WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Nguélémendouka et la colonisation allemande

( Télécharger le fichier original )
par Hanse Gilbert Mbeng Dang Le Prince
Université de Yaoundé I - Maitrise en Histoire  2005
  

sommaire suivant

INTRODUCTION GENERALE

`' L'histoire du Cameroun est à l'image du pays : riche et variée''1(*). Or, comme le précise Léon Kaptue dans l'historiographie et enseignement de l'histoire au Cameroun : problèmes et perspectives''2(*), les épaules d'aucun chercheur ne sont pas assez larges pour encore aujourd'hui rédiger tout seul `' une histoire du Cameroun'' parlant de tout et de tous. Celle des peuples de l'Est- Cameroun l'est davantage contrairement à la plupart des peuples du Cameroun. Leur histoire reste à écrire afin qu'elle intègre la place qui est la sienne dans l'histoire générale de l'Afrique en général et du Cameroun en particulier.

L'intitulé de ce travail est `'Nkal Mentsouga et la colonisation allemande 1850-1916''. L'étude faite sur ce thème tient à des justifications variées. En effet, d'origine `'Omvang Ngomeya'', nous avons toujours été amené par le désir de lever un pan de voile sur l'histoire peu connue de cette région. Nous avons constaté au cours de nos lectures et recherches que l'historiographie relative à la période du règne de Nkal Mentsouga est pauvre. En plus, c'est l'une des grandes figures historiques de la période précoloniale et coloniale qui a marqué l'histoire de l'Est-Cameroun. Ce nom désigne le grand chef Omvang qui a résisté aux Allemands et en même temps le nom de son village. Pour ce faire, il est utile de saisir les séquences qui ont marqué son itinéraire historique et l'arrivée du colon allemand sur son territoire. De même, un constat se dégage sur la tendance à la disparition de certains témoins oculaires des faits anciens, de même que d'autres dépositaires du savoir historique de cette période à étudier. Il convient de les approcher en vue de la récupération d'une grande richesse du passé de ce milieu, tant cette histoire permet de saisir l'histoire de Nkal Mentsouga et la colonisation allemande dans sa période de grandeur, mais également dans celle de son déclin. Cette histoire permet de réhabiliter les faits et gestes du passé du peuple Omvang sous la houlette de Nkal Seleg et Nkal Mentsouga face à la colonisation allemande. Elle tente de tirer au clair de l'oubli, les séquences historiques de cette entité socio-politique qui est aujourd'hui l'ombre d'elle-même malgré les multiples efforts de regroupement et de développement de sa Majesté René Ze Nguélé, actuel chef Supérieur des Omvang, et de l`ASSODEGNKA3(*).

Ainsi, répondant à l'interpellation du regretté Cheikh Anta Diop qui invitait les Africains à se pencher sur leur histoire et leur civilisation et à les étudier pour mieux se connaître4(*)et de faire connaître à notre manière l'histoire et la vie de Nkal Mentsouga, les Omvang et la colonisation allemande à  l'Est - Cameroun.

Ce mémoire est une monographie sur Nkal Mentsouga, grand stratège qui a marqué l'histoire de l'Est-Camerou.

Sur la période précoloniale, comment les Omvang d'abord sous Nkal Seleg, et ensuite Nkal Mentsouga, se sont établis dans leur habitat actuel, comment ils se sont forgés une personnalité qui les distingue des autres peuples de la région  Maka Ayong-Yerap et Bessep (Ebessep) au point de les débiliter complètement ? Mais aussi comment les Omvang vont - ils perdre leur identité pour être aujourd'hui, assimilés aux Maka ?

Quant à la période coloniale, elle va expliquer la désagrégation de la structure politico- militaire mise en place par Nkal Seleg, fortifiée par Nkal Mentsouga et leur retour à l'organisation lignagère qui prévaut dans la région. Elle pose également le problème de la difficile acceptation par Nkal Mentsouga et ses Omvang de l`arrivée des Allemands sur leur territoire. Dans cette optique, la mise à profit de notre connaissance de la région, des populations et des langues, constituent autant d'atouts dans la réalisation de cette étude. Dès lors, quelle méthodologie allons-nous adopter pour mener cette étude ?

