pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Influences circadiennes sur le jugement social


par Sébastien Stuhec
Université Libre de Bruxelles - Master en sciences psychologiques à  finalité spécialisée neuropsychologie et développement cognitif 2011
Dans la categorie: Biologie et Médecine > Psychologie et neuropsychologie
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

GoNoGo (mesure de l'inhibition)

Malheureusement, une erreur lors de l'enregistrement des données s'est produite pour cette tâche. Seules les données de 13 sujets du matin ont été effectivement enregistrées lors des deux passations ainsi que celles de 9 sujets du soir.

Pour la tâche GoNoGo, des analyses séparées ont été effectuées sur le temps de réaction (TR) moyen, le pourcentage d'appuis intempestifs, le coefficient de variation et le TR moyen post-X. Une analyse portant sur la comparaison TR moyen et TR moyen post-X a également été réalisée. Les sujets 16,20 et 35 ont été écartés des analyses de TR moyen et de TR moyen post-X (leur performance étant au-delà de 2 écart-types).

Sur l'ensemble des sujets, le TR moyen est de 396,26 ms avec un écart-type de 61,24ms le TR moyen post-X est de 385,93ms avec un écart-type de 65,03, le pourcentage d'appuis intempestifs moyen est de 4,34%, et le coefficient de variation moyen est de 4,34. Les sujets 13 et 14 sont exclus de l'analyse pour les appuis intempestifs.

Le test de Kolmogorov-Smirnoff nous indique que le TR médian, le nombre d'appuis intempestifs et le TR médian post-X sont distribuées normalement (p>0.15). Ce n'est en revanche pas le cas du coefficient de variation (p<0.01).

Nous avons effectué une analyse de la variance à mesures répétées pour le TR moyen, le pourcentage d'appuis intempestifs et le TR moyen post-X avec un facteur intra-groupe Optimalité (moment de test optimal vs. non-optimal) et deux facteurs intergroupes Chronotype (matinal vs. vespéral) et ordre de Passation de la condition optimale (lors de la 1ère vs. lors de la 2nde passation), avec l'âge en covariée.

GoN

Graphique 3 : Effet non significatif d'optimalité sur le TR moyen de la tftche GoNoGo chez les matinaux et vespéraux lors de la première et seconde passation.

Les résultats de l'ANOVA sur le TR moyen relèvent un effet significatif de l'interaction Optimalité*Chronotype*Passation (F(1,15)=14,06;p=0,002) (graphique 3) mais cet effet n'est pas confirmé lors des analyses à posteriori (ps>0,09). On constate également un effet d'Optimalité marginalement significatif pour le TR moyen post-X (F(1,17)=4,27 ; p=0,056) et un effet d'interaction Optimalité*Chronotype*Passation (F(1,17)=11,62 ; p=0,004) également non confirmés par les analyses à posteriori (p>0,23). Tous les autres effets sont nonsignificatifs (ps>0,11). Les analyses mettent en évidence un effet d'Optimalité marginalement significatif pour le nombre d'appuis intempestifs (F(1,17)=4,34 ; p=0,05) non confirmé par les analyses à posteriori (p=0,09).

Les analyses effectuées pour le coefficient de variation sont des tests non-paramétriques de type Wilcoxon pour échantillons pairés. On ne constate aucun effet significatif (ps>0,69).

p o op pa p ma

Nous avons effectué une analyse de la variance à mesures répétées pour le TR moyen avec un

Mainaux

facteurs inter-groupes Chronotype (matinal vs. vespéral) et ordre de Passation de la condition optimale (lors de la 1ère vs. lors de la 2nde passation), avec l'âge en covariée.

Lorsque les sujets sont testés au moment non-optimal, leur TR moyen post-X est significativement plus rapide que lors de l'ensemble de la tâche (TR moyen post-X non-optimal= 370,72 vs TR moyen tâche non-optimal=381,37 ; F(1,19)=12,19 ; p=0,003), confirmé par les analyses à posteriori (p=0,0002). Au moment optimal, on constate un effet significatif Groupe*Passation (F(1,16)=4,59 ; p=0,047) non confirmé par les analyses à posteriori (ps>0,25). Tous les autres effets sont non-significatifs (p>0,25).

Graphique 4 : Effet significatif du temps de réaction moyen lors de la tftche ou après un X pour l'ensemble des sujets.

