WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Du nomadisme contemporain en France avec les saisonniers agricoles qui vivent en camion

( Télécharger le fichier original )
par Anaàs ANGERAS
Université Lyon 2 - Master 2 Recherche Spécialité Dynamique des Cultures et des Sociétés 2010
  

sommaire suivant

Anaïs ANGERAS

DU NOMADISME CONTEMPORAIN EN FRANCE

Avec les saisonniers agricoles qui vivent en camion

PHOTO

Mémoire M2R Anthropologie-Ethnologie

Dir : Martin SOARES

Olivier GIVRE

2011

Université Lumière Lyon II

« Parce que tous les jours, on est arrêtés par les flics sur les routes, qui nous voudraient parqués...

Cette chanson est dédiée aux enfants de la pluie et du vent !

Vivent les nomades !

`Ce soir contents d'être ici, mais demain nous serons repartis,

Traverser de nouveaux ports, découvrir de nouveaux pays.

Car nous n'avons pas de liens, pas de biens, pas de patries ;

Aux lois des continents morts, nous ne serons jamais soumis !

Toi, les objets te possèdent, ils sont lourds, tu ne peux t'envoler,

Tu accumules la matière, elle fixe ta destinée.

Rejoins les nouveaux nomades, renie ton nom et ta cité !

Comme un oiseau de passage, tu n`auras pour réalité...

Que la liberté !

Nomades !'

A tous les voyageurs ! »

- Extrait d'un concert du groupe anarcho-punk français Tromatism, au début des années 1990, interprétant « Nomades » (écrite et composée par Tromatism).

Aux prochains,

qui prendront peut-être les mêmes routes...

Remerciements

Merci à tous ceux qui ont pu, de près ou de loin, participer à ce projet : à tous les saisonniers, que je ne nommerai pas, par souci de confidentialité, mais qui se reconnaîtront sûrement ici, espérant que cette enquête aura un impact sur la reconnaissance de votre travail et de votre choix de vie ; aux agriculteurs et leurs familles qui nous ont bien reçu et avec qui il a été un plaisir d'échanger (spécialement à la famille Sapet); et à tous ceux qui ont bien voulu me parler un peu d'eux, qui m'ont permis et encouragé à continuer, avec persévérance, cette recherche.

Un grand merci à tous ceux chez qui la porte est toujours restée ouverte, durant des périodes critiques, ou lors de mes passages en ville.

Merci aussi à mes directeurs de recherche : pour m'avoir prodigué autant d'encouragements, d'avoir été toujours aussi prêts à me recevoir quand je le souhaitais, et d'avoir su aménager leurs contraintes administratives à mon sujet et sa méthodologie atypique...

Merci également à Sylvie, pour m'avoir, fraternellement, procuré la possibilité de rédiger ce mémoire dans un des endroits les plus calmes et sereins de France que je connaisse, et pour m'avoir communiqué par son parcours et son combat son esprit de résistance.

Et merci à mes compagnons de route, mes meilleurs « informateurs » et amis, qui ont supporté avec patience toutes les phases de cet écrit, tout autant que mes humeurs et mes décisions, et pour m'avoir si souvent enjoint à toujours plus de vigilance méthodologique et analytique.

sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie