Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

La necessite d'une ONG d'appui à  la reinsertion socio-economique des enfants sortis des forces et groupes armees au nord Kivu, cas du PAMI


par Thierry MBASHA NZEYI
ISAD - Graduat 2011
Dans la categorie: Economie et Finance
   
Télécharger le fichier original

sommaire suivant

EPIGRAPHE

Apprenez à faire le bien ; recherchez la justice ; protégez l'opprimé, faites droit à l'orphelin, défendez la veuve.

Essaie 1 :17 (BIBLE de JERUSALEM)

MBASHA NZEYI Thierry

DEDICACE

- A toute la famille  MBASHA,

A ma future mère de mes enfants AHADI HABAMUNGU Justesse, pour ton courage, tes conseils et pénitence dont tu nous a montré depuis le commencement de ce travail jusqu'à ce jour que le tout puissant te comble de sa puissance.

A mes frères et soeurs : Jerry MBASHA, Cécile MBASHA; Willy MBASHA; Lysethe MBASHA; Jackson MBASHA; Fortunat MBASHA; Christelle MBASHA, Adèle MBASHA; Albert KASHEMA ; Elvis, Pour vos encouragements incessants qui m'ont fait le courage de pour suivre la carrière scientifique.

MBASHA NZEYI Thierry

REMERCIEMENTS

Avant tout nous rendons grâce à l'Eternel tout puissant pour l'intelligence, le souffle de vie et toutes les autres capacités dont il nous a dotées. Ce présent travail est le fruit des efforts conjugués par plusieurs personnes qui nous ont assisté tant moralement que matériellement pendant nos études. Nous adressons nos sentiments de gratitude au corps scientifique et au personnel enseignant de l'ISAD pour avoir été les piliers de notre formation au premier cycle de notre formation de graduat.

Notre remerciement s'adresse à l'assistant MENGO Etienne qui a accepté la direction de ce travail malgré ses multiples occupations.

Nos remerciements les plus sincères s'adressent à nos parents PAPA MBASHA MUHAMIRIZA Innocent et MAMAN TULINABO KIZUNGU Sophie, source de ma sagesse et guide de mes pas qui malgré les difficultés ils nous encouragent dans les bonnes initiatives de la vie.

Nous tenons à remercier le personnel de l'ONG PAMI en particulier le coordinateur Mr JOACHIM FIKIRI KIFUNGO, pour nous avoir donné ce bon moment pour passer notre travail à cette institution.

Que nos frères et soeurs : Jerry Jonas MPATSHWE MBASHA, Cécile MBASHA BAZIMAZIKI, WILLY MBASHA Migabo, Lysette SALAMA MBASHA, Jackson BAKUMBA MBASHA, Fortunat MBASHA Christelle Nabintu MBASHA, Nshobole MBASHA, Albert Cirimwami Kashema, Elvis et autres; trouvent ici l'expression de notre reconnaissance.

A mes compagnons de luttes : MAKENGO OMANDE, N'NZABONIPA KARIKUMUTIMA, LUMOO MAFULUKO, MAISHA RUBUNGO, BYAMANA NSURUNGU, ALIMA KALIMUNDA

MBASHA NZEYI Thierry

SIGLES ET ABREVIATIONS

§ % : pourcentage

§ AGR  : Activité Génératrice des revenus

§ APE  : Agence de protection de l'enfant

§ CAJED : Concert d'Action pour Jeunes et Enfant défavorisé

§ CEPAD  : Creuseur et Constructeurs Professionnel en Action pour un Développement

§ CICR : Comité International de la croix rouge.

§ CONADER : Commission Nationale de Désarmement et de la Réintégration

§ CTO : centre de Transit et d'Orientation

§ DDR  : Désarmement, Démobilisation et Réinsertion.

§ DG  : Directeur Général

§ EAFGA : Enfants Associés aux Forces et Groupes Armés

§ ECM  : Enfant Chef de Ménage

§ EM  : Enfant en Ménage

§ ENA  : Enfant Non Accompagné

§ ESFGA : Enfants Sortis des Forces et Groupes Armées

§ FAT : Famille d'Accueil Transitoire (temporaire)

§ FESCO  : Fédération des Scoutes du Congo

§ FSSPA : Faculté des Sciences Sociales Politique et Administrative.

