WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Determination de la fumure optimale minerale ( NPK) pour la culture de deux varietes de haricot commun local ( Phaseolus vulgaris) sur kandiudox dans la province de l'ouest

( Télécharger le fichier original )
par parfait thierry mbous
universite de dschang - ingenieur agronome 1998
Dans la categorie: Sciences
  

Disponible en mode multipage

Soutenons La Quadrature du Net !

FICHE DE CERTIFICATION D'ORIGINALITE DU TRAVAIL

Je soussigne MBOUS PARFAIT THIERRY atteste que le present mémoire est le fruit de mes propres travaux effectues dans la ville de Dschang (quartier TCHOUALE - FOTO )sous la supervision de monsieur BOUKONG ALEXIS charge de cours (Departement des Sciences du Sol).

Ce memoire est authentique et n'a pas ete anterieurement presente pour l'acquisition de quelque grade universitaire que ce soit.

VISA DU SUPERVISEUR

DATE : le ciGlog /99

L'efficacite de la fertilisation est hautement conditionée par la nature du sol et le climat d'une region dorm&

Une enquéte menée localement a montre d'une part que 57% des paysans utilisaient uniquement Puree et 38% le 20-10-10 pour la culture du haricot et d'autrepart a des doses d'engrais mineraux souvent ties importantes ntat Oconomiques _

La presente etude s'est appesantie stir deux varietts de haricxit cummun local qui representent 64% du marche local .

- Meringue Rouge ( Petit Rouge ) ;

Panmekou ( Gros Rouge ) ;

Pour ce faire , l'essai a ete conduit pendant deux campagnes ( 1997-1998 ) dans un dispositif experimental factoriel partiel comportant :

- Trois niveaux d'azote ( 0 ; 30; 60 ) kg / ha .

- Trois niveawc de phosphors ( 0 ; 60 ; 120) kg / ha

- Deux niveaux de potassium ( 0 ;100 ) kg / ha

L'ensemble des combinaisons nous donne 18 traitements de fumure minerale sur un site divise en trois blocs .

Ce travail a permis d'etablir que sur oxisol , la dose qui donne le resaiemeit eleve est le 60-60-100 pour les deux varietes mail n'est pas cells qui donne la rentabilite la plus elevee. Le traitement 60-0-0 est ainsi celui qui donne la nmtabilite la plus elevee, mais it ne satisfait pas les objectifs du paysan (ate; autoconsommation ; dons)

En outre, cette etude nous a montre que rapport de la potasse etait necessaire sur oxisol car elle augmentait le rendement et son utilisation se justifiait economiquement

For a given area , the climate and the soil's nature greatly affect the fertilisation efficiency .

A study carried out locally showed that 57% of farmers uses urea solely and 38% 20-10-10 for the cultivation of bean . However , these mineral fertilizers are used in high quantities and thus uneconomically .

The present study is based on two varieties of local bean , which represent 64% of beans found on the local market .

- Meringue rouge ( Petit Rouge )

- Panmekou ( Gros Rouge )

The trial was carried out for a period of two years ( 1997 -1998 ) under a partial factorial experimental design consisting of :

- Three levels of nitrogen ( 0 ; 30 ; 60 )kg / ha

- Three levels of phosphorus ( 0 ; 60 ; 120 )kg / ha

- Two levels of potassium ( 0 ; 100 ) kg / ha

- These gave us 18 fertilizer's treatments on a site divided into three blocks . It has been observed that for OXISOIL , the best fertilizers formulations is 60-60-100 for the two varieties . However , this is not the only dose that is economically profitable . It has been noticed that , the most profitable one is 60-0-0 . But the use of this treatment does not satisfy the farmers objective ( sale , self- consumption , and gins )

This study showed that , potassium is necessary for OXISOIL because it increases yield and it's utilisation is economically justified _

Pages

1

H

iv

vi ix xi

1

3

4

4

5

6

7

8

9

9

FICHE DE CERTIFICATION DEDICACE

AVANT-PROPOS

RESUME

SUMMARY

TABLE DE MATIERES

LISTE DES TABLEAUX

LISTE DES ABREVIATIONS LISTE DES ANNEXES

INTRODUCTION

CHAPITRE I : REVUE DE LITTERATURE

I . 1 : Origin et dispersion

I . 2 : Caracteristiques botaniques

I . 3 : Exigences climatiques

I . 4 : Exigences edaphiques

I. 5 : Rendements

I. 6 : Varietes de haricots common rencontrees dans rOnest I . 7 : Fertilisation et entretien des sob dans l'Ouest I . 8 : Fertilisation du haricot common

I.8.1 : Fertilisation azotie 10

I . 8. 2 : Fertilisation phosphatie 12

. 8 . 3 : Fertilisation potassique 13

I. 8 . 4 : Autres sources de nutriments 14

CHAPITRE II : MATERIELS ET METHODES 16

II. 1 : Materiel d'etude 17

IL 1 . 1 : Sol de l'essai 17

II. 1 .2 : Materiel vegetal 17

II. 1 .3 : Instrumentation 17

H. 1 . 3 . 1 : Outillage agricole 17

II. 1.3.2 :Outillage de mesures des paramitres morphologiq' nes 18

II. 1 . 4 : Engrais simples utilises 18

II . 2 : Dispositif experimental et traitements 18

. 2 . 1 . 1 : Aire d'echantillonnage 20

II.2. 1 .2 : Recolte 20

. 2 . 1 .3 : Quelques problimes rencontres 21

II - 3 : Caracteristiques morphologiques des deux varietes mesurees 21

II - 3. 1. : Surface foliaire 21

II - 3. 2. : Couleur des graines 22

II - 3. 3. : Hauteur moyenne des plantes 22
II - 3. 4. : Longueur et dliamitre moyen des plantes et des grain' es ,

diamitre des collets 22

II . 4 : Mithodes 22

II . 4. 1 : Analyse statistique des donates 22
II . 4 . 2 : Analyse de rentabilite de la production

CHAPITRE III : RESULTATS ET DISCUSSIONS 24

III. 1 : Analyse statistique globale des variables ayant

intervenu pendant l'essai 25

M. 2 : Analyse Bees a l'espice 26

III . 2 . 1 : Traitements et varietes dans les deux campagnes d'essai 26
lII.2.2 : Comparaison statistique des moyennes de traitements

pour l'espece haricot 26

III.2.3 : Effet du potassium sur respece 28

III.3 : Analyses Bees aux varietes 29

III . 3 . 1 : Petit Rouge ( variete 1) 29

III . 3 . 1. 1 : Effet des traitements 29
III.3.1.2 : Comparaison statistique des moyennes des traitements

sur le Petit Rouge 29

III . 3 . 1. 3 : Effet du potassium gar le Petit Rouge 30

III . 3 . 2 : Gros Rouge ( variete 2 ) 31

III . 3 . 2. 1 : Effet des traitements 31
III .
3 . 2. 2 : Comparaison on statistique des moyennes des tnaitements

sur le Gros Rouge 32

III . 3 . 2. 3 : Effet du potassium sur le Gros Rouge 33

III . 4 : Comparaison de h productivite des deux varlet& 33
III. 5 : Ebauche de rentabilite pour la production du haricot commun local 34

CONCLUSION 36

BIBLIOGRAPHIE 38

ANNEXES 42

Tableau 1 : Besoins climatiques du haricot

Tableau 2 : Besoins edaphiques du haricot

Tableau3 : Types de varidtes renconinles a l'Ouest et leurs rendements

Tableau 4 : Type d'engrais simples et coat de runite fertilisante y afferent& au march& de Dschang .

Tableau 5 : Principales caracteristiques morphologiques des deux variagis de haricot

Tableau 6 : Resultat synthetique de l'analyse de variance des variables intcrvcnues pendant l'essai

Tableau 7 : Resultat synthetique de l'analyse de variance de l'effet des traitements , varietes pour les deux campagnes

Tableau 8 : Comparaison statistique des moyennes de traitements de l'espike pendant les deux campagnes

Tableau 9 : Resultat synthetique de l'effet du potassium sur l'espike pendant les deux campagnes

Tableau 10 : Comparaison statistique des moyennes de l'effet du potassium sur l'espêce pendant les deux campagnes .

Tableau 11 : Resultat synthetique de l'analyse de variance de l'effet des traitements sur le Petit Rouge pendant les deux campagnes

Tableau 12 : Comparaison statistique des moyennes des traitements stir le Petit Rouge pendant les deux campagnes

Tableau 13 : Resultat synthetique de l'analyse de variance de reffet du potassium sin- le Petit Rouge pendant les deux campagnes

Tableau 14 : Comparaison statistique des moyennes des traitements de potassium sur le Petit Rouge pendant les campagnes .

Tableau 15 : Resultat synthetique de l'analyse de variance de I'effet des traitements sur le Gros Rouge pendant les deux campagnes

Tableau 16 : Comparaison statistique des moyennes des traitements stir le Gros Rouge pendant les deux campagnes

Tableau 17 : Resultat synthetique de l'analyse de variance de Pellet du potassium =- le Gros Rouge pendant les deux campagnes

Tableau 18 : Comparaison statistique des moyennes des traitements de potassium stir le Gros Rouge pendant les deux campagnes

C. I . A . T. : Centre International de l'Agriculture Tropicale.

C.T.I.F.L. : Centre Technique Interprofessionnel des Fruits et Legumineuses.

F.A.O. : Food and Agricultural Organisation

I . R .A .D. : Institut de la Recherche Agricole Pour Le Developpement.

I . R .A .F . : Institut de Recherches Agricoles et Forestières.

J .A .S . : Jours Aprês Semis.

P .R .D . F .B . : Projet de Recherche, Developpement et Formation de BAFOU.

P .11 .P . 0 . : Projet des hauls Plateaux de l'Ouest.

Annexe 1 : Frequence des principales legumineuses par departement dans la Province de l'Ouest pour les deux campagnes agricole.

Annexe 2 : Resultats d'enquetes menses sur le haricot commun dans le marche de Dschang. ( Du 15 mai au 06 Aoiit 1998 )

Annexe 3 : Description du profit du sot de l'essai

Annexe 4 : Dispositif experimental.

Annexe 5 : Vue aerienne des blocs experimentaux.

Annexe 6 : Resultats d'analyse des blocs.

Annexe 7 : Ebauche de rentabilite des engrais dans la production de l'espece

Annexe 8 : Ebauche de rentabilite des engrais dans la production du Petit Rouge

Annexe 9 : Ebauche de rentabilite des engrais Bans la production du Gros Rouge

Introduction

Le haricot commun ( Phaseolus vulgaris ) est une plante annuelle appurtenant a la grande famine des legumineuses . Elle occupe une place importante dans l'alimentation des populations rurales et citadines . Une enquete menee par le PHPO (1981 ) a monlre que la frequence de cette legumineuse dans les champs des paysans etait três grande dans chacun des cycles de cultures de l'annee . Le Tableau ( en annexe 1) en est une illustration .