Dans ce travail, la description, la narration et l'analyse des faits justfient le choix de cette méthode.

L`étude à mener s'articule autour des faits et événements relatifs à Nkal Mentsouga et la colonisation allemande.

Sur le plan spatial, la région soumise à notre étude est située dans l'actuelle province de l'Est - Cameroun, plus précisément dans la partie septentrionale du département du Haut-Nyong5(*).

Sur le plan temporel, la fourchette chronologique étudiée va de 1850 à 1916.

A cet effet, l`année 1850 représente celle de la fuite de Nkal Seleg et son peuple Omvang de chez les Yebekolo. C`est également l`année ou le peuple Omvang va en diaspora à la recherche d`un espace propice.

L'année 1916, quant à elle est celle au cours de laquelle les Allemands quittent le Cameroun après leur reddition. C`est également l`année de la concrétisation du partage territorial qui a eu lieu entre les Français et les Britanniques et qui va affecter le territoire de Nkal Mentsouga. Par ailleurs, elle constitue une période charnière, car elle nous permet d'apprécier la nouvelle personnalité Omvang au terme de la colonisation germanique.

La réalisation de ce mémoire a reposé sur une exploitation critique des sources à la fois nombreuses et variées (essentiellement écrites et orales). Pour que la démarche soit féconde, nous allons essayer de tirer partie des méthodes spécifiques aux différentes sciences sociales.

S'agissant des sources écrites, nous distinguons les sources archivistes et les sources narratives.

Ici, on regrette la rareté sinon l'absence totale de ces documents surtout pour la période précoloniale. Une documentation écrite consacrée aux Omvang de l'Est-Cameroun manque. D'ailleurs cette remarque peut s'appliquer à la quasi-totalité des peuples de l'Est-Cameroun. Contrairement aux peuples du centre, du Sud et du Cameroun Occidental par l'exemple, ceux-ci ne semblent pas encore bénéficier d'une attention suffisante des chercheurs. Toutefois, des auteurs ont publié des ouvrages anthropologiques d'ensemble traitant généralement des institutions politiques ou traitant spécifiquement des Maka de l'Est-Cameroun, groupe au sein duquel on a toujours eu tendance à fondre les Omvang de l'Est -Cameroun et partant leur histoire. Cependant, d'autres auteurs à l'instar de B. Bilongo ou J.P Ombolo6(*)ont traité des Omvang du Nyong et Mfoumou. Quant à E. Mveng7(*) dans son ouvrage général (1984) retrace l'histoire précoloniale et coloniale du Cameroun. Dans celui-ci, il montre l'évolution de la société traditionnelle camerounaise et les changements apportés sur les plans politique, économique et socio-culturel par la colonisation allemande, française et britannique. Dans le même ordre d'idées, Victor Julius Ngoh8(*) décrit et analyse les principaux éléments de cent ans d'histoire du Cameroun, de 1884, date de l'instauration du protectorat allemand sur le Cameroun à 1985, année qui marque l'avènement du renouveau au Cameroun.

Par ailleurs, certains mémoires à l'instar de celui Mathurin Ayek Mvomo9(*) présente l'impact des oeuvres missionnaires chrétiennes sur le développement socio-économique dans la région de Nguélémendouka. Il porte son attention sur la monographie de Nguélémendouka en 14 lignes seulement. Nous avons également la thèse de doctorat de Eugène Désiré Eloundou10(*), qui présente la participation des populations du Sud-Cameroun à l'hégémonie allemande.

