WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le tourisme balnéaire au maroc

( Télécharger le fichier original )
par Rachid TATOUTI
UQAM - MBA 2009
  

sommaire suivant

Le tourisme balnéaire au Maroc: quelle stratégie marketing ? Pour quel marché ?

Rachid TATOUTI

Doctorant, ENCG de Tanger, Université Abdelmalek Assadi - Maroc

tatoutima@yahoo.fr

Résumé :

Le Maroc est officiellement engagé dans une nouvelle stratégie touristique, dénommé « vision 2010 » l'objectif affiché de cette stratégie est de créer les conditions favorables au décollage du tourisme marocain. Pour soutenir cette ambition, le gouvernement et la fédération du tourisme ont élaboré un contrat-programme pour la période 2001-2010 qui fixe les objectifs à atteindre et les lignes directrices de la stratégie. Selon certains experts, la destination présente une forte dépendance vis-à-vis de l'Europe de l'ouest. Elle gagnerait alors à cibler d'autres marchés européens de taille plus modeste.

Le présent travail s'articule autour de deux principaux axes. Le premier consiste à sélectionner les pays de l'Europe, outre le marché classique, qui peuvent être émetteurs potentiels pour le tourisme marocain, pour ce faire on utilisera l'approche Multi variée. Le deuxième axe consiste à élaborer une stratégie Marketing pour le pays qui présente la meilleure opportunité pour un produit touristique bien définit.

Mots clés : tourisme balnéaire, stratégie marketing, plan marketing, marché cible, approche multi-variée, bradage des prix, tour opérateur.

INTRODUCTION

Le Maroc est considéré comme un exemple de stabilité politique en Afrique du Nord et Moyen Orient. Moderne et ouvert à l'extérieur, il bénéficie aussi d'un emplacement stratégique : il fait parti de la Zone Méditerranée /Atlantique, une des premières destinations du tourisme mondial et se trouve à proximité du plus grand marché émetteur au monde, en l'occurrence l'Europe.

Avec 3500 Km de cotes, le Maroc dispose de potentialités balnéaires exceptionnelles. De plus, le pays offre des paysages variés et contrastés (mers, montagnes, vallées et déserts) ; ses villes impériales, ses médinas médiévales, sa gastronomie mondialement reconnue (le vainqueur du mondial des chefs de la restauration collective en gestion directe édition 2008 est un Marocain, Abdellah Achiai, chef cuisinier de Sheraton Casablanca), son artisanat réputé et son hospitalité légendaire, font du Maroc, une destination de dépaysement et de rêve.

Tel est le Maroc, qui reçoit et qui offre, s'apparentant depuis toujours, par delà les images réductrices des cartes postales, à une maison d'hôtes, ouverte sur elle-même et sur les autres. Ce Maroc est sans conteste celui auquel sont attachés les marocains : non seulement une destination attractive parmi bien d'autres, mais un havre de quiétude et de paix, un pays capable de fournir aux siens, travail, prospérité et bien être.

Ce même Maroc-là mérite bien un plan de développement mobilisateur à la hauteur de ses espérances, et un débat national franc et sincère.

Une question centre d'intérêt, on pourra la poser :Le tourisme au Maroc se porte t- il bien ?

Le Maroc est officiellement engagé dans une nouvelle stratégie touristique, dénommé « vision 2010 »l'objectif affiché de cette stratégie est de créer les conditions favorables au décollage du tourisme marocain. Pour soutenir cette ambition, le gouvernement et la fédération du tourisme ont élaboré un contrat-programme pour la période 2001-2010 qui fixe les objectifs à atteindre et les lignes directrices de la stratégie. Premier constat, le Maroc (7,9 millions touristes pour 7 milliards de dollars en 2007) possède certes des atouts stratégiques lui permettant de se différencier de la concurrence, notamment sa proximité avec les principaux marchés émetteurs, un positionnement haut de gamme, open sky ou encore une démarche marketing qui a permis de consolider davantage la marque Maroc..., toutefois il ne s'agit pas de dormir sur ses lauriers.

Pour tirer son épingle du jeu, le Maroc doit non seulement respecter ses engagements, mais en plus s'atteler à diversifier davantage son offre. Selon certains experts, la destination présente une forte dépendance vis-à-vis de l'Europe de l'ouest. Elle gagnerait alors à cibler d'autres marchés européens de taille plus modeste.

