WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La loi de la force en politique:l'art de gouverner dans Le Prince de Machiavel

( Télécharger le fichier original )
par Alexandre BATUHOLA MUNKANU
Institut Saint Pierre Canisius/Kimwenza en RDC - G3-PHILOSOPHIE 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

INTRODUCTION GENERALE

Il s'agit pour nous de cerner l'art de gouverner dans Le prince de Machiavel. Notre réflexion se veut une compréhension du concept de force que cet auteur subordonne à la notion de loi. En d'autres termes, nous voulons comprendre le pouvoir politique tel que Machiavel l'articule autour de la force. C'est dans cette perspective que nous désirons reprendre à nouveaux frais le problème crucial du rapport entre morale et politique.

En effet, dans Le Prince, Machiavel fonde sa théorie politique sur ce que l'on nomme « la vérité effective des choses », c'est-à-dire sur l'aspect réel de la politique plutôt que sur l'aspect imaginaire comme l'ont fait ces prédécesseurs. Notre auteur le souligne en ces termes : « mais étant mon intention d'écrire des choses profitables à ceux qui les entendront, il m'a semblé plus convenable de suivre la vérité effective de la chose que son imagination ».1(*) Cette politique que l'on pourrait qualifier de réaliste est dictée par le désir d'agir avec efficacité. Le dirigeant qui n'est pas efficace ne peut pas se maintenir au pouvoir. En effet, son autorité sera vaincue par différents pouvoirs antagonistes.

Ainsi, Machiavel appréhende la question de l'action politique à travers le jeu de la fortune et de la virtù. La fortune, pour le penseur florentin, ce sont des conditions objectives de l'action tant du côté des circonstances indépendantes de notre action ou des ressources accumulées dans tel ou tel camp. La virtù renvoie à l'habileté, à la capacité subjective de faire fructifier la fortune, à saisir l'occasion, à prendre appui sur les circonstances favorables ou à contrer les circonstances défavorables : « car le temps chasse tout devant soi et peut apporter avec soi le bien comme le mal, et le mal comme le bien ».2(*) C'est la rencontre entre les deux qui expliquent le cours de l'action et la production de l'histoire. On a là une dialectique de l'objectif et du subjectif. C'est dans ces circonstances qu'il faut faire son choix. Il y a ainsi des marges de manoeuvres pour l'action humaine : « La fin justifie les moyens ». Machiavel bouscule ainsi une certaine continuité morale entre les moyens et l'action à laquelle nous ont habitué Platon et Aristote.

De fait, pour Machiavel, ce qui motive l'action du prince c'est l'instauration d'un Etat nouveau et l'élaboration de bonnes lois pour la multitude, le prince étant lui-même au-dessus de la morale et ne pouvant être jugé que sur la base des résultats de son action : « les grands hommes appellent honte le fait de perdre et non celui de tromper pour gagner ».3(*) Car, peu importe ici les moyens employés, c'est le succès ou la finalité qui compte.

Selon Machiavel, la dualité absolue entre le bien et le mal n'existe pas en politique. Ainsi, pour notre auteur, l'art politique enseigne au prince à bien user du mal « car, tout bien considéré, il trouvera quelque chose qui semble être vertu, et en la suivant ce serait sa ruine ; et quelque autre qui semble être vice, mais en la suivant, il obtient aise et sécurité».4(*) Comment admettre sans répulsion que le mal puisse parfois être à l'origine du bien ?

Il convient de préciser que Machiavel ne fait pas abstraction de la morale. Il soutient seulement que pour la sauvegarde et le maintien de l'Etat, le prince peut être amené à recourir à tous les moyens possibles pour atteindre ses fins : « ne pas s'écarter du bien s'il le peut mais savoir entrer dans le mal s'il le faut ». Dès lors, si le recours à la force paraît légitime au cas où l'on poursuivrait un idéal politique, alors il faut en déduire qu'elle est d'une très grande importance pour la survie d'un Etat. En effet, dans ses actions, l'autorité légitime peut recourir, si cela s'avère nécessaire, à la force pour préserver l'intégrité territoriale du pouvoir.

C'est pourquoi dans la liste des qualités et des défauts du Prince, Machiavel demande à ce que le prince possède à la fois « la ruse du renard », pour se jouer de la méchanceté humaine, et la « force du lion », pour être « plus sûr d'être craint que d'être aimé ». Tout en s'accordant sur le fait que l'emploi de ces qualités ne doit pas servir l'intérêt particulier du Prince mais bien l'intérêt général, cette légitimation de l'action de l'homme d'État en fonction de la seule nécessité, n'engendre t-il pas cependant un prince calculateur et méfiant ?

