WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Problematique de la promiscuite de logement et son impact sur la population du quartier mapendo dans la ville de goma en Republique Democratique du Congo (rdc)

( Télécharger le fichier original )
par Emmanuel Kyamusoke Boaruzima
Université ouverte campus de goma /nord kivu en rdc - licence en santé publique 2009
Dans la categorie: Biologie et Médecine
  

précédent sommaire suivant

Soutenons La Quadrature du Net !

CHAP.II. REVUE DE LA LITTERATURE ET CONSIDERATIONS

THEORIQUE SUR PROMISCUITE DE LOGEMENT

I.2.1. Introduction :

Le terme logement désigne l'abri qui sert à protéger l'homme c'est le milieu dans lequel il est implanté. Tout ce qui l'entoure ; le logement contribue à la santé de la famille et de l'individu.

L'hygiène de logement et de l'habitant a pour but de maintenir et de promouvoir le bien être physique, mental, et social des habitant ; le logement est un des moyens permettant à l'homme de subvenir à la plupart de ses besoins tant primaire que secondaire ; mais plusieurs facteurs interviennent dans la production d'un logement approprié.

L'absence d'un ou des plusieurs d'entre eux ne permet pas d'avoir un logement confortable.

Ainsi il est la conjonction de l'habitant, du foyer, de l'environnement immédiat et du voisinage, le rôle de la santé puplique est de fournir les circonstances pour lesquelles les gens peuvent être en bonne santé.

Un logement favorable à la bonne santé est un logement qui assure les circonstances nécessaire et suffisante à la santé physique, mentale et sociale à la sécurité, à l'hygiène, au confort et l'intimité.

L'habitat convenable à la santé n'est cependant pas qu'une simple construction :

Il est plus que le lieu résidentiel d'un ménage qui acuminerait tous les critères et toutes les normes constructives. Toutes les connaissances mobilisées au fils du siècle, des constructions de logements et d'aménagement de leurs environnements proches.

La déclaration de l'habitat Istanbul (1996) définit les caractéristiques d'un logement convenable ; qui sont quasiment conformes a ce qui devrait être un logement favorable à la santé.11(*)

« vivre dans un logement convenable ce n'est pas simplement avoir un toit au-dessus de la tête  » un logement convenable doit aussi offrir une intimité et une sécurité satisfaisante et permettre de jouir de la sécurité d'occupation,il doit être suffisamment grand,lumineux,chauffé et bien aéré, être physiquement accessible ,présenter une structure stable et durable être équipé des infrastructure des bases, telle que l'abduction, l'assainissement,un système de collecte des déchets,se situé dans un environnement de qualité,convenable sur le plan écologique ,et sanitaire, et enfin être à une distance raisonnable du lieu de travail et de service de base ; le tout pour un prix abordable.

I.2.2.Situation de logement dans le Monde

Selon le rapport WHO-EURO 2004 ; a montré qu'un logement non convenable pouvait avoir des effets direct et indirect sur la santé physique et mentale de ses occupants, malgré que le bien être mental est plus difficile à conceptualiser par rapport au bien être physique et fait appel à des notions complexes ou s'entremêlent les dimensions sociales, culturelles et individuelles.

Le risque pour la santé, est une expression désignant la probabilité d'un événement sanitaire défavorable ou un facteur qui augmente cette probabilité.

Pour protéger les gens et les aider à ses protéger eux -même ; les gouvernements doivent pouvoir évaluer les risques et choisir les interventions les plus rentables et les plus abordables financièrement permettant d'éviter leur survenue.

Le caractère vital du droit au logement a conduit à sa reconnaissance législative comme «  droit fondamental » mais quelle est aujourd'hui la portée de cette reconnaissance pour le citoyen qui reste non logé ou mal logé ?

Un droit fondamental est un droit qui s'impose qui crée des obligations pour la collectivité, se loger est un besoin élémentaire dont la satisfaction relève d'une nécessité vitale qui justifies reconnaissance en tant qu'un droit ; mais c'est également un élément qui conditionne l'accès à d'autres droit fondamentaux.

C'est le cas de la santé : l'insalubrité , la présence de peintures au plomb dégradées, l'exergue, la promiscuité sont des facteurs qui mettent gravement en danger la santé physique, mais aussi psychique des occupants d'un logement.12(*)

Le droit à l'éducation est également mis en cause lorsque la sur occupation du logement familial, ou les changements continuels de lieu d'hébergement ne permettent pas à l'enfant de disposer des conditions favorables au suivi d'un cursus scolaire ; il est indéniable que le logement joue un rôle aggravant considérable, qui mériterait d'être évalué.

