WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'école géopolitique allemande

( Télécharger le fichier original )
par abderrahim kourima
université hassan II casablanca, faculté de Droit - DESA Relations Internationales 2007
  

sommaire suivant

INTRODUCTION :

Depuis l'antiquité, les philosophes et les historiens d'alors ont cru à l'existence d'une relation très étroite entre la situation géographique d'un Etat et sa politique.

C'est ainsi qu'un Aristote (384-322 av.J.-C.) parlait déjà dans son ouvrage la politique des normes «idéales» pour la grandeur de la cité. Il parlait aussi du rôle de la position géographique et de ses implications. Il expliquait que les ports ont des positions qui leur permettent des échanges commerciaux.

De même, Strabon (60-25 av. J.-C.) dans Sa Géographie, une description détaillée en dix-sept volumes du monde tel qu'il était connu des Anciens, a fait le lien entre la géographie et la vie politique. Il expliquait que l'action humaine influence l'espace. La géographie entière se tourne vers la pratique du gouvernement. La géographie influence les chefs d'Etat.

A l'époque médiéval islamique, Ibn Khaldoun (1332-1406) dans son ouvrage d'Histoire kitab attarikh et notamment dans son introduction moquaddimah se concentre sur la taille des Etats, de l'accroissement des territoires et de ses implications. Selon lui, le but des nations est d'acquérir des territoires, et ensuite d'en prendre des autres. Il faut ensuite gérer les conquêtes, sinon le pays (ou l'empire) va sur le déclin. L'application général en est que les Empires ne durent pas éternellement.

Machiavel (1469-1527) quant à lui se demandait comment il faut se comporter face à un monde hostile, il parlait de la légitimation de la force, selon lui on est condamner à réussir. Il faut réussir l'Etat territorial pour constituer une nation, la défendre et la perpétuer.

Mais l'apport majeur en la matière fut celui du Montesquieu a travers son ouvrage « esprit des lois » et notamment sa théorie des climats.

Il s'intéresse au vécu des gens, aux impacts physiques et humains. Il faut prendre en compte le climat, organisation sociale et spatiale. Il faut prendre en compte les conditions naturelles.

Il faut dire que la rencontre entre les notions d'espace et de pouvoir est relativement récente dans la géographie contemporaine. Mais, implicitement, la question du rapport entre espace et pouvoir a été posée depuis fort longtemps. Elle l'a été encore d'avantage depuis l'émegence de l'Etat moderne, par des auteurs comme Bodin (16ème) auteur de « Les 6 livres de la Républiques » ; Botero auteur de Raisons et gouvernement d'Etat, en dix livres ; Montesquieu auteur de « L'esprit des lois » ; Vauban, auteur de « Projet d'une Dîme royale » et « Le triomphe de la méthode » pour ne citer que des auteurs qui ont touché au problème de la rencontre Espace - Pouvoir, à travers l'Etat et le territoire avant la 2ème moitié du 19ème siècle.

 Une formule célèbre, attribuée à Napoléon, résume l'objet, et les ambiguïtés, de ce rapport entre la géographie et la politique : « Tout État fait la politique de sa géographie. », mais ce n'est qu'à partir du XIXe siècle, que cette connaissance jadis éparpillée dans les différents corpus et philosophiques, et politiques, et géographiques, et historiques, prendra la forme d'une discipline scientifique et théorique en se dotant d'une méthode et d'une approche propre.

Le sens commun définit la géopolitique comme ce qui suit :

« l'étude des rapports entre les données naturelles de la géographie et la politique des Etats. »1(*)

Ainsi, à travers la lecture de différentes définitions linguistiques, une constance se dégage, c'est le rapport entre la géographie et la politique.

On peut dire sans avoir peur d'être contredit, que la géopolitique dans sa version allemande est née dans l'état adulte, et cela par souci de la part des théoriciens allemands de donner à l'allmagne, leur pays natal, l'appui théorique et scientifique pour qu'elle puisse récupérer son retard vis-à-vis d'autres puissances, et notamment européennes, un retard qui explique par les difficultés qu'a connu l'Allemagne pour s'unifier.

La géopolitique allemande, et de fait de cette naissance prématurée, et de fait de la conjoncture historique et politique de l'Allemagne d'alors, fut hantée par une obsession expansionniste, par une logique déterministe qui lui donne un aspect agressif et belliqueux.

C'est ainsi que dans le laps de temps durant entre la première et la seconde guerre mondiale, la géopolitique allemande a connu sa naissance et son déclin, curieuse démarche est celle qui fait que ce sont les idiologies qui sécrètent leurs sociétés et non pas les sociétés qui sécrètent leurs idiologies !

Ainsi, nous allons essayer dans un premier temps, de voir la naissance spectaculaire cette science nouvelle dans sa terre d'élection, l'Allemagne, de voir le contexte historique et scientifique de cette naissance, ainsi que l'ensemble des éléments qui ont préparé la genèse d'une discipline géopolitique( I),

et cela à travers une démarche chronologique, chose qui va nous permettre de montrer l'évolution de la discipline au fil des années, en commençant par la science mère, en l'occurence, la géographie politique, pour arriver à la science géopolitique proprement dite.

Dans un deuxième temps, nous allons essayer, de montrer l'apport de la géopolitique vis-à-vis de son ancêtre la géographie politique, cela à travers l'établissement de quelque parallélismes entre les deux champs de savoir, ainsi qu'à travers l'exposé de la théorie géopolitique haushoferiènne, tout en essayant de distinguer le savoir scientifique d'avec la propagande idéologique (II).

* 1 Cf. dictionnaire le Robert (1965).

sommaire suivant