WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Facteurs déterminants la faible utilisation des services des soins curatifs dans la zone de santé de Karisimbi

( Télécharger le fichier original )
par Affable IZANDENGERA ABINTEGENKE
Institut Supérieur des Techniques Médicales de Goma - Licence en santé publique 2011
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE PREMIER. REVUE DE LA LITTERATURE

Pour mieux comprendre les facteurs qui déterminent la faible utilisation des services des soins de santé, nous avons parcouru différentes informations disponibles à travers diverses sources.

I.1 Facteurs socioculturels

Cette section présente les facteurs tels que le niveau d'instruction de chef du ménage bas, la non appartenance à une mutuelle de santé, le manque de confiance envers le personnel soignant, l'automédication ainsi que la fréquentation de la médecine naturelle;

I.1.1. Niveau d'instruction du chef de ménage

Dans une étude menée dans la commune de Ngaba à Kinshasa par P. Kebela dans son article « santé pour tous : identification des facteurs explicatifs de l'accessibilité aux soins de santé » pour un échantillon de 289 ménages, il se révèle une interdépendance entre l'accessibilité et la religion, le revenu, la prise en charge des soins par les ménages. Il continue en disant qu'il ya une relation entre le niveau d'instruction et l'accessibilité aux soins.23(*)

Dans le domaine de consultation prénatale, Tabara Dieye dans son étude portant sur la mortalité maternelle dans le fouladou (au Sénégal) il affirme que cinq femmes sur dix au village de médina ne fréquentent pas les structures sanitaires pour CPN suite au niveau d'instruction très bas.24(*)

Par ces deux études menées, nous pouvons penser qu'il est possible qu'il ait relation entre l'utilisation des services de santé avec le niveau d'instruction du chef de ménage car un chef de ménage qui est ignorant, qui ne connait pas l'importance des structures de santé ne peut pas consulter ou faire consulter les siens dont il a la responsabilité.

I.1.2. Appartenance à une mutuelle de santé

Selon le rapport de l'OMS sur la santé dans le monde, il a été constaté que les paiements directs des soins sont généralement le mode de financement le plus dépressif et expose les consommateurs des services de santé à un risque des dépenses catastrophiques. Ainsi, elle recommande aux Etats qui ont un problème d'utilisation des soins de santé d'adopter le système de financement de la santé par prépaiement.25(*)

Bon nombre de chercheurs ont affirmé que appartenir à une mutuelle de santé favoriserait l'utilisation des structures de santé. C'est le cas de Innocent Bayege à l'université nationale du Rwanda / Ecole de santé publique/Maitrise, dans son étude sur la contribution des mutuelles de santé à l'accessibilité de la population aux soins de santé déclare ce qui suit « six ans après le démarrage des mutuelles de santé dans le district de Byumba, l'utilisation des services de santé a doublé passant de 21%en 1999 à 48% en 2003 »26(*)

Le rapport du ministère de la santé du Rwanda confirme encore en disant que « le taux d'utilisation rationnelle des institutions de santé modernes s'est multiplié de plus de quatre fois. Ainsi pour résoudre le problème de sous utilisation du paquet minimum d'activités y compris l'accès tardif aux soins, le gouvernement Rwandais préconise que chaque citoyen rwandais adhère à une assurance maladie et par là tout membre mutualiste est à mesure de fréquenter son centre de santé de premier contact » 27(*)

En 2009, Didier Rama nana & O. Barthes dans une étude sur le fonds d'achat des services de santé dans le Kassaï occidental (RDC), arrivent à comparer le système de financement des soins au Rwanda et la RDC, et terminant ils s'expriment en ces termes « On ne peut comparer le Rwanda et la RDC en ce qui concerne l'utilisation des services des santé à cause du système de financement basé sur les mutuelles de santé »28(*)

* 23 P. Kebela, santé pour tous : identification des facteurs explicatifs de l'accessibilité aux soins de santé dans la commune de Ngaba, Kinshasa, 2004

* 24 http://www.issic.sn TABARA DIEYE, la mortalité maternelle dans le fouladou, contribution de la CCC, 2002

* 25 Oms, Rapport sur la santé dans le monde, Genève, 2000, p67

* 26 Innocent Bayege, Contribution des mutuelles de santé à l'accessibilité de la population aux services de santé, Kigali, Rwanda

* 27 Mini sante Rwanda, Amélioration de l'accès aux services des soins au Rwanda, le rôle de l'assurance, Kigali, 2004, p27

* 28 http://www.memoireonline.com, D. Raman ana&O Barthes, le fond d'achat des services de santé dans le Kassaï occidental, 2009, consulté le 18/01/2011

précédent sommaire suivant