WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Régulation des Flux de Trafic Aérien

( Télécharger le fichier original )
par BELLOULOU Wahiba et GHEFFAR Yasmine
Université des Sciences et de la technologie Houari Boumediene - Ingénieur d'Etat en Recherche Opérationnelle 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

INTRODUCTION

GENERALE

Les retards sont une préoccupation pour les compagnies aériennes ainsi qu'au voyageur. Parmi les raisons avancées pour expliquer les retards, on a celles qui sont liées a la gestion des flux de trafic aérien (mouvements des aéronefs au sol et la navigation aérienne)LENNA (Etablissement National de la Navigation Aérienne) leur offre le service du contrôle du trafic aérien, son premier hut est d'assurer la sécurité des aéronefs le second est dassurer le meilleur écoulement possible du traficcest a dire la fluidité des vols, en assurant la surveillance des avions de laéroport de départ a l aéroport d'arrivée, le troixième est de traiter un trafic régulierLe rapport avec le transport aérien est que le contrôle aérien est une condition nécessaire pour le transport aérien. Ces dix dernières années l Algérie a connu une évolution

notamment dans le transport aérien qui est un domaine glohalement en forte croissance, d'oñ l'augmentation du nomhre de vols contrôlésLOACI ( Organisation de l'Aviation Civile Internationale) a prévu un taux de croissance annuel de 4.5% du trafic Africain. L'Algérie étant au carrefour du trafic aérien Est/Ouest et Nord/Sud, un emplacement géographique stratégique le rendant un partenaire incontournahle dans les rencontres de l OACI. Le taux annuel de croissanse a été prévu par les responsahles algériens de4.7%Ceci a été prévu pour plusieurs raisons entre autres

- l'ouverture du marché ;

- le développement économique qu'a connu lAlgérie notamment son adhésion a l'OMC;

- le développement du secteur du tourisme

- la sécurité qu'a connue le pays après 10 ans

- le retour de nomhreuses compagnies aériennes

- la création de nouvelles lignes (Alger-Doha)

Le prohlème est la détermination des retards des vols qui est notre ohjectif. Ce dernier est lié a la sécurité des aéronefs qui est le premier principe recommandé par l'OACI. Afin de maintenir cette sécuritéétahlir des taux de retards minimum qui engendrent une minimisation de cofts pour les compagnies aériennes. On cherche les moyens de réduire la saturation du réseau aérien et la gestion de l'accroissement du traficNous avons opté pour la régulation du trafic qui se fait a moyen termeIl existe dautres méthodes telle que la sectorisation (création de nouveaux secteurs) elle peut avoir eet par rapport a l'optimisation de la capacité mais along termeElle est même liée a la modification du réseau de routes aériennesElle touche aussi a tous

les aspects économiques d'un paysCeci a été costaté daprês lexpérience européenne.

les compagnies aériennes et l'ENNA tiennent compte de l heure de départ et d'arrivé des aéronefs, la route prise et dautres informations décrites sur ce qu'on appelle < le plan de vol> dans le cas on ce derniers nest pas compatibles avec les autre plans de vol on va imposer des créneauxhoraires pour les décollages afin de limiter l'encombrement de certaines zones de l es-pace appelées secteurs aé riensCe vol est dit réguléCette méthode est fondée sur l'adaptation de la capacité (capacité existante des secteurs) a la demande (des compagnies).

La forte croissance du trafic aérien est a été prévue jusquà 2014, les services du contrôle aérien seuls ne peuvent être tenus pour responsables des retards, il y a une explosion du trafic

Le travail de ce mémoire porte sur la minimisation des durée de retards des vols en route par la régulation

Le présent document est divisé en 6 chapitres

Les deux premiers servent a présenter le phénomêne auquel est confronté le transport aérien. Dans les deux suivantson abordeun exemple a l étranger et la modélisation du problême. Enfin, dans les deux derniers on propose une approche de résolution et sa réalisation par lélaboration dun logiciel.

Le premier chapitre comporte la présentation de l'établissement (ENNA) Dans le second chapitre, nous abordons les éléements de base et la conception actuelle du programme de l'établissement

Au troixiême chapitre, nous traitons un exemple a l étranger et la situation actuelle.

Au quatriême, nous présentons la modélisation mathématique. Initialement nous avons formulé le problême sous formr dun programme nonlinéaire a variables mixtes ; au vue de la difficulté rencontrée dans la résolution, on opté pour une autre formulation sous forme dun programmelinéaire a variables mixtes.

Au cinquiême chapitre, nous proposons la méthode de résolutionElle consiste de proposer une heuristique qui a comme algorithme qui donne desrésultats en temps réel

Au sixiême chapitre qu'est l'implémentation et résultats. Nous terminons enfin par une conclusion

Chapitre 1

Présentati on de 1 etablissement

L'Etablissement National de la Navigation Aérienne (ENNA) est un établissement qui assure le service public de la sécurité de la navigation aérienne pour le compte et au nom de l'EtatIl est placé sous la tutelle du Ministêre des Transports et a pour mission principale la mise en uvrede la politique nationale dans le domaine de la sécurité de la navigation aérienne, en coordination avec les autorités concernées et les institutions intéressées. Il est chargé en outre du contrôle et du suivi des appareils en vol.

1.1 Historique

Depuis l'indépendance, cinq organismes ont été chargés de la gestion de l'exploitation et du développement de la navigation aérienne en Algérie O.G.S.A, O.N.A.M, E.NEMAENESA, ENNA.

De 1962 a 1968, est l'organisation de la Gestion de la sécurité aéronautique (OGSA), un organisme Algéro-Francais qui a géré l ensemble des services d'exploitation de l'aviation civile en Algérie

Le 1er Janvier 1968 l' O.GS.A a été remplacée par l Office de la Navigation Aérienne et de la Météorologie (ONAM)Ce dernier a été remplacé en

1969 par l'Etablissement National pour l'Exploitation Météorologique et ronautique (ENEMA), qui a été créée par lordonnance N83/331 du 07 mai

1983 a modiflé la dénomination de l'E.NEMA par l Entreprise Nationale de l'Exploitation de la Sécurité Aéronautique (ENESA) il a même modiiflé et réaménagé les structures de cette derniêreen la séparant tacitement de la section météorologique en 1976 et juridiquement en 1983

A la mise en cuvre de la loi N88/01 du 12 janvier 1988 et du décret N91/149 du 18 mai 1991; l'Entreprise Nationale de l Exploitation et de la sécurité aéronautique (E.N.ESA) a connu une transformation dans sa nature juridique pour devenir un Etablissement Publique a caractêre Industriel et Commercial (E.P.I.C) caractérisé par son autonomie financiêre dénommé < Etablissement National de la Navigation Aérienne> E.N.N.A

Dans le cadre du développement des projets liés ala navigation aérienne et de la participation a des réunions internationales l E.N.N.A collabore avec des institutions nationales et internationales

- Ministêre du transport ;

- Institut Aéronautique de Blida (IAB)

- Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI) l Algérie y est membre depuis le 05 mars 1963 ;

- AEFMP : organisation internationale réunissant l Algérie, lEspagne, la France, le Maroc ainsi que le Portugal ;

- ASENA: Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et a Madagascar;

- EUROCONTROL Organisation européenne pour la Sécurité de Navigation Aérienne;

- Ecole Nationale de l'Aviation Civile a Toulouse (ENAC).

