WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Relation banque/ PME. Cas des PME de la région Souss Massa Dràa au Maroc


par Mohamed et Samir ABARGAZ et ABOUDRAR
Université Ibn Zohr d'Agadir - Licence  2012
  

précédent sommaire suivant

Section3 : les modalités de financement des PME

Les PME sont des acteurs importants dans l'économie en termes d'innovation et de création d'emplois, elles pourraient l'être davantage encore si elles parvenaient à trouver les conditions de leur développement dans de meilleures conditions. Et parmi ces conditions on trouve le financement ou bien la facilité de procurer des moyens de financement. Autrement dit, la possibilité d'accédé aux financements.

A travers cette section, on traite toutes les modalités de financement possibles pour les PME, qui peut les divisés en trois catégories :

- Le financement par fonds propres qui sont le plus souvent, insuffisants pour financer la totalité des investissements. L'entreprise doit donc recourir à des sources de financement externe.

- Les quasi-fonds propres

- Le financement externe.

PARAGRAPHE1 : LE FINANCEMENT PAR FONDS PROPRES

Le financement interne dépend de deux facteurs principaux :31 -l'annuité d'amortissement ;

-la mise en réserve de bénéfices.

Selon la nature de son activité et le degré d'amortissement de ses immobilisations industrielles, une entreprise est plus ou moins apte à dégager rapidement des liquidités, à condition bien sûr de pouvoir dégager un résultat d'exploitation suffisant pour couvrir les amortissements. Les entreprises à haute intensité capitalistique sont généralement capables de secréter rapidement d'importantes liquidités.

Dans le financement interne on peut distingue entre :

1) L'autofinancement :

31 Pierre Conso et Farouk Hemici, (2005). « Gestion financière de l'entreprise », Paris. Page 280

L'autofinancement principale source de financement interne est l'ensemble des ressources générées par l'entreprise, de façon autonome, il peut provenir de ressources exceptionnelles et actionnelles lors de la cession d'actif (immobilisation, participation...).

1.1) Définition d'autofinancement :

L'autofinancement représente la richesse nette créée par l'entreprise : c'est ce qui reste à l'entreprise après avoir rémunéré les actionnaires (dividendes). Ce reste est propre à l'entreprise et représente une ressource interne qui sert à financer les investissements (renouvellement et expansion), à couvrir l'accroissement du besoin en fonds de roulement et à consolider les liquidités.32

L'autofinancement est un mode de financement le plus simple pour l'entreprise semble être d'utiliser ses propres ressources liées aux profits antérieurs et à l'épargne qui s'en est dégagée. Comme l'entreprise ne se tourne pas vers l'extérieur pour financer son investissement, on dit qu'il s'agit d'un financement interne et plus précisément d'autofinancement.33

Rappelons la détermination comptable de la capacité d'autofinancement (CAF):

Résultat Net

+ Dotation d'exploitation + Dotation financière

+ Dotation non courante - Reprise d'exploitation - Reprise financière

- Reprise non courante + VNA

- Produits de cession

= CAF

Et l'Autofinancement (AF) = CAF - Dividendes distribués.

1.2) l'influence de la politique d'amortissement sur la constitution et l'utilisation de l'autofinancement :

32 Nacer-Eddine SADI. (2009), Analyse financière d'entreprise : méthodes et outils d'analyse et de diagnostic en normes françaises et internationales IAS/IFRS

33 Carole Bolusset. (2007), « L'investissement », P49

Principe :

Les obligations juridiques et fiscales imposent l'enregistrement d'amortissements, de dépréciations et de provisions en articulation avec le principe de prudence. Ainsi, le résultat de l'exercice est diminué de la perte de valeur subie par les immobilisations du fais de leur utilisation, de la dépréciation probable des éléments d'actif ainsi que des risques et charges qui pèsent sur l'entreprise.

Analyse :

Dans le cadre d'une approche financière à condition que la capacité d'autofinancement soit positive. L'enregistrement de ces charges non décaissées permet de conserver des sommes non distribuables (car déduites du résultat) pour des investissements futurs. par ailleurs, ces charges fiscalement déductibles permettent également de diminuer le montant de l'imposition (sous réserve d'un résultat fiscal positif).

Comme les dotations aux amortissements, les dotations aux dépréciations et aux provisions représentent des charges non décaissées et représentent des sommes non distribuables jusqu'a ce que le risque se concrétise....ou disparaisse34 .

