pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

L'enseignement/apprentissage de la lecture au college


par Martin GUIMFAC
Chaire UNESCO, Université MARIEN NGOUABI, Brazzaville - Doctorat thèse unique 2007
Dans la categorie: Enseignement
   
Télécharger le fichier original

sommaire suivant

A mon épouse,

à mes enfants ...

et, à titre posthume,

à Sa Majesté Ymelé René

REMERCIEMENTS

Nous exprimons notre profonde gratitude à Monsieur le Professeur Louis MARMOZ, titulaire de la chaire de l'Organisation des Nations Unies pour l'Education, les Sciences et la Culture (UNESCO) en Sciences de l'Education pour l'Afrique Centrale, pour ses avis décisifs en vue de la réalisation de la présente étude.

Nous remercions Monsieur le Professeur Mukala KADIMA-NZUJI pour avoir accepté, malgré ses multiples charges administratives et pédagogiques dans son institution universitaire, de présider le présent jury.

Nous rendons un hommage mérité à Monsieur le Professeur Paul NZETE, Maître de Conférences, qui a joué un rôle inestimable dans la formation de notre esprit scientifique. Nous n'oublierons jamais la courtoisie avec laquelle il nous a toujours reçu et la rigueur qu'il nous a imposée au plan méthodologique.

Que Messieurs les Professeurs et Maîtres de Conférences de la Chaire de l'Organisation des Nations Unies pour l'Education, les Sciences et la Culture (UNESCO) pour l'Afrique Centrale veuillent bien accepter l'expression de notre reconnaissance distinguée, pour l'appui inestimable qu'ils n'ont cessé de nous réserver.

Que soient remerciés Messieurs Joachim MANDAVO, Gilbert IBIOU, Marcel MISSAKIRI, Benoît MIAKALOUBANDZA, Philippe MAKITA, et Serge FERRARA, pour leurs lectures vigilantes et leurs remarques toujours perspicaces ainsi que Monsieur Joseph AKONDZO NGUIAMBO pour son amical soutien dans la réalisation de cette étude.

Que Monsieur Raphaël BANZOUZI, qui a assuré la mise en pages de cette étude, ainsi que Messieurs Martin TSAFACK et Norbert MOBENZA qui nous ont assisté au plan du traitement statistique des données, trouvent à travers ces mots l'expression de notre profonde reconnaissance.

SOMMAIRE

 
 

DEDICACE

REMERCIEMENTS

INTRODUCTION

CHAPITRE I : PRATIQUES PÉDAGOGIQUES ACTUELLES

1. L es supports didactiques actuels

A - L'extrait du programme

B - L'extrait du guide pédagogique

2. La prépa ration écrite

A - Le choix des textes

B - L'élaboration de la fiche de préparation écrite

3. Le mauvais déroulement des séances

A - Le manque de supports d'apprentissage

B - L'utilisation irrationnelle du tableau noir

C - Le manque de professionnalisme

CHAPITRE II : MISE AU POINT DES INSTRUMENTS D'ENQUETE ET PRE-ENQUETE

1. Mise au point des instruments

A. Le questionnaire

B. Les tests

2. Pré-enquête

A - Population cible

B - Instruments d'enquête

C - Leçons à tirer de la pré-enquête

CHAPITRE III  ENQUETE 

1. Administration du questionnaire

2. Administration des tests

CHAPITRE IV : TRAITEMENT DES DONNEES ET PRESENTATION DES RESULTATS

1. Traitement des données

A. Traitement des données qualitatives

B. Traitement des données quantitatives

Fondements théoriques

Analyse des données

2. Présentation des résultats

A. Tableaux synoptiques des résultats

B. Graphiques

3. Vérification des hypothèses de recherche

CHAPITRE V : EFFETS DES FACTEURS INDEPENDANTS SUR LES RÉSULTATS

1. L'effet de l'âge

2. L'effet de l'arrondissement de résidence

3. L'effet de la profession du père

4. L'effet de l'établissement

5. L'effet de la classe.

6. L'effet du type de classe

CHAPITRE VI : EFFETS CONJUGUÉS DES FACTEURS QUALITATIFS SUR LES VARIABLES QUANTITATIVES

1. Le croisement du facteur type de classe avec d'autres facteurs qualitatifs et la variable « oeil et esprit exercés »

2. La combinaison du facteur arrondissement de résidence avec d'autres facteurs qualitatifs et la variable « capacité à anticiper, à reconstituer »

