pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

La microfinance rurale au Sénégal


par Babacar LO
Université Cheikh Anta Diop de Dakar - Maitrise es Sciences Economiques option Analyse et Politique Economiques 2007
Dans la categorie: Economie et Finance
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

PAGE DE GARDE

DEDICACES ET REMERCIMENTS

INTRODUCTION GENERALE

CHAPITRE I : Analyse des besoins de financement du monde rural

Section1 : Besoins de financement relatifs au poids du secteur rural dans l'économie nationale

1-1/ Financement de l'agriculture

1-2/ Le secteur rural : moteur de la croissance économique

Section2 : Besoins de financement relatifs à la faiblesse de l'épargne

2-1/ Financement des initiatives rurales

2-2/ L'éradication de la misère qui sévit dans les campagnes

Section3 : Besoins de financement relatifs aux structures à créer

3-1/ Des organismes de distribution du crédit et d'encadrement des ruraux

3-2/ Des organismes de recherches et de vulgarisation de la recherche

Conclusion

CHAPITRE II: Les institutions de micro finance intervenant en milieu rural

Section1 : Genèse des institutions de micro finance

1-1/ Les insuffisances du système bancaire traditionnel

1-2/ Genèse des institutions de micro finance

Section2 : Les réseaux

2-1/ Le premier type de réseau

2-2/ Le deuxième type de réseau

2-3/ D'autres réseaux émergents

2-4/ Avantages et inconvénient de la mise en réseau

Section3 : Les Mutuelles d'Epargne et de Crédit (MEC)

3-1/ Des MEC sur l'ensemble du territoire national

3-2/ La formation du personnel de ces MEC

Section4 : Les partenariats

4-1/ Partenariat financier

4-2/ Partenariat technique

4-3/ Partenariat institutionnel

Conclusion

CHAPITRE III : Etat des lieux de la microfinance en milieu rural

Section1 : Les contraintes au développement de la microfinance

1-1/ Faiblesse des densités de populations

1-2/ Les infrastructures absentes, insuffisantes ou défectueuses 1-3/ Faiblesse des revenus monétaires et leur précarité

1-4/Les risques de la finance agricole

1-5/Le crédit non remboursé

Section2 : Un bilan peu satisfaisant

2-1/Une microfinance détournée de ses objectifs premiers

2-2/Des succès sur le plan économique

2-3/Des succès sur le plan socioculturel

Conclusion

CONCLUSION GENERAL

ANNEXE : Répertoire des mutuelles d'épargne et de crédit

SIGLES ET ABREVIATIONS

BIBLIOGRAPHIE

****************

OPTION : ANALYSE ET POLITIQUE ECONOMIQUE

MÉMOIRE DE MAÎTRISE

LA MICROFINANCE RURALE AU SENEGAL

THÈME :

Présenté par :

Mr. Babacar LO

Année universitaire : 2007/2008

Sous la direction de :

Mr. Ababacar KEITA

DEDICACES ET REMERCIEMENTS

GLOIRE ET LOUANGE à ALLAH !

En conformité aux exigences de la reconnaissance, je tiens à remercier :

v Mr Ababacar Kéita, mon directeur de mémoire pour son concours très précieux, son dévouement sa disponibilité et ses conseils.

v Tous les enseignants, du primaire au supérieur, qui ont contribué à ma formation.

Je leur remercie pour leur générosité dans la transmission du savoir. Partout ou je me trouverai, je tacherai à faire valoir les connaissances et les vertus académiques acquises auprès de vous.

Qu'Allah vous comble de toutes grâces !

Ce travail est dédié :

· Spécialement à ma feue grande soeur SAFIETOU LO

Que la terre de Ndiarème vous soit légère ! Reposez en paix !!!

· A mes parents :

ü Ma très chère mère FATOU NDIAYE

ü Mon très cher père MALICK LO

ü Ma très chère tante AMINETOU FALL

Je vous remercie de l'affection dont vous m'avez toujours gratifié, de votre soutien moral, matériel et financier.

Que le tout miséricordieux vous bénisse et vous garde dans son amour !

· A mes grands frères :

ü Yankhoba Lo

ü Alioune Lo, ainsi que tous mes frères, soeurs, cousins, cousines :

(Marie, Fatou, Amineta, Oulimata, Abdoulaye, Assane, Moussa) LO, Absatou Ndiaye, Marame Diène, Binetou Kébé, Ameth Fall, Astou Sy, Lamine Diène, Bara Lo, aux petits (Mohamed, pape Malick, Binetou et Sokhna) Lo.

Qu'ils trouvent ici l'expression de mes sentiments distingués.

· A mon oncle Mbaye Diaw : Merci, infiniment pour les conseils, les orientations...

· Mention spéciale à la généreuse tante Marème Sambe

Merci pour toutes les bonnes oeuvres. Que la grâce d'Allah soit sur vous !

· A mes cousins et cousines : (Abdou Karim, Mami, Khady, Mame Fama, Adjiratou Arame) Diaw, Mbaye Fall, Marème Fall, Mami Mbao, Bineta Ndiaye.

· A toute la famille de feu pape Moussa Lo

· A tonton Baye Diaw, tonton Assane Ndiaye G, tantes (Oumou Gaye, Marame Nd, Arame Dia, Maimouna Diaw, Fatou Nd Diaw),

· A mon oncle et homonyme et toute la famille à Saint Louis

· A mon grand père Seyni Guèye Nd ainsi que toute la famille à Dagana,

Merci grand père, pour les conseils, les prières, les casse-croûtes d'avant midi...

Je ne vous serai jamais assez reconnaissant pour tout ce que vous avez fait pour moi.

· A tous mes amis d'enfance et ceux de l'ASC Diamano

· A tous mes amis étudiants : Moustapha Seye, Assane Dieng, Amadou Taye, Modou, Sandjiri, Abdou Aziz Sène, Lamine Nd, Lamine Nd, Abdourahman Sène, Lamine Diatta, Karim Diatta, Allassane Tall, Allassane Barro, Awa Djigo, Zatcha Koné, Lamine Bâ (UGB), Khady Dème, Ndaye Touré, Ibss, Mor Cis, Faye, Ibrahima Fall (UGB), Sekka, Mame Khady Combo, El Hadji Diop,.....

Merci pour votre hospitalité et votre compréhension durant tous ces temps passé ensemble

· A pape Alioune Fall Nd, oncle Assane Nd, Ami Diaw, Seynabou, Ousmane Nd, tante Oulimata Lo, Mané Sarr, Mbana Nd

INTRODUCTION GENERALE

La microfinance connaît dans le monde un développement sans précédent depuis le succès de la Gramen Bank, et nos pays ne sont pas en reste.

Par système de micro finance, il faut entendre un ensemble d'institutions dont la vocation essentielle est de fournir des services financiers aux populations de faibles revenus. La notion de micro finance recouvre également celle de financements alternatifs, c'est-à-dire ceux qui proposent une solution face à la rigidité des systèmes bancaires dans la création de micro entreprises.

Le financement du monde rural et plus spécifiquement, celui de la production agricole, à été dans les années 80, l'une des motivations principales de la recherche d'outils de financements alternatifs.

En effet, on assistait à cette époque à une remise en cause importante dans les pays en voie de développement et, plus généralement, celui de la puissance publique dans le système bancaire.

Les nombreuses faillites des banques publiques, dues à une faible efficacité organisationnelle et surtout au développement d'un portefeuille à haut risque ont conduit à une restructuration drastique du système bancaire.

La floraison récente de Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) au Sénégal (années 90) exprime la désarticulation entre d'une part, un système bancaire en surliquidités mais inaccessible à la majorité des populations du fait de ses conditionnalités et d'autre part, une forte demande sociale en financement mais réprimées. Ce constat se double de projections plus que pessimistes sur l'évolution de la pauvreté, puisqu'un rapport de la Direction de la Prévention et de la Statistique (DPS) note que « si les tendances clées de la croissance économique, de l'accroissement de la population et de l'équité dans l'affectation des services de base et du crédit ne s'infléchissent pas, la pauvreté touchera 60% de la population d'ici l'an 2015 ».Et si une détérioration des conditions de vie frappe un nombre croissant de personnes, elle ne frappe pas uniformément toutes les couches de la population. Des couches de plus en plus minoritaires mais parfaitement visibles, voient leur part du revenu total s'accroître au détriment de celle des autres, dans ce pays ou la majeur partie des pauvres sont des villageois. Cela permet de comprendre, l'ampleur de l'exode rurale et la situation économique de ces multiples marchands ambulants qui envahissent les rues de la capitale.

C'est dans ce cadre, avec parfois la motivation supplémentaire d'accompagner un programme local, ou sectoriel de développement agricole ou rural, dans sa dimension financière que les premières opérations de microfinance ont été mises en place.

L'émergence de la micro finance correspond donc à un changement conceptuel dans l'approche du financement en milieu défavorisé. D'ou l'objet de notre thème: La microfinance en milieu rural, au Sénégal.

Dans le cadre de ce mémoire, nous analyserons dans un premier chapitre les besoins de financement en milieu rural. Les institutions de micro finance intervenant en milieu rural feront l'objet du deuxième chapitre. En fin un état des lieux de la microfinance en milieu rural sera présenté dans un troisième chapitre.

CHAPITRE I : Analyse des besoins de financements du monde rural

INTRODUCTION :

Le développement du secteur rural constitue à l'heure actuelle un sujet de forte préoccupation au Sénégal, tant de la part des acteurs politiques, publics, de la société civile que de la part des partenaires au développement.

Ainsi, comme le montre l'analyse keynésienne à travers la théorie du multiplicateur, l'investissement est un élément clé de la croissance.

Et pour comprendre le choix du secteur rural, comme porte d'entrée pour le financement du développement du pays, il importe d'analyser les besoins de financement de ce secteur.

Cette analyse peut se faire selon trois approches :

-en prenant compte l'importance du secteur rural dans l'économie Sénégalaise

-en considérant la misère qui servie dans les campagnes

-en étudiant les besoins relatifs aux structures à mettre en place

Section1 : Besoins de financement relatifs aux poids du secteur rural dans l'économie nationale.

Le secteur rural Sénégalais, notamment dans sa composante agricole présentait, à la veille de l'indépendance, de graves déficiences et distorsions que les plans de développement qui se sont succédés de 1960 à 1986 n'ont pus résorber.

Ainsi, l'agriculture sénégalaise demeure encore aujourd'hui fortement déstructurée et peut productive malgré les multiples tentatives de modernisation qu'elle a connu et qui ont fait l'objet de mobilisation de gigantesques ressources financières.

Le coût élevé et l'efficacité relativement limitée des interventions directes de l'Etat dans le financement des activités rurales ont amené les pouvoirs publics sénégalais à opérer une rupture. Celle-ci c'est traduit par l'adoption d'orientation dans le cadre d'une nouvelle politique agricole initiée en 1984.

Plusieurs initiatives ont été prises par les différents acteurs pour mettre en place des systèmes de financement en réponse aux disfonctionnements des institutions centralisées et fortement subventionnées.

Ainsi, diverses institutions de type bancaire, mutualiste, et autres opérateurs de la microfinance concourent au financement des activités du monde rural.

Pour mieux appréhender la situation, on se propose d'étudier d'abord le financement de l'agriculture avec notamment l'expérience de la CNCAS et ensuite le poids déterminant du monde rural dans croissance économique.

1-1/ Financement de l'agriculture :

Source contributive déterminante dans la formation du PIB, l'agriculture joue également un rôle important dans les exportations.

Ainsi face aux problèmes de compétitivité des filières dans un marché mondial des produits agricoles, il s'avère nécessaire d'accorder à ce secteur une place de choix dans l'affectation des ressources financières.

Dans la sphère économique il est indéniable que les exploitations familiales ont des handicapes réels ; leurs activités présentent des risques spéciaux, le retard dans le processus d'accumulation est encore prononcé au niveau des producteurs ruraux. Il est donc nécessaire de consacrer à ce secteur et à ses acteurs la « protection institutionnelle » nécessaire.

L'évolution de la CNCAS permet de mesurer l'état d'avancement.

La CNCAS est crée par l'Etat du Sénégal en relation avec ses partenaires au développement avec comme mission principale la prise en charge du financement des activités rurales. Elle est devenue la première institution de financement du monde rural au Sénégal. Ses interventions embrassent tout les secteurs d'activités du primaire (agriculture, pêche, élevage, agroforesterie) et toutes les phrase (production, commercialisation, transformation). Elle dispose d'un réseau de 13 agences répartis sur l'ensemble du territoire national.

Dès sa création en1984, l'enjeu majeur fut de voir comment rentabiliser des services bancaires d'intermédiation dans un environnement ou la majorité des acteurs économiques est pauvre et donc plus préoccupée par la satisfaction des besoins de consommation que d'accumulation.

Cette précarité est aggravée par des risques naturels importants (déficits hydriques liés à la sécheresse, infestation,......).

En 1985, la CNCAS prit timidement ses marques dans un contexte ou les sociétés de développement constituaient les acteurs institutionnels dominants du marché financier rural.

En privilégiant les critères de sécurité et de potentialités économiques, la CNCAS s'est d'abord déployée dans trois pôles : zone des Niayes (horticulture), zone centre (bassin arachidier) et zone du fleuve barrage de sécurisation de production agricole du point de vue maîtrise de l'eau).

La CNCAS s'est d'avantage implantée dans la région du fleuve. Les résultats concluants enregistrés au cours des trois premières années (1988,1989 et 1990) avec des taux de remboursement se situant autour de 98% ont engendré une croissance rapide du portefeuille. Malheureusement, cette croissance mal maîtrisée fut le premier défi auquel la CNCAS à du faire face dans les années 1991/1993 par des efforts internes de gestion et d'organisation, la situation a été redressée. Par la suite, dans le cadre d'une dynamique d'assainissement, la CNCAS a considérablement réduit le montant de ses interventions. Les nouvelles options prises se sont traduites par un resserrement des concoures à la production agricole qui baissèrent de moitié en passant en moyenne de 8000 millions de FCFA par an à 4000 millions de FCFA en 1995/1996.

En 1997, suite à de longues négociations entre les différentes parties (MEF, MAE, Représentants des Producteurs, Autres partenaires du monde rural, CNCAS ), il a été convenu de mettre en place un dispositif de financement plus adapté aux réalités du monde rural en vue de la relance de la production agricole .Ce dispositif, assis sur des instruments de sécurisation et d allégement des conditions financières , a permis à la CNCAS d'accroître sensiblement ses encours au titre de production agricole( moyenne d environ 12 milliards de f CFA).

Elle a par ailleurs signée des conventions avec une quarantaine de projets et de structures intervenant dans le secteur rural pour la gestion de volets crédits dans divers domaines d'activités (productions végétales, productions animales, artisanats, services...).

Au fil des années, elle raffermi sa position grâce à l'accroissement de ses concours et à une stratégie volontaire de développement de son réseau .Son total bilan s'est régulièrement accru .Ses fonds propres se sont accrus à la faveur des fonds affectés .Tout cela le prédispose à jouer un rôle de premier plan dans le financement de l'exploitation agricole et familiale. Cependant, le choix de la CNCAS pour faire un état de lieu du financement de l'agriculture n'est pas une marginalisation de l'apport des autres acteurs intervenant dans le financement des activités des ruraux (cf. chapitre3).

1-2/Le secteur rural : moteur de la croissance économique

Au Sénégal et à l instar de beaucoup de pays d'Afrique, le secteur rural a constitué une priorité affirmée dans les différentes politiques économiques depuis les indépendances.

En effet un seul secteur présente des dimensions suffisantes pour pouvoir effectuer un effort substantiel.

Se prononcer pour un financement interne, c'est désigner le secteur agricole comme fournisseur d'épargne nécessaire. Et ce secteur occupe la quasi_totalité de la population active. La participation du secteur agricole au financement de la croissance est conforme à la logique d'un processus qui, en dehors de l'hypothèse de spécialisation internationale très accentuée, se réalise à travers la diversification de l'économie et la diminution de la place occupée par l'agriculture.

Prélever sur le secteur agricole pour créer les conditions propices à l'implantation d'autres activités constitue le premier moment d'une évolution destiné à mener une économie attardée de type agricole à une économie en voie de croissance soutenue. A la suite des moyens de financement, ce sont les hommes qui quitteront le secteur agricole pour s'adonner à de nouvelles occupations. Le transfert de l'épargne rurale, son affectation à d'autres domaines entament un moment qui s'effectuera nécessairement, quelle que soit l'origine du supplément d'épargne rassemblé.

L'un des avantages du financement d'origine interne est d'insérer dès la phase initiale l'ensemble de la population dans le processus de développement économique et d'éviter la formation d'un dualisme trop prononcé.

La contribution du secteur agricole au produit national est prépondérante. Sa place dans les exportations confine à l'exclusivité.

Ni le secteur industriel (embryonnaire), ni le secteur tertiaire composé parfois d'unités parasitaires ne s'auraient tenir ce rôle.

Au total, la mission de l'agriculture sénégalaise se résume en cinq composantes :

i) Nourrir les populations urbaines et rurales

ii) Accroître les ressources en devise de l'Etat par les produits d'exportation

iii) Protéger et améliorer les ressources naturelles

iv) Conserver et accroître ses emplois

v) Assurer à ses acteurs un niveau de revenu décent et en progression

Dés lors, il s'avers nécessaire d'accorder à ce secteur une place de choix dans l'affectation des ressources financières car toute perturbation en son sein engendre inéluctablement des effets non négligeables sur l'économie dans son ensemble.

En outre, la population du Sénégal est estimée à 10.127.803 habitants et en 2025, elle comptera 17 millions d'hbts (DPS : 2003).

Le défi que pose cette croissance démographique est de s'offrir les moyens de se nourrir sans une trop forte dépendance extérieur. Et il est probable que le majeur parti de ces 17 millions d'habitants travaillera dans le secteur rural.

Ainsi, sans une politique vigoureuse de modernisation de l'agriculture (ce qui suppose une affectation des ressources supplémentaires) le pays sera dans les prochaines décennies probablement confronté à de graves déséquilibres.

Déjà les politiques de libéralisation des échanges commerciaux semblent avoir apporté une autre dimension dans les transformations du monde rural, avec notamment l'aggravation des difficultés d'accès des producteurs au marché pour l'écoulement de leur produits agricoles .De plus en plus et par la mise en oeuvre de certaines politiques commerciales, créant des distorsion, plusieurs produits agricoles sont concurrencés par ceux importés, même sur les marchés locaux des villages en milieu rural. Cette situation est particulièrement vécu avec des produits comme le riz (600milles tonnes importées cette année, d'après le chef de l'Etat), le blé, le lait, la viande,.... et il est claire que l'accélération de la libéralisation totale entraînerait une augmentation potentielle des importations et une pillage de nos ressources naturelles. Ainsi, l'étouffement des filières agricoles locales sur lesquels reposaient les moyens d'existences des ruraux, constitue un élément central des transformations qu'a connu le monde rural ces dernières années.

Dans bien de situation, cela c'est traduit par le développement des stratégies d'adaptations ou de suivi de la part des ruraux, incluant des reconversions d'activités mais aussi les migrations (marchands ambulants encombrants les rues des grandes villes mais aussi l'émigration clandestin).

Au-delà des transformations économiques, ces politiques semblent avoir eu aussi des effets sur celles culturelles comme les habitudes de consommation des ménages, qui de plus en plus sont orientés vers d'autres types de produits qu'ils ne connaissaient pas au paravent. Les importations massives de viande de volaille permises par le « Dumping » ont par exemple transformé les habitudes de consommation des ménages urbains et ruraux,qui de plus en plus utilisent des morceaux de volailles en lieu et place du poulet entier.

Il urge alors, d'endiguer ces phénomènes en abordant le développement des zones rurales de façon spécifique dans une perspective de réduction de la pauvreté et de développement d'activités économiques.

Section2 : Besoins de financement relatifs à la faiblesse de l'épargne

La pauvreté sévit au Sénégal dans un contexte de marasme économique.

Il est incontestable que la pauvreté, répandue dans notre pays, principalement en zones rurales, crée une demande non satisfaite par les services financiers.

La microfinance a été inventée pour répondre aux besoins des pauvres mais le plus souvent elle a été détournée pour d'autres préoccupations. Les ruraux faisaient souvent recours aux systèmes des tontines pour financer leurs activités .Les caisses villageoises initiées ont eu la même préoccupation et cherchaient à répondre aux contraintes des zones économiques défavorisées.

2-1/Financement des initiatives rurales

Les institutions de microfinance sont en évolution constante et jouent un rôle important dans l'épargne et le crédit de proximité. Les quatre plus importantes sont le crédit mutuel du Sénégal (CMS), l'alliance de crédit et d'épargne pour la production (ACEP), l'union des mutuelles du partenariat pour la mobilisation de l'épargne et du crédit au Sénégal (UM-PAMECAS) et l'union nationale des commerçants et industriels du Sénégal (UNACOIS) qui contrôlent un volume d'épargne de prés de 15 millions de FCFA et distribuent un volume de crédit de l'ordre de 17 milliards de FCFA.

Toutefois le crédit rural ne dépasse guère 5 milliards de FCFA soit 29% des crédits octroyés alors que la plus grande partie de la population active travaille dans le secteur rural.

Il est vrai que beaucoup de porteur de projets et d'initiatives ont la possibilité de d'être financés et à des taux d'intérêt souvent avantageux. D'ailleurs un exemple réussi est l'implantation des caisses d'épargne et de crédit de l'UNACOIS. Cette réussite est simplement due à un effort constant de décentralisation afin de toucher de maximum de pauvres.

Les activités génératrices de revenues sont multiples dans les zones rurales mais les moyens financiers font défaut.

L'Etat peut ne pas se positionner en tant qu'opérateur, mais il doit oeuvrer à créer un environnement économique favorable à l'éclosion d'opérateurs financiers privés aptes à mettre à la disposition du monde rural des services financiers avec des allocutions cadrées sur le niveau de rentabilité de leurs projets.

Il doit assurer sa mission régalienne à savoir lutter contre les brigands des finances rurales (les usuriers) afin de permettre une bonne expansion du système financier décentralisé.

Par défaut d'accéder aux services financiers, les conditions de vie des ruraux deviennent de plus en plus précaires et paralysent l'économie nationale.

La baisse de revenu des ruraux, le dépérissement rapide des structures d'encadrement et le rationnement du crédit rural explique les difficultés des paysans à disposer d'intrants et à accroître les rendements.

Il n'est pas étonnant que l'agriculture, qui emploie plus 60% de la population active représente une faible proportion du PIB. Ce témoigne la faiblesse de la production agricole.

La persistance de la spirale << productivité faible? revenus faibles? taux d'épargne et d'investissement faibles? productivités faibles>> explique l'ampleur et le caractère structurel de la pauvreté en milieu rural .Il en résulte la migration des ruraux.

L'exode rural massif et une croissance démographique élevée provoquent la congestion des grandes villes et l'apparition des zones périurbaines sous forme de bidonville, face, en contrepartie, à la désertification des campagnes.

Les difficultés qui en découlent, c'est-à-dire manque de logements, dégradation des conditions de vie, violence, place de plus en plus grande de l'économie informelle, sont caractéristique d'un grand nombre de PED comme le notre.

Pourtant le potentiel en zones ruraux apparaît important en vu de la superficie des terres cultivables, notamment des terres irrigables de la vallée mais aussi et sur tout les multiples activités que peuvent exercer les ruraux.

Dans le cadre de leurs stratégies de survie, les ménages pauvres des zones rurales ne travaillent pas seulement dans le secteur agricole mais aussi dans une multitude d'activités dans les domaines de la manufacture et des services. L'économie rurale non agricole constitue une source de revenus importante pour les familles rurales.

Plusieurs études antérieures ont démontraient que l'importance relative de ce secteur au sein de l'économie rurale s'accroît avec le développement. Il est donc utile, dans l'étude du développement rural, de tenir compte de toute la panoplie d'activités rurales génératrices de revenus réalisées par les ménages ruraux.

Rares sont pourtant les mesures adoptées sur le plan politique pour renforcer l'économie rurale nom agricole. Si la proximité, principe essentiel de la micofinance, est une réponse adaptée aux conditions d'activités en milieu rural, la faible diversification des produits financiers apparaît à priori comme un échec.

La nécessité de développer les zones rurales est aujourd'hui encore plus pressante au vu de l'ampleur que prend la pauvreté dans ces zones.

2-2/ L'éradication de la misère qui sévit dans les campagnes

Une production agricole insuffisante, une faible capacité de l'économie à créer des emplois durables et une insuffisance des ressources affectées aux services sociaux contribuent à aggraver la pauvreté, qui touche déjà plus de 54% de la population.

En effet, la majorité des pauvres vit en milieu rural. Ce sont principalement des agriculteurs qui survivent grâce aux agricultures vivrières et à l'élevage, sur des parcelles si petites qu'elles ne suffisent souvent pas à couvrir les besoins de leurs familles.

Les zones les plus touchées se situent, au Sud et au Nord-est du pays, ou la production est essentiellement agricole et moins diversifiée.

Ceci s'explique par les difficultés liées au climat et à la dégradation des termes de l'échange mais aussi par une répartition inégale des investissements publics.

En milieu rural, alors que 70% des dépenses mensuelles des familles sont consacrées à l'alimentation, rares sont celles qui peuvent assurer trois repas par jour. L'accès aux soins de santé et à l'éducation est difficile et bien que 70% des ménages ait accès à l'eau potable, ce chiffre masque de fortes disparités entre les régions.

Les ménages des zones rurales ont aussi moins d'accès aux revenus provenant des transferts des travailleurs émigrés et ont plus de difficultés à obtenir des prêts et à avoir accès aux services d'appui et aux intrants.

OEuvrer pour que les ruraux pauvres se libèrent de la pauvreté est une nécessité pressante.