Le secteur du Tourisme/Hôtellerie emploie actuellement plus de 600 000 personnes (emplois directs et indirects). Un Accord cadre a été signé entre l'Etat et les opérateurs du secteur le 10 janvier 2000. Les objectifs fixés par cet accord cadre à l'horizon 2010, visent l'accueil de 10 millions de touristes, contre 4 millions actuellement et la création de 72 000 emplois directs qualifiés dans le secteur.

Le dispositif actuel de formation dans le domaine touristique accueille 5300 stagiaires et permet de mettre sur le marché du travail 2500 lauréats par an.

Considérant la place stratégique qu'occupe la qualification des ressources humaines dans le développement du secteur touristique et les retombées concrètes des formations sur la promotion de l'emploi des jeunes, le Gouvernement s'est engagé à réaliser un plan intégré pour le développement de la formation professionnelle pour répondre aux besoins potentiels du secteur.

I - ANALYSE STRATEGIQUE DU SECTEUR TOURISTIQUE AU MAROC.

I-1- Approche multi-variée

Notre travail de recherche consiste d'abord, à sélectionner les pays de l'Europe, outre le marché classique, qui peuvent être émetteurs potentiels pour le tourisme marocain, pour ce faire on utilisera l'approche Multi-variée. Puis on va essayer d'élaborer une stratégie Marketing pour le pays qui présente la meilleure opportunité pour un produit touristique bien définit.

Tableau. 1 - Analyse comparative selon des critères macro-économiques.

Critères

pays

Prévisions de croissance en2008

(%)

Population en 2006

En millions

PIB en 2006

En milliards

PIB/hab.

En 2007

Revenu /hab.

En $ en 2006

Irlande

3,0

4,1

222,7

146

45 580

Autriche

2,0

8,1

322,4

128

39 590

SUISSE

1,8

7,4

379,8

137

57 230

Belgique

1,8

10,4

392,0

118

38 600

PAYS BAS

2,0

16,3

657,6

131

42 670

Source : L'EXPANSION

Tableau. 2 - Analyse comparative : Scoring

NB : On utilise un scoring qui est une échelle de 1(très peut important) à 5(très important).

 

PON

%

IRLANDE

Autriche

SUISSE

BELGIQUE

PAYS BAS

Prévisions de croissance en 2008

5%

5

25

4

20

3

15

3

15

4

20

Population en 2006

En millions

25%

1

25

3

75

3

75

4

100

5

125

PIB en 2006

En milliards

10%

1

1O

3

30

4

40

4

40

5

50

PIB /hab.

En 2007

20%

5

100

2

40

4

80

1

20

3

60

Rev/hab.

En $ en 2007

40%

4

160

2

80

5

200

1

40

3

120

TOTAL

 
 

320

 

245

 

410

 

215

 

375

Source : L'EXPANSION

La Suisse donne le plus grand score avec 410, cela signifie que ce pays présente le meilleur marché émetteur parmi les quatre autres pays, Vient en deuxième rang les Pays Bas suivis de l'Irlande puis l'Autriche et en dernier rang se situe la Belgique.

I-2- ANALYSE EXTERNE,

I-2-1 Caractéristiques du marché cible.

I-2-1 Marché cible : la confédération Suisse.

Géographie : la Suisse ou la confédération suisse pour les usages officiels est un pays de l'Europe de l'ouest sans accès à la mer, entouré par l'Allemagne, la France, l'Italie et la Roumanie. Le Jura, le Plateau et les Alpes sont les trois régions géographiques principales de la Suisse. Les Alpes forment 62,5% du territoire, d'où une grande variété du paysage et de climat.

Les plus grandes villes sont : Zürich, Genève, Bâle, Lausanne, Berne,

I-2-1 Population :

La croissance de la population suisse entre 2005 et 2010 devrait être de 0,4%, l'indicateur conjoncturel de fécondité est prévu pour la même période à 1,42enfants/femme, l'espérance de vie en moyen est de75, 2%

Tableau. 3 - Indicateurs de la structure démographique de 2005 à 2040

 

Etat de la pop.

