WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Importance du prélèvement sanguin en hémostase:observations faites au cnhu de cotonou

( Télécharger le fichier original )
par DOUGNON Victorienet HOUNGUE Cyriaque
Université d'Abomey Calavi - Licence professionnelle en analyses biomédicales 2008
Dans la categorie: Biologie et Médecine
  

sommaire suivant

Importance de la qualité du prélèvement sanguin en hémostase : Observations faites
au Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutoukou MAGA de Cotonou

INTRODUCTION GENERALE

L'Ecole Polytechnique d'Abomey-Calavi (EPAC) dans le souci de donner une formation de qualité à ses étudiants en Analyses Biomédicales a instauré un stage pratique de fin de formation en vue de compléter les cours théoriques.

Ainsi, notre stage de fin de formation s'est déroulé dans le département LABORATOIRE du CNHU du 02 juin 2008 au 03 août 2008. Ce département est composé de cinq services à savoir la Biochimie, la Parasitologie, la Banque de Sang (BDS), la Bactériologie et l'Hématologie dans lesquelles nous avons travaillé à chaque fois pendant deux semaines.

Tous les matins, nous étions à la salle de prélèvement commune aux services du LABORATOIRE et nous avons constaté que de nombreux prélèvements étaient systématiquement rejetés, particulièrement ceux destinés aux examens d'hémostase. Ceci nous a motivé à choisir le thème : « Importance de la qualité du prélèvement sanguin en hémostase : Observations faites au Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutoukou MAGA (CNHU-HKM) de Cotonou »

Les objectifs visés par ce travail sont les suivants :

OBJECTIF GENERAL

Montrer l'importance de la qualité du prélèvement sanguin en hémostase.

OBJECTIFS SPECIFIQUES

- Identifier les défauts du prélèvement sanguin réalisé par certains services du CNHU-HKM.

- Apprécier les atouts du prélèvement sanguin réalisé par la salle de prélèvement des laboratoires.

- Montrer l'impact d'un mauvais prélèvement sur les tests de l'hémostase.

1

Importance de la qualité du prélèvement sanguin en hémostase : Observations faites
au Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutoukou MAGA de Cotonou

Pour ce faire, nous aborderons le problème suivant le plan ci-après :

- Première partie : Généralités sur le prélèvement sanguin au laboratoire et plus spécifiquement sur le prélèvement sanguin destiné aux examens d'hémostase.

- Deuxième partie : Cadre et méthodologie de travail - Troisième partie : Résultats et commentaires.

Nous achèverons notre étude par une conclusion et émettrons des suggestions.

2

Importance de la qualité du prélèvement sanguin en hémostase : Observations faites
au Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutoukou MAGA de Cotonou

I- Importance de la phase pré-analytique spécifique aux

prélèvements sanguins

1- Définition et importance

La phase pré-analytique est l'ensemble des facteurs qui peuvent influencer le résultat d'un échantillon avant analyse. Une bonne application des règles permet de réduire l'anxiété du patient tout en augmentant l'efficacité et la précision du préleveur.

Les prélèvements biologiques défectueux obligent à refaire le prélèvement et entraînent des coûts supplémentaires en personnel, en matériel, en temps et en énergie. Si une anomalie n'est pas détectée ou signalée, il est fort possible que les résultats soient erronés et eux-mêmes responsables d'examens complémentaires inutiles et pouvant porter préjudice au patient.

La non-conformité a un coût élevé. Ce coût est estimé à 25 % du budget annuel du matériel de prélèvement. La non-conformité des échantillons peut avoir pour conséquence d'endommager les analyseurs [4].

2- Qui est impliqué ?

Trois facteurs importants interviennent dans le processus préanalytique. Le premier facteur est le facteur temps. Il représente 20 % du processus diagnostique [4].

Le deuxième facteur est celui représenté par les personnes. Dans ce processus participe un certain nombre d'intervenants, à savoir le personnel infirmier, le personnel de laboratoire, les médecins, les techniciens...

Le troisième facteur reprend les différents chaînons du processus qui va de la prescription du médecin à la saisie des données, du prélèvement proprement dit au transport...

3- Importance de la phase préanalytique

Une méthode de travail prédéfinie par les acteurs principaux, à savoir les enseignants, les instances médico-hospitalières, permettrait de définir un processus adéquat de prélèvement pour chaque situation. Cela réduirait de manière significative les erreurs depuis la prescription des prélèvements jusqu'à l'analyse de l'échantillon prélevé. Les cinq points ci-dessous, constituent probablement les points sensibles qui pourraient être améliorés :

3

Importance de la qualité du prélèvement sanguin en hémostase : Observations faites
au Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutoukou MAGA de Cotonou

- Les informations cliniques reprises sur la prescription doivent être libellées de manière précise, lisible et sans équivoque. Dans le cas contraire, il est fort possible et même probable qu'il y ait un risque de mauvaise interprétation ou que les actes posés soient erronés. De même, les résultats ainsi obtenus seraient sans rapport avec la demande initiale et mèneraient immanquablement à un retard de diagnostic.

- La prise de contact, l'identification ainsi que la préparation du patient à elles seules sont sources de 22 % d'erreurs importantes dans la phase préanalytique [2].

- Les conditions et mode de prélèvement revêtent une importance essentielle dans la détermination des résultats, la pose du diagnostic et le choix éventuel d'un traitement (exemples : la gestion des veines difficiles, la gestion de l'écoulement difficile, les essais répétés, ...)