Bien que les chiffi-es qui y sont contenus ne soient pas recents , t7 serail etoimant que ces demiers se modifient dans le seas de la diminution car par rapport a l'accroissement de la population et au pouvoir d'achat actuel des paysans , it nous semble la source de proteins la moires cliere

Le haricot commun , de par l'engouement suscite aux populations de l'ouest
Cameroun , pourrait constituer une importante source de revenus pour le paysan . En plus de ses teneurs en proteins ( 22% ) , lipides ( 1,6% ) et glucides ( 57,8%) a l'etat sec (purseglove , 1984 ) , it pent donc trouver sa place dans le combat de nos populations contre la malnutrition et la pauvrete

Dans les marches de l'ouest Cameroun , les varietes de haricot les plus vendus sont les varietes locales ( plus de 60% au marche de Dschang) Ceci indique que , ce sont probablement les varietes les plus cultives . En vue d'aider le paysan de 1'Ouest mieux produire , it se pose le problême de savoir qu'elle est la reponse de ces varlet& locales par rapport a l'usage des engrain qui content actuellement chers . Cette utilisation se justifie-t-elle sur un des sols repute chimiquement pauvre et *es represents dans la province de l'Ouest ?

Une enquéte reaksee au marche de Dschang aipprês des revendeurs et producteurs a revels que les quantites d'engrais utilisites par ces demiers etaient tres imporiantes , defiant les limites de leur rentabilite . Lorsque utilises , Purée pouvait s'appliquer de 292 a 1461 kg /ha et le 20-10-10 de 337 a 1686 kg /ha . Cette utilisation abusive d'engrais dans les cultures vivrferes etait dela signal& par ducret et grangeret ( 1986 ) qui estimaient une utilisation moyenne / ha de 144N , 72P ,et 72K . En dehors de leur rentabilite , ces grandes quantites d'engrais utilisees ne representent--elles pas une menace pour l'environnement ?

La presente etude s'est basee sur deux varietes de haricot common local : Meringue Rouge ( Petit Rouge ) ;

Panmekou ( Gros Rouge ) ;

Cette etude s'est realisde sur deux campagnes de culture successives (1997-1998). L'objectif principal de l'etude est de determiner dans les conditions climatiques et edaphiques de la province de l'Ouest - Cameroun :

- La meilleure formulation de fumure minerale ( NPK ) pour la culture du haricot commun local sur un oxisol,

- La variete la plus productive,

- Une ebauche de l'analyse de rentabilite des engrais sur la production au niveau de l' espece et des deux varietes,

afm d'arneliorer les rendements aupres du paysan et probablement leur pouvoir d'achat

L'efficacite de la fertilisation est fortement conditionnee par la nature du sol et le climat . C 'est pour cette raison que selon adams et al ( 1985) , les travaux sur la fertilisation sont generalement specifiques a une region donee. Ceci justifie la delimitation de noire zone d'etude

--a

chapitre 1 : revue de litterature

I. 1 Origine et dispersion

Le haricot commun ( Phaseolus vulgaris ) est originaire de L'Amerique Centrale (Mexique) ) (purseglove ,1984) .Des decouvertes archeologiques realisees an Mexique et en Amerique du sud indiquent que la culture du haricot etait connue au moires 5000ans avant Jesus-Christ (C.LA.T. ,1987 ) .De nos jours , cette plante constitue une source importante de proteins dans plusieurs regions du monde (hill ,1983 ).

1.2 Caractéristiques botaniques

Le haricot commun ( Phaseolus vulgaris L . ) appartient a la tribu des Phaseolae, a la sous - tribu des Phaseolinae ,A la famille des Leguminosae la sous-famille des Papilionoideae dans l'ordre des Rosales ( C I . A ..T . ,1987 ) .

Le genre Phaseolus comprend plus ou moires 35 espêces dont 5 sont cultivees notamment

Phaseolus vulgaris ;

Phaseolus lunatus L ,

Phaseolus coccineus L ;

Phaseolus polyanthus Greenm ;

Phaseolus acutifolius A . Gray Var Latifolius Freeman .

Le haricot commun est une plante annuelle herbacee a germination epigee

( C . A . T . ,1987 ) . Le systême racinaire est generalement superficiel et de tendance fascicule . Dans sa partie inferieure et moyenne ,les racines laterales portent des nodules de 1 a 5 mm de diamêtre

Sur le plan architectural ,on distingue des plantes d'habitus de croissance determine arbustif (Type I) ,indetermine arbustif ( Type II) , indetermine prostre ( Type III ) et indetermine volubile ( Type IV) ( C .A .T . ,1987 ) .

L'habitus de croissance est determine par le type de developpement de la partie terminale de la tige ( determine ou inddtermine ) ,le nombre de noeuds ,la longueur des entre-noeuds , l'aptitude volubile , le degre et le type de ramifications. Les bourgeons axillaires peuvent avoir un developpement complêtement vegetatif , floral ou floral et

v6getatif .(C.I.A.T., 1987 ) .

Les feuilles sont simples ( primaires ) , opposees cordiformes ,auriculees et acuminees alors que les autres feuilles sont trifiliolees et altemes avec les folioles glabres ou partiellement glabres de forme presque ovale ou triangulaire , possedant des petiolules et des stipelles ( C . I .A . T ., 1987) .

L'inflorescence est une grappe principale composee de grappes secondaires ( C . I .A . T . 1987) . La fleur asymetrique comprend un pedicelle glabre ou partiellement glabre , un calice gamosepale campanula , une corolle pentamere et papilionacee ,un androcee de dix &amines dont neuf sont soudees a leurs bases , un gynecee avec l'ovaire comprime et le style courbe .Le fruit qui en &mule est une gousse ddhiscente generalement ou partiellement glabre . La duree du cycle vatic de 60 a 150 jours ( adams et al , 1985) . La couleur des grains ainsi que l'ecLat sont tres varies et la panachure est tres frequente ( C A . T . , 1987) . Cette variabilite est prise en compte dans la classification des varietes du haricot .

1.3 Exigences climatiques

D'apres l'iraf ( 1979) ,le haricot supporte tres mal les pluies en tours de vegetation . Son cycle court et sa relative tolerance aux deficits hydriques permettent d'envisager sa culture en premieres pluies (Avril) et recolter en ( Juillet )

Dans les zones tropicales de basses altitudes , he haricot commun se developpe une temperature comprise entre 18°C et 20 °C . La temperature du sol pour la germination doit etre superieure a 15 °C . La plante est sensibles a des temperatures superieures a 30 °C surtout pendant la floraison mais aussi an froid ; les fleurs sont affectees a 5°C . Les precipitations totales doivent etre comprises entre 400-500mm pendant he cycle de croissance ( sys et al , 1993) .

Les cultivars insensibles a la photoperiode sont celles originaire des latitudes extremes et d habitus de croissance du type I et II cependant , it existe des cultivars specifiquement adaptes aux temperatures aussi basses que 13°C mais ils sont tous sensibles a la photoperiode et beaucoup d'entre-deux sont des varietes grimpantes D'autres sont specifiques aux regions chaudes (adams et al , 1985 ) et les cultivars habitus de croissance de type IV sont moires tolerants que les autres . Le tableau 1 suivant indique les differentes caracteristiques du haricot et leurs effets sur sa croissance

Tableau 1 : Besoins climatiques du haricot ( SYS et al , 1993).

Caracteristiques Climatiques

Classes Climatiques et degais de limitations.

Si 0

100 95

1

85

S2

2

60

S3

3

40

Ni

4 25

N2

0

Precipitations du cycle

450 -500

500 - 600

600 - 1000

> 1000

-

<250

de croissance ( mm )

450 - 400

400 - 350

350 - 300

300 - 250

 
 

temperature moyenne

18-20

20-24

24-27

27-30

-

> 30

du cycle de croissance

18-15

15-12

12-10

10-8

-

< 8

( °C )

 
 
 
 
 
 

Temperature minimale

13-15

15-20

20-25

> 25

-

-

moyenne du cycle de croissance ( °C )

13 -10

10-7

7-5

< 5

-

-

Humidite relative du

55-50

50-42

42-36

36-30

-

< 30

stade de developpement ( % )

55-60

60-75

75-90

> 90

-

-

Humidite relative du

40-30

30-24

24-20

< 20

-

-

stade de maturation

40-50

50-75

75-90

> 90

-

-

(%)

 
 
 
 
 
 

n/N stade de
·

0.55-0.5

0.5-0.35

< 0.35

-

-

-

developpement

0.55-0.6

0.6-0.75

> 0.75

-

-

-

n/N stade de maturation

> 0.7

0.7-0.5

< 0.5

-

-

-

I. 4 - Exigences edaphiques

La profondeur minimale du sol pour la culture du haricot est de 0.2 a 0.5 m , celle optimale doit étre superieure a 1 m ; la profondeur maximale d enracinement est comprise entre 1 et 1.5m ( sys et al ,1993 ) .

mas ( 1983 ) suggêre que la culture peut se developper sur plusieurs types de sol ; un sol aere avec un bon drainage est mieux pour une fixation optimale d'azote par les nodules des racines .

Le haricot commun se developpe mieux sur les sols a PH compris entre 6.5-7.5 car la plupart des nutriments pour la plante sont disponibles a un niveau eleve dans cet intervalle ( howeler et al ,1980 ) . Le tableau 2 ci-dessous represente les differents besoins edaphiques du haricot .

