WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche ethnopsychiatrique du malade réanimé : Réhabiliter l'esprit dans les pratiques de soins

( Télécharger le fichier original )
par Véronique DI MERCURIO
Université Paris 8 - Master 1 Psychologie Clinique 2007
  

précédent sommaire suivant

I.1.b Approches cognitives « Health Psychology »

Concernant les malades, des études centrées sur la réduction de l'angoisse par le soutien des stratégies de coping ou la réduction des agents stresseurs maîtrisables (BRUCHON-SCHWEITZER, 2002)  ont démontré que les informations préparatoires sont les plus importantes pour réduire l'angoisse des malades. (SCOTT, 2004)

A la suite du constat de souffrance psychique des soignants par surmenage (« Burning-Out ») de nombreuses études cliniques ont été menées ces dernières années, faisant de ce thème un classique de la psychologie du travail dans le domaine de la santé. Elles ont abouti à de nombreuses mesures d'aménagement de l'organisation du travail des soignants. (CALDWELL, 1981, WALLYMAHMED, 1993) et particulièrement pour la réanimation à mettre en évidence un type de personnalité dite résistante (« hardiness ») chez certains soignants qui au contraire des autres, passent la plupart de leur carrière dans le même type de service sans envie d'en changer. (DAINES, 2000)

I.1.c Approche psychobiologique : notion de ROPA de H. Laborit

Pour H. Laborit, la réanimation consiste à rétablir la situation écologique en sacrifiant si nécessaire l'homéostasie. La réanimation est alors un moment transitoire où le thérapeute doit régler le traitement en fonction du besoin de l'organisme, plutôt que d'agresser l'organisme et risquer de provoquer une réaction mortelle. (Encyclopedia Universalis)

Les travaux de H. Laborit sur la ROPA (réaction organique post-agressive) ont été lentement pris en compte dans l'anesthésie et la réanimation françaises. En 1960, H. Laborit se heurte à des difficultés de publication de ses travaux en physiologie sur les situations d'urgence menaçant à court terme les fonctions vitales et crée le journal Agressologie.

La ROPA est basée sur le principe d'une réaction de l'organisme à une lésion, ou une agression chirurgicale qui peut provoquer un état de choc qui mène à la mort. Elle déclenche une irrigation préférentielle du cerveau, du coeur et des muscles pour une préparation à l'action de lutte ou à la fuite impossible, au détriment des autres parties du corps qui peuvent manquer d'oxygène. Elle serait liée à l'axe hypothalamo-cortico-surrénalien et au système nerveux végétatif sympathique et la sécrétion corticosurrénalienne. Lors d'une intervention thérapeutique agressive, l'inhibition de ce mécanisme par neuroleptique permet d'éviter l'état de choc mortel.

Le concept de ROPA est à différencier de celui de Stress de Selye, car il concerne une agression brutale et subite, auquel le sujet ne s'attend pas, tandis que le concept de Stress concerne les impacts des changements courants de la vie quotidienne mais qui peuvent poser problème par leur intensité ou leur fréquence.

Dans le cas de la réanimation, la ROPA peut expliquer les vulnérabilités aux infections par la défaillance du système immunitaire ou l'aggravation des défaillances malgré les soins de maintient des fonctions vitales, ainsi que les agitations de type agressive en réveil toujours concomitantes avec des aggravations de l'état fonctionnel global.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie