WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude et mise en place d'une solution "cloud computing " privée dans une entreprise moderne: cas de CAMTEL

( Télécharger le fichier original )
par Landry FOSSOUO NOUMSI
Ecole nationale supérieure des postes et télécommunications - Ingénieur des travaux des télécommunications 2012
  

Disponible en mode multipage

DEDICACES

Je dédie ce travail à ma famille, la famille NOUMSSI

REMERCIEMENTS

Je tiens à adresser toute ma gratitude et mes sincères remerciements

aux personnes qui ont contribué à la réussite de ma formation :

#172; Je remercie le directeur général de CAMTEL, Mr NKOTO EMANE

David , pour m'avoir accordé ce stage dans son entreprise ;

#172; mon encadreur au sein de l'entreprise, Ing. ELA OYONO Jean

Marcel. Ton expertise, la pertinence de tes conseils et ton

encadrement m'ont été précieux ;

#172; Mon encadreur académique Ing. NWOUAKAM Maurice pour sa disponibilité, ses remarques avisées et l'encadrement apporté tout au long de mon stage académique ;

#172; tous les enseignants de l'Ecole Nationale Supérieure des Postes et Télécommunications de Yaoundé pour toutes les connaissances qu'ils m'ont transmises tout au long de ma formation. ;

#172; l'équipe de CAMTEL, particulièrement ing. WANKO Yves, pour

leur accueil, leur disponibilité et leur bonne humeur permanente ; #172; A ma famille, Mr et Mme NOUMSSI ainsi que mes 04 frères et soeurs :

#172; La famille KAMGNO pour son soutien sans faille ;

#172; Tous ceux que nous avons omis de citer ici, et qui de près ou de loin ont contribué au bon déroulement de ma formation.

#172;

LISTE DES FIGURES

Figure 1 Organigramme de CAMTEL

Figure 2 Organigramme du CRIP

Figure 3 page d'accueil du portail web de

CAMTEL

Figure 4 exemple de serveurs

Figure 5 Diagramme de GANT de l'avancement

des travaux

Figure 6 Image du Cloud Computing

Figure 7 Exemple d'un datacenter

Figure 8 Représentation d'une plate-forme

collaborative

Figure 9 Architecture du Cloud Computing

Figure 10 répartition des charges en fonction du

model de Cloud

Figure 11 Logo d'office 365

Figure 12 Logo de VM Vcloud

Figure 13 Logo d'open stack

Figure 14 Logo d'Owncloud

Figure 15 Diagramme des cas d'utilisation

Figure 16 Diagramme de séquence du cas

d'utilisation <<Connexion>>

Figure 17 Diagramme de séquence du cas

d'utilisation<<création d'une machine virtuelle>>

Figure 18 diagramme de séquence du cas

d'utilisation << Stocker des données>>

Figure 19 Imprime écran du logiciel de

virtualisation

Figure 20 architecture réseau de déploiement

Figure 21 représentation de CloudStack

Figure 22 commande d'installation du JDK

Figure 23 Commande d'installation du serveur de

base de données

Figure 24 Commande d'installation du serveur

ssh

Figure 25 Commande d'installation Cloudstack

Figure 26 Dossier d'installation de Cloudstack

Figure 27 Page de connexion de Cloudstack

Figure 28 Tableau de bord de Cloudstack

Figure 29 Page présentant l'état actuel du

système

Figure 30 Page présentant la création des

utilisateurs

GLOSSAIRE

Sigle Signification

API Application Programming Interface

BIND Berkeley Internet Name Domain

CIRS Centre internet et des réseaux

spécialisés

CMS Content Management System

CRIP Centre des réseaux IP

CSA

http Hypertext Transfer Protocol

IAAS Infrastructure as a service

IMAP Internet Message Access Protocol

IP Internet protocol

IT Information technology

MIT Massachusetts Institute of

Technology

PAAS Platform as a service

PHP Hypertext Preprocessor

POP Post Office Protocol

SAAS Software as a service

SLA Service Level agreement

SOA Service-oriented architecture

SGBD Système de gestion de base de

données

JDK Java Development Kit

SSH Secure Shell

RESUME/ABSTRACT

Ces dernières années ont vu le
développement du Cloud

Computing. Le principe fondateur est d'exporter la gestion des services informatiques des entreprises dans des centres d'hébergement gérés par des entreprises tiers. Ce déport a pour principal avantage une réduction des couts pour l'entreprise cliente, les moyens nécessaires à la gestion de ces services étant mutualisés entre clients et gérés par l'entreprise hébergeant ces services.

Dans ce mémoire, nous

étudierons la mise en place d'une solution de Cloud Computing privé à CAMTEL

Recent years have seen the
development of cloud

computing. The founding principle is to export the service management companies in shelters managed by third party companies. It's main advantage is offset a reduction in costs for the client company, the means necessary to the management of these services is shared between clients and managed by the company hosting these services.

In this paper, we study the implementation of a private cloud solution in CAMTEL

SoMMALIRIE

Introduction générale 9

Partie I : Contexte et problématique 12

Chapitre 1 : Présentation de l'entreprise et état de l'existant 13

1.1. Historique et activités 13

1.2. Organigramme Erreur ! Signet non défini.

1.3. Portail web 18

1.4. Un intranet 20

1.5. Serveurs 20

Chapitre 2 : Critique de l'existant et problématique 23

2.1. Enjeux du sujet 23

2.2. Critique de l'existant 23

2.3. Problématique 24

Partie II : Méthodologie 26

Chapitre 3 : Méthodologie 27

3.1. Méthodologie utilisée 27

3.2. Travaux antérieurs et présents 29

Chapitre 4 : Notions fondamentales sur le Cloud Computing 30

4.1. Définition 30

4.2. Historique 32

4.3. Eléments constitutifs du Cloud Computing 33

4.3.1. La virtualisation 33

4.3.2. Datacenter 34

4.3.3. Plateforme collaborative 35

4.4. Différence fondamentale entre le service Internet et le Cloud

Computing 36

4.5. Architecture du Cloud Computing 37

A. Iaas : Infrastructure as a service 37

B. Paas : Platform as a service 38

C. SaaS : Software as a service 38

4.6. Type de Cloud Computing 41

4.6.1. Les Cloud privés 41

4.6.2. Les Cloud publics 41

4.6.3. Les Cloud hybrides 42

4.7. Avantages et inconvénients du Cloud Computing 42

4.7.1. Cloud public 43

4.7.2. Cloud privée 45

4.8. Sécurité dans le Cloud Computing 46

4.9. Acteurs du secteur 48

4.9.1. Entreprise fournisseur de solution Cloud 48

i. Cloud public 48

ii. Cloud privée 49

PARTIE III : Résultats et commentaires 50

Chapitre 5 : Etat de l'art 51

5.1. Solutions propriétaires 51

5.1.1. office 365 51

5.1.2. VMware vCloud 52

5.2. Solution libre 53

5.2.1. OpenStack 54

5.2.2. Owncloud 55

5.2.3. Cloudstack 56

5.3. Choix de notre solution 57

Chapitre 6 : Analyse, présentation et installation de notre solution

58

6.1. Utilisateurs du système 58

6.1.1. L'administrateur 58

6.1.2. Les utilisateurs 59

6.2. Diagrammes 59

6.3. Dimensionnement des couches matériels 61

6.4. Spécification 62

6.4.1. Architecture 62

6.5. Présentation et installation de CloudStack 63

Conclusion générale 66

BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE .....67

Introduction Générale

Au fur et à mesure que les systèmes informatiques évoluent, la demande en quantité d'espace de stockage, de convivialité et de simplicité dans le travail va grandissant. Il y a quelques années, les espaces de stockage réduits, les lignes de commandes et les systèmes complexes étaient le quotidien des employés d'entreprise.