§ GAP  : Gestion et Administration de Projet

§ IDTR  : Identification, Documentation, Traicing et Réunification

§ ISAD : Institut Supérieur d'Administration et de Développement

§ ISDR : Institut Supérieur de Développement Rural

§ MAF : Maitre Artisan Formateur

§ Nbre : Nombre

§ OEV : Enfant Orphelin Vulnérable

§ ONG : Organisation Non Gouvernementale

§ PAMI  : Programme d'Appuis à la lutte contre la Misère

§ PAR : Projet d'Appui à la Réintégration

§ PE : Point d'Ecoute

§ Qté  : Quantité

§ RAP  : Recherche et Action Participative

§ RDC : République Démocratique du Congo

§ RECOPE : Réseau Communautaire pour la Protection de l'Enfant

§ RF  : Réunification Familiale

§ SET : Structure d'Encadrement Transitoire

§ SGBV : Violence Sexuelle Basée sur le genre

§ SIDA  : Syndrome Immuno Déficience Acquise

§ SMI : Structure Militaire d'Intégration

§ TDC  : Technicien de Développement Communautaire

§ U.E.A  : Université Evangélique en Afrique

§ U.O.B  : Université Officiel de Bukavu 

§ UE-PNDDR: Unité d'Exécution du Programme National de Désarmement et Réinsertion

§ UNICEF : Fonds de Nation Unies pour l'Enfance.

§ UPADERI : Union Paysanne pour le Développement Rural Intégré

§ VIH  : Virus de l'Immuno déficience Humain

0.1. ETAT DE LA QUESTION

La recherche des solutions aux besoins de réinsertion socio-économique des ESFGA ; notamment dans la province du Nord-Kivu, plusieurs recherches ont été menées visant la lutte contre la misère â travers la réinsertion socio-économique des ESFGA.

Nous ne sommes pas le premier à parler sur ce sujet.

Ainsi nous pouvons citer :

-SHERIA NFUNDIKO  « la réinsertion sociale des enfants sortis des forces et groupes armés et construction de la paix à BUKAVU : Analyse des approches organisationnelles. »1(*)

Il nous montre que les organisations locales doivent donner aux enfants ex-soldats une assistance psychosociale, une formation en métier, un appui aux activités génératrices de revenues, un appui matériel aux familles d'accueil transitoire des ex-enfants soldats.

-SHUKURU BATACHOKA «La problématique sociopolitique de la démobilisation des combattants au sud Kivu, cas des démobilisés de la CONADER», Mémoire, FSSPA, 2005-2006,

Selon lui, si l'on ne tient pas compte du devenir des ex-combattants, on aboutira à la milicisation et à la spectacularisation de la violence qui pourrait entraîner la crise et les conflits en escalades conduisant encore une fois de plus à l'effondrement de l'Etat.

En plus de cet appui financier, les enfants retournés dans la communauté ont également besoin d'une assistance psycho sociale pour maîtriser les traumatismes vécus.

Notre travail va se distinguer des oeuvres qui précèdent par le fait qu'il analysera les approches dont se servent les organisations locales pour réinsérer les enfants sortis des forces et groupes armés dans la société civile ainsi que la contribution de ces approches â la construction de la paix durable à BUKAVU et dans ses environs.2(*)

Il dégage les résultats selon les quels la démobilisation a été massive et non progressive, ne tenant pas compte de la capacité des structures d'encadrement des ex-combattants ; le désarmement reste problématique car la récupération des armes ainsi que des minutions et la question de brassage entre troupes ex-combattants reste préoccupante.

Maintenant à notre niveau dans notre sujet intitulé «  la Nécessité d'une ONG d'appui à la réinsertion socio-économique des enfants sortis des forces et groupes armés(ESFGA) à GOMA », nous voulons montrer comment ces enfants sont confrontés à beaucoup de problèmes qui surtout sont psychologiques ou sociales.

0.2. PROBLEMATIQUE

Après trois décennies à laquelle notre pays a connu un régime dictatorial sous le règne de Mobutu sese Seko. La chute de ce régime nous a fait arriver à tout ce que les congolais vivent aujourd'hui.

Le déclenchement de la guerre en juin 1996 sur toute l'étendue du territoire national a occasionné l'insécurité nationale, l'enrôlement des enfants mineurs dans les groupes armés. Ces enfants ont servi les chefs de différentes milices dans le viol de tout genre dans les régions Est du Congo surtout.

Si aujourd'hui nous parlons des ESFGA (Enfants sortis des forces et groupes armés) c'est suite aux abus commis par les chefs des groupes armés dans différentes communautés régionales.

Notre étude est une tentative d'analyse de la nécessité d'une ONG d'appui à la réinsertion socio-économique des enfants sortis des forces et groupes armées au nord Kivu, Cas du PAMI.

La province du NORD-KIVU qui est restée longtemps déchirée par les conflits inter-ethniques, groupes armés et des guerres de rebellions, se trouve dans une période post-conflit. Pendant cette période une réhabilitation intégrale des personnes, des infrastructures et de l'environnement, est nécessaire et préalable aux actions de développement durable. «La paix n'a pas de prix dit-on ». C'est dans ce cadre que les agences de protection de l'enfant ont comme priorité les actions de réinsertion communautaire et de réintégration socio-économique en faveur des enfants affectés par les conflits armés.

Le projet « PAR » programme d'appui à la réintégration qui est en cour d'exécution sous la responsabilité d'un ensemble des organisations CAJED FESCO, PAMI et UPADERI avec l'appui de l'Unicef est une réponse aux problèmes et aux questions auxquelles sont confrontés 1200(mille deux cents) ESFGA et 650(six cent cinquante) autres enfants vulnérables de communautés pour la réintégration familiale de ces ESFGA à Goma.

En effet, le recrutement et l'utilisation des enfants par les groupes armés est un phénomène, connu depuis le conflit de 1996-1997, résultat du renversement du régime de Mobutu(MPR) et l'entrée de Mzée Laurent Désiré KABILA(AFDL)

La République démocratique du Congo compte à elle seule 10% d'enfants soldats au monde près de 33494 enfants avaient été recrutés dans les forces et groupes armés et certains d'entre eux y sont encore maintenant ; pour ce qui est de la seule province du Nord-Kivu, à peu près 3000 à 5000 enfants seraient impliqués dans ce processus selon les organisations intervenant dans la réinsertion des enfants sortis des forces et groupes armés.3(*)

L'exécution du programme nationale de Désarmement Démobilisation et Réinsertion des ESFGA annonce que près de 1000 enfants seulement avaient été démobilisés et réinsérés depuis 2004 et que les autres seraient actifs dans les groupes armés dans le pays en général et dans les provinces orientales en particulier.4(*)

Au nombre des mesures pratiques pour obtenir la démobilisation des enfants, un certain nombre d'efforts est entrepris.

Il a été constaté qu'en RDC, il était possible de réaliser la démobilisation et la réinsertion des enfants pendant un conflit encours par le mécanisme de la négociation des enfants et les groupes armés.

En plus d'être un élément supplémentaire faisant partie de la législation des enfants notamment, dans le protocole facultatif à la convention des nations unies relatives aux droits de l'enfant, une loi nationale avait été votée en juin 2000 qui interdisait la participation des enfants âgés des moins de dix huit ans dans les forces et groupes armés5(*).

En août 2003, l'Unicef a pour la première fois orienté les efforts concernant les enfants sortis des forces et groupes armés.

C'est pourquoi PAMI et CAJED ont bien choisi ce travail lourd pour aller faire la réinsertion des enfants dans les forces et groupes armés.

En effet, notre gouvernement a adopté le programme national pour le Désarmement, la Démobilisation et la Réintégration (PN-DDR) en avril 2004

Dans ce cadre, la commission nationale de désarmement et Réintégration(CONADER) à été crée comme institution nationale chargée de la coordination et planification du PN-DDR. Elle est une direction pour la DDR des enfants.

Eu égard à tout ce qui précède les questions suivantes peuvent être posées :

1. Les ONG d'appui interviennent-elles efficacement dans la réinsertion socio économique des ESFGA ?

2. Quelle est la contribution de ces organisations à l'établissement de la paix au Nord-Kivu ?

* 1 SHERIA NFUNDIKO dans son travail inutilé  « la réinsertion sociale des enfants sortis des forces et groupes armés et construction de la paix à BUKAVU : Analyse des approches organisationnelles »

* 2SHUKURU BATACHOKA «La problématique sociopolitique de la démobilisation des combattants au sud Kivu, cas des démobilisés de la CONADER, Mémoire inédit U.O.B, FSSPA, 2005-2006 » 

* 3 Vade-mecum de l'animateur/superviseur sur le travail IDTR (Save the children uk)

* 4Beth. VERHEY, Atteindre les filles, Etude sur les filles associées aux forces et groupes armés en RDC, Save the children, novembre 2004.

* 5 Propos du prof NTUMBA LWABA, coordinateur de l'UE PNDDR, tenu en juin 2008 lors du lancement de la campagne de démobilisation des enfants dans les groupes armés

Décret-loi n° 066 de juin 2000

sommaire suivant