pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Le rôle de l'apprentissage de l'oral dans la remédiation


par Djamel Eddine Sayoud
Institut De Formation Et De Perfectionnement Des Maitres - M.E.P 2010
Dans la categorie: Enseignement
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

    République Algérienne Démocratique Et Populaire
    Ministère De L'éducation Nationale
    Institut De Formation Et De Perfectionnement Des Maitres
    Ahmed Medeghri -Saida-

    Mémoire de fin de formation
    En vue de l'obtention du M.E.P

    INTITULE DU MEMOIRE

    Le rôle de l'apprentissage de l'oral dans la remédiation des difficultés de l'écrit, cas du 3e AP.

    Présenté et soutenu publiquement par : Encadreur :

    *Sayoud Djamel Eddine *Mlle Mehdaoui Samia

    *Ziani Djallel

    *Morsli Yamina

    République Algérienne Démocratique Et Populaire
    Ministère De L'éducation Nationale
    Institut De Formation Et De Perfectionnement Des Maitres
    Ahmed Medeghri -Saida-

    Mémoire de fin de formation
    En vue de l'obtention du M.E.P

    INTITULE DU MEMOIRE

    Le rôle de l'apprentissage de l'oral dans la remédiation des difficultés de l'écrit, cas du 3e AP.

    Présenté et soutenu publiquement par : Membre du jury :

    *Sayoud Djamel Eddine * -Président

    *Ziani Djallel * -Rapporteur

    *Morsli Yamina *Mlle Mehdaoui-Encadreur

    Dédicace

    Nous dédions ce mémoire : À nos chers parents,

    À nos frères et soeurs,

    À nos amis,

    Et à tous ceux qui nous aiment.

    Remerciements

    Nous remercions tout d'abord dieu pour son aide et sa bénédiction.

    Nous tenons à remercier tous ceux qui nous ont aidés de près ou de loin pour ce modeste travail.

    Notre sincère gratitude s'adresse à notre encadreur Mlle Mehdaoui et à tous nos professeurs formateurs.

    Sommaire

    *Introduction générale

    Chapitre 1 : Définition et généralité

    1. Statut de la langue française en Algérie.

    2. Objectifs de l'enseignement du FLE en Algérie en 3e AP.

    3. Compétences et objectifs d'apprentissage en 3e AP.

    4. Identification et classification des activités en 3e AP.

    5. Stratégies d'apprentissage et d'enseignement.

    6. Difficultés de l'enseignement /apprentissage du FLE.
    Chapitre 2 : Passage de l'oral a l'écrit en 3e AP

    1. Relation entre l'oral et l'écrit.

    2. De l'oral à l'écrit.

    3. Comment passer de l'oral à l'écrit.
    3.1. Approche communicative.

    3.2. Actes de parole.

    3.3. Apprentissages linguistiques.

    Chapitre 3 : Enquête de terrain

    1. Présentation de l'enquête.

    2. Analyses et traitement des résultats.

    3. Échantillons.

    *Conclusion générale *Bibliographie

    *Annexes

    Introduction générale :

    La compétence de communiquer constitue l'un des soucis majeurs du professeur de langue qui est toujours prêt à identifier et à choisir des tâches répondant aux buts et aux objectifs du programme de l'enseignement et permettant une meilleure communication pour l'apprenant.

    Et dans le cadre de la nouvelle réforme de l'enseignement au cycle primaire, le français est introduit depuis l'année 2006/2007 à partir de la 3e année primaire au lieu de la 4e année primaire. Cette nouvelle mesure vise principalement à familiariser l'élève à la langue française. Deux grands domaines d'enseignement/apprentissage sont pris en considération (l'oral et l'écrit), en accordant la priorité à l'oral.

    Donc le but de notre travail est de montrer l'importance de l'oral dans l'enseignement et l'apprentissage du FLE en 3e AP.

    Nous comptons répondre à la question suivante : l'oral est une compétence langagière, comment peut-elle servir à préparer l'apprenant à l'écrit dans le milieu scolaire algérien (cas du 3e AP) ?

    Cette étude nous permet de relever l'importance de l'oral et son rôle dans la mise en place des mécanismes de la prononciation et de l'articulation des sons pour une bonne initiation à la lecture, à l'écriture et à la prise de parole dans l'échange langagier.

    Notre recherche s'est articulée en deux parties, dans la première partie nous décrivons le processus d'enseignement / apprentissage au cycle primaire et nous choisissons la 3e AP en citant les différentes étapes du déroulement des activités orales et nous citons les objectifs que doit atteindre cette compétence.

    Nous citons également les différentes stratégies engagées dans le passage de l'oral à l'écrit.

    La deuxième partie est plutôt une partie pratique, dans laquelle nous décrivons les différentes étapes de l'enquête et le traitement des résultats en présentant des échantillons pour les confrontés aux données théoriques annoncées dans la première partie et qui sera close par une conclusion générale.

    Nous focalisons dans ce modeste travail sur une seule hypothèse, dans laquelle nous pensons que les enseignants n'appliquent pas bien la nouvelle approche « l'approche par compétence » et ils suivent toujours la méthode traditionnelle qui se concentre surtout sur l'écrit ; d'où la cause principale de l'échec dans le passage de l'oral à l'écrit.