Les entreprises modernes traitent de grandes quantités d'informations aussi nombreuses que variées. Ainsi, elles ont besoin de grande capacité de stockage ainsi que d'une puissance de calcul élevée. Les ressources matérielles et logicielles nécessaires n'étant pas à la portée de toutes les entreprises, le Cloud Computing est une solution pour résoudre ce problème.

Dans le souci d'accroitre leur performance et leur compétitivité, plusieurs entreprises modernes ont recours à l'utilisation du Cloud Computing. Le sujet qui nous ait proposé s'intitule donc avec raison « Etude et mise sur pied d'une solution Cloud Computing dans une entreprise moderne, cas de Camtel ».

Le terme Cloud Computing, ou « informatique dans les nuages », est un nouveau modèle informatique qui consiste à proposer les services informatiques sous forme de services à la demande, accessibles de n'importe où, n'importe quand et par n'importe qui. Cette nouvelle technologie permet à des entreprises d'externaliser le stockage de leurs

données et de leur fournir une puissance de calcul supplémentaire pour le traitement de grosse quantité d'information.

Notre travail sera divisé en trois parties nommées Contexte et problématique, méthodologie, et enfin résultats et commentaires. Chaque Partie sera divisée en deux chapitres. La première partie comportera deux chapitres dénommés présentation de l'entreprise et état de l'existant, et critique de l'existant et problématique.

La deuxième partie comportera deux chapitres nommés méthodologie et notions fondamentales sur le Cloud Computing. La dernière partie sera constituée de deux chapitres nommés état de l'art et analyse, présentation et installation de notre solution.

Partie I : Contexte et problématique

Aperçu

D

ans cette partie, nous allons présenter l'entreprise qui nous a accueillis pour notre stage, présenter les différentes technologies qu'elle utilise ainsi que leur insuffisances. De ces

insuffisances, nous ressortirons une problématique qui sera la ligne conductrice de notre travail. Cette partie sera divisée en deux chapitres.

Chapitre 1 : Présentation de l'entreprise

et état de l'existant

Introduction

Dans ce chapitre, nous allons présenter l'entreprise qui nous a accueillis tout au long de notre stage. Nous présenterons son organigramme, ses missions, ses différents services et les technologies qu'elle utilise. Nous porterons une attention particulière sur le service où sera implémentée notre solution.

1.1. Historique et activités

La Cameroun Télécommunication en abrégé CAMTEL est créé par décret présidentiel le 08 septembre 1998. Elle nait des cendres de la société des Télécommunications Internationales du Cameroun
(INTELCAM) dont elle reprend les activités et de la direction des télécommunications du Ministère des Postes et Télécommunication.

CAMTEL a pour objet de posséder, d'opérer et de fournir une infrastructure et des services de télécommunications dans le cadre des licences à elle octroyées à cet effet par les autorités compétentes. A cet effet, elle est chargée :


· de fournir tout service public de télécommunications au niveau national et international, en particulier les services de téléphone, de télex, de télégramme et de télécopie entre points fixes ;

· de mettre en place les infrastructures et les équipements adaptés aux télécommunications nationales et internationales ;

· d'installer, d'exploiter et entretenir des réseaux afférents à ce système de télécommunications pour l'acheminement du trafic national et international ;

· de gérer et d'exploiter à des buts commerciaux ces systèmes de télécommunications ;

· de participer à tout système global de télécommunications ;

· d'acquérir et d'exploiter toute concession, droits et privilèges
relatifs à l'exploitation de ces systèmes de télécommunications ;

1.2. Organigramme
CAMTEL est organisé comme suit

Figure 1 : Organigramme de CAMTEL, Février 2012

Notre travail a été effectué dans la section administration système du centre des réseaux IP qui dépend de la direction des systèmes d'informations et des réseaux IP.

Dépendant de la direction des systèmes d'informations et des réseaux IP, le centre des réseaux IP assure la gestion des équipements des points d'accès et du coeur de réseau IP de sa zone de compétence.

A ce titre, il est chargé :

· de la gestion du noeud et des points de présence Internet

· de l'exploitation et la maintenance des équipements du réseau IP

· de l'administration des serveurs pour l'accès aux services ainsi que

des plateformes d'authentification et de taxation ;

· de la gestion technique des noms de domaines en relation avec l'Agence Nationale des Technologies de l'Information et de la Communication ;

· de l'exploitation des plages d'adresses IP publics alloués au centre en conformité avec le plan d'adressage défini par la Direction Technique ;

· de l'implémentation de la politique générale de sécurité définie par la direction générale pour les équipements du réseau ;

· de la collecte des données sur les indicateurs de la qualité de service ;

· du recueil des expressions des besoins pour l'évolutivité des systèmes et réseaux


· de la production des statistiques et des rapports d'activités du Centre.

Son organigramme est le suivant

Figure 2 : Organigramme du CRIP

Le centre est constitué de quatre sections, dont la section Administration système.

La section administration système, placée sous l'autorité d'un chef de Section est chargée :

· de l'exploitation et la maintenance des serveurs

· de l'exploitation et la maintenance des plateformes d'authentification et de taxation ;


· de l'exploitation et de la maintenance des plateformes de services à valeurs ajoutées ;

· de la gestion technique des noms de domaine en collaboration avec l'Agence Nationale des technologies de l'information et de la Communication

· de la maintenance des outils de taxation ;

· du suivi et des mises à jour des logiciels et des applications en service dans le réseau IP ;

· de la réalisation des sauvegardes pour la restauration des systèmes ;

· de test des nouveaux services à déployer ;

· de la collecte des données de taxation ;

· de la production des rapports d'activité de la section.

1.3. Portail web

Un portail web est un site web qui offre une porte d'entrée commune à un large éventail de ressources et de services accessibles sur l'Internet et centrés sur un domaine ou une communauté particulière. Les ressources et services dont l'accès est ainsi rassemblé peuvent être des sites ou des pages web, des forums de discussion, des adresses de courrier électronique, espaces de publication, moteur de recherche.

CAMTEL dispose d'un portail web accessible uniquement aux employés, sur lequel sont reportées les nouvelles de l'entreprise.

Sur l'image qui suit, nous pouvons observer la page de connexion de ce portail.

Figure 3 : page d'accueil du portail web de CAMTEL

Il est conçu sous forme de site internet. Les informations telles que les décisions de la direction générale, les nominations ou encore les nouvelles concernant tout le personnel y sont publiées. Au-delà de cela, les employés disposent d'un espace conviviale d'échange. Ils peuvent télécharger des documents, des vidéos et ainsi que d'autres articles.

Ce portail est aussi accessible via internet, mais comme précisé plus haut, il reste accessible uniquement aux employés de CAMTEL. Il est administré de façon centralisée par la direction des systèmes d'information.

