

II. Objectifs spécifiques :

Les objectifs spécifiques s'articulent sur les points ainsi qui suivent :

- Evaluer les missions des pouvoirs publics ;

- Analyser les conséquences socio environnementales ;

- Evaluer les stratégies mises en oeuvre par les communautés locales et les promoteurs touristiques dans le cadre de la promotion touristique guinéenne.

III. METHODOLOGIE

Pour mieux appréhender notre sujet, nous avons au préalable effectué la recherche documentaire, l'observation, et des entretiens auprès des personnes ressources de l'ONT, du Ministère de l'Hôtellerie du Tourisme et de l'Artisanat, des hôteliers et certains spécialistes.

La méthode utilisée pour l'élaboration de ce travail fut la recherche documentaire, l'observation directe et indirecte, et des entretiens directs et directs, relatifs à notre thème de mémoire.

_ La recherche documentaire, c'est l'instrument de collecte dans lequel le « chercheur » consulte des documents, desquels il extrait une information factuelle (statistiques ou faits bruts de comportement verbal, telle une déclaration ministérielle, ou non verbal, tels un vote, une visite, etc.) ou des opinions ou conclusions scientifiques qui lui serviront à appuyer ses arguments1(*).

_ L'observation : c'est le regard porté sur une situation sans qu'elle ne soit modifiée d'aucune façon.

_ L'observation directe : c'est la présence du chercheur sur le terrain et son regard sur un objet, un évènement ou une situation au moment même qu'il se déroule.

_ L'observation indirecte : c'est le regard porté sur un fait sans qu'on ne soit présent, à travers une image.

_ Quant à l'entretien, c'est un moyen par lequel le chercheur tente d'obtenir des informations, qui n'apparaissent nulle part, qu'auprès des personnes ayant été le plus souvent témoins ou acteurs d'événements sur lequel porte la recherche2(*). Notre entretien a porté sur un échantillonnage précis de la population : 3 cadres du Ministères du Tourisme, de l'Hôtellerie et de l'Artisanat, 2 cadre de l'ONT, 5 hôteliers, 4 touristes étrangers, des spécialistes et de la population cible.

La collecte des informations a été effectuée grâce aux entretiens directs et indirects :

_ L'entretien direct : c'est l'enquête sur le terrain avec une fiche de questionnaires sur laquelle sont mentionnées toutes les données recueillies à travers des interviews de personnes ressources. Cet entretien se passe directement entre enquêté et enquêteur.

_ L'entretien indirect : c'est l'enquête qu'on mène à travers la recherche documentaire (bibliothèque, internet).

Pour l'exécution de ce travail, les difficultés que nous avons rencontrées sont entre autres :

L'insuffisance de la documentation ;

La réticence de certaines personnes à livrer les informations ;

Le manque de moyens matériels et financiers.

Les résultats de notre étude montrent effectivement beaucoup de faiblesses dans la politique de promotion touristique guinéenne.

Comme une recherche scientifique n'est jamais parfaite, ce sont ces différents facteurs qui ont empêché notre dévouement pour aller plus loin qu'on le souhaitait.

Ce travail a été élaboré en trois (3) grands chapitres dont, le premier dégage les potentialités touristiques de notre pays, le deuxième quant à lui nous parle de l'importance du tourisme et des effets néfastes de ce secteur. Enfin le troisième chapitre porte essentiellement sur le choix de tourisme à adopter et à développer ; ce chapitre énonce également les problèmes liés à cette activité mais tout en proposant des solutions pour relever le défi.

INTRODUCTION

Le tourisme s'impose comme un phénomène majeur de la fin de ce siècle. Le bien être a apporté aux sociétés non seulement la possibilité de répondre à une variété de préoccupations sociales et environnementales non satisfaites, mais aussi la capacité de s'adapter aux évaluations défavorables3(*).

Les flux touristiques ne font que croitre et la démocratisation du tourisme est due à une croissance économique. La hausse du pouvoir d'achat favorise l'accession au tourisme de nouvelles catégories sociales. Le temps libre augmente à la faveur de la croissance des générations de retraités et de l'extension de la durée des congés payés pour les plus jeunes4(*).

