pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

« une escale, pour découvrir un autre rivage » le détachement en entreprise Transporter ses connaissances et compétences Hors les murs de l'ESAT


par Michel RUISI
Collège coopératif de Paris, Université Rennes 2 - Chargé de projets d'insertion professionnelle des travailleurs handicapés 2010
Dans la categorie: Enseignement
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

Troisième partie

EnquêteChapitre 7

Méthode de recherche - la parole des acteurs

Dans le cadre de ce mémoire DUPITH, ma préoccupation principale a été de saisir la signification de la pratique du détachement, à travers le parcours de cinq personnes, reconnues travailleurs handicapés et issues d'ESAT, qui ont été mises à la disposition de deux entreprises différentes en milieu « ordinaire ». Puis je cherche à comprendre l'importance de ce type de pratique pour les usagers. Savoir ce qu'ils connaissent de la pratique du détachement. Pour cela j'ai choisi de réaliser une enquête de terrain basée sur des entretiens semi-directifs. A ces données collectées sont venues s'ajouter celles qui ont pris naissance au cours des différents entretiens.

Pour effectuer mes entretiens, j'ai sélectionné trois personnes issues d'un même atelier qui ont effectué leur détachement dans un même lieu et fait le même travail de plastification de livres. Ce choix visait à recueillir des opinions et un ressenti qui ont été différents pour chacun. Mais également auprès de leur moniteur d'atelier et de deux salariés du comité d'entreprise d'une banque parisienne, qui ont été tout au long de cette mise à disposition, leurs « référents » et les interlocuteurs directs entre l'entreprise et l'ESAT.

Les outils d'investigation

Pour réaliser cette enquête, j'ai conçu trois guides d'entretien, le premier orienté vers les travailleurs handicapés de l'ESAT avec un questionnaire semblable, le second vers le moniteur d'atelier, référent technique de l'atelier reliure dont trois usagers sont issus.

Le troisième vers les deux salariés du comité d'entreprise de la banque parisienne, lieu où les usagers ont été mis à la disposition pour effectuer un travail de plastification de livres.

Pour établir ces guides d'entretien43(*), j'ai d'abord élaboré une vingtaine de questions ayant un rapport avec le détachement. Pour chacun des types de personnes interrogés. J'ai regroupé ensuite, les questions en fonction des trois dimensions définies du détachement qui sont dans un premier temps, la signification et la connaissance de ce type de pratique. Dans un deuxième temps, la conscientisation des compétences par l'usager et les salariés de l'entreprise dite « ordinaire » pour permettre aux travailleurs handicapés de comprendre que leurs compétences sont transférables ailleurs que dans l'ESAT. Le détachement est un moyen qui permet de créer du « lien social » par le biais des différentes interactions qui se tissent entre le travailleur handicapé et les salariés de l'entreprise.

Outils d'enquête

Pour mener mes entretiens, je me suis muni d'un dictaphone ainsi que d'un bloc notes.

Pour l'utilisation de cet appareil d'enregistrement, j'ai demandé la permission aux différents acteurs, qui me l'ont accordée.

Je leur ai dit que cet enregistrement est un outil qui me permet de retranscrire l'entretien dans son intégralité, pour ne pas qu'il ait une fausse ou mauvaise interprétation de ma part durant ma retranscription. Je leur ai dit que tout ce qui sera dit tout au long de notre entretien, sera connu que de moi et effacé par la suite ; que leur nom, ainsi que celui de l'entreprise, ne seront pas cités dans mon mémoire.

Ce que dévoilent ces entretiens

Pour mon analyse, j'ai choisi trois thèmes qui sont : relation, représentation, conscientisation des compétences.

Avant d'explorer les différentes relations liées aux interactions entre les travailleurs handicapés et les salariés de l'entreprise. Il convient de rappeler que ces personnes ont une reconnaissance de travailleur handicapé mental.

Les personnes qui travaillent en ESAT ont de réelles compétences qu'ils peaufinent au fil du temps, ce qui leur manque, c'est la confiance en eux.

Travailler en entreprise classique (dit de milieu ordinaire), est pour la personne issue d'ESAT, une reconnaissance sur son travail, une valorisation de l'image de soi, montrer que malgré leur handicap, ils peuvent travailler comme tout le monde en entreprise, une impression d'accéder à un statut (leur propre perception d'eux même).