    Partie

    théorique

    apitre

    La 3e AP constitue la première année d'enseignement / apprentissage de la langue française comme langues étrangère. A ce stade des apprentissages, l'enseignement vise essentiellement la construction de la langue, sur les axes phonologiques, morphologiques, et morphosyntaxiques à des fins de communication. Durant cette année, l'élève construit conjointement ses apprentissages à l'oral et à l'écrit.

    Le programme de la 3e AP vise essentiellement la mise en place d'un stock lexical structuré, La maitrise de faits de langue fondamentaux et L'acquisition d'un savoir lire (par l'articulation du code et du sens) et d'un savoir écrire (activités d'écriture et production de textes courts).

    1. L'enseignement et l'apprentissage du français en Algérie : (statut)

    En Algérie, le français est une langue très vivante, et toujours présente dans tous les domaines parallèlement à la langue arabe. Ceci est la conséquence de l'histoire coloniale qui a duré 132 ans.

    Alors l'Algérie n'a pas choisi d'être francophone mais en quelque sorte, le français est une langue imposée.

    La langue française devient une langue d'enseignement et on lui accorde beaucoup plus d'importance. D'une année à une autre les reformes se succèdent en améliorant le niveau du français et en l'intégrant dans tous les domaines.

    L'ajout d'une année en cycle moyen à partir de l'année 2003 et l'introduction de la langue française en 3ème année primaire en 2006/2007 impliquent la production de nouveaux manuels scolaires.

    Tous ces changements qui cherchent à donner à la langue française ce qu'elle mérite, ont certes, perturbé l'enseignant et ils ont désorienté l'élève mais ils ont vraiment contribué à donner au français son << véritable statut »*1.

    << En fait, le français en Algérie a vécu plusieurs évolutions, d'une langue du colonisateur à une langue de littéraire, et finalement un véhicule de la culture algérienne et idiome de la modernité, de la science, de la technologie et de l'ouverture de l'algérien sur le monde »*2.

    1 : véritable statut : une deuxième langue en Algérie.

    2 : KANOUA, S. Culture et enseignement du français en Algérie, édition Synergies, Alger, 2008, p88.

    2. L'objectif de l'enseignement du FLE au primaire :

    << L'enseignement du français au primaire a pour but de développer chez les jeunes apprenants des compétences de communication à l'oral et à l'écrit »*1

    Les premières années du cycle primaire constituent une base pour l'apprenant et une période d'acquisition et de construction de ses apprentissages à l'oral comme à l'écrit.

    L'enseignement/apprentissage du 3e AP a pour objectif d'acquérir des compétences de communication pour ensuite les développer en 4e AP et en 5e AP.

    Les compétences à installer relèvent de trois niveaux et objectifs d'apprentissage :

    1. Oral/réception (compréhension orale)

    2. Oral/production (production orale)

    3. Écrit/réception (compréhension écrite)

    4. Écrit/production (production écrite)

    Chaque année du cycle primaire à un développement selon les degrés suivants :

    · 3e AP : initiation.

    · 4e AP : renforcement/développement.

    · 5e AP : consolidation/certification.

    1 : nouveau programme du 3e AP, p3.

    3. Compétences et objectifs d'apprentissages au 3e AP: 3.1 L'oral :

    a) Réception (écouter/comprendre) Au niveau de la réception les compétences à installer sont :

    D'une part, la familiarisation avec le système phonologique et prosodique du français, par conséquent, l'apprenant vas être mis en situation d'écoute, il découvre différentes intonations et sons de la langue, et il va mémoriser des mots, des phrases et des courts textes.

    D'une autre part, la construction des sens d'un message par l'identification du thème général, des interlocuteurs, du cadre spatiotemporel, de sentiments, d'émotions à partir d'une intonation...etc.

    b) Production :

    « Au niveau de la production, c'est-à-dire du `'dire» ou du `'parler», la compétence est l'apprentissage de la prise de parole soit pour s'exprimer, soit pour communiquer dans un échange »*1.

    Nous avons remarqué que l'oral est de comprendre est de parler, donc il faut mettre l'apprenant en situation de communication pour qu'il puisse développer une compétence à l'oral.

    1 : ZAIBEK, H. l'enseignement du français langue étrangère en 3e AP, INFPE, Algérie, 2008, p8.

    Pour que la communication orale prenne tout son sens, il faut tenir compte d'évènement indissociable.

     
     
     
     

    Apprentissage du verbal

     

    Le verbal (énoncé

    linguistique)

     
     
     
     
     
     

    Oral

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Apprentissage du

    non verbal.

    Le non verbal (l'intonation, la mimique, le contexte)

    3.2 L'écrit :

    a) Réception :

    En ce qui concerne la réception c'est-à-dire le décodage et la compréhension. L'apprenant va être amené à connaitre le système graphique du français ; il va découvrir de nouveaux graphèmes, et il va également repérer certains mots connus, et pouvoir lire des mots, des phrases et plus tard un texte.

    Par ailleurs, à l'écrit, il va être amené à accéder au sens du texte donné. Ensuite il va familiariser avec la ponctuation. Enfin, il va identifier les éléments de la situation de communication présentée par le texte.

    b) Production :

    Les compétences à installer sont d'une part,

    l'apprentissage des aspects `'graphique'' de la langue française par les normes d'écritures et des différentes graphies cursive, scriptes, minuscule, majuscule.

    Et d'autre part, la correspondance phonie/graphie. Ainsi l'apprenant va être confronté tout d'abord à l'écriture de différents graphèmes pour le même phonème. Ensuite il va reproduire des mots et des phrases. Enfin il devra répondre à une consigne, et par la même, produire un court texte, et savoir utiliser la ponctuation adéquate.

    Comme l'oral, l'écrit occupe une place importante dans le programme de 3e AP.

    À la réception, l'écrit se réalise durant l'accès au sens et les activités, voire l'appropriation du code. Alors l'apprenant va découvrir différent textes écrits, par lesquels il devra construire du sens.

    À la production, l'écrit se réalise par les activités d'écritures, et par les courtes productions.

    Identification et classification des activités orales/écrites en 3e AP :

    Nous avons quatre types d'activité :

    1. Activités de réception orale (d'écoute)

    2. Activités de production orale (de dire)

    3. Activités de réception écrite (de lecture)

    4. Activités de production écrite (d'écriture)

    Sont des activités qui permettent des apprentissages de façon progressive :

    L'oral

     

    L'écrit

    Réception :

    /

    les de le

    Réception :

    -Compréhension orale

    séance d'écoute

    (pour rendre

    apprenants capables

    comprendre et de déceler
    contenu d'un message)

    -Compréhension de

    l'écrit / lecture

    -Activités de lecture

    (exercices oraux et écrits sur les sons)

    -Comptines

    -Lecture suivie et dirigée

    (apprentissage du code

    écrit)

    Production : -Expression orale

    -Mémorisation /

    répétition des actes de parole

    -Systématisation

    (pour le réinvestissement des actes de paroles dans des situations de communication authentiques)

    Production :

    -Expression écrite

    /réalisations entrant dans le cadre du projet

    -dictée

    1 : ZAIBEK, H. l'enseignement du français langue étrangère en 3e AP, INFPE, Algérie, 2008, p12.

    Les stratégies d'apprentissage et d'enseignement : 5.1 Stratégies d'apprentissages :

    Le terme de stratégies renvoie tantôt aux stratégies de communication.

    Parmi les premières stratégies nous avons distingué trois stratégies essentielles :

    a) Stratégies métacognitives: elles correspondent à la réflexion sur le processus d'apprentissage.

    b) Stratégies cognitives : elle correspond au traitement de manière à étudier.

    c) Stratégies socioaffectives : elle implique une interaction avec une autre personne, c'est-à-dire avec un autre apprenant.

    5.2 Stratégies d'enseignement :

    « La prise en considération de la variabilité des stratégies, le style d'apprentissage a permis une réflexion parallèle sur les stratégies adoptés par les enseignants à la notion de simple transmission des savoirs. Ces substituts sont le concept d'une adaptation nécessaire de l'enseignant au besoin des apprenants ».

    1 : PARADIS, P. Guide pratique des stratégies d'enseignement et d'apprentissage, édition Guérin, 2006, p21.

    L'enseignant doit prendre en considération le développement de l'apprenant en éveillant l'intérêt d'apprendre par les moyens motivants.

    L'apprentissage est plus efficace quand il s'adapte au rythme personnel de chaque apprenant.

    5. Les difficultés de l'enseignement/apprentissage du FLE au primaire :

    Vu la situation sociolinguistique présenté en Algérie (l'arabe dialectale qui est mélange de l'arabe classique et la langue française), les apprenants algériens sont confrontés à la fois à la langue arabe formelle et à la langue française.

    La langue française est souvent alternée avec notre langue première qui est l'arabe dialectal et chez les enfants berbérophones, l'amazighe.

    « Ce mélange de langues s'influence alors mutuellement, ce qui peut se manifester pour des emprunts lexicaux, de nouvelles formulations syntaxiques...etc. »*1.

    Concrètement, cela se traduit par l'apparition de nouveaux mots (éventuelles adaptés à la prononciation spécifique à leur langue), de nouvelles tournures de phrases et/ou la traduction littéraire d'expressions idiomatiques*2.

    Le plus souvent, cela commence par une déformation progressive et très peu perceptible de la prononciation qui, pour certains phonèmes, va de petit à petit s'assimiler a une prononciation étrangère assez proche.

    1 : AIT DAHMAN, K. Enseignement/apprentissage des langues en Algérie entre représentations identitaires et enjeux de la mondialisation, édition Synergies, Alger, 2007, p 18.

    2 : expressions idiomatiques : expressions d'interférence linguistique.

    Dans le cadre de la nouvelle réforme de l'enseignement scolaire cycle primaire, le français est introduit en 2006/2007 à partir de la 3e AP au lieu de la 4e année, car il s'est révélé que l'âge semble jouer un rôle déterminant dans le processus d'acquisition. L'enfant de moins de dix ans manifeste de grandes qualités, notamment une formidable curiosité, une grande spontanéité, ainsi qu'une grande flexibilité cognitive. Pendant cet âge, l'enfant fait preuve de capacités excellentes à restituer la prosodie d'une langue étrangère d'autant que ses capacités d'imitation sont maximales entre 4 et 8 ans.