La part de l'agriculture dans l'économie ne cesse de baisser. Tous les experts et observateurs avertis s'accordent ce constat : « le secteur agricole et rural assure de plus en plus difficilement ses différentes missions ». Le morcellement des exploitations agricoles (environ 450000 exploitations pour 2,5 millions d'ha), la vétuste du cheptel mort, un déséquilibre dans l'affectation des ressources, un contexte international défavorable, le système reste grippé. Aussi bien les rendements que la productivité des actifs baissent, les pertes post-récoltes restent élevées, les performances des systèmes de stockage, de transformation, de conservation sont fragilisées et les revenus des ruraux continuent de chuter vertigineusement. Ni les plans d'ajustement structurel ni la dévaluation, ni la libéralisation n'ont agi durablement sur l'offre agricole. C'est alors que la pauvreté à dominante rurale s'est élargie et approfondie plaçant les agriculteurs parmi les plus vulnérables.

Les financements, accordés par les bailleurs de fonds vont essentiellement aux projets d'infrastructures urbains notamment les travaux de l'ANOCI, aéroport...

Il est aujourd'hui nécessaire de rééquilibrer cette situation en abordant le développement des zones rurales de façons spécifiques dans une perspective de réduction de la pauvreté et développement d'activité économiques.

Nous adhérons aux conclusion de Fishbien qui à montrer que la réduction de la pauvreté et l'améliorations des conditions de vie des populations rurales passent notamment par le développement d'infrastructures en milieu rural.

Mais aussi, des recherches menées par le PNUD, UNIFEM (Fonds de Développement des Nations Unies pour la Femme) et la Banque Mondiale, entre autres, indiquent que les inégalités dans les sociétés en développement freinent la croissance économique et le développement.

Le Sénégal est marqué par une répartition très inégalitaire des revenus et un développement inquiétant de la pauvreté .Les chiffres (DPS) de l'incidence de la pauvreté qui varierait entre 72% et 88% en zones rurales, et entre 44% et 59% en zones urbaines. Les femmes représentent 52% de la population totale mais sont souvent marginalisées sur le marché du travaille : Le taux d'activité des femmes atteint seulement 33,3% contre 67,4% pour les hommes. Souvent exclues du marché du travail formel et salarié, les femmes sénégalaises ont largement investi le secteur informel et de la microentreprise afin de disposer d'un revenu pour leur subsistance et celle de leur famille.

Le comité norvégien du prix Nobel de la paix ne s'est pas trompé en décidant de décerner le prix Nobel de la paix 2006 à Muhammad Yunus et la Grameen Bank pour, souligner leurs efforts de promotion du développement économique et social au sein des couches sociales défavorisées. Une paix durable n'est possible que si une grande partie de la population trouvent le moyen de s'affranchir de la pauvreté. Le microcrédit est l'un des moyens pour y parvenir. Le développement des masses défavorisées contribue en outre à l'avancement de la démocratie et au droit de la personne.

Le développement des zones rurales passe aussi par la mise en place de certaines structures.

Section3 : Besoins de financement relatifs aux structures à créer

Pour résoudre ou espérer résoudre les problèmes cruciaux auxquels le milieu rural Sénégalais est actuellement confronté, il ne suffit pas seulement de disposer d'une certaine capacité de financement. Il faut nécessairement mettre en place un ensemble de structures complémentaires et surtout efficaces parmi lesquelles on peut citer : les organismes de distribution du crédit et d'encadrement des ruraux ; les organismes de recherche et de vulgarisation de la recherche.

3-1/Les organismes de distribution du crédit et d'encadrement des ruraux

Malgré la prolifération des mutuelles d'épargne et de crédit et d'autres institutions de microfinance, l'offre reste insuffisante en zone rurale et surtout inadaptée.

S'il convient de créer ces structures, il importe aussi et surtout de les rendre plus accessibles à leurs destinataires, en conférant aux dites structures la souplesse nécessaire permettant d'améliorer l'efficacité de leur intervention dans le milieu rural. Cette mesure devrait se traduire par l'assouplissement des conditions d'accès au financement évitant ainsi l'imposition des principes rigides qui caractérisent le secteur bancaire traditionnel.

Comme nous l'avons tantôt dit, le secteur rural a toujours pris une place de choix dans les politiques de développement, mais force est de reconnaître que, concernant le crédit rural, les objectifs sont loin d'être atteints. En effet du fait de l'expansion des encours et des crédits non remboursés, la CNCAS connaît de réelles difficultés.

Le faible taux de remboursement du crédit et les stratégies paysannes de cantonnement et de la stratégie de sécurisation du crédit mise en oeuvre par la CNCAS ont mené cette dernière à réduire progressivement le volume des crédits octroyés.

Plusieurs facteurs ont fait que la politique de crédit appliquée jusqu'ici n'a pas eu les effets escomptés sur le crédit rural, notamment :

ü taux d'intérêt et apport personnel très élevés ayant entraîné un faible taux de remboursement ;

ü délais de mise en place des crédits longs et incompatibles avec le calendrier cultural ;

ü persistance des mentalités acquises ;

ü absence de suivi des crédits alloués aux acteurs du monde rural ;

ü faiblesse de l'épargne en milieu rural.

D'une manière générale, la NPA n'a pas réalisé les objectifs attendus.

Les facteurs explicatifs les plus importants sont :

ü l'absence de préparation du monde rural habitué à un système d'assistanat ;

ü l'absence de relais au niveau du privé lors du retrait progressif de l'Etat.

C'est pourquoi de nouvelles orientations ont été prises dans le cadre de la Déclaration de Politique de Développement Agricole (DPDA) dont les objectifs majeurs s'articulent autours des éléments essentiels suivants : la croissance soutenue, la sécurité alimentaire à travers une bonne gestion des ressources naturelles et une sécurisation foncière, l'amélioration des revenus, la promotion de l'investissement privé et l'efficacité des dépenses publiques.

Cependant, ces efforts risquent toujours de se traduire en néant si l'encadrement des ruraux (la mobilisation de mains d'oeuvre qualifiées vers les zones rurales) n'est pas assuré.

En effet, former des compétences capables de collaborer avec les organisations rurales peut bien être l'unique solution pour amorcer un développement durable.

Un certain nombre d'organisations rurales ont renforcé leur compétence en embauchant, avec de multiples précautions, des techniciens spécialisés en gestion mais en qui, pour réussir, doit être fortement réfléchi.

Nous détaillons ci-dessous les raisons et les modalités qui nous ont incité à faire une telle proposition.

· Le nombre de chômeurs qualifiés s'accroît d'année en année au Sénégal. Nombreux sont les diplômés qui sortent de la Faculté de Sciences Economiques et de Gestion (FASEG), capables de mener à bien ces taches et qui ne trouvent pas d'emploi.

· Les organisations rurales ont du mal à gérer leurs affaires et manquent de cadres qualifiés. Toutefois elles hésitent souvent à confier leurs affaires à des « éduqués » venus de l'extérieurs qui avec les « faux papiers » pourraient les desservir au lieu de les servir.

· La logique économique voudrait qu'un rapprochement soit tenté entre l'offre de main d'oeuvre qualifiée et les besoins des organisations rurales.

Ceci ne peut se faire qu'à plusieurs conditions :

L'université ne prépare pas à un travail au sein des organisations rurales. Il ne suffit pas d'être un bon gestionnaire ou un bon analystes pour savoir travailler dans des organisations ou le poids de la tradition, les rapports sociaux jouent un rôle fondamental.

Au-delà du savoir faire, il faut un savoir être pour collaborer avec les ruraux. Ce savoir être peut parfois s'apprendre ou s'acquérir par la fréquentation des ruraux.

Il doit en tout cas être testé avant que les organisations rurales n'acceptent de « partager leurs secrets ».

En outre les conditions de rentabilités des organisations rurales ne permettent pas toujours d'offrir des salaires en rapport avec les prétentions éventuelles des diplômés. Il pourrait donc être utile de prévoir une période de transition ou le salaire du technicien est subventionné jusqu'à ce qu'il crée au sein de l'organisation les conditions de rentabilité qui lui permettront de percevoir un salaire plus conforme à ses aptitudes. Il pourrait donc être utile, dans le cadre de la stratégie de renforcement des organisations rurales de prévoir un lieu, reconnu par les organisations rurales, qui aurait comme tache de mettre des techniciens en condition de travailler avec des organisations rurales. Cette mise en condition pourrait passer par un itinéraire de formation, piloter par une institution de confiance, qui conduirait les candidats à l'emploi à séjourner et à faire des taches de consultation dans les organisations rurales.

A l'issue de leur stage, ils pourraient être évalués par les organisations rurales d'accueil puis invités à suivre un autre stage.

A l'issue d'un cursus qui durerait de 6 à 12 mois, l'institution en charge de leur formation pourrait, sélectionner les techniciens les plus aptes à travailler avec le monde rural et les proposer aux organisations qui garderaient leur liberté de les prendre ou non.

Les trois premières années de fonctionnement ces cadres pourraient être subventionnées de manière dégressive.

Outre la mobilisation des organismes de distribution du crédit et d'encadrement du monde rural, il est nécessaire d'en faire de même pour la recherche.

3-2/Des organismes de recherche et de vulgarisation de la recherche.

Des techniques modernes de production, outils de production plus adaptés aux conditions écologiques, variétés de semences plus performantes, etc... régleraient en partie, les difficultés confrontées par l'agriculture sénégalaise et plus généralement l'économie dans son ensemble

La mise en place d'organismes produisant des ingénieurs du développement rural susceptibles de participer à la promotion de l'agriculture, est un besoin pressant.

L'Institut Sénégalais de Recherche Agricole (ISRA) à été créer dans ce cadre depuis environ trois décennies mais les résultats de la recherche sont encore lacunaires.

Des écoles comme l'ENCR, l'ENEA, ... devraient s'investir d'avantage dans ce chantier, en collaboration avec les organisations paysannes pour leur formation et aussi la vulgarisation de la recherche.

Pour se faire, il faut la mobilisation de gigantesques ressources financières ; ce qui interpelle tous les acteurs du développement rural.

Cependant l'Etat doit rester le principal régulateur.

L'Etat du Sénégal a reconnu depuis des années qu'il ne peut pas être le seul opérateur de la formation mais il doit rester un Etat stratège et corégulateur.

Il lui faut organiser un système ouvert ou les opérateurs associatifs (ONG, OP) et privés, les collectivités locales et les bénéficiaires participent, avec les services publics, au pilotage, au financement et à la gestion de la formation professionnelle pour le développement rural.

Les évolutions politiques, économiques et institutionnelles qui ont marqué les années quatre vingt et quatre vingt dix ont bouleversé la conception traditionnelle d'un système de formation centralisé, régi par l'offre ou les institutions publiques jouaient seules le rôle centrale.

Au Sénégal, la diminution de l'intervention étatique, l'affaiblissement des services publics et l'émergence de nouveaux acteurs sociaux se sont déroulés de manière un peu improvisée. Des organisations non gouvernementales, des cabinets privés, des associations de producteurs se sont illustrés dans la formation agricole et rurale, aussi bien des techniciens que des ruraux à la base.

La gestion trop centralisée de la formation et de réduction de leurs moyens, ne permettaient pas aux ministères tutelles de faire face à cette nouvelle situation.

La nécessité de concevoir de nouveaux mécanismes de régulations qui tiennent compte des sources multiples de connaissances et des acteurs participant à ce système émergeant de formation a été soulignée au cours de la réflexion menée sur le secteur en 1998-99 avec l'appui de la coopération suisse.

En outre, si la formation initiale reste essentiellement du ressort de l'Etat et des collectivités territoriales, les bénéficiaires doivent pouvoir contribuer aux formations de courte durée à la demande.

Cette contribution peut être directe ou par le biais de certains fonds alimentés en partie par des prélèvements sur les produits agricoles et/ou sur des taxes à l'importation de produits concurrents (suite à l'amélioration de la « santé agricole »).

Mais dans une situation de transition, l'aide des partenaires au développement continuera à jouer un rôle déterminant.

Une telle politique, qui sollicite la participation de toutes les parties est le seul moyen de promouvoir la recherche.

Le monde rural est conscient que l'agriculture va de plus en plus mal (baisse des rendements, inadaptation des semences, production non compétitive, ...) et que seule une recherche avancée permet de sortir du gouffre. Mais il est aussi unanime que les maux du secteur rural peuvent paralyser l'économie dans son ensemble.

CONCLUSION :

Au total, nous disons que la demande de financement pour assurer le fonctionnement des activités des ruraux mais aussi les investissements nécessaires à leur développement est immense.

L'analyse de des besoins de financement a permis de constater que :

v le moteur de l'économie nationale (le secteur rural) est en panne ;

v les zones rurales sont de plus en plus désertées à cause de la misère ;

v le développement durable passe nécessairement par la mise en place de structures de bases.

Tous ceux-ci permettent d'avancer que les principaux clients de la microfinance devraient être les ruraux.

Ainsi, importe-t-il de faire une étude panoramique des institutions de microfinance intervenant en milieu rural sénégalais ?