- L'identification des échantillons est une étape importante du processus de prélèvement. Ceux-ci doivent être dûment étiquetés, identifiés et comporter les informations suivantes : date de naissance, nom de jeune fille, sexe, nature de l'échantillon, nom du préleveur, date et heure de prélèvement, traitements éventuels suivis par le patient, degré d'urgence de l'analyse.

- Le transport devrait être effectué de manière optimale afin que le prélèvement ne subisse aucune modification ; il devrait se faire dans des délais brefs et à température ambiante. Un soin particulier en cas de transport par pneumatique est à conseiller, car ce mode de transport peut provoquer l'activation plaquettaire et par conséquent une hémolyse [4].

4- Quelques statistiques

D'après Narayanan et coll., les erreurs les plus communément commises avant, pendant et après les prélèvements sont principalement :

- phase pré-analytique : représente 85 % des erreurs ;

- demande de reprélèvement : #177; 5 % ;

- tubes périmés utilisés : 9 % ;

- tubes mal identifiés : 22 % ;

- tubes non conforme : 17 % ;

- tubes manquants : 17 % ;

- tubes souillés + contact sang : 31 % ;

4

Importance de la qualité du prélèvement sanguin en hémostase : Observations faites
au Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutoukou MAGA de Cotonou

- la phase préanalytique est impliquée dans 68 % des erreurs en coagulation !

La détection d'erreurs est estimée de manière globale à 0,11 % (pour la coagulation à 0,47 %), ce qui en soi pourrait sembler une marge d'erreurs peu significative.

Remarque : Si nous prenons l'exemple de la coagulation, nous constatons que la marge d'erreur grimpe à 0,47 %. A l'inverse, l'implication de la phase préanalytique dans la marge d'erreurs rétrograde à 68 %. Dans la conscience collective, la coagulation est incontestablement le point d'attention ! [2].

5

Importance de la qualité du prélèvement sanguin en hémostase : Observations faites
au Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutoukou MAGA de Cotonou

II- Facteurs d'influence et procédure de prélèvement

Les facteurs d'influence et la procédure de prélèvement peuvent modifier les valeurs jusqu'à plus ou moins 50 %, voire augmenter certains paramètres de 30 fois leur valeur ! [2].

1- Facteurs importants d'interprétation

Dans les valeurs de référence, devraient être repris l'âge, le sexe, la race, des facteurs qui peuvent avoir une influence sur les paramètres suivants : hémoglobine, acide urique, bilirubine, phosphatase alcaline, cholestérol, LDL, HDL... En ce qui concerne la race, les paramètres suivants peuvent subir une influence à savoir amylases, granulocytes, monocytes...

Le patient a-t-il pris un repas récemment ? L'idéal est d'effectuer le prélèvement douze heures après l'ingestion d'aliments, car certains paramètres comme le glucose, les triglycérides, la Vitesse de Sédimentation... peuvent être influencés. L'heure idéale de prélèvement se situe entre 7 et 9 heures du matin et en tout cas avant 12 heures, car les paramètres suivants peuvent être influencés : cortisol, fer, calcium, magnésium, phosphore...

Idéalement, il faut attendre 12 heures après un exercice musculaire pour effectuer un prélèvement, car les paramètres suivants peuvent être influencés : lactates, Créatine PhosphoKinase...

Il est important de s'assurer de l'existence ou non d'une situation de stress, car les paramètres suivants peuvent être influencés : cortisol, hormones thyroïdiennes...

Les facteurs principaux qui influencent les prélèvements sont la grossesse, l'obésité, l'alcool, le cycle menstruel, la contraception orale, le tabac, la caféine, les médicaments.

La prise de sang doit s'effectuer avant les soins ou/et la prise de médicaments. Si le patient prend des médicaments, il faut prendre en compte le pic sérique, choisir l'état stationnaire pour faire le prélèvement. Dans le cas d'un bilan préopératoire, la surveillance du traitement, du bilan thyroïdien et du bilan cardiaque est importante.

Afin que le prélèvement se fasse de manière optimale, le patient sera en position couchée ou allongée, éventuellement assis. Pour certains paramètres, des variations pouvant aller jusqu'à plus ou moins 50 % sont observées si le patient change de position. En position debout, les variations s'échelonnent de 5 à 15 %. Les variations observées lors de la préparation du prélèvement (de

6

Importance de la qualité du prélèvement sanguin en hémostase : Observations faites
au Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutoukou MAGA de Cotonou

l'ordre de plus de 15 %) peuvent être dues au choix du garrot, à une mauvaise utilisation ou un mauvais placement. La position idéale du garrot se situe à plus ou moins dix centimètres au-dessus du site de prélèvement.

L'ordre des tubes doit être respecté, ainsi que le volume de remplissage. Le taux d'erreurs est estimé à #177; 2 % [2]. Étant donné les nouvelles normes des fabricants, le mélange des tubes doit être effectué maximum 2 minutes après prélèvement, et cela concerne tous les tubes.

Le stockage ainsi que le transport des tubes devraient se faire en position verticale à température ambiante. La température de conservation et de transport se situe idéalement entre 4 °C et 23 °C.

Il faut respecter le temps de rétraction du caillot pour les tubes sérum, à savoir 30 minutes à température de la pièce. Cela permet d'éviter la postcoagulation et le risque de blocage des automates. Les tubes sérum devraient être centrifugés au plus tard 1 heure après le prélèvement.

sommaire suivant