    L'acte d'enseigner n'est pas seulement une succession de méthodes pédagogiques, mais dépend également de la capacité d'enseignant à construire une relation de confiance avec ses apprenants en tenant compte de leur univers émotionnel.

    apitre

    Dans de nombreux pays, l'enseignement du FLE est passé d'une méthodologie traditionnelle à une approche communicative. L'apprenant doit être capable d'utiliser la langue étrangère pour s'exprimer, s'informer ou informer.

    En Algérie, le système éducatif considère l'apprenant comme étant le centre d'intérêt de toutes les activités pédagogiques. Il nous semble utile de porter notre réflexion sur les méthodes d'enseignement des langues étrangères plus particulièrement l'approche communicative dans le cadre de l'approche par compétence dans l'enseignement du français.

    Notre objectif est de montrer la primauté et l'importance de l'oral dans la préparation de la production écrite.

    1. La relation entre l'oral et l'écrit dans l'enseignement / apprentissage :


    · Peut-on travailler sur l'oral sans écrire ?

    Le travail sur des données orales pose le problème d'écriture, plusieurs raisons rendent difficile le travail sur des échanges oraux sans un support transcrit.

    L'écriture favorise une réflexion, une analyse qui ne semble pas être envisagée sur un support oral.


    · Est-ce qu'il suffit d'écrire ce qu'on écoute ?

    << En fait, il n'est pas possible de passer directement du signal sonore à la trace graphique sans se livrer à une interprétation. Les transcripteurs débutants sont généralement frappés par tout un ensemble de particularités qualifiées [...] »*1

    Comme la prononciation perçue, non conforme à la graphie /pask/ pour << parce que », /kat/ pour << quatre ». La correction phonétique est exigée.

    La langue orale et écrite sont selon F. Saussure, << deux systèmes de signes distincts, dont l'image raison d'être du second est de représenter le premier »*2.

    Toujours d'après Saussure, « l'écriture fixe les signes de la langue, elle est la forme tangible des images acoustiques du langage articulé. Son origine est dans le besoin que les hommes ont prouvé de conserver par les véhiculer ou les transmettre, les messages du langage articulé »*3.

    L'expression écrite est une discipline circonscrite, pas seulement dans l'espace et le temps du cours. Si vous produisez une expression écrite, dans toutes les mesures possibles il faut imaginer votre destinateur et bien cibler votre message. Ce n'est pas toujours facile d'où le caractère plus général, plus impersonnel que prend parfois ce type d'information.

    1 : GALISSON, R. et COSTE, D. Dictionnaire de didactique des langues, Paris, Hachette, 1976, p54.

    2,3 : DE SAUSSURE, F. Cours de linguistique générale, Edition Payot, Paris, 1983, p 23.

    2. Be l'oral à l'écrit : a). Dc l'oral :

    L'élève apprendra principalement les phonèmes intégrés dans des mots et des énoncés complets.

    Parler c'est communiquer ; c'est donc en situation de communication que l'élève va progressivement apprendre à parler.

    L'élève doit être capable d'identifier des éléments de la langue parlé, et il va être capable aussi de s'exprimer de manière compréhensible et audible par la reproduction des phonèmes, de syllabes, de mots dans des activités d'articulations.

    Les énoncés doivent être simple et précis pour que l'élève constitue peu à peu un stock lexical réutilisable dans divers situations de communication.

    Sur le plan grammatical, il ne va pas intégrer les modes de fonctionnement de la langue qu'il appliquera dans ses apprentissages.

    La prise de parole est favorisée par des activités de : mémorisation, répétition, reformulation et d'expression.

    Les apprentissages se faites dans le cadre des activités de classe prévus en compréhension et en expression orale. Ces activités préparent à la lecture et à la production écrite.

    b). a l'écrit :

    La relation entre phonème entendus et graphème écrit peut s'effectuer dans deux sens différents : de la graphie à la phonie (en lecture), ou de la phonie à la graphie (en écriture).

    En lecture (de la graphie à la phonie)

    La question pour l'élève est : « comment prononcer ce que je vois ? »

    Cette démarche repose sur un travail de mise en relation graphème/phonème, de construction du sens et de l'oral. Le point de départ de l'enseignement/apprentissage de la lecture est le texte.

    Apprendre à lire, c'est apprentissage du code et l'accès au sens (décodage).

    Cela veut dire les procédures automatisés (montage des syllabes), et la prise et le traitement de l'information.

    Les premiers apprentissages sont des combinaisons graphiques/phoniques régulières, cela signifie que la lecture ne soit pas mécanique, mais qui saisissent les unités de sens, qui s'appuie sur chacune des articulations : la lettre, la syllabe...etc. La démarche est donc fondée sur un va et vient constant entre le global et la combinaison.