CHAPITRE II : Les institutions de microfinance intervenant en milieu rural

Introduction : Une institution de microfinance peut être définie comme étant une organisation qui offre des services financiers à des pauvres à revenus modestes qui n'ont pas accès ou difficilement accès au secteur financier formel. Nés dans le contexte de la réforme bancaire , les institution de microfinance ont connu un essor fulgurant , tout d'abord par l'alternative qu'il représentent pour les opérateurs économiquement faibles mais aussi par un appui constant des autorités monétaires et financières. Ainsi on se propose d'étudier ce présent chapitre suivant quatre sections :

- Genèse des institutions de microfinance ;

- Les réseaux ;

- Les mutuelles d'épargnes et de crédit (MEC) ;

- Les partenariats.

- Section1 : Genèse des institutions de microfinance.

Comme dans la plupart des pays en voie de développement, les circuits classiques de financement n'ont pas su jouer pleinement leur rôle .Les services financiers décentralisés (SFD) ont constitué dans ce cadre, une alternative au système bancaire classique, parce qu'adaptées au contexte socioculturel et aux aspirations des populations (rurale en particulier) dans la recherche des moyens efficaces de lutte contre la pauvreté et de financement d'activités productives .Il importe ainsi de passer en revu les insuffisances du système bancaire traditionnel avant de parler de la genèse des institutions de microfinance.

1-1/Les insuffisances du système bancaire traditionnel.

Au moment des indépendances,il y a eu l'apparition des banques de développement , qui avaient pour vocation d'aider l'ensemble des programmes et des projets de développement, notamment les infrastructures, l'industrie, l'artisanat,...et l'agriculture .En réalité la majorité de ces banques se sont peu intéressées au développement rural et ont souvent fait faillite .D'ou l'idées de banques spécialisées dans l'agriculture ,comme << les caisses nationales de crédits agricole>>, à partir de capitaux provenant de l'Etat ou de financements extérieurs. La plupart ont rencontré de nombreuses difficultés et son, t plus ou moins en faillite. Par exemple en Afrique de l'Ouest « francophone », seules deux banques, au Mali et au Burkina Faso, par ailleurs très liées aux filières coton, sont en bonne santé financière. Quatre sont en faillite, une en survie artificielle (au Sénégal, cf.chap1).

Les banques commerciales, sauf rares exceptions, ne sont pas intéressées par le financement des petites exploitations agricoles. Des prêts de faible volume, à une clientèle dispersée géographiquement, ne présentant pas de garanties matérielles sont coûteux à gérer (de l'octroi à la récupération) et sont risqués : aléas climatiques et économiques, information insuffisante sur l'emprunteur, etc. Différents programmes ont essayé d'intéresser les banques à ce nouveau public sans grand succès à cause de la rigidité du système financier de ces banques.

A coté de ce système bancaire, il y'avait aussi le secteur informel. Pendant longtemps, les activités du secteur « informel » étaient considérer comme relativement marginales et cantonnées à des « affaires sociales » : solidarité pour faire face à des frais de funérailles, de maladie ou de scolarité.

Les tontines ont plusieurs siècles d'existence. La forme la plus simple repose sur le principe de réciprocité : un groupe se constitue sur une base sociale homogène du revenu, de profession, d'origine ethnique.... Chacun cotise à date régulière ; à tour de rôle chacun reçoit l'ensemble des cotisations.

Au cours des dernières années, il apparaît de plus en plus claire que les banques classiques ne sont pas véritablement intéressées à ce public de petits exploitations paysannes ou entrepreneurs ruraux et que leurs techniques financières ne sont pas adaptées pour servir ce segment de clientèle. Par ailleurs, le secteur informel est toujours aussi vivant et adapté, mais ses moyens sont limités et ses services sont souvent coûteux ou risqués. D'où la nécessité de nouvelles institutions financières, d'un secteur intermédiaire entre les banques et l'informel, que l'on qualifie généralement de « microfinance », parce qu'elle s'adresse à des petits producteurs, l'immense majorité de la population comme le monde rural.

1-2/Genèse des institutions de microfinance

Les institutions de microfinance constituent une alternative au système bancaire classique parce qu'adaptées au contexte socio-culturel et aux aspirations des populations dans la recherche de moyens efficaces de lutte contre la pauvreté et de financement du développement à la base.

L'évolution des institutions est marquée par deux périodes :

-une première période caractérisée par l'émergence du système et la mise en place du cadre juridique régissant les institutions ; elle se situe entre 1993-1997

-Une deuxième période de consolidation qui a débutée avec le regroupement certaines structures en vue de se doter d'institutions faîtières.

L'émergence du système et la mise en place du cadre juridique 1993-1997 a été marquée par l'adoption d'un dispositif transitoire relatif à l'organisation, aux conditions d'agrément et de fonctionnement des structures mutualistes d'épargne et de crédit (Arrêté N° 1702 du 23/02/1993).

Si ce texte a favorisé l'agrément de beaucoup d'institutions, il n'avait prévu aucune disposition sur la reconnaissance des groupements d'épargne et de crédit.

En outre, il ne comporté aucune règle particulière sur :

· Les infractions et les sanctions ;

· Les organes de gestion et de contrôle ;

· Les normes de gestion financière.

Ces limites peuvent se justifier en raison du caractère transitoire même du texte. Il est donc normal qu'une loi soit adoptée deux années plus tard, le 05/01/1995 avec un domaine d'intervention plus vaste du fait du délai de transition qui devrait être observé pour faciliter son application ; l'arrêté a survécu jusqu'à la publication du décret d'application en novembre 1997.

De 1997 à nos jours, on assiste à une consolidation qui est caractérisée par :

Le renforcement des structures,

Le regroupement significatif de certains institutions en réseaux, et

Le développement à large échelle du système.

Section 2 : Les réseaux

Les réseaux sont les regroupements des mutuelles d'épargne et de crédit en union, fédération et confédération. Ils peuvent se doter d'un organe financier qui est une structure dotée de la personnalité morale et dont l'objet principal est de centraliser et de gérer les excédents de ressources financières des membres.

En effet, face à la multitude des mutuelles d'épargne et de crédit isolées, l'un des enjeux de la nouvelle réglementation en microfinance est la structuration du secteur, en incitant les mutuelles à se constituer en réseaux ou à s'affilier à des réseaux déjà existants.

On peut identifier trois types de réseaux mutualistes selon les dynamismes à l'origine de leur création.

2-1/Le premier type de réseaux : Union émanant de la mise en réseau de caisses préexistantes de manière « endogène »

Le premier type de réseau concerne les réseaux qui ont directement été pensés et construits sous forme de réseaux, à l'image des trois plus grands réseaux sénégalais (CMS, UM-PAMECAS et ACEP). Ces grands réseaux ont démarré sous forme de projets menés par des ONG ou organisations étrangères (Centre International du Crédit Mutuel pour le CMS, Développement International Desjardins pour l'UM-PAMECAS et USAID pour ACEP).

Ils ont bénéficié d'une aide externe financière et technique importante. Le degré d'harmonisation de ces réseaux est élevé avec des caisses construites sur un même modèle et fonctionnant de manière identique. Le choix de l'implantation d'une nouvelle mutuelle, ses produits et son mode de fonctionnement, sont déterminés au départ par la direction du réseau. Le pouvoir de la caisse se limite généralement à la gestion quotidienne de l'activité (essentiellement analyse et validation des demandes de prêts). Ce type de réseau fonctionne efficacement (les trois réseaux en question ayant réussi à s'imposer comme leaders sur le marché de la microfinance au Sénégal), mais on peut s'interroger sur la réelle appropriation de ces réseaux par leurs membres et sur leur capacité et volonté à répondre de façon adéquate aux besoins des paysans et du monde rural.

2-2/Deuxième type de réseau : Union émanant de la mise en réseau de caisses préexistantes de manière « endogène ».

Ce deuxième type concerne les réseaux nés de regroupements de mutuelles préexistantes sur la base d'une dynamique endogène ; c'est le cas du réseau Inter-CREC en Bases Casamance).

Ce réseau (Inter-CREC), qui a reçu un agrément en 2004, regroupait fin Décembre 2005, 17 caisses de base et 7500 membres.

A l'origine six caisses avaient été crées par des organisations paysannes de la FONGS et de CORD/B (une association d'organisation paysanne propre à la Base Casamance). Les caisses elles mêmes ont jugé judicieux de se regrouper et de créer leur propre Union. Cette volonté de regroupement a été facilitée par le fait que les OP, à l'origine de leur création étaient elles mêmes membres de la fédération d'OP et avaient déjà une identité et des objectifs communs fort avant même la création du réseau. De fait des interactions et des mécanismes d'entraide préexistaient au niveau des mutuelles de base. Cette solidarité était d'autant plus forte que ces mutuelles ont toujours du compter presque uniquement sur leurs propres ressources pour exister, la Casamance n'étant pas une région propice à l'appui d'organisations étrangères du fait des conflits qui l'animent. La création de l'Union est donc une initiative tout à fait endogène qui assure une cohésion sociale forte et une appropriation poussée par les membres. Cependant deux risques importants menacent le réseau : d'une part, la difficulté de l'Union à assurer sa viabilité financière et technique sans appui externe, d'autre part, la croissance rapide du réseau avec la création de 11 nouvelles caisses moins bien développées que les six caisses historiques. Le risque est que les six premières peuvent avoir le sentiment de tirer le reste du réseau et remettre en cause la viabilité du réseau. Cependant, l'appui externe a contribué à l'émergence d'autres réseaux.

2-3/D'autres réseaux émergents

Sur la liste des réseaux, nous notons ceux qui sont nés d'une dynamique mise en réseau, le plus souvent initiés par des acteurs externes (ONG, organismes publics de coopération étrangère, organisations internationales) : c'est le cas du projet de création d'une Union dans la région de Louga à l'initiative de deux ONG européennes, Aquadev (ONG Belge) et CISV (ONG Italienne) mais aussi la FENAGIE (Fédération National des Groupements d'intérêt Economique de Pêche).

Pour le cas de Louga, le projet de mise en réseau des mutuelles d'épargne de base bénéficie de l'appui financier de l'Union Européenne.

Comme on vient de le noter, il a été initié par deux ONG internationales mais il doit se faire en partenariat avec le CNCR/Louga (Comité National de Concertation et de Coopération des réseaux).

L'intérêt d'un soutient externe est de bénéficié de moyens financiers et techniques conséquents pour réaliser le projet (cf. section4).

Cependant, plusieurs questions préoccupantes ont été soulevées :

i) risque de sentiment de désappropriation des membres des mutuelles adhérentes et de perte de contrôle par les organisations paysannes à l'origine de leur création ;

ii) modalité de choix des mutuelles autorisées à adhérer au réseau ;

iii) les critères privilégiés jusque là étant les performances sociales ainsi que la prise en considération de la diversité des situations des mutuelles. Il y'a donc un risque, dans cette démarche, de voir se créer un système à deux vitesses avec d'un coté le réseau et de l'autre, les mutuelles isolées considérer comme insuffisamment performantes financièrement pour incorporer le réseau.

Pour le cas de la FENAGIE Pêche son succès est du à sa présence dans les villages les plus reculés du pays.

Un rapport de la BCEAO (disponible à la cellule AT/CPEC), sur l'analyse de la portée des SFD du Sénégal, piloté par le Groupe Consultatif d'Assistance aux Pauvre (CGAP), nous a les données ci-dessous.

La FENAGIE est une fédération de groupements d'intérêt économique (GIE) implantés au niveau local et regroupant des professionnels de la pêche. Elle est présente dans 8 régions du pays et comptait en 2005, 45000 membres dont 62% sont des femmes. Elle comprenait 53 syndicats locaux représentant chacun environ 2500 GIE de pécheurs, des ouvriers spécialisés dans le traitement du poisson et des marchands de poissons. Les syndicats locaux membres, doivent verser des droits d'adhésion de 25000FCFA et les membres individuels versent annuellement un droit d'adhésion de 1000FCFA dont 20% sont reversés aux syndicats locaux.

La FENAGIE a été fondée en vue de renforcer l'autonomie des communautés de pêcheurs et améliorer la gestion des ressources marines. Sur cette base, elle offre des services financiers (prêts) et non financiers. Ces prêts ne sont pas consentis à des personnes à titre individuel mais plutôt aux GIE membres qui, en général, prennent les décisions concernant la répartition ou le partage des prêts accordés au groupe. La FENAGIE offre essentiellement deux sortes de prêts : des prêts de petits montants qui varient entre 30000 et 150000FCFA et sont généralement destinés aux femmes, et des prêts de gros montants qui varient entre 500000 et 850000FCFA destinés à faire face à la demande de prêts de gros montants émanant des hommes.

La FENAGIE offre également une gamme de services non financiers qui découle de sa mission. Au nombre de ceux-ci, il convient de citer les programmes devant permettre aux femmes d'avoir accès à des équipements pour le traitement du poisson, une unité d'achat en gros pour l'acquisition d'équipements, un programme de sécurité alimentaire financé par la FAO, la formation des pêcheurs, des ouvriers spécialisés dans le traitement du poisson et des petits marchands de poisson ainsi qu'un programme de protection de la mangrove.

La FENAGIE pilote également nue mutuelle d'assurance maladie implantée dans 8 localités.

Il ressort de cette enquête quantitative, menée par le CGAP que, dans l'ensemble, la FENAGIE travaille avec les clients les plus pauvres de l'enquête. Cette situation n'est pas la résultante d'une stratégie de ciblage, mais est plutôt due au fait qu'elle travaille avec les communautés de pêcheurs qui sont en général défavorisées.

Un certain ciblage est toutefois effectué à travers des stages de formation préalables aux prêts, des produits conçus sur mesure pour divers groupes et des actions orientées vers les femmes.

2-4/Avantages et inconvénients de la mise en réseau

Les avantages : Le premier avantage de la mise en réseau est sans doute la gestion plus efficace

des liquidités. En effet, le principe de mutualisation des ressources veut que les caisses de base disposent leurs excédents au niveau de l'Union. Cette dernière joue le rôle de caisse centrale et gère les liquidités pour l'ensemble du réseau.

Aussi lorsqu'une caisse est en surplus de liquidités, ce surplus peut être utilisé par une autre caisse se trouvant dans la situation inverse, tel est le rôle des intermédiaires financiers. Les caisses de base n'ayant pas toujours leurs pics de liquidités au même moment, cette gestion centralisée permet de lisser les fluctuations au niveau du réseau. De plus, l'Union ayant généralement accès au système bancaire, peut être en mesure de gérer les liquidités de façon plus efficace en optimisant le placement des excédents de liquidités des caisses.

Un second avantage de la mise en réseau est l'amélioration de l'accès aux financements externes. En effet les mutuelles isolées ne possèdent pas toujours une comptabilité suffisamment élaborée et transparente pour assurer leur crédibilité auprès des banques, de bailleurs de fonds ou même d'ONG. L'union ayant un poids plus important et une meilleure visibilité, a généralement plus de facilités pour obtenir la confiance des institutions de financement ; or l'accès à des lignes de financement externes, surtout à long terme, peut s'avérer très utile pour les mutuelles. En effet, la loi PARMEC impose que les actifs à moyen et long terme soient couverts par des ressources de même échéances. Cette règle prudentielle limite fortement la possibilité pour les mutuelles d'octroyer des prêts à plus long terme étant le caractère généralement court terme de l'épargne des membres. Cependant la loi PARMEC règlemente également le taux de dépendance externe des mutuelles. Le montant des prêts octroyés ne peut être supérieur au double du total de l'épargne récoltée auprès des membres.

La mise en réseau permet également des économies d'échelles. En effet, certains services ou outils peuvent être très coûteux à supporter par une mutuelle isolée. On peut citer en exemple l'informatisation et l'acquisition d'un logiciel adapté, le financement d'expertises, la formation du personnel ou l'achat en gros de manuels et d'outils de gestion permettant des économies de coûts.

De plus, le réseautage favorise les échanges de capacités et de « bonnes pratiques » entre les mutuelles, ainsi que l'échange d'informations sur les membres. En effet, dans les régions où coexistent de nombreuses mutuelles d'épargne et de crédit, les membres peuvent être tentés de s'affiler à plusieurs mutuelles et obtenir ainsi des prêts dans plusieurs institutions en même temps. Ces pratiques risquent de conduire au surendettement des membres. La mise en réseau de mutuelles d'une même région conduit le nombre d'intervenants et permet ainsi de limiter les phénomènes de double adhésion et cumul d'emprunts.

En fin, la mise en réseau permet de renforcer le contrôle interne et externe. En effet, du point de vue interne, une équipe technique de professionnels est généralement constituée au niveau central et assure le contrôle de toutes les unités décentralisées. Ce contrôle plus ponctuel (en général biannuel) vient s'ajouter au suivi quotidien des activités du personnel des caisses de base par leur comité de surveillance respectif. Du point de vue externe, en plus du contrôle annuel de la AT/CPEC, un réseau peut également plus facilement faire appel à des auditeurs privés. Toutefois, la mise en réseau peut aussi avoir des inconvénients.

Les inconvénients :

Le premier désavantage pour une mutuelle de s'affilier à une union est sans doute le fait de devoir renoncer en partie à sa souveraineté.

En effet, la caisse est alors obliger de composer avec les exigences de l'union (telles que des règles d'harmonisation des outils de gestion) et de céder une partie de ses compétences au profit de la structure centrale (comme la gestion des liquidités).

Un second inconvénient est que la tutelle exercée par l'union peut engendrer un sentiment de dépossession au sein de la mutuelle. Le fonctionnement de la structure globale peut échapper aux membres et la complexification du système du à la mise en réseau peut limiter leur pouvoir d'influence et de contrôle. Le recours par l'union à des gestionnaires professionnels accentue cette tendance.

Au sein d'un réseau, il faut également, il faut également une certaine harmonisation des politiques de crédit, des outils de gestion, des procédures internes pour assurer une certaine transparence (la standardisation des opérations facilite l'analyse des opérations de chaque unité de base), pour organiser la collecte des données financières et permettre une consolidation de la comptabilité au niveau de l'union ainsi qu'un traitement équitable de tous les membres du réseau.

En fin, la mutualisation des surplus des caisses est un élément important pour assurer un fonctionnement efficace du réseau.

Les caisses de base sont ainsi solidaires financièrement.

Le sentiment d'appartenir à un même groupe partageant une vision commune est essentiel pour favoriser les synergies entre les unités de base et une cohésion sociale au sein du réseau.

Section3 : Les Mutuelles d'Epargne et de Crédit (MEC)

Les MEC sont des Sociétés à capitaux variables, associant des personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoin économiques, sociaux et culturels communs au mayen d'une entreprise dont la propriété est collective et ou le pouvoirs est exercé démocratiquement. Ce sont des institutions financières du type coopératif qui visent à améliorer les conditions de vie de ses membres. Elles sont contrôlées et organisées démocratiquement par ses membres qui sont propriétaires usagers.

Ces MEC se prolifèrent un peu partout au Sénégal mais la formation de leur personnel reste une préoccupation majeure.

3-1/Des MEC sur l'ensemble du territoire national

La population sénégalaise (principalement les ruraux) s'intéressent de plus en plus aux mutuelles d'épargne et de crédit. Ces dernières ont pour mission de rendre aux adhérents des services financiers aux meilleures conditions. Les adhérents mettent en commun leurs épargnes pour se fructifier et se procurer mutuellement des services financiers à des termes et conditions dont-ils conviennent ensemble. Les finalités de ces sociétés sont de :

i) favoriser l'émergence réseau autonome d'institutions financières mutualistes capables d'améliorer de façon significative l'intermédiation financière en milieu rural et garantir sa pérennité ;

ii) collecter l'épargne, la faire fructifier et rétrocéder en crédit pour le financement des initiatives économique de base ;

Les MEC ont pour but de :

i) mettre en commun l'épargne des membres, fructifier leur épargne en leur consentant des prêts à des conditions convenables ;

ii) rendre à ses membres des services de bonnes qualités et adaptables au milieu ;

iii) stimuler l'esprit d'initiative individuel et collectif des membres ;

iv) travailler d'une façon rentable pour aboutir à un autofinancement et une prise en charge progressive ;

v) aider les membres à être actifs dans les milieux socio-économiques respectifs.

Aujourd'hui, on peut trouver, presque dans tous les coins du pays, des MEC. Une liste de ces structures sera présentée en annexe mais il parait intéressant de faire le point sur une mutuelle, comme par exemple MEC AFER Nord, pour avoir un aperçu sur le fonctionnement de l'ensemble.

Basée à Saint Louis, la Mutuelle d'Epargne et de Crédit de l'Association des Femmes Entreprises Rurales du Nord (MEC AFER) a été créée en octobre 2000 par l'Association des Femmes Entreprises Rurales du Nord.

Depuis sa création, la mutuelle a bénéficié de l'appui technique et financier de quelques intervenants du secteur de la microfinance au Sénégal (notamment Winrock International, Aquadev, etc...) et redistribue essentiellement des financements octroyés par des programmes de développement nationaux : FNPJ et FNPEF ; ou internationaux : Chine Petits Paysans (CPP) et Banque Ouest Africaine de développement (BOAD).MEC AFER est une institution qui a connu une très forte croissance grâce son activité importante de redistribution de financements octroyés par des programmes de développement.

Cependant malgré une gouvernance dynamique et très impliquée, son organisation interne ne présentent pas la maturité nécessaire pour assurer un suivi correct de ses lignes de crédit (le conseil de surveillance a longtemps été léthargique, le système d'information est essentiellement manuel et le contrôle interne quasiment inexistant). Ces facteurs internes allies à d'autres externes (influence des fonds sur le choix des bénéficiaires des crédits, faible niveau de remboursement des crédits, invasion acridienne notée en 2004, etc...) ont été à l'origine des nombreux dysfonctionnements que connaît aujourd'hui la gestion du crédit de la mutuelle.

Ainsi, des améliorations nécessaires pour atteindre le minimum requis ne manquent pas et peuvent se résumer en ces termes :

Ø Diversification des sources de financement

Ø Renforcement des capacités du personnel technique en microfinance, en comptabilité et analyse financière.

Ø Mise en place de procédures claires et précises notamment en terme de contrôle interne

Ø Renforcement du système d'information.

Nous pouvons aussi, noter que MEC AFER est membre de l'Association Professionnelle des Institutions de Microfinance d'Epargne et de Crédit (APIMEC) du Sénégal.

3-2/La formation du de ces MEC

Les Mutuelles souffrent souvent d'un manque de main d'oeuvre qualifiée. Et pourtant, chaque jour des diplômes restent à ne rien faire parce qu'ils ne trouvent rien à faire. Former ces gens pour qu ils forment à leur tour le personnel des mutuelles serait un investissement fort rentable (cf. chap.1)

Cette formation leur permettra de :

ü maîtriser les outils de gestion de base (journal de caisse, gestion de stock, compte de résultat, budget prévisionnel...) ;

ü élaborer un bon dossier de demande de crédit et bien gérer un crédit ;

ü mettre en place une gestion administrative de base ;

ü former un groupe aux connaissances et pratiques acquises ;

ü définir les étapes d'un plan stratégique en suivant une approche de marché et les appliquer à leur institution ;

ü réaliser une étude pour déterminer qui et où sont les clients ;

ü évaluer leur propre institution, en identifiant ses forces et ses faiblesses ... ;

La visite de certaines mutuelles nous a permis de constater que dans la plupart d'entre elles :

-Il n'y a pas d'agents pour établir les états financiers, procéder au contrôle sur pièce des opérations et enfin effectuer le suivi des prêts (elles font appel à des consultants externes pour ces taches) ;

-Il n'existe pas de politique claire de gestion des ressources humaines avec une définition précise des taches et des responsabilités des membres du personnel. Les agents ne disposent pas encore de fiches de poste formalisées.

-Il n'y a pas d'agents de crédit chargé de l'étude des demandes, du suivi et du recouvrement des prêts. Ce rôle est souvent joué par les coordinatrices de zone, des élues qui n'ont pas de compétences en microfinance suffisantes. Ceci à pour conséquence un suivi du portefeuille parfois défaillant et une absence d'homogénéité du travail mené par les différentes coordinatrices de zone.

-Les états financiers sont produits actuellement par un prestataire externe sur la base du grand livre des comptes. Cependant, ce dernier ne procède pas systématiquement à la vérification des données contenues dans le grand livre par un rapprochement avec les fiches individuelles des clients.

-Le personnel technique manque de formation pour produire et analyser les ratios de gestion classiques. Il n'y a donc pas d'analyse financière.

En définitif, le besoin de formation du personnel de ces structures financières reste un défi à lever. Cependant, ces manquements sont atténués par les partenariats.

Section4 : Les partenariats

Une façon pour une banque de s'impliquer en microfinance, sans s'exposer directement au risque, consiste pour elle, à développer des relations de partenariat avec les institutions de microfinance déjà en place sur le marché. Aussi, une façon pour une institution de microfinance de s'automatiser, de se viabiliser des ressources longues pour son développement futur consiste à nouer des relations de partenariat avec le secteur bancaire. Cette voie indirecte exhibe un manque de complémentarité, dans la mesure ou chaque institution dispose d'un avantage comparatif dans la production de son bien de référence.

En effet, les deux mondes se rapprochent par intérêt réciproque dans la mesure ou les banques et les IMF font chacune face à des contraintes spécifiques pour répondre à la question du financement de l'agriculture familiale : les banques cherchent à étendre leur clientèle notamment en milieu rural mais n'ont généralement pas de réseaux d'agences décentralisés ; les IMF, décentralisées en zones rurales, manquent souvent de ressources financières adaptées aux contraintes agricoles (volume, durée et saisonnalité) et rurales.

Les formes de partenariat entre microfinance et banque peuvent être diverses :

4-1/Partenariat financier

Le partenariat financier peut recouvrir plusieurs formes en fonction du degré de confiance liant les deux institutions. La forme de partenariat la plus courante et la plus simple est le placement auprès d'une banque de l'excèdent d'épargne de l'IMF. Cette forme de partenariat est une relation traditionnelle du client avec son banquier. Toutes les IMF, eu égard à la réglementation PARMEC, sont tenues de placer leur excédent de trésorerie en banque. Ce partenariat simple revêt une image de complémentarité dans la mesures ou les deux partenaires en tirent simultanément avantage : l'IMF trouvent un gage de sécurisation pour son épargne et la banque y trouve une source d'élargissement de son épargne.