De l'analyse des données à l'interprétation

Je vous propose dans ce chapitre tout d'abord de vous présenter les personnes que j'ai interviewées durant cette enquête ainsi que l'historique de la mise en place d'une prestation de service qui, pour une question de logistique s'est transformée en un détachement de travailleurs handicapés issus d'un même atelier.

Dans une deuxième partie je soumettrai l'analyse des propos recueillis dans les entretiens. Ils ont été réalisés auprès de cinq travailleurs handicapés issus de l'ESAT le « Colombier » situé à Villiers-le-Bel dans le Val-d'Oise. Trois travaillent dans l'atelier reliure, les deux autres dans l'atelier façonnage. Le moniteur de l'atelier reliure, deux salariés dont l'une est la responsable de la mise en place d'une médiathèque au sein du comité d'entreprise d'une banque parisienne ont été investigués. La responsable de la médiathèque et son collègue ont été durant tout le temps de la mise à disposition des travailleurs, leurs tuteurs44(*) ainsi que les coordinateurs45(*) entre l'entreprise et l'ESAT.

« Durant cette enquête, j'emploie le terme détachement plus que celui de mise à disposition. Ce terme de mise à disposition est un terme qui me renvoie un état de soumission et d'attente de l'un vis-à-vis de l'autre, être prêt et disponible à son bon vouloir, se tenir à sa disposition ».

Ce détachement se fait en individuel. Ce que je veux dire par individuel, c'est que chaque travailleur travaille seul au sein de cette entreprise, sans l'encadrement de leur moniteur d'atelier.

Articulation de l'enquête

Ce travail d'enquête s'articule aux différents éléments théoriques mis en évidence dans le cadre de l'élaboration de ma problématique. Il doit permettre une tentative d'interprétation des résultats de l'analyse des données.

L'analyse renvoie ainsi aux différentes dimensions du détachement. Il s'agira de tenter de mettre en évidence et en relation les données renseignant.

« L'interprétation et la signification du détachement par les travailleurs et les salariés de l'entreprise ».

Ø La représentation du travailleur handicapé: par lui et les salariés de l'entreprise.

Ø Des interactions qu'il y a entre les usagers de l'ESAT et les salariés de l'entreprise.

Ø La perception du milieu dit « ordinaire » par les travailleurs issus de l'ESAT.

Ø La représentation et l'attente des travailleurs, du service rendu par l'institution.

Ø La perception de la transportabilité de leurs compétences professionnelles : par le travailleur handicapé et les salariés de l'entreprise.

Avertissement

Il est important que le lecteur sache que la plupart des travailleurs interviewés me connaissent ainsi que leur moniteur d'atelier. Bien que n'étant pas situé géographiquement dans le même établissement et ne travaillant pas dans les mêmes ateliers, nous faisons partie de la même association. Nous avons les mêmes cadres dirigeants.

Je choisis de faire un historique de la mise en place du détachement à l'ESAT du Colombier en partant de propos recueillis avec le moniteur d'atelier dans un premier temps, puis de la responsable du comité d'entreprise de la banque parisienne dans un deuxième temps.

Pourquoi effectuer des détachements ?

Pour l'ESAT de Montmagny/Villiers-le-Bel la mise à disposition de travailleurs en entreprise est une première. Bien qu'étant déjà inscrite dans L'article 167 aliéna 2 du Code de la famille et de l'aide sociale fixée par le décret n°85-510 du 14 mars 1986, lui-même modifié par le décret n°96-669 du 26 mars 1996, elle se voit renforcée par la loi 2005.

Les détachements ne font pas partie de la politique de la direction de l'établissement. Ils le deviennent à partir de 2007 suite à un questionnaire émana des ministères de tutelles.

Ce questionnaire se nomme : « rapport de performance » un rapport que doivent remplir chaque directeur d'ESAT et rendre tous les trente Avril de chaque année.

Suite à ce rapport, les cadres de direction de l'établissement, n'ont que pour objectifs la recherche de nouveaux détachements pour répondre à ce rapport de performance. Lors des réunions de synthèses générales, les détachements sont souvent à l'ordre du jour.

Suite à cela un groupe de réflexion s'est formé au niveau de l'équipe pluridisciplinaire pour trouver des solutions afin que chaque personne de l'encadrement trouve leur place dans l'élaboration et le suivi commercial, technique et social des usagers en détachement.

Ce nouveau type de pratique crée certains blocages, de la résistance par certains moniteurs d'atelier qui en avaient une image négative.

