WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Incidence de la politique monétaire sur le niveau général de prix en RDC de 1998 à  2009

( Télécharger le fichier original )
par Reagan KIBABELA POLO
Université libre de Kinshasa - Licencié en économie monétaire 2011
  

sommaire suivant

INTRODUCTION GENERALE

I. PROBLEMATIQUE

L'objectif primordial dévolu à tout gouvernement au sein d'une communauté donnée est d'assurer le bien-être social de sa population . Pour atteindre cet objectif, les gouvernements font élaborent leur politique économique.

Celle-ci est, en fait, un ensemble de plusieurs politiques (monétaire, budgétaire, agricole, etc.) combiné en vue d'atteindre un certain nombre d'objectifs dits ultimes, à savoir la croissance économique, la stabilité des prix, le plein emploi et l'équilibre extérieur dont la réalisation confère le bien être social de sa population.

S'inscrivant dans le cadre de la politique économique générale, la politique monétaire possède ses propres points d'action pour atteindre les objectifs ultimes de la politique économique générale. Elle vise à agir de façon globale sur les variables réelles de l'économie par le truchement des variables monétaires (l'offre et la demande de monnaie, le taux de change, le taux d'intérêt).

Dans cette perspective, la politique monétaire a pour rôle de fournir au secteur réel la quantité de monnaie nécessaire à l'expansion des activités économiques sans engendrer le dérapage inflationniste ou déflationniste.

Cependant, dans le contexte congolais, la recherche du bien-être par le truchement de la politique monétaire pose problème eu égard d'une part, aux objectifs assignés officiellement à la politique monétaire, consistant à assurer le financement du développement économique du pays et à promouvoir la stabilité des prix intérieurs ainsi que le maintient de l'équilibre des payements extérieurs1(*), et d'autre part à la détérioration de la situation socio-économique de la République Démocratique du Congo au cours de ces dernières années.

En effet, les résultats issus de la politique monétaire en termes de taux d'inflation attestent l'inefficacité des mécanismes de transmissions de la politique monétaire sur les variables réelles de l'économie congolaise, notamment la stabilité des prix.

Le présent travail, cherche à évaluer l'efficacité de la politique monétaire en République Démocratique du Congo, ses possibilités et limités sur la stabilisation du niveau général des prix.

De manière précise, notre préoccupation tourne autour des questions fondamentales ci-après :

a) Question principale

- Quelle serait l'incidence de la politique monétaire sur le niveau général des prix en R. D. Congo?

b) Question secondaire

- Le caractère inopérant de la politique monétaire sur le prix découle-t-il du mauvais agencement des instruments directs et indirects, de l'inélasticité de l'offre nationale de biens et services ou bien de la mauvaise allocation des ressources monétaires?

C'est à ces préoccupations que nous allons tenter de répondre dans les phrases qui suivent.

II. HYPOTHESE.

L'hypothèse étant une réponse provisoire aux questions soulevées dans la problématique. Dans le cas précis de notre travail, nous nous sommes proposé les hypothèses ci-après :

- Si les instruments de la politique monétaire sont utilisés de façon adéquate, celle-ci à toutes les chances de produire des effets attendu mais dans le cas de l'économie congolaise la politique monétaire agit inefficacement sur le niveau des prix.

- Le caractère inopérant de la politique monétaire sur le niveau général des prix en République Démocratique du Congo découle du mauvais agencement des instruments directs et indirects (mauvaise politique d'encadrement du crédit, des réserves obligatoires, absence de la politique d'open Market, etc.)

III. CHOIX ET INTERET DU SUJET

La politique monétaire agit de façon globale sur les variables économiques (Prix, niveau d'activité, plein emploi, équilibre extérieur). Ainsi, à travers ce travail nous voulons étudier les relations de cause à effet qui existe entre la politique monétaire de la Banque Centrale du Congo (BCC) et le niveau des prix qui est considéré comme l'objectif prioritaire des autorités monétaires (Banque Centrale et Trésor public).

Ceci a un intérêt capital puisqu'il permettra d'une part à la communauté scientifique de prendre en considération certains éléments occasionnant la stagnation et/ou le recul de l'économie congolaise et d'autre part d'interpeller les pouvoirs publics de la nécessité de stabiliser les prix pour éviter l'incertitude dans l'économie qui peut être préjudiciable à la croissance économique de notre pays.

IV. DELIMITATION SPATIO - TEMPORELLE

IV. 1 Dans l'espace

La République Démocratique du Congo a constitué notre champ d'investigation étant donné que la Banque Centrale du Congo (BCC) est considérée comme l'Institut d'Emission au Congo et a la charge d'élaborer et de piloter la politique monétaire.

* 1 KABUYA K. et TSHIUNZA M. :« stabilisation économique et contrainte de la politique monétaire : le cas du Zaïre », in théorie et politique monétaire en Afrique, centre Africain d'étude monétaire, Dakar, Sénégal, 1980, P. 146.

sommaire suivant