Ce portail est un outil très intéressant pour le suivi de la vie de l'entreprise.

1.4. Un intranet

L'intranet est un réseau informatique utilisé à l'intérieur d'une entreprise ou de toute autre entité organisationnelle utilisant les techniques de communication d'Internet (IP, serveurs HTTP). Dans les grandes entreprises, l'intranet fait l'objet d'une gouvernance particulière en raison de sa pénétration dans l'ensemble des rouages des organisations. CAMTEL dispose d'un intranet qui couvre tout le territoire national. Dans ce réseau circule les données de l'entreprise telles que les données de facturation des clients, les documents internes ou tout autre document relatif à la bonne marche de l'entreprise. Dans cette configuration, il est possible de faire des configurations à distance de certains équipements ce qui réduit grandement la charge de travail et augmente la productivité.

A cet intranet, est greffé un service de messagerie, dont nous donnerons les détails plus bas.

Le réseau est subdivisé en plusieurs sous réseaux administrés et gérés de façon indépendante.

1.5. Serveurs

Un serveur informatique est un dispositif informatique matériel ou logiciel qui offre des services, à différents clients. Les services les plus courants sont :

· le partage de fichiers ;

· l'accès aux informations du World Wide Web ;


· le courrier électronique ;

· le partage d'imprimantes ;

· le commerce électronique ;

· le stockage en base de données ;

· le jeu et la mise à disposition de logiciels applicatifs (optique software as a service

.

Figure 4 : exemple de serveurs

Un serveur fonctionne en permanence, répondant automatiquement à des requêtes provenant d'autres dispositifs informatiques (les clients), selon le principe dit client-serveur. Le format des requêtes et des résultats est normalisé, et chaque service peut être exploité par tout client qui met en oeuvre le protocole propre à ce service.

CAMTEL dispose de multiples serveurs, destinés à plusieurs taches. Les quelques serveurs suivants sont utilisés dans le centre internet et des réseaux IP

+ Serveur de messagerie : EXIM


·. Web hosting: CPanel


·
· Serveur web, ftp, bd : Apache 2;filezilla;mysql,informix,


·
· Système d'exploitation : CENTOS, Free BSD (distribution de Linux), Solaris 9, windows 2003 server.

+ Serveur de DNS : Logiciel BIND 9

+ Serveurs AAA: Itellin, Cisco ACS

+ Serveurs d'accès: NAS, BRAS

+ Serveur de supervision compose de: Cacti, smokeping, Rancid, Solar Wind,

Chapitre 2 : Critique de l'existant et problématique

Introduction

Dans ce chapitre, nous allons effectuer une critique de l'existant de CAMTEL et ressortir la problématique qui nous a conduits à mener ce travail et à proposer la solution qui est la nôtre.

2.1. Enjeux du sujet

CAMTEL en tant que entreprise moderne se doit d'être dans le bain de l'évolution des nouvelles technologies. L'émergence d'un nouveau marché ne doit pas nous laisser indifférents. Il est important de
comprendre ce que le Cloud Computing va pouvoir apporter à

l'informatique d'aujourd'hui et de demain mais aussi la place qu'il
occupera. Est-ce une réelle révolution informatique, une simple évolution de notre vision de l'IT ou un point de passage inévitable ? Notre sujet aura dont pour but de faire comprendre la philosophie du Cloud Computing, ses technologies et le plus important de dire en quoi il serait un avantage pour une entreprise comme CAMTEL.

2.2. Critique de l'existant

D'après le chapitre précédent, CAMTEL dispose d'une multitude d'outils qui facilite le travail en entreprise et qui permettent aux employés de se tenir au courant de la vie de la société. Tous ces services ou outils ont comme support le réseau intranet de CAMTEL, ainsi que Internet.

Bien qu'étant une société de fourniture de services télécommunication, CAMTEL dispose tout aussi de nombreux services qui n'ont pas trait aux télécommunications. Ainsi, les outils qu'utilisent les personnels de ces services doivent être aussi conviviaux et intuitifs que possible.

A cet instant, il existe des outils de travail collaboratif ou de partage de fichier installé dans le réseau interne de CAMTEL, mais ceux-ci sont le plus souvent mis en place et utilisé par un service ou une direction. Il existe bel et bien un serveur mail d'entreprise qui permet l'envoi et la réception des courriers de mails.

2.3. Problématique

En tant que entreprise moderne à la pointe de la technologie, il apparaît opportun pour l'entreprise historique CAMTEL d'innover et de toujours fournir à ces employés des meilleures conditions pour assouvir leurs taches . Au regard de ces défis et de ces ambitions, nul doute que ces ambitions ne pourront être atteintes qu'avec les nouvelles technologies de la communication.

Camtel développe régulièrement des applications pour utilisation en interne. Mais chaque application nécessite un support, et une manière d'accéder différente. Au-delà de cet état des choses, les employés travaillant sur ces applications travaillent dans « des boites noires » et fournissent juste le résultat de leur travail pour utilisation. IL serait ainsi très utile et très pratique d'avoir des solutions technologiques pour rendre le travail en entreprise plus conviviale, plus accessible et plus collaboratif.

Ces technologies doivent être capables :

> D'unifier les moyens d'accès à des applications développées > De faciliter le travail collaboratif

> De simplifier l'utilisation des technologies existantes

> De permettre le partage des ressources entre les services et personnes autorisées

> Créer des machines virtuelles en fonction des besoins

L'objectif principal de notre recherche étant de trouver la meilleure solution possible, nous prendrons donc comme hypothèse de recherche « Le Cloud Computing est la meilleure solution pour résoudre ce problème ? ». L'un des aspects de la suite de notre travail sera de valider cette hypothèse de recherche.

Conclusion

Dans ce chapitre nous avons montré l'enjeu de notre sujet d'étude, et poser une problématique au vu des critiques faites sur l'existant de CAMTEL. Dans la partie qui suit, nous allons détailler la méthodologie qui a été utilisée pour mener à bien le travail qui nous a été confié.

Par Lie II : Méthodologie

Aperçu

D

ans cette partie, nous allons détailler la méthodologie que nous avons utilisée pour mener à bien notre travail. Nous parlerons des travaux antérieurs concernant notre sujet et enfin nous introduirons la notion de Cloud Computing.

Chapitre 3 : Méthodologie

Introduction

Dans ce chapitre, nous allons présenter les différents types de méthodologie qui existe pour un travail de recherche, la méthodologie que nous avons utilisée et les différents travaux antérieurs et présents traitant du sujet.

3.1. Méthodologie utilisée

Il est important de rappeler que les informations utilisées dans notre travail proviennent des interviews avec le personnel de CAMTEL, des recherches sur Internet, des documents et mémoires écrits sur le sujet. Nous avons aussi essayé d'obtenir des renseignements des entreprises qui fournissent déjà les solutions Cloud. Les réticences des entreprises à fournir leur secret d'entreprise furent très grandes.

Notre questionnaire avait pour but de savoir

> Quel est le fonctionnement interne de CAMTEL ?

> Quels sont les outils utilisés ?