Le refinancement de l'IMF par la banque requiert un degré de confiance plus important entre les deux institutions : la banque prête des ressources financières à l'IMF qui les reprête à son tour et s'engage à les rembourser.

Les conditions de refinancement taux d'intérêt, échéancier de remboursement du crédit) entre IMF et la banque, sont souvent difficiles pour l'IMF qui est le plus souvent en situation de faiblesse par rapport à la banque, mais ces conditions peuvent s'améliorer à mesure que la confiance se consolide entre les deux institutions. Une relation durable de confiance sera le plus souvent conditionnée par des résultats de gestion, des relations financières, l'application de normes réglementaires l'IMF doit pouvoir présenter régulièrement à la banque de refinancement.

4-2/Partenariat technique

Le partenariat technique est basé généralement sur la prestation de services de la banque au profit de l'IMF. Il peut porter sur la formation, le transfert de fond, l'audit, le contrôle, la mise à disposition par la banque de son infrastructure à l'IMF etc.

Les banques disposant d'une infrastructure matérielle et humaine conséquentes peuvent offrir aux IMF des possibilités de réduction de coûts d'ouverture de points de distribution de services de microfinance. Les banques de par leur personnel compétent dans plusieurs domaines afférents aux services financiers, peuvent jouer un rôle important dans la formation du personnel d'institutions de microfinance.

Pour les deux institutions, le partenariat technique est mutuellement bénéfique : une banque met ses guichets è la disposition d'une IMF peut en tirer avantage, en prenant, notamment, connaissance des habitudes d'épargne des clients à bas revenus.

En gros, la banque peut fournir à l'IMF des prestations en matière de formation, d'audit, du contrôle, de transfert de fonds.

4-3/Partenariat institutionnel

La forme la plus simple et qui engage moins la banque est le mécénat.

Cette formule de partenariat peut recouvrir plusieurs formes institutionnelles : parrainage, subventionnement, apport d'expertise, initiateur, maître d'ouvrage etc. Elle permet à la banque d'être reconnue comme supporter de la microfinance, sans exposer son image de marque.

Ce type de partenariat est plus fréquent dans les zones ou la microfinance est en phase de démarrage.

La CNCAS a joué un rôle déterminant dans la création de certaines IMF à l'image de la Mutuelle d'Epargne et de Crédit de Hann (MECH) à Dakar, la Mutuelle d'Epargne et Crédit du PRODAM à Matam et la Mutuelle d'Epargne et de Crédit de Sédhiou (devenue UMEC Sédhiou).

Elle est la principale partenaire des IMF en milieu rural et son partenariat avec ces dernières est fondé particulièrement sur le rôle de complémentarité que peuvent lui protiguer les IMF, dans l'atteinte des populations rurales.

D'autre formules de partenariat institutionnelles plus banales consistent à pour une banque à subventionner le démarrage d'IMF ou à édifier un trophée pour les acteurs de la microfinance.

Conclusion :

Au total, les IMF sont en pleine expansion au Sénégal.

L'une des ambitions de la microfinance rurale est d'étendre le marcher financier rural et de donner aux populations rurales un accès durable au marché financier englobant. Mais les nombreuses et diverses contraintes spécifiques aux zones rurales pèsent lourdement sur le développement de la microfinance rurale.

Pour mieux appréhender la situation de la microfinance rurale, on se propose de faire une étude panoramique de celle-ci.

CHAPITRE III : Etat des lieux de la microfinance en milieu rural

Malgré la forte progression de l'urbanisation, la majeure partie de la population sénégalaise est encore aujourd'hui rurale.

Le développement des activités économiques de ces populations a toujours été un enjeu majeur pour l'amélioration des conditions de vie et de lutte contre la pauvreté.

La microfinance devrait ainsi permettre de résoudre le problème mais l'environnement rural impose des contraintes spécifiques qui pèsent lourdement sur ses résultats. Il importe alors de passer en revu ces contraintes avant de se prononcer sur le bilan de la microfinance dans les zones rurales.

Section1: Les contraintes de la microfinance

Le milieu rural sénégalais est caractérisé par : une faiblesse des densités de populations, une absence des infrastructures, une faiblesse des revenus monétaires mais aussi les risques élevés de la finance agricole et un faible taux de remboursement des emprunts qui n'encouragent pas le développement des IMF.

1-1) Faiblesse des densités de population

En zone rurale, les villages sont peu peuplés (50 à 3000 hbts environ) et les distances qui les séparent sont souvent importantes (plusieurs km), avec de mauvaises pistes, pénible à parcourir.

Le tableau ci-dessous présente la répartition de la population de la communauté rurale de Gaé (villages du département de Dagana) selon la taille des villages à l'an 2000.

Nombre d'hbts

Nombre de villages

Population totale

Pourcentage

1 à 49

 
 
 

50 à 99

3

62

0,34

100 à 499

12

3520

019,39

500 à 999

4

3105

17,11

1000 à 1999

3

2381

13,12

Plus de 2000

2

9079

50,03

Total

24

18147

100

Source : CERP

La visite dans cette zone nous a permis de constater la dispersion et le sous peuplement des villages mais aussi leur éloignement (sauf quelques rares exceptions sont séparer par de faibles distances ; c'est le cas du village de Ndiarème Walo qui est limité à l'Est par le village de Gaé (environ 1.5 km), à l'Ouest par le village de Bokhol (environ à 3 km) et au Sud par la ville de Dagana (à 12 km), avec une population qui voisine les 2000 .

Dans de telles situations, réussir une masse de clients pour les IMF, demande de toucher de nombreux villages, de dévorer plusieurs km, de multiplier ainsi les contacts, les actions d'animation et de formation, puis par la suite, de suivi et de contrôle, ce qui coûte cher en terme de temps, pour les agents des IMF (temps dans les villages et temps d'accès), auquel il faut ajouter les coûts de transports (carburant, entretien, réparation, amortissement matériel roulant, .......).

A ces difficultés viennent s'ajouter celles liées au manque d'infrastructures.

1-2) Les infrastructures absentes, insuffisantes ou défectueuses

En milieu rural, pour la plupart des villages, les infrastructures de base telles que l'électricité, les routes et le téléphone, sont absents ou défectueux. Il n'existe pas de bâtiments fonctionnels à louer pour y loger soit les bureaux, soit les agences/caisses de l'institution de microfinance.

En l'absence d'électricité et de téléphone, il sera difficile pour les IMF de s'implanter dans ces milieux. L'usage des nouvelles technologies de l'information et de la communication (l'Internet, l'électronique,....) devient impossible.

En outre, la problématique du transport rural est aussi un handicape majeur au Sénégal. Certaines zones peuvent même se retrouver coupées du reste du pays pendant un bon moment, parce qu'enclavées.

La contrainte majeure du transport rural au Sénégal réside dans la mauvaise qualité des infrastructures routières, surtout sur les derniers maillons du réseau, constitués par les routes de désenclavement des communautés rurales et par celles des villages et des zones de production.

Le Programme National d'Infrastructures Rurales (PNIR), négocié en fin 1999 avait pour objectif de renforcer la capacité de gestion décentralisée des infrastructures rurales mais les résultats escomptés sont loin d'être atteints.

Ainsi, le coût des déplacements en zones rurales est très élevé (entretient, réparation, carburant, pertes de temps), contraignant les IMF à accéder à ces villages.

Outre ces charges, on note le risque très élevé de la finance rurale et la faiblesse de l'épargne locale.

1-3) Faiblesse des revenues monétaires et leur précarité

Pour pouvoir donner des crédits aux populations exclues du système bancaire, la microfinance a besoin de ressources financières.

Dans un premier temps de son développement, ces ressources ont le plus souvent été octroyées par des bailleurs de fonds, ou différentes sources d'aide extérieure.

Dans cette optique, bon nombre des institutions de microfinance vont s'appuyer sur la mobilisation de l'épargne locale qui sera retransformée en crédit. Mais l'agriculture n'assure pas aux agriculteurs et ruraux les revenus nécessaires.

L'arachide est la production agricole qui traditionnellement assure les revenus les plus importants aux agriculteurs et aux ruraux. Avec la crise arachidière, les revenus des producteurs poursuivent leur tendance baissière. Les exportations d'arachide ont rapporté 61 milliards en 2001 et 17 milliards en 2005. Pourtant, les paysans ont fait des efforts importants d'adaptation à la sècheresse, à la libéralisation des marchés et à la raréfaction des terres. Pour la grande majorité d'entre eux, les activités non agricoles rurales, urbaines et à l'émigration sont devenues structurellement indispensables à leur à leur survie. La banque mondiale estime les transferts officiels et non officiels des émigrés à environ un milliard de dollars US par an.

Dans le secteur de la pêche, la surexploitation des ressources se traduit par une baisse importante des prises et des exportations.

Le sous secteur de l'élevage doit faire face aux importations de volaille d'Europe, de moutons de tabaski des pays voisins et récemment de viande de boeuf d'Inde et du Brésil ce qui réduit fortement les revenus monétaires des populations concernées.

A cela, il s'ajoute le fait que les ménages ruraux qui ont une capacité à épargner des surplus financiers préfèrent investir dans des activités économiques, ou utiliser des formes traditionnelles d'épargne (bétail, stock de céréales, bijoux,....) qu'ils maîtrisent mieux, qui sont plus faciles à mobiliser en cas de difficulté. Les IMF rencontrent ainsi, d'énormes difficultés pour collecter l'épargne, en milieu rural.

1-4) Les risques liés à la finance agricole

L'agriculture est un secteur à haut risque : instabilité climatique et pluviométrique ; envahissement des champs par des criquets et des oiseaux destructeurs mais aussi la dégradation des terres traduite par un appauvrissement des soles entraînant une faible productivité.

Ces risques n'encouragent pas les IMF à s'implanter dans les campagnes.

Les activités agricoles se singularisent ainsi des autres secteurs économiques sur plusieurs aspects : la localisation de ces activités dans des zones enclavées caractérisées par une faible densité de population et le manque d'infrastructures (cf. section 1), la dépendance aux conditions climatiques et la temporalité des cycles de production, la saisonnalité des revenus et de façon plus générale la part limitée des revenus monétaires, la volatilité des prix des produits agricoles, des garanties peu fiables tant sur le plan juridique qu'économique.

Ces spécificités des activités agricoles impliquent une préméditation, un financement adapté tenant compte de la diversité des besoins en services financiers exprimés par les ménages agricoles ruraux aux profils variés.

Les efforts à fournir pour appréhender au mieux les besoins financiers des agriculteurs couplés aux risques que présentent ces activités constituent des obstacles supplémentaires à la mise en place d'une offre de services financiers destinée à l'agriculture.

Par ailleurs, la dynamique actuelle d'insertion de la microfinance dans les marchés financiers impose au secteur d'appliquer des taux d'intérêt permettant de couvrir les coûts engendrés par les services offerts (les IMF sont obligées de s'ouvrir au marché financier du fait de la faiblesse de l'épargne (cf. 1-3)). Cette exigence s'avère bien souvent en contradiction avec l'extension de la couverture rurale et surtout le financement de l'agriculture en raison du niveau de rentabilité relativement faible des activités agricoles financées.

Tous ces facteurs, expliquent le faible intérêt envers l'agriculture, porté par les IMF qui se sont prioritairement tournées vers les zones urbaines et périurbaines.

1-5) Le crédit non remboursé

Le crédit non remboursé reste un casse-tête pour la plupart des IMF dans les zones rurales. En effet, tel qu'il est pratiqué aujourd'hui, le microcrédit, comme tout crédit d'ailleurs, doit être remboursé. Il nécessite donc au niveau de l'emprunteur une bonne capacité de remboursement, aptitude qui bien entendu s'amoindrit si la personne est très pauvre, sans revenus fiables pour lui permettre de rembourser un prêt. Octroyer un prêt à de tels individus risque plutôt d'aggraver leur situation d'endettement et de pauvreté.

Souvent le gouvernement et les agents de coopération souhaitent utiliser la microfinance comme un outil de résolution de divers problèmes sociaux. Victimes d'inondations ou d'autres catastrophes naturelles, réfugies, chômeurs, autant de types d'individus se trouvant dans une situation de précarité que les gouvernements sont tentés de vouloir aider par le microcrédit depuis que celui-ci a été indexé comme un excellent outil de réduction de la pauvreté. Les programmes de microcrédit conçus pour ce type de situation fonctionnent cependant rarement. Ils enregistrent le plus souvent des taux d'impayés ou de non remboursement très élevés. Et ceci- ci renforce parfois la thèse de Malthus pour la non assistance aux pauvres.

Les crédits à moyen terme doivent en effet s'appuyer sur un système de garantie qui tient compte de la nature spécifique du patrimoine des ménages. Les IMF doivent par ailleurs acquérir des compétences d'analyse des capacités de remboursement des ménages ruraux à moyen terme et de la rentabilité des activités agricoles (analyse des risques et prix de marché, or l'information n'est pas toujours facilement accessible).

Cependant, il existe bel et bien des ruraux qui ont identifié des opportunités économiques et qui sont en situation de faire fructifier ces opportunités s'ils ont la possibilité de se procurer une petite somme d'argent au moment voulu.

Ainsi, les personnes pauvres qui travaillent dans des économies stables ou en croissance, qui ont démontré leur capacité à conduire les activités proposées dans un esprit d'entreprise et leur engagement à rembourser leurs dettes, sont nombreuses dans ces zones. Un résumé de la situation de la microfinance en milieu rural permet de voir plus claire.

Section2 : Un bilan peu satisfaisant

Les contraintes de la microfinance en milieu rural sont nombreuses et diverses. La pesanteur de ces contraintes gène la bonne fonctionnalité et l'opérationnalité des institutions de microfinance, ce qui ne manque pas de se répercuter sur la rentabilité des services financiers. Ainsi, bien que des acquis soient notés sur la microfinance rurale, nombreux sont ceux qui s'inquiètent par contre de ce qu'un souci excessif de la recherche du profit pousse les IMF à changer leur segment cible de client et à servir une clientèle plus aisée capable d'absorber des montants de prêt plus importants.

2-1) Une microfinance détournée de ses objectifs premiers.

La microfinance est désormais confrontée à de nouveaux enjeux dont dépendent sa pérennité mais aussi l'ampleur de ses effets économiques et socioéconomiques.

L'apparente contradiction de ces dernières années qui instituait comme priorité la construction viable et professionnelle d'IMF alors même qu'il leur était demandé de se mettre au service de la lutte contre la pauvreté dans ses dimensions les plus diverses, doit être levée.

Pour des raisons de rentabilité, la microfinance est peu impliquée dans le financement du monde rural.

Une descente dans certains villages a permis de constater que l'absence de services financiers y est encore manifeste et constitue un frein pour leur développement.

Le marché financier rural reste encore largement dominé par le secteur informel, les préteurs traditionnels, les avances sur les récoltes consenties par des commerçants (appelés « Djoulo ») qui s'assurent ainsi de leur approvisionnement.

Makhtar Dieng, un jeune paysan d'environ trente deux ans, le témoigne en ces termes : « Il n'y a pas de mutuelle d'épargne et de crédit ici à Ndiarème. Ce sont, les « Djoulo » qui nous prêtent souvent de l'argent pour l'approvisionnement en eau, en intrants. Mais les conditions sont difficiles puisque ce sont eux qui, au moment des récoltes, doivent acheter nos produits, avec des prix très bas. Certains arrivent parfois à s'échapper pour vendre une partie de leurs récoltes (principalement le gombo) à Dagana ou à Richard Toll à des prix intéressants. Mais c'est difficile car on nous surveille et nous devons respecter les engagements pris avec le « Djoulo ».

Cependant, il y'a deux mutuelles à Gaé (village voisin) : celles de la communauté rurale et celle qui vient de Saint Louis. Certaines personnes parviennent à trouver leur financement auprès de ces mutuelles et il y'a même d'autres qui vont dans les institutions financières qui sont à Dagana ou à Richard Toll ».

La plupart des IMF sont situées dans les villes éloignées des villages marginalisés et ont du mal à prendre en compte toutes leurs difficultés : les conditions d'emprunts restent compliquées et exigeantes en terme de pré requis, le remboursement n'est pas modulé en fonction des conditions de revenus des populations rurales et les sanctions sont fortes et constituent souvent un facteur discriminant pour les plus craintifs.

Il faut noter que la recherche de la viabilité financière tout en restant fidèle à la « mission » sociale demeure un casse-tête pour la plupart des IMF.

Ces institutions travaillent à un double objectif : la pérennité et l'impact social. Mais la pérennité passe par la rentabilité et la sécurisation des crédits, ce qui conduit à pratiquer des taux d'intérêts élevés et à préférer une clientèle moins vulnérable que celle qui domine dans les zones rurales.

De plus, les liens sociaux qui sont très importants en milieu rural (ils conduisent certains ruraux à emprunter pour un évènement social, religieux ou communautaire) ne sont pas pris en compte par les IMF qui ne considèrent que le facteur financier au lieu d'appréhender la pauvreté rurale dans sa globalité.

2-2) Des succès de la microfinance sur le économique

Les IMF ont apparu comme un vrai moyen d'impulser les activités génératrices de revenus et de créer des richesses.

Le gouvernement du Sénégal a fait des investissements de tailles dans ce domaine. En 2002, le ministère de la microfinance et de la PME/PMI a vu le jour avec comme mission principale de promouvoir le secteur de la microfinance. Dans la même lancé, le Fonds National de Promotion de la Jeunesse (FNPJ) a été créée en avril 2005 mais aussi le Fonds de l'Entreprenariat féminin en Décembre 2003 et bien d'autres structures.

Il s'en est suivi une prolifération des IMF sur la majeure partie du territoire national. Bien que la demande de services financiers en milieu rural n'est pas totalement couverte, la microfinance a réussi à financer des activités rurales telles que le commerce, la transformation agroalimentaire qui génèrent des revenus réguliers et des taux de rentabilité élevés.

Le FNPJ a injecté 150 millions de francs sous forme de petits crédits dans 14 départements du pays, a déclaré Vendredi 06 Avril 2007 à Tambacounda, Cheikh Cissé, le président du conseil d'administration du réseau des mutuelles d'épargne et de crédit de l'UNACOIS (Remecu) de Tambacounda. « Ces tous petits crédits concernent 331 promoteurs au niveau national répartis dans 14 départements », a déclaré Cheikh Cissé. « Cette politique vise à prendre en charge la jeunesse, en lui permettant de mener des activités génératrices de revenus et surtout de toucher les secteurs qui n'ont jamais eu de soutien souple, efficace et promoteur », a -t-il expliqué. Dans cette mouvance, la région de Tambacounda n'est pas en reste, car ce sont 91 promoteurs des différents corps de métiers de l'artisanat, du commerce, de la coiffure, menuiseries... entre autres qui bénéficient des crédits. Cheikh Cissé a toutefois rappelé qu'un « bon remboursement est synonyme de continuité, car ces crédits sont revolving ».

Les opportunités ne manquent pas dans les zones rurales. A Ndiarème par exemple, des personnes ont développé leurs activités grâce aux prêts octroyés par les mutuelles du village voisin et des institutions financières de Dagana et Richard Toll. Ce qui traduit une plus grande utilisation des ressources et dans une certaine mesure meilleure utilisation des fonds ainsi disponibles. Si le processus se poursuit, les investissements seront certainement de plus en plus efficaces par l'amélioration de leur taux de rendement et alors créeront les conditions et les bases d'un réel développement soutenu.

Sur le plan agricole, la microfinance a permis à des ruraux d'augmenter les surfaces cultivables mais aussi de se doter des moyens de production plus efficaces. Ce sont des ménages qui s'appliquent à gérer, à planifier leurs activités, leurs dépenses et leurs investissements. Ils comparent les rentabilités des différentes catégories d'activités, ils font des choix raisonnés d'investissement dans des activités nouvelles en fonction de l'état du marché.

Leur degré d'information est plus important que la moyenne : par une bonne insertion dans l'environnement économique et institutionnel, ils disposent d'informations sur les marchés, les projets, les opportunités... .

Leur sensibilité à l'innovation est grande : les innovations adoptées peuvent être des techniques culturales agricoles (intensification rizicole, adoption de nouvelles techniques comme le semis sous couvert végétal...) ou d'élevage mais aussi le développement de nouveaux créneaux de marché.

De plus en plus, naissent dans les villages, des groupements de femmes et de jeunes qui identifient ensemble leur projet et se font financer par les IMF. L'augmentation des revenus qui découle de ces microprojets fait que des ruraux disposent d'un pouvoir d'achat plus élevé leur facilitant l'acquisition des biens de consommation et d'investissement. Ce qui se traduit par une augmentation de la consommation privée des ménages. Cela implique que l'absorption de la production nationale sera importante, élevant ainsi le revenu national. Ce dernier étant lié positivement à l'épargne, il en résulte une augmentation de l'épargne nationale.

2-3) Des succès sur le plan socioculturel

Comme sur le plan économique, la microfinance a montré ses mérites sur le plan socioculturel.

La microfinance s'est fait, un outil d'émancipation pour les femmes. La mise en place progressive et souvent accentuée de mutuelles « genre » ou de structures financières spécialisées pour les femmes, la multiplication des microprojets qui, débouchent sur l'entreprenariat féminin, ont fait que l'impact socioculturel s'est fait sentir surtout chez les femmes.

Les effets positifs sont nombreux et peuvent être résumés comme suit :

· Le renforcement de la capacité des parents à faire face aux dépenses liées à la scolarisation des femmes ;

·La stabilité des familles, car les femmes, grâce aux activités génératrices de revenus, sont de plus en plus considérées par leurs conjoints qui les associent activement aux décisions concernant le foyer.

·Le brassage entre ethnie, induit par les groupements et les échanges de services.

·Le renforcement de l'accès aux soins de santé pour les membres de la famille (les mutuelles de santé deviennent de plus en plus nombreuses dans les zones rurales).

·L'appropriation par les clients, des bonnes méthodes de gestion notamment la tenue de comptabilité, le respect de leurs engagements vis-à-vis des tiers et une bonne pratique du marketing. En effet, avec le bas niveau de scolarisation et le faible taux d'alphabétisation qui caractérisaient la plus part des bénéficiaires de services de microfinance, les agents du secteur ont pris l'initiative d'offrir à ces derniers un encadrement dans les meilleurs conditions, dans le but de limiter au mieux les risques liés à l'ignorance qui implique la mauvaise gestion puis l'insolvabilité qui freine ou rend même aléatoire la capacité de remboursement des prêts consentis par les bénéficiaires.

L'encadrement se fait généralement en deux volets.

Un volet alphabétisation qui consiste à instruire les populations ciblées (notamment les femmes), en langue nationale principalement.

Un volet information et formation qui offre aux femmes, ainsi qu'aux autres ruraux concernés, un accès à la formation technique et technologique leur permettant de produire en quantité et en qualité acceptable et leur garantissant une place sur le marché local, régional et international. Ces femmes reçoivent parallèlement une formation en gestion qui leur permet de bien gérer et de rentabiliser leurs activités.

La mise en place de microprojets, tels que la transformation des céréales locales, des fruits et légumes grâce au microfinancement, est une illustration de l'intervention des SFD dans l'amélioration des revenus des femmes.

Cette intervention au niveau de la sécurité alimentaire a permis aux femmes des zones rurales de ne plus se contenter uniquement des taches de « femme aux foyer » mais d'être plus productives. Un grand apport financier leur est offert dans la stratégie de sécurisation alimentaire sachant qu'elles assument non seulement la plus grande partie de la production vivrière mais elles sont aussi responsables de toute la chaîne alimentaire depuis la production jusqu'à la consommation en passant par la distribution.

Le soutien apporté aux femmes par des IMF dans cette sécurisation apparaît aussi dans la création de banques de semences de cultures traditionnelles, le traitement des produits agricoles comme halieutiques, l'octroi d'équipements d'allègement des travaux tels que moulin, batteuses, décortiqueuses, etc... (cf. « Répertoire des Groupements de Promotion Féminine au Sénégal », publié en 1993 par l'ex Ministre de la femme, de l'enfant et de la famille.

Les services des IMF ont aussi permis aux femmes et plus globalement aux populations rurales de se départir d'une certaine habitude de thésaurisation et d'épargne. En effet, ils avaient l'habitude de constituer une épargne en nature (bétail, stock de semences et de céréales) avec tous les risques qui s'y rapportent (vol de bétail, mortalité du bétail, destruction des stocks principalement par les rongeurs et les pluies).

Toutefois, il faut noter que les succès de la microfinance sont loin d'être négligeables. Il est difficile, voir impossible de les quantifier ; la présente étude n'a fait qu'énumérer les points qui semblent être les plus importants.

Conclusion

Au total, nous notons que la microfinance n'a pas encore suffisamment répondu à la demande des populations rurales.

La diversité des contraintes, spécifiques aux zones rurales, combinée à l'objectif de rentabilité des IMF contribue largement à la marginalisation du monde rural.

CONCLUSION GENERALE

Au terme de ce mémoire, les constats suivants s'imposent :

·Malgré le nombre croissant des IMF, la demande rurale en produits et services reste insatisfaite. Ce déficit contribue à la persistance du chômage, à l'exode rurale mais aussi à la faiblesse de la contribution du secteur rural dans la formation du PIB.

·Bien que n'étant pas « la clef de voûte », capable à elle seule de développer notre économie rurale, la microfinance peut entraîner notamment par le crédit un effet de levier sur l'activité économique et socioculturelle des ruraux. Certains ruraux qui ont bénéficié des services de ces IMF n'ont pas manqué de le témoigner.

Il est unanime que l'accessibilité aux services financiers et son impact sur la croissance économique et la réduction de la pauvreté est d'une importance capitale. Mais nombreuses contraintes, spécifiques aux zones rurales, poussent les IMF à s'adresser d'avantage aux urbains ayant des activités et des revenus stables plutôt qu'aux ruraux.