Sans pratiques durables, la croissance économique peut entrainer une dégradation excessive des ressources naturelles et humaines. Les pouvoirs publics sont mis au défi de réunir des pressions contradictoires sur les ressources naturelles et humaines sans sacrifier le progrès économique.

« L'action écologique mondiale entamée depuis les années 1970 suivie d'actions régionales et nationales a permis de rendre compte de la nécessité de protection de l'éco système »5(*). Aussi nous sommes engagés dans des études portant à la fois sur le présent et le futur pour mieux faire comprendre les réalités permettant d'examiner les évolutions possibles en vue d'un développement durable comme solution à la crise du développement et de l'environnement tout en conciliant les impératifs économiques « à court et moyen termes et les enjeux écologiques à long terme »6(*).

Selon l'OMT, le marché mondial est passé de 160 à 341 millions de touristes internationaux de 1970 à 1986, soit un accroissement de 113% en 15 ans, une croissance annuelle moyenne de 4,88%7(*).

Selon toujours l'OMT, de 1950-2005, le nombre de touristes internationaux a été multiplié par 30, passant de 25 à 760 millions8(*).

Selon d'autres statistiques, celle de World Travel Tourism Council (WTTC), ce secteur représentait déjà plus de 230 millions d'emplois directs, soit 11% de l'emploi mondial et 500 millions d'emplois indirects. Cette industrie passe pour être la plus importante du monde (OMT)9(*).

De nombreuses stratégies sont mises en oeuvre par les continents, les groupements régionaux, les Etats et autres organisations (ONG) pour capter les flux de ces mouvements de personnes, source de rentrées de devises entre autres. Ce faisant les sociétés et les espaces concernés, en particulier ceux des pays en voie de développement en sont marqués. C'est justement le cas de la République de Guinée.

« A l'exception des déclarations d'intention et la création d'un Office National du Tourisme et de l'Hôtellerie (ONATHOL), rien de performent n'a été fait dans ce domaine sous la première République. On dénotait à l'époque une certaine hostilité au tourisme perçu comme un dangereux facteur de perturbation et de défiguration de la nature et de l'environnement. On l'accusait d'être une ouverture propice aux services secrets étrangers. Ces considérations sont à dominantes politiques. Elles ne sont pas dénuées de fondement. Les multiples déboires enregistrés par de nombreux pays dans leur effort de développement touristique le confirment. Mais les craintes évoquées ne justifient, en aucune manière, l'exclusion catégorique du tourisme du processus de développement national10(*). »

Le tourisme durable s'inscrit donc dans une force qui articule des modes de déplacement, de production et de consommation éco-responsables, tout en associant les populations qui vivent, travaillent ou séjournent dans l'espace concerné au projet de développement touristique et aux retombées socio-économique, équitablement repartis.

Ce développement suppose un aménagement et une gestion intégrée des ressources, une maîtrise des flux (d'énergie, de biens et personnes) et qui implique donc la participation étroite des acteurs locaux, et une éco-responsabilité des touristes afin de concilier la mise en oeuvre du tourisme avec les besoins et capacités d'accueil du territoire.

« La démarche adoptée par la Guinée pour le développement durable du tourisme est tout à fait ordinaire. Elle commence à peine son expérience de relance touristique ; elle ne peut donc pas rester indifférente à ce qui est fait ou en cour dans les pays justifiant d'une certaine pratique dans ce domaine. Cette attitude procède à l'idée simple selon laquelle toute création demeure, par essence, collective dans ces objectifs, dans ses méthodes et dans ses résultats.

A cet égard, le retard de la Guinée dans la promotion du tourisme peut s'avérer une chance fantastique. Celle de pouvoir enfin faire valoir ses atouts touristique en évitant les erreurs commises par ceux qui l'ont précédée et en intégrant des facteurs naguère tenus pour secondaire, voir insignifiant et qui sont devenus, par la suite, les préoccupations du monde.

Il en est par exemple ainsi de l'indispensable intégration de l'environnement dans tout processus de développement socio-économique soutenable et durable. C'est également ce type de considération qui appelle notre attention sur la forme de tourisme à privilégier, ne serait-ce qu'au départ. Cela est tout aussi vrai de la politique envisagée pour conduire un projet dans l'intérêt bien compris du pays »11(*).

