WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Les déterminants de la faible bancarisation dans l'UEMOA


par Agossou Jacques GANSINHOUNDE
Université Polytechnique du Bénin - Master Banque-Finance 2007
Dans la categorie: Economie et Finance
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

II Les facteurs limitatifs identifiés dans la littérature

Deux grandes théories permettent d'identifier les différents facteurs qui contribuent à la limitation de l'accès aux services financiers. Il s'agit de la théorie des frontières des possibilités d'accès et des barrières à l'accès.

1 La théorie des frontières des possibilités d'accès

Elle a été développée par Beck et De la Torre (2006). Ils partent du principe économique de la loi de l'offre et de la demande pour identifier les problèmes d'accès aux services bancaires et financiers et leurs causes. Les facteurs retenus pour expliquer le niveau de l'offre sont les coûts de transaction et les risques systémiques et particuliers. Quant à la demande, elle est apprécie par des facteurs économiques (revenu, prix) et non économiques (illettrisme financier et barrière culturelle et religieuse). Leurs travaux couvrent les deux aspects les plus importants de la problématique d'accès aux services bancaires et financiers que sont d'une part, l'accès aux services d'épargne et de paiement et d'autre part, l'accès au crédit. Dans ce travail, seul le premier aspect qui rejoint notre problématique sur la faible bancarisation sera étudié.

1.1 L'offre de services de paiement et d'épargne

Dans une simplification du problème, les deux auteurs ont retenu le coût de transaction et les risques comme facteurs explicatifs.

1.1.1 Des coûts de transactions fixes

Les deux auteurs ont montré que dans un marché de libre concurrence, les coût de transactions sont déterminés suivant les caractéristiques et la nature des services offerts. Lorsque les coûts des transactions financières sont fixés soit par l'établissement, soit par les autorités de régulation, les économies d'échelle réalisées ne sont plus répercutées sur le marché. Cela maintient artificiellement les coûts à la hausse et constitue de fait un important point de blocage à la démocratisation de l'accès aux services.

1.1.2 Risques systémiques et particuliers

Les risques systémiques sont fonction du marché ou du pays. Ils s'imposent à tous les agents économiques sous forme de contraintes à gérer. Les risques identifiés sont la taille du marché, les fondamentaux macro-économiques, la technologie disponible, le niveau moyen du revenu par habitant, la qualité des infrastructures de transport et de communication et le cadre juridique et sécuritaire. Ils constituent les variables d'état. Ce sont des caractéristiques du marché avec lesquelles les institutions sont tenues de composer.

Par contre, les risques particuliers sont liés à chaque institution, au style de management, aux décisions d'investissement etc. Ces risques définissent le coût de gestion. Ils peuvent et doivent être maîtrisés par la direction de l'établissement.

1.2 La demande de services de paiement et d'épargne

Pour les deux auteurs, la demande est fonction ou non de la situation économique.

1.2.1 Facteurs économiques

La demande de services de paiement et d'épargne dépend de facteurs économiques que sont le revenu moyen des populations et le prix auquel les services peuvent être acquis. Elle est une fonction croissante du revenu et décroissante du prix.

1.2.2 Facteurs non économiques

Des facteurs non économiques très importants comme l'illettrisme (financier) et les barrières culturelles et religieuses influencent la demande des services de paiement. Ces facteurs conduisent souvent à l'auto-exclusion.

1.3 Définition de la frontière des possibilités d'accès

1.3.1 Définitions et hypothèses

1.3.1.1 Définitions

Beck et De la Torre (2006) définissent la frontière des possibilités d'accès des services de paiement et d'épargne comme « la part maximale de population (ménage et entreprise) qui pourrait être servie par les institutions bancaires et financières pour un ensemble donné de variables d'état »

Pour décrire cette frontière, ils définis sent quatre fonctions (représentées sur la figure 1):

Offre réelle: S = f{Coûts de transactions, variables d'état}

Offre potentielle: S* qui est meilleure à S parce que fruit d'un marché financier efficient.

Demande réelle: D = f{revenu, prix, illettrisme financier, barrière culturelle et religieuse}
Demande potentielle: D* qui est meilleure à D car ne considère pas les facteurs non économiques.

1.3.1.2 Hypothèses

Les deux auteurs émettent les hypothèses suivantes:

H1: Le prix est indépendant du volume des transactions;

H2: Les clients qui utilisent les transactions les plus chères sont ceux qui consomment plus de transactions;

H3: Dans une période de temps d'observation, la valeur et le volume de transactions consommées par chaque agent sont fixes et indépendants du prix.

1.3.1.3 Identification des frontières et des problèmes sous-jacents

Les frontières des possibilités d'accès (figure 1) sont déterminées par les points de rencontre entre les différentes offres et demandes. La projection du point I (offre et demande efficientes) sur l'axe horizontal donne la part de la population qui est bancable ( A ) : c'est la situation optimale pour un pays donné.

Tous les trois points intérieurs dénotent de problèmes plus ou moins importants dont la résolution permettra d'accroître l'accessibilité.


· Premier problème d'accès: le point II caractérise un problème de demande lié à l'auto-

exclusion qui est due à des facteurs non économiques;


· Deuxième problème d'accès: les points III et IV caractérisent un problème de demande et d'offre. Ils traduisent une offre peu efficiente (point III) doublée d'un problème d'autoexclusion des populations (point IV).

Figure 1 : Frontières de possibilités d'accès

Source : Beck et De la Torre (2006)

Mais il existe un troisième problème qui pourrait surgir de la comparaison des points I obtenus pour différents pays ayant des niveaux économiques semblables. Ces points peuvent varier traduisant alors des problèmes spécifiques autres qu'économiques tels que l'insécurité ou le

cadre juridique, etc.

La théorie des ''frontières de possibilités d'accès'', permet, sous certaines conditions, d'identifier le niveau optimal d'accès aux services bancaires et financiers dans un pays, et de déceler les problèmes qui pourraient expliquer un niveau inférieur et donc d'orienter les actions correctives en conséquence.

précédent sommaire suivant