WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Aspects physionomico-structurauyx de la végétation ligneuse forestière dans les monts de Dhaya et de Tlemcen (Algérie occidentale )

( Télécharger le fichier original )
par Khéloufi BENABDELI
Université Djilali liabes de Sidi Bel Abbes Algérie - Doctorat d'état en sciences 1996
  

précédent sommaire suivant

11-4.TYPES DE GROUPEMENTS VEGETAUX REGRESSIFS.

Pour comprendre la réaction de la végétation face aux diverses pressions concrètement il a été retenu 27 groupements végétaux représentatifs de toutes les formations végétales identifiées dans la région. Dans l'étage bioclimatique semi-aride 9 groupements végétaux ont été analysés pour définir dans le détail le processus de transformation, dans le subhumide qui n'occupe pas la même surface seuls 5 groupements ont été retenus.

10-4.1. Principaux groupements analysés.

Les neuf groupements végétaux sélectionnés sur la base de leur représentativité dans l'étage bioclimatique semi-aride se distinguent par l'importance d'espèces xérophiles et la présence importantes d'espèces dans les trois strates. Pour l'étage bioclimatique subhumide cinq groupements végétaux ont été analysés dans leur comportement face à diverses pressions.

Les groupements végétaux ayant servi de base d'appréciation du processus de dégradation sont par étage bioclimatique (Tableaux annexe N° 86 à 103):

Etage bioclimatique

Principaux groupements

Semi-aride

Pinus halepensis et Tetraclinis articulata

 

Tetraclinis articulata et Pinus halepensis

 

Tetraclinis articulata et Quercus rotondifolia

 

Pinus halepensis et Pistacia lentiscus

 

Pinus halepensis et Quercus rotondifolia

 

Pinus halepensis et Juniperus oxycedrus

 

Quercus rotondifolia et Juniperus oxycedrus

 

Pinus halepensis et Stipa tenacissima

 

Pinus halepensis et Calycotome villosa

Subhumide

Quercus rotondifolia et Tetraclinis articulata

 

Quercus suber et Quercus rotondifolia

 

Quercus faginea et Quercus rotondifolia

 

Quercus rotondifolia et Ampelodesma mauritanicum

 

Quercus suber et Quercus Faginea

La méthodologie d'approche permettant de décrire l'évolution régressive de tous ces groupements repose sur:

- la sélection de groupements végétaux représentatifs des différentes séries de végétation identifiées,

- la recherche dans chaque série une suite de cinq groupements végétaux issus par la dégradation du groupement le plus évolué,

- l'évaluation de l'intensité de l'agression et la réaction des espèces du groupement végétal,

- le respect des cinq phases de dégradation qui ont été définis précédemment et qui reflètent le processus classique le plus usuel découvert dans la région.

11-4.1.1. Analyse de la présence.

La synthèse du nombre d'espèce par groupement végétal, par strate et par stade de dégradation récapitulée dans les tableaux annexe N° 86 à 103 permet d'avancer les observations suivantes:

- le plus grand nombre d'espèces se localise dans la strate buissonnante et varie dans le semiaride dans le maximum entre 4 et 11 et dans le minimum entre 0 et 4,

140

« Aspects physionomico- structuraux de la végétation forestière ligneuse face à la pression anthropozoogène dans les

monts de Tlemcen et les monts de Dhaya (Algérie occidentale)

 

1996

 
 

- le nombre d'espèces arborescentes ne dépasse qu'exceptionnellement 4 quelque soit l'étage bioclimatique,

- la diminution du nombre d'espèces dues aux agressions est différente selon l'étage bioclimatique et surtout la strate, dans le semi-aride c'est la strate arbustive qui est la plus dégradée alors que dans le subhumide c'est la strate buissonnante,

- une ressemblance remarquable est perceptible dans le nombre d'espèces par strate dans les deux étages bioclimatiques quelque soit la strate,

- l'appauvrissement des groupements végétaux en espèces, à travers leur cinq phases de dégradation identifiées en fonction de l'intensité des agressions et du processus évolutif de destruction des formations végétales, est remarquable puisqu'il varie entre 38 et 67% dans le semi-aride et 33 à 56% dans le subhumide pour les phases de dégradation 3 et 5 (moyenne et maximale),

- plus la composition floristique du groupement végétal est composée d'espèces variées plus l'appauvrissement est faible car les probabilités d'espèces résistantes aux agressions sont grandes.

