WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les biotechnologies, facteur de plus grande durabilité de l'agriculture sous l'angle environnemental en RDC

( Télécharger le fichier original )
par Lucien IBOBONDJI KAPUKU
Université de Kinshasa - Ingénieur agronome en science du Sol & Eau 2011
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Ingénieur IBOBONDJI

LES BIOTECHNOLOGIES, FACTEUR DE PLUS GRANDE DURABILITE DE L'AGRICULTURE SOUS L'ANGLE ENVIRONNEMENTAL EN RDC.

Par Lucien IBOBONDJI

Copyright, Mai 2011. Infovertes @ yahoo.fr

Agro environnementaliste et chercheur en gestion

Des ressources naturelles à l'Université de Kinshasa

LES BIOTECHNOLOGIES, FACTEUR DE PLUS GRANDE DURABILITE DE

L'AGRICULTURE SOUS L'ANGLE ENVIRONNEMENTAL (EN RDC)

Lucien IBOBONDJI

Ir agro/Environnementaliste

La République Démocratique du Congo (RDC) est résolument engagée dans le processus international de Réduction des Emissions dues à la Déforestation et la Dégradation des Forêts (REDD), avec les objectifs de contribuer à l'atténuation des émissions de gaz à effet de serre d'une part, de réduire la pauvreté en assurant la sécurité alimentaire des populations et de gérer durablement ses ressources forestières d'autres part, en prenant en compte la valorisation des services environnementaux.

La dégradation en RDC entre 2010 et 2030 Compte tenu du scénario de croissance démographique et socioéconomique du pays, sur la forêt se trouverait considérablement accrue par deux facteurs :

· la pression démographique qui augmentera la demande en terres agricoles et en bois de chauffe pour approvisionner les populations rurales et urbaines;

· la croissance des secteurs économiques qui aura un impact (direct ou indirect) sur la forêt comme par exemple les secteurs miniers ou des hydrocarbures.

La croissance démographique connaîtra un rythme soutenu, autour de 3% par an jusqu'en 2015, puis devrait doucement diminuer pour atteindre environ 2,5% en 2030. Ainsi, la population passera de 64 millions d'habitants actuellement à 112 millions en 2030. Ce scénario prend en compte (i) l'impact de la stabilisation post-conflit, (ii) l'amélioration des conditions sanitaires (impactant notamment la mortalité infantile) et (iii) l'amélioration du niveau de vie des populations dans le cadre des Programmes lancés par le Gouvernement de la RDC, notamment en rapport avec la Stratégie pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (SCRP) et les Objectifs du millénaire. Compte tenu de la croissance de la population, l'accent est souvent mis aujourd'hui sur la nécessité d'augmenter la production agricole et les rendements pour assurer la sécurité alimentaire à l'ensemble de la population, sans dégrader l'environnement et les capacités productives. Aussi la notion de développement durable est-elle devenue depuis quelques années une référence omniprésente.

Dans cette perspective de la sécurité alimentaire, les biotechnologies, notamment le génie génétique, font l'objet d'une vive controverse quant à leurs apports possibles. Ses promoteurs, particulièrement les firmes qui ont investi dans ce domaine, les présentent systématiquement comme «  indispensables pour nourrir l'humanité en mettant en avant de nombreux avantages.

Les biotechnologies moyen d'accroitre la suffisance et la qualité de l'alimentation 

a. En diminuant les pertes dues à certains ravageurs des cultures. Cette diminution peut être obtenue par l'introduction de gènes de résistance aux herbicides, aux insectes, aux virus, aux nématodes, aux champignons. En matière de lutte contre les champignons ou les virus, la multiplication végétative in vitro a permis d'obtenir des cultivars sains à partir de variétés virosées.

b. En favorisant l'amélioration de la qualité des productions. Divers aspects de la qualité peuvent être modifiés par transgénèse, en particulier la composition et l'aptitude à la transformation, avec par exemple la modification de la teneur en certains acides gras chez les oléagineux selon leur usage final, l'augmentation de la teneur en divers vitamines, l'amélioration de la capacité des productions à subir certains processus de transformations après la récolte, la réduction des quantités de nitrates présents dans les organes végétaux consommés, les renforcements de qualités organoleptiques, etc.

sommaire suivant






La Quadrature du Net