WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le multimédia comme facteur d'intégration sociale. "Focus sur Kimwenza gare " en RDC. Conception et réalisation d'un documentaire

( Télécharger le fichier original )
par Trésor IKO
Université de Kinshasa - Licence en communication multimédia 2010
  

précédent sommaire suivant

SECTION II. L'APPORT DU MULTIMEDIA DANS LE PROCESSUS D'INTEGRATION SOCIALE DES HABITANTS DE KIMWENZA GARE.

Dans cette section, il sera question de présenter comment est-ce que le multimédia et les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication concourent au processus d'intégration sociale des habitants de la localité de Kimwenza Gare. Les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication peuvent briser cet enclavement en provoquant un développement durable, pouvant aussi contribuer à la réduction de la fracture numérique par le biais du multimédia. Pour y arriver et à titre d'exemple, nous avons choisi une famille paysanne vivant du ramassage et de la vente du bois mort ; et que nous avons accompagné dans la brousse. Pour y arriver, nous avons réalisé un document audiovisuel illustrant le quotidien de ces paysans.

§1. Réduction de la facture numérique

La fracture numérique est la disparité d'accès aux technologies informatiques. Elle recouvre parfois le clivage entre « les info-émetteurs et les info-récepteurs ». Cette disparité est fortement marquée d'une part entre les pays riches et les pays pauvres, d'autre part entre les milieux urbains et les ruraux40.

Nous allons énumérés deux objectifs pour la réduction de la fracture numérique :

· Démocratiser le numérique en accélérant le déploiement des infrastructures

· Réduire les fractures numériques41

La fracture numérique concerne les inégalités dans l'usage et l'accès aux technologies de l'information et de la communication (TIC) comme les téléphones portables, l'ordinateur ou le réseau Internet. La fracture numérique ne représente donc qu'une toute petite partie de l'ensemble des inégalités de développement. On parle parfois aussi de fossé

40MICHEL.E in « Le fossé numérique. L'Internet, facteur de nouvelles inégalités ? », Problèmes politiques et sociaux, La Documentation française, n° 861, août 2001, p. 32.

41 Idem

numérique. L'expression fracture numérique (en anglais : digital divide) est calquée sur celle de fracture sociale employée par Jacques Chirac, lors de la campagne présidentielle de 199542.

D'une manière générale, le fossé numérique peut être défini comme une inégalité face aux possibilités d'accéder et de contribuer à l'information, à la connaissance et aux réseaux, ainsi que de bénéficier des capacités majeures de développement offertes par les TIC. Ces éléments sont quelques-uns des plus visibles du fossé numérique, qui se traduit en réalité par une combinaison de facteurs socio-économiques plus vastes, en particulier l'insuffisance des infrastructures, le coût élevé de l'accès, l'absence de formation adéquate, le manque de création locale de contenus et la capacité inégale de tirer parti, aux niveaux économique et social, d'activités à forte intensité d'information.

L'existence et l'évolution d'une fracture numérique au sein d'une population peuvent être évaluées en tenant compte d'indicateurs tels que le nombre d'utilisateurs d'Internet, le nombre d'ordinateurs connectés (rapportés à la population). Cependant, ces indicateurs ne permettent pas, en eux-mêmes, de déterminer les usages des TIC par ces populations qui devraient accéder à la « société de l'information ».

La Journée mondiale de la Société de l'information qui a lieu tous les ans le 17 mai depuis 2006 avait pour but de sensibiliser le public sur le sujet et sur les avantages que peut offrir l'internet43.

Elle est également qualifiée de fracture horizontale lorsqu'elle est constatée au sein d'un pays (y compris développé) avec des différences en zones urbaines et zones rurales ou encore entre catégories sociales ou entre les sexes.

La fracture numérique est donc un sujet très vaste. Nous nous intéresserons principalement ici aux inégalités liées au réseau Internet.

42Jacques Chirac, la fracture sociale, campagne présidentielle de 1995 43MICHEL.E, Op cit, p.34.

1. La fracture numérique dans le domaine politique

Que ce soit aux États-Unis ou en France, la fracture numérique est un sujet de bataille pré-électorale. Aux États-Unis, dès 1994, le vice-président Al Gore disait dans ses discours qu'Internet permettrait l'avènement d'une démocratie en ligne, d'un agora électronique44. C'est d'ailleurs lui le premier qui a parlé du réseau Internet comme «autoroutes de l'information.» Et le président Clinton envisageait en 1997 de connecter chaque salle de classe et bibliothèque à Internet d'ici l'an 2000, chaque maison d'ici 2007.

En France, après le thème de la fracture sociale cher à Jacques Chirac, c'est la fracture numérique qui arrive dans les discours pré-électoraux.

2. La fracture numérique dans le domaine du commerce

Dans les pays développés, un bon nombre de ces publicités sont centrées autour du thème de la révolution Internet. Voici quelques exemples :

· Bienvenue dans un monde meilleur

· Rhône-Poulenc

· Bienvenue dans la vie.com

· France Télécom

Les publicités liées à ce sujet présentent Internet comme un univers quasi-magique quitte à nier toute complexité à l'outil informatique pour mieux promouvoir une logique purement marchande. Le sociologue Philippe Breton n'hésite d'ailleurs pas à parler du Culte de l'Internet dans notre société.

2.1. La fracture numérique médiatisée : un argument commercial ?

Il faut combattre la croyance messianique selon laquelle relier tout le monde à Internet est une révolution sociale.

Ce n'est pas la technique qui nous asservit mais le sacré transféré à la

technique45.

Dans ce contexte, la fracture numérique est parfois perçue par les entreprises comme un argument supplémentaire pour inciter les gens à acheter un ordinateur ou à s'abonner à un fournisseur d'accès Internet (FAI). Loin de toute réflexion sur l'utilité et l'intérêt réel d'un tel outil, on peut penser que les publicistes ne favorisent donc pas par leur travail une meilleure compréhension de la réalité de l'Internet par le grand public. Il ne faut pas oublier que, comme toute innovation technologique, Internet ne demeure qu'un outil. Il peut être en de bonnes mains comme en de mauvaises.

De tout temps, chaque nouveau moyen de communication a été générateur d'une certaine utopie. Lors de la pose des premiers câbles sous-marins, Victor Hugo pensait qu'ils permettraient ni plus ni moins que « la réconciliation de la grande famille humaine ». De même, au cours des années 1990, une sorte d'euphorie boursière a accompagné l'émergence des NTIC dans notre société.

3. La réalité de la fracture numérique dans l'accès à Internet

Du fait de l'évolution extrêmement rapide du réseau Internet, on se limitera à quelques exemples numériques. Bien qu'un peu datés, ils sont intéressants.

précédent sommaire suivant