Pour ce qui concerne les documents d'archives, nous avons exploité les archives de la sous-Préfecture de Nguélémendouka, les Archives Nationales de Yaoundé (A.N.Y.). Nous avons travaillé sur des rapports allemands relatifs à la résistance des Maka de l'Est-Cameroun qui de temps en temps ressortent des spécificités des Omvang bien qu'ils aient été complément acculturé par ces derniers. Il y a lieu de signaler que nous n'avons exploité que des traductions françaises d ' Eldridge Mohamadou, la langue allemande nous étant inaccessible malgré les connaissances éphémères.

Les centres de documentation de l'Université de Yaoundé I, à savoir la bibliothèque centrale, le cercle d'Histoire-Géographie-Archéologie, la bibliothèque de l'Ecole Normale Supérieure, la bibliothèque du département d'histoire, ainsi que la bibliothèque de l'Institut de Recherche pour le Développement (ex-ORSTOM), et celle du Ministère de la Recherche Scientifique et de l'Innovation nous ont permis de mettre la main sur les ouvrages.

La quête des informations nous a conduit aux descentes sur le terrain. En effet, pendant de longues décennies, le champ de réflexion historique a été dominé par le `'fétichisme'' des documents écrits. Cette manière de faire a permis une vision européocentriste de l'histoire. Depuis les années soixante, le processus de décolonisation a donné une nouvelle orientation de l'histoire africaine faisant de la traduction orale une source majeure et particulièrement féconde. C'est elle qui constitue pour nous la source privilégiée, celle à laquelle nous devons nous abreuver afin de connaître les fondements et les mécanismes des institutions socio-politique et économique des Omvang de l'Est-Cameroun pendant la période précoloniale. Cette tradition orale a l'avantage, de donner une version autochtone des faits et de fournir une vision interne de la société. Si cette tradition orale a pour but essentiel la connaissance du passé, nous avons pu nous rendre compte sur le terrain et dans le traitement de ces informations qu'elle est sujette à des manipulations à caractère idéologiques diverses pour codifier, valoriser ou justifier la prééminence d'un individu, d'une famille ou d'un peuple. C'est pour cette raison que nous avons à notre manière durant notre séjour sur le terrain à travers les villages de l'arrondissement de Doumé et de Nguélémendouka, essayé d'appliquer de manière assez rigoureuse, la méthodologie de la tradition orale à savoir :

- Identifier et communiquer avec les dépositaires du savoir dans cette société de l'oralité ;

- Récolter les informations, les traiter et les analyser ;

- Dans leur utilisation, essayer de surmonter les obstacles constitués par la déformation de la tradition orale ;

- Essayer à la fin de parvenir à la datation des événements.

Il est donc à signaler que nous avons eu à faire non seulement aux patriarches mais aussi à tous ceux qui pouvaient nous fournir des informations nécessaires à plus d'un titre ; car les sources orales pour ce travail tiennent une place considérable ; c'est le lieu de dire ici avec Ki-Zerbo qu'elles :

Représentent le conservatoire et le vecteur du capital des créations socio-culturelles accumulées par des peuples sans écriture, un vrai musée vivant11(*).

Pour ce qui est du plan de notre mémoire, il se présentera en quatre chapitres articulés sur deux grandes périodes à savoir les périodes précoloniale et coloniale.

Le premier chapitre porte sur la situation géographique et humaine de la région de Nguélémendouka. Il s'articule à restituer l'histoire géographique et précoloniale et concerne les origines et migrations des Omvang, leur processus d'implantation en pays Maka et leur organisation socio-économique et politique sous Nkal Mentsouga.

Le troisième chapitre et le dernier quant à eux portent sur la période coloniale et concerne les contacts difficiles entre Nkal Menstouga et ses Omvang et l'arrivée de la colonisation allemande. Elle tire au clair les impacts socio-culturel et politico-économique de Nkal Mentsouga et son peuple pendant la colonisation allemande et au prélude de l'arrivée de l'occupation française.

En conclusion, nous essayons de dégager le bilan synthétique des recherches effectuées et nous posons les perspectives nouvelles pour mieux reconstituer l'histoire de la région.

