WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

L'impact de l'introduction d'une messagerie financière sur la rentabilité d'une banque. Cas de Western Union International dans la banque internationale de crédit, de l'année 2007 à 2011


par Moàse LOBO
Université catholique du Congo - Graduat en économie et développement 2012
Dans la categorie: Economie et Finance
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

UNIVERSITE CATHOLIQUE DU CONGO

(UCC)

FACULTE D'ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT

B.P. 1534

KINSHASA/LIMITE

L'IMPACT DE L'INTRODUCTION D'UNE MESSAGERIE FINANCIERE SUR LA RENTABILITE D'UNE BANQUE « Cas de Western Union International dans la Banque Internationale de Crédit, de l'année 2007 à 2011 »

LOBO MBAYA Moïse

Mémoire présenté

En vue de l'obtention du titre

De gradué en Economie et

Développement

Directeur : Professeur SUMATA MOTOKULA Claude

Année Académique 2011-2012

DEDICACE

A mes très chers parents, Bruno MBAYA KABUYI et Chantal ODIA KASONGO ;

A mes frères et soeurs, Nanette, Régine, Odette, Eloge, Yanick, Bruno et Isaac ;

A la Banque International de Crédit.

Trouver en ce travail les fruits de vos amours, responsabilités, déterminations, sacrifices, soutiens, formations, sympathie et accompagnements.

AVANT-PROPOS

Conformément aux dispositifs légaux relatifs aux enseignements supérieurs et universitaires en RDC, il est contraint à tout étudiant inscrit en dernière année de premier cycle d'étude universitaire (graduat) en n'importe quelle faculté au sein de l'Université Catholique du Congo (UCC, en sigle) de présenter un mémoire en vue d'obtenir le titre de gradué.

Le mémoire de graduat est un travail d'une trentaine de pages au minimum et d'une cinquantaine de pages au maximum, par lequel l'étudiant doit faire preuve de sa capacité : - de saisir la pensée d'autrui ; - d'exprimer sa propre pensée ; - de rédiger un travail a caractère scientifique. Ce travail peut porter sur un sujet déjà traité, mais il doit être l'oeuvre personnelle de l'étudiant.

C'est dans ce contexte que nous avons rédigé ce présent mémoire, portant sur l'étude de l'impact de l'introduction d'une messagerie financière sur la rentabilité d'une banque.

Puisque ce travail, n'est pas l'oeuvre d'un effort singulier, nous exprimons nos sincères gratitudes au professeur SUMATA MOTOKULA Claude, qui a bien accepté de diriger ce travail. Et dont les corrections et contributions ont été enrichissantes.

Nous remercions aussi la B.I.C. qui a bien voulu nous fournir les informations jugées indispensables à la bonne fin de notre étude.

L'homme seul ne peut rien. La réussite ici bas n'est jamais la conséquence de l'endurance d'une seule personne. Bien au contraire, elle repose sur les soutiens, aides ou sacrifices de plus d'une personne.

C'est dans cette optique que nous tenons, au terme de notre premier cycle en la Faculté d'Economie et Développement à l'Université catholique du Congo, à remercier sincèrement toutes ces personnes qui ont contribué d'une manière ou d'une autre à notre réussite.

Nous citons, particulièrement : Christillia KESANGALA, Doudou ILUNGA, Eugénie KALUMBA, Gauthier NGINDU, Gladys AHOMBO, Gloria NDUKUMA, Grâce KIMBAMBU, Heliane TENDA, Jonathan LOTEMO, Joëlle LABAMA, Kenny NGANA, Laura KOKOLO, Moïse LOBO, Lydia MUADI, Merlin BONGALE , Rose KOKOLO, Samuel KETSIA et Sylvain MUTUKU.

Nos remerciements s'adressent, aussi, aux autorités académiques de notre Université, ainsi qu'au corps professoral et scientifique, pour avoir rendu possible notre formation, par des enseignements rigoureux et une organisation socio-pédagogique promouvant les valeurs évangéliques de l'Eglise.

LISTE DES SYMBOLES ET SIGLES

· BCC : Banque Centrale du Congo

· B.I.C. : Banque Internationale de Crédit

· BIAC : Banque Internationale d'Afrique au Congo

· BCDC : Banque Commerciale Du Congo

· CSC WU: Coordonateur Service Client Western Union

· TMB : Trust Marchand Bank

· O.C. : OEuvre Citée

· RDC : République Démocratique du Congo

· S.A.R.L. : Société par Action à Responsabilité Limitée

· S.P.R.L. : Société Personnelle à Responsabilité Limitée

· WU: Western Union

INTRODUCTION

01. PROBLEMATIQUE

De nos jours, le fait de recevoir et d'envoyer de l'argent à l'intérieur du pays comme à travers le monde, devient une réalité à la portée de tout le monde, en RDC suite aux avantages tels que la rapidité, la commodité, la fiabilité, qu'offrent les sociétés de messageries financières tant nationales qu'internationales.

Selon l'Instruction Administrative n° 006 de la Banque Centrale du Congo « BCC en sigle » portant réglementation de l'activité des Messageries Financières, celles-ci sont des personnes morales de droit congolais autres que les établissements de crédit qui effectuent en tout état de cause, à titre de profession habituelle, sans déplacement physique des fonds du donneur d'ordre des opérations de transfert1(*). En outre une société de messagerie financière est une organisation financière matérielle, permettant d'effectuer des transferts d'argent par voie électronique2(*).

Nous pouvons citer a titre illustratif, les sociétés de messagerie financière telles que, AMI FIDELE TRANSFERT S.P.R.L., MISTERCASH, SOFICOM, WESTERN UNION INTERNATIONAL, MONEYGRAM, MONEYTRANS etc.

Comme ces sociétés, les banques, notamment celles à statut commercial, réalisent aussi l'opération de paiement et de transfert d'argent, c'est-à-dire, payent des fonds d'un lieu à un autre, d'ordre et en faveur de sa clientèle3(*).

Nous constatons aujourd'hui, que ces dites banques commerciales, représentent ces sociétés de messagerie financière, notamment, les groupes internationaux et travaillent en partenariat avec ces derniers.

Tel est le cas a titre illustratif de la BIAC, BCDC, ECOBANK, B.I.C, TMB, Bank Of Africa et Access Bank Congo avec Western Union International et de la RAWBANK et Advance Bank avec Money Gram.

C'est ainsi que la présente étude, partant de ce constat, se propose de rechercher et de démontrer la véracité des réponses aux questions ci-après :

· Quel serait l'impact de l'introduction d'une messagerie financière dans les activités d'une banque ? 

· Quel serait l'impact de l'introduction d'une messagerie financière dans la rentabilité d'une banque ?

02. HYPOTHESE

Une hypothèse est une proposition des réponses aux questions que l'on se pose a propos de l'objet d'une recherche et qui doit être formulée en des termes que seules l'observation et l'analyse puissent permettre leurs vérifications4(*). Ainsi, nous émettons comme hypothèse que l'activité de transfert d'argent étant une activité classique de la banque, l'introduction d'une messagerie financière dans une banque permettrait d'augmenter la clientèle de la banque et d'accroître les revenues ou produits bancaires ; dans le sens où la messagerie financière offre les services d'envoi et de réception des fonds à tout public, sans que ce dernier soit nécessairement un client de la banque5(*).

03. METHODE ET TECHNIQUES

METHODE

Au sens philosophique, au sens le plus élevé et le plus général du terme, la méthode est constituée de l'ensemble des opérations intellectuelles par lesquelles une discipline cherche à atteindre, démontrer et vérifier les vérités qu'elle poursuit.

En outre la méthode peut se définir comme, une attitude concrète vis avis de l'objet. Dans ce cas, la méthode dicte, des façons concrètes d'envisager ou d'organiser la recherche, mais ceci de façon plus ou moins précise, complète et systématisées6(*).

Concernant notre travail, nous avons utilisé pour mener à bien cette étude :

· La méthode de comparaison, opération qui consiste a réunir dans un même acte des pensées deux ou plusieurs objets pour pouvoir dégager des ressemblances et des différences, identifier des régularités tendancielles et tirer des conséquences au plan pratique7(*). Ceci, pour vérifier notre hypothèse 

· La méthode inductive, qui consiste à dégager des propositions théoriques explicatives du phénomène ou du fait étudié, à partir d'une multitude des données collectées.8(*)  et

· L'analyse des documents.

T ECHNIQUES

D'âpres GRAWITZ, toute recherche ou application à caractère scientifique en sciences sociales comme dans les sciences en général, doit comporter l'utilisation de procédés opératoires rigoureux, bien définis, transmissibles, susceptibles d'être appliqués à nouveau dans les mêmes conditions, adaptés au genre des problèmes et de phénomène en cause, ce sont les techniques9(*).

Par rapport à l'objet de notre étude, de l'hypothèse émise et des méthodes retenues, nous avons utilisé comme techniques :

· L'interview : Pour obtenir les informations en rapport avec le fait étudié auprès des individus ayant soit l'expérience soit la connaissance du sujet étudié ;

· L'observation : Notamment, les techniques d'observation indirecte ;

· L'analyse structurale : Pour expliquer le fait étudié ; et

· Manipulation des données.

04. CHOIX ET INTERET DU SUJET

Ce sujet né du constat mentionné ci-haut permettra ;

· D'avoir une connaissance approfondie sur les sociétés de messageries financières ; et

· Aux économistes en général et aux financiers en particulier, d'avoir une perception concrète de l'impact de l'introduction d'une messagerie financière sur la rentabilité d'une banque.

05. DELIMITATION

Tout travail scientifique doit être délimité dans le temps et dans l'espace. En ce qui concerne ce travail, nous avons retenu la Banque Internationale de Crédit (B.I.C. en sigle) et Western Union International, pour la période s'étalant de 2007 à 2011.

06. PLAN

Hormis l'introduction et la conclusion, ce travail comportera 3 chapitres :

Chapitre 1 : Généralités sur la messagerie financière et la banque

Chapitre 2 : Fonctionnement de la messagerie financière dans une banque « cas de Western Union International dans la B.I.C. »

Chapitre 3 : Etude de l'impact de l'introduction de la messagerie financière sur la situation financière de la B.I.C.

CHAPITRE I : GENERALITES SUR LA MESSAGERIE FINANCIERE ET LA BANQUE

Dans ce premier chapitre nous faisons une analyse théorique des concepts de base de notre sujet. Il comprend deux sections.

La première section parle largement de la messagerie financière en partant de la définition du concept à la présentation de la situation actuelle des messageries financières en RDC.

La deuxième section comporte les notions sur la banque. Elle débute par la définition du concept et fini par la présentation de la statistique des banques en RDC.

Section 1 : Généralités sur la messagerie financière

1.1. Définitions

§1. Concepts

v Messageries : par « messagerie » on entend, service de transport.

