WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Du soin à  la violence

( Télécharger le fichier original )
par Charlène B
IFSI - Infirmière 2003
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CADRE THEORIQUE

I/ LE SOIGNANT ET LE SOIGNEE :

Tout d'abord, il me semble important de définir les notions de base qui sont le soignant et le soigné.

A) LE SOIGNANT :

Le soignant est un "Individus délivrant des soins aux personnes qui ont besoin de surveillance ou d'aide du fait d'une maladie ou d'une incapacité. Ils peuvent délivrer ces soins à la maison, dans un hôpital, ou dans un établissement. Bien que les soignants incluent les médecins, les infirmiers et les professionnels de santé en général, le concept fait aussi allusion aux parents, aux conjoints, aux autres membres de la famille, aux amis, aux membres du clergé, aux professeurs, aux ouvriers sociaux, etc."2(*) On remarque à travers cette définition que le soignant peut être tout type de personne entourant le malade. Toutes ces personnes se complètent dans leur rôle et sont indispensables.

Dans ce travail, c'est surtout l'infirmière qui nous intéressera.

- L'infirmière :

« Est considéré comme exerçant la profession d'infirmier ou d'infirmière toute personne qui, en fonction des diplômes qui l'y habilitent, donne habituellement des soins infirmiers, sur prescription ou conseil médical ou bien en application du rôle propre qui lui est dévolu ; en outre ; l'infirmier ou l'infirmière participe à différentes actions, notamment en matière de prévention, d'éducation de la santé et de formation ou d'encadrement. »3(*)

L'exercice de la profession est réglementé par des décrets, dits de compétence, dressant la liste des soins que les infirmiers sont habilités à dispenser, dont le dernier date du 29 juillet 2004.

Le rôle sur prescription médicale :

Il s'agit des actes infirmiers accomplis sur prescription médicale tels que l'administration des traitements médicamenteux, les soins techniques et le respect des consignes médicales.

Le rôle propre :

Article R. 4311-3 : «  Relèvent du rôle propre de l'infirmier ou de l'infirmière les soins liés aux fonctions d'entretien et de continuité de la vie et visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution d'autonomie d'une personne ou d'un groupe de personnes. Dans ce cadre, l'infirmier ou l'infirmière a des compétences pour prendre les initiatives et accomplir les soins qu'il juge nécessaires conformément aux dispositions des articles R. 4311-5 et R. 4311-6. Il identifie les besoins de la personne, pose un diagnostic infirmier, formule des objectifs de soins, met en oeuvre les actions appropriées et les évalue. Il peut élaborer, avec la participation des membres de l'équipe soignante, des protocoles de soins infirmiers relevant de son initiative. Il est chargé de la conception, de l'utilisation et de la gestion du dossier de soins infirmiers. ». 4(*)

L'infirmière et la pathologie psychiatrique :

Même si maintenant les personnes atteintes de pathologie psychiatrique sont le plus souvent hospitalisées dans un milieu spécialisé, il arrive encore parfois qu'elles soient hospitalisées pour tout autre raison dans un service non spécialisé dit "général". Dans ce cas, l'infirmière est au premier rang en ce qui concerne la prise en charge. Or, l'institut de soin infirmier propose une formation généralisée qui serait insuffisante quant à la prise en charge d'un patient psychiatrique. En effet, la circulaire gouvernementale du 10 juillet 2003 nous apprend à travers son enquête "les difficultés rencontrées par les infirmiers nouvellement diplômés exerçant en psychiatrie".5(*)

En effet, durant nos études nous passons deux mois en moyenne en milieu psychiatrique, ce qui pourrait être, d'après les études, insuffisant pour être capable de prendre en charge un patient psychiatrique. Au niveau de la théorie, nous avons 360 heures de psychiatrie en trois ans, ce qui, à contrario, apparaît suffisant au regard de l'ancienne réforme visant à la formation d'infirmiers spécialisés en psychiatrie. En effet, avant 1992, pour exercer la profession d'infirmier à l'hôpital psychiatrique, il fallait être titulaire d'un diplôme d'état d'infirmier en psychiatrie. Les infirmières de l'ancienne réforme, aujourd'hui dans les services de soins ne sont donc pas formées pour prendre en charge un patient atteint de maladie psychiatrique.

Il y a quelques années les patients atteints de maladie psychiatrique étaient accompagnés de professionnels spécialisés quand ils devaient être hospitalisés en hôpital "général". Aujourd'hui, sauf cas majeur cela ne se fait plus. Une enquête effectuée par des généralistes montre que quatre patients atteints d'une maladie mentale sur dix étaient hospitalisés dans un service de médecine interne et 8% d'entre eux dans un service spécialisé autre que la psychiatrie. Ils expliquent cela par " la difficulté pour un médecin généraliste d'annoncer à un malade une hospitalisation en psychiatrie. Le médecin laisse à l'établissement le soin de diriger le malade vers sa véritable destination." 6(*)

* 2 Catalogue et Index des sites médicaux de langue française

* 3 Loi du 31 mai 1978, Définition de l'infirmière

* 4 articles R 4311-1 à R 4311-5 du code de la santé publique

* 5 http://psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/histoire/officiel/circulaire-10-juillet-2003.htm

* 6 Médecine général, concept et pratique, D.Pouchain, C. Attali, G. Clémennt, B.Gay... édition Masson

précédent sommaire suivant