pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Mise en place d'une architecture VPN MPLS avec gestion du temps de connexion et de la bande passante utilisateur


par William Landry SIME SIME
3IL(Institut d'ingenierie d'informatique de Limoge)/ISTDI - Master Europeen en Informatique OPTION: Administration systémes resaux 2009
Dans la categorie: Informatique et Télécommunications
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

V- Avantages des réseaux de type MPLS

 Le MPLS offre aux opérateurs des services adéquats à leurs attentes, au niveau de la garantie de transfert et la disponibilité de la bande passante. La gestion des flux de trafic, l'optimisation de la détermination de l'acheminement des paquets, la garantie de la bande passante constituent des améliorations conséquentes par rapport aux technologies utilisées pour les trafics traditionnels. Le fonctionnement des labels facilite considérablement la reprise du routage après des défaillances du réseau. Ceci garantit une pérennité des accès aux données. La labellisation des paquets : « le chemin le plus court n'est pas toujours le meilleur », avec le MPLS, une politique peut être établie afin que les paquets suivent un chemin défini. Ainsi, il est possible d'alléger les liaisons, favorisant le confort et évitant la congestion des liens. Les VPN en environnement MPLS permettent de réduire la complexité d'un grand réseau. Il sera possible d'utiliser des adresses privées dans un réseau public ; ajouter de la QoS sur les liaisons en fonction des relations entre les différents sites. Ceci favorisera également la sécurité au sein du réseau via un contrôle de flux. MPLS sert ainsi à la gestion de la qualité de service en définissant 5  classes de services :
 Vidéo : La classe de service pour le transport de la vidéo possède un niveau de priorité plus élevé que les classes de service de données.

 Voix : La classe de service pour le transport de la voix possède un niveau de priorité équivalent à celui de la vidéo, c'est-à-dire plus élevé que les classes de service de données.

 Données très prioritaires (D1) : Il s'agit de la classe de service possédant le plus haut niveau de priorité pour les données. Elle sert notamment aux applications ayant des besoins critiques en termes de performance, de disponibilité et de bande passante.
 Données prioritaires (D2) : Cette classe de service correspond à des applications non critiques possédant des exigences particulières en termes de bande passante.

Données non prioritaires (D3): représentant la classe de service la moins prioritaire. L'augmentation des flux d'informations transitant à travers les réseaux, en particulier le réseau Internet, a engendré une nécessité de consommation de bande passante de plus en plus grande depuis ces dernières années, cette demande a favorisé l'évolution de ces différents réseaux ce qui a par la même occasion augmenté la complexité de gestion de l'ensemble de ces réseaux.

Jusqu'à présent, afin de garantir une bande passante, une sécurité ainsi qu'une qualité de service suffisante aux besoins grandissant des utilisateurs, différentes technologies ont été utilisées. Parmi celles-ci figure le protocole ATM (Asynchronous Transfer Mode) permettant de garantir des qualités de services ainsi que l'usage du protocole RSVP (Ressource ReserVation Protocol) qui ont été principalement utilisés pour transporter des paquets IP à l'aide de cellules ATM. Cependant, toutes ces technologies utilisées jusqu'à maintenant n'étaient pas optimales concernant la gestion ainsi que la maintenance des réseaux. C'est pourquoi, afin de palier à ces problèmes, une équipe de l'IETF (Internet Engineering Task Force) se forma en 1997 pour mettre au point ce qui s'appellera par la suite le MPLS. Au niveau des améliorations, le MPLS permet une meilleure gestion du routage, de la commutation ainsi que du transfert de paquets au travers de réseaux de nouvelle génération. Mais ce n'est pas tout puisque le MPLS va de plus permettre de résoudre de nombreux problèmes énoncés précédemment en améliorant quatre principaux aspects :

· possibilité de définir à l'avance le chemin que devront emprunter des données ou types de données transitant sur le réseau (Trafic Engineering).

· facilité de création de tunnels IP et de VPN (Virtual Private Network) au niveau notamment des fournisseurs d'accès à Internet, et résolution des problèmes liés à la multiplication de ceux-ci.

· indépendance des protocoles de couches 2 et 3 du modèle OSI avec le support de l'IPv6, IPv4, IPX et AppleTalk au niveau de la couche 3, et d'Ethernet, Token Ring, FDDI, ATM, Frame Relay et PPP au niveau de la couche 2.

· interaction entre les protocoles de routage existants tels que OSPF (Open Shortest Path First) ou encore BGP (Border Gateway Protocol).

précédent sommaire suivant