au 31 DECEMBRE

Pop < 20 Ans

En %

Pop 20 à 64 Ans

En %

Pop > 64 Ans

En %

Part des plus de 79

Ans parmi les plus

De 64 Ans. En %

2005

7 459 128

21,9

62,1

16,0

28,2

2006

7 508 739

21,7

62,1

16,2

28,4

2007

7 593 494

21,5

62,1

16,4

28,4

2010

7 694 302

20,7

62,0

17,3

28,6

2020

8 004 811

19,0

60,7

20,3

28 ,2

2030

8 144 917

18,4

57,2

24 ,4

13,6

2040

8 153 022

17,7

55,3

27 ,0

35,3

Source : ESPOP/ info.dem@bfs.admin.ch

Tableau. 4 - Population résidante permanente selon l'Etat civil et l'âge en 2007,

 

Célibataires

Mariés

Veufs

Divorcés

Lié par un partenariat

Partenariat dissous

0 - 14 ans

1 176 766

0

0

0

0

0

15 - 19 ans

452 587

2 024

1

4

4

0

20 - 39

1 151 618

812 510

2 873

67 219

1 244

6

40 - 64

356 519

1 902 575

66 624

353 500

2 238

22

65 - 79

65 076

582 996

159 501

83 253

239

4

80ans ou plus

31 220

128 474

177 282

17 074

40

1

total

3 233 786

1 711 044

406 281

521 050

3 765

33

Source : ESPOP/ info.dem@bfs.admin.ch

I-2-1-1 Langue :

La suisse est à la croisée de plusieurs grands pays européens qui ont influencé ses langues et ses cultures. La suisse à quatre langues nationales : l'allemand (63,7%) au nord et au centre. L'allemand standard «  bon allemand » est limité aux situations les plus formelles, notamment dans le milieu scolaire, ou encore pour tous les écrits publicitaires.

Le français (20,4%) à l'ouest du pays, région appelée Suisse romande. Quatre cantons sont unilingues Français, trois sont officiellement bilingue français-allemand.

Quant à l'italien, (6,5%) il est parlé dans le canton du Tessin au nord du pays.

Le Romanche parlée par une petite minorité (0,5%) dans le sud du canton des Grisons.

L'anglais est souvent et de plus en plus utilisée dans le monde du travail, y compris par l'administration.il n'a pourtant aucune reconnaissance officielle.

La majorité des formations supérieures ne sont enseignées que dans les deux langues principales en raison de leur emplacement dans l'une ou l'autre des régions.

I-2-1-2 Religion :

Selon le recensement fédéral de la population 2000. La religion la plus répondue du pays serait le Catholicisme avec 42%, la deuxième religion serait l'Eglise évangélique réformée, avec 33% de la population. Généralement, les cantons se réclament de l'une des deux confessions. L'Islam serait la troisième religion avec 4% de la population.la population des habitants se réclament sans religion serait de 11% actuellement.

I-2-1-3 Population étrangère :

La population étrangère représente 21,9% de la population Suisse, l'un des taux les plus élevés d'Europe.

I-2-1-4 Economie :

Rappelons que la suisse est le seul pays de l'Europe occidental qui n'est toujours pas membre de l'UE.

L'économie suisse figure parmi les plus prospères et les plus développées du monde. Orienté vers les services, comme les banques et les assurances, ainsi que les mécaniques de précision, le pays produit surtout des biens à forte valeur ajoutée. Le niveau de vie est l'un des plus élevés du monde. De plus sa stabilité est sa neutralité ont attiré bon nombre de capitaux étrangers et d'organisations internationales. Apres plusieurs années de croissance nulle ou faible, une reprise s'est fait ressentir dés 2004 avec une hausse réelle de 2,5% et 3,5% en 2007.

Le PIB s'établit à 509,2milliards de francs suisse. Pour 2009 les prévisions de croissance est de 1,3%, confirmant une reprise économique bas (à 2,8% pour 2007 et janvier 2008) et l'inflation relativement faible (0,7 pour 2007 et 2,4 pour février 2008).

I-2-1-5 Sport :

Le football, le ski, le hockey sur glace et le tir sportif appartiennent aux sports les plus populaires.

I-2-1-6 Hôtellerie suisse :

Selon une étude de l'institut BAK Basel Economics, présentée le 08/02/2009, les hôtels, en suisse sont toujours trop chers par rapport aux pays voisins, les trois étoiles en particulier affichent des différences de prix considérables, pouvant aller jusqu'à 40%.

En général les prix suisse restent 12% plus chers dans l'hôtellerie.

sommaire suivant