Pour ces raisons, la Guinée devrait s'inspirer de l'exemple des autres pays et s'engager à faire de ce secteur une priorité.

REVUE DE LA LITTERATURE

L'expression tourisme durable décrit généralement toutes les formes de tourisme alternatif qui respectent, préservent et mettent durablement en valeur les ressources patrimoniales (naturelles, culturelles et sociales) d'un territoire à l'attention des touristes accueillis, de manière à minimiser les impacts négatifs qu'ils pourraient générer.

L'écotourisme, une expression direct du développement durable est l'une des formes les plus sollicitée parce qu'il tient compte des générations présentes et futures et des trois dimensions socio culturelle, économique et environnementale.

Selon le LAROUSSE; « est durable ce qui dure longtemps ou ce qui est stable »12(*).

En 1987, l'expression développement durable apparait dans le rapport de Brundtland, rédigé dans le cadre d'un programme des nations unies sur le développement (PNUD) : il le définit comme : « une forme de développement dont les objectifs sont de répondre aux besoins présents et futurs de l'humanité »13(*).

La conférence mondiale du tourisme durable (Lanzarote 1980) l'explique aussi « le développement touristique repose sur des critères de durabilité ; il doit être supportable à long terme sur le plan écologique, viable sur le plan économique et équitable sur le plan éthique et social pour les populations locales (...) »14(*).

Un groupe de travail européen définit le concept de « tourisme durable » comme cherchant à « concilier les objectifs économiques du développement touristique avec le maintien de la base de ressources indispensable à son existence. Plus précisément, il s'agit d'un tourisme qui assure un développement économique inscrit durablement dans le long terme, à la fois respectueux des ressources environnementales et socio culturelles et respectueux des hommes, visiteurs, salariés du secteur et populations d'accueil »15(*).

L'organisation mondiale du tourisme le définit comme suit :

Le « développement touristique durable satisfait les besoins actuels des touristes et des régions d'accueil tout en protégeant et en améliorant les perspectives pour l'avenir. Il est vu comme menant à la gestion de toutes les ressources de telle sorte que les besoins économiques, sociaux et esthétiques puissent être satisfaits tout en maintenant l'intégrité culturelle, les processus écologiques essentiels, la diversité biologique, et les systèmes vivants. » (OMT). Sous la condition que tous les acteurs concernés participent activement et s'engagent à respecter la mise en oeuvre effective du tourisme durable.16(*) »

* 1 Gordon MACE, Guide d'élaboration d'un projet de recherche, Québec, Presses Universitaires Laval, 1ère édition, 1988.

* 2 Gordon MACE, Guide d'élaboration d'un projet de recherche, Québec, Presses Universitaires Laval, 1ère édition, 1988.

* 3 Seloua GOURIJA : « Tourisme et développement durable : quelle conjugaison ? » page 3

* 4 FRANGIALLI Francesco. , 1991. , La France dans le tourisme, Econimica édit. , P.23.

* 5 OMT, Assemblée générale de Manille, 1980.

* 6 Seloua GOURIJA : Tourisme et développement durable : quelle conjugaison ? P.23.

* 7 Le développement durable, article publié sur le site www.world-tourism.org

* 8 OMT, article publié sur www.world-tourism.org

* 9 Didérot Serge NGUEPJOUO M : « l'insertion du tourisme et les problèmes de son développent dans les marges côtières de la province du sud Cameroun », DEA 2005.

* 10 D.K CAMARA, « pour un tourisme guinéen de développement », l'Harmattan 2006, page 24

* 11 D.K CAMARA : « Pour un tourisme guinéen de développement », l'Harmattan 2006, page 26.

* 12 Dictionnaire le Larousse, édition 2010.

* 13 Rapport de Broundtland, programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), 1987.

* 14 Développement durable, article publié sur www.google.fr

* 15 Didérot Serge NGUEPJOUO : « l'insertion du tourisme et les problèmes de développement dans les marges côtières de la province du sud Cameroun », DEA, 2005, page 9.

* 16 OMT, article tiré du mémoire de Didérot Serge NGUEPJOUO M, DEA 2005, page 9

sommaire suivant