Ces contraintes sont imputables à un défaut de formation des ruraux et du personnel des IMF, une insuffisance des infrastructures, à la faiblesse des densités de populations, aux risques liés à la finance agricole.

Au nombre des obstacles qui entravent le développement du secteur de la microfinance, on a pu les difficultés que rencontre la cellule AT/CPEC, liées à la concentration de ses services à Dakar et la faiblesse de ses capacités institutionnelles, humaines, matérielles et financières.

En réalité, le problème de la faible capacité institutionnelle et humaine qui entrave lourdement le développement du secteur peut être facilement solutionné. En effet, chaque jour des diplômés capables d'effectuer ces taches restent à ne rien faire tout simplement parce qu'ils ne trouvent rien à faire. Ainsi l'Etat et partenaires au développement doivent créer les conditions nécessaires à l'insertion des jeunes diplômés.

En bref, il urge aux acteurs du développement rural (partenaires au développement, pouvoirs publics, instances de régulations et de supervision, associations et dirigeants locaux, réseaux de microfinance ; représentants des institutions financières publiques et privées de tous types intervenant dans la finance rurale ; universitaires et experts spécialisés dans des domaines comme l'initiation aux notions financières et la recherche financière ; et les représentants des populations rurales), de se concerter pour créer ensemble, un environnement financier favorable au développement du secteur de la microfinance dans les zones rurales.

Une telle concentration des efforts conduira certainement à : un développement et une pérennisation des produits et services de microfinance dans les zones rurales, une pleine utilisation des facteurs de production, une augmentation du niveau de vie des ruraux et une bonne croissance de l'économie nationale.

ANNEXE : Répertoire des Mutuelles d'Epargne et de Crédit

Région de Louga

Département de Louga

1 - Mutuelle d'Epargne et de Crédit de Kelle Guèye (MEC Kelle Guèye)

2 - MEC des Artisans Ruraux et Urbains de Louga (MEC ARUL Louga)

3 - MEC de la zone de Potou (MEC ZOP)

4 - MEC des Agriculteurs Pasteurs et Pêcheurs (MEC APP)

5 - MEC du Bassin Arachidier (MEC BAS)

6 - MEC de montagne (MEC MONT)

7 - Alliance de Crédit et d' Epargne pour la Production- Agence de Louga

Département de Linguère

1 - MEC du Djolof (DJOMEC de Linguère)

2 - Caisse d'Epargne et de Crédit de Dahara (CAPEC Dahara)

3 - Caisse d'Epargne et de Crédit Thiargny (CAREC de Thiargny)

4 - MEC des Clubs de Solidarité de Linguère

5 - CREC de Barkédji

6 - MEC du Collectif des Organisations Communautaires de base pour le développement local de Sagatta Djolof (MEC/CODEL)

Région de Saint Louis

Région de Saint Louis

1 - Caisse d'Epargne et de Crédit des Artisans de Saint Louis (CEC AS)

2 - MEC de AFER Nord (MEC AFER Nord de Saint Louis)

3 - MEC des Pêcheurs Saint Louis (MEC MPS de Saint Louis)

4 - MEC Nangu Liguey de Saint Louis (MEC de Nangu Liguey)

5 - MEC Sukali Jiguenu Ndar (MEC SJD de Saint Louis)

6 - CEC Arrondissement de Rao de Saint Louis (CAPEC de RAO)

7 - MEC Naq Ted Saint Louis (MECNAQ TED)

8 - MEC de Gandiole

9 - MEC de la Maison des Eleveurs (MEC MDE de Saint Louis)

10 - MEC de Producteurs Agricoles de Rao (MEC PAR de Rao)

11 -MEC AFSDN

12 - MEC FEPRODES de Saint Louis

13 - MEC de Promotion Féminine de M'pal (MEC PF de M'Pal)

14 - Alliance de Crédit et d' Epargne pour la production Agence Saint Louis

15 - Alliance de Crédit et d'Epargne pour la Production Agence de Richard Toll

16 - CMS Agence de Saint Louis

Département de Podor

1 - MEC de Prolao

2 - CAREC de Guédé

3 - MEC des émigré de Pété (MEC Pété)

Département de Dagana

1 - MEC Fédération des Périmètres Autogérés de Rosso Béthio (MEC/FPA)

2 - MEC des émigrés de Walo Dioukhou (MEC de Walo Dioukhou)

3 - MEC des émigrés de Mame Fad Welle (MEC Mame Fad Welle)

4 - MEC du Délta de Ronkh (MEC du Délta)

5 - MEC du Walo (WAMEC)

6 - MEC de Dagana (MECDAG)

Région de Fatick

Département de Fatick

1 - MEC de l'Union des Femmes Commerçantes de Fatick (MEC UFCF)

2 - MEC le « Sine » (MEC le Sine)

3 - MEC des Artisans de Fatick (MEC AF)

4 - MEC de l'UNACOIS Fatick (MEC UF)

5 - Alliance d'Epargne et de Crédit pour la Production (ACEP Caisse de Fatick)

6 - Caisse d'Epargne et Crédit de DIRFEL

7 - MEC « Mbokator NJEGG JAM »

8 - CMS/Caisse de Fatick (CMS Fatick)

9 - ONG ACTION PLUS CEDS Afrique

10 - MEC « NDAP NE A SINIG » (MEC Ndap Ne A Sinig)

11 - CMS Caisse de Famela (CMS Famela)

Département de Foudiougne

1 - CMS Caisse de Djilor (CMS de Djilor)

2 - MEC « IMMEBIR » de Foudiougne (MEC IF)

3 - MEC Deggo Bokk Liggey

4 - CMS caisse de Keur Samba Gueye (Karang)

5 - CMS Caisse de Bassoul (CMS de Bassoul)

6 - CMS Caisse de Niodor-Dionewar (CMS Niodor-Dionewar)

7 - MEC UNACOIS Dév-Eco et Financier du Sénégal de Passy

8 - Entente des Groupements Associés de Toubaouta (MEC EGAT)

9 - ACEP de Passy Caisse de Passy

10 - CMS Caisse de Sokone (CMS de Sokone)

Région de Kaolack

Département de gossas

1 - CPEC Baol Ouadiour-Diakhao (CAPEC BODI/ARAF)

2 - MEC « Bokk XOL » (MEC Bokk Xoll)

3 - CMS/Caisse de Ginguinéo (CMS Ginguinéo)

4 - MEC « Bokk JOM » (MEC Bokk Jom)

Département de Kaffrine

1 - CMS/Caisse de Kaffrine (CMS de Kaffrine)

2 - Mutuelle d'Epargne et de Crédit et de Garantie des artisans (MECG)

3 - MEC Ndoucoumane

4 - ACEP de Kaffrine

5 - FDEA de Koungheul

6 - FDEA de Kaffrine

7 - Unions des Groupements Paysans de Koungheul (MEC Bambouk)

8 - CMS Caisse de Koungheul (CMS de Koungheul)

9 - MEC Noflaye (MEC Noflaye)

10 - MEC « TERANGA » (MEC Téranga)

11 - MEC « DIISSO » (MEC dissoo)

12 - MEC « Natangue » (MEC Natangue)

Département de Kaolack

1 - MEC Garanties des Artisans (MECG des Artisans)

2 - MEC RASEF

3 - Caisse d'Epargne et de Crédit « SAAX JAM » (CEC Saax Jam)

4 - Maison des Eleveurs de Kaolack (MDE de Kaolack)

5 - MEC AFEPES

6 - MEC COCOGES Kaolack

7 - MEC Développement Solidarité (MEC DS)

8 - Union des MEC UNACOIS pour la Dév .Eco et Financier (UMECUDEF)

9 - MEC des Opérateurs Eco de la Chambre de Commerce (MECOR)

10 - MEC UNACOIS Région de Kaolack (MECURK)

11 - MEC « TERANGA »/APROFES (MEC Téranga)

12 - Alliance de Crédit et d'Epargne pour la Production (ACEP de Kaolack)

13 - MEC AGROPROV

14 - MEC « LE MBOSSE »

15 - CMS de Kaolack

16 - Femmes Développement Entreprise en Afrique (FDEA de Kaolack)

17 - CMS de Ndoffane

18 - Femmes Développement Entreprise en Afrique (FDEA de Sibassor)

19 - CMS de Ndiaffat

20 - CMS de Dya Sibassor

Département de Nioro

1 - CMS de Nioro

2 - FDEA de Nioro

3 - CMS Caisse de Médina Sabakh (CMS de Médina Sabakh)

4 - MEC « Ndimbalante »

5 - MEC Téranga

6 - CMS de Wack Ngouna

Région de Dakar

Département de Dakar

1 - MEC ADECOL

2 - MECAS

3 - CAPFED

4 - CAPEC

5 - MEC DAK Soumbédioune

6 - MEC ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE

7 - MEC FENAPH

8 - MEC FAM ACAPES

9 - CEC/UCAD

10 - MECE

11 - MECH

12 - MECG-NAFA

13 - MEC RASEF

14 - MECAP

Département de Pikine

1 - MEC ADEFAP

2 - MEC FP

3 - MEC UGFPAME

4 - MUMAR

Département de Diamniadio

1 - MEC JAPPOO

Département de Rufisque

1 - MEC des femmes de Rufisque (MUFERU COUBALAMB)

Région de Diourbel

Département de Bambey

1 - MEC GFA

2 - MEC JEUNES

3 - MEC XEWEL SYSTEME

Région de Kolda

Département de Vélingara

1 - MEC des Producteurs du bassin de Anambe (MEC A)

Département de Sédhiou

1 - MEC des Acteurs du Développement Rural (MEC ADER)

2 - MEC des artisans de Kolda

3 - MEC des femmes de Kolda

SIGLES ET ABREVIATIONS

ACEP : Alliance de Crédit et d'Epargne pour la Production

AFER : Association des Femmes Entreprises Rurales

APIMEC : Association Professionnelle des Institutions Mutualistes d'Epargne et de Crédit

AT/CPEC : Assistance Technique aux Caisses Populaires d'Epargne et de Crédit

BCEAO : Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest

BOAD : Banque Ouest Africaine de Développement

CGAP : Groupe Consultatif d'Assistance aux Pauvres

CMS : Crédit Mutuel du Sénégal

CNCAS : Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal

CNCR : Comité National de Concertation et de Coopération des Réseaux

CPP : Chine Petits Paysans

DJOMEC : Mutuelle d'Epargne et de Crédit du Djolof

DPDA : Déclaration de Politique de Développement Agricole

DPS : Direction de la Prévention et de la Statistique

ENCR : Ecole Nationale des Cadres Ruraux

ENEA : Ecole Nationale d'Economie Appliquée

FASEG : Faculté des Sciences Economiques et de Gestion

FENAGIE : Fédération Nationale des Groupements d'Intérêts Economiques de

Pêche

FDEA : Femmes Développement Entreprises en Afrique

FNPEF : Fonds National pour la Promotion de l'Entreprenariat Féminin

FNPJ : Fonds National pour la Promotion de la Jeunesse

GIE : Groupement d'intérêt Economique

IMF : Institution de Microfinance

ISRA : Institut Sénégalais de Recherche Agricole

MEC : Mutuelle d'Epargne et de Crédit

NPA : Nouvelle Politique Agricole

ONG : Organisation Non Gouvernementale

OP : Organisation Paysanne

PED : Pays En voie de Développement

PNIR : Programme National d'Infrastructures Rurales

PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement

SFD : Systèmes Financiers Décentralisés

UM-PAMECAS : Union des Mutuelles du Partenariat pour la Mobilisation de l'Epargne et du Crédit au Sénégal

UNIFEM : Fonds de Développement des Nations Unies pour la Femme

BIBLIOGRAPHIE :

Communauté rurale de Gaé : « Plan local de développement de la communauté rurale »,

Sous préfecture de Mbane : « Monographie de la communauté rurale de Gaé »

Pr. Moustapha Kassé : « Planification et Financement du secteur rural »,

CGAP (Groupe Consultatif d'Assistance aux Pauvres) : BCEAO (Décembre 2004), « Analyse de la portée des systèmes financiers décentralisés »

MFEF (Ministère de la Femme, de l'Enfant et de la Famille): « Répertoire des Groupements de Promotion Féminine au Sénégal », 1993

CTB (Coopération Technique Belge) : « Services financiers en milieu rural en zone UEMOA », séminaire à Saly Portudal les 26 et27 Septembre 2005

BCEAO (Avril 2000), « Etude sur la viabilité financière des Systèmes Financiers Décentralisés »

Cellule AT/CPEC (2003), « Situation de la microfinance au Sénégal »

Cellule AT/CEPEC (2007), « Evolution des données du secteur »

Issa BARRO (Août 2004), « Diagnostic approfondi du secteur de la microfinance et analyse des opportunités d'investissement »

AFT/APA (17/12/2007) : Lancement à Dakar du projet « Microfinance en milieu rural »

MPMEEFMF (Ministère des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Entreprenariat Féminin et de la Microfinance) (2005-2010), « Lettre de politique sectorielle : Stratégie et plan d'action »

DID (Developpement International Desjardins) : « Finance et communautés »

ONUDI/PNUD/PELCP (Mars 2001), « Stratégie de promotion des micro et petites entreprises »