Cependant, durant notre séjour sur le terrain, nous avons rencontré d'énormes difficultés ; notamment les problèmes de déplacement, la région étant dans l'ensemble enclavée ; ce qui occasionna des pertes de temps et rendit le séjour onéreux.

Par ailleurs et plus grave, le manque de moyens financiers ne nous a pas permis d'approfondir les enquêtes sur le terrain et les étendre sur d'autres groupes de populations Omvang et non-Omvang qui ont subi les durs affres de la domination de Nkal Seleg d'abord et Nkal Mentsouga ensuite, dont les témoignages auraient pu confirmer ou infirmer ceux recueillis lors de nos enquêtes et causeries. Cela aurait permis de cette manière à mieux asseoir nos thèses. Par ailleurs, l'acquisition de certains ouvrages clés et même leur consultation du fait des problèmes financiers nous était impossible.

On ne pourrait terminer cette partie sans parler des tracasseries dont nous fûmes l'objet aux archives nationales, notre principal pourvoyeur en documents d'archives, du fait de la mauvaise foi et du manque de disponibilité des agents responsables de la salle de lecture. En plus le fait que les documents se trouvant aux archives sont plus coûteux lorsqu'il s'agit de les faire photocopie.

En outre, nous avons dans la mesure du possible respecté la présentation locale de tous les termes utilisés dans ce mémoire tout en rendant la transcription compréhensible aux non-initiés à la langue maka et Omvang. Cependant, quelques problèmes se posent en ce qui concerne les ethnonymes et les toponymes dans la mesure où la région a subi la triple influence allemande, française et pahouine par le truchement de la colonisation et de la région12(*) ce qui a largement influencé la prononciation et la transcription des noms des personnes et de lieux. Ainsi l'on trouve dans ce travail le nom `'Mpang `'(en Maka) que les Allemands écriront `'Omvang'', les Français `'M `' `'Mvang `' ou `'Omvang''. Ces deux dernières transcriptions sont d'ailleurs celles des Beti-Bulu. Nkal Mentsouga (en Maka) va s'écrire Gelle Menduka par les Allemands et Nguele Mandouka ou Nguélémendouka par les Français, Beti et Bulu. Ce nom désigne le grand chef Omvang qui a résisté aux Allemands et en même temps le nom de son village qui deviendra plus tard la ville de Nguélémendouka. Enfin, l'on constate également dans ce mémoire les noms Yeccaba ou Yekaba qui désigne le même peuple de même que Wouté (transcription des Allemands) ou Voûté ou encore Yesum ou Esum.

CHAPITRE I :

PRESENTATION GEOGRAPHIQUEET HUMAINE

DE LA REGION DE NKAL MENTSOUGA

CARTE À INSERER

La connaissance de l'histoire du Cameroun passe aussi par la prise en compte et la mise à contribution des divers éléments qui caractérisent les différents peuples et groupes ethniques du Cameroun. Non seulement cette approche valorise les monographies, mais, aussi elle éclaire davantage les grands moments de l'histoire coloniale de notre pays. Ainsi, notre sujet, Nkal Mentsouga et la colonisation allemande : 1850-1916, ne s'éloigne pas de cette logique.

En effet, la conférence de Berlin qui s'ouvre du 15 novembre 1884 au 26 février 1885 inaugure une ère nouvelle pour les peuples d'Afrique. Les plénipotentiaires, réunis dans la capitale allemande, donnent le départ officiel de la colonisation de l'Afrique. Cependant, nul ne peut douter que, avant cette période, il existe dans le continent noir et dans le territoire qui deviendra le Cameroun, des peuples organisés en royaumes et en chefferies. Les Omvang en font partie.

A. PRESENTATION GEOGRAPHIQUE

L'espace qui devient plus tard l'arrondissement de Nguélémendouka13(*), recèle une certaine richesse. Celle-ci s'observe tant au niveau du paysage qu'au niveau des groupes humains qui peuplent la zone.