1.2 Les missions de 1' E.N.N.A

Voici les principales missions de l'étahlissement

- veiller au respect de la réglementation des procédures et des normes techniques relatives a la circulation en vol et au sol des aéronefs, a l implantation des aérodromes et aux installations relevant de sa mission

- participer a l'élahoration des schémas directeurs et aux plans durgence des aérodromes, étahlir les plans, en coordination avec les autorités concernées, les plans de servitudes aéronautiques et radioélectriques et veiller a leur application ;

- assurer l'installation et la maintenance des moyens de télécommunication, de radionavigation, assurer l'aide al'atterrissage les aides visuelles et des équipements d'annexes

- contrôler la circulation aérienne pour l'ensemhle des aéronefs évoluant dans son espace aérien, qu'ils soient en survol, a l arrivée sur les aérodromes, ou au départ de ces derniers ;

- contrôler et assurer la sécurité de la navigation aérienne dans l espace aérien national ou relevant de la compétence de lAlgérie ainsi que sur et aux ahords des aérodromes ouverts ala CAP (Circulation Aérienne Puhlique) ;

- donner l'information aéronautique en vol et au sol et diffuser les inforr

mations météorologiques nécessaires ala navigation aérienne

- assurer le service de sauvetage et de lutte contre les incendies sur les

plates formes aéronautiques

- contrihuer a l'effort de développement en matiêre de recherches appliquées dans les techniques de la navigation aérienne

- concentrer, diffuser ou retransmettre au plan international les messages d'intérêt aéronautique ou météorologique

- calihrer les moyens de communication de radionavigation et de surveillance au moyen de l'avion lahoratoire [mota]

1.3 L'organisation de 1' E.N.NA

Dans le cadre de sa mission et afin de répondre aux hesoins du secteur du transport aérien contemporain [mota], lENNA est structurécomme suit

1.3.1 Direction Générale

Elle est équipée des organes suivants

- audit interne de gestion ;

- inspection technique générale ;

- sécurité interne de l'étahlissement [mota]

Puis se présentent les différentes Directions chacune selon ses préoccupations, nous avons donc

1.3.2 Les Directions Centrales

Elles comprennent :

- la Direction Juridique des Ressources Humaines (DJRH)

la Direction des Ressources des Finances et de la Comptahilité (DRFC) - la Direction du Développement de la Navigation Aérienne (DDNA)

1.3.3 Les Directions de sécurité aéronautique

Elles s'occupent de :

- 25 aérodromes nationaux ;

- 11 aérodromes internationaux

1.3.4 Les Directions Opérationnelles

Elles sont composées de

- Direction de l'Exploitation de la Navigation Aérienne (DENA)

- Direction Technique de la Navigation Aérienne (DTNA)

- Centre de Qualification de Recyclage et d'Expérimentation de la Na-

vigation Aérienne (CQRENA) (Voir l 'organigramme ci-dessous)

FIG. 1.1 - Organigramme de l'ENNA

1.4 Presentation de la DENA

La Direction de l'Exploitation de la Navigation Aérienne est chargéedassurer la sécurité et la régularité de la navigation aérienne et de veiller a la honne gestion technique au niveau des aérodromes mota]

1.4.1 Missions de la DENA

Ces principales missions se résument comme suit

- gérer et contrôler l'espace aérien conflé en routepar le Centre de Contrôle Régional (CCR) et les différents départements de la circulation aérienne;

- mettre a disposition de tous les exploitants du service de l information aéronautique en vol et au sol, ainsi que les informations météorologiques;

- gérer les services de la télécommunication aéronautique

assurer le service de sauvetage et de lutte contre les incendies aux aérodromes.

1.4.2 l'Organisation de la DENA*

La Direction de l'Exploitation de la Navigation Aérienne contient six départements et un Centre de Contrôle Régional

Organigramme de la Direction d'Exploiiattinde a Naavgaatin Aérienne

FIG. 1.2 - Organigramme de DENA

- DCA* : Département de la Circulation Aérienne ; - DC : Département Système;

- DAF : Département Administration et Finances - DT : Département Technique;

- DIA : Département Informations Aéronautiques

- DTA : Département Télécommunications Aéronautiques

- CCR' : Centre de Contrôle Régional2.

1.5 Principaux projets réalisés par ENNA

1.5.1 Projet IEBA

Ce projet a été confié a un groupement ex ENEL (Alger) et Siemens (Allemagne), cette dernière société ayant été choisie sur la base de l'étude effectuée préalablement par son bureau détudes et une consultation internationale lancée pour la réalisationLe projet IEBA a été classé d'importance nationale par décret 93/270 du 10/11/93. Ce projet est constitué dePhaselEtude et réalisation des balisages lumineux des deux pistes datterrissage avec les sous stations d'énergie et un centre de contrôlePhase2Aménagement de la distribution électrique(juillet 1998 - Décembre 2005) 1.5.2 Projet TRAFCA

Un des objectifs affichés par le Plan National de la Navigation Aérienne ou PNNA de 1989 est d'accroItre la capacité et les performances du système de navigation aérienne algérienPour y parvenirun projet de modernisation de l'espace aérien (TRAFCA) a été lancé en 1993 Objectifs du projet TRAFCA

- améliorer la sécurité de la circulation aérienne

- augmenter la capacité de gestion du trafic aérien

- fournir des outils afin d'assister le contrôleur et daugmenter la capacité de ce secteur;

- alléger le volume de travail du contrôleur en prenant en charge lestâches fast idieuses

- assurer l'intégrité des données ;

- visualisation intelligente des données de trafic aérien

- réduire la charge des canaux vocaux

- prévoir et réguler le trafic aérien

Ce projet est constitué de deux partiesSYRAL (Système Radar Algérien) pour la partie Radar et SAACTA (Système Algérien Automatisé de Contrôle du Trafic Aérien) pour la partie Systèmecette partie comprend également l'équipement et la mise en uvre dun centre de qualification pour les besoins de perfectionnement et de recyclage pour le personnel technique de la navigation Aérienne[mota]

La partie SYRAL Cette partie comprend principalement la couverture radar de la partie Nord et des Hauts Plateaux de la région d information de vol d'Alger, par l'acquisition et la mise en service de cinq stations radar secondaires d'une portée de 450 KmCes dernières seront installées a Alger, Oran, Annaba, El Bayadh et El OuedA noter que la station d'Alger comporte un radar primaire complanté avec le secondaire

1www.enna.dz

2* DENA (CCR-DCA) service dans equel nUlls avons e~eecué nnotesaaee

La partie SAACTA Cette partie du projet TRAFCA a porté sur

1. l'acquisition, l'installation et la mise en service déquipements pour les besoins du Centre de Contrôle Régional dAlger (ainsi que des approches des aérodromes d'Alger, d'OrandAnnaba et de Constantine) constitués de systèmes de traitement de données Radar corrélées avec les données plan de vol, des pupitres dexploitation,de systèmes de gestion des communications téléphonie de radio) et des systèmes d'enregistrement de données et de replay

2. la mise en uvre de l'ADS dans la partie sud de la FIR Alger (dans une seconde phase)

3. la réalisation d'un CQRENA (Centre de Qualification, de Recyclage et d'Expérimentation de la Navigation Aérienne) doté d'équipements pédagogiques : simulateurs de contrôle de trafic aérien pour l'aérodrome et pour le contrôle en route, des laboratoires techniques, un système de développement softwareCe centre permettra en outre, de qualifier le personnel technique chargé de lexploitation du système TRAFCA ainsi que sa maintenance [mota]

1.6 Le marché de l'etablissement (Préstation de service)

1.6.1 Bases légales et consistance des redevances

Le décret législatif n°91 - 149 du 18Mai1991définit le statut et les missions de l'Etablissement National de la Navigation Aérienne (ENNA) Il définit également ses relations avec les tiers et notamment le recours au droit commercial,Un cahier de clauses générales détaille ces relations et les prestations de service y afférentes en contrepartie desquelles lENNA perçoit une rémunération appelée redevance aéronautique pour les prestations liées a la sécurité de la Navigation Aérienne.