Tableau 2 : Besoins edaphiques du haricot ( sys et al ,1993 )

Caracteristiques du sol

Classes, degres de limitations

S1

0

100 95

1

85

S2

2

60

S3

3

40

Ni

25

N2

4

0

Topographie

 
 
 
 
 
 

Pente ( % ) ( 1 )

0 - 1

1 -2

2 - 4

4 - 6

-

>6

( 2 )

0 - 2

2 - 4

4 - 8

8-16

-

>16

( 3 )

0 - 3

4 - 8

8-16

16 - 30

-

>30

Humidite

 
 
 
 
 
 

Inondation

FO

-

-

Fl

-

F2+

Drainage ( 4 )

Bon

Modere

Imparfait

Pauvre et

Pauvre

Pauvre

( 5 )

Imparfait

Modere

Bon

aere

mail Aere

pas drain&

Caracteristiques

 
 
 
 
 
 

Physiques du sol

 
 
 
 
 
 
 

A<605, co,

A>605,sc

C>60v, sl

Las, Fs,

-

Am, Siam

Texture/Structure

Sias, Sial

A<60V

Lfs, Ls

S

 

CS

 

AL,SL,SiL

L, SiAL

 
 
 
 

Fragment grossier (vol%)

0 - 3

3 -15

15 - 35

35 - 55

-

>55

Profondeur du sol ( cow)

>100

100-75

75 - 50

50 - 20

-

<20

Cac03 ( % )

0 - 6

6-12

6-12

20 - 25

-

>25

Gypsite ( %)

0 - 0,1

0,5 -1

0,5-1

1 - 3

-

>3

Caracteristiques

 
 
 
 
 
 

Chimiques du sol

 
 
 
 
 
 

CEC apparente

 
 
 
 
 
 

(Cmol (+)/Kg argile )

>24

24 -16

<16 (-)

<16 (+)

-

-

Saturation en bases (%)

>50

50 - 35

35 - 20

<20

-

-

Somme des cations basiques

>5

5 - 3.5

3.5 - 2

<2

-

-

(Cmol(+)/kg sol)

 
 
 
 
 
 

PH - 1-120

6.5 - 6.0

6.0 - 5.6

5.6 - 5.4

5.4 - 5.2

<52

-

 

6.6-7.0

7.0 - 7.6

7.6 - 8.0

8-82

-

>82

Carbone organique (%)

>2

2 -1.2

1.2 - 0.8

<0.8

-

-

Salinite et alcalinite (n)

 
 
 
 
 
 

ECe (mS/cm )

0

0 - 1

1 - 1.5

1.5 - 2

-

-

Esp ( % )

0 - 2

2 - 5

5 - 8

8-12

-

>12

I . 5 : Rendements

En Afrique l'Ouganda , le Rwanda , le Burundi , la Tanzanie , le Cameroun et 1'Angola sont consideres comme les six premiers pays producteurs du haricot (adorns , 1984). Dans ces pays , les rendements moyens du haricot dans la periode quinwennale

1976-1980 etaient respectivement de :489,810,632,501,621et512 kg/ha pour des productions moyennes respectives de 211,170,162,150,88,61 milks tonnes .

Une enquete menee en 1984 par requipe du PRDFB (ducret et grangeret, 1986 ) montre que sur 500 parcelles de premiers cycle dans la zone d'altitude comprise entre 1400 et 1600m a la chefferie de Bafou ( Menoua ) ; le haricot etait present sur 65% des parcelles ( cafeieres et champs vivriers ) avec tine densite moyenne en association de 40.000 pieds /ha. En seconde campagne ( Aofit - novembre ) . Le haricot est la culture annuelle la plus frequente pour l'ensemble de la province . Les densites et les rendements mesures sur ces parcelles nous donnent ;

( chiffres approximatifs PHP0 , 1981 ) tine densite moyenne de 110.000 pieds /ha avec un rendement moyen de 430kg/ ha .

I . 6 : Varlet& de haricot commun rencontries dans rOnest .

Les meilleures varietes locales , si elks se montrent souvent sensibles aux maladies, paraissent ce pendant stables et nodulent bien avec le rhizobium local (salez , 1986) Trois varietes ameliorees porrillio 566 , porrillio 693 et BAT 95 sont vulgarisees dans 1'Ouest depuis 1985 .

Les rendements obtenus en station sont reportes dans le tableau 3 ci - dessous par salez (1986) .

Tableau 3 : Types de varietes rencontries a l'ouest et tears rendements

Varietes

Origine

Cycle ( J)

Rendement (kg/ha)

Couleurs des graines

Long rouge vineux

Temoin local

76 - 82

450 - 650

Rouge

Porrillio 566

CIAT

80 - 94

460 - 1900

Noire

Porrillio 693

CIAT

85 - 92

740 - 2450

Rouge - brun

BAT 95

CIAT

V - 91

720 - 2740

Beige

Canadian Wonder

KENYA

87 - 93

780 - 1 650

Rouge - brun

Negro Husseco 81 -

CIAT

80 :94

1260 - 1800

Noire

BAT 1 445

CIAT

76 - 94

1028

Noire

Mélange Varietale

-

77 - 95

985

-

A 445

CIAT

78 - 94

960

-

Ex Nder 4

Local

77 - 84

945

-

Noun W14

Local

76 - 84

917

-

Bafoussam C84

Local

78 - 84

880

-

A 114

CIAT

78 - 94

877

-

Xan 87

CIAT

76 - 84

690

-

1.7 : Fertilisation et entretien des sol dans l'Onest

L'apport des amendements organiques reste la methode de fertilisation la plus pratiquee . Les amendements sont essentiellement epandus sur les champs de case les plus intensivement cultives . Les dejection de port , de petits ruminants et de volailles peuvent etre recueillis et epandues sur le champ . le fumier issu des elevages intensifs est de plus en plus recherché . Sont egalement utilises comme amendement . Les cendres , les dechets de cuisine , la pulpe , les parches de cafe , les residus de culture , les mauvaises herbes, les fanes et cosses d 'haricot et d 'arachide (pichot et al , 1995) .

La fertilisation minerale est venue s'ajouter aux pratiques traditionnelles depuis la generation de la cafeiculture . Introduit pour accroitre les rendements cafeiers , les engrais mineraux ont pendant longtemps ete commercialises sous le contrille des responsables de l'agriculture et leur distribution se faisait au prorata de la production. Cafeiere; cependant, leur emploi s'est vite generalise aux cultures vivrieres, favorise par la pratique des cultures associees, le partage des tfiches entre l'homme et la femme et la commercialisation de plus en plus importante des produits vivriers (fotsing, 1992).

Actuellement, la fertilisation minerale tend a devenir le principal mode de fertilisation de la terre surtout chez les producteurs maraichers, cette tendance l'utilisation generalisde des engrais chimiques s'explique par la combinaison de plusieurs facteurs: regression de l'elevage, diminution de la fumure organique, abandon progressif de la Cafeiculture, reconversion au maraichage ou aux vivriers des cafeiculteurs et vivrieres commercialisees, liberalisation recente des filieres d'approvisionnement en engrais et produits phytosanitaires... avec un taux que l'on observe sous les latitudes temperees , cela permet aux sols de conserver un taux chimique satisfaisant (valet, 1985).

I. 8 : Fertilisation du haricot commun

Le CIAT dans son rapport de 1988 reconnait que les contraintes de production sont similaires pour le haricot grain et haricot vert. adams et al (1985) affirment que les besoins nutritionnels des differents cultivars de haricot commun sont generalement semblables, sauf sur des sols defectueux oii certain peuvent se distinguer par leur capacite d'adaptation.

semis une quantitó toujours en dessous de l'optimum, &Rant ainsi de perturber la fixation symbiotique par une quantite excessive d'azote.

L'apport des engrais azotes varie de 20 a 700 kg / ha en fonctions des regions et surtout de types de sol. Mais cependant, l'application de 50 a 100 kg N / ha est generalement suffisante. Une application en bandes de 200 a 400 kg d'azote par ha dans certains sols en Amerique Latine a montre une reponse positive (reinhardt et al, 1978 ).

Dans les sols acides et a cendres volcaniques en Colombie, une reponse negative s'est produite a partir dune application en bande au-dessus de 80kg d'azote par ha pendant la secheresse ; dans les méme sols, l'application de 320 A 640 kg d'azote par ha donne un resultat ndgatif due au PH bas et une induction subsequente de la toxicite de manganése; Dans les sols oft le phosphore est le facteur principal de limitations, le haricot ne repond pas a l'azote, jusqu'a ce que la quantite de phosphore a appliquer soit suffisante (howard et al, 1980).

L'application de l'azote mineral sur la culture du haricot au semis s'est confumee en 1982, 1983 et 1984 en station (IRAD - Dschang) puis en 1985 et 1986 sur des sites en milieu paysan, l'azote jouant un effet "starter "; cependant, une forte fumure de 100kg d'azote par ha s'est aver& economiquement rentable sur sol ferralitique complexe avec une variete selectionn6e (autfray, 1987).

En Egypte, el - leboudi et al (1976) ont note que l'azote appliqué a dose de

48 kg/ha a fait progresser la quantite de matiêre sêche par plante de 2,8g A 6,48g. Cette dose a accru de manikre significative le nombre de gousses par plante.

Les apports en azote sont necessaires en debut de vegetation (C111,L, 1982). L'azote est incorpore au sol juste avant le semis. Cependant, on peut apporter un complement en cours de culture, en cas de necessite: 25 a 80 unites d'azote au total/ha.

mas (1983) preconise 65 a 110 kg d'azote/ha par contre sys et al (1993) recommandent une application de 20 a 40 kg d'azote/ha pour une production elevèe, avec un rendement commercial de 1 a 1,5 tonnes de haricot sec/ha et un rendement moyen paysan de 0,5 a ltonne d 'haricot sec/ha.

La periode influence sur l'efficacite de la fertilisation azotde du haricot. el-

_ beheidi (1980) a constate en Egypte que les cultures d'etd sont beaucoup plus exigeantes
en azote que les cultures d'automne. Un apport de 37 kg d'azote/ha en automne accroit significativement le rendement; mais un apport plus important le fait baisser. Par contre

en ete, ce meme apport ne donne aucun accroissement de rendement, alors que de forts apports de l'ordre de 75 a 150 kg/ha d'azote augmentent, significativement le rendement. Cet exemple montre l'extreme prudence que l'on devrait observer, dans une region donne en transposant les resultats de fertilisation d'une periode de culture a l'autre.

1.8.2 Fertilisation phosphatee

La teneur des vegetaux en P2 05 est de 0,5 a 1% de matiere seche. Sur le plan agricole, le phosphore est pour la plante un facteur de croissance, comme l'azote; son action est importante dans les stades jeunes et se marque en particulier sur le developpement du systeme racinaire; le phosphore est facteur de precocite, oppose en cela a l'azote; it raccourcit la duree du cycle vegetatif et accelere la maturation. II accroit la resistance au froid, aux maladies et stress hydrique; De plus, c'est un facteur de qualite car l'augmentation des teneurs en phosphore des aliments determine en partie leur inter& pour l'animal et pour l'homme (persoons et el - hassani, 1995).

Dans le sol, de grandes quantites de phosphores peuvent Etre present& mais en general, seulement une faible partie d'entre - elles sont sous des formes assimilables par la plante. Celle - ci preleve dans la solution du sol sous forme d'ion H2 PO4-, accessoirement sous forme HPO42- compte tenu du fait que le phosphore est relativement peu mobile dans le sol. La fourniture des ions nutritifs doit étre assuree a proximite immediate des racines actives. Ainsi, dans certain cas, la localisation d'engrais phosphor& solubles a proximite immediate des jeunes plantes peut stave= interessante (persoons et el - hassani, 1995) .

Les engrais phosphates doivent etre imperativement epandus en bande dans les sols a fort pouvoir fixateur de phosphore. Une deficience en phosphore pour le haricot s'est observee sur les sols A cendres volcaniques, oxisols et ultisols en Amerique Latine ( reinhardt et al 1978 ) Cette deficience entrain le manque de vigueur generale et presente de petits rameaux avec tine reduction du nombre de nceuds sur la tige principale ( lynch et al 1991 ).

graham et rosas (1979) ont observe que la deficience en phosphore perturbe Pactivite des nodules, retarde la floraison et la maturation de la plante. Les plantes deficientes ont morns de 0,35% de phosphore dans les feuilles superieures pendant l'initiation florale(reinhardt et al 1978).

Au Bresil, cette deficience en phosphore est probablement le probleme majeur nutritionnel pour le haricot, elk limite le rendement de cette culture dans plusieurs sols du Bresil (campo cerrado), dans les oxisols et ultisols de puerto rico et dans les andosols de Colombie et en Amerique Centrale. (howard et al 1980).

Dans les feuilles les plus elevees matures les pourcentages de phosphore compris entre 0,2 et 0,4% sont des niveaux optimum de floraison (mackay et al, 1978).

reinhardt et al (1978) ont note que la vitesse d'application depend de la teneur du phosphore dans le sol et sa capacite de fixation. mas (1983) recommande une application de 110kg P2 05 /ha, par contre howard et al (1980) suggerent que les meilleurs resultats sont generalement obtenus par l'application du triple super phosphate ou superphosphate simple dans les sols en deficit de sulfure.

Dans les sols colombiens a fixation elevee de phosphore , le haricot repond l'application diffusee du triple superphosphate a 2 060 kg de P2 05/ha; cependant l'application en bande petit donner le meme rendement avec 300Kg de P2 05/ha (howard et al, 1980).

Le CTIFL (1982) preconise un apport de 50 a 80 unites de P2 05 en fumure de fond, par contre sys et al (1993) recommandent une application de 40 a 60 kg de P2 05/ha pour une production elevee

Dans les sols fixateurs de phosphore, les sources d'engrais solubles elevees telles que le triple superphosphate doivent s'appliquer en bandes afire de reduire le contact sol - engrais. Au Bresil, on a note un effet positif du phosphore appliqué dans 103 essai. sur 232 NPK, cependant les applications elevees de phosphores peuvent induire une deficience en zinc (howard et al, 1980).

1.8.3 Fertilisation potassique

Le Potassium entre environ pour 3% dans la constitution de la matiere seche des plantes. Tres mobile dans la plante, it migre des organes ages vers les plus jeunes. intervient principalement dans la synthese des hydrates de carbon, leur migration et leur stockage. Sur le plan agricole, c'est un facteur de resistance au stress hydrique, au froid, au gel, aux maladies cryptogamiques. Dans le sol, le potassium se trouve souvent en grande quantite dans la roche mere, dans les argiles ou it nest que peu utilisable se trouve

en surface sur les particules d'argiles et d'humus, d'on it peut passer dans les solutions du sol et servir de nutriments pour la plante (persoons et el - hassani, 1995).

Une deficience en potassium s'observe rarement stir le haricot, mais petit se produire sur les oxisol et ultisols infertiles, ou dans tin sol ayant tin niveau dleve en calcium et magnesium (reinhardt et al, 1978).

Les plantes deficientes ont moires de 2% de potassium, dans les feuilles superieures pendant l'initiation florale et ce pourcentage peut baisser dans les plantes qui se ddveloppent sur des sols ayant un niveau eleve en calcium et magnesium (mackay et al 1962).

Au Bresil , on a note un effet positif du potassium dans 15 essais sur 232 NPK (howard et al, 1980). Mais la deficience en potassium est contrOlee par l'application en bande pendant le semis avec 50 a 100kg de potassium par ha sous forme de chlorure de potassium ou sulfate de potassium, la forme sulfate etant recommandee pour les sols deficients en sulfure (reinhardt et al, 1978).

mas (1983) recommande un apport de potassium de l'ordre de 70kg/ha . Cependant le ctifl (1982) propose tin apport de 120 a 150 unites de k2 0 en fumure de fond. sys et al (1993) suggerent un apport de potassium de l'ordre de 50 a 120kg/ha pour tine production elevee.

1.8.4 Autres sources de nutriments

Ces sources seront beaucoup plus basees sur les oligo - elements Mais it s'agira tout simplement de signaler les apports en quantites de ceux - ci en cas de carence.

Il existe de grandes differences varietales pour la susceptibilite a la toxicite d'aluminium . Le haricot noir est moires susceptible que les autres varietes de haricot (foy et al, 1972). L'application de 1,5 a 2 tonnes de chaux par ha rentabilisent 1 meq d'aluminium par 100g de sol (howard et al, 1980) mais 6 tonnes de chaux par ha seraient effectives sur les sols acides vokaniques cendreux (reinhardt et al, 1978).

En ce qui concerne le calcium, tine deficience est contrOlde par l'incorporation en profondeur dans le sol de la chaux calcitique ou dolomitique, de l'oxyde de calcium ou hydroxyde. Une application de 500kg par ha est suffisante (howard et al, 1980).

Pour le magnesium, sa carence est contrOlee par l'application de 10 a 25 kg de magnesium par ha sous forme de chaux dolomitique, d'oxyde de magnesium ou de sulfate

de magnesium. Quant au manganese, la carence peut etre contrillee par une application au sol de 5 a 10 kg de manganese (reinhadt et al, 1978).

Une application de 1 a 2kg de bore par ha sous forme de solubore contrOle mieux la deficience du bore (walsh et al 1952). Le cuivre peut - etre contrOle par tine application en bande de 5 a 10 kg de cuivre par ha alors que la carence en zinc peut - etre contrOlee par une application de 5 a 10kg de zinc par ha sous forme de sulfate de zinc (howard et al, 1980).

Dans son rapport, salez (1986) suggere que le haricot valorise bien la fumure organique (5 tonnes par ha de fumier de volailles).

Chapitre 2 : matériel et méthodes

II. 1 Materiel d'etude

Il comprend :

- Un sol (KANDIUDOX);

- Deux varidtes de haricot commun local;

- Une instrumentation variee;

- Des engrais simples.

II. 1 . 1 Sol de l'essai

C'est un KANDIUDOX . Ce sont des sols qui ont une bonne epaisseur, se caracterisant par un horizon argilique assez developpe et un bon profil pedologique. Ce qui signifie en pratique qu'ils absorbent une bonne quantite d'eau pendant un certain temps avant de commencer a s'eroder. Les caracteristiques physico - chimiques chi site d'etude sont dormees en annexe 3.

II. 1 .2 Materiel vegetal

Le materiel vegetal utilise est compose de deux varietes de haricot commun local: Meringue Rouge (Petit Rouge) et le Panmekou (Gros Rouge). Les semences que nous avons utilisees proviennent du march& de Dschang. Le poids moyen de 100 graines de chaque variete a 10% d'humidite est de :

Meringue Rouge (Petit Rouge) : 19,02 0,14g .

Panmekou (Gros Rouge) : 39,32 #177; 0,47g

II. 1 .3 Instrumentation

Elle est composee d'une fres grande gamme d'outils dont les principaux sont : outillage agricole , outils de mesure

11.1.3.1 : Outillage agricole

11 est compose des binettes, pelles, pioches, brouette, ficelles, tridents, rfiteaux, piquets et le metre ruban. Tous ces outils ont permis de labourer la parcelle, de niveler le sol, de delimiter les differentes parcelles, de transporter les outils au lieu du site et surtout de faire l'entretien des blocs.

II. 1 . 3. 2 : Outillage de mesures des parametres morphologiques

1 - Pied a Coulisse (10eme Pits)

Il a permis d'evaluer les longueurs, et diamêtres des graines. Cet outil a aussi facilite la mesure des diametres des collets des deux varietes de haricots.

2 - Appareil photo

Il a permis de ressortir une vue des differents blocs experimentaux au 30 ®e JAS ( voir en annexe 5 )

3 - Munsell soil color charts

L'evaluation de la couleur des grains du haricot s'est faite a l'aide de ce manuel


·
·
·
·
·
· 4 - Balance electronique ( 100 erne prês )

Les rendements obtenus en fonction des traitements ont ete quantifies a l'aide d'une balance electronique três sensible.

5 - Etuve

Cet appareil a ete utilise pour secher les graines afin d'evaluer les rendements au taux de 10% d'humidite.

II . 1. 4 Engrais simples utilises

Nous avons utilise les engrais ci dessous. - Uree ( 46 % N )

- Super phosphate triple ( 46 % P2 05 )
- Sulfate de potasse ( 48% K2 0 )

II - 2 : Dispositif experimental et traitements

L'essai a ete conduit sur un dispositif en blocs randomises. C'est un essai factoriel avec 4 facteurs (N,P,K) et varietes comportant les niveaux ci - dessous.

AZOTE

1 - 0kg N/ha

2 - 30kg N/ha 3 - 60kg N/ha

PHOSPHORE

1 - 0kg P2 05/ha

2 - 60kg P2 05/ha 3 - 120kg P2 05/ha

POTASSIUM

1 - 0kg K2 0/ha

2 - 100kg k20/ha

VARIETES DE HARICOT

1 - Meringue (Petit Rouge)

2 - Panmekou (Gros Rouge)

Les trois facteurs (NPK) ayant chacun des niveaux precis, plus les deux varietes nous donnent pour une seule repetition 36 traitements et pour les 3 blocs, 108 unites experimentales. En raison des contraintes pratiques de superficie, l'essai a ete conduit sur 72 parcelles soit un factoriel 2/3. Les differents traitements par variete sont :

TO : 0 - 0 - 0

T9 : 30 - 0 - 100

T1 : 0 - 60 - 0

T10 :

30

- 60 - 100

T2 : 0 - 120 - 0

T11 :

30

- 120 - 100

T3 : 0 - 0 - 100

T12 :

60

- 0 - 0

T4 : 0 - 60 - 100

T13 :

60

- 60 - 0

T5 : 0 - 120 - 100

T14 :

60

- 120 - 0

T6 : 30 - 0 - 0

T15 :

60

- 0 - 100

T7 : 30 - 60 - 0

T16 :

60

- 60 - 100

T8 : 30 - 120 - 0

T17 :

60

- 120 - 100

Les 18 traitements sont affectes d'une maniere aleatoire dans les blocs constitues

II .2 . 1 . : Aire echantillonnage

L'aire dchantillormage s'est faite sur toutes les parcelles. On exclue les lignes de bordure dans le sens de la longueur et de la largeur, de maniere a obtenir une surface de 4.32 m2. On a alors 54 plants pour 6 lignes de semis comme l'indique le Schema ci -dessous. Ceci a ete fait au 76eme JAS.

U

U

U

U

U

U

U

U

U

U

U

U

U

U

U

U

U

0.32 m

U

U

U

U

0.40 m cL7) t`,7

0.20 m

0.25 m

U

U

2.2

3.2m

Aire Echantillonnage

II . 2 . 2 : Recolte

La recolte s'est effectuee au 76eme JAS. Le degoussage s'est fait avec precaution afro d'eviter les pertes des graines. Les quantites de graines de haricots (Q) ont ete pesees apres degoussage en gramme pour chaque parcelle echantillonnee. Une quantite de 50 grammes par traitement a ete prelevee et sechee a 40°C pendant 4 jours et 70°C successivement 2 jours apres ; la formule ci - dessous a permis de trouver le poids par traitement du haricot au taux de 10% d'humidite.