Lorsque les sujets sont testés au moment non-optimal, leur TR moyen post-X est significativement plus rapide que lors de l'ensemble de la tâche (TR moyen post-X non-optimal= 370,72 vs TR moyen tâche non-optimal=381,37 ; F(1,19)=12,19 ; p=0,003) (graphique 4), confirmé par les analyses à posteriori (p=0,002). Au moment optimal, on constate un effet significatif Groupe*Passation (F(1,16)=4,59 ; p=0,047) non confirmé par les analyses à posteriori (ps>0,25). Tous les autres effets sont non-significatifs (p>0,25).

Le tableau 4 ci-dessous reprend les moyennes et écart-types des sujets matinaux et vespéraux pour les différentes mesures de la tâche GoNoGo.

 

Matinaux

Vespéraux

Moyenne

Ecart-type

Moyenne

Ecart-type

TR Moyen Optimal

388,14

49,22

379,70

41,44

TR Moyen Non Optimal

384,52

42,94

376,96

39,13

TR Moyen Post-X Optimal

375,46

53,85

366,89

42,13

TR Moyen Post-X Non Optimal

373,31

45,38

367,11

40,24

Appuis intempestifs Optimal

4,51

3,46

4,24

2,66

Appuis intempestifs Non Optimal

5,44

3,38

4,55

2,85

Coefficient de variation Optimal

0,45

0,03

0,43

0,011

Coefficient de variation Non Optimal

0,42

0,12

0,43

0,018

Tableau 4 : Moyennes et écarts-types des mesures de la tâche GoNoGo

71610101WWo6iOioOimSfi6iii (mesure implicite des stéréotypes)

Pour la Tfiche d'Association Implicite (IAT), des analyses sont effectuées sur le score D.

Sur l'ensemble des sujets, le score D moyen est de 0,65 (s.d. 0,41), ce qui indique une attitude plus positive envers la population francophone. Le sujet 21 est exclu de l'analyse (score audelà de 2 écart-types).

Nous avons effectué une analyse de la variance à mesures répétées pour le score D avec un facteur intra-groupe Optimalité (moment de test optimal vs. non-optimal), deux facteurs intergroupes Chronotype (matinal vs. vespéral) et ordre de Passation de la condition optimale (lors de la 1ère vs. lors de la 2nde passation), avec l'age en covariée.

p

Graphique 5 : effet d'optimalité non significatif sur le score D de l'IAT chez les matinaux et vespéraux.

L'effet d'interaction Optimalité*Chronotype est non-significatif (F(1,42)=0,73 ; p=0,40) (graphique 5). Tous les autres effets sont également non-significatifs (ps>0,11).

Les moyennes et écarts-type de l'IAT chez les matinaux et vespéraux sont reprises dans le tableau 5 ci-dessous.

 

Matinaux

Vespéraux

Moyenne

Ecart-type

Moyenne

Ecart-type

D-Score Optimal

0,62

0,39

0,47

0,57

D-Score Non Optimal

0,72

0,46

0,71

0,41

Tableau 5 : moyennes et écarts-types du D-score.

Echelle explicite de préjugés

Pour l'échelle explicite de préjugés, des analyses séparées sont réalisées pour le score composite moyen.

Sur l'ensemble des sujets, le score moyen obtenu est de 2,08 (s.d. 0,44) ce qui correspond à

Vespéraux

p

un score légèrement favorable aux personnes maghrébines (le score allant de 1 à 4, un score

de 2,5 correspondant à une attitude ni favorable ni défavorable). Aucun sujet n'a été exclu de l'analyse.

Nous avons effectué une analyse de la variance à mesures répétées pour le score D avec un facteur intra-groupe Optimalité (moment de test optimal vs. non-optimal), deux facteurs intergroupes Chronotype (matinal vs. vespéral) et ordre de Passation de la condition optimale (lors de la 1ère vs. lors de la 2nde passation), avec l'âge en covariée.

 
 

Graphique 6 : effet d'optimalité non-significatif sur le score à l'échelle explicite chez les matinaux et vespéraux.

L'effet d'interaction Optimalité*Chronotype est non-significatif (F(1,43)=0,49 ; p=0,49). On constate un effet d'optimalité (F(1,43)=4,95 ; p=0,03) non confirmé par les analyses à posteriori (p=0,12). Tous les autres effets sont également non-significatifs (ps>0,22).

Les moyennes et écart-types sont repris dans le tableau 6 ci-dessous.

 

Matinaux

Vespéraux

Moyenne

Ecart-type

Moyenne

Ecart-type

Score Optimal

2,00

0,42

2,13

0,47

Score Non Optimal

2,06

0,47

2,15

0,44

Tableau 6 : Score moyen à l'échelle explicite

précédent sommaire suivant