WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Rapport de stage effectué au sein de la division provinciale des petites,moyennes entreprises et artisanat du 09/11 au 09/12/2011

( Télécharger le fichier original )
par Pascal BIRYABALUME KABEKE
Institut supérieur de commerce de Goma RDC - Graduat en sciences commerciales et financières 2012
  

précédent sommaire suivant

INTRODUCTION

Le stage de fin de cycle est obligatoire à chaque étudiant finaliste en troisième année de graduat en vue de la confrontation des réalités du monde professionnel, lui permettant d'acquérir quelques théories dans le but de régler plus tard son comportement.

Durant 27 jours ouvrables, allant du 09 novembre au 09 décembre 2011, nous avons bénéficié de l'occasion de vivre différentes ambiances professionnelles, goûter aux peines et joies, découvrir les réalités professionnelles et même de connaître les rapports existant entre l'administration et ses partenaires.

L'institution qui nous a accueillis est reconnue sous le nom de la Division Provinciale des Petites, Moyennes Entreprises et Artisanat (PMEA en sigle) qui est une institution de l'Etat qui a pour mission de réglementer et contrôler toutes les petites et moyennes entreprises, voire même l'artisanat oeuvrant dans la province du Nord-Kivu, que ce soit du secteur formel ou informel.

Outre l'introduction et la conclusion, notre travail comporte deux grands chapitres:

ü Le premier s'articulera sur la présentation de l'institution de stage;

ü Le second portera sur le déroulement du stage.

Notre stage s'était déroulé conformément à notre calendrier de stage ci-dessous détaillé :

SEMAINES

AFFECTATIONS

NOMBRES DE JOURS

Du 09 au 12/11/2011

Prise de contact avec différents Chefs de Bureaux

4 jours

Du 14 au 17/11/2011

Permanence au secrétariat de la Division des PMEA

4 jours

Du 18 au 23/11/2011

Au Bureau de PME (Petites et Moyennes Entreprises)

5 jours

Du 24 au 29/11/2011

Au Bureau de l'Artisanat du Secteur informel

4 jours

Du 30 au 01/12/2011

Au Bureau de la Micro finance

2 jours

Du 1er au 03/12/2011

Au Bureau d'Entrepreneuriat de Formation

3 jours

Du 05 au 06/12/2011

Au Bureau de normes, poids et mesures

2 jours

Du 07 au 09/12/2011

Au Bureau de l'inspection

3 jours

TOTAL

27 jours

CHAP.I: PRESENTATION DE LA DIVISION DES PMEA

1.1. LOCALISATION

La Division provinciale des

PMEA fonctionne dans l'enceinte du bâtiment de l'IMF Baraka Presse à Virunga, sur l'avenue Nyiragongo, dans la commune de Karisimbi à Goma.

1.2. HISTORIQUE

L'existence de ce service remonte de plusieurs années, depuis la période coloniale et sa dénomination a connu plusieurs mutations comme par exemple «Service de classes moyennes» en 1960.

Au départ, il était un service de colonisation et c'est au début de l'année 1911 au Katanga (ex-SHABA) que le pouvoir colonial avait pour mission la protection et la défense de la frontière entre le Katanga et la Rhodésie du Nord (actuellement la Zambie); mais aussi l'approvisionnement des cités minières du Katanga en viande. C'est là même l'origine de grandes fermes qu'on retrouve actuellement dans cette partie du pays. Comme cette stratégie a porté ses fruits, cela va pousser le colonisateur Belge à l'étendre au niveau de toute la colonie.

Avec l'essor de la colonie, en 1930, les ouvriers indigènes vont alors bénéficier d'un fonds de crédit agricole, leur accordé par le colonisateur jusqu'à un plafond de 10.000 francs. Le remboursement de ce fonds procurait des intérêts aux colons. Ce qui va permettre au colonisateur de tracer des routes de desserte agricole en vue d'évacuer sa production vers les grands centres commerciaux. Cette expérience va faire du Congo Belge l'un de grands producteurs agricoles de cette époque.

En 1942, les circonscriptions indigènes reçurent l'autorisation d'accorder des crédits de construction des maisons appelées autrefois «Fonds d'avance» car cette somme d'argent qu'on leur donnait était considérée comme une avance sur salaire. Ce service pro figurait l'idée d'une coopérative nationale. Ces maisons étaient construites pour un minimum de 20.000 francs remboursable après une certaine période fixée par l'emprunteur ; mais également dans le cadre d'appui aux entreprises industrielles, agricoles et commerciales.

En 1947, fut créée une «Société de crédit au colonat »qui aura pour tâche la gestion de tous les fonds constitués par l'apport au trésor public effectué par la colonie et les circonscriptions. L'objectif essentiel était de la consacrer comme épicentre de développement. Cette société deviendra, en 1953, «Société de crédit à l'industrie» pour devenir, en 1960, «Société de Crédit aux Classes Moyennes».

En 1967, fut créé le «Fonds National de Crédit Agricole et Artisanal», FNCA en sigle; qui sonna le glas de la Société de Crédit aux Classes Moyennes par le dépouillement systématique de toutes ses prérogatives et fonds issus des remboursements des crédits octroyés et de la dotation gouvernementale. C'était là la disparition de ce service. Le souvenir que nous pouvons reconnaître aujourd'hui de cette société c'est les vestiges de nombreuses plantations de café, de thé et même celles de quinquina laissées par les colonisateurs Belges qu'on retrouve actuellement dans les provinces orientales de la R.D.Congo.

C'est en 1995 que le service fut détaché pour sa propre tutelle par la lettre n?017/MIN PME/0452/95 du 14 février 1995 du Ministère de l'économie dans lequel il était incorporé.

Par la suite, le service va changer d'appellation pour devenir service de l'«Industrie, de Petites, Moyennes Entreprises et de l'Artisanat».A ce niveau , ce service comptait deux services techniques à savoir :le Fonds de Promotion de l'Industrie(FPI) et l'Office de la Promotion de Petites et Moyennes Entreprises Congolaises (OPEC) qui fut créé par l'ordonnance loi n?073 /011 du 5 janvier 1973, dont la mission principale était de financer le développement et l'encadrement des entreprises industrielles et commerciales. Aujourd'hui, cet office reçoit 10% du montant de chaque patente émise par la Division des PMEA.

En 2009, le service va se scinder à deux pour donner naissance, d'une part, à la «Division de l'Industrie» et d'autre part, à la «Division des Petites, Moyennes Entreprises et de l'Artisanat»(PMEA).

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy