pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Le systeme de prévention et de gestion des catastrophes environnementales au Cameroun et le droit international de l'environnement


par Tahitie BEN TCHINDA NGOUMELA
Université de Limoges - Master 2 2010
Dans la categorie: Droit et Sciences Politiques > Droit de l'Environnement
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

§I- La direction de la protection civile, organe principal

L'application des textes suscités doivent se faire dans le cadre d'une structure et sous son contrôle. Les NU, initiateurs de conférence sur les changements climatiques, font de la prévention et de la gestion des catastrophes un défi. A ce titre leurs institutions qui ont vocation internationale ne peuvent pas être au fait des situations particulières dans chaque pays membres.

Des structures sont donc crées ; au Cameroun, cette structure a pour nom la Direction de la Protection Civile. Pour mieux cerner cet organe nous nous attarderons sur sa composition (A) pour ensuite s'appesantir sur ses missions(B).

A- La composition de la direction de la protection civile

La direction de la protection civile est un organe qui existe au sein du ministère de l'administration territoriale et de la décentralisation. Précédemment crée sous la forme de cellule, elle ne devient Direction qu'en 1995 par le décret organisant le MINAT27(*). En effet, c'est en 1961 que cette cellule voit le jour au sein de la direction des affaires politiques du ministère délégué à la présidence chargé de l'administration territoriale après l'indépendance du pays.

Son siège actuel se trouve à Yaoundé, au sein du ministère de l'administration territoriale où elle y occupe des bureaux. Sa supervision est effectuée par ce ministère qui doit approuver chaque action à mener. Placée sous l'autorité d'un directeur28(*), elle comprend en son sein une cellule des études et de prévention  ainsi qu'une sous direction de la coordination et des interventions.

La première est sous l'autorité d'un chef de cellule. D'après les dispositions de l'article 53 du décret n° 2004/320 du 8 Décembre 2004 portant organisation du gouvernement, elle est chargée :

- « des études relatives aux mesures de protection civile ;

- De la préparation des stages de formation des personnels de la protection civile ;

- De l'examen des demandes de transferts de corps ».29(*)

Le second organe quant à lui30(*)est sous la gouverne d'un sous-directeur et se charge de :

- « l'organisation de l'assistance ;

- De l'examen des requêtes en indemnisation et des aides financières en faveur des personnes victimes des calamités ;

- Du contrôle de l'utilisation des aides ;

- De la coordination des moyens mis en oeuvre pour la protection civile ».31(*)

Pour mener à bien ses missions, elle s'entoure également de diverses structures qui travaillent toutes en synergie pour des actions spécifiques. Citons à ce titre la Croix Rouge Camerounaise, le Ministère de la santé, le Corps National des Sapeurs Pompiers, le service d'assistance médicale d'urgence, l'institut des recherches géologiques et minières pour ne citer que celles-là.

Depuis quelques années, la DPC produit un rapport appelé Rapport sur l'Etat de la Protection civile au Cameroun, qui résume l'évolution de ses actions ainsi que ses objectifs en fonction de l'actualité internationale. Publié avec l'appui de diverses structures internationales.

Le dernier rapport date de l'année 2008-2009 ; il a pour thème : « La protection civile par les gestes qui sauvent ». Ce rapport est l'occasion de revisiter le chemin parcouru et de dresser un état des lieux à savoir en l'espèce le tableau des catastrophes enregistrées durant l'année 2008. Une fois ce travail accompli, des stratégies sont élaborées. A la fin de ce rapport, une étude menée sur les gestes de premier secours en cas de catastrophes au Cameroun. De cette étude, il ressort par exemple que près de 88,1 % de la population n'ont pas reçu une formation sur les gestes de premier secours.

Quoique cette direction semble avoir des organes qui l'aident, son action est mal connue des populations ; d'aucun ne connaissent même pas son existence tant ses actions ne sont menées tambour battant que lors des catastrophes32(*).

Nous venons de voir la structure interne de la DPC, celle-ci ayant des missions définies que nous allons examiner par la suite.

* 27 Cf. supra P.10

* 28 Le directeur en poste se nomme Jean-Pierre NANA

* 29 Séminaire organisé par l'ENAM au profit de ses élèves, Prévention et gestion des problèmes environnementaux, 2003, P 81.

* 30 La sous direction de la coordination et des interventions.

* 31 Op cite en note 17.

* 32 C'est le plus souvent lors des catastrophes que des cellules de crise sont mises sur pied comme ce fut le cas du crash d'avion de mai 2007 de la compagnie Kenya Airways à Mbanga Mpongo.

précédent sommaire suivant