Il faut dire que, pour Machiavel, les vulgaires (le peuple) apprécient ce qu'ils voient Seule la minorité réfléchit. En ce sens, tous les moyens employés dans le but de conquérir et de maintenir le pouvoir seront jugés bons. Le prince doit user à bon escient de l'« apparaître » afin de pouvoir gagner l'estime de son peuple ; c'est-à-dire paraître sous la forme d'une autorité forte et vertueuse. Tout en nous situant dans la perspective de Machiavel, à savoir la recherche de l'unité de l'Italie, nous ne pouvons souscrire à une telle théorie politique. La conquête et le maintien du pouvoir ne peuvent-ils pas emprunter d'autres voies respectueuses de l'homme et de la quête de sa perfection ?

Aussi, notre objectif sera-t-il de répondre à toutes ces questions. C'est ainsi que dans cette réflexion, à la fois analytique et critique, nous nous proposons d'organiser notre étude en trois chapitres. Dans un premier temps, nous essayerons d'abord de cerner la nouveauté qu'introduit Machiavel dans la politique et qui, par le fait même, le met en rupture avec l'ancienne conception politique. Aussi, nous centrerons notre attention sur la question sécuritaire. Nous y décrirons les meilleures armes qui permettent au prince d'asseoir son pouvoir. C'est pourquoi nous montrerons de monter comment l'application des lois est tributaire de la force. En un deuxième temps, nous exposerons le caractère paradoxal de l'action politique. Nous tenterons d'élucider le fait que le pouvoir politique peut, dans l'intérêt commun, utiliser des moyens que la morale réprouve dans le but d'atteindre l'idéal politique. Enfin, dans un troisième temps, nous adresserons une critique à Machiavel. Il s'agit d'une critique qui tend à concilier politique et éthique.

CHAP. I : LA NOUVEAUTE DE LA CONCEPTION POLITIQUE CHEZ MACHIAVEL

I.0. Introduction

Dans son livre, Le prince, Machiavel présente les réalités politiques dans leur « nudité », c'est-à-dire, telles qu'elles se manifestent dans la vie concrète. Il nous montre les manoeuvres politiques et leur logique qui, parfois, ne correspond pas aux aspirations de bien des contemporains. Contrairement aux théories platoniciennes et aristotéliciennes, où la politique est décrite en lien avec la morale, Machiavel, privilégie plutôt l'aspect réaliste de la politique. Sa réflexion porte sur la façon dont s'acquiert, s'exerce et se conserve le pouvoir. Elle est en effet le fruit de tout ce qu'il sait et de tout ce qu'il a appris « des choses du monde et par une longue pratique et par une lecture assidue ».5(*)  Son intention est aussi que, d'une part, nous prenions connaissance du mal spécifique de l'action politique pour nous aider à sortir de l'idée d'une politique idéale, c'est-à-dire d'une politique qui serait de l'ordre du « devoir être » et que, d'autre part, connaissant mieux ce mécanisme, nous sachions comment nous comporter face aux actions de certains acteurs politiques et puissions réfléchir sur nos débats politiques.

Dans ce premier chapitre, nous essayerons de faire ressortir premièrement la nouveauté qu'apporte Machiavel, laquelle le met en rupture avec l'ancienne conception de la politique. A la suite de Machiavel, nous y décrivons le caractère réaliste et pragmatique de la politique ; caractère qui pousse le prince à user des moyens les mieux appropriés pour pouvoir agir effectivement et efficacement en politique. Deuxièmement, nous mettrons l'accent sur les différentes principautés existantes à l'époque de Machiavel, sur leur mode d'acquisition et de conservation du pouvoir. Nous montrerons comment, pour Machiavel, la conquête est un désir naturel de l'homme. Troisièmement, nous traiterons de la « virtù et de la fortune ». Quatrièmement, nous fixerons notre attention sur les deux humeurs qui caractérisent le peuple dans une cité. Cinquièmement, nous réfléchirons d'abord sur la meilleure armée pouvant asseoir le pouvoir du prince. Ensuite, il sera question de l'exercice de la guerre. En d'autres termes, le prince ne doit pas oublier l'art de la guerre. C'est pour cette même raison que nous y ferons une critique de l'idée du repos, c'est-à-dire, d'une paix oisive qui enlève toute idée de guerre au prince. Enfin, nous montrerons l'importance des armes dans l'application des lois d'un Etat. Le plus important dans ce chapitre est que nous percevions comment les nouveaux princes ont réussi à imposer leurs nouveaux ordres grâce à l'usage de la force.

* 1 Machiavel., Le Prince, p.109-110

* 2 Ibid., p .27

* 3 Machiavel, Le politique, p.71

* 4 Id., Le prince, p.111

* 5 Machiavel, discours de la première décade de Tite-Live, p. 375

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net