    En écriture (de la phonie à la graphie)

    La question pour l'élève est : « comment écrire ce que j'entends ou ce que je dis ? ». Cette démarche repose sur des processus de segmentation de la chaine parlée. L'acte d'écrire est fait par des activités d'objectifs visés : l'élève doit employer correctement les règles du code graphique (forme des lettres, faire des mots, agencement des mots dans la phrase) et celle de la production écrite (présentation, adéquation à la consigne).

    3. Comment passer de l'oral à l'écrit :

    3.1 L'approche communicative :

    Le français est une langue parlée et écrite, ou bien une langue qui se parle et qui s'écrit. Entant que moyen de communication c'est avant tout, une langue parlée, c'est pour ça nous avons choisis dans notre étude l'approche communicative qui considère la langue comme un instrument de communication ou d'interaction sociale, et qui insiste sur la communication écrite, et notamment la communication orale comme un objet d'étude d'une langue étrangère.

    a). Définition :

    Selon Dell Hymes « pour communiquer, il ne suffit pas de connaitre la langue, le système linguistique, il faut également savoir s'en servir en fonction du contexte social »*1

    L'enseignement du FLE est centré sur la communication

    car :

    -elle va aider l'apprenant à communiquer dans une langue étrangère.

    -elle va aider l'apprenant à acquérir une compétence communicative.

    L'approche communicative considère qu'une

    communication efficace implique une adaptation des formes

    1 : DELL H. HYMES, Vers la compétence de communication, Hatier-Crédif, Paris, 1984, p 34.

    Linguistiques, à la situation de communication (le statut interlocuteur, âge, rang social...etc.), et à l'intonation de communiquer (demander, donner un ordre) ; A ce propos Hymes écrit : « il y a des règles d'usage, sans lesquelles les règles de grammaire seraient inutiles. Tous comme des règles de syntaxes peuvent conditionner des aspects de la phonologie, et tout comme des règles sémantique contrôlent peut être certains aspects de la syntaxe, ainsi les règles des actes de parole interviennent également comme facteur de contrôle pour la forme linguistique dans son ensemble »*1

    a). Les compétences de communication :

    Selon Canal et Swain*1 : la compétence de communication se définit en incluant trois compétences :

    *Compétence grammaticale.

    *Compétence sociolinguistique : c'est une connaissance des règles sociales dans un groupe donné, et une maitrise des différentes formes du discourt.

    *Compétence stratégique : elle permet de combler les lacunes des deux autres compétences (grammatical, sociolinguistique).

    1 : DELL H. HYMES, Vers la compétence de communication, Hatier-Crédif, Paris, 1984, p 60

    Composantes de l'approche communicative :

    Selon Sophie Moirand*1, l'approche communicative contient quatre composantes :

    *Composante linguistique.

    *Composante discursive : connaissance des différents types de discours.

    *Composante référentielle : connaissance des domaines d'expérience, et des objets du monde et de leur relation.

    *Composante socioculturelle : connaissance de

    l'appropriation des règles sociales, et de l'interaction entre les individus.

    a). Les principes de l'approche communicative :

    L'oral occupe une place de choix à travers les activités de simulation et de jeux de rôle.

    La compréhension globale est favorisée et l'écrit est réhabilité des débuts de l'apprentissage.

    Au niveau de la culture se sont les éléments de la vie quotidienne qui sont privilégiés.

    Des documents authentique sont préférés (qui n'ont pas été fabriqués pour des fins pédagogiques : chansons, pièces théâtrales...etc.).

    1 : CALVET LOUIS JEAN, La sociolinguistique que sais-je ?, édition PUF, Paris, 1993, p 145.

    2: MOIRAND S. Enseigner à communiquer en langue étrangère, édition Hachette, Paris, 1982, p57.

    3.2 Actes de paroles :

    C'est autour des actes de paroles suivants que l'enseignant assure les apprentissages linguistiques et enrichie le stock lexical de l'élève dont il a besoin dans son passage de la communication orale à la communication écrite.

    Actes de

    paroles

    Réalisations linguistiques

    possibles

    Saluer

    Prendre congé

    Salut ! Bonjour ! Bonsoir !

    Au revoir ! A demain ! A bientôt !

    Se

    présenter

    Présenter

    Je m'appelle... Je suis...

    Voici... C'est...

    Demander

    Donner des informations

    Montre-moi le nord. Donne-moi un

    crayon.

    Mon père est facteur.

    Accepter

    Refuser

    Oui ! d'accord...

    Non ! Non merci ! Ce n'est pas

    possible.

    Affirmer Nier

    Je suis sûr de... Sûrement !

    Non ! il n'est pas là. Il n'a pas

    froid.

    Interroger

    Quel est ton prénom ? Qu'est-ce que tu fais ? Quel âge as-tu ? Quelle heure

    Répondre

     

    est-il ? Où habites-tu ? Quand viendrastu ?

    Je travaille, j'écris...

    Exprimer une préférence

     

    J'aime... Je n'aime pas... Je

    préfère...

    Donner

    ordre

    un

    Il faut+ infinitif. Il ne faut pas+

    infinitif. Ne ... pas

    Nouveau programme du 3e AP.

    3.3 Apprentissages linguistiques :

    Ici on va présenter les moyens linguistiques de communication à faire acquérir. Il s'agit là d'une progression par rapport aux besoins des élèves et par rapport aux situations d'enseignement/apprentissage.

    Les notions retenues feront l'objet d'un apprentissage implicite. Cela signifie que l'enseignant(e) va enseigner la langue et les faits de langue sans forcément les décrire mais en respectant les normes grammaticale de la langue.

    Les diverses manipulations, surtout à l'oral, procèdent par mémorisation, répétition, commutation, substitution, systématisation et réemploi. Les activités de construction de la langue permettront la réalisation des actes de paroles retenus pour la 3e AP à l'oral et à l'écrit.

    Ces apprentissages linguistiques sont organisés en deux grands domaines : La progression phonologique et le code graphique.

    a). La progression phonologique :

    Il s'agit pour l'élève d'apprendre et d'intégrer progressivement le système phonologique de la langue française. Pour l'apprenant en phase d'initiation, l'apprentissage des phonèmes se fera :

    Par ordre de difficulté croissante dans le cadre de la progression phonologique.

    Par opposition de paires minimales ce qui permet à l'élève de percevoir les différences qui entraînent le

    changement de sens : Exemple : [p ] pain / [b ] bain

    Par apprentissage conjoint des consonnes et des voyelles car les voyelles sont nécessaires à la prononciation des consonnes et à la fabrication du sens.

    Par le développement d'une « conscience

    phonologique » chez l'élève, la langue orale et la langue écrite n'étant pas parallèles. L'apprentissage de certains phonèmes dits « difficiles » se poursuivra jusqu'en 4e AP.

    b). Le code graphique :

    La langue française est une langue alphabétique dans laquelle les phonèmes sont matérialisés par des graphèmes. Le rapport phonie /graphie est un système complexe.

    A un phonème peuvent correspondre un, deux ou plusieurs graphèmes.

    Un phonème

     

    Des graphèmes

    [s]

    s

    c

    t

    ç

    ss
    sc

    ex : ex : ex :

    ex :

    ex :

    sucre

    citron

    attention

    garçon ex : tresse

    scie

    A un même graphème peuvent correspondre plusieurs phonèmes

    Un graphème

    Des phonèmes

     
     

    x

    [ks] taxi,

    [gz] examen sixième

    [s]

    six
    [z]

    La prise de conscience de ce système est déterminante pour repérer les divers phonèmes et leurs diverses réalisations graphiques (l'élève met en relation ce qu'il voit et ce qu'il entend). Il ne faut pas oublier que certaines lettres ne se prononcent pas, exemple:

    - les lettres muettes : tapis [tapi], pont [põ], rond [rõ],

    deux [dø], buvard [byvar].

    - les désinences verbales : je joue, tu parles.

    - la marque du pluriel : les ballons, les gâteaux.

    Nouveau programme du 3e AP.

    A la suite de notre petite recherche nous avons constaté que le processus enseignement apprentissage est une mission complexe qui nécessite de la part de l'enseignant beaucoup de persévérance de manière à aider l'apprenant dans son développement cognitif sans l'aliéner à lui faire intégrer les limites en le responsabilisant et de le faisant accéder à l'autonomie. Il faut l'encourager pour confronter les obstacles qu'il rencontre, et le guider pour pouvoir progresser.

    A ce niveau des apprentissages, les rétroactions sont essentiellement orales. Il est recommandé à l'enseignant de s'exprimer clairement, à haute voix et d'une façon intelligible pour être entendu par toute la classe.

    Partie

    ratique

    apitre

    Dans ce chapitre, nous allons analyser dans une enquête menée l'apprentissage de la prononciation qui doit être intégré en classe de français langue étrangère, parce qu'il conditionne l'acquisition linguistique dans ses deux aspects essentiels ; le premier est celui de la compréhension auditive, le second est celui de l'expression orale.

    En effet, l'oral aura une place importante et ce dans le but de développer chez l'apprenant les qualités d'écoute / compréhension et de mettre en place les mécanismes d'une prononciation, d'articulation des sons pour une bonne initiation à la lecture, écriture et la prise de parole dans l'échange langagier, d'où la nécessité d'une enquête pour vérifier nos connaissances théoriques.

    1. Présentation de l'enquête :

    Notre corpus a été constitué à partir d'une enquête réalisée avec plusieurs enseignants du niveau primaire, dans différentes écoles.

    Cette enquête contient un questionnaire écrit et distribué à 23 enseignants dont on a pu relever quelques observations sur la réflexion et les méthodes d'enseignements interrogées.

    Grace à ce questionnaire, nous avons exploré une question professionnelle qui est encore complexe en éducation : comment organiser un enseignement qui aide les élevés a passé de l'oral a l'écrit ?

    Ce questionnaire contient huit (8) questions dont sept (7) fermées et une (1) ouverte.

    Les établissements primaires dans lesquels nous avons réalisé notre enquête sont :

    Ali Boumendjel, Allam M'hidi,

    Aymer Mohamed, Ben Badis,

    Ben nacef Mahmoud, Didi adda,

    Guemidi Brahime, Mazouni Abdelkader, Merzoug Ben dida, Mssirdi Mohamed, Ouis Abdallah, Remas Kerroume.

    2. Analyse de l'enquête : 01er question :

    Quelle est la compétence langagière qui a une grande importance dans l'enseignement/ apprentissage du FLE en 3e AP ?

    ORALE

    ECRITE

    72%

    28%

    Question 01

    28%

    72%

    Orale
    Ecrite

    A Cette première question nous avons recueilli un pourcentage variant entre 72% et 28%, dont 72% des enseignants pensent que l'oral a une grande importance dans l'enseignement du FLE. Les autres pensent que l'apprentissage de l'écrit est plus important dans l'enseignement du FLE.

    02e question :

    Est-ce que le volume horaire de l'oral est suffisant pour les apprenants du 3e AP ?

    OUI

    NON

    14%

    86%

    86%

    Question 02

    14%

    oui

    non

    Pour la 2e question, la majorité des enseignants considèrent que le volume horaire est insuffisant en tenant compte du programme de la 3e AP.

    3e question :

    Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans l'apprentissage de l'écrit (réception/production) effectués par les apprenants du 3e AP ?

    syntaxiques lexicales phonétiques sémantiques décodage

    100%

    16%

    72%

    8%

    22%

    92%

    90%

    84%

    80%

    78%

    70%

    60%

    non

    50%

    oui

    40%

    30%

    28%

    20%

    10%

    0%

    46%

    54%

    PROPOSITIONS

     

    OUI

    NON

    syntaxiques

    54%

    46%

    lexicales

    78%

    22%

    phonétiques

    84%

    16%

    sémantiques

    92%

    8%

    décodage

    28%

    72%

    4e question :

    Quels sont les facteurs qui favorisent ces problèmes ?

    PROPOSITIONS

    OUI

    NON

    Méthodes d'enseignements

    70%

    30%

    Milieu sociale et familial

    86%

    14%

    OUI NON

    14%

    86%

    70%

    60%

    30%

    Méthodes d'enseignements Milieu sociale et familial

    100%

    90%

    80%

    70%

    50%

    40%

    30%

    20%

    10%

    0%

    Après l'analyse de la 3e et la 4e question nous avons remarqué que les difficultés majeures (sémantiques, phonétiques et lexicales) ont une relation directe avec l'oral. Ces difficultés de l'écrit sont principalement causés par le passage mal de l'oral à l'écrit, dont le facteur social et familial (le français est plus en plus inutilisable dans notre société), et les méthodes d'enseignements favorisent ces problèmes.

    5e question :

    Quelle est la méthode qui est plus efficace dans l'enseignement/ apprentissage de l'écrit en 3e AP ?

    PROPOSITIONS

    OUI

    NON

    La méthode
    traditionnelle

    88%

    12%

    L'approche par compétences

    40%

    60%

    100%

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    12%

     

    60%

     
     
     

    90%

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    88%

     
     
     

    80%

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    70%

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    60%

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    50%

     
     
     
     

    non

     
     
     

    40%

     
     
     
     

    oui

     
     

    40%

     
     
     

    30%

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    20%

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    10%

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    0%

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    La méthode traditionnelle L'approche par

    compétences

    La plupart des enseignants pensent que l'approche par compétences ne s'intéresse pas beaucoup à l'écrit par rapport à l'oral. Par contre la méthode traditionnelle s'occupe à maitriser l'écrit plus que l'oral.

    6e question :

    Pensez-vous que les enseignants appliquent bien l'approche par compétences ?

    OUI

    NON

    36%

    64%

    64%

    Question 06

    36%

    OUI NON

    36% ont répondu par oui, les enseignants respectent l'application de l'approche par compétences pour atteindre les compétences visés. Par contre 64% ont répondu par non, car ils se plaignent du manque de formation. Ici nous distinguons pourquoi il y un échec dans le passage de l'oral à l'écrit.

    7e question :

    Quelle est la place de l'oral dans l'approche par compétences ?

    INFERIEURE

    EGALE A

    L'ECRIT

    DOMINANTE

    6%

    20%

    74%

    74%

    Question 07

    6%

    20%

    INFERIEURE EGALE A L'ECRIT DOMINANTE

    Dans la 7e question, les deux tiers des enseignants (74%) pensent que l'oral a une place dominante dans le programme du 3e AP.

    20% des enseignants pensent, que l'oral et égale à l'écrit car les activités orales/écrites sont équilibrées. Et 6% pensent que l'oral est inferieur que l'écrit dans le programme du 3e AP.

    8e question :

    Si l'oral a une place dominante dans l'enseignement/ apprentissage du FLE en 3e AP ; Comment peut-on se servir de l'oral pour remédier les difficultés de l'écrit?


    · La plupart des enseignants sont répondus par ces trois points :

    1. Formation des enseignants,

    2. Augmentation du volume horaire,

    3. Les exercices de phonation et d'articulation.

    Les échantillons :

    À travers notre enquête, nous avons constaté qu'il faut améliorer la lecture qui est considéré comme une méthode corrective efficace dans le processus enseignement / apprentissage du FLE en 3e AP, car la lecture :

    C'est une activité orale qui sert à extraire la prononciation et la signification qui correspond à une représentation graphique du langage. Lire c'est transformer un message écrit en message sonore, puis de le comprendre. La partie matérielle de la lecture est le déchiffrage éléments (mots, lettres, syllabes).