Le décret exécutif n91 - 150 du 18Mai1991 définit de mêmeles Etablissements de Gestion et des Services Aéroportuaires (E.GSA) Surtout aérodrome ouvert a la circulation aérienne publique les servicesrendus aux usagers et au public donnentlieu a une rémunération, sous laforme de redevances, perçues au profit de lOrganisme qui fournit le service. Ilen est. de même pour l'usage des installations et services y compris les services de radiocommunications et de météorologie mis en oeuvre par l'Etat dans l'espace aérien relevant de sa responsabilité, pour la sécurité et la rapidité de la circulation aérienne en route [ENNO5]

1.6.2 Les redevances sont dues pour

- atterrissage des aéronefs ;

- usage des dispositifs d'éclairage ;

- usage des installations et des services dassistance a la navigation aérienne en route et a l'approche ;

- usage des installations pour la réception des passagers usage des installations pour la réception des marchandises

- stationnement;

abri des aéronefs ;

- occupation des terrains et immeuble

Toutes ces redevances sont réglementées leur taux est publié. Ellessont dfies au seul fait de l'usage des services installations, ouvrages et bâtiments qu'elles rémunèrentElles sont perçues par l organisme exploitant selon ses règles propres

1.6.3 Bases de perceptions des redevances

La perception des redevances est basée sur des modes de calcul mota] Compte tenu de l'importance des paramètres entrant dans ces calculs, les usagers aériens sont invités a veiller sur lactualité des informations qui es concernent en matière d'usage des services de la navigation aérienne.A ce titre, ils sont expressément invités a fournir laliste de leur flotte ainsi que les amendements de manière régulièreLe programme des vols, les demandes d'autorisation de survol et les préavis de vols par les moyens es plus appropriés a la Direction des RessourcesFinances et de la Comptabilité (DRFC). Les services de la navigation aérienne comprennent un ensemble de tâches. La position de gestion des flux de trafic aérien fournit tous les éléments nécessaires et utiles au déroulement sfrfluide et économique du trafic aérien. Avec la densité daéronefs naviguant entre 800 km/h et < 900 km/h, une évolution sans accompagnementde tous les instants est inimaginablesans l'intervention du contrôle aérien, les avions resteraient au sol.

Pour ses services, l'ENNA perçoit une redevance calculée selon une série de paramètres on interviennent le tonnage de lappareil la distance parcourue dans ses secteurs de contrôle, le type de serviceetc. Par vol, cette part correspond approximativement au prix d'un siège en 1e classe.Cette somme est réinvestie pour assurer là sécurité

1.6.4 Redevances d'atterrissage

TRAFIC NATIONAL

Jusqu'a 12T: 64, 14DA;

De 13 a 25T : 64, 14DA + 10, 68DA/T sup

De 26 a 50T :202, 98DA + 22, 80DA/T sup

De 51 a 75T : 772, 98DA + 23, 25DA/T sup

Au-dessus de75T : 1.354, 23DA + 38, 15DA/T sup

TAB. 1.1 Redevances d'atterrissage des vols nationaux

TRAFIC INTRNATIONAL

Jusqu'à12T : 1.268, 70DA

De 13à 25T :1.268,70DA+ 110,30DA/T sup

De26 à 50T :2.702, 60DA + 230, 64DA/T sup

De 51`a75T :8.468, 60DA + 246, 61DA/Tsup

Au-dessus de 75T :14.633, 85DA + 358, 09DA/T sup

TAB. 1.2 - Redevances des vols internationaux

Aéorenefs de Tourisme

Jusqu'à 12T: 49.78DA

Au-dessus de 12T : 49.78DA + 8, 61DA/T sup

TAB. 1.3 - Redevances des aéronefs du tourisme

Redevances de survol des aéronefs

1.6.5 Redevances d'usage des dispositifs d'eclairage

Rdevances de stationnement des aéronefs

SUR LES AIRES DE TRAFIC

6,80DA T/h

SUR LES AUTRES AIRES

2,82DA T/h

TAB. 1.6 - Redevances du stationnement

Une franchise

Une réduction de 50% du montant des redevances de stationnement pendant les heures de nuit (du coucher au lever du soleil) est accordée aux compagnies aériennes.

1.7 Moyens de l'établissement

En terme de théorie des graphes, le contrôle aérien pourrait être défini comme un réseau de communication dont les noeuds (somments) sont les contrôleurs et les pilotes et les liens (arêtes) sont les ordres qui leurs permettent de communiquer.

