pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Impacts socio économiques des pistes rurales dans la region de l'Est du Burkina Fasso


par Mamady DIANE
EIER - Master en Développement 2004
Dans la categorie: Géographie
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

Abstract

Burkina, like the majority of the developing countries, is confronted with problems related to transport in rural medium. The absence of rural roads connecting the villages, the zones of cultures and the markets represents a considerable brake with the socio-economic development of the areas concerned.

Set of themes of the installation of rural tracks intended for the opening-up of the villages including method HIMO (High Intensity of Labour) formed integral part of the various strategies of development of the country. It lies in particular within the Poverty Reduction Strategy Document (CSLP) which regards the mobility and the creation of richness an exit of first importance and as a key element of stimulation of economic activities.

The Program Rural Tracks - Opening-up in the East (PrEst) founded in 2002 realized, at the time of the first phase going from 2002 to 2005, 17 km of track in the provinces of Gourma and Gnagna. Having started the second phase of the program, PrEst elected a team of three students from the "cycle postgrade sur le développement" of the School Inter-States of the engineers of the rural equipment in Burkina Faso (EIER) and of the Federal Polytechnic School of Lausanne (EPFL) in Switzerland to undertake a study relating to the socio-economic impacts of the installation of tracks.

This work has thus leaned on the case of two villages disenclosed by the program whose impacts will be measured in the short run like, and in order to bring to the study a vision prospects on a longer term, on a third village, disenclosed for 5 years.

The socio-economic impact study, led near the populations of Tantiaka, Tambiga and Fonghin made it possible to release considerable very important positive aspects to the development of the villages, among which improvement of the access to the care and education and increase in the flow of the human and financial exchanges. Indeed, the presence of the track opens new prospects in the social field. While making the infrastructures more easily accessible, it contributes to the improvement of the services and the increase in the frequentation of the latter, thus reducing in a significant way the medical and school problems. The mobility generated by the presence of the track influences the shifts in population before conferring on displacements a lucrative and social goal little known. The economic impacts, as for them, reveal the paramount part played by the track. The effects are inextricably dependent. The possibility of routing of the inputs, of the productions and articles of trade generates a dynamization of all the sectors which make the economy of the villages contributing to the development of activities of revenues and not only of food sufficiency.

Introduction

Les stratégies classiques de développement ont longtemps orienté leurs actions sur le développement économique visant à atteindre des objectifs de croissance à long terme. Les investissements visaient à soutenir le développement des industries des pays en voie de développement et l'exportation des productions. C'était sans compter sur la libéralisation du commerce mondial ne permettant pas l'écoulement des matières premières et de la production industrielle encore faible en Afrique. Et ceci car les pays développés n'ont pas tenus leurs engagements de libéralisation dans les secteurs où les pays en voie de développement détiennent des avantages, comme l'agriculture ou les textiles. Au contraire l'accès des productions du Sud aux marchés du Nord se trouve contré par les subventions massives des exportations agricoles européennes et américaines. A cela s'ajoute le maintien d'un certain protectionnisme à l'importation pour protéger les producteurs des pays du Nord. L'approche d'un développement à l'occidental est clairement condamnée puisque les grandes puissances ne jouent pas le jeux du libéralisme d'une part et d'autre part parce que l'on ne peut greffer un développement quel qu'il soit sans tenir compte des réalités économiques, sociales, politiques et culturelles différentes.

La nouvelle ère du développement, amorcée depuis les années 90, privilégie une approche participative de l'aide dans l'idée du "faire avec" plutôt que de "faire pour". Il s'agit maintenant de partir de l'expression locale des besoins et sur un mode de partenariat avec les populations afin de garantir une "évolution sociale positive". Ceci sous-entend la prise en compte de divers facteurs culturels, économiques, techniques, psychologiques, sociaux et écologiques propres à la zone d'intervention. Les développeurs ont compris l'importance de partir des besoins et du savoir local, et d'intervenir selon/dans une stratégie de transfert de compétence afin de rendre leurs actions plus appropriables par les populations receveuses mais aussi plus efficaces sur la durée.

Dans un souci de développement participatif et pérenne, le programme Pistes Rurales - Désenclavement à l'Est du Burkina Faso - (PrEst) - tente de pallier aux problèmes liés aux transports en milieu rural. En effet, au Burkina, comme dans la plupart des pays en développement, l'absence de routes rurales reliant les villages, les zones de cultures et les marchés représente un frein considérable au développement socio-économique des régions concernées. Le programme PrEst s'inscrit dans une triple perspective de développement car ses objectifs englobent non seulement la problématique de la mobilité en zone rurale mais aussi le transfert de la maîtrise d'ouvrage accompagné de la création d'emploi et finalement le transfert de la gestion dans une optique de décentralisation et de déconcentration.

PrEst a récemment terminé la première phase de son programme. La présente évaluation des impacts socio-économiques du programme, mandatée par PrEst, est destinée à mettre en exergue les transformations induites sur le milieu. Nous avons, en accord avec la structure d'accueil, décidé de privilégier l'étude d'impact elle-même, c'est pourquoi, les termes de références portant sur les disposition minimales à prendre pour l'entretien des piste ou encore la participation de la population au projet feront l'objet d'études à part.

Dans le cadre de l'évaluation des impacts socio-économiques, nous nous attacherons à identifier l'influence des pistes sur le développement des villages en ce qui concerne l'accès aux services sociaux de base et les échanges commerciaux. Nous avons identifié, en accord avec le programme, trois villages d'études dont deux désenclavés par PrEst afin de mesurer les impacts à court terme et l'un par une autre structure afin d'obtenir les perspectives d'impacts sur le long terme. Nous partirons de l'hypothèse que l'aménagement des pistes a des impacts aussi bien positifs que négatifs sur la population. Cette étude vise aussi à identifier des indicateurs pertinents d'évaluation d'impacts socio-économiques et propose une méthodologie à la structure, afin que cette dernière puisse, à l'avenir, réitérer ce type d'évaluation.

Le premier chapitre de l'étude traite de la situation de la région de l'Est du Burkina Faso. Ce détour descriptif donne une vision claire des principales caractéristiques et difficultés propres à la zone d'étude.

Le second chapitre se propose de présenter le programme de Pistes rurales à l'Est. Il s'agira de mettre en évidence les objectifs poursuivis, les moyens de mise oeuvre des actions et le rôle de tous les acteurs en présence.

Le troisième chapitre développe l'approche méthodologique appliquée à l'étude d'impacts socio-économiques de l'aménagement de pistes rurales. Cette partie annonce les indicateurs pertinents retenus et propose ainsi une marche à suivre pour de futures évaluations.

Le quatrième chapitre, consacré à la description des villages étudiés, nous permettra de situer l'étude dans son contexte géographique, social et économique. Nous y aborderons aussi les contraintes liées au transport rural ayant justifié l'aménagement de pistes.

Le dernier chapitre présente l'analyse des informations collectées sur le terrain. Cette analyse permettra de dégager les possibles impacts sociaux et économiques d'un désenclavement à court comme à long terme.

1 Présentation de la zone d'étude : Est du Burkina Faso1(*)

1.1 Situation géographique

La région de l'Est est limitée au Nord-Est par le Niger, au Nord par la région du Sahel, à l'Ouest par la région du Centre-Est et du Centre-Nord et au Sud par le Bénin et le Togo. Elle couvre une superficie de 46'256 km², soit 1/5 du territoire national burkinabé. Elle est subdivisée en 5 provinces - Gourma, Gnagna, Tapoa, Kompienga et Komondjari et 27 départements.

Figure 1 Carte de la région de l'Est du Burkina Faso

Source : PrEst

* 1 Chiffres tirés des documents suivants :

T. Kuela, A. Ouattara, O. Swadogo, «Projets et programmes de développement face aux défis de la pauvreté dans la région de l'Est» Contribution de la DRED de l'Est à l'Assemblée Régionale des Chefs de projets 2004

Helvetas - Burkina Faso, "Rapport final de phase de projet, Programme « Pistes rurales à l'Est » République du Burkina Faso - Phase 1 " Août 2004

Helvetas - Burkina Faso, " Pistes rurales - Désenclavement à l'Est, Synthèse du Document de Programme de la phase 2 "

précédent sommaire suivant