    Poursuivre et approfondir les apprentissages de la lecture / compréhension par la prise de conscience des stratégies de lectures.

    La lecture à haute voix permet à l'enseignant de rectifier certain anomalies au plan de la prononciation, elle habitue l'apprenant à faire des liaisons, elle permet aussi à l'enseignant de noter le traitement de certains traits prosodiques tel que l'accent et l'intonation.

    Conclusion générale :

    Chaque langue possède des particularités, c'est la raison pour laquelle quand on enseigne une langue, l'enseignant doit prendre considération ces particularités du point de vue phonétique, phonologique, sémantique et lexical.

    Notre thème « l'oral prépare l'écrit », en langue étrangère se caractérise par une grande netteté articulatoire et par une prononciation correcte. L'émission du message lors du processus enseignement/apprentissage est conditionnée par la mise en appui sur la prosodie, l'accent et mettre en place des stratégies pour faciliter la tâche d'assimilation et la compréhension pour l'apprenant.

    L'enseignant doit s'exprimer de façon suffisamment redondante pour permettre une bonne compréhension :

    -Donner aux apprenants le temps pour répondre aux questions posées

    -Prendre appui sur les comptines phonétiques pour faire maitriser les phonèmes de la langue française.

    -faire réaliser des exercices phonétiques articulatoires pour une bonne prononciation.

    Il nous semble préférable de commencer par une réflexion sur l'acte de lire, de nous assurer de l'existence de démarches d'appréhension du sens des textes.

    Développer les capacités de lecture des apprenants tant en compréhension/vitesse de lecture, diversification des stratégies de lecture et en variété des écrits lus afin d'améliorer et diversifier la production écrite des apprenants pour cela il faut systématiser certains points de syntaxe qui posent encore problème, étendre les ressources lexicales des apprenants et aborder des techniques de travails tel que recherches d'informations, résumés, construction de phrases et par conséquent production écrite.

    Dans ce petit travail nous avons rencontré quelques difficultés ; il était difficile de recueillir des réponses claires et suffisantes concernant le passage de l'oral à l'écrit et il était très difficile aussi de trouver la documentation nécessaire pour notre recherche.

    ibliographie

    Bibliographie :

    *AIT DAHMAN, K. Enseignement/apprentissage des langues en Algérie entre représentations identitaires et enjeux de la mondialisation, édition Synergies, Alger, 2007.

    *CALVET LOUIS JEAN, La sociolinguistique que sais-je ?, édition PUF, Paris, 1993.

    *DE SAUSSURE, F. Cours de linguistique générale, Edition Payot, Paris ,1983.

    *DELL H. HYMES, Vers la compétence de communication, Hatier-Crédif, Paris, 1984.

    *Document d'accompagnement du 3e AP.

    *GALISSON, R. et COSTE, D. Dictionnaire de didactique des langues, Paris, Hachette, 1976.

    *KANOUA, S. Culture et enseignement du français en Algérie, édition Synergies, Alger, 2008.

    *Manuel scolaire du 3e AP.

    *MOIRAND S. Enseigner à communiquer en langue étrangère, édition Hachette, Paris, 1982.

    *Nouveau Programme du 3e AP.

    *PARADIS, P. Guide pratique des stratégies d'enseignement et d'apprentissage, édition Guérin, 2006.

    Webographie : http://algeriefle.cfun.fr http://fle.ucoz.com http://lepointdufle.net

    nnexes

    Institut De Formation Et De Perfectionnement Des Maitres
    Ahmed Medeghri -Saida-

    Questionnaire destiné aux enseignants de la 3e AP de langue française.

    1. Quelle est la compétence langagière qui a une grande importance dans l'enseignement/ apprentissage du FLE en 3e AP ?

    Orale Écrite

    2.

    Est-ce que le volume horaire de l'oral est suffisant pour les apprenants du 3e AP ? Oui Non

    3. Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans l'apprentissage de l'écrit (réception/production) effectués par les apprenants du 3e AP ?

    Syntaxiques Lexicales Décodages

    Phonétiques Sémantiques

    4. Quels sont les facteurs qui favorisent ces problèmes ?

    Méthodes d'enseignements Milieu sociale et familial

    5.

    Quelle est la méthode la plus efficace dans l'enseignement / apprentissage de l'écrit en 3e AP ?

    La méthode traditionnelle L'approche par compétences

    Pourquoi ?

    .........................................................................................................

    ......................................................................................

    6. Pensez-vous bien appliquer l'approche par compétences ?

    Oui Non

    Pourquoi ?

    7.

    Quelle est la place de l'oral dans l'approche par compétences ?

    Inferieure Égale à l'écrit Dominante

    8. Si l'oral a une place dominante dans l'enseignement/ apprentissage du FLE en 3e AP ; Comment peut-on se servir de l'oral pour remédier les difficultés de l'écrit?

    -

    École : Enseignant(e) :