Le tableau suivant résume la fréquence des espèces par groupement en phase 1 (groupement le plus évolué rencontré), en phase 3 (groupement moyennement dégradé) et en phase 5 (groupement extrêmement dégradé) :

Tableau 60: Fréquence des espèces par groupement

Etage bioclim.

Groupements végétaux

Fréquence des espèces

% de diminution

Semi-aride

 

Maxi.

Moy.

Min.

Stade 3

Stade 5

 

Pin d'Alep et thuya

21

10

04

53

81

 

Thuya et Pin d'Alep

22

13

08

41

64

 

Thuya et Chêne vert

18

09

04

50

78

 

Pin d'Alep et Lentisque

16

10

05

38

69

 

Pin d'Alep et Chêne vert

13

10

07

24

47

 

Pin d'Alep et Genevrier

13

10

05

24

62

 

Chêne vert et Genévrier

16

11

06

32

63

 

Pin d'Alep et Alfa

14

09

05

36

65

 

Pin d'Alep et Calycotome

08

04

02

50

75

 

MOYENNE

15

09

05

38

67

Subhumide

 
 
 
 
 
 
 

Chêne vert et Thuya

20

13

08

35

60

 

Chêne liège et Chêne vert

17

10

06

42

65

 

Chêne zeen et Chêne vert

17

11

09

36

48

 

Chêne vert et Diss

17

10

06

42

65

 

MOYENNE

16

10

07

33

56

Les groupements végétaux de l'étage semi-aride présentent une moyenne minimale d'espèces ligneuses de 5 quand les facteurs dégradants sont extrêmes et 15 quand ces derniers sont faibles. Pour l'étage subhumide la moyenne minimale est de 7 et maximale de 16 sous les mêmes appréciations des facteurs dégradants. Les groupements végétaux de l'étage subhumide sont plus résistants à l'agression que ceux du semi-aride à l'analyse de la présence des espèces et surtout du taux de disparition des espèces qui est en moyenne de 38 et 33% respectivement dans le semiaride et dans le subhumide face à une pression moyenne et un taux de disparition d'espèces maximal face à une forte pression de 67% pour le premier étage et de 56% pour le second.

Dans le semi-aride les quatre groupements les plus importants du point de vue résistance aux facteurs dégradants sont dans l'ordre:

- Pinus halepensis sur Quercus rotondifolia

- Quercus rotondifolia et Juniperus oxycedrus

« Aspects physionomico- structuraux de la végétation forestière ligneuse face à la pression anthropozoogène dans les

monts de Tlemcen et les monts de Dhaya (Algérie occidentale)

 

1996

 
 

- Pinus halepensis et Juniperus oxycedrus

- Tetraclinis articulata et Pinus halepensis

Dans le subhumide les groupements les plus résistants sont: - Quercus suber et Quercus faginea

- Quercus faginea sur Quercus rotondifolia

- Quercus rotondifolia et Tetraclinis articulata.

En faisant le classement général de ces groupements végétaux basé sur la résistance (évaluée sur

le taux de disparition) des espèces à l'action exercée par l'homme et l'animal sans distinction

d'étage l'ordre est le suivant:

1-Quercus suber et Quercus faginea 2-Quercus faginea et Quercus rotondifolia 3-Pinus halepensis et Quercus rotondifolia 4-Quercus rotondifolia et Tetraclinis articulata 5-Pinus halepensis et Juniperus oxycedrus 6-Quercus rotondifolia et Juniperus oxycedrus 7-Tetraclinis articulata et Pinus halepensis 8-Pinus halepensis sur Stipa tenacissima.

Face aux multiples et constantes agressions chaque formation végétale réagit différemment et se comporte suivant l'importance de la présence des espèces résistantes?

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.