> Quelles améliorations peuvent être apportées au cadre de travail ? Notre travail de recherche s'est découpé comme suit :

Tache

Durée

Etat de l'existant

1 semaine

Interview avec les employés de

CAMTEL

2 semaines

Analyse du problème

1 semaine

Recherche sur les technologies du Cloud Computing

3 semaines

Recherche et configuration de la

solution

3 semaines

Déploiement et test de la solution

1 semaine

 

Tableau 1 : Tableau d'avancement du travail

Figure 5 : Diagramme de GANT de l'avancement des travaux

3.2. Travaux antérieurs et présents

Apres plusieurs interviews et rencontres, il en ressort qu'aucun travail n'ayant trait à notre sujet n'a été effectué dans l'entreprise.

Quelques projets en cours d'étude à CAMTEL se rapprochent

énormément de notre travail. Nous pouvons ainsi citer les projets de mise en place d'un datacenter et d'une plateforme collaborative. Ces deux projets sont des prémisses à la mise sur pied d'un Cloud Computing.

N'ayant pas tous les détails concernant le projet, nous ne pouvons pas en préciser l'évolution ni les détails techniques.

Conclusion

Ce chapitre nous a permis de voir par quelle méthode nous avons recueillis les informations.

Chapitre 4 : Notions fondamentales sur le

Cloud Computing

Introduction

Dans ce chapitre, nous allons présenter les notions fondamentales du Cloud Computing. La technologie qui la constitue et les différents acteurs du secteur.

4.1. Définition

Le Cloud Computing, littéralement l'informatique dans les nuages est un concept qui consiste à déporter sur des serveurs distants des stockages et des traitements informatiques traditionnellement localisés sur des serveurs locaux ou sur le poste de l'utilisateur. Il consiste à proposer des services informatiques sous forme de service à la demande, accessible de n'importe où, n'importe quand et par n'importe qui. Cette définition est loin d'être simple à comprendre Toutefois, l'idée principale à retenir est que le Cloud n'est pas un ensemble de technologies, mais un modèle de fourniture, de gestion et de consommation de services et de ressources informatiques.

CLOUD

Figure 6 : Image du Cloud Computing

Les applications et les données ne se trouvent plus sur l'ordinateur local, mais «Dans le Cloud » composé d'un certain nombre de serveurs distants, interconnectés au moyen d'une excellente bande passante, indispensable à la fluidité du système. L'accès au service se fait par une application standard facilement disponible, la plupart du temps un navigateur web.

Actuellement, l'utilisation du Cloud Computing s'est démocratisé avec l'accès à des connexions internet dites « haut débit » et à la vulgarisation des ordinateurs de grande capacité, et ayant une grande puissance de traitement. Il peut être considéré comme la cinquième évolution de l'informatique après le mainframe, le PC, le client serveur, le web et pour finir le Cloud Computing d'après Microsoft.

Le Cloud Computing peut être comparé à la distribution de l'énergie électrique. Bien que chaque particulier pourrait produire sa propre énergie électrique (solaire, éolienne), un opérateur le fait à grande échelle et propose ce service au client à travers un réseau de distribution (cable électrique). Chaque client est facturé uniquement en fonction de sa consommation. On retrouve dans cet exemple des analogies dans la terminologie du Cloud Computing et de la distribution de l'énergie électrique.

Energie électrique services informatiques

Réseau de distribution Réseau informatique

4.2. Historique

La naissance du Cloud Computing n'a pas une date précise, elle vient d'une évolution de certaines technologies telles que les web services, ou l'architecture SOA (Service Oriented Architecture). La notion de Cloud fait référence à un nuage tel qu'on a l'habitude d'utiliser dans les schémas techniques lorsqu'on veut représenter Internet, d'où la confusion entre Internet et les services du Cloud Computing.

Mais, la notion même de consommation de services informatiques a été proposée pour la première fois en 1961 lors d'une conférence au MIT par John McCarthy [1 ] connu comme l'un des pionniers de l'Intelligence Artificielle. A sa naissance, il pouvait être comparé au cluster de calcul

ohn McCarty, né le 4 septembre 1927 à boston est le principal pionner de l'intelligence artificielle. Il est également l'inventeur du langage Lisp

dans lequel un groupe d'ordinateur se relient pour former un ordinateur virtuel unique permettant le calcul de haute performance.

Auparavant, seuls les supers ordinateurs permettaient de fournir une forte puissance de calcul et étaient principalement utilisés par les universités, les gouvernements, ou les universités pour des opérations complexes telles que prévoir les changements climatiques ou le comportement des avions en vol.

Désormais, il est possible de rendre disponible cette puissance de calcul à tout le monde, à tout moment, n' importe où via Internet.

4.3. Eléments constitutifs du Cloud Computing

4.3.1. La virtualisation

La virtualisation consiste à faire fonctionner un ou plusieurs systèmes d'exploitation sur un ou plusieurs ordinateurs. Cela peut sembler étrange d'installer deux systèmes d'exploitation sur une machine conçue pour en accueillir qu'un, mais comme nous le verrons par la suite, cette technique a de nombreux avantages.

Il est courant pour des entreprises de posséder de nombreux serveurs, tels que les serveurs de mail, de nom de domaine, de stockage pour ne citer que ceux-ci. Dans un contexte économique où il est important de rentabiliser tous les investissements, acheter plusieurs machines physiques pour héberger plusieurs serveurs n'est pas judicieux. De plus, une machine fonctionnant à 15 pour cent ne consomme pas plus d'énergie qu'une machine fonctionnant à 90 pour cent. Ainsi, regrouper

ces serveurs sur une même machine peut donc s'avérer rentable si leurs pointes de charge ne coïncident pas systématiquement.

Enfin, la virtualisation des serveurs permet une bien plus grande modularité dans la répartition des charges et la reconfiguration des serveurs en cas d'évolution ou de défaillance momentanée.

Les intérêts de la virtualisation sont multiples. On peut citer


·
· L'utilisation optimale des ressources d'un parc de machines (répartition des machines virtuelles sur les machines physiques en fonction des charges respectives)


·
· L'économie sur le matériel (consommation électrique, entretien physique, surveillance)


·
· L'installation, tests, développements sans endommager le système hôte

4.3.2. Datacenter

Figure 7: Exemple d'un datacenter

Un centre de traitement de données (data centre en anglais) est un site
physique sur lequel se trouvent regroupés des équipements constituants

du système d'information de l'entreprise (mainframes, serveurs, baies de stockage, équipements réseaux et de télécommunications, etc.). Il peut être interne et/ou externe à l'entreprise, exploité ou non avec le soutien de prestataires. Il comprend en général un contrôle sur l'environnement (climatisation, système de prévention contre l'incendie, etc.), une alimentation d'urgence et redondante, ainsi qu'une sécurité physique élevée.

Cette infrastructure peut être propre à une entreprise et utilisé par elle seule ou à des fins commerciales. Ainsi, des particuliers ou des entreprises peuvent venir y stocker leurs données suivant des modalités bien définies.

4.3.3. Plateforme collaborative

Figure 8 : Représentation d'une plateforme collaborative

Une plate-forme de travail collaboratif est un espace de travail virtuel. C'est un site qui centralise tous les outils liés à la conduite d'un projet et les met à disposition des acteurs.

L'objectif du travail collaboratif est de faciliter et d'optimiser la communication entre les individus dans le cadre du travail ou d'une tâche. Les plates-formes collaboratives intègrent généralement les éléments suivant :

· des outils informatiques

· des guides ou méthodes de travail en groupe, pour améliorer la communication, la production, la coordination.

· Un service de messagerie.

· Un système de partage de ressources et de fichiers .

· Des outils de type forum, pages de discussions

· Un trombinoscope, ou annuaire des profils des utilisateurs.

· Des groupes, par projet ou par thématique.

· Un calendrier ;

4.4. Différence fondamentale entre le service Internet

et le Cloud Computing

Bien qu'assez similaire dans leur représentation et leur façon de fonctionner, les services Internet et les services Cloud Computing sont assez différents.

Internet est bien plus ancien que le Cloud Computing. C'est grace à Internet que le développement du Cloud Computing a été aussi rapide. En effet, on peut parler d'internet sans Cloud Computing, mais on ne peut pas parler de Cloud Computing sans Internet. Internet est le moyen le plus utilisé par les fournisseurs de solution de Cloud Computing pour proposer leur service. Mais, internet peut être dans certains cas substitué

à tout autre réseau (intranet, réseau téléphonique) comme nous le verrons dans la suite.

4.5. Architecture du Cloud Computing

Une des notions principales quand on parle de Cloud Computing est le principe virtualisation. La virtualisation a été la première pierre vers l'ère du Cloud Computing. En effet, cette notion permet une gestion optimisée des ressources matérielles dans le but de pouvoir y exécuter plusieurs systèmes « virtuels » sur une seule ressource physique et fournir une couche supplémentaire d'abstraction du matériel. Les premiers travaux peuvent être attribués à IBM, qui dans les années 60, travaillait déjà sur les mécanismes de virtualisation en développant dans les centres de recherche de Cambridge et de Grenoble, CMS (Conversation Monitor System).

Basiquement, le Cloud Computing propose trois modèles principaux L'infrastructure (Iaas : Infrastructure as a service)

La plate-forme ( Pass : Platform as a service)

L'application ( Saas : Software as a service)

A. Iaas : Infrastructure as a service

Infrastructure as a service ou l'infrastructure en tant que service en français est une des couches du Cloud Computing. C'est un modèle où l'entreprise dispose d'une infrastructure informatique (serveurs, stockage, réseau) qui se trouve en fait chez le fournisseur. Cependant, elle y a accès sans restriction, comme si le matériel se trouvait dans ses locaux. Ceci permet à l'entreprise de s'affranchir complètement de l'achat et de

la gestion du matériel. L'entreprise exploite le matériel comme un service à distance. Cette couche permet à l'entreprise de se concentrer en premier sur ses processus métiers sans se préoccuper du matériel.

B. Paas : Platform as a service

Platform as a service ou plate-forme en tant que service est un modèle composé de tous les éléments nécessaires pour soutenir la construction, la livraison, le déploiement et le cycle de vie complet des applications et des services disponibles sur Internet. Cette plateforme offre des facilités à gérer des canevas de travail lors du design, du développement, du test, du déploiement et de l'hébergement d'applications web à travers des outils et services tels que

· La collaboration d'équipe

· La gestion de la sécurité, de la capacité

· La gestion des bases de données

Ces services sont fournis au travers d'une solution complète destinée aux développeurs et disponible via Internet

Exemple : Force.com www.salesforce.com/plateform

C. SaaS : Software as a service

Software as a service ou encore application en tant que service en français est le modèle le plus utilisé dans le monde après le service d'email. C'est un modèle de déploiement d'application dans lequel un fournisseur loue une application clé en main à ses clients en tant que service à la demande au lieu de leur facturer la licence du logiciel. De cette façon, l'utilisateur final n'a plus besoin d'installer le logiciel, le

maintenir, ou le mettre à jour. Toutes ces opérations de maintenance sont effectuées par le fournisseur de service.

Exemple: Google docs http://docs.google.com

Les trois modèles du Cloud Computing peuvent être résumés dans cette illustration :

Figure 8 : Architecture du Cloud Computing Où

L'Infrastructure en tant que service offre une base matérielle (hardware) aux plateformes en tant que service. Ces infrastructures sont mises en place et gérées par des administrateurs réseau avec un bon niveau d'expertise. Elles sont le plus souvent constituées d'équipements réseaux et de serveurs la plus part du temps entièrement virtualisés.

Rédigé et présenté par FOSSOUO NOUMSI Landry Page 40

.

La plateforme en tant que service est un ensemble de composants

reposant sur l'infrastructure offerte par la couche Iaas. Elle permet aux développeurs d'applications d'avoir une plateforme de travail adaptable, distribuée et virtualisée dans laquelle ils n'ont plus besoin d'installer l'architecture sous-jacente (réseaux, matériels, serveur, système d'exploitation)

L'application en tant que service est une application souple et

déployée dans une plateforme en tant que service. C'est une application souple qui est accessible uniquement à travers un réseau et qui est le plus souvent facturée à l'utilisateur final.

Cette organisation permet de séparer les domaines de compétences, ainsi l'utilisation d'une couche est complètement non assujetti aux couches inférieures ou supérieures.

Nous pouvons nous résumer avec cette figure qui explique qui contrôle quoi en fonction du modèle utilisé

Figure 10 : répartition des charges en fonction du model de Cloud

4.6. Type de Cloud Computing

Selon les besoins des entreprises et des utilisateurs, il existe trois types de Cloud Computing

4.6.1. Les Cloud privés

Ce type de Cloud est créé et géré en interne pour les besoins d'une entreprise. Les serveurs hébergeant les services sont localisés dans les bâtiments de l'entreprise accessible à travers un réseau sécurisé, interne et fermé. Il est sous l'administration de la direction du service informatique.

Dans ce cas, l'entreprise met sur pied sa propre politique de gestion de son Cloud.

Le Cloud privé est une nouvelle approche qui améliore l'organisation et la gestion des services et de ressources informatiques, mais aussi la façon dont l'entreprise les consomme et les met à l'oeuvre.

Les ressources informatiques ne remplissent plus des rôles prédéfinis et limités, elles forment un pool flexible dans lequel les processus et le personnel de l'entreprise viennent puiser en fonction des besoins et au moment précis où ils en ont besoin.

4.6.2. Les Cloud publics

Ce type de Cloud est créé par un organisme spécialisé qui met à disposition ses infrastructures, ses ressources pour des entreprises aussi multiples que variées. Ainsi, ces entreprises consommatrices de services utilisent et payent à la demande des services dont elles ont besoin. Les

fournisseurs de services Cloud Computing garantissent une disponibilité et une qualité de service à travers un contrat signé avec le consommateur du service.

Le Cloud public se compose d'une palette de services tiers accessibles via Internet qui ne cesse de s'élargir. Les services étant proposés par des géants comme Google, l'ampleur de l'offre est énorme et le coUt unitaire, potentiellement très faible. Une petite entreprise peut externaliser son infrastructure technologique tout entière et la majorité de ses applications métiers dans le Cloud public, et toute jeune entreprise peut faire largement appel au Cloud.

4.6.3. Les Cloud hybrides

Ce type de Cloud combine les Cloud public et privé. On peut ainsi déporter nos applications vers un Cloud public qui consommera des données stockées et exposées dans un Cloud privé, ou bien faire communiquer deux applications hébergées dans deux Cloud privés distincts, ou encore consommer plusieurs services hébergés dans des Cloud publics différents.