On peut considérer comme inputs

1.7.1 Ressources humaines

L'être humain est au coeur du fonctionnement du contrôle aérienvoici là les différentes formations sous forme de tableau

TRAFIC NATIONAL

115, 33DA l'unité de service.

TRAFIC INTERNATIONAL

2.461, 63DA l'unité de service

TAB. 1.4 - Les redevances de survol des aéronefs

AERODRMES NATIONAUX

AERODROMES INTERNATIONAUX

1.168,86DA

877, 10DA

TAB. 1.5 - Redevances d'usages des dispositifs déclairage

1.7.2 Matériels

L'étahlissement possêde des hiens immohiliersdes radars, des ordinateurs, et des moyens de télécommunicationIl gêre auusi la consommation intermédiaire en couvrant la maintenace des installations

Les outils techniques du contrôe régional

Le poste de travail L'Unité de Contrôle Espace (UCE) est constitué de deux postes de travail, l'un pour le Radariste et l autre pour l'Organique. Les outils principaux sont

Ecran Radar; (Voir figure ci-dessous )

FIG. 1.3 - Ecran radar

L'ENNA a d'ahord opté pour la mise en uvre dun radar primaire (PSR) a Alger, et de 05 radars secondaires (SSR) répartis dans les régions principales du pays Alger, Annaha, OranEl Oued et El Bayadh.

Ces radars coopêrent entre eux selon la topologie du projet TRAFCA

AVIATION GENERALE

pour un poids au décollage < 20tonnes :5DA parT/h

TAB. 1.7 - redevance du stationnement pour l'aviation générale

AEOROPORT INTERNATIONAUX

45minutes

AEROPORTS NATIONAUX

60minutes

TAB. 1.8 - Comparaison entre les aéroports nationaux et internationaux

FIG. 1.4salle de contrôle

Les radar assurent une double couverture du segment du Nord de la FIR algérienne, a l'exception de l'espace situé au Nord-ouest de Constantine, un radar primaire est prévu a Oran afin de mieu gérer la complexité de la convergence des activités civiles et militaires BOUO4]

- Tableau de Strips

- Téléphone de sécurité

- Platine d'affectation des fréquences radio

- Terminal relié au système de traitement des plans de vol coordination et mises a jour des plans de vol

La radio C'est l'outil primordial du contrôleur [XECO3] car cest le moyen de communication unique sol/ air ;

Fiche de Processus de vol (Strip en anglais) C'est la représentation physique des éléments du PLNSur cette bandelette de papier sont inscrits les éléments dont le contrôleur peut en avoir besoin mota] Il sagit notamment de :

Indicatif;

- Type d'appareil;

Redevances de parking des aéronef

6, 65DA par T/Jour

Redevances d'entraInement

25% da laredevance d atterissage

TAB. 1.9 - Redevances du parking et d'entrainement des aéronefs

Type de formation

Lieu de formation

Durée

Stage CIV

CCR

05 Semaines

Stage TM2 Qualification

CCR

05 S

Examen de Qualification CIV

CCR

04 Jours

Stage TM2 Qualification pratique

CCR

04 J

Stage TM2 Qualification théorie

CCR

02 S

Stage TM2 Qualification pratique

CCR

05 S

Stage Qualification CIV

CCR

05 S

Stage Eurocat 2000 + ADS/CPDLC

CQRENA

03 S

Stage CIV Théorie

CCR

02 S

Stage TMA1 Théorie

CQRENA

02 S

Stage TMA1 pratique

CCR

05 S

Stage CIV Pratique

CCR

05 S

Stage TMA1 Pratique

CCR

06 S

Stage CIV Théorie

CQRENA

02 S

Stage TMA1 Qualifiaction

CCR

05 S

Stage de mise a niveau

CCR

15 J

Stage CIV Théorie

CQRENA

02 S

Stage RADAR (EUROCAT 2000+VCCS)

CQRENA

03 S

Stage RADAR (EUROCAT 2000+VCCS)

CQRENA

03 S

Stage Pratique CIV

CCR

05 S

Stage RADAR Pratique

CQRENA

05 S

Stage Qualification 1er CTL TMA2

CCR

07 S

Stage Pratique CIV

CCR

05 S

Stage FDO

CCR

01 S/groupe

TAB. 1.10 - Les formations des contrôleurs

FIG. 1.6 - Un aéroneuf

Type

Station Radar

Site

Date d'installation

PSR/SSR

Oued Smar

Alger

Février 2001

SSR

Seraidi

Annaha

Décemhre 2001

SSR

Murdjadjo

Oran

Janvier 2001

SSR

Guemmar

El Oued

Avril 2002

SSR

Boudergua

El Bayadh

Mai 2003

TAB. 1.11 - Les types de radar

- Aérodrome de départ et de destination ;

- Route déposée et estimée de passage aux halises

- Niveau d'équipement RVSM séparation verticale réduite au minimum.

- Indicatif: code OACI de la compagnie et numéro de ligne empruntée par l'appareil;

- SSR : correspond au code transpondeur (code radar secondaire) - Type A C: modèle d'aéronef ;

ADEP : aérodrome de départ ;

- ADES: aérodrome de destination ;

ATD : niveau de vol demandé par le pilote (croisière)VSvitesse de croisière ;

- ETD : heure de décollage estimée ;

- FL : niveau de vol ;

- Balise : point de passage de l'avion [ENC06]

FIG. 1.7 - Balise

- MD : modification de la vitesse de croisière ou du niveau de vol.

Le téléphone de sécurité Chaque poste de travail est relié a tous les correspondants possihles par téléphonesCes circuits téléphoniques sont exclusivement utilisés aux communications du contrôle aérien.

1.7.3 Espace aérien

La position géographique de l'Algérie est entre le 19E de longitude.

L'ENNA assurant les service du contrôle aérien et d information en vol aux aéronefs traversant l'espace aérien national qui sétend a la partie sud de la Méditerranné contigfie aux FIR(s) MarseilleBarcelone et Séville au Nord et adjacent a l'ouest a la FIR CasablancaalEst a la FIR Tunis et Tripoli, au Sud a la FIR Dakar et Niamey

1.7.4 Division de l'espace aérien

L'espace aérien algérien est composé d'une seule région d information de vol (FIR), a l'interieur de cette FIR quatre classes despace sont utilisées actuellement, A, D, F et G Cette FIR a été divisée en sept secteurs

Ces secteurs sont classés comme indiqué dans le tableau suivant

Secteurs

Classe

Limite inférieure

Limite Suérieure

ALGER TMA Centre Espace Supérieur

A

FL 245

FL 445

ALGER TMA Centre Espace Inférieur

D

450 m GND/MSL

FL 245

NORD EST TMA NE

D

450 m GND/MSL

FL 450

ORAN TMA Ouest

D

450 m GND/MSL

FL450

SUD/CENTRE

F

GND/MSL

UNL

SUD/EST

F

GND/MSL

UNL

SUD/OUEST

F

GND/MSL

UNL

SUD/SUD

G

GND/MSL

UNL

TAB. 1.12 - Les secteurs aériens

Remarque

Les secteurs sont séparés par les lignes vertes comme indiqué dans la figure

ci-dessous :

FIG. 1.8 - Carte de croisiére

1.7.5 Zones Interdites, réglementés et dangeruses

Tout espace dans lequel l'évolution d'aéronefs peut por une raison ou une autre interdite ou réglementée, soit intemporairement ou en permanenceet tout esopace dans lequel un danger potentiel alévolution des aéronefs subsiste est classé selon les trois types de zones comme par lOACI

Zones interdites (P) Espace aérien de dimensions définies, au-dessus du territoire ou des eaux territoriales dun Etatdans leslimites duquel le vol des aéronefs est interdit

Zones reglementees (R) Espace aérien de dimensions définies au-dessus du territoire ou des eaux territoriales dun Etat dans les limites duquel le vol des aéronefs est suhordonné a certaines conditions spéciifiées.