- Messagerie électronique : d'après le dictionnaire Petit Robert, une messagerie électronique est une technique du courrier électronique traitant de la gestion des messages.

- Courrier électronique : c'est l'ensemble des techniques de la bureautique destinées à l'échange d'information par l'intermédiaire d'un réseau informatique de communication.

v Financière : on entend, tout ce qui est relatif aux ressources pécuniaires, à l'argent.

v Messagerie financière : de ce qui précède, nous définissons « la messagerie financière » comme une activité ayant pour objet d'assurer le transport ou transfert d'argent par courrier électronique, c'est-à-dire, en recourant à un ensemble des techniques de la bureautique destinées a l'échange d'information par l'intermédiaire d'un réseau informatique de communication, par exemple l'Internet.

§2. La Messagerie Financière selon la BCC

Selon l'article premier de l'Instruction Administrative n°006 portant réglementation de l'activité de messageries financières, les messageries financières sont des personnes morales de droit congolais autres que les Etablissement de crédit qui effectuent en l'état, à titre de profession habituelle, sans déplacement physique des fonds du donneurs d'ordres, des opérations de transfert10(*).

En outre les messageries financières sont des intermédiaires financiers qui effectuent, sans déplacement physique des fonds du donneur d'ordre, des opérations de transfert.

§3. Les termes utilisés en messagerie financière11(*)

a) Le client commercial : désigne une entité recevant des fonds d'un utilisateur ou versant des fonds à un utilisateur à l'occasion d'une opération commerciale ;

b) L'opération commerciale : désigne un type particulier de service de transfert d'argent dans lequel un utilisateur paie un prix et confie des fonds à l'agence de transfert d'argent en vue de leur transmission à un client commerciale en paiement de biens ou services ; ou désigne un service où un client commercial paie un prix et confie des fonds à l'agence en vue de leurs transmission à un ou plusieurs destinataires ou autres clients commerciaux ;

c) L'utilisateur : désigne une personne physique ayant recourt aux services de transfert d'argent mais n'étant pas un client commercial ;

d) L'opération de réception par un utilisateur : désigne un service de transfert d'argent grâce auquel un destinataire reçoit des fonds de l'agence financière à la suite d'une opération d'envoie à un utilisateur, effectué par un utilisateur dans un autre établissement ;

e) L'opération d'envoi à un utilisateur : désigne un service de transfert d'argent par lequel un utilisateur paie un prix et confie des fonds à l'agence en vue de leur transmission à un destinataire dans un autre établissement ;

f) L'établissement : désigne un établissement préalablement agrée par la maison mère de messagerie et exploité par le représentant, à partir duquel le service de transfert d'argent est assuré ;

g) Le service de transfert d'argent : désigne les prestations assurées par la maison financière mère sous les noms d'opération d'envoie et réception ;

h) Le destinataire : désigne une personne physique recevant des fonds à la suite d'une opération d'envoi à un utilisateur ou d'une opération commerciale effectuée dans un autre établissement ;

i) L'émetteur : désigne un utilisateur ou un client commercial ordonnant un transfert d'argent au moyen du service de messagerie financière ;

j) Le prix normal : désigne le prix facturé conformément au tarif de la maison financière internationale pour effectuer un virement au moyen du service de messagerie financière, à l'exclusion des frais supplémentaires perçus pour les paiements par carte de crédit/retrait ou pour d'autres prestations particulières, des taxes imposées sur le service de transfert d'argent et des gains de change ;

k) Conditions de service, c'est le règlement d'ordre intérieur d'une messagerie financière.

1.2. Catégories des messageries financières

Selon la réglementation portant sur les messageries financières en RDC, nous avons deux grandes catégories de messagerie financière12(*),

1. Catégorie A : les messageries financières opérant exclusivement sur le territoire national.

Nous citons à titre d'exemple :

Ø Ami fidèle TRANSFERT D'ARGENT S.P.R.L.

Ø MISTER CASH

Ø Soficom

Ø Tshimley, et tant autres.

2. Catégorie B : les messageries financières opérant à la fois sur le territoire national et avec l'étranger.

Nous citons à titre d'exemple, les maisons spécialisées étrangères travaillant en partenariat avec les banques congolaises ou institutions financières agrées,

Ø Money gram ;

Ø Western Union International ;

Ø Money Exchange ; etc.

1.3. Parallélisme entre le régime de transfert d'argent par canaux bancaire et le régime de transfert d'argent par messagerie financière

Transfert par canons bancaires

Transfert par messagerie financière

Les procédures de transfert sont longues et lentes

Le transfert des fonds est instantané et les clients ne trainent pas longtemps

Les deux parties (celle recevant et celle qui envoi) sont obligées d'être bancarisées

Les clients ne sont pas obligés d'être bancarisés pour recevoir et envoyer de l'argent

Utilise autres techniques informatiques

Utilise le courrier électronique

Il ya déplacement physique des fonds

Pas de déplacement physique des fonds

1.4. Historique du régime de transfert d'argent par messagerie financière et introduction de la messagerie financière structurée et réglementée en RDC13(*)

Le système financier congolais a connu peu après l'indépendance nationale de 1960, le bas et le haut. Il est resté longtemps au bas n'arrivant pas du tout à répondre aux besoins multiples tant des opérateurs économiques en particulier que du public en général. C'est la stagnation de l'économie nationale, caractérisée par l'inflation, l'hyperinflation et la désarticulation de circuit de distribution des marchandises et du système bancaire.

Les tentatives de redressement financier (dévaluation, démonétisation, lancement des obligations etc.) ont fini par ôter la confiance du public dans le système des transferts des banques et le transfert par comptes chèque postaux. C'est ainsi que le public a imaginé et développé un système informel de se faire envoyer et recevoir de l'argent et de constituer son épargne entre les mains des entrepreneurs audacieux mais aussi volontaires et ambitieux.

Alors, va naitre un mouvement des capitaux entre les commerçants ou operateurs économiques installés à Mbuji-Mayi, lieu de consommation et ceux de Kinshasa ou de Lubumbashi, centres d'approvisionnement. Ces derniers expédiaient les marchandises ou produits importés manufacturés aux premiers ; après la réalisation de vente de ces produits, remettaient les enveloppes contenant de l'argent à tout voyageur par avion de première occasion, pour remettre aux destinataires attendant à la descente de l'avion à Kinshasa. L'expéditeur prenait soin de communiquer aux destinataires l'identification du porteur de colis.

Il y'a eut ensuite, les gens qui se sont organisés pour récolter les colis ou enveloppes au départ et les expédier à leurs correspondants à l'arrivée de vols d'avion. Ces correspondants de Kinshasa, ouvraient le sac et remettaient à chaque destinataire son enveloppe, ce dernier avait les indications pour reconnaitre son enveloppe. Ce mode de transfert était caractérisé par le déplacement physique de fonds. Il n'a pas tardé à produire ses tares humaines et ses avatars perte des colis, détournement, confiscation, extorsion, vols etc.

Malgré ces tares, le public ne revint pas aux transferts bancaires, car la sous bancarisation de la population battait son plein, or le système de transfert par banque exige que les deux parties, celle recevant et celle qui envoie, soient bancarisées. Il est né ensuite les communications par radios phonie. Les opérateurs économiques cessent le transport physique de la monnaie, pour se confier aux exploitants nantis de numéraire par leurs stations phonie, pour envoyer et recevoir de l'argent. Ces exploitants des phonies sont non seulement des personnes physiques mais aussi des promoteurs faillibles et mal organisés.

C'est ainsi qu'on a abouti à la nécessité de recourir aux moyens de transfert plus sûrs et sécurisants. L'évolution technologique aidant, les moyens plus sophistiqués ont été mis en chantier pour résoudre le problème que les gents avaient. D'où l'arrivée en 1999 de service de transfert d'argent de Western Union International, déjà présent en Afrique dès 1994. Malgré la reforme monétaire de juin 1998 (création de l'unité monétaire, Franc Congolais), les banques commerciales ne retrouvent toujours pas les produits bancaires classiques qui faisaient leur rentabilité, (Credoc, import-export).

L'Union des Banques Congolaises (UBC, en sigle), au lendemain du départ de l'actionnariat belge devait survivre, c'est ainsi qu'elle saisit l'opportunité du marché de transfert d'argent offerte par Western Union International, qui recherchait un partenaire en RDC ayant structure et infrastructure convenable pour vendre son produit. L'UBC devint dès lors la première banque en RDC à représenter Western Union International, à réaliser les activités des messageries financières et à vendre le service de transfert d'argent, comme Bralima qui vend le produit Coca-cola, de la société américaine, The coca-cola Compagnie.

La Banque Centrale du Congo (BCC, en sigle), informée de cette activité à la banque UBC, en octobre 1995 a mis en place une réglementation appropriée aux activités de transfert d'argent plus tard, dont la dernière est du 13, juillet, 2006. Depuis lors, la prolifération des messageries financières tant nationales qu'internationales fait moule en RDC. L'activité de transfert d'argent invisible devient très importante à travers le monde.

1.5. Quelques réglementations sur la messagerie financière en RDC, selon l'Instruction Administratif n°006 du 18 mai 2001, portant réglementation des activités des Messageries Financières14(*)

Agrément

L'agrément est autorisé qu'à une seule personne morale de droit congolais, désireuse de réaliser les opérations de transfert des fonds, suivant l'une des catégories ou modalités reprises ci-dessus. Elle est tenue de se faire agréer par la BCC en qualité de Messagerie Financière.

La qualité de Messagerie Financière est accordée par la BCC sur base d'un acte d'agrément adressé au gouverneur de la BCC et accompagné des documents ci-après :

- Une copie de l'originale des statuts notariés ;

- L'acte de dépôt des statuts aux greffes du tribunal de Grande Instance du ressort des activités de la Messagerie Financière ;

- Une copie certifiée conforme du nouveau Registre de Commerce précisant que le requérant se destine à exercer uniquement l'activité de Messagerie Financière ;

- Une copie certifiée conforme de l'Attestation de l'Identification National ;

- La preuve de l'existence des comptes en monnaie nationale et /ou en monnaie étrangères ouverts auprès du système bancaire congolais ;

- Un exemplaire d'un contrat de collaboration notarié à l'étranger conclu avec un partenaire financier agrée par l'Autorité de supervision du secteur financier du pays de résidence en ce qui concerne les messageries de catégorie B ;

- Les curriculum vitae et extraits de cassier judiciaire datant de moins de 3 mois des personnes préposées à l'administration et à la gestion.

L'agrément en qualité de Messagerie Financière est accordé après contrôle sur les lieux d'exploitation par la Banque Centrale du Congo, en vue d'apprécier les conditions minimales des installations et s'assurer de l'existence des équipements nécessaires à son bon fonctionnement, à savoir :

- Un moyen de communication : Téléphone, phonie, fax ou messagerie électronique ;

- Un coffre fort ;

- Une caisse enregistreuse ou une calculatrice ;

- Un ordinateur ;

- Un détecteur des faux billets ;

- Une machine à compter les billets de banque ;

- Une photocopieuse ;

- Un personnel qualifié, pour tenir une comptabilité conforme au plan comptable général congolais ;

- Un informaticien, organisateur pour mettre en place les procédures internes de travail, de sureté et de sécurité des opérations.