1.3) l'influence de la politique de mise en réserves sur l'autofinancement Méthode :

L'autofinancement net déterminé après répartition des résultats. Est obtenu en soustrayant les dividendes de la capacité d'autofinancement.

D'un point de vue juridique, les bénéfices appartiennent aux propriétaires de l'entreprise. Hormis la part revenant aux salariés au titre de la participation.

Lors de l'assemblée générale ordinaire (AGO) qui se tient tous les ans pour approuver les comptes et décider de l'affectation du résultat, les associés ou actionnaires doivent choisir de répartir les bénéfices selon deux types d'affectation :

_ Le versement de dividendes, qui correspond a un désir de liquidité immédiates de la part des associés ou des actionnaires.

_ la mise en réserves, qui correspond a l'espoir d'un développement futur de l'entreprise engendrant des plus-values des parts sociales ou des actions qu'ils possèdent.

Leur décision n'est toutefois, pas totalement libre.

Après imputation d'éventuelles pertes antérieures le résultat de l'exercice fait l'objet de dotation de réserves obligatoires :

34 Chambost Isabelle, Cuyaubère Thierry. (2011), «Gestion financière manuel 5 e édition», p41 /P43

*la réserve légale, à doter pour 5%u résultat après report à nouveau débiteur. Jusqu'à ce que le montant au bilan atteigne 10% du capital. Cette obligation résulte d'un objectif de consolidation des capitaux propres afin d'augmenter les garanties pour les tiers :

* les réserves statutaires ou, le plus souvent, de nature contractuelle.

Les réserves légales et statutaires ne pourront être redistribuées par la suite.

Le bénéfice distribuable est alors déterminé en prenant en compte l'éventuel report à nouveau créditeur35.

L'alternative est alors :

4De distribuer des dividendes constitués :

-d'un intérêt statutaire qui rémunère à un taux annuel fixe par les statuts les apports en capital effectivement réalisés sur une durée prorata temporise ;

-et éventuellement et un superdividende, équivalent pour toutes les parts ou actions ;

4De constituer des réserves facultatives qui pourront éventuellement être redistribuées par la suite.

Analyse :

La politique distribution des dividendes sera foncièrement différente :

-selon les relations entre dirigeants et actionnaires : la situation sera donc différente entre une Sarl à gérance majoritaire et une société anonyme faisant un appel public à l'épargne.

-selon la structure de l'actionnariat : les attentes d'un petit épargnant pouvant être différentes de celles d'un actionnaire majoritaire.36

1.4) Les enjeux de l'autofinancement

On retrouve ici les enjeux du partage de la valeur ajoutée : quelle part dans la valeur ajoutée destinée aux revenus du capital pour dégager des moyens financiers propres à l'entreprise ? Donc un partage en faveur de l'entreprise qui peut être aux dépens des salariés, une priorité accordée aux investissements aux dépens de la consommation.

L'autofinancement traduit le fondement de la logique capitaliste, la manière de dégager un
profit et de l'utiliser. Le profit n'est pas un simple revenu des propriétaires du capital, il
est une arme financière
pour assurer la compétitivité de l'entreprise à travers ses capacités à

35 Même source

36 Chambost Isabelle, Cuyaubère Thierry. (2011), «Gestion financière manuel 5 e édition », Page 44

investir et en particulier à introduire l'innovation dans le processus de production.

Enfin, la fiscalité sur les bénéfices est aussi un enjeu essentiel et d'actualité dans la concurrence que se font les entreprises dans le cadre de la mondialisation et en particulier dans le cadre de l'Union européenne. L'impôt sur les sociétés est un prélèvement sur les bénéfices et qui ainsi réduit plus ou moins les ressources propres à l'entrepris.37

1.5) avantages et inconvénients de l'autofinancement Avantage:

-Ne crée pas d'obligation par rapport à un créancier ce qui n'est pas le cas lorsque l'entreprise a recours à un emprunt.

-Ne se traduit pas par l'apparition de charges financières puisqu'il s'agit de ressources produites par l'entreprise elle-même.

-la capacité d'endettement de l'entreprise n'est pas diminuée. Inconvénients :

-la priorité donnée à l'autofinancement peut se traduire par une politique de distribution de dividende peu importante ce qui risque déplaire aux actionnaires et de ne pas favoriser la hausse du titre de l'action si celle-ci est cotée en bourse.

- les actionnaires attendent un retour sur investissement important des fonds placés dans l'entreprise, y compris lorsque ce financement est issu de l'entreprise elle-même.38

précédent sommaire suivant