Cette nouvelle pratique dans l'établissement fait émerger de nombreuses hypothèses.

H1 : « Si l'.ESAT fait des détachements, c'est pour gagner plus d'argent ».

H2 : « Si la pratique du détachement fait gagner plus d'argent à l'ESAT, elle deviendra une priorité et un mode de fonctionnement »

H3 : « Si la pratique du détachement devient une priorité et un mode de fonctionnement, les usagers doivent posséder certains critères de compétences. »

H4 : « Si la pratique du détachement demande aux usagers de posséder certaines compétences, il y aura un critère de sélection qui se fera lors de l'admission en ESAT d'un usager ».

H-5 : « Si l'ESAT pour effectuer des détachement sélectionne des usagers plus performant lors de leur admission sa mission médico-social est à remettre en question ».

Ces hypothèses se trouvent confirmées suite aux déclarations du directeur de l'ESAT. En effet j'entends un matin le directeur de l'établissement dire lors d'une discussion avec l'adjoint technique : «  le détachement c'est l'avenir. »

Ayant entendu ces propos, en partant sur les chantiers avec les usagers de mon équipe, je me pose des questions : « l'avenir pour qui ? L'avenir pour quoi ?».

De ce simple mot qui me fait écho, je veux faire une enquête sur la pratique du détachement, dont ma priorité est « l'usager au centre de ce dispositif».

Je veux savoir si cette pratique, n'est pas que pour faire du chiffre d'affaire pour l'ESAT et que le travailleur ne devienne qu'une valeur ajoutée.

Je veux savoir ce que la pratique du détachement peut apporter à l'usager, sachant que pour lui cette pratique ne lui rapportera pas grand-chose pécuniairement. Sa rémunération sera toujours la même puisque dans ce dispositif il reste toujours usager de l'ESAT.

J'ai demandé, par curiosité, de voir la fiche de paye d'un usager. J'avais entendu dire qu'ils percevaient une prime de détachement. Après vérification, je me suis aperçu qu'effectivement l'ESAT, lui verse 70 € en plus de sa rémunération. Cette prime peut varier, car elle est calculée au prorata des heures effectuées au sein de l'entreprise.

Ainsi lorsque la personne s'absente pour effectuer son soutien  «  Ce qui est inscrit dans la loi 2005-102. » sa prime diminue.

Construction de mon enquête

Pour mener mon enquête, j'ai établi un questionnaire semi-directif en me basant sur certains critères, compétences, détachement ou mise à disposition, interactions entre les usagers et les salariés de l'entreprise, représentation identitaire du travailleur handicapé : par lui, par les autres, perception du milieu dit « ordinaire » par les travailleurs handicapés.

Mon enquête s'est construite à partir d'une problématique qui est un questionnement : « En quoi le détachement constitue t-il une passerelle vers le milieu ordinaire de travail pour les travailleurs handicapés issus d'un ESAT? ».

Partant de ce questionnement, je me suis appuyé sur deux concepts, l'un « l'identité » et l'autre « Le transfert des compétences ». En m'appuyant sur ces deux concepts, j'ai émis deux hypothèses.

Ma première hypothèse : «le détachement, est un moyen intermédiaire qui favorise la construction identitaire».

Ma seconde hypothèse : «le détachement permet aux usagers issus d'un ESAT de prendre conscience que leurs compétences sont transportables dans l'entreprise».

Dans ma première hypothèse, il en ressort cinq thèmes :

Th-1 Signification du détachement pour les travailleurs de l'ESAT;

Th-2 Représentation du travailleur handicapé par lui et les autres ;

Th-3 Interactions entre le travailleur handicapé et les salariés de l'entreprise ;

Th-4 Découverte du milieu dit ordinaire de travail ;

Th-5 Représentation de l'institution par les travailleurs handicapés.

Dans ma seconde hypothèse, il en ressort trois thèmes :46(*)

Th-1 savoir faire ;

Th-2 savoir être ;

Th-3 reconnaissance/valorisation.

Le public d'enquête.

J'ai effectué des entretiens avec huit personnes : cinq usagers de l'ESAT; le moniteur de l'atelier reliure; les représentants du comité d'entreprise de la banque : madame L et son collègue MAT.

Les travailleurs handicapés de l'ESAT

Trois travailleurs handicapés usagers de l'ESAT de Villiers-le-Bel, ont été mis à la disposition du Comité d'entreprise d'une banque parisienne pour effectuer de la plastification de livres en vue de la création d'une médiathèque au sein de cette entreprise.