4.7. Avantages et inconvénients du Cloud

Computing

En fonction du type de Cloud Computing choisi (public, privé ou hybride), il offre de nombreux avantages, mais aussi des inconvénients

4.7.1. Cloud public

Pour les consommateurs du service le Cloud public offre des avantages suivants

· Aucun investissement préalable

Pour une entreprise, le Cloud Computing offre des possibilités d'être immédiatement opérationnel.

Un jeune entreprise qui vient d'être mise sur pied et n'ayant pas d'énormes ressources pour l'achat de serveurs puissants et des logiciels peut être très vite compétitive en utilisant le Cloud Computing public.

· Aucun pré requis demandé

L'utilisation d'un service Cloud ne nécessite pas des connaissances particulières, mis à part pour le service demandé. Ceci grace à l'accès simplifié utilisant des navigateurs web.

· Un service d'une grande flexibilité

L'utilisateur n'a aucun effort à fournir, il suffit qu'il demande les services dont il a besoin.

· Un service d'une grande disponibilité

Dans la plupart des cas, le contrat signé entre le fournisseur et le consommateur de service stipule une disponibilité du service à 99%.

· Un payement sur mesure

Le consommateur est facturé à la consommation suivant une grille tarifaire prédéfinie. Ainsi, il paye uniquement ce qu'il consomme.

Par contre, les inconvénients du Cloud public sont tout aussi nombreux. On peut citer

· Le budget

Etant donné que la consommation des services proposés par le Cloud public nécessite une connexion Internet stable, les besoins en bande passante peuvent faire exploser le budget. Par exemple, pour une grande entreprise et/ou ayant un besoin fort en ressources, il sera peutêtre préférable de trouver une autre solution.

De plus, pour les entreprises situées dans une zone non desservie par une excellente connexion Internet, l'investissement pour avoir une bonne connexion Internet peut ne pas être très raisonnable.

· Le cadre légal

Il n'y a aucun accès physique aux données transférées dans le Cloud public. Elles ne sont pas forcément présentes sur le territoire national. Il est ainsi difficile de connaitre précisément à quel endroit elles sont stockées. De plus, selon le type d'activité d'une entreprise, la loi peut imposer de pouvoir localiser précisément et rapidement les données, tout en ayant la possibilité d'avoir un accès physique sur celles-ci. Ceci est donc problématique pour un bon nombre d'entreprises.


· La pérennité du service

Toutes les entreprises utilisant le Cloud public sont dépendantes de leur hébergeur. L'arrêt de son activité, par exemple, pourrait être très problématique. Des études sont en cours pour palier à désagréments. En effet, un changement d'hébergeur prend du temps, et peut nécessiter un recodage des applications.


· Confidentialité et sécurité des données

Les données sont hébergées en dehors de l'entreprise. Ceci peut donc poser un risque potentiel fort pour l'entreprise de voir ses données mal utilisées ou volées. C'est actuellement le problème majeur du Cloud Computing public.

A cause des problèmes et inconvénients cités plus haut, de nombreuses entreprises se tournent vers le Cloud Computing privé.

Si le Cloud Computing public propose des ressources informatiques hébergées (serveurs, stockage, puissance de calcul, applications...) distantes et mutualisées, les offres de Cloud Computing privées se distinguent par leur aspect dédié. Leur usage est réservé pour une seule entreprise, ceci dans le but de répondre à un besoin personnalisé de ressources informatiques.

4.7.2. Cloud privée

Les avantages du Cloud privé sont les suivantes :


· Sécurité et confidentialité

Contrairement au Cloud public, l'entreprise est propriétaire de ses données et on peut y avoir accès physiquement.

· Une architecture sur mesure

Le Cloud privé est développé en fonction de l'entreprise et elle seule. Ainsi, elle est facilement gérable et adaptable.

Malgré cela, le Cloud privé a quelques inconvénients

· Budget

Toute la charge financière et technique (serveur, personnels qualifiés, logiciel), pour la mise en place du service sont supportés par l'entreprise.

4.8. Sécurité dans le Cloud Computing

La sécurité et la conformité émergent systématiquement comme les principales préoccupations des responsables informatiques lorsqu'il est question de Cloud Computing, des préoccupations encore plus accentuées lorsqu'il s'agit de Cloud public. La sécurité permet de garantir la confidentialité, l'intégrité, l'authenticité et la disponibilité des informations.

Certaines questions légitimes reviennent sans cesse :

> Mes données sont-elles sures dans le Cloud ?

> Où sont stockées mes données ?

> Qui va avoir accès à mes données ?

> Aurais-je accès à mes données à n'importe quel moment ?

> Que deviendrons mes données s'il y a interruption du service ?

La mise sur pied d'une solution de Cloud Computing comporte des problèmes de sécurité inhérents à la solution elle-même. Le fait de centraliser toutes les informations sur un site pose un grand nombre de problèmes. On peut citer comme problème potentiel :

? Une possible interruption massive du service.

? Une cible de choix pour les hackers

> Interface et API non sécurisé

Ce point de vulnérabilité du Cloud Computing fait l'objet depuis quelques années l'objet de recherches avancées. Il a été créé un organisme chargé de mettre sur pied des normes en matière de sécurité dans le Cloud Computing. Cet organisme s'appelle CSA (Cloud Security Alliance). Du travail de cet organisme, il en est ressorti certaines techniques utilisées de nos jours pour améliorer la sécurité du Cloud Computing. Parmi ces techniques on peut citer

+ La multi-location : cette technique permet de créer des instances

d'une même donnée sur plusieurs sites différents. Elle permet une récupération facile en cas de désastre.

+ Le chiffrement : le chiffrement de l'accès à l'interface de contrôle,

le chiffrement des données dans le Cloud.

+ L'isolation des machines virtuelles

La sécurité absolue n'existe pas, donc le problème de sécurité reste le plus souvent un problème de confiance entre le fournisseur de service et le consommateur de service. Cette confiance se traduit par la signature d'un contrat nommé SLA (Service Level Agreement). Ce contrat

précise les taux de disponibilité du service. En règle générale, et pour la plupart des fournisseurs, ce taux est supérieur à 99 %.

4.9. Acteurs du secteur

La mise sur pied d'une solution Cloud Computing dépend de l'utilisation qu'on veut en faire. Dans cette partie, on distinguera les cas où l'entreprise est fournisseur de solution Cloud et le cas où elle est consommatrice de solution Cloud.

4.9.1. Entreprise fournisseur de solution Cloud

i. Cloud public

Les entreprises qui fournissent une solution Cloud public sont celles qui disposent d'assez de ressources financière et techniques pour mettre sur pied d'énormes fermes de serveurs, des logiciels hyper puissants et une couverture mondiale. Malgré cela, une entreprise peut bien fournir une solution Cloud pour un pays par exemple. Mais, dans ce cas, parle-t-on encore de Cloud Computing ? D'après Microsoft, l'un des leaders du marché de Cloud public, bâtir une ferme de serveurs couteraient environ un milliard de dollars US. Les plus grandes entreprises mondiales qui offrent des solutions de Cloud Computing public sont :

· Microsoft

· Amazon

· Google

· OVH

Au niveau national, des entreprises comme Manyaka, ITG Store fournissent des solutions Cloud Computing à des entreprises de la place.

ii. Cloud privée

Toute entreprise publique ou privée peut mettre sur pied son propre Cloud. Ceci à des fins purement internes. Pour cela, il faudrait que l'activité de l'entreprise s'y prête et qu'elle dispose du matériel Adéquoi, d'une expertise dans ce domaine. Plusieurs entreprises se tournent vers cette solution car, elles restent propriétaires de leurs données, et contrôlent le processus du début à la fin.

Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons présenté la technologie du Cloud Computing, son utilisation ses avantages et inconvénients. Il est à présent question d'appliquer ces concepts à notre contexte.

PARTIE III : Résultats et

commentaires

Aperçu

D

ans cette partie, nous allons présenter la solution que nous proposons pour la mise sur pied d'une solution de Cloud Computing privé dans une entreprise. Pour cela, nous

commenceront par lister les différentes solutions existantes, avec leurs avantages et inconvénients, ensuite parmi ces solutions nous ferons un choix que nous présenterons.

Chapitre 5 : Etat de l'art

Introduction

Dans ce chapitre, nous allons présenter les différentes solutions Cloud existante, leur mode de fonctionnement, leurs avantages et leurs inconvénients. A la fin de ce chapitre, nous allons dégager notre choix en le justifiant.

Il existe deux catégories de solution Cloud Computing privé, les solutions propriétaires et les solutions libres et gratuites.

5.1. Solutions propriétaires

Depuis quelques années, les éditeurs de logiciel se sont lancés dans la technologie Cloud. Il existe à ce jour une multitude d'offre de logiciel pour installer son propre Cloud privé.

5.1.1. office 365

Figure 11: Logo d'office 365

Développer par la firme Microsoft, ce logiciel permet de créer un Cloud
privé pour entreprise. La création et la configuration de nouveaux

comptes utilisateurs se fait en quelques minutes. Il est idéal pour les entreprises de 25 employés ou moins.

Il permet d'après sa fiche de présentation

· De Partager des fichiers et des documents avec les membres de votre équipe

· D'avoir un espace de stockage de 25 Go par utilisateur

· D'être Compatible avec les fichiers Word, OneNote, Excel et PowerPoint.

· D'Accéder à vos documents, les afficher et les modifier dans un navigateur Web

· D'ajouter et de supprimer des utilisateurs en quelques minutes
Il est possible d'obtenir ce logiciel à partir de 3,57 euro/utilisateur/mois2

5.1.2. VMware vCloud

Figure 12 : Logo de VM Vcloud

Développer par la société VMware, l'un des leaders mondiaux dans le
domaine de la virtualisation, ce logiciel sert tout aussi à créer son propre

2 http://www.microsoft.com/fr-fr/office365/compare-plans.aspx

Cloud privé. Il donne la possibilité de créer des machines virtuelles ceci en fonction des besoins des utilisateurs. D'après sa fiche technique, il permet de

· Créez vos machines virtuelles en quelques clics, transformez simplement vos serveurs physiques en serveurs virtuels

· Augmentez les ressources de votre Cloud privé en quelques clics et sans interruption de service

· Bénéficiez d'une infrastructure haute disponibilité et entièrement redondée

· Consolidez vos serveurs, automatisez vos déploiements et réduisez radicalement vos budgets IT

5.2. Solution libre

Comme dans tous les domaines de l'informatique de nos jours, le Cloud Computing n'échappe pas à la règle du logiciel libre. Face à des solutions payantes et propriétaires, il existe des solutions libres et gratuites.

Ces logiciels sont développés en communauté, et font l'objet de mises à jour régulières. Ils peuvent être modifiés à volonté suivant l'utilisation que l'on veut en faire. Voici une liste non exhaustive de quelques logiciels libres pour créer son Cloud privé.

5.2.1. OpenStack

Figure 13 : Logo de open stack

OpenStack est un logiciel libre qui permet la construction de Cloud privé et public. OpenStack est aussi une communauté et un projet en plus d'un logiciel qui a pour but d'aider les organisations à mettre en oeuvre un système de serveur et de stockage virtuel.

OpenStack est composé d'une série de logiciels et de projets au code source libre qui sont maintenu par la communauté incluant: OpenStack Compute (nommé Nova), OpenStack Object Storage (nommé Swift), et OpenStack Image Service (nommé Glance).

Il s'installe sur un système d'exploitation libre comme Ubuntu ou Debian et se configure entièrement en ligne de commande. C'est un système robuste et qui a fait ses preuves auprès des professionnels du domaine. Son principal inconvénient est qu'il est assez difficile à installer et fonctionnerait mieux avec des équipements DELL.

Il est bien vrai que de petits utilitaires ont été développé pour améliorer l'installation, comme par exemple Crowbar, il reste néanmoins assez fastidieux.

Openstack reste un bon logiciel si notre couche matérielle est composée d'équipements DELL.

5.2.2. Owncloud

Figure 14 : Logo de Owncloud

Owncloud est un logiciel libre qui vous permet de créer votre propre Cloud prive c'est à dire, accéder à vos données n'importe où, à partir d'un simple navigateur ou de différents systèmes d'exploitation grace à des applications dédiées et, plus intéressant, de les synchroniser. L'intérêt principal d'OwnCloud est que l'on reste propriétaire de nos données

Débarqué en version 4.5 Beta récemment, Owncloud propose tout d'abord une solution que n'importe qui peut installer sur son propre serveur. Ainsi, la solution s'adresse aux particuliers comme aux entreprises, même si ces dernières peuvent bénéficier de fonctions supplémentaires dans la version qui leur est dédiée.

En termes de fonctionnalités, Owncloud propose :

· Stockage des fichiers, synchronisation avec différents appareils ( iOS, Android),

· Partage des données,

· Chiffrement et sécurisation des données envoyées,

 

Figure15 : Logo de CloudStack

 


· Accès aux fichiers via un navigateur qui ne nécessite donc pas l'installation du client Owncloud,

· Permet de retrouver plusieurs anciennes versions d'un document modifié (le « versioning »),

· API disponibles pour la création de fonctions supplémentaires,

· Personnalisation de l'environnement graphique,

· Migration, back up des données,

· Accès à un « application store ».

Owncloud s'installe sur un serveur PHP classique. Il utilise le protocole de gestion de fichiers sur serveurs distants WebDAV, qui n'a d'ailleurs pas besoin d'être installé sur un serveur web pour être utilisé puisqu'il est déjà compris dans Owncloud. L'avantage de la solution open source étant aussi qu'un client de synchronisation est disponible sur les plateformes Windows, Mac et Linux.

Sa simplicité d'utilisation, son caractère open source, sa documentation bien fournie, son indépendance totale par rapport aux couches matérielles, fait d'Owncloud un bon candidat idéal pour la mise sur pied d'un Cloud Computing privé.

5.2.3. Cloudstack

Cloudstack est un logiciel libre de la fondation apache. Il permet de créer des Cloud Computing privés et publics. Malgré sa sortie récente, il jouit d'une popularité chez les professionnels du secteur. L'avantage de ce logiciel c'est qui peut être facilement intégrer a une architecture déjà existante. Il est compatible avec les différentes couches matérielles.