Après avis favorable, la BCC invite le requérant à constituer la caution et payer les frais fixés.

La BCC attribue un numéro d'agrément à chaque Messagerie Financière et publie périodiquement au Journal Officiel la liste des Messagerie Financières agréées. Les Messageries financières sont tenues de démarrer leurs activités dans un délai de six mois à compter de la date d'agrément. Toute ouverture d'une Extension est subordonnée au paiement d'une caution représentant 50% de la caution versée au moment de l'agrément et de frais de dossiers de l'ordre de 3% de la caution.

Opérations sur le territoire national

Les Messageries Financières sont habilitées à recevoir et à effectuer en l'état et sans déplacement physique, des fonds en monnaie nationale et /ou en monnaie étrangère pour compte de leur clientèle.

Opérations avec l'étranger

Les Messageries Financières sont habilitées à effectuer par jour et par personne des transferts unilatéraux privés vers l'étranger pour un montant global égal ou inferieur à USD 10.000 ou l'équivalent en autre monnaie étrangère. Les Messageries financières doivent percevoir auprès de leurs partenaires extérieurs des commissions sur chaque transfert et les rapatrier dans leurs comptes RME.

Le rapatriement doit se faire mensuellement sous couvert d'une déclaration d'exportation de service et ce, dans les 30 jours calendaires à compter de la date de la validation qui doit intervenir le cinquième jour ouvrable de chaque mois. Les Messageries Financières sont tenues de transférer en faveur de leurs partenaires extérieurs les commissions qui leur sont dues sous couvert d'une déclaration d'importation de service.

Les Messageries Financières sont tenues de calculer pour le compte de la BCC une redevance de contrôle de change(RCC) de 2/00 (2 pour mille) sur les commissions perçues et payées dans le cadre des opérations effectuées avec le partenaire étranger. Le taux de commission à percevoir doit figurer sur le contrat ou sur la convention signé(e) avec le partenaire extérieur.

Directives administratives

Les messageries financières agréées doivent afficher pour le public, outre l'acte d'agrément et des autorisations d'ouverture des Extensions, l'ensemble de leurs tarifs et conditions.

Elles sont obligées de :

- Tenir une comptabilité en bonne et due forme, c'est-à-dire présenter les états de synthèse conformément au Plan Comptable Général Congolais ;

- Se doter d'une organisation et des procédures internes permettant de s'assurer du respect des dispositions de la loi n°04/16 du 19 juillet 2004 portant lutte contre le blanchissement du terrorisme ainsi que d'un système de contrôle interne destiné à s'assurer de leur mise en oeuvre effective ;

- Saisir la BCC/Direction de la Supervision des Intermédiaires Financiers de toute transaction jugée, inhabituelle, atypique ou suspecte dans le cadre de la lutte contre le blanchissement des capitaux et financement du terrorisme ;

- Prélever et de photocopier les identités de leurs clients donneurs d'ordre ou bénéficiaires de transfert à leurs guichets ;

- Effectuer des opérations sur base d'un bordereau de transfert établi en double exemplaire pris dans une série numérique ininterrompue. L'original est remis au client et la copie est conservée par la messagerie financière.

Retrait d'agrément

Le retrait d'agrément est prononcé par la BCC lorsque la Messagerie financière :

- Renonce à son agrément ;

- Ne démarre pas les activités dans les six mois qui suivent l'octroi d'agrément ;

- N'exerce plus ses activités depuis plus de six mois ;

- Ne remplit plus les conditions auxquelles l'agrément est subordonné ;

- A voiler les dispositions des articles 5 et 6 de l'Instruction Administratif portant sur les Messageries Financières.

La BCC procède, à charge de la Messagerie Financière, à la publication au journal officiel de la décision de retrait d'agrément. En cas de retrait d'agrément, la caution est restituée après déduction des sommes dues au trésor et à la BCC.

1.6. Situation actuelle de la Messagerie Financière en RDC

Aujourd'hui la RDC présente un visage d'un pays pauvre et sous bancarisé. Le revenu moyen des congolais se situerait en dessous du seuil de pauvreté absolue. Les Messageries Financières sont ainsi la solution offerte aux petits et moyens opérateurs économiques et à la population en général, qui pourra combler son déficit à la consommation et à la satisfaction de certains besoins par les transferts reçus de l'étranger.

D'après la liste des Messageries Financières agréées par la BCC, établie au 25 août 2010, la RDC compte 37 Messageries Financières15(*). Hormis ceux là, il y'a la présence de trois grands Messageries Financières internationales, Money gram, Western Union International et Money Exchange sur le territoire congolais.

Section 2 : Généralités sur la banque

2.1. Définitions

§1. Selon le dictionnaire Petit Larousse illustré 2009,

La banque est un établissement privé ou public qui facilite les paiements des particuliers et des entreprises ; avance et reçoit des fonds ; et gère des moyens de paiement ;

Il y a plusieurs types de banque,

- Banque de dépôt : dont l'activité principale est de recevoir des particuliers et des entreprises, des dépôts à vue ou à terme.

- Banque d'affaire : dont l'activité principale est d'investir dans les entreprises existantes ou en formation.

- Banque d'émission : dotée du monopole d'émission des billets de banque.

- Banque centrale : banque d'émission qui participe à la politique monétaire du pays, gère les relations entre les banques et a pour principal client l'Etat.

Chaque pays possédant son système bancaire propre, la dénomination des établissements change avec la nature des opérations effectuées.

On parle ainsi des,

- Banques Universelles : pour les établissements qui exercent à la fois des activités des banques d'affaire et des banques commerciales ;

- Banques commerciales : exercent à la fois les activités des banques de dépôt et des banques d'affaire ;

- Banques non commerciales : pour les instituts d'émission ou les banques non inscrites sur la liste officielle.

- Banques de groupe : pour celles qui appartiennent à ou qui sont contrôlées par un établissement non financier, industriel ou commercial.

Dans ce présent travail, il s'agit notamment, de la banque commerciale.

§2. Selon le dictionnaire Petit Robert,

Le mot « banque » peut prendre plusieurs significations ou définitions. Dans un contexte de marché financier, la banque est un établissement habilité à gérer des fonds reçus du public et à les employés en opérations de crédit ou en opérations financières.

§3. La banque à statut commercial

Selon Bruno MBAYA, expert et consultant en matière bancaire, la banque à statut commercial, est un intermédiaire financier entre les agents économiques et elle fait le commerce d'argent ; c'est-à-dire reçoit les fonds des épargnants ou déposants et les vend ou les mobilise sous des formes variables ; par exemple par l'octroi des prêts ou par le financement des activités économiques.

Selon la Loi bancaire n°003/2002 du 02 février 2002 relative au contrôle des activités des établissements de crédit, les banques à statut commercial ont quatre catégories d'activités principales à réaliser :

1) Collecte et épargne des fonds du public ;

2) Opérations de crédit : donne des crédits à ceux qui ont besoin d'argent pour le développement de leurs affaires ou pour satisfaire divers autres besoins ;

3) Opérations de paiement et de transfert : paye de l'argent sur ordre des déposants et transfert des fonds d'un lieu à un autre, d'ordre et en faveur de sa clientèle ;

4) Autres activités connexes telles que l'achat et vente des valeurs mobilières en bourse, la conservation ou location des objets de valeur dans le coffre fort, la facilitation des opérations d'importation et d'exportation en commerce international.

2.2. Statistique des banques en RDC

D'après la liste des banques agréées par la Banque Centrale du Congo, publiée dans le Journal Officiel-Numéro Spécial-20 janvier 2010, la RDC compte sur son territoire 18 banques commerciales.

Signalons, tout de même, qu'au moment de la réalisation de ce travail, certaines banques se trouvant sur la dite liste ont été mises en liquidation par la BCC, telles que la Banque Congolaise (BC, en sigle) et certaines autres banques ont été agréées par la BCC, telles que la Banque Of Africa (BOA, en sigle).

CONCLUSION PARTIELLE

Ce présent chapitre a porté sur les généralités de la messagerie financière et de la banque. Nous avons parlé tant soit peu du concept « messagerie financière » et « banque ». Il a contenu deux sections : la première a parlé de la messagerie financière. La messagerie financière est une organisation ayant comme activité principale le transfert des fonds sans déplacement physique de la monnaie. Il existe les messageries financières nationales, effectuant les transferts qu'en milieu national ; et les messageries financières internationales, effectuant les transferts dans l'espace mondial. Les grandes sociétés internationales, spécialisées en messagerie financière, exécutent leurs activités de transfert à travers les pays en s'alliant aux personnes morales ayant structures et infrastructures favorables à l'activité ; par exemple les banque, la poste, les bureaux de change, etc. ; ce dans ce contexte que nous parlons de la messagerie financière dans une banque.

La deuxième section a traité le concept « banque ». La banque est une institution financière ayant pour mission de collecter les fonds du public sous forme d'épargne et de les utiliser sous diverses formes rentables. Il existe plusieurs types de banque selon la nature des opérations effectuées ; tout varie d'un pays à un autre. Les messageries financières internationales travaillent plus en RDC avec les banques à statut commercial. Ces dernières, sont les banques qui effectuent le commerce d'argent, c'est-à-dire achète l'argent sous forme d'épargne et le vend sous forme de crédit octroyé et/ou financement des investissements. Outre ces activités, les banques commerciales exécutent aussi les opérations de transfert d'argent.

La banque et la messagerie financière sont deux organisations distinctes, ayant chacune des activités principales différentes ; mais aujourd'hui, nous savons que ces deux organisations travaillent ensemble. Ainsi dans cette étude nous désirons connaitre comment fonctionne une messagerie financière dans une banque. La réponse à cette préoccupation constitue la trame du chapitre deux.

CHAPITRE II : FONCTIONNEMENT DE LA MESSAGERIE FINANCIERE DANS UNE BANQUE

« Cas de Western Union International dans la Banque International Crédit (B.I.C. en sigle) »

Ce chapitre est scindé en deux sections : dans la première section, nous présentons d'une part la maison spécialisée Western Union International (WU) et d'autre part la Banque Internationale de crédit (B.I.C.).

Et dans la seconde nous expliquons comment WU travaille avec BIC et comment la messagerie financière WU fonctionne dans la BIC.

Section 1 : Présentation de Western Union International et la Banque Internationale de Crédit

1.1. Western Union International16(*)

Western Union International est une entreprise financière et de communication, spécialisée dans le transfert d'argent (cash to cash). Elle est basée aux Etats-Unis. Son siège social est situé à Englewood, Colorado. Dans ce point, nous donnons une brève historique de Western Union International et nous présentons ses clients et services.