3. Le croisement du facteur établissement avec d'autres facteurs qualitatifs et la variable « entraînement total »

CHAPITRE VII : INTERPRETATION DES RESULTATS ET DISCUSSION

1. Interprétation des résultats

A - Facteurs non significatifs

B - Facteurs secondairement significatifs

C - Facteurs principalement significatifs

2. Discussion des résultats

CHAPITRE VIII : NECESSITE DU RECOURS AUX INNOVATIONS PEDAGOGIQUES

1. La préparation écrite

2. L'élaboration de la fiche de préparation écrite

3. La conduite de la séance

4. L'exploitation ultérieure du texte

5. Des enjeux innovants

CHAPITRE IX : PERSPECTIVES

1. Grands champs pédagogique et didactique

A - Composantes de l'acte de lecture

B - Méthodes d'apprentissage

C - Approche des textes

D - Evaluation

2. Utilité de la contribution du milieu

A - Contribution du milieu au plan affectif

B - Contribution du milieu au plan cognitif

C - Contribution du milieu au plan de l'action

3. Importance du support d'apprentissage

4. Nécessité du recours à un nouveau profil d'enseignants

5. Nécessité du recours à l'approche par les compétences

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

ANNEXES

1. Instruments de collecte de données

2. Données brutes

3. Dictionnaire des variables

INDEX DES NOTIONS ABORDEES

INDEX DES AUTEURS CITES

INDEX DES TABLEAUX

 

INTRODUCTION

Les systèmes éducatifs des pays africains francophones subsahariens font l'objet de solides critiques parce qu'ils dispensent des enseignements peu pertinents, confèrent une formation obsolète et ne favorisent pas l'intégration des apprenants dans leur milieu. Les Africains s'en plaignent et dénoncent la baisse des rendements scolaires, particulièrement en lecture qui est désormais au coeur de tous les débats sur l'éducation au point où l'échec de son enseignement est perçu comme celui de toute la scolarité.

La lecture est pour l'apprenant un moyen indispensable d'accès aux autres disciplines scolaires. Elle constitue pour l'adulte un nécessaire outil d'accès à la presse, aux documents administratifs usuels et à la culture.

Il importe pour améliorer la qualité de l'enseignement en général de perfectionner celle de l'enseignement de la lecture en particulier, discipline transversale. C'est pour partager ce souci que la présente étude porte sur l'enseignement de la lecture.

Il est certain qu'il existe de nombreux travaux sur ce thème qui ont porté entre autres sur la pratique de la lecture à l'école, les méthodes de lecture, les difficultés d'apprentissage de la lecture, l'évaluation de la lecture, l'impact des bibliothèques et des centres de documentation et d'information sur les rendements scolaires, la place de la lecture dans les exercices littéraires, l'enseignement de la lecture expliquée en sixième dans une classe à larges effectifs, l'implantation de l'industrie du livre en Afrique noire.

Néanmoins, de nombreuses pistes d'étude sont encore inexploitées ou elles sont insuffisamment approfondies et de ce fait méritent des études complémentaires.

1. Délimitation du sujet

L'étude porte sur l'enseignement de la lecture au collège. La lecture concerne plusieurs types de supports, mais dans le cadre de la présente étude nous nous limitons au support textuel écrit en français.

Nous avons choisi la classe de 3e parce qu'elle constitue la passerelle entre le premier degré et le second du cycle secondaire. Elle est également la classe au terme de laquelle, l'apprenant peut soit s'engager dans la vie professionnelle, soit poursuivre ses études au second degré du même cycle, à l'enseignement général ou technique et professionnel.

Brazzaville, capitale politique de la République du Congo, peut être considérée comme type de microcosme linguistique national. En effet, l'espace linguistique national comporte le français comme langue officielle1(*), deux langues nationales véhiculaires (le lingala et le kituba) et des langues vernaculaires.

En considérant les populations autochtones, Brazzaville est constituée de deux zones sociolinguistiques mais à l'heure actuelle, nous pouvons diviser cette ville en trois zones.

- zone A : elle est composée des arrondissements de Makélékélé, de Bacongo et de la partie sud de l'arrondissement de Mfilou. Tous types de langues y cohabitent : le véhiculaire congolais kituba, le français et des langues vernaculaires des départements de la zone sud de la République du Congo.

- zone B : elle compte les arrondissements de Poto-Poto et de Moungali, où sont parlés les deux véhiculaires nationaux (lingala et kituba), le français et les autres langues africaines.Ces arrondissements sont partiellement peuplés des ressortissants d'autres pays africains notamment ceux qui parlent le bambara, le wolof.

- zone C : elle comprend les arrondissements de Ouenzé, de Talangaï et de la partie nord de l'arrondissement de Mfilou. Les citoyens y parlent principalement le lingala, le français et des langues vernaculaires des départements de la zone nord de la République du Congo.

Nous aurions souhaité étendre cette étude à l'ensemble des établissements de l'enseignement secondaire premier cycle de la ville de Brazzaville. Elle aurait impliqué tous les apprenants admis en classe de troisième, dont l'âge varie entre 12 et 20 ans, au titre de l'année scolaire 2003 - 2004. La modicité de notre budget de recherche et le temps imparti pour une étude de ce niveau ne nous l'ont pas permis. C'est pourquoi, nous n'avons retenu que les établissements suivants :

- le collège d'enseignement général Angola Libre, dans la première zone sociolinguistique,

- le collège d'enseignement général du 8 février 1964, dans la deuxième zone sociolinguistique,

- le collège d'enseignement général Lheyet Gaboka, dans la troisième zone sociolinguistique.

2. Définition des concepts

Dans l'intitulé du sujet, les concepts d'enseignement, d'apprentissage, de lecture et d'enseignement de la lecture méritent d'être expliqués. En effet, chaque concept est compris sous plusieurs acceptions, mais nous avons préféré celles qui conviennent au contexte de l'étude.

Le terme enseignement fait référence à l'action de transmettre des connaissances. Il désigne la manière de traduire en éléments simples, cohérents et transmissibles, le savoir scolaire à partir duquel l'apprenant doit construire son propre savoir aux différents stades de sa progression. L'enseignement consiste aussi à préparer les conditions pour que l'apprentissage se réalise, selon le mode transmissif ou selon le mode constructiviste, en fonction du profil d'apprentissage de l'apprenant. Les études de neuroscience montrent que les apprenants réussissent mieux lorsque le style d'enseignement est adapté à leur style de pensée. Les chercheurs ont identifié depuis longtemps des styles d'apprentissage différents selon que l'hémisphère cérébral dominant du sujet est gauche ou droit.

Si l'hémisphère cérébral du sujet est gauche, il apprend mieux de façon analytique, en allant du détail à l'ensemble et grâce à une représentation séquentielle. S'il est droit, il apprend mieux de façon globale, en allant du tout à la partie, et en appréhendant simultanément les objets d'apprentissage à acquérir. Ce type d'apprenant apprécie les représentations visuelles avec croquis et schémas. Il recourt souvent à des analogies.

En situation d'enseignement/apprentissage, le professeur a intérêt à utiliser successivement les deux modes de présentation (global et analytique) des données à dispenser. Faute de quoi, il risquerait de conduire inéluctablement à l'echec les apprenants globaux soumis à un enseignement analytique et vice versa.

Cela implique de la part du professeur une bonne formation psychopédagogique et une information suffisante sur les programmes, les supports didactiques et pédagogiques ainsi que sur le niveau de langue des apprenants auxquels il doit faire face.

L'apprentissage désigne le processus d'acquisition des connaissances, des habiletés (savoir faire) ou des attitudes (savoir être) par un apprenant. Il peut également faire référence aux connaissances, aux habilités ou aux attitudes qu'un apprenant peut développer. Le processus d'apprentissage se réalise soit à partir du mode transmissif soit à partir du mode constructiviste. Le mode constructiviste intéresse, selon Philippe Jonnaert (2002),

- la dimension constructiviste du processus d'appropriation et de construction des connaissances par un sujet ;

- la dimension interactive de ce même processus, puisque les connaissances du sujet y sont mises en interaction avec l'objet à apprendre ;

- la dimension socio puisqu'il s'intéresse aux apprentissages en contexte scolaire à propos des savoirs codifiés2(*).

En bref, l'apprentissage scolaire est un processus dynamique par lequel un apprenant, à travers une série d'échanges avec ses pairs et l'enseignant et le professeur, met en interaction ses connaissances avec des savoirs dans le but de construire de nouvelles connaissances adaptées aux contraintes et aux ressources de la situation à laquelle il est confronté dans l'objectif d'utiliser ses nouvelles connaissances dans des situations non didactiques.

La lecture s'inscrit dans le schéma du fonctionnement général de la communication dans la mesure où elle apparaît dans une situation de communication écrite. En effet, lire c'est tenir dans une situation de communication le rôle du récepteur c'est-à-dire celui de s'approprier la quintessence du message que le texte est censé véhiculer.

A propos de l'enseignement de la lecture, il nous paraît utile d'esquisser un bref aperçu historique des méthodes. La littérature sur les méthodes d'enseignement de la lecture fait successivement état des méthodes épellative, syllabique, phonétiques, globale, semi-globale et phonologiques3(*).

La méthode épellative

Elle part de ce qui est simple (la lettre) vers ce qui est complexe (le mot puis la phrase). L'apprentissage se fait du particulier au général.

* 1. La constitution du 20 janvier 2002 de la République du Congo stipule en son article 6 : la langue officielle est le français. Les langues nationales véhiculaires sont le lingala et le kituba.

* 2. Philippe, JONNAERT (2002), Compétences et socioconstructivisme, Bruxelles, Editions de Boeck Université.

* 3. IPAM (1993), Guide pratique du maître, Paris, EDICEF, pp 191-211.

sommaire suivant