[ 1-17t
K=

K constante (1.11)

X = taux d'humidite actuel (apres sechage a 70°C) X = 0 t taux d'humidite voulue (10%)

Le poids du haricot a 10% en kg/ha est egal :

Q xqx K

PH (10%) = -- -- X 10

50

1

PH (10%) = poids du haricot a 10% en kg/ha

Q = quantite du haricot pesee pour chaque aire echantillonnee en grammes

q = poids du haricot obtenue apres sechage successif de 50g de haricot preleve s = aire echantillonnee (4.32 m2)

50 = poids du haricot en gramme preleve avant sechage au four.

II . 2 . 3 : Quelques problemes rencontres

Aucun traitement phytosanitaire n'a eu lieu suite a la faible attaque des taches foliaires causees par Isariopris griseola (attaque surtout les feuilles inferieures de la plante ). Le champ n'etant pas clOturd les chevres se sont attaquees au petit rouge et on a aussi note le passage d'un vent extremement violent qui a retourne les planter a la floraison.

II .3 Caracteristiques morphologiques des deux varietes mesurees

II . 3 . 1 Surface foliaire

A l'aide d'un papier millimetre ,nous avons represents l'ensemble des folioles des deux varietes et ensuite , trois canes d'un Cm cane ont ete &coupes afin de s'assurer de la densite du papier . La masse moyenne d'un Cm cane est egale a 0.006g et la masse des folioles de chacune des varietes est egale a :

Petit Rouge = 0.714g

Gros Rouge = 0.866g

La surface foliaire quant a elle est egale a la masse des folioles sur la masse moyenne d'un Cm cane du papier millimetre

11.3.2. Couleur des graines

La couleur des graines est beaucoup plus influencee par le degre de maturite des graines et la presence d'eau dans celles -ci . L'evaluation s'est faite d'abord a l'etat frais puis a Petat sec dans une etuve a 40°C pendant 4 jours puis a 70°C pour 2 jours

L' identification de la couleur s'est faite a l'aide d'un manuel appele le Munsell Soil Color Charts . Les valeurs sont notees dans le Tableau 5 .

11.3.3. Hauteur moyenne des plantes

A l'aide d'un metre ruban bien gradue , nous avons mesure la hauteur des plantes au 55eme JAS . 20 plants par parcelle ont ete choisis au hasard .

11.3.4. Longueur et diamêtre(gousse et graine ) et diamètre des collets

Ces parametres ont ete evalues a l'aide d'un pied a coulisse gradue au 106' pres.

II . 4 : Methodes

II. 4. 1 : Analyse statistique des donnies

L'analyse statistique se fera d'abord au niveau de l'espece ( les deux varietes confondues ) puis au niveau des deux varietes scion le logiciel SAS . Il s'agira de faire une analyse de variance pour les variables ( blocs, traitements, varietes ) et leur interaction a 5% et ensuite voir si les rendements sont statistiquement differents ou pas en fonction des traitements et les classer par ordre de grandeur decroissante .Les rendements ayant les memes lettres ne seront pas statistiquement differents

En outre , etant conummement admis par plusieurs auteurs que la potasse peut ne pas avoir d'effet sur la culture du haricot , une comparaison des moyennes avec potasse et sans potasse nous permettra d'etablir l'effet de cet element au niveau de l'espece et au niveau de chacune des varietes

II . 4 . 2 : Analyse de rentabilite de la production

Cette analyse se fera pour l'espece et des deux varietes afin d'evaluer rapport des formulations d'engrais et surtout celles qui sont dconomiquement rentables . Les prix des trois facteurs (NPK ) sont indiques dans le tableau ci-dessous

Résultats et conclusions

L'analyse descriptive nous permet de constater que toutes les earacteristiques morphologiques des deux variet& sont differentes a l'exception du cycle et la couleur Al est a noter que les valeurs du Gros Rouge sont plus importantes que celles du Petit Rouge cornme l'indique le tableau ci - dessous .

Tableau 5 : Principales caracteristiques morphologiques des deux varlet& de haricot.

Caracteristiques Morphologiques

Meringue
(Petit Rouge)

Panmekou
(Gros Rouge)

Surface foliaire (cm2)

118.85

144.33

Longueur moyenne d'une gousse(cm)

10

12

Diametre moyenne d'une gousse (cm)

1.00

1.15

Forme des gousses

Rectiligne ou #177; arquees

Rectiligne ou #177; arquees

Diametre moyen du collet (mm)

4.3

5.9

Hauteur moyenne de la plante (cm)

70

30

Longueur moyenne dune graine(mm)

9.37

15.87

Diametre moyen d'une graine (mm)

5.75

7.58

Couleur des graines

Rouge

Rouge

( Munsell Soil color charts )

(7.55R - 3.5/6)

(7.5R - 3.4/4)

Port

Volubile

Nain

Cycle (Jours)

76

76

III. 1 Analyse Statistique Globale des Variables ayant intervenu pendant l'essai L'analyse est faite globalement pour les deux varietes en tenant compte des deux campagnes. Les resultats de cette analyse sont consign& dans le tableau ci - dessous.

Tableau 6 : Resultat synthetique de l'analyse de variance des variables intervenues pendant l'essai

Sources

Degre de
liberte

Somme des
carres d'ecarts

Carres Moyens

t observe

t theorique
1
5%

Bloc

2

21886.292

10943.146

0.51

0.6048

Traitement

17

1916623.563

112742.562

5,21

0.0001

Varidte

1

377303.063

377303.063

17.45

0.0001

Bloc* Varietd*

45

1675979.021

37243.978

1.72

0.0176

Traitement

 
 
 
 
 

INTERPRETATION : Il decoule du Tableau ci - dessus que les blocs ne sont pas significatifs a 5%, au contraire des traitements, varidtds et de l'interaction bloc* variet6

traitement qui le sont. Le bloc ne saurait donc constituer un factual- de variation. En consequence, it ne sera pas pris en compte dans la suite des analyses statistiques.

Bien qu'ayant pour des raisons de coat, analyse un seul echantillon de sol par bloc; les resultats physico - chimiques obtenus (voir annexe 6) montrent une aptitude moyenne de chaque bloc pour la culture du haricot

III . 2 : Analyse hie a l'espece

III . 2. 1 : Traitements et varietes dans les deux campagnes d'essai

Les formulations d'engrais utilisees et les deux varietes de haricot semes Tors des deux campagnes nous permettent d'obtenir l'analyse de variance consignee dans le Tableau ci - dessous.

Tableau 7 : Resultat synthetique de l'analyse de variance de l'effet des traitements, varietes pour les deux campagnes.

Sources

Degre de Liberte

Somme des carres
des starts

Carr& moyens

t observe

t theorique
5%

Traitement

17

1916623.563

112742.562

4.54

0.0001

Variete

1

377303.063

37730.063

15.19

0.0002

Traitement

17

701091.562

41240.680

1.66

0.0618

* Variete

 
 
 
 
 

INTERPRETATION :11 ressort du Tableau 7 que les traitements appliqués pendant les deux campagnes sont hautement significatif a 5% ; de méme pour les deux varietes utilisees. Mais l'interaction traitement * varietes ne l'est pas. Peut - elle presager une reponse similaire des deux varietes vis a vis des fumures appliquees ?

III . 2 . 2 : Comparaison statistique des moyennes de traitements

pour l'espice haricot

La reponse aux engrais des deux varietes confondues sur les deux campagnes est indiquee dans le Tableau. 8.

Tableau 8 : Comparaison statistique des moyennes de traitements de respice pendant les deux campagnes.

Traitements (NPK) (kg/ha)

Rendements moyens (kg/ha)

T16 : 60 - 60 - 100

955.87a

T11 : 30 - 120 - 100

858.37 ab

T17 : 60 - 120 - 100

854.25ab

T10 : 30 - 60 - 100

745.37bc

T14 : 60 - 120 - 0

728.75bcd

T5 : 0 - 120 - 100

704.37 bode

T12 : 60 - 0 - 0

692.87 bcdef

T9 : 30 - 0 - 100

660.25 cdef

T4 : 0 - 60 - 100

656.62 cdef

T13 : 60 - 60 - 0

655.75 cdef

T15 : 60 - 0 - 100

648.50 cdef

T8 : 30 - 120 - 0

645.37 cdef

T7: 30 - 60 - 0

621.00 cdef

T1 : 0 - 60 - 0

594.78 cdef

T2 : 0 - 120 - 0

590.75 cdef

T3 : 0 - 0 - 100

549.37 def

T6 : 30 - 0 - 0

521.50 ef

TO : 0 - 0 - 0

508.50f

INTERPRETATION : De ce Tableau , it ressort qu'il y a des groupes de traitements qui se ressemblent statistiquement . On pourrait donc arriver a un certain niveau de rendement en utilisant differentes formulations . Cependant , celles qui donnent le rendement optimum se limitent a trois a savoir :

T16 : 60-60-100 T11 : 30-120-100

T17 : 60-120-100

Ces trois formulations , bien que donnant les memes rendements statistiquement , ont une valeur monetaire differente . A ce titre , le traitement T17 ( 60-120-100 ) serait immediatement elimine par rapport a T11 , le premier consommant plus d'azote que le second pour le meme rendement . De facon absolue , le traitement T16 est le meilleur et son rendement est comparable a celui de certain varietds locales decrites par salez ( 1986) . Bien que d'un potentiel productifbas par rapport aux varietes ameliorees ( 1,5 Tonne / ha ) a l'exception de l'azote , la demande en phosphore et en potasse tombe bien dans les limites prescrites par sys et al ( 1993 ) . La demande plus elevee en azote

souttendrait probablement une mauvaise fixation de l'azote symbiotique par ces varietes locales.

111.2.3 : Effet du potassium sur l'espece

C'est un element qui peut etre important pour la culture du haricot. Peut - it en Etre _ indispensable sur KANDIUDOX ? Les analyses ci-dessous nous donnent probablement
une reponse.

Tableau 9 : resultat synthetique de l'effet du potassium sur Pespece pendant

_

les deux campagnes.

Sources

degre de
fiber*

Somme des
carres des
&arts

Carres moyens

t observe

t theorique
(5%)

Varidte

1

359235.5163

359235.5163

10.55

0.0015

Potassium

1

547753.5163

547753.5163

16.08

0.0001

Variete * potassium

1

44615.1354

44615.1354

1.31

0.2544

INTERPRETATION : Il ressort de ce Tableau que ces varietes et la potasse sont hautement significatifs a 5 % mais l'interaction variete * potassium ne l'est pas. L'apport de la potasse dans le cas s'avere ndcessaire pour la production de haricot. Le Tableau 10 ressort cet effet par la comparaison de la moyenne des rendements des traitements ayant recu la potasse de ceux exemptes.

Tableau 10 : Comparaison statistique des moyennes de l'effet du potassium sur Pespice pendant les deux campagnes.

Niveaux ( Kg/ha )

Rendements moyens (Kg/ha )

100
0

737.00 a 612.77 b

INTERPRETATION : II ressort de ce tableau que, ces moyennes sont statistiquement differentes. Plus interessant serait la comparaison entreTl6 qui donne le

meilleur rendement et T13 qui est un T16 ( sans potasse) . ces rendements de ces deux traitements sont statistiquement diffèrents. On conclurait donc que l'ajout de 100 Kg/ha de K20 augmente significativement le rendement pour les deux varietes confondues. l'analyse economique nous donnera des indications sur l'aspect pratique de l'utilisation de la potasse.

111.3 : Analyses likes aux varietes

111.3.1 : Petit Rouge ( variete I )

111.3.1.1 : Effet des traitements

Cet effet nous donnera des indications sur le comportement, de cette variete vis a vis de l'apport d'engrais. Est-ce comportement peut-étre different de celui de l'espêce haricot ( les deux varietes confondues ) .

Tableau 11 : Resultat synthetique de Panalyse de variance de l'effet des traitements sur le Petit Rouge pendant les deux campagnes .

sources

degre de liberte

somme des carres des &arts

carres moyens

t observe

t theorique ( 5% )

traitement erreur

Total

17 54 71

13574.125 1381403.750 2738877.875

798851.419 25581.551

3.12

0.0007

INTERPRETATION : L'effet des traitements s'avêre hautement significatif pour les deux campagnes de culture au niveau du petit rouge .

111.3.1.2 : Comparaison statistique des moyennes des traitements sur le Petit Rouge

L'objectif ici est de voir le comportement de la varietd 1 vis a vis des traitements . Ce dernier se trouve résumé dans le Tableau 12

Tableau 12 : Comparaison statistiques des moyennes des traitements sur le Petit Rouge pendant les deux campagnes .

Traitements NPK ( Kg/ha )

Rendements ( Kg / ha )

T16 : 60-60-100

992.7a

T17 : 60-120-100

894.0 ab

T10 : 30-60-100

891.2 ab

T15 : 60-0-100

873.2 ab

T11 :30-120-100

872.2 ab

T13 : 60-60-0

811.5 abc

T5 : 0-120-100

770.7 abcd

T9 : 30-0-100

764.5 abcd

T14 : 60-120-0

747.7 abcd

T8 : 30-120-0

728.0 abcd

T12 : 60-0-0

683.0bcd

T4 : 0-60-100

661.5bcd

T2 : 0-120-0

641.7bcd

T1 : 0-60-0

583.2cd

T6 : 30-0-0

561.0cd

TO : 0-0-0

558.5cd

T7: 30-60-0

543.2cd

T3 : 0-0-100

535.5cd

INTERPRETATION : Comme pour le cas de l'espece , it y a des groupes de traitements qui donnent les meilleurs rendements . Mais T16 est la formulation qui donne le rendement le plus dleve . Le second contrairement a l'espece est le T15 ( 60-0- 100 ) par rapport a la demande en unites fertilisantes

111.3.1.3 : Effet du potassium sur le petit rouge

Tout comme pour l'espêce , on se demande si l'apport de la potasse a cette variete a un effet benefique

Tableau 13 : Resultat synthetique de l'analyse de variance de l'effet du potassium sur le Petit Rouge pendant les deux campagnes .

sources

degre de
liberte

somme des
carres des
starts

carres moyens

t observe

t theorique
( 5% )

Traitement Erreur

Total

1

68

69

467535.2628 2263225.0801 2730760.3429

467535.268 33282.7218

14.05

0.0004

INTERPRETATION : De ce Tableau , it ressort que , l'effet de la potasse est hautement significatif sur la variete pour les deux campagnes . Dans l'ensemble , on constate que le rendement des moyennes des traitements qui ont recus de la potasse est statistiquement different des traitements qui n'ont pas recus , ( voir Tableau 14) bien qu'il n' y ait pas une difference statistique entre T13 et T16 ..

Tableau 14 : Comparaison statistique des moyennes des traitements de potasse sur le Petit Rouge pendant les deux campagnes

Niveaux ( ICg/ha )

Rendements moyens ( Kg/ha )

100
0

806.19 a 642.68 b

111.3.2 : Gros Rouge (Variete 2 )

111.3.2.1 : Effet des traitements

Il s'agira dans ce qui va suivre , de voir si les traitements ont eu un effet significatif sur cette variete Cet effet se trouve dans le tableau 15 .

Tableau 15 : Resultat synthetique de l'analyse de variance de l'effet des traitements sur le Gros Rouge pendant les deux campagnes

sources

.degre de
liberte

somme des
caries des
&arts

carres moyens

t observe

t theorique
( 5% )

Traitement Erreur

Total

17 54 71

1260241.000 1302009.000 252250.000

74131.824 24111.278

3.07

0.0009

INTERPRETATION : Il ressort de ce Tableau que les traitements sont hautement significatif pendant les deux campagnes . Quelle sera la reponse de cette variete aux traitements appliqués ?

111.3.2.2 : Comparaison statistique des moyennes traitements sur le Gros Rouge Les rendements ci-dessous vont nous permettre d'evaluer le Gros Rouge visa vis des differentes formulations .

Tableau 16 : Comparaison statistique des moyennes des traitements sur le Gros Rouge pendant les deux campagnes

Traitements NPK ( ICg/ha )

Rendements ( Kg / ha )

T16 : 60-60-100

919a

T11 : 30-120-100

844 ab

T17 : 60-120-100

814 abc

T14 : 60-120-0

709.7 abcd

T12 : 60-0-0

702.7 abcd

T7 : 30-60-0

698.7 abcd

T4 : 0-60-100

651.7 bcde

T5 : 0-120-100

638.0 bcde

T1 : 0-60-0

606.5 bcde

T10 : 30-60-100

599.5 bcde

T3 : 0-0-100

563.2 cde

T8 : 30-120-0

562.7 cde

T9 : 30-0-100

556.0 cde

T2 : 0-120-0

539.7 de

T13 : 60-60-0

500.0 de

T6 : 30-0-0

482.0 de

TO: 0-0-0

458.5 de

T15 : 60-0-100

423.8 e

INTERPRETATION : Tout comme l'espece , ou variete I , it y a des groupes de traitements qui donnent les memes rendements . Les deux meilleurs rendements sont donnes par T16 et T 11 . De facon absolue , le premier est meilleur . Comparativement au Petit Rouge , cette variete semble repondre plus a rapport unique d'azote par rapport au Petit Rouge . En effet , on constate une augmentation du rendement par rapport au temoin de plus de 50% du a rapport de 60 unites d'azote , ce qui rejoint les observations de autfray ( 1987 ) qui demontrait qu'un apport de 50 unites d'azote par hectare augmentait plus de 50% le rendement . Ce resultat justifierait - it le pourcentage (57%) d' agriculteurs qui utilisent l'uree uniquement pour la production du haricot ?

III . 3 .2.3 : Effet du potassium sur le Gros Rouge

Par rapport au Petit Rouge , les preferences pour le potassium peuvent - elles s'averer les manes ?

Tableau 17 : Resultat synthetique de l'analyse de variance de l'effet du potassium sur le Gros Rouge pendant les deux campagnes

sources

degre de
liberte

somme des
carres des
starts

carres moyens

t observe

t theorique
( 5% )

traitement erreur

Total

1

70

71

124833.3889 2437416.6111 2562250.0000

124833.3889 34820.2373

3.59

0.0624

INTERPRETATION :11 ressort du Tableau 17 que l'effet du potassium par rapport au Gros Rouge , n'est pas significatif a 5% . Ce comportement se trouve illustre par la moyenne des traitements qui ont recu la potasse par celle de ceux qui n'en ont pas recu ( Tableau 18) . Mais en tenant compte du traitement qui donne le rendement le plus eleve par rapport a son homologue sans potasse ( T13 ) , la difference en rendement s'avere etre significative et pourrait justifier l'utilisation de la potasse pour cette culture .

Tableau 18 : Comparaison statistique des moyennes des traitements de potasse sur le Gros Rouge pendant les deux campagnes

Niveaux ( ICg/ha )

Rendements moyens ( Kg/ha )

100
0

667.81 a 584.53 a

111.4 : Comparaison de la productivite des deux varlet&

Cette comparaison se fera au niveau de la moyenne des traitements et au niveau des rendements par traitements

Au niveau de la moyenne des traitements , it apparait que la production moyenne de la variete 1 qui est de 728.57kg /ha est statistiquement different de la variete 2 qui est de 626.17kg/ha . Ce qui veut dire en moyenne que le Petit Rouge est plus productive que le Gros Rouge de 16% . Mais les donnees detaillees des traitements montrent une augmentation du rendement du Petit Rouge de 0 a 48,5% en fonction de la formulation des engrais .

111.5 : Ebauche de rentabiliti pour la production du haricot commun local

Quelle ( s) formulation (s ) minerale ( s ) seraient rentables pour la culture du haricot commun local sur un oxisol dans la province de 1'Ouest Cameroun ? Les elements de reponse sont donnes par les annexes 7, 8 et 9 .

Pour le cas de l'espece haricot (les deux varietes confondues ) , on note une rentabilite importante de deux traitements : T16 ( 19 %) et T12 ( 33 %) et une tres gamme de formulations d'engrais pas rentables .

L'analyse au niveau des deux varietes confondues montre que l'utilisation d'une dose adequate ( 60 kg d'azote / ha ) donne une rentabilite plus importante mais cette formulation ne saurait donner le meme rendement a long terme a cause de l'epuisement potentiel du phosphore et de la potasse . Par rapport aux objectifs de production du paysan ( vente ; auto - consommation ; dons ) le traitement T16 ( 60-60-100 ) semble le meilleur .

On constate aussi que dans la rentabilite de la formulation , it existe une influence de la variete . En dehors du traitement T16 qui reagit de fawn, comparable pour les deux variete , le traitement T13 ( 60-60-0 ) et T15 (60-0-100) sont rentables pour le Petit Rouge au contraire du Gros Rouge . De meme , les traitements T12 (60-0-0 ) et T7 (30- 60-0 ) sont rentables pour le Gros Rouge et non pour le Petit Rouge .

Si l'on considere le traitement qui donne le rendement le plus eleve tout en etant rentable , le traitement T16 serait la meilleure formulation . Pour ce dernier , les trois elements prirnaires sont dans un rapport de 3-3-5 , ce qui veut dire que l'utilisation du 2010-10 par les paysan ( 38% dans la Menoua ) ne serait pas adapte car les elements primaires etant dans un rapport de 2-1-1 .