§1. Historique de Western Union International

Le nom Western Union fait partie de l'histoire américaine. Le début de cette firme remonte à l'époque de Samuel MORSE, l'inventeur du télégraphe. L'invention de Morse favorise l'émergence d'une toute nouvelle industrie, celle de société de télégraphe. En avril 1851, un groupe d'hommes d'affaires réunis à Rochester, dans l'Etat de New York, crée la NEWYORK AND MISSIPI VALEY PRINTING TELEGRAPH COMPANY, société fondatrice de Western union. Le 08, avril, 1856, la société en pleine expansion est rebaptisée WESTERN UNION TELEGRAPH COMPANY, ce qui signifie « l'union des lignes occidentales », en un seul système.

En 1981, Western Union a pénétré le marché international. Depuis lors, elle développe son réseau de transfert hors des Etats Unis pour permettre des transferts d'argent pratiquement instantanés dans le monde entier. Les services Western Union ont été introduit en Afrique en 1994 et opérationnels en RDC depuis mars 1999.

Western Union bénéficie actuellement de l'appui de plus de 401 agents dans 195 pays et territoires dans le monde entier. Fort de sa croissance internationale, Western Union International dessert presque le monde entier. Cette célébrité américaine devient un numéro mondial dans le transfert d'argent et elle est réputée pour être « le moyen le plus rapide d'envoyer et recevoir de l'argent dans le monde entier ».

§2. Les clients et services de Western Union

a. Clients

Est client de Western Union, quiconque envoyant et recevant des fonds ou effectuant un transfert par le biais d'un agent de Western Union. Toute personne demandant des informations sur les services de Western Union est un client potentiel.

D'où nous pouvons définir le client cible de Western Union en quatre principaux groupes de personnes susceptibles d'envoyer ou de recevoir des transferts d'argent, qui sont les suivants :

1. Le public : Ces personnes qui n'ont pas généralement accès aux services traditionnels de banques ou d'autres institutions financières à cause de l'éloignement de celles-ci ou de la précarité de leurs pouvoirs d'achat, ou encore des autres obstacles culturels.

2. Les hommes et femmes d'affaires : Le marché mondial est en constante évolutions. Les commerçants ou les individus sont dans les besoins d'argent hors de leurs frontières, pour acquérir des biens et services ou développer leurs activités, Western Union se place en bon ordre pour faciliter les transferts d'argent en envoyant ou en recevant.

Il en est de même de grand nombre de petites et moyennes sociétés qui sont en phase d'initiation ou de formation, les relations bancaires internationales ne constituant pas une solution pratique, Elles peuvent également recourir au service de Western Union pour déplacer et recevoir d'argent sur les lieux où ils ont besoin.

3. Les touristes et étudiants : Les touristes et les étudiants, à l'étranger voyagent pendant une période défini et ne peuvent pas s'ouvrir des comptes bancaires partout où leur séjour est de durée déterminée. Ils ont parfois besoin d'une somme d'argent pour prolonger leur séjour ou pour payer leurs études ou encore pour faire face aux dépenses imprévues ; toutes ces situations exigent un moyen fiable, rapide et sûr pour recevoir des fonds et c'est ce qu'offre Western Union.

4. Les travailleurs expatriés : Il s'agit des techniciens experts, ouvriers qualifiés ou non qualifiés et des millions de personnes qui s'expatrient pour travailler. Ils quittent leurs familles auxquelles ils envoient régulièrement une partie de leur revenu pour subvenir à leurs besoins dans leurs pays d'origine. Pour nombre des travailleurs, l'établissement de relations bancaires internationales n'est pas chose aisé.

b. Services

1) Transfert d'argent « Translink »

Ce produit permet aux clients d'envoyer et de recevoir de l'argent chez tout représentant de Western Union à travers le pays ou le monde. Le paiement est généralement disponible dans quelques minutes dans tout site TRANSLINK de Western Union.

2) Opérations commerciales

· Will call : C'est un service de transfert d'argent dans lequel un utilisateur-émetteur envoie des fonds à un utilisateur-destinataire à travers une agence Western Union.

· Quick pay ou paiement rapide : C'est un service de transfert d'argent dans lequel un utilisateur confie des fonds à une agence en vue de leur versement à un client-commercial en contre partie des biens et services fournis par ce dernier à un utilisateur.

· Quick cash ou argent rapide : C'est un service de transfert d'argent dans lequel un client commercial confie des fonds à l'agence en vue de versement à un ou plusieurs destinataires ou autres clients commerciaux, en contre partie des biens ou des services fournis par ces destinataires ou autres clients commerciaux. Envoyer les salaires à un personnel, par exemple.

· Bank deposit ou dépôt bancaire : Ce mode de transfert permet à un utilisateur d'envoyer de l'argent directement sur le compte bancaire d'un bénéficiaire.

Nous soulignons que ces trois derniers services cités ci-dessus, ne sont pas du tout utilisés en RDC, actuellement.

1.2. Banque International de Crédit

Dans ce point, nous décrivons la BIC grâce aux informations reçues à sa Direction de Ressources Humaines et à son site internet officiel ( www.bic.cd) au mois de février 2012. Cette description repose sur son statut juridique et sa situation géographique ; son histoire ; ses objets sociaux et spécifiques ; sa relation avec d'autres partenaires ; son organisation et fonctionnement ainsi que ses produits et services.

§1. Statut juridique et situation géographique

La Banque Internationale de Crédit (B.I.C. en sigle) est une Société par Action à Responsabilité Limitée (SARL) du droit congolais, constituée par des capitaux privés. Elle est dotée d'une personnalité juridique par l'acte notarié de ses statuts du 28 octobre 1993 et par l'agrément de l'ordonnance présidentielle n°094/35 du 06 avril 1994.

La BIC a son siège social dans la ville de Kinshasa à la commune de la Gombe sur l'avenue de l'Equateur au numéro 191. Elle dispose d'un réseau commercial constitué uniquement d'agences reparties à travers 7 provinces du pays. La BIC compte précisément 25 agences dans les territoires congolais, reparties de la manière suivante :

§ Nord-Kivu : à Butembo, Beni, Goma et Kasindi 

§ Sud-Kivu : à Bukavu

§ Bas-Congo : à Matadi, Moanda, Boma, Mbanza-Ngungu, Kimpese, Kipholo et Lukula

§ Katanga : à Lubumbashi et Pweto

§ Province Orientale : à Bunia, Kisangani et Aru

§ Equateur : à Mbandaka

§ Kinshasa : à Socimat, Masina, Ligwala, Ngiri-Ngiri, Ngambela, Kabambaré et Matété

§2. Historique17(*)

L'histoire de la B.I.C. remonte à l'année 1992. Tout commence lorsque la Barclays Bank PLC décide d'arrêter, pour des raisons de politique interne, ses activités en République Démocratique du Congo, à l'époque République du Zaïre. Suite à cette décision, une équipe composée de personnes ayant assumé de hautes fonctions au Conseil d'Administration et dans le Comité de Gestion de Barclays Bank décide de reprendre les actifs de Barclays.

C'est ainsi qu'est née la Banque Internationale de Crédit le 1er juillet 1994, après l'agreement accordé par la Banque Centrale du Congo, le 24 septembre 1993, et l'autorisation du Président de la République intervenue par ordonnance présidentielle du 06 avril 1994. Dans les années suivantes, la B.I.C. va connaitre une forte croissance, fondée notamment sur la diversification de sa clientèle et la création d'un réseau national d'agences.

En juillet 2008, la B.I.C.dispose d'un nouvel actionnariat, à savoir deux grands groupes internationaux d'investissement, Benny Steinnetz Group (BSG) et Dan Gertler International (DGI). Dotés d'une grande expérience des marchés financiers, et possédant également une assise solide en RDC, ils apportent à la B.I.C. de nouveaux moyens humains, financiers et techniques qui permettrons à la Banque de répondre favorablement aux exigences de sa clientèle.

Depuis le 11 octobre 2011, le groupe First Bank of Nigeria est devenu actionnaire majoritaire de la B.I.C. Le capital de la B.I.C. est donc reparti à présent à 75% pour First Bank of Nigeria et à 25% pour le Groupe Thorons qui a souhaité conserver une participation minoritaire. First Bank of Nigeria est la première banque du Nigeria et l'une des plus grandes banques du continent africain. Fondée en 1894, c'est une institution reconnue pour sa solidité et la qualité de sa gestion.

Les actions de First Bank sont cotées en bourse de Lagos et sont réparties entre plus de 1,3 millions d'actionnaires. Elle sert plus de 7 millions de clients, dispose d'un réseau de 630 agences bancaires et d'un effectif de 8500 agents. L'acquisition de la B.I.C. par First Bank est le premier pas d'une stratégie d'implantation sur tout le continent africain.

First Bank a mené une analyse rigoureuse et approfondie de la B.I.C. et a été convaincue par l'image de marque, la rentabilité et la qualité de gestion de la Banque. Cette transaction, qui a été approuvée préalablement par la Banque Centrale du Congo et par la Banque Centrale du Nigeria, marque un nouveau départ pour la Banque. Grace à cette opération, la B.I.C. bénéficiera grandement de l'expertise et de l'expérience d'une grande banque africaine.

Elle permettra notamment à la B.I.C. de poursuivre l'expansion de son réseau d'agences, d'investir dans de nouvelles infrastructures, d'offrir de nouveaux produits à sa clientèle et de développer les compétences de son personnel. Actuellement la BIC est l'une des premières banques de la RDC en termes de performance, de croissance, de diversité clientèle et d'éventail de produits.

§3. Objet social et objectifs spécifiques

a. Objet social

La B.I.C. a pour objet, tant pour son compte que pour les comptes des tiers ou en participation avec des tiers au Congo comme à l'étranger, d'effectuer toutes les opérations financières des banques autorisées par la loi bancaire.

La BIC a pour objet de :

· Collecter des fonds du public épargnant ;

· Octroyer des crédits ;

· Effectuer les opérations d'importation et d'exportation ;

· Effectuer les opérations de change ;

· Effectuer les transferts entrants et sortants nationaux et internationaux ;

· Souscrire au BTR.

b. Objectifs spécifiques

La BIC poursuit comme objectifs spécifiques :

· Gérer les fonds des clients avec prudence ;

· Fournir des solutions correspondant réellement aux besoins des clients, en réfléchissant ensemble avec ces derniers pour comprendre leurs préoccupations ;

· Etre disponible aux cotés des clients, grâce à l'extension de son réseau d'agences et de ses services à distance (E-Banking, Monétique, etc.)

· Etre l'une des premières banques en RDC en s'appuyant sur l'expérience, le dynamisme et la flexibilité de son personnel ;

· Etre un partenaire solide, fiable et crédible en se conformant aux règles de bonne gouvernance bancaire, nationales et internationales.