Zones dangereuses (D) Espace aérien de dimensions définies, a l'interieur duquel dse activités dangereuses pour le vol des aéronefspeuvent se dérouler pendant dse périodes spécifiées

Chaque zone dans l'espace aérien Algérien est affectée dune appellation composée de lettres de nationalité (DA)- suivie dune lettre indiquant le type et le numéro de la zone.

Un nom géographique peut ête défini avec l'identificationpar exemple DA-P51 AIN OUSSERA

1.8 Réseau de routes

Le réseau de routes en Algérie est un ensemble de routes domestiques et de routes de transit, s'appuyant parfois sur la navigation de surface RNAV)

1.8.1 Routes ATS domestiques

Une route domestique est une voie aérienne utilisée par les aéronefscivils entre deux aéroports algériens. Elle est caractérisée par la lettre J suivie d'un chiffre pour les routes inferieureset UJ pour les routes superieures

Autres routes ATS

Les autres routes ATS sont des cheminements utilisés par les aéronefspour la desserte de l'Algérie ou le transit dans lespace algérien

Ces routes sont caractérisées par les lettres A, B, G, R suivie d'un chiffre pour les routes inférieures, et UA, UB, UG, UR suivie d'un chiffre pour les routes supérieures

1.8.2 Routes RNAV

Une route RNAV est une voie aérienne utilisée par les aéronefscivils avec une méthode de navigation permettant le vol sur n importe quelle trajectoire voulue dans les limites des possibilités dune aide autonome ou grace a une combinaison de ces deux moyens

Une route RNAV en Algérie est caractérisé par les lettres UN, UM, suivie d'un chiffre.

1.9 Problématique

Dans les prochaines années et en raison de louverture du marché et de la compétitivité des échanges et des serviceschaque état devra impérativement savoir anticiper et tirer parti des changements afin de ne pas se laisser distancer dans lévolution du transport aérien

Dans le contexte de libération mondiale du ciel africaindes études ont été faites par l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI) prévoyant une progression annuelle de 4, 5% du marché africain du transport aérien [AirO5] et de 4.7% pour l'Algérie [REKO4] pour les dix années a venir.

Depuis son existence, le transport aérien na pas cessé dévoluerNotons aussi que la compagnie aérienne Air Algérie demeure le plus gros transporteur au niveau national, et qu'on prévoit une forte croissance, cette hypothêse est due a plusieurs raisons

- géographiquement, l'Algérie se trouve être au carrefour du trafic EST/OUEST et NORD/SUD ;

- étant donné l'importance que revêt le secteur des hydrocarbures ainsi que la découverte de nouvelles nappes dans le sud algérien (la région située au sud de Hassi Messaoud)létat encourage le développement économique et l'emploi dans le sud algérien,ce qui va rendre nécessaire des vols plus nombreux ;

- le développement économique qu'a connu lAlgérie notamment son adhésion a l'OMC ;

- avec la stabilité de la sécurité ainsi que le fait que le tourisme représente une deuxiême source d'entrée de la deviselétat accorde une importance capitale au développement de ce secteur

- l'augmentation du niveau de vie a permis au citoyen algérien de prendre l'avion au lieu d'opter pour d'autres moyens de transport

l'apparition de nouveaux aéroports tels que Chlefel Bayadh ainsi que Sétif afin de diminuer la pression exercée par les compagnies aériennes - la création de nouvelles lignes (Alger-Doha)

- notons aussi le projet d'ouverture d'une ligne Alger Montréal et le retour de certaines compagnies telle que Air France

Tous ces points entrent dans le fait que le lespace aérien algérien sera confronté a un problême de congestion, ce qui a poussé les responsables a réfléchir a la régulation des flux de trafic aérien qui se base sur le principe d'attributions de retards (délais) aux vols avant le décollage. Cela implique une étude prévisionnelle de l'évolution du nombre de vols en fonction du temps tout en satisfaisant la demande des compagnies aériennes en matiêre de gestion des flux de trafic aérien, et en veillant a établir des durées de retard minimum.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy