pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

La problématique de l'exploitation minière artisanale dans la province du Katanga ( cas du district de Kolwezi)


par Joseph KUMWIMBA MUSAO
Institut Supérieur d'Etudes Sociales - Licence en sociologie industrielle 2009
Dans la categorie: Arts, Philosophie et Sociologie > Sociologie
   
Télécharger le fichier original

sommaire suivant

INTRODUCTION GENERALE

«Longtemps décriée pour ses effets sociaux et environnementaux dévastateurs, la mine artisanale se répand dans une grande partie du monde, notamment en Afrique. Pour nombre de pays et de communautés, elle représente une voie vers le développement et la croissance ». (Magazine Géosciences No 1, janvier 2005)

«  Je ne suis pas un enfant travailleur. Je ne suis qu'un enfant. Aujourd'hui, près de 250 millions d'enfants sont astreints au travail, sans perspectives d'avenir. Il faut que cela change ». (Magazine du B.I.T. Travail n°48, Sept. 2003).

« L'exploitation artisanale dans les mines du Katanga est un marché self -service et anarchique, à la limite de l'informel et duquel le pays ne tire en réalité aucun profit substantiel. Tout au plus permet-il aux masses désoeuvrées de s'assurer une certaine survie » (Quotidien le potentiel, édition 3679 du samedi 18 mars 2006).

« Le travail des enfants constitue une des pires formes de travail». (Convention N°182 de l'OIT).

0.1. Présentation du sujet

Ce présent mémoire rédigé en vue de l'obtention du diplôme de licencié en sociologie appliquée, option sociologie industrielle se propose d'approcher la problématique de l'exploitation minière artisanale dans le district de Kolwezi. En effet, nous voudrions par là dire que la paupérisation des masses laborieuses habitant la province du Katanga comme c'est le cas à Kolwezi, ne pourra trouver d'issue radieuse à la suite d'une fonctionnalisation par trop précoce des enfants dans les mines et carrières. Il sera question de faire une critique de l'organisation de l'exploitation minière artisanale et l'encadrement des exploitants miniers artisanaux tel qu'il se fait à Kolwezi.

Aussi, avions-nous estimé, en notre qualité de sociologue que nous étions habilité à produire une analyse qui soit de nature à nous amener à échafauder une explication pertinente sur ce phénomène.

0.2. Justification du choix et de l'intérêt du sujet

Dans cette étape si importante de la recherche scientifique, nous tenons à faire remarquer que le choix que nous avons porté sur ce sujet n'est pas le fait du hasard ou d'une complaisance quelconque.

Si nous avons choisi ce sujet «la problématique de l'exploitation minière artisanale dans la province du Katanga en considérant le cas du district de Kolwezi, c'est par l'importance que nous accordons à cette activité utile qui fait vivre des milliers de gens dépourvus d'emplois, laquelle activité constitue une alternative au chômage pour notre pays incapable de créer de nouveaux emplois. Comme d'aucuns le savent, la progression vertigineuse des activités du secteur minier artisanal n'est pas sans conséquences fâcheuses sur la ville de Kolwezi. La présente étude aura d'une part, le mérite de mettre à la disposition de tout intellectuel désirer de cogiter sur l'exploitation minière artisanale un outil de travail judicieux (intérêt théorique), d'autre part, ce travail permettra aux décideurs politiques de prendre conscience des insuffisances et failles dont fait montre l'organisation de l'exploitation minière artisanale. (Comment expliquer par exemple la présence des enfants dans les mines et carrières exerçant le métier de creuseurs alors que leur place est à l'école ?)(Intérêt pratique).

Ce thème est d'autant plus important pour la RDC en ce sens que l'exploitation artisanale constitue en effet, avec l'agriculture le moyen de subsistance dans le district de Kolwezi. C'est pourquoi notre sujet, par et à travers les recommandations scientifiques observées veut aboutir à des conclusions, des suggestions et stratégies plus objectives ; lesquelles pourront susciter l'attention de la communauté « kolwezienne » et servir de bases de références à d'autres chercheurs qui entreprendraient les mêmes recherches pour qu'ils aillent de l'avant.

De même, en notre qualité de sociologue, cette question nous intéresse surement car les problèmes que suscite l'exploitation artisanale sont des impératifs et des urgences auxquelles nous devons réfléchir afin de sauver l'image de cette activité qui du reste, demeure un palliatif au sous emploi et chômage, maux dont souffre notre pays. En outre, il serait pour nous criminel de nous taire face à une situation devenue un fait de société de notre milieu de peur de ne pas tomber dans «  le pakavilisme ».

Pouvons-nous prétendre être le premier à avoir approché scientifiquement ce phénomène ? Non. Des études antérieures à la nôtre existent.

sommaire suivant