§4. Relation de la banque avec d'autres partenaires

La BIC est en bonne relation avec ses partenaires tant nationaux qu'internationaux. Nous citons :

· Banque Centrale du Congo

· Bank of Africa

· City Bank

· Crédit Suisse

· Master Card

· Western Union International

· CSC

· KBC

· ABSA

§5. Organisation et fonctionnement

a. Organisation

La Banque Internationale de Crédit (B.I.C.) est une Société par Actions à Responsabilité Limité (SARL) ayant à sa tète une Assemblée Générale constituée des actionnaires. L'Assemblée Générale nomme un Conseil d'Administration (C.A.) à qui elle délègue les pouvoirs, pour une période statutairement déterminée.

Le Conseil d'Administration définit les objectifs stratégiques de croissance et de développement organisationnel et commercial de la B.I.C. Il assure la pérennité en contrôlant journellement le fonctionnement de la Banque et en veillant à l'ensemble des risques liés aux métiers de banque.

Le Comité de Gestion. Ce Comité est chargé de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour l'atteinte des objectifs assignés par le Conseil d'Administration. L'Organigramme de la B.I.C fait apparaitre 15 Départements et 2 Services se trouvant sous la tutelle d'un certain nombre des Directions (Voir organigramme à la page 28)

b. Fonctionnement de l'Entreprise

La B.I.C. fonctionne avec plusieurs Départements et Services. Il s'agira ici de parler brièvement des tâches accomplies par ces départements.

1. Département des Ressources Humaines

Ce Département gère les effectifs, les emplois, les rémunérations, les compétences, les carrières et les conditions de travail.

2. Département des Opérations

C'est le coeur de la Banque. Il est chargé d'effectuer toutes transactions bancaires, nationales et/ou internationales, entrantes et/ou sortantes.

3. Département Commercial

Le Département a pour objectifs de démarcher les clients potentiels pour les transformer en clients effectifs et de les fidéliser.

4. Département Monétique

Il gère les différents produits de la Banque, ainsi que les transactions bancaires s'effectuant aux différents Cash point de la B.I.C.

5. Département Informatique

Celui-ci se charge de :

- La maintenance des outils informatiques ;

- Gérer les clients et leurs comptes par un logiciel de gestion bancaire (Delta Bank) ;

- Assister les utilisateurs ayant des préoccupations en informatique.

6. Département de Crédit

Sa tâche est de :

- Réceptionner et analyser les demandes de crédit afin de donner des suggestions au Comité de Gestion et

- Procéder au recouvrement des impayés.

7. Département des Agences

Ce Département a à sa charge :

- La coordination des agences provinciales B.I.C. du pays et

- L'étude de faisabilité en cas de projet de création d'une nouvelle agence.

8. Département Logistique

Il est chargé de l'acquisition et de la gestion des matériels de service

9. Département Comptabilité

Il a pour rôle :

- Etudier les comptes internes ;

- Comptabiliser les immobilisés ;

- Préparer les rapports à envoyer à la BCC ;

- Reclasser des écritures mal imputées au niveau des agences ;

- Préparer les rapports de gestion ;

- Enregistrer les sorties de fonds.

10. Département Rapprochement

Sa fonction est de rapprocher les comptes intervenant dans les opérations avec la BCC, ainsi qu'avec les autres banques commerciales. Ce rapprochement s'effectue sur base de relevé.

11. Département Trésorerie

Sa fonction est de :

- Gérer les encaisses ;

- Faire le suivi des espèces se trouvant à la BCC et à l'international ;

- Veiller au plafond fixé par la police d'assurance ;

- Ravitailler les agences provinciales notamment en devises ;

- Loger les CDF à la BCC.

12. Département Etudes, Projets et Organisation

Il est chargé d'élaborer les instructions de services et le « job description » (description de postes) en collaboration avec les Ressources humaines et le responsable de chaque Département.

13. Département Juridique

Celui-ci s'applique à faire le suivi des dossiers de recouvrement et de réclamation des clients.

14. Département Audit Interne

Il a pour fonction de :

- Veille à la bonne application des procédures et

- Effectue le contrôle des espèces se trouvant dans le coffre-fort.

15. Département Gestion de risque

Il a comme mission d'identifier, analyser, mesurer, maitriser les différents risques liés à la pratique des activités bancaires.

16. Service Marketing

Il s'occupe de la conception des publicités ainsi que la production des dépliants.

17. Service Clientèle

Ce service se charge de :

- L'orientation des clients ;

- Délivrer aux clients les produits utilisés par la banque ;

- Effectuer les opérations d'ouvertures et de fermetures des comptes ;

- La réception des titres valant espèces,

- Ramassage de fonds dans le guichet avancé et

- Effectuer les opérations box (retrait et dépôt de fonds)

ORGANIGRAMME

§6. Produits et services de la banque18(*)

Hormis les services de collecte et d'octroi de crédit, qui sont classiques à toutes les banques, la B.I.C dispose de plusieurs autres services spécifiques. Nous citons

v Le service clientèle ou Customer care

Pour fournir une assistance efficace à ses clients, dans leurs choix et répondre clairement à leurs besoins.

v E -banking

Par ce service, la Banque procure à sa clientèle la possibilité, avec un système internet sécurisé, de consulter leurs comptes 24h sur 24h et 7jours sur 7jours et d'effectuer à distance leurs différentes opérations bancaires.

v Bureau de change

Dans le souci de mieux répondre aux besoins de ses clients, la B.I.C. procède à une étude minutieuse des différents taux appliqués sur le marché Congolais et ensuite à l'élaboration d'un taux attractif pour sa clientèle.

v Messagerie financière

La B.I.C., en partenariat avec les réseaux de messagerie financière, Western Union et Money Exchange, permet à ses clients d'opérer partout dans le monde, des transferts rapides et sûrs.

v Import -export

Par ce service, les clients peuvent importer ou exporter en toute sécurité leurs produits et fournitures. La B.I.C. met à la disposition de ses clients, ses experts, pour les aider à fixer les conditions de paiement ou de livraison les plus pertinents.

v La souscription des Billets de Trésorerie (BTR)

Par ce service, la BIC donne la possibilité à ses clients de souscrire aux BTR pour une durée variant de 7 jours à 1 mois, grâce à son partenariat avec la BCC.

v La location des coffrets forts

Par ce service, la BIC met à la disposition de sa clientèle la galerie des coffres forts individuels pour y conserver les objets de valeur loin des regards indiscrets

v Le convoyage des fonds

La B.I.C. propose à ses clients le ramassage et le dépôt de leur fonds aux différents endroits qu'ils auront désignés.

v Le paiement de taxes

La B.I.C. permet à toute personne de s'acquitter de ses obligations fiscales à ses guichets, que cette personne détient ou non un compte à la B.I.C.

v La souscription des licences

Elle est possible pour tous ses clients qui s'engagent à réaliser leurs transferts par la B.I.C. La souscription d'une licence peut être conditionnée par la mise en place d'une provision en garantie des opérations à réaliser.

v La BICard et Mastercard

Permettent à leurs clients d'être en possession de leurs argents à n'importe quels endroits et à n'importe quels moments à l'aide d'une carte bancaire de débit. La BICard, utilisable en réseau national et Mastercard, utilisable en réseau international.

Section 2 : La Banque Internationale de Crédit et Western Union International

Dans cette section, nous parlons d'abord de la relation existante entre la B.I.C. et WU, ensuite nous fessons l'historique de la relation entre ces deux firmes, et enfin nous expliquons l'organisation et le fonctionnement du service Western Union dans la Banque.

2.1. Relation

Western Union International, est une multinationale qui effectue les opérations de transfert d'argents par voie électronique, sans déplacement physique des fonds. Dans le but de permettre le transfert d'argent à travers le monde entier, Western Union travaille en partenariat avec les banques, les postes, les maisons de change, les caisses d'épargne, bref toute institution financière ayant infrastructure et structure favorable à son activité, de par le monde entier.

Ces institutions financières représentent Western Union, vendent ses services et sont considérées comme des « Agents » Western Union. Ils sont identifiés par la firme (WU) avec un code en alphanumérique composé des 2 lettres et 3 chiffres.

D'où la B.I.C. représente WU et vend son produit et est considérée comme un agent Western Union19(*). En RDC particulièrement, Western Union travaille, fréquemment, avec les banques, qui sont les seules institutions financières du pays ayant infrastructure et structure favorable à l'activité de Western Union.

Dans ce contexte entre Western Union et B.I.C., il y'a existence d'une relation de partenariat, de représentativité20(*). Les démarches pour conclure ce contrat de partenariat sont entamées par la Banque auprès de Western Union et aboutissent au versement d'une caution de USD 2.00.000, pour que le produit ou service messagerie financière-Western Union soit installé dans la Banque.

Après signature du contrat, Western Union délègue une équipe d'accompagnement pour installer dans la Banque ses programmes informatiques permettant les transferts d'argents à travers le monde et permettre les contacts entre la Banque et Western Union, ainsi que pour former le personnel à l'utilisation de ces logiciels. Actuellement, il s'agit respectivement du Logiciels TRANSLINK et VOYAGER.

De ce contrat il ressort ce qui suit :

Ø Lorsque la B.I.C. effectue un transfert, elle a droit à 20% du prix payé pour le transfert, Western Union a droit à 60%, l'Agent récepteur et payeur du transfert a droit aussi à 20%.

Si un guichet Western Union-BIC envoie un transfert et un autre guichet Western Union-BIC reçoit et paye le transfert, BIC a droit à 40% du prix payé pour le transfert, et WU a droit à 60%

Ø Western Union traite en dollar américain et en franc congolais en RDC.

Ø Western Union établit les tarifs ou prix de transferts, en collaboration avec ses partenaires ou agents, conformément aux règlements qui régissent les Banques et Messageries Financières du Pays d'accueil, ainsi qu'à la législation fiscale en vigueur dans le pays. En RDC, c'est la Règlementation de change de février 2003 qui détermine les opérations de change.

Il y a trois types de tarif :

1) Tarifs-pays limitatifs ;

2) Tarifs internationaux ;

3) Tarif domestique.

Ø En outre Western Union s'occupe du marketing de ses services (actions générales) ; la B.I.C. a la faculté de mettre en place des actions marketings pouvant attirer et fidéliser les clients Western Union à ses guichets (actions spécifiques). Ces actions spécifiques ne doivent pas être menées dans les mêmes périodes que les actions générales de Western Union.

2.2. Historique

La BIC travaille avec Western Union depuis 2006. Elle est la quatrième Banque en RDC à être agent de Western Union derrière la Banque Commerciale Du Congo (BCDC, en sigle), la Banque Internationale d'Afrique au Congo (BIAC, en sigle) et l'Union de Banques Congolaises (UBC, en sigle)21(*).

2.3. Organisation et Fonctionnement

§1. Organisation

L'organisation du service Western Union au sein de la BIC est faite en conformité au standard de Western Union International. Au sein de la B.I.C. le service Western Union est un des produits de la Banque et est supervisé par le Département des Opérations. Il y a trois catégories du personnel affecté au service :

1) Les coordonnateurs de service client-Western Union : Ils coordonnent les activités Western Union réalisées avec les clients, traitent les problèmes suscités dans le déroulement des activités et prend contact avec Western Union International.

2) Les personnes attachées aux guichets Western Union : Elles traitent directement avec les clients, c'est-à-dire envoient et paient les transferts ordonnées par les clients Western Union.

3) Le responsable Conformité : Il est chargé de veiller, au bon déroulement des activités conformément aux dispositifs légaux du pays dont dispositifs anti blanchiment d'argent et de la firme Western Union International. Il s'emploie à garantir un système de transfert d'argent sécurisé, sûr et conforme à la réglementation y relative en,

- Coopérant avec le gouvernement, les organismes de contrôle et les autorités de police ;

- Protégeant la réputation et la marque Western Union ;

- Luttant contre le blanchissement d'argent.

Ce Service est dirigé par un chef de Service qui dépend du Chargé de Département Opérations.

Ø La B.I.C. organise les guichets, en d'autres mots décide sur le nombre des guichets à ouvrir et leurs emplacements géographiques

Ø Western Union organise les procédures, techniques et moyen de sécurisation de transferts, par exemple à chaque poste Western Union on attribue un code opérateur et un mot de passe pour accéder à TRANSLINK.

§2. Fonctionnement

La B.I.C. effectue les envois et paiements de transferts par TRANSLINK.

A la fin de chaque journée de travail, chaque agent affecté au guichet Western Union envoi son rapport d'activités, contenant le nombre et le montant de transferts payés et envoyés et le détail de chaque transaction, au moyen de procédures propre à la B.I.C.,soit a l'adresse E-mail de coordonateurs service client-Western Union (CSC WU) soit à travers le logiciel interne, Delta.

Quelque temps après, Western Union met à la disposition de la B.I.C., à travers le CSC WU, le rapport d'activités journalier, le règlement et la facture à travers son programme VOYAGER, programme de contrôle Western Union.

Après avoir reçu les rapports d'activités journaliers de Western Union pour chaque guichet Western Union-BIC, les coordonateurs les comparent à ceux reçus de chaque guichetier-Western Union, quelques temps avant, pour vérifier la conformité et les régularités.

Par le règlement, Western Union envoie à la Banque ce qui lui revient des transferts envoyés et payés. Par la facture Western Union fait connaitre à la Banque ce qu'elle lui doit. Après calcul, pour vérification et certitude, la Banque envoie par transfert bancaire à Western Union l'argent lui revenant. Quand les paiements sont supérieurs aux envoies, c'est à Western Union d'envoyer la différence à la B.I.C.

v Fonctionnement du système de transfert d'argent par Western Union International22(*)

Le système de transfert d'argent Western Union est rapide, facile et fiable.

Le mécanisme est déclenché par l'expéditeur qui se rend dans l'agence Western Union le plus proche de son domicile ou bureau et remplit le formulaire titré, « pour envoyer de l'argent » comme suit :

Ø La ville et le pays où le bénéficiaire recevra les fonds ;

Ø Le montant de la somme a envoyé en chiffres et lettres ;

Ø Renseignement sur le bénéficiaire,

Prénom

Nom

Post-nom

Adresse

Ø Renseignement sur l'expéditeur,

Prénom

Nom

Post-nom

Adresse

Numéro de téléphone

Le pays

Ø Message particulier adressé au destinataire (facultatif)

Ø Question test et sa réponse (facultatif)

Ø Signature du formulaire et présentation au représentant de Western Union avec les fonds correspondants, pour saisie à l'ordinateur.

A cet effet un numéro de transfert est attribué et sera aussi transmis au bénéficiaire par téléphone ou autres moyens de communication par son partenaire. L'argent est à la disposition du destinataire dans les minutes qui suivent la transaction. Grâce à son réseau informatique mondial, Western Union peut effectuer un paiement immédiat et confidentiel.

Ainsi le bénéficiaire se rend dans une agence Western Union proche de son domicile et remplit a son tour un formulaire intitulé « pour recevoir de l'argent » dont les rubriques principales sont :

Ø Renseignement sur le bénéficiaire,

Prénom

Nom

Post-nom

Adresse

Ø Renseignement sur l'expéditeur,

Prénom

Nom

Post-nom

Adresse

Ø Montant attendu

Ø Pays de provenance des fonds

Ø Le numéro de transfert

Ø Question test et sa réponse

Ø Signature du formulaire et présentation à l'opérateur qui, grâce au réseau informatique mondial de Western Union, saura repérer le transfert et remettre le formulaire à la caisse pour le paiement des fonds.

v Procédures administratives et comptables

1) L'Administration

Pour établir une transaction commerciale efficace et fiable avec Western Union, un certain nombre de fonctions administratives sont effectuées :

a) La récupération quotidienne des rapports d'activités et de règlement à travers le système de courrier électronique de Western Union appelé, VOYAGER ;

b) La récupération des messages toujours avec le système de courrier électronique identifié ci-dessus. Les messages sont des correspondances échangées par Western Union et les représentants ;

c) L'immatriculation du site par son numéro de compte et son numéro d'identification :

· Numéro de compte

Chaque site Western Union-BIC dispose d'un numéro de compte spécifique. Il identifie et autorise les sites à offrir des produits et des services Western Union. Il est composé des caractères alphabétiques et numériques.

· Numéro d'identification

Chaque site autorisé à offrir des produits ou services Western Union doit posséder au moins un numéro d'identification du terminal. Le numéro d'identification du terminal est utilisé par le PC pour établir la connexion au système Western Union et effectuer le transfert.

a) L'immatriculation des employés : chaque employé chargé de servir les clients de Western Union bénéficie d'un mot de passe et d'un numéro d'opérateur, lui permettant d'accéder au système de transfert Western Union. Pour immatriculer ces employés dans le système, le responsable du Service envoie par fax ou autres moyens un formulaire d'immatriculation d'agent dûment complété, reprenant le numéro de compte approprié, les noms et prénoms de chaque employé, un numéro d'opérateur et un mot de passe, afin que ces données soient introduites dans le système de transfert d'argent de Western Union.

b) Le classement, l'entretien des formulaires et rapports.

Tous les formulaires précités ainsi que d'autres documents (rapports, règlements, factures) sont conservés pendant un temps légal d'au moins dix ans.

2) La comptabilité

Pour le suivi de ses opérations, il est effectué une série de procédures comptables. Pour simplifier ces tâches, il y a une série de rapports sur les procédures de rapprochement et les procédures de règlement.

a) Description des rapports

Les rapports suivants aident les agents Western Union lors des processus de rapprochement et de règlement. Ces rapports sont consultés quotidiennement via un système de courrier électronique, VOYAGER.

- Rapport d'activité

Il fournit le nombre et le montant des transactions payées et envoyées dans une journée.

- Rapport de règlement

C'est un rapport détaillé du règlement qui identifie les transactions payées pour la date commerciale en détaillant chaque transfert d'argent.

b) Processus de rapprochement

Ce processus permet de mieux équilibrer le solde, de maintenir l'exactitude des registres financiers et détecter immédiatement toute erreur commise à la saisie ou en cas d'oubli ou d'erreur. Nous pouvons distinguer les types de rapprochement ci-après :

- Rapprochement des espèces

Il s'agit d'accorder la trésorerie avec les formulaires. On procède de la manière suivante,

D'abord, calculer le montant total des formulaires « Pour recevoir » et « Pour envoyer » ;

Ensuite, calculer la trésorerie soit, solde initial + Approvisionnement - Sortie= Encaisse finale ; Enfin, vérifier que le total du montant des formulaires est égal au montant sorti (paiement) pour les transferts reçus et au montant encaissé pour les transferts envoyés.

- Rapprochement des transactions

Il s'agit d'accorder les rapports d'activité avec les formulaires.

- Rapprochement bancaire

Il s'agit d'accorder le relevé bancaire avec les opérations de règlement.

CONCLUSION PARTIELLE

Ce chapitre a consisté à faire l'analyse du fonctionnement d'une messagerie financière dans une banque. Nous avons mené cette analyse dans la BIC qui travaille avec la firme international de messagerie financière Western Union, depuis l'année 2006.

Le chapitre a contenu deux sections. La première section, a présenté les deux organisations. Nous pouvons retenir que, Western Union International est une multinationale spécialisée dans le transfert d'argent par messagerie financière. Et elle est basée aux Etats-Unis d'Amérique. Quant à la BIC, elle est une banque commerciale congolaise ayant le statut juridique de Société par Action à Responsabilité limitée par l'acte notarié de ses statuts du 28 octobre 1993 et par agrément de l'ordonnance présidentielle n°094/35 du 06 avril 1994.

La deuxième section a tout d'abord parlé de la relation existante entre WU et BIC. Et ensuite a donné une brève histoire de la relation WU-BIC. Puis a largement explicité sur l'organisation et le fonctionnement du service Western Union dans la BIC.

Nous retenons que les deux organisations travaillent en partenariat depuis l'année 2006 ; la BIC a signé un contrat de représentativité avec WU et est pour ce fait considérée comme un « Agent Western Union ». Le service WU est considéré dans la Banque comme un produit et est supervisé par le Département des Opérations. A propos du contrat de partenariat et de représentativité, il ressort que la BIC a droit à une commission de 20% du prix payé, sur tous les transferts envoyés ou payés à ses guichets. La BIC est contraint de respecter un ensemble des procédures et techniques commerciales, administratives et comptables requises pour bien effectuer le service WU.

Après cette étude, nous allons, dans le troisième chapitre, voir comment le produit Western union influe tant sur les activités de la banque que sur sa rentabilité.

CHAPITRE III : ETUDE DE L'IMPACT DE L'INTRODUCTION DE LA MESSAGERIE FINANCIERE SUR LA SITUATION FINANCIERE DE LA B.I.C.

Notre troisième chapitre est divisé en deux sections. Dans la première nous démontrons théoriquement l'apport de la messagerie financière dans les activités de la BIC.

Et dans la seconde section, nous analysons l'influence chiffrée du produit WU sur la rentabilité de la banque en recourant aux calculs statistiques de corrélation.

Section 1 : L'Apport de la Messagerie Financière dans la B.I.C. en général

Aucun ne peut nier aujourd'hui que la Messagerie Financière est devenue le moyen privilégié de la population tant nationale qu'internationale pour effectuer les transferts d'argent, c'est-à-dire envoyer et recevoir de l'argent à travers le monde. Il suffit juste de faire le tour de la ville, dans le temps de fin d'année pour confirmer cela.

Ce privilège ou préférence est dû à la rapidité, la commodité et la fiabilité qu'offrent ces sociétés dites de messagerie financière, par le service de transfert d'argent. Nous savons aussi que dans notre pays, aujourd'hui, un important nombre des ménages congolais arrivent à satisfaire leurs multiples besoins par les ressources financières provenant de la diaspora congolaise dispersée dans le monde entier. La Messagerie Financière est le canal rapide, commode et fiable qu'utilisent, d'une part la diaspora congolaise pour envoyer des fonds et d'autre part les ménages congolais pour recevoir des fonds.

Nous l'avons précisé ci-haut, que la Messagerie financière est ouverte à tout public ; il n'est pas nécessaire et encore moins, indispensable que la personne soit bancarisée pour envoyer et recevoir de l'argent au moyen de la Messagerie Financière. A ce point de vue les activités de Western union apportent à B.I.C un nouveau type de clients, que l'on peut dénommer « Clients de passage » par opposition aux clients liés à la banque par leurs comptes ouverts dans celle-ci. Elle accroît ainsi le volume d'activités dans la banque23(*).

Ces clients de passage (abonnés à Western Union) sont considérés comme des clients potentiels de la banque, car plus ils utilisent le produit Western Union/BIC, plus ils font connaissance de la banque et peuvent à la suite devenir « Clients fidèles » de la banque, ayant un ou plusieurs comptes bancaires en son sein et utilisant les produits ou services bancaires classiques (Import-export, octroi des crédits, etc.).

Signalons que l'idéal de la banque est de les emmener à utiliser le circuit bancaire classique de « compte en compte » pour leurs transferts en bénéficiant de plusieurs avantages (octroi d'un crédit, sécurité,...). Nous pouvons dire, pour conclure ce point que le produit Western Union est un produit d'appel aux clients dits « de passage » qui peuvent être convertis en clients bancaires.

Section 2 : Apport de la Messagerie Financière dans la situation financière de la B.I.C.

Western Union est un produit de la banque, faisant partie des opérations et est sous la supervision de la Direction des opérations. Dans toute banque commerciale, les opérations sont considérées comme le coeur de la banque, dans le sens où ils font vivre la banque. Les opérations sont les principales activités génératrices des revenus bancaires.

Dans ce contexte, nous étudierions, comment et à quel niveau, Western Union influe sur le produit de la banque en procédant à l'étude statistique de corrélation entre les revenus « accessoires » provenant des activités Western Union et les produits bancaires nets résultant de l'exploitation de la banque sur 5 ans soit de 2007 à 2011.

2.1. Notion de corrélation

La corrélation définit une relation qui peut exister entre deux variables, une considérée comme variable endogène ou variables à expliquer ou encore variable dépendante et l'autre considérée comme variable exogène ou explicative ou encore indépendante24(*).

En d'autres termes, il y a une corrélation lorsqu'il y'a liaison entre deux variables et cette liaison est symbolisée statistiquement par lettre « r » qui représente ce que nous appelons « coefficient de corrélation ».

Cependant, il est extrêmement rare qu'un phénomène économique et social puisse être appréhendé par une seule variable. Voilà pourquoi on a introduit dans l'analyse, la notion de corrélation et régression multiple. Dans cette présente étude, nous allons nous limiter à la notion de corrélation et de régression simple.

Il y a corrélation entre deux variables lorsque « r 0,6 ». Si r est proche de 1, nous disons qu'il y a une « forte corrélation » ; si r est égal à 1, nous disons que « la corrélation est totale »25(*). La corrélation peut être positive ou négative.

Dans le domaine économique, il ne suffit pas d'étudier l'existence de la relation entre deux variables, mais il faut s'assurer que cette corrélation est « significative ». Pour cela, l'on calcule le « R» que l'on considère, comme « coefficient de signification ou de détermination ». Une corrélation est significative, si le « R 0,6 ».

La corrélation et sa signification doivent être validées par un test statistique. L'on utilise un t-test qui sert à infirmer ou confirmer le résultat obtenu, sous deux hypothèses,

Ø H0 :

Ø H1 :

Avec,

§ t: t-calculé ou critique

§ n-2 : degré de liberté

§ tn-2 : t-tabulé ou théorique

v critères de décision26(*)

- Si , on dit que la variable exogène contribue à l'explication de la variable endogène, parce que r?0 (H1) ; d'où on rejette l'hypothèse H0 et on accepte H1 ;

- Si , on rejette H1 et on accepte H0, on dit que la variable exogène ne contribue pas à l'explication de la variable endogène.

v Formules a utilisé27(*)

1)

2)

3)

4)

5)

6)

7)

v La prévision

L'analyse de la corrélation peut être utilisée dans le cadre prévisionnel, l'objectif étant d'anticiper les événements et prendre une décision en connaissance des causes parce que l'environnement économique est changeant.

Pour faire la prévision dans le domaine statistique, on recoure à la droite de prévision ou de régression :

v Intervalle de confiance

Si on fait la prévision, nous devons nous rassurer de la fiabilité de la valeur prévisionnelle en calculant l'intervalle de confiance (IC) au seuil critique á28(*).

1)

2)

3)

2.2. Etude de la corrélation entre le revenu provenant de Western Union et le résultat net de la BIC

Dans l'analyse de la corrélation entre les deux revenus, considérons le revenu provenant du produit Western Union comme la variable exogène ou indépendante ou encore explicative (X) ainsi qualifié de produit accessoire et le résultat net de la banque comme la variable endogène ou dépendante ou encore expliquée (Y). Voici un tableau, dans lequel, nous présentons l'évolution du résultat net de la banque (Y) et du revenu généré par le produit Western Union-BIC, en 5 ans soit de 2007 à 2011. Les chiffres y consignés sont exprimés en $ Dollar américain.

Signalons que, hormis les résultats nets, trouvés dans le site internet officiel de la B.I.C29(*), les restes de chiffres sont des estimations qui, tout de même, peuvent être jugées valables car ils sont proches de la réalité30(*). Se trouvant dans un environnement concurrentiel, la B.I.C. n'a pas pu nous fournir ses chiffres réels de revenus générés par le produit Western Union, puisqu' elle les juge « très confidentiels ».

Tableau n°1 : Evolution du résultat bancaire net et du revenu accessoire Western Union

Année

Résultat net (Y)

Revenu Western Union (X)

2007

4.700.000

564.000

2008

5.500.000

660.000

2009

6.600.000

792.000

2010

5.500.000

660.000

2011

5.500.000

660.000

v Procédure d'estimation utilisée

Nous avons,

- La moyenne mensuelle du revenu Western Union de 2011 : 55.000 $31(*).

De ceci, nous estimons le revenu annuel Western Union-BIC à 660.000$. Sa part en pourcentage dans le résultat net annuel 2011 de B.I.C. est de 12%32(*).

Supposons que cette part est la même dans les quatre années précédentes, nous avons respectivement de 2007 à 2010, les revenus Western Union suivants,

ü 564.000$

ü 660.000$

ü 792.000$

ü 660.000$

Voila comment a été estimés quelques chiffres se trouvant dans le tableau, ci-haut, présenté.

v Calcul des indicateurs

Tableau n°2 : Calculs

Les données du tableau sont exprimées en million de dollar américain

Année

Y

X

 
 
 
 

2007

4,7

0,564

-0,1032

0,01065024

-0,86

0,7396

2008

5,5

0,660

-0,0072

0,00005184

-0,06

0,0036

2009

6,6

0,792

0,1248

0,01557504

1,04

1,0816

2010

5,5

0,660

-0,0072

0,00005184

-0,06

0,0036

2011

5,5

0,660

-0,0072

0,00005184

-0,06

0,0036

Total

27,8

3,336

0

0,0263808

0

1,832

Moyenne

5,56

0,6672

-

-

-

-

(Suite)

 
 
 
 

0,088752

5,547616

-0,847616

0,718452883

0,000432

5,559136

-0,059136

0,003497066

0,129792

5,574976

1,025024

1,050674201

0,000432

5,559136

-0,059136

0,003497066

0,000432

5,559136

-0,059136

0,003497066

0,21984

-

-

1,769127084

1. Calcul des indicateurs

ü

ü

ü

ü

ü

ü

ü

ü

ü

ü

2. Critères de décision

3. Critère de décision par le test de student

Nous retenons pour cette étude le seuil de confiance de 95%, ceci implique que nous avons un seuil de signification de 5%.

Ceci étant, le t-tabulé :

Comme

4. Intervalle de confiance(IC)

Supposons que le revenu Western Union-BIC (X) pour l'année 2012 soit de 750.000$, par notre équation de prévision, le résultat net de la BIC (Y) en 2012 sera de 5.569.936$.

Ainsi, l'intervalle de confiance est :

De ce qui précède, nous pouvons nous résumer de la manière qui suit :

Tableau n°3 : Synthèse

Droite de régression

 

Coefficient de signification (R2)

 

T-student

 

Intervalle de confiance

 

A travers ce tableau synthétique, nous voyons que l'étude menée montre l'existence d'une corrélation positive et parfaite entre les performances de la B.I.C. et le revenu Western Union, c'est-à-dire, l'augmentation du revenu Western union réalisé par la B.I.C. dans une période quelconque, entraine l'augmentation de son résultat net à plus de 10% dans la même période. Cette corrélation est encore une fois confirmée par le coefficient de signification au seuil critique de 5%, où l'on voit que la variable explicative (produit Western Union-BIC) explique à plus de 50% les performances de la Banque, en termes de rentabilité. Et aussi, au seuil critique de 5%, l'hypothèse alternative a été acceptée du fait que la valeur du t-calculé est supérieure à celle du t-tabulaire ; ceci veut dire que la corrélation et sa signification sont valides.

CONCLUSION PARTIELLE

Ce chapitre a porté sur l'analyse de l'apport de la messagerie financière sur les activités et la rentabilité de la BIC. Il a été scindé en deux sections.

La première section a explicité de façon théorique l'apport de la messagerie financière dans la banque, en générale. Retenons que le produit WU est un produit d'appel d'un nouveau type des clients dénommés « de passage » qui peuvent être convertis en clients fidèles, ayant un ou plusieurs comptes bancaires, utilisant les produits ou services bancaires classiques et par la suite augmentant tant, la masse clientèle de la banque que ses activités.

La deuxième section, quant à elle, a analysé à l'aide des calculs statistiques de corrélation, l'influence du produit généré par l'activité WU sur les performances de la BIC, en termes de rentabilité. Cette analyse a été faite avec des données de 5 années successives, soit de 2007 à 2011. Ainsi, elle nous a montré que le produit WU à une influence positive sur la rentabilité de la BIC et a une part accès significative dans cette dernière.

CONCLUSION GENERALE

Notre étude a porté sur l'impact de l'introduction d'une messagerie financière sur la rentabilité d'une banque. Il s'agissait spécifiquement de savoir comment l'introduction d'une messagerie financière influe sur les activités et sur la rentabilité d'une banque.

Cette préoccupation est partie du constat selon lequel toutes les banques commerciales en RDC travaillent en partenariat avec les sociétés de messagerie financière internationales. Elles les représentent et vendent leur service, celui du transfert des fonds.

Nous avons au début de ce travail émis comme hypothèse que l'introduction d'une messagerie financière dans une banque permettrait, d'augmenter la clientèle de la banque et d'accroître les revenues ou produits bancaires.

Nous avons délimité notre étude au niveau de Banque Internationale de Crédit (B.I.C. en sigle), dans la période allant de l'année 2007 à 2011 et nous avons bel et bien utilisé les méthodes et techniques décrites dans l'introduction de ce travail pour mener à bon fin notre étude.

Pour mener à bon port ce travail, Nous l'avons divisé en trois chapitres :

Le premier chapitre avait pour but de présenter les généralités de la messagerie financière et de la banque.

Notons que la messagerie financière est une société ayant pour activité principale le transfert des fonds sans déplacement physique de la monnaie du donneur d'ordre. Et il y'a selon la législation congolaise, deux catégories de messagerie financière : les messageries financières nationales et les messageries financières internationales.

Quant à la banque, elle est une institution financière ayant pour activités principales la collecte de l'épargne et l'octroie des crédits. Sur plusieurs types de banques, notre travail a porté sur les banques à statut commerciale, qui achètent l'argent par la collecte des épargnes et le vend par l'octroie des crédits et/ou par le financement des investissements.

Le deuxième chapitre, a principalement abordé le fonctionnement d'une messagerie financière internationale dans une banque : cas de Western Union International dans la Banque Internationale de crédit.

Le troisième chapitre, que nous considérons comme la partie basique de notre travail, a accentué sur l'étude de l'impact de l'introduction de la messagerie financière sur la rentabilité de la BIC. Nous avons mené cette étude, en procédant aux calculs statistiques de corrélation entre les résultats annuels nets de la B.I.C. et les revenus générés par les produits Western Union-BIC pour les années 2007 à 2011. Nous avons aussi démontré théoriquement, comment est ce que la messagerie financière augmente la masse clientèle de la banque et ses activités. La messagerie financière est un produit d'appel aux clients, que l'on peut considérer comme potentiels ; et que les produits provenant de la messagerie financière ont une forte influence positive et significative sur les performances de la banque, en termes de rentabilité. En outre, nous disons que le produit Western Union explique à plus de 50% les performances de la banque en résultats nets annuels de cette dernière.

Ceci étant, par la méthode inductive, nous nous permettons de confirmer notre hypothèse de recherche émise au début de ce travail, car il est démontré que l'introduction de la messagerie financière dans une banque a un impact positif tant sur le niveau d'activités que sur la rentabilité de la banque ; en ce sens qu'elle apporte à la fois un nouveau type de clients et les produits accessoires dans le portefeuille d'une banque.

Toute fois, nous proposons à la B.I.C., puisque c'est avec elle que nous avions mené cette étude, d'étendre son réseau commercial sur presque toute l'étendue du pays et de rechercher à s'installer dans les coins où elle aura le monopole de l'activité de messagerie financière ; cela lui permettra d'augmenter encore plus le produit bancaire Western Union et par la suite augmenter son résultat net.

BIBLIOGRAPHIE

1. OUVRAGE

· GRAWITZ, Madeleine, Méthodes des sciences sociales. Paris, Dalloz, 1986.

2. NOTES DE COURS ET AUTRES DOCUMENTS

· JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, Recueil de textes législatifs et réglementaires en matière de monnaie, de change, de crédit, de surveillance des intermédiaires financiers, lutte contre le blanchissement des capitaux et le financement du terrorisme. Numéro spécial, 20 janvier 2010.

· KABANGA, Donatien, Statistique appliquée à la gestion et à l'économie, Notes de cours de 3ième graduat Faculté d'Economie et Développement, Université Catholique du Congo, année académique 2011-2012.

· MBAYA, Bruno, Messageries financières, syllabus des participants apprenants du séminaire technique du métier de banquier. Kinshasa, avril 2010.

· MPUTU, WUTE NSA, Dominique, Impact des implantations de proximité des agences Western Union/UBC, rapport de stage. UNION DE BANQUES CONGOLAISES/DEPARTEMENT DES RELATIONS HUMAINES, février 2003

· OPANGA, Venance, Méthodes de recherche en sciences sociales. Notes de cours, 2ième année de graduat Faculté d'Economie et Développement, Université Catholique du Congo, année académique 2010-2011.

3. WEBOGRAPHIE

· www.bic.cd , consulté en février-mars 2012.

· www.digitalcongo.net

4. ENTRETIENS

· Avec MBAYA KABUYI Bruno, Expert et consultant en matière bancaire, Kinshasa-Ngaliema, avril 2011.

· Avec SIVI LANDU Nancy, Responsable formation, Banque International de Crédit à Kinshasa-Gombe, février-avril 2012.

· Avec Thiery, Coordonateur service client Western Union, Banque Internationale de Crédit à Kinshasa-Gombe, février 2012.

5. DICTIONNAIRES

· LAROUSSE, Le Petit Larousse Illustré. Paris, Larousse, 2009

· ROBERT, Le Petit Robert, Paris, maison d'édition ?date ?.

TABLE DES MATIERES

DEDICACE i

AVANT-PROPOS ii

LISTE DES SYMBOLES ET SIGLES iii

INTRODUCTION 1

01. PROBLEMATIQUE 1

02. HYPOTHESE 2

03. METHODE ET TECHNIQUES 2

METHODE 2

T ECHNIQUES 3

04. CHOIX ET INTERET DU SUJET 3

05. DELIMITATION 4

06. PLAN 4

CHAPITRE I : GENERALITES SUR LA MESSAGERIE FINANCIERE ET LA BANQUE 5

Section 1 : Généralités sur la messagerie financière 5

1.1. Définitions 5

1.2. Catégories des messageries financières 7

1.3. Parallélisme entre le régime de transfert d'argent par canaux bancaire et le régime de transfert d'argent par messagerie financière 8

1.4. Historique du régime de transfert d'argent par messagerie financière et introduction de la messagerie financière structurée et réglementée en RDC 8

1.5. Quelques réglementations sur la messagerie financière en RDC, selon l'Instruction Administratif n°006 du 18 mai 2001, portant réglementation des activités des Messageries Financières 10

1.6. Situation actuelle de la Messagerie Financière en RDC 13

Section 2 : Généralités sur la banque 13

2.1. Définitions 13

2.2. Statistique des banques en RDC 15

CONCLUSION PARTIELLE 16

CHAPITRE II : FONCTIONNEMENT DE LA MESSAGERIE FINANCIERE DANS UNE BANQUE 17

Section 1 : Présentation de Western Union International et la Banque Internationale de Crédit 17

1.1. Western Union International 17

1.2. Banque International de Crédit 20

ORGANIGRAMME 26

Section 2 : La Banque Internationale de Crédit et Western Union International 29

2.1. Relation 29

2.2. Historique 31

2.3. Organisation et Fonctionnement 31

CONCLUSION PARTIELLE 38

CHAPITRE III : ETUDE DE L'IMPACT DE L'INTRODUCTION DE LA MESSAGERIE FINANCIERE SUR LA SITUATION FINANCIERE DE LA B.I.C. 39

Section 1 : L'Apport de la Messagerie Financière dans la B.I.C. en général 39

Section 2 : Apport de la Messagerie Financière dans la situation financière de la B.I.C. 40

2.1. Notion de corrélation 40

2.2. Etude de la corrélation entre le revenu provenant de Western Union et le résultat net de la BIC 42

CONCLUSION PARTIELLE 47

CONCLUSION GENERALE 48

BIBLIOGRAPHIE 50

TABLE DES MATIERES 52

* 1Bruno, MBAYA, Module : Messageries financières, syllabus des participants, apprenant du séminaire technique du métier de banquier, Kinshasa, avril 2010, page 7.

* 2 Bruno, MBAYA, Expert et consultant en matière bancaire, Kinshasa-Ngaliema, le 22 avril 2011.

* 3 Idem

* 4 Venance, OPANGA, Méthodes de recherche en Sciences Sociales, notes de cours, 2ième année de graduat FED, UCC, année académique 2010-2011.

* 5 Thiery, coordonateur service client Western Union, Banque Internationale de Crédit, Kinshasa-Gombe, le 13 mars 2012.

* 6 Madeleine, GRAWITZ, Méthodes des sciences sociales, Paris, Dalloz, 1986, page 360.

* 7 Venance, OPANGA, O.C.

* 8 Ibidem

* 9 Madeleine GRAWITZ, O.C. page 361.

* 10Journal Officiel de la République Démocratique du Congo, Recueil de textes législatifs et réglementaires en matière de monnaie, de change, de crédit, de surveillance des intermédiaires financiers, lutte contre le blanchissement des capitaux et le financement du terrorisme, Numéro spécial, 20 janvier 2010,page 157

* 11 MBAYA. B, O.C. Page 14.

* 12 Ibidem

* 13 Ibidem

* 14 Journal Officiel de la République démocratique du Congo, O.C., page157.

* 15Messagerie financière en RDC, WWW.digitalcongo.net/article/70061, page consultée le 21 février 2012 à 15h40min.

* 16 Dominique, Mputu, WUTE NSA, Impact des implantations de proximité des agences Western Union/UBC, travail de fin de stage, UNION DE BANQUES CONGOLAISES/DEPARTEMENT DES RELATIONS HUMAINES, février 2003, page 4

* 17 Qui est bic ?, www.bic.cd , page consulté le 25 février 2012 à 09h45min.

* 18 Produits et services, www.bic.cd, page consultée le 25 février 2012 à 09h30min.

* 19 Information reçue de Madame SIVI LANDU Nancy, responsable formation à la BIC, le 17 février 2012.

* 20 Idem.

* 21 Idem

* 22 Dominique, Mputu, WUTE NSA, O.C. page 8

* 23 Affirmation reçue de Monsieur Thiery, coordonateur de service client Western Union à BIC, le 13 mars 2012.

* 24 Donatien, KABANGA, Statistique appliquée à la gestion et à l'économie, Note de cours de 3ième Graduat, Université Catholique du Congo, Année académique 2011-2012.

* 25 Ibidem

* 26 Donatien, KABANGA, O.C.

* 27 Ibidem

* 28 Seuil critique : autrement appelé « Seuil de signification », il s'agit du degré d'erreur de la validation ou/et de la prévision, par opposition au seuil de confiance, donnant le degré de confiance de la validation et/ou de la prévision. Ces degrés sont exprimés en pourcentage.

* 29 Les résultats financiers BIC, www.bic.cd, page consultée le 05 avril 2012 à 12h45min.

* 30 Affirmation reçue de Madame SIVI LANDU Nancy, responsable formation à la B.I.C. le 30 avril 2012.

* 31 Chiffre reçue de Madame SIVI LANDU Nancy, le 17 février 2012.

* 32