Pour les travailleurs de l'ESAT le questionnaire a été le même. Le choix d'avoir utilisé un même questionnaire pour les cinq usagers n'est pas une question de facilité, mais sert à ce que chacun me donne leurs points vue ainsi que leurs ressentis. Révéler ce qui a été différents pour chacun et les caractéristiques communes. Même si sur les cinq travailleurs trois ont fait un travail différent dans une autre entreprise.

Ces travailleurs handicapés, je les nommerais par une initiale afin de garder leur anonymat.

Les personnes que j'ai interviewées sont M, R et B. Ils travaillent tous les trois dans un atelier reliure de l'ESAT. Elles ont été mises à la disposition d'un comité d'entreprise d'une banque parisienne. Leur travail consiste à réaliser la plastification de livres.

Puis S et J. Ces deux personnes travaillent dans un atelier façonnage. Elles ont été mise à la disposition d'une entreprise différente de celle de leurs trois camarades. Leur travail a été de faire du nettoyage de bobine de films dans une entreprise située à Epinay/seine.

Le moniteur référent de l'atelier reliure.

Il est le responsable de l'atelier reliure. Il est le référent technique des travailleurs de son atelier. Durant cette prestation, il a eu la responsabilité du suivi des travailleurs de son atelier et du bon déroulement de cette prestation dans son ensemble. Il a été l'interlocuteur direct entre l'entreprise et l'ESAT.

Les responsables du comité d'entreprise de la banque

Madame L et son collègue MAT.

Madame L, est la personne qui a fait appel au service de l'ESAT pour effectuer la plastification des livres. Elle est responsable de la mise en place d'une médiathèque au comité d'entreprise de la banque. Durant tout le temps de cette mise à disposition des travailleurs handicapés au CE. de la banque, Madame L a été la tutrice des travailleurs handicapés. Elle a été la coordinatrice entre l'entreprise et notre établissement.

Son collègue MAT travaille dans le même bureau, en collaboration avec elle. Par ricochet il a côtoyé en situation les travailleurs handicapés en détachement. Sa présence m'a permis pendant l'entretien d'avoir son point de vue durant le déroulement de cette enquête.

Outils et lieux :

Pour effectuer ces différents entretiens, je me suis déplacé à l'ESAT pour recueillir des réponses à ma problématique auprès des usagers de l'atelier reliure qui avaient effectué ce détachement, et de leur moniteur d'atelier.

Puis au comité d'entreprise de la banque où les travailleurs ont effectué leur prestation en situation de détachement, pour rencontrer la responsable et son collègue qui les ont accueillis au cours de cette période.

Pour effectuer mes différents entretiens, je me suis muni d'un questionnaire semi-directif que j'avais élaboré à partir de mes différents thèmes ; d'un bloc note et d'un dictaphone.

Ce dictaphone m'a permis par la suite de mieux retranscrire l'intégralité de chaque entretien, pour ne rien oublier, grâce à ma retranscription avec les mots de chacun et non de l'interprétation que je pouvais faire.

L'usage de cet outil m'a permis de ne pas oublier d'éléments importants, que j'aurai omis de noter à cause de certains évènements qui auraient pu parasiter l'entretien (porte qui s'ouvre, bruits dans le couloir, une interruption inattendue, pauses.)

Muni de mes outils d'enquêteur j'ai pu reprendre notre échange là où il s'était interrompu.

* 43 Les guides d'entretien, sont mis en annexe.

* 44 Ce terme de tuteur peut interpeller certaines personnes, tout dépend de l'interprétation que chacun en fait.

Pour moi ce terme de tuteur représente la personne qui durant tout le déroulement de cette prestation, va être présente pour orienter, diriger, corriger les erreurs pour que les travailleurs mènent à bien leur travail.

* 45 Coordinateurs, les personnes du C.E, sont les donneurs d'ordre. Les travailleurs ont été mis sous leur responsabilité durant la durée de ce détachement, ils sont le lien qui unit les travailleurs à l'E.S.A.T. et vis versa. En cas de difficulté rencontrée avec le travail ou avec les usagers, ils interviennent et informent l'établissement.

* 46 Ces trois thèmes sont les compétences des travailleurs handicapés. La conscientisation de leurs compétences.

précédent sommaire suivant