1. Situation géographique

Située approximativement entre les 4° et 5° de latitude Nord et s'étendant du 13° au 14° de longitude Est14(*), la région de Nguélémendouka qui constitue depuis 1959 un arrondissement, compte de 68 villages et quartiers couvrant une superficie d'environ 1400 km2, pour une population estimée à plus de 30.000 habitants en 2004. Cet ensemble régional est limité au Nord-Ouest par l'arrondissement de Minta, au Sud-Ouest par l'arrondissement d'Ayos, au sud par l'unité administrative d'Abong-Mbang et à l'Est par celle de Doumé15(*).

La région de Nguélémendouka se trouve dans le département de Haut-Nyong, province de l'Est et de ce fait, elle fait partie du plateau Sud-camerounais.

2. Le relief et les sols

Les caractéristiques du relief et des sols dans la région sont celles rencontrées un peu partout dans la zone équatoriale et particulièrement dans le vaste ensemble du plateau Sud-Camerounais. Ici, on observe un moutonnement de collines dont l'altitude moyenne oscille entre 600 à 700 mètres. La tendance générale étant cependant l'abaissement du relief du Centre vers l'Est, en pente douce, ce qui fait passer les altitudes de 700 mètres (au niveau de Yaoundé) à 500 mètres dans le Sud-Est (particulièrement dans le Haut-Nyong) là où la faiblesse accentuée de la pente favorise la formation des marécages. Aussi, le paysage y présente t-il une topographie peu accidentée qu'uniformise la forêt16(*).

Quant aux sols dans la région de Nguélémendouka, ils paraissent beaucoup plus fertiles que partout ailleurs dans la province. Contrairement aux sols de la forêt équatoriale, qui sont des sols ferralitiques profonds et argileux, de couleur rouge et pauvre en éléments nutritifs du fait du lessivage, la terre de cette région contient beaucoup d'humus et cela pourrait justifier sa couleur noire par endroits dans la région. Dans les forêts marécageuses se rencontrent des sols hydromorphes d'un degré de fertilité moindre. La fertilité de ces sols serait peut-être à l'origine des densités humaines assez élevées rencontrées particulièrement en pays Omvang17(*).

3. Le climat et l'hydrographie

De par sa position géographique en latitude, la région de Nguélémendouka s'étend entièrement dans la zone équatoriale. Elle connaît par conséquent un climat équatorial de type guinéen qui règne sur l'ensemble du plateau Sud-Camerounais. Ainsi, quatre saisons existent ici ; une grande et une petite saison sèche qui vont respectivement de décembre à mars et de juin à août ; une grande et une petite saison de pluies qui durent respectivement de septembre à novembre et de mars à juin.

Le réseau hydrographique subséquent est également tributaire de la disposition du relief et n'a guère favorisé le peuplement de la région car sur le plan hydrographique la région de Nguélémendouka est un grand marécage, drainé de part et d'autre par les affluents du Nyong : au sud le Yerap, au centre et au Nord l'Ayong, deux cours d'eau possédant à leur tour plusieurs affluents et se jetant ensemble dans le Nyong près du village Atok dans l'arrondissement d'Abong-Mbang18(*).

4. La flore et la faune

La forêt couvre la totalité du territoire de Nguélémendouka ; elle est du type forêt décidue, les arbres perdent souvent une partie de leurs feuilles une partie de l'année. Cette végétation dense servit de refuge aux populations de la région au début de la colonisation allemande et française. La végétation y présente des espèces variées. Au Nord, vers Minta d'une part, et Bertoua d'autre part, c'est la zone de transition entre la forêt et la savane où la forêt galerie domine le long des cours d'eau : Au Centre, à l'Ouest et au Sud, c'est le domaine de la grande forêt équatoriale riche en essences telles que l'acajou, le Sapelli, le Fraquet, l'Ayous...etc19(*).

La richesse en flore prédispose la région à une abondance en matière de faune. Toutes les espèces pouvant se développer en milieu équatorial pullulent ici. On y rencontre des espèces variées de singes, de petits rongeurs, de petits mammifères, de reptiles, d'oiseux et d'insectes.

Bien que les cours d'eaux des différents cours d'eau qui baignent la région, sont poissonneux, la région de Nguélémendouka est une zone de prédilection pour les activités de chasse, de ramassage et de cueillette, à côté de l'agriculture qui elle, constitue l'activité productrice par excellence, et fait de la région, l'un des poumons agricoles de la province de l'Est. Y sont cultivées, les cultures de rente telles que le cacao et le café et une gamme variée de cultures vivrières entre autres ; tomate, arachide, banane plantain, maïs et quelques tubercules20(*).

Le milieu forestier de la région de Nguélémendouka a donc favorisé une organisation des populations en communautés lignagères dans le cadre des villages, des hameaux ou des quartiers. Ces populations ont su, très tôt, s'adapter à leur environnement. Et un fait marquant à relever ici, c'est que la forêt fournissant aux populations, non seulement aliments et asile, mais aussi certaines espèces végétales et animales occupent une place de choix dans leurs croyances religieuses ancestrales.

Les habitants de la région de Nguélémendouka à la veille de l'arrivée des premiers missionnaires menaient déjà une vie religieuse propre à leur espace naturel et à leurs aspirations quotidiennes. Quelles étaient donc ces populations ?

CARTE LANGUE NATIONALE

B. ETUDE HUMAINE DE LA REGION DE NKAL MENTSOUGA

Dans son ouvrage intitulé : Cameroun 1884-1985 cent ans d'histoire, Victor Julius Ngoh en abordant les `'tribus''du Cameroun à la veille de la colonisation, relève que : `' dans l'Est et le Sud-Est du Cameroun à l'exception des pygmées, la plupart des autochtones appartient au peuple Baya''21(*).

Apparemment donc, d'après la logique de cet auteur, la partie orientale du pays serait essentiellement peuplée des populations appartenant au grand groupe soudanais, les Baya, et des peuples primitifs connus sous le vocable pygmées.

Pourtant, les recherches ethnographiques effectuées dans cette région s'accordent pour reconnaître que dans l'Est, on rencontre non seulement des sous-groupes appartenant au grand groupe soudanais, mais aussi d'autres faisant partie du groupe bantou. Certains auteurs, à l'instar de Breton22(*), considère les Kaka ou Kako et les Baya comme les principaux sous-groupes à l'Est ; alors que les Bantou y sont représentés par les groupes Maka-Kozime, les Maka, les Badjoue, les Bikele, Mezime, les Mpooh et apparentés et les populations pahouinisés constituées essentiellement des Bamvele, des Bobilis et des Omvang.

Ainsi, l'Est-Cameroun, à l'instar de l'ensemble du pays, présente une hétérogénéité non seulement ethnique mais aussi linguistique et partant culturelle. Cette hétérogénéité observée à l'échelon provincial, se présente à un degré relativement moindre au niveau départemental et peut être perçue aussi à l'échelon des arrondissements et même des villages. Et ceci n'est que le fait d'une histoire particulière du peuplement de la région.

En ce qui concerne donc la région de Nguelémendouka, deux sous-groupes bantou y vivent : les Maka et les Omvang. Jadis ces deux ethnies se livraient aux guerres tribales, dont la cause principale était l'occupation des terres et aussi à cause des ambitions hégémoniques qui caractérisaient particulièrement les Omvang. Ces derniers dominèrent ainsi les Maka jusqu'à l'arrivée des colonisateurs allemands entre 1905 et 190623(*).

Ainsi les premiers missionnaires chrétiens débarqués dans la région de Nguélémendouka avant l'occupation allemande trouvèrent que ces ethnies y vivaient déjà paisiblement et en une parfaite cordialité, chacune occupant un espace territorial précis.

Il importe donc de s'interroger sur les origines, les migrations et l'implantation des Maka et Omvang dans la région de Nguélémendouka.

1. LES MAKA : ORIGINES MIGRATIONS ET IMPLANTATIONS

* 1Léon Kaptue, `'L'historiographie et enseignement de l'histoire au Cameroun Problème et perspective''  en la recherche en histoire en Afrique centrale francophone ; colloque international, Marseille, PUP, 1997, pp.332-334.

* 2 Ibid.

* 3 Association pour le Développement du Grand Nguélémendouka, créée depuis 1997.

* 4 Anta Diop Cheikh., Nations Nègres et culture, 2ème Ed. , Paris, Présence africaine, 1954, p. 15.

* 5 Carte 1.

* 6 B. Bilongo., `'Les pahouins du sud Cameroun : inventaire bibliographique : connaissance des Fang, Ntoumou, Mvaé, Bulu, Beti (Eton,  Mamguissa : Mvëlë, Bënë et Ewaondo)'', Yaoundé, Ed. Ronéo, 1974, p. 116.

J.P. Ombolo.., `' L'élément de base pour une approche ethnologique historique des Fang-Beti-Bulu (groupe dit pahouin) `', Yaoundé, 1983/1984, p.74.

* 7 E. Mveng., Histoire du Cameroun, CEPER, Yaoundé, 1984, p.84.

* 8 V. J. Ngoh., Cameroun 1884-1985, Cent ans d'histoire, CEPER, Yaoundé, 1990, 310 p.

* 9M.A. Mvomo., `' Lesmissions chrétiennes dans l'arrondissement de Nguélémendouka de 1928à 1991'', mémoire de DIPES II, Université de Yaounde I, 1996, p. 9, 139 p.

* 10 E.D. Eloundou., `' Contribution des populations du Sud-Cameroun à l'hégémonie allemande'', thèse de doctorat de 3ème cycle, Université de Bordeaux, 1984.

* 11 D. Laye., La Tradition orale : Problématique et méthodologie des sources de l'histoire africaine, Niamey, UNESCO-CERDOTO, 1972, préface de Joseph Ki-Zerbo, p.7.

* 12 Ce sont les Beti et Bulu qui furent utilisés pour évangéliser le pays maka dans tout son ensemble. Les Omvang y compris.

* 13 L'arrondissement de Nguélémendouka fut créé par la loi N°59/631 du 6 juillet 1959 et la commune rurale par l'arrêté N°59/68 du 27 novembre 1959.

* 14A.S. Neba., Géographie Moderne de la République du Cameroun, 2e édition NEBA, CAMDEM-USA, 1987, p. 68.

* 15R. Breton., Atlas administratif des langues nationales du Cameroun, CREA. ISHMESIRES, 1987, p. 67.

* 16 S. Ango Mengue., `'L'Est-Cameroun, une géographie du sous-peuplement et de la marginalité'', Thèse de Doctorat 3ème cycle Université de Bordeaux III, 1983, pp. 8 - 10.

* 17 Marc Aurèle Ava Nguélé, Administrateur municipal de la commune rurale de Mboma, extrait de son discours du 20 décembre2004, lors de la tournée de prise de contact de Monsieur le Gouverneur de la province de l'Est à Nguélémendouka. Archives de la sous-préfecture de Nguélémendouka.

* 18 Les densités humaines atteignent ici les 15 habitants au kilomètre carré, largement supérieur à la moyenne provinciale qui est de 3,5 habitants au kilomètre carré et relativement faibles par rapport à la moyenne nationale qui est 18,5 habitants au km2.

* 19 Marc Aurèle Ava Nguélé, interrogé le 26 décembre 2004 à Ngoap.

* 20 Dieudonné Dang, 2e Adjoint au Maire de la commune rurale de Nguélémendouka, Technicien Supérieur d'Agriculture, interrogé le 05 janvier 2004 à Ngouong.

* 21 V.J. Ngoh., Cameroun 1884-1985 cent d'histoire, p. 44.

* 22 R. Breton., Atlas Administratif, pp. 69-70.

* 23 ANY. TA 29 AZ 93 - Vol 8-920, F° 127-129, Hans Dominik, Rapport allemand relatif à la soumission des Maka en 1906.

sommaire suivant