Le logement conditionne évidement le droit à la vie familial et à son intimité, son absence contraint aujourd'hui des familles à vivre de façon éclatée dans des lieux d'hébergement distinct, elle ne peut qu'engendrer ou aggraver des crises familiales, les logement est une condition de l'exercice de la citoyenneté, il est la base à partir de la quelle la personne se voit reconnaître une appartenance à la collectivité et peut développer une vie sociale.

Dans le monde la communauté européenne s'est à ce jour limitée à une reconnaissance du droit à une aide sociale et à une aide au logement destiner à assurer une existence digne à tous ceux qui n'en disposent pas, et à ceux qui ne disposent pas des ressources suffisante Article 34 de la charte du droit fondamentaux adoptée par le conseil Européen de Nice en décembre 2000.

En fin au niveau mondial, il convient de mentionner l'article 11 du pacte sur le droit économique, sociaux et culturels de 1966 « les états parties au présent pacte reconnaissent le droit de toute personne à un niveau de vie suffisante pour elle-même sa famille y compris une nourriture, un vêtement et un logement convenable à la santé et qu'à une amélioration constante de ses conditions d'existences.

I.2.3.Conséquences de la promiscuité de logement liée à la santé Publique Plus de trois millions d'enfant de moins de cinq ans meurent chaque année des causes d'affections liées à l'environnement, la promiscuité des logements compte ainsi parmi les facteurs le plus souvent à l'origine des décès d'enfant dont le nombre dépasse 10 million par an et influe énormément aussi sur la santé et les bien être des mères.

La pollution atmosphérique et la pollution de l'air à l'intérieur des habitations des logement, la contamination de l'eau, absence de système d'assainissement, les substances toxiques, les vecteurs de la maladies, les rayonnement ultraviolet et la dégradation de l'écosystème, sont autant des facteurs de risque environnementaux pour les enfants et la plupart du temps pour leurs mères.13(*)

Ainsi on estime que chaque année 1.6 million d'enfants meurent de diarrhée due principalement à la mauvaise qualité de l'eau et manque d'assainissement, la pollution de l'aire à l'intérieur des logements due à l'usage encore très rependu de biocombustibles qui tue près d'un million d'enfant chaque année, la plupart du temps à la suite d'une infection respiratoire aigue.

Les mères qui préparent les repas ou se tiennent près de foyer après avoir accoucher,sont plus exposées au risques de la maladie respiratoires chronique.

Le paludisme, de son coté favorisé par une me gestion et une mauvaise conservation

de l'eau, la précarité de logement, la déforestation et l'appauvrissement de la biodiversité, fait chaque année d'après les estimations, plus d'un million de victime de moins de cinq ans principalement en Afrique. Près de 300.000 d'enfants meurent chaque année des traumatismes physiques accidentels qui peuvent être lies aux danger de l'environnement domestique ou communautaire ; 60 000 enfants meurent des noyades, 40.000 dans un incendie, 16.000 d'une chute, 16.000 d'une intoxication

50.000 dans un accident de la route et plus de 100.000 d'autres traumatismes accidentel des domicile14(*)

Plus de 4 millions de personnes meurent chaque année d'infection respiratoire aigues, les quelles constituent la principale cause de décès chez les enfants de moins

De 5ans et on été en 1999, responsable de 7,2% du nombre total de décès tous ages confondus. Dans 99% de cas ces enfants vivent dans les pays en développement et dans des logements en promiscuité.15(*)

Des symptômes de stress, d'anxiété, d'irritabilité, de dépressions et même des conduites agressives (violences, vandalismes), l'altération des facultés d'attention à l'école chez les enfants peut être associer à des mauvaises condition des logements. Il est également admis aujourd'hui que certaines conditions des logements peuvent aggraver les pathologies psychiatriques persistantes.

Le sommeil est essentiel à la vie humaine mais il peut être sévèrement perturbé par des brouit, les perturbations aigues du sommeil affectent l'état général de l'individu et avec une alternance propre à chacun affectent aussi les performances qualitative et quantitatives ; plus de 10% des adultes européen souffrent des troubles chroniques du sommeil nécessitent un traitement et au moins 10% supplémentaire ont des problèmes du sommeils ou des troubles occasionnels la nuit.

Aujourd'hui plus d'un milliard des personnes n'ont pas d'accès à un approvisionnement d'eau de qualité et 2.4 milliard ne bénéficient pas des conditions des sommeils correct suite à la promiscuité dans les logements.16(*)

L'individu n'a aucune prise de décision sur certain des ses risques, telle les flambées épidémiques, en revanche il peut en aggraver ou en atténuer d'autres comme les tabagismes ou autres pratiques qui nuisent à la santé.

L'obligation de réduire les risques autant que possible pour vivre longtemps et en bonne santé incombe à la fois aux individus à l'ensemble de la population et aux gouvernements.17(*)

Selon l'Organisation Mondiale de Santé (OMS), les conditions de vie comme les logements et le travail ont d'avantage d'impacte sur la santé que les services de santé.

En France, même après avoir fournis toutes une liste des menaces potentielles pour la santé dans les logements (bruit extérieur, amiante, humidité, et présence des acariens...) plus des trois quart des habitants ne pansent pas que leurs santé est aujourd'hui menacé dans leurs foyer, cette sérénité est majoritaire toute catégories socioprofessionnelle confondue.

Selon Norman King et Jo Anne Simrd, il n'existe que peu des données sur l'ampleur du problème des logements dans la région Montréalaise ; des logements à Montréal seraient mal entretenus ou des piété état.

En janvier 2000 La berge et Al pressentaient des chiffres sur les variations géographiques et annuelle de l'asthme au Québec, leur établi qu'il y a 102.551 visites à l'urgence pour l'asthme en 1996, elle indique également que les visites en urgences et les hospitalisations due à l'asthme augmentent dans les territoire avec un niveau sociaux économique défavorisé.

Des études américaines appuient cette tendance et démontrent également que les enfants des quartiers défavorisent sont plus à risque pour développer de l'asthme ; les chercheurs identifient les conditions des logements avec promiscuité comme un des facteurs qui expliqueraient ce phénomène.

Il n'est pas surprenant dans ces conditions de constater que dans biens de villes africaines les entreprises et les logements ne subsistent que grâce à leur propre arrachement et d'observer la quasi inexistante des services publics en dehors des quartiers favorisés.

Les état africaines sont les principaux propriétaires et occupants des terres urbaines, comme à Addis Abeba, il est claire que le coût en terme de bien être sont élevés pour les entreprises comme pour les logements.18(*)

Une prolifération de bidonvilles et d'installation peri-urbaine en résulte (la promiscuité, l'insalubrité et illégale) abritant la moitié ou le trois quart de la population de la plus part des villes africaines.

Les enfants résidents dans les bidonvilles de Nairobi, par exemple, sont soumis à des risques extraordinairement plus élevés que ceux de leurs paires vivant ailleurs dans les même villes ou dans les zones rurales.

Au Ghana, les réponses aux questionnaires sur les indicateurs clé de bien être de 2003 a suggéré la considération non seulement de l'organisation ou de l'utilisation de services de santé, mais aussi d'autres risques qui sont qui sont peut être en jeu tels que la médiocrité de l'assainissement ou l'insécurité alimentaire.

L'accès à la littérature nous a permis d'identifier les problèmes relatifs à la promiscuité des logements et son impact sur la santé publique, nous avons voulu appréhender comment les autres auteurs l'ont abordé travers le monde.

Par cette occasion notre attention est restée marquée par le niveau des connaissances du risque sanitaire attribuable à la promiscuité des logements dans le milieu urbain comparativement aux populations des pays industrialisés, les risques sanitaire seraient resté jusqu'alors plus faiblement perçus dans les pays en développement.

* 11 Jean Marie, lutte contre le logement insalubre, un movement communal 1994; Pg 77

* 12 FRONCY, Guide de l'assainissement individual, Genève 1195, Pg 7

* 13 OMS santé et logement 1989, Pg 35

* 14 http/www.etatdelogementdanslemonde.org

* 15 http/www.memoireonline.com

* 16 UN-HABITAT, Rapport des Nations Unies pour l'étude de logement dans le monde

* 17 UNICEF, Rapport sur la santé et l'environnement, 2006 ; Pg 34

* 18 WHO-EURO, Population report, Genève 2002 ; Pg13

précédent sommaire suivant

Soutenons La Quadrature du Net !





Soutenons La Quadrature du Net !