D'apres le C. I . A . T . ( 1988 ) , les contraintes du haricot grain sont similaires au haricot vert . A ce titre , la formulation d'hydrochem cameroun (voix du paysan N° 65 )

dormant les proportions de 3-6-13 ne nous semble pas adapter sur oxisol pour la production du haricot . De méme , par rapport aux deux varietes , l'utilisation de la dose de 100kg de K20/ ha se justifie dconomiquement stir oxisol .

CONCLUSIO

Ce travail nous aura permis de constater que :

Les varietes locales peuvent étre cultivees avec les engrais mineraux de facon rentable .

---

Compte tenu des objectifs du paysan , la dose qui donne le rendement le plus eleve serait le traitement T16 ( 60-60-100 ) , ce dernier ne faisant pas la culture du haricot exclusivement pour la vente mais aussi pour l'autoconsommation et dons .

_ En outre , nous constatons aussi que , la formulation la plus rentable ne donne pas
forcement le rendement le plus eleve et inversement ,i1 apparait aussi que la variete la plus productive n'est pas la plus rentable par rapport a l'utilisation des engrais.

Le sol etant chimiquement pauvre , l'usage de la potasse se justifie dans la

production du haricot, resultat en parfait accord aux observations de reinhardt et al ( 1978 ) sur oxisol .

BIBLIOGRAPH

1 - ADAMS , N W , ( 1 984) : Beans - cowpeas production constraints and

national programs . Beans / Cowpeas collaborative research support programs . Michigan state University . 68 pp .

2 - ADAMS , N . W . , COYNE , D . P . , DAVIS , j H. C , GRAHAIVI , P. M. and FRANCIS , C. A. ( 1985) : Commun bean ( Phaseolus vulgaris . L ) in summerfield , R . J . and ROBERTS , E.H . ( ed ) grain legume crop , collins , London . 433-476 PP .

3 - AUTFRAY , P . ( 1987) : Haricot commun ( Phaseolus vulgaris ) resultats de recherches avec une reference particuliere a l'ouest - Cameroun IRAD - Dschang

4-CIAT,( 1987) : Morphologique de la plante du haricot commun ( Phaseolus vulgaris L) ; cahier d'etude servant de complement a l'unite audiotutorielle sur le meme sujet . Centro Internacional de Agricultura Tropical . cali , colombie . 64 PP

5 - C I A T ,( 1988) : Annual report 1988 bean production , working document n°39 . Cali , Colombia .

6 - C T I F L , ( 1982) : Fertilisation des cultures legumineuses . 191-192 PP .

7 - DUCRET , G . , GRANGERET , I . , ( 1986) : Quelques aspects des systemes de cultures en pays Bamileke . Dschang - CUDS , 33P .

8 - EL- BEHEIDI , M . ( 1980 ) The effet of nitrogen status and bacteria innoculation on the yield of bean ( Phaseolus vulgaris L . ) in LOPEZ , S . J . ( 1983 )

bibliography on bean research in Africa . CIAT , cali colombia .

9 - EL-LEBOUDI , A . , MAKSOUD , A . and MIDAN , A . ( 1976 ) : A note on the interaction between nitrogen and phosphorus for snap bean plants CIAT , cali ,colombia . 16P.

10 - FOY , C . D . , FLEMING , A . L . and GERLOFF , G C ( 1972) : Differential aluminium tolerance in two snap bean varietes . Agron . J . 64 : 815818 PP.

11 - FOTSING , J . M . , ( 1992) : En marge de L'uccao ; les associations des non cafeiculteurs de la province de 1'Ouest du Cameroun . Les cahiers de la recherche de developpement . 41-48 PP .

12- GRAHAM , P . H . , ROSAS , J C ( 1979 ) : Phosphorus fertilisation and symbiotic nitrogen fixation in commun bean , cited in .

13 - HILL , D . S . (1983 ) : Agricultural insect pests of the tropics and their control . 2nd ed oxfort London and Northampton . 74 PP .

14 - HOWELER , R . H . ( 1980) : Nutritional disorders in schwartz , GALVEZ , H . F . Bean production problems . CIAT , cali , colombia . 124-220 PP .

15 - HOWARD , F . , SCHWARTZ , GUILLER/V10 , E . , GALVEZ . ( 1980) : Bean production problems ( Disease , insect , soil and climatic contraints of Phaseolus vulgaris . 332-402 PP .

16 - IRAF ( 1979) : Centre des cultures vivrieres et fruitiêres . Convention n° 134 / GG/ BE / 75 / 76 situation au 31 mars .

17 - LA VOIX du PAYSAN( 1997) : Bulletin de n°65 de juin 1997

18 - LA VOIX DU PAYSAN (1998) : Receuil de fiches Techniques pour l'entrepreneur Rural . Document edite avec l'appui de la GTZ PP. 233

19 - LYNCH , J . , LANCHLI , A . and EPTE1NNE , E . ( 1991) : Vegetative growth of the common bean in response to phosphorus nutrition. Crop science, vol 31 , nber2 , March-April Madison , USA .

20 - MACKAY , D . C , LEEFE , J . S . ( 1962) : Optimum leaf levels of nitrogen , phosphorus and potassium in sweet corn and snap bean . Canadian I . Plant sci 42 : 238-246 PP .

21 - MAS , Y . ( 1983) : World vegetation . Principles , production and nutritives values.

22 - PERSOONS , E . , EL-HASSANI . ( 1995) : Bases physiologiques et agronomiques de la production vegetale . 392-396 PP .

23 - PICHOT , J . , NICOLE SIBELET. , LACOEUILLE , J . J. ( 1995 ) : Fertilite du milieu et strategique paysannes sous les tropiques humides. 390-394 PP .

24 - PHPO , ( 1981) : Enquete de base sur la zone du projet des haut plateaux de l'Ouest . Ministère de l'Agriculture ; UCCAO ; Baffoussam . 222 PP .

25 - PURSEGLOVE , J . W . ( 1984) : Tropical crops dicotyledons . 304-309 PP .

26 - REINHARDT , H . , HOWELER ( 1978) : Field problems of beans in latin America . CIAT . 104-133 PP .

27 - SALEZ , P . , ( 1986) : Selection varietale et amelioration des techniques culturales du haricot ( Phaseolus vulgaris ) en cultures pure et associee IRAD - DSCHANG . 2 PP .

28 - SYS , JR . S . , VAN RANST , E . , DEBAVEYE , I . R . J . , BEERNAERT , F . ( 1993) : Land evaluation ( Crops requirements ) part III , Agricultural publications , n °7 .G.A.D.C. Boussels , 28-31 PP .

29 - VALET , S . , ( 1985 ) : Notice explicative des cartes du climat , des paysages agrogeologiques et propositions d'aptitude a la mise en valeur des paysages agro-geologiques de l'Ouest - Cameroun au 1/200.000. Montpellier France , CIRAD- TRAT , 118 PP .

30 - VAN RANST , E . ( 1987) : Introduction a la pedologie des regions tropicales ( cours polycopid , Centr Universitaire de DSCHANG . 123 P .

31 - WALSH , T . , GOLDEN , J . D . ( 1952) : The boron status of Irish soil in relation to occurrence of boron deficiency in some crops in acid and alka line soils . Int . Cong . Soil . Sci . Trans . 5th . Comm IV . Leopold ville , Bel . Congo-Zaire II : 167-171 PP .

ANNEXE I :

Frequence des principales legumineuses par departement de l'Ouest pour les deux
compagne agricoles.

Departements

Premier Cycle

Second Cycle

Haricot

Arachide

Haricot

MIFI

26,8%

25%

85,1%

MENOUA

49,8%

29,2%

67,1%

BAMBOUTOS

37,5%

24,9%

75,7%

NOUN

2,7%

26,1%

64,4%

NDE et HAUT-NKAM

35,9%

30,3%

75%

ANNEXE II:

Resultats d'enquites menees sur le haricot commun dans le marche de Dschang.
Periode du 15 Mai, 10 Juillet et 6 Aolit 1998
Echantillon ---- 30

SEXES

Nombre de mains d'engrais

Princi I ales

Femmes = 63% Hommes = 37%

utilisees/m2

associations des

3 mains = 45 %

4 mains = 30 %

2 mains = 15 % 5 mains = 10 %

1 main moyenne ( urde )

29,227 #177; 0,154 g

1 main moyenne (20-10-10) 33,712 #177; 0,358 g

cultures

Premier cycle Haricot

Mais 63 %
Pomme d terre Haricot

Arachide 15 %
Mais

Macabo Haricot

Mais 15 %
Choux

patate

Haricot

Mats 7 %

Soja

Taro

Deuxieme Cycle Haricot = 100 %

AGES

0 - 25 = 27 % 25-50=57% > 50 = 16 %

Principales legumineuses

rencontrees

Haricot = 50 % Arachide = 31 % Soja = 19 %

Periode d'epandage

des engrais

Objectifs de la production

2 semaines aprês semis = 65 % Pendant les semis = 23 %

3 semaines aprês semis = 12 %

Vente = 47 %

Auto consommation = 42% DONS = 11 %

Origine des semences

Types de haricot les plus vendus

Meringue rouge = 28 % Panmekou = 25 %

Haricot blanc = 21 % G.L.P. = 16 %

Meringue noir = 10 %

Aprês recolte = 73 % Achat = 20 %

DONS = 7 %

Utilisation d'engrais

Types d'haricot avec gain Meringue rouge = 36 % Panmekou = 28 %

Haricot blanc = 13 % G.L.P. = 12 %

Meringue noir = 11 %

Nombre de vendeur

Ur& = 57 %

20 - 10 - 10 = 38 % Fiente de poule = 5 %

de haricot

Nombre de commercants = 156 Vendeurs de haricot = 90 ( 57 % )

Problêmes rencontres

Charancons = 64 % Jaunissement -- 36 %

Consommation des grains

Pile = 50 %

Cornchaff= 30 % Jazz = 20 %

ANNEXE III :
Description d'un profd

I - INFORMATIONS CONCERNANT LA STATION

· Numero du profil : 2

· Date de la description : 06 Avril 1990

· Auteurs : J. DEBAVEYE, A. BOUKONG

· Localisation : ville de Dschang, camp militaire sur la router reliant au carrefour a 5 voies du cote de la grande mission catholique ; profil voisin du collêge notre dame a 50 m de la route.

· Altitude : 1400 m

· Geomorphologie :

n Position topographique : pente rectiligne a 9 %

n Geomorphologie de la zone circonvoisine ; vallonnóe

n Microtopographie : culture en billons presente.

· Pente a l'emplacement du profil : pente moderees, 9 %

Utilisation du sol : presence de la vegetation

D'imperata cylindrica : presence de quelques fougêres.

· Climat: Camerounien d'altitude; la classe climatique de KOppen est de type A.

II - INFORMATIONS GENERALES CONCERNENT LE SOL

Roche - mere : basalte

Drainage : Classe 4 ; donc normal

Etat hydrique du sol : Profil sec jusqu'a 60 cm de profondeur et frais au dela Profondeur de la nappe phreatique : inconnue

Presence de cailloux en surface : classe 0 ; donc três peu pierreux Presence d'affleurement rocheux :classe 0 ; donc non rocheux

Manifestation d'erosion : Pas visible, mais erosion en nappe a suspecter. Influence humaine : terrain laboure en billons perpendiculaire aux courbes de niveau.

III - DESCRIPTION DES HORIZONS

- AP 0 - 31 cm

Rouge - brun fonce a tres fonce ( 2.5 YR 2/3 ) a l'etat humide, structure polyedrique subangulaire grossiere, faiblement developpees ; non collant, non plastique ,

tres friable a l'etat humide ; pas de revetements argileux ; tres poreux ; tres nombreuses racines moyennes, fines et tres fines ; limite distincte reguliere.

- BT1 31 - 60 cm

Rouge - brun foiled ( 2.5 YR 2/4) a l'etat humide; argile lourde ; structure polyedrique subangulaire grossiere, faiblement developpee ; peu collant, peu plastique ; revetements argileux tres minces et discontinus, sur les parois de canaux et d'agregats ; presence de pedotubules et de morceaux de charbon de bois ; activite biologique elevee ; poreux a tits poreux ; nombreuses racines fines ; limite distincte et reguliere.

- BT2 60 - 100 cm

Rouge - foncd ( 2 - 5 YR 3/6 ) a l'etat humide, argile lourde ; structure polyedrique subangulaire grossiere, faiblement developpee ; peu collant, peu plastique ; peu friable a l'etat humide ; revetements d'argile minces et en tdches sur la parois des canaux et des agregats ; activite termitiere jusqu'd 90 cm ; presence de podotubules ; poreux a tres poreux ; nombreuses racines fines et tres fines ; limite diffuse et reguliere.

BT3 100 - 150 cm

Rouge - brun foiled ( 2 . 5 YR 3/3 ) a l'etat humide, argile lourde ; structure polyddrique subangulaire tres grossiere, faiblement developpee ; peu collant, peu plastique, peu friable a l'etat humide ; revetement argileux minces et en tâches stir les faces des canaux et des agregats ; poreux ; peu de racines tres fines ; limite diffuse et reguliere.

BT4 150 - 200 cm

Rouge - fonce ( 2 . 5 YR 3/6 ) a Petat humide, argile lourde, structure polyedrique subangulaire tres grossiere, faiblement developpee, se debitant en unites angulaires de diametre 0.5 - 2 cm ; peu collant ; peu plastique minces et continus, sur les faces des canaux et des agregats ; poreux ; tres peu de racines tres fines.

Resultats D'analyses physico-chimique du profil

0 31 60 100 150

Horizons

AP

BT1

BT2

BT3

TEXTURE

% Sable

18

14

9

9

 

37

10

10

8

 

45

76

81

83

 

A

AL0

AU?)

AL0

PH

1120

5.90

6.22

6.18

6.18

 

4.80

5.12

5.43

5.67

% Carbone Organique

2.38

2.85

0.79

0.48

0/00N Total

1.68

-

-

-

C/N

14.2

-

-

-

Bases Echangeables meq./100 g

Ca ++

3.44

3.08

1.83

1.42

 
 

1.76

2.00

1.57

1.58

 
 

0.33

0.08

0.07

0.05

 

-

-

-

-

CEC ( mdq/100g )

20.0

12.8

11.2

7.2

POLSEN PPm

10.0

7.6

8.1

8.1

 

A = Argile

AL0 = Argile Lourde

Source : NZOGNIN ( 1990 )

ANNEXE IV: DISPOSITIF EXPERIMENTAL

BLOC I

 

BLOC II

 
 

BLOC

a

a

 

A

 

A

T17

T15

 

T8

T13

 
 

T2

T1

 
 
 
 
 
 

A

A

 

A

 

A

 

T9

A T4

0

T11

T15

 

T13

To

 
 

T12

T14

 
 
 
 
 
 

A

 

A

 

A

T10

 

TO

T8

 
 

T7

T6

 
 
 
 
 
 

0

 
 
 

O

T17

 

T2

T6

 

30m

T8

T12

 
 
 
 

0

T16

T9

0.75 m

a

T12

0_

T1

 
 

O

T13

O

T2

 
 
 
 

0

T3

T4

 

0

T14

 

O

T7

 
 
 

A T12

a
T14

 

A T16

 

A
T15

 
 
 
 

A

 

A

 

A

T7

T6

 

T11

T71

 
 

T9

T10

 
 
 
 
 
 

A

A

 

A

 

A

T2

T1

 

T3

T3

 
 

T4

T5

 

O

0 4

T14

m1

O

O

T13

O

O

T17

O

O

T15

O

O

T15

O

O

T16

O

T11

T10

T10

T9

T8

T6

O

TO

-4-4110- 2.2 m

O

T5

 

O

T3

 
 
 
 

O

T4

 

O

T5

 
 
 
 

-41111-01.-

7.10 m

0 = PANMEKOU ( Gros Rouge ) A = MERINGUE ( Petit Rouge ) T = Traitement

i?

ANNEXE V :

Vue adrienne des 3 blocs ( 306' JAS )

ANNEXE VI :
Reinhats d'analyse de claque bloc

echantillons Prof Code

Bloc 1

Bloc 2

Bloc 3

Texture ( % )

 
 
 

· sable

15.9

17.2

15.6

· Limon gros

4.4

7.6

7.6

· limon fin

13.0

13.4

12.4

· limon tot

17.4

21.0

20.0

· argile

66.7

61.8

64.4

 

classe

AL0

AL0

AL0

PH-eau

5.9

5.9

6.0

PH - Kcl

4.9

4.9

5.0

CO ( % )

3.30

3.70

2.96

MO(%)

5.7

6.4

5.1

N tot ( g/kg )

1.89

2.08

2.24

C/N

17.5

17.8

13.2

Cations achangeables

 
 
 

Ca2+ (maq/100 g)

3.92

4.08

5.04

Mg2+ (meq/100 g)

1.20

1.84

1.68

K+

0.61

0.59

0.71

Na +

0.04

0.04

0.04

Somme ( S )

 
 
 

H+ + AL 3+ ( AE )

3.77

6.55

7.47

AL 3+

-0.00

0.00

0.00

H+

 
 
 

CECE (S+AE )

0.00

0.00

0.00

S/CECE ( %)

5.77

6.55

7.47

CECE 7

100

100

100

( meq/100 g)

13.4

14.7

13.92

S/CECE7 ( % )

43

45

54

P - bray 2 ( PPN )

10.6

11.7

12.2

AL0 = Argile Lourde ( d'aprês VAN RANST ( 1987 ) citant la FAO

 

1

 

ANNEXE VIII:

EBAUCHE DE RENTABILITE DES ENGRAIS DANS LA PRODUCTION DU PETIT ROUGE

Traitements
(NPR) kg
/ Ha

coot / Ha FCFC ( 1 )

Transport
50kg
/
250FCFA (2)

Epandage
2500FCFA
/
Ha (3)

Ricohe
FCFA/ Ha
(4)

TOTAL Co&
1+2+3+4
FCFA

Rendements
Kg / Ha

Prix de revient
du haricot 360
FCFA/kg

Rentabilite
( % )

T16:60-60-100

106087

2304

25000

2171

135562

992.7

357372

+ 15

T17: 60-120-100

138696

2957

25000

1678

168331

894.0

321840

-28

T10: 30-60-100

943448

1978

25000

1664

972090

891.2

320832

-87

T15: 60-0-100

73478

1652

25000

1574

101704

873.2

314352

+ 11

T11:30-120.100

126957

2630

25000

1569

156156

872.2

313992

-27

T13:60.60.0

56087

1304

25000

1265

83656

811.5

292140

+ 9

T5: 0-120-100

115218

2304

25000

1061

143583

770.7

277452

-46

T9: 30-0-100

61739

1326

25000

1030

89095

764.5

275220

- 16

T14: 60-120-0

88696

1957

25000

946

116599

747.7

269172

- 41

T8:30.120.0

76957

1630

25000

848

104435

728.0

262080

-41

T12: 60-0-0

23478

652

25000

623

49753

683.3

245880

-10

T4: 0-60-100

82609

1652

25000

515

109776

661.5

238140

- 66

T2: 0-120-0

65218

1304

25000

416

91938

641.7

231012

- 67

Tl: 0-60-0

32609

652

25000

124

58385

583.2

209592

-84

T6:30-0-0

11739

326

25000

13

37078

561.0

201960

-97

TO: 0-0-0

0000

0000

0000

00

0000

558.5

201060

00

T7: 30-6070

44348

978

25000

77

, .249

543.2

165552

- 92

T3: 0-0-100

50000

4000

25000

39

75961

535.5

192780

- 96

ANNEXE IX:

EBAUCHE DE RENTABILITE DES ENGRAIS DANS LA PRODUCTION DE L'ESPECE GROS GRAIN

Traitements (NPK)
Kg/ha

cofit/Ila FCFA (1)

Transport 50kg /250 FCFA (2)

Epandage
25000F1
Ha
(3)

Recolte
FCFA/Ha
(4)

TOTAL edit
1+2+3+4
FCFA

Rendement
kg/Ha

Prix de Revient
du haricot
360FCFA/Kg

Rentabilite
(%)

T16:60-60-100

106087

2304

25 000

2303

135694

919.0

330840

+22

T11:30-120-100

12657

2630

25 000

1928

156515

844.0

330840

-11

T17: 60 -120.100

138696

2957

25 000

1778

168431

814.0

293040

-24

T14 :60 -120.0

88696

1957

25 000

1256

116909

709.7

255492

-23

T12 : 60 - 0 - 0

23478

652

25 000

1221

50351

702.7

252972

+75

T7:30-60-0

44348

978

25 000

1201

71527

698.7

251532

+21

T4:0-60-100

82609

1652

25 000

966

110227

651.7

234612

...37

T5 : 0 -120.100

115218

2304

25 000

898

143420

638.0

229680

-55

Ti : 0 - 60 - 0

32609

652

25 000

740

122066

606.5

218340

-56

T10 : 30 - 60 -100

94348

1978

25 000

705

122031

599.5

215820

-58

T3:0-0-100

5000

1000

25 000

524

76524

563.2

202752

-51

T8:30-120-0

76956

1631

25 000

521

104108

562,7

202572

-64

T9:30-0-100

61739

1327

25 000

488

88554

556.0

200160

-60

T2 : 0.120 - 0

65217

1304

25 000

406

91927

539,7

194292

-68

T13 : 60 - 60 - 0

56087

1304

25 000

208

85599

500.0

180000

-82

T6 : 30 - 0 - 0

11739

327

25 000

118

37184

482.0

173520

-77

T0:0-0-0

0000

0000

00 000

000

0000

458.5

165060

00

T15 : 60 - 0 -100

73478

1653

25 000

174

99957

423.8

152568

-112

Soutenons La Quadrature du Net !





Soutenons La Quadrature du Net !