Ses avantages sont les suivants :

> Il prend en charge un grand nombre d'hyperviseur

> Il possède une interface graphique

> Il est extensible

> Il a fait ses preuves

5.3. Choix de notre solution

Dans les paragraphes précédents, nous avons présenté une liste de logiciels permettant de créer des solutions Cloud. Il est à présent question de faire le choix de celui qui nous convient le mieux.

La solution que nous devons proposer doit être

· Robuste pour une entreprise aussi grande que CAMTEL

· Facile à utilisation

· Facile à installer et déployer

· Sous licence libre

· Extensible

La solution qui répond à tous ces critères est CloudStack.

Conclusion

Nous venons de présenter une liste non exhaustive des applications permettant de créer des Cloud privés. Pour notre simulation, notre choix s'est arrêté sur CloudStack. Dans la suite, nous allons effectuer une petite analyse de la solution à déployer.

Chapitre 6 : Analyse, présentation et

installation de notre solution

Introduction

Dans ce chapitre, nous allons présenter quels sont les différents cas d'utilisation du système avec des diagrammes, comment se fera le dimensionnement des couches matérielles, notamment des serveurs et enfin nous allons présenter des spécifications sur les autres éléments à installer avant d'installer la solution proprement dite.

6.1. Utilisateurs du système

Pour notre solution, il existe trois types d'utilisateurs v' L'administrateur du système

v' Les utilisateurs

6.1.1. L'administrateur

L'administrateur est toute personne physique ayant reçu les droits d'administration. Généralement, lors de l'installation, on configure les droits du premier administrateur.

Un administrateur peut

-' Ajouter de nouveaux administrateurs

-' Supprimer des administrateurs

-' Ajouter de nouveaux utilisateurs

-' Créer de nouvelles machines virtuelles

-' Gérer un réseau

-' Ajouter de nouveaux serveurs de stockage

-' Modifier l'apparence de la plateforme

Chaque utilisateur possède un login et un mot de passe unique, modifiable a volonté par le concerné.

6.1.2. Les utilisateurs

L'utilisateur est toute personne physique de l'entreprise ayant reçu un compte d'accès.

A ce titre, il peut

-' Stocker des données dans la limite de ses possibilités

-' Instancier des machines virtuelles

-' Créer un projet

6.2. Diagrammes

Afin de représenter les différentes fonctionnalités et utilisations possible du système, nous allons présenter une série de diagramme, en occurrence un diagramme des cas d'utilisation et des diagrammes de séquence.

Figure 14 : diagramme des cas d'utilisation

Figure 16 : Diagramme de séquence du cas d'utilisation <<Connexion>>

Figure 17 : Diagramme de séquence du cas d'utilisation<<création d'une machine

Figure 18 : diagramme de séquence du cas d'utilisation << Stocker des données>>

6.3. Dimensionnement des couches matériels

La mise sur pied d'une solution que devra utiliser un nombre important de personnes nécessitent la prise en compte des capacités du matériel sur lequel repose la solution. Ainsi, étant donné que CAMTEL compte plus d'un millier d'employés et possible utilisateur du système, il est important d'avoir des serveurs robustes.

Pour notre solution, la machine sur laquelle elle doit être installée doit avoir les caractéristiques minimales suivantes :

> Un disque dur d'une capacité d'au moins 250Go d'espace libre > Une mémoire vive de 8Go

> Deux cartes réseaux au moins

> Deux processeurs

> Une adresse IP static

6.4. Spécification

Notre solution fonctionnera sur un système d'exploitation libre, en occurrence UBUNTU 10.04 LTS. L'installation de ce système d'exploitation se fera sur une machine virtuelle, afin d'optimiser les ressources de la machine.

Le logiciel de virtualisation utilisé est VIRTUAL BOX

Figure 19 : Imprime écran du logiciel de virtualisation

6.4.1. Architecture

L'architecture réseau dans laquelle nous déployons notre solution est la Suivante :

Figure 20 : architecture réseau de déploiement 6.5. Présentation et installation de CloudStack

Cloudstack est une plateforme open source qui permet de créer des Cloud privés, publics et hybrides. Cloudstack permet entre autre la gestion d'un réseau, des serveurs de stockage, des machines virtuelles.

Il permet

> La gestion des dizaines de serveurs repartis sur des lieux géographiques distants,

> offre des services de firewall, de routage, de DHCP, d'accès VPN, de réplication de données,

> la gestion d'un nombre important de machines virtuelles > l'accès à une interface API pour le développement.

 

3

Figure 21 : représentation de CloudStack

 

Pour installer Cloudstack, certains composants sont requis. Ainsi, avant son installation proprement dite on doit installer

> Le JDK

Figure 22 : commande d'installation du JDK > Un serveur de base de données

3 Cloudstack3.0 installation guide

Rédigé et présenté par FOSSOUO NOUMSI Landry Page 64

Figure 23 : Commande d'installation du serveur de base de données > Un serveur ssh

Figure 24 : Commande d'installation du serveur ssh L'installation proprement dite de Cloudstack se fait par la commande suivante :

Figure 25 : Commande d'installation Cloudstack

Il est à noter que cette installation se fait après avoir téléchargé et décompresser le dossier d'installation, comme on peut le voir sur cette figure

Figure 26 : Dossier d'installation de Cloudstack

L'installation terminée, nous avons la page de connexion suivante :

Figure 27 : Page de connexion de Cloudstack

Les paramètres de connexion entrés, nous avons un tableau de bord :

Figure 28 : Tableau de bord de Cloudstack L'administrateur peut voir l'état actuel du système grace à l'écran :

Figure 29 : Page présentant l'état actuel du système Ou ajouter de nouveaux utilisateurs

Figure 30 : Page présentant la création des utilisateurs

Conclusion générale

Arrivés au terme de notre mémoire de fin d'études dont le thème est intitulé

: «Etude et mise sur pied d'une solution Cloud Computing privé dans une entreprise moderne, cas de CAMTEL », nous pouvons dire sans pour autant prétendre à l'exhaustivité que nos objectifs ont été atteints. Nous avons aidé à comprendre la notion de Cloud Computing, trouvé sa place dans l'entreprise moderne qu'est CAMTEL et proposer une solution qui tant bien que mal propose des services de Cloud Computing. Ce travail n'est pas exhaustif et pourra être amélioré en fonction des contraintes de management propre à l'entreprise.

On pourrait étendre ce travail à la mise sur pied de la fourniture d'un service Cloud Computing public pour les abonnés de CAMTEL, mais aussi pour les entreprises de la place.

BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE

Documents numériques

1. Nicolas GREVET, Le Cloud Computing : Evolution ou Révolution ?, M2IRT, 2009

2. CISCO, Les bases du Cloud Computing : revaloriser les technologies de l'information, Mai 2011

3. Pascal Sauliere, Cloud Computing et sécurité, Microsoft France

4. TCHANA Alain, Système d'administration Autonome Adaptable, Institue nationale polytechnique de Toulouse, novembre 2011

Liens Web

1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Cloud_computing

2. http://www.cloudcomputing.fr/

3. http://www.journaldunet.com/solutions/systemes-reseaux/cloudcomputing-prive/

4. http://www.microsoft.com/france/serveur-cloud/private-cloud/quest-ce-que-le-cloud-prive.aspx

5. http://owncloud.org/

6. http://en.wikipedia.org/wiki/CloudStack

7. http://incubator.apache.org/cloudstack/






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy