WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La conception et la réalisation d'un site internet, outil de promotion de l'université adventiste d'Afrique centrale(uaac)

( Télécharger le fichier original )
par Jonathan KITENGE
Université libre de Kigali Rwanda - Licence 2006
  

Disponible en mode multipage

Appel aux couturier(e)s volontaires

INTRODUCTION GENERALE

1. CHOIX ET INTERET DU SUJET

L'information est devenu aujourd'hui un outil efficace pour tout gestionnaire qui veut agir rationnellement1(*).

L'Internet de son côté est le seul support de communication qui offre des avantages et services relatifs à l'information à un coût très réduit2(*).

L'Internet permet avec ses liens virtuels d'aller d'une page à une autre, d'un serveur à un autre, d'un point du globe à un autre, à une vitesse record et d'une manière presque transparente pour son utilisateur, rien que par un simple clic3(*).

Selon DREYFUS, M.4(*), la recherche de l'information sur Internet représente 25% du trafic total en volume sur le net.

Dans l'optique des informations disponibles sur Internet, REVELLI, C.5(*),affirme qu'« Internet constitue une transposition immatérielle de notre vie quotidienne. En d'autres termes, toutes les activités intangibles que l'on mène dans la vie réelle, d'une manière ou d'une autre, peuvent être réalisées sur Internet :

- Consulter des bibliothèques, des expositions, des écoles... ;

- Contacter des experts ;

- Ecouter la radio ou voir la télévision ;

- Lire des journaux ou des livres ;

- Avoir accès aux dernières nouvelles, contrôler le climat ou le trafic ;

- Rencontrer des gens et échanger des idées ;

- Acheter une pizza, une pièce d'ordinateur ou un livre ; etc. »

Nous sommes convaincu que si une université a son site Internet, cela représente un outil efficace pour sa promotion et cela pourrait permettre à ses partenaires de recueillir des informations sur elle ou de transmettre à l'université des informations en un temps record. Par ce travail, l'Université Adventiste d'Afrique Centrale (UAAC), que nous avons pris pour exemple trouvera un instrument de plus, capable de lui permettre de rendre encore plus efficace sa politique de promotion. D'où le choix et l'intérêt de ce sujet.

2. DELIMITATION DU SUJET

Dans notre travail, nous prendrons comme cas d'étude l'Université Adventiste d'Afrique Centrale, UAAC en sigle.

En effet, ayant survécu à la guerre de 1994, l'UAAC est l'une des universités de notre pays qui prend de plus en plus de l'importance mais ne possédant pas encore un site Internet. Ainsi notre travail sera de concevoir et réaliser un site Internet pour l'UAAC et d'analyser si ce site Internet peut promouvoir cette université.

3. PROBLEMATIQUE

Avec Internet, on peut entrer en contact avec l'ensemble de la planète; avec n'importe quel individu, à n'importe quel endroit, du moment où celui-ci est connecté sur le réseau6(*).

De ce fait, nous nous sommes posé les questions suivantes :

· Avec l'essor de la technologie, la conception d'un site Web serait- elle hors de portée ?

· La création et la réalisation d'un site Internet pourraient- elles permettre la promotion d'une université, particulièrement celle de l'Université Adventiste d'Afrique Centrale ?

4. HYPOTHESES DU TRAVAIL

L'Internet est le seul média et support publicitaire capable de toucher l'ensemble de la planète avec un taux de connections évalué à près de 553 millions7(*) de personnes connectées. De ce qui précède, nous formulons les hypothèses ci- après :

· Avec l'essor de la technologie, la conception et la réalisation d'un site Internet pour l'UAAC est possible, en utilisant le logiciel FrontPage 2003 de Microsoft Inc.

· En créant un site Internet, une université, particulièrement l'UAAC sera en train de profiter des avantages reconnus à ce réseau. L'Internet étant un media virtuel ; il offrira à l'université la possibilité de se promouvoir.

5. OBJECTIFS DU TRAVAIL

L'objectif principal de notre travail est de concevoir et de réaliser un site Internet pour l'UAAC. Nous examinons par après si la création de ce site permet à cette université de profiter des avantages de ce réseau et si ce site permet à l'UAAC de se promouvoir.

En effet, comme l'affirme REVELLI, C.8(*) : « L'Internet constitue aujourd'hui un phénomène majeur du développement des sociétés humaines. Au même titre que l'imprimerie ou la télévision, il modifie les règles économiques, sociales, politiques et culturelles traditionnelles. Il ne s'agit plus aujourd'hui de se situer ``pour'' ou ``contre'' un tel phénomène, mais de le comprendre et d'en utiliser les retombées pour entrer, avec des outils adaptés dans le nouvel ``espace- temps'' créé par les réseaux interactifs multimédias internationaux. »

6. CHOIX DES TECHNIQUES ET METHODES

6.1 Techniques utilisées

La technique est définie comme l'ensemble des moyens et des procédés qui permettent au chercheur de rassembler les données et des informations sur son sujet de recherche9(*). Au cours de notre travail, nous aurons à utiliser les techniques suivantes :

6.1.1 La technique d'interview : Elle consiste en des entretiens au cours desquels le chercheur interroge des personnes qui lui fournissent des informations relatives à son sujet de recherche.

Précisément, nous utiliserons la technique d'interview non structurée, qui est caractérisée essentiellement par le fait que le nombre, l'ordre, et la formulation des questions que le chercheur pose ne sont pas fixés à l'avance. L'entretien entre le chercheur et l'enquêté est plus ou moins libre.

En ce qui nous concerne, nous avons eu des entretiens avec les agents du département Internet de Rwandatel, Terracom et les autorités de l'Université Adventiste d'Afrique Centrale.

6.1.2 La technique documentaire : Elle consiste en la consultation des documents relatifs au sujet traité1(*)0. En ce qui nous concerne, nous aurons à consulter une documentation disponible tels les ouvrages et les sites Internet sur le marketing en général, sur la publicité en particulier et sur la création des sites Internet.

6.2 Méthodes utilisées

La méthode se définit comme un ensemble ordonné de principes, des règles et des opérations intellectuelles permettant de faire l'analyse en vue d'atteindre un résultat1(*)1.

- La méthode comparative : Cette méthode nous a permis de comparer le site Internet réalisé de l'UAAC avec les théories de la promotion.- La méthode historique : Elle nous a permis de connaître l'évolution de l'UAAC à travers le temps.- La méthode expérimentale : Elle nous a aidé à concevoir et créer le site Internet de l'UAAC dans le but de vérifier si ce site Internet pourrait être un outil de promotion d'une université.

7. SUBDIVISION DU TRAVAIL

Pour bien effectuer notre travail, nous nous sommes proposés de le diviser en trois chapitres en plus de l'introduction et la conclusion.

Le premier chapitre renferme le cadre théorique et conceptuel qui réuniront les textes relatifs à notre sujet.

Le deuxième chapitre sera consacré à la conception et à la réalisation du site Internet de l'UAAC.

Le troisième chapitre sera consacré, quant à lui, à l'analyse de la relation entre le site Internet conçu et réalisé de l'UAAC et les théories de la promotion.

Enfin de compte, nous dégagerons la conclusion générale et les recommandations.

Chapitre 1. GENERALITES SUR LA PROMOTION ET LA
REALISATION D'UN SITE INTERNET

1.1 LA PROMOTION

La promotion en soi est un outil du marketing- mix car elle a un impact sur le comportement du client.

KOTLER et DUBOIS1(*)2 définissent le marketing- mix comme étant «l'ensemble des outils dont dispose l'entreprise pour atteindre ses objectifs auprès du marché- cible. »

Les variables du marketing- mix sont regroupées en 4 groupes qui sont : le Produit, le Prix, la Promotion et la Place (distribution), d'où l'appellation de 4P proposée par E.J. McCarthy1(*)3.

OSAMBO1(*)4 montre que bien que plusieurs variables du marketing - mix soient données par plusieurs auteurs, la classe des chercheurs et doctrinaires dans cette discipline n'ont pas encore pu agréer sur le nombre des variables à retenir, d'où ils retiennent les 4 classiques ci- dessus.

La promotion englobe à lui seul tout le champ de communication marketing en utilisant comme moyens : la publicité, la promotion de vente, les relations publiques, le patronage, la foire commerciale et les expositions. C'est à dire autant d'activités permettant de faire connaître le produit, le service ou les idées d'une organisation et leurs particularités sur le marché.

Parmi les moyens, cités précédemment, et utilisés par la promotion, trois vecteurs occupent une place de choix dans le marketing d'aujourd'hui1(*)5 : la publicité, la promotion de vente et les relations publiques.

La promotion de vente1(*)6 est destinée à stimuler à court terme la demande du marché. Elle utilise une gamme de techniques et les plus importantes sont : les bons de réduction, les primes, les remises et les cadeaux.

La publicité1(*)7 est, quant à elle, destinée à attirer le consommateur vers le produit ou le service. L'activité publicitaire met en jeu trois principaux partenaires : les annonceurs, les médias et les agences.

La différence1(*)8 entre ces deux aspects (publicité et promotion de vente) repose sur le fait que la promotion de vente pousse le produit, le service vers le consommateur (effet Push) tout en étant limité dans le temps et l'espace tandis que la publicité est illimitée dans le temps et dans l'espace. Elle s'efforce de faire demander le produit ou le service par le consommateur c'est à dire qu'elle attire le consommateur vers le produit ou le service (effet Pull).

Le moyen dit ``Relations publiques''1(*)9, est défini comme un effort délibéré, prévu et soutenu, d'établir et maintenir la compréhension mutuelle entre une organisation et son public.

En ce qui concerne les autres moyens2(*)0, cités ci haut, utilisés par la promotion ; la ``Foire commerciale et l'exposition'' a comme but d'augmenter la conscience du consommateur, c'est une approche très bonne pour faire de nouveaux contacts et remplacer les vieux. Les compagnies vendront rarement beaucoup à des tels événements mais auront l'occasion de rencontrer le commerce et le consommateur.

Le ``Patronage'' ; fait référence à ce qu'une organisation paye pour être associée à un événement particulier, à la cause ou à l'image.

Les compagnies avanceront des fonds pour des événements des sports tels que les jeux olympiques ou la coupe du monde. Les attributs de l'événement sont alors associés à l'organisation des bailleurs de fonds ; les éléments du mélange promotionnel sont alors intégrés pour former une campagne unique, mais logique.

Nous pouvons dire enfin que la promotion est un outil du marketing- mix englobant tout le champ de communication marketing.

Parmi les moyens utilisés par la promotion, c'est la publicité qui va nous intéresser dans notre travail.

La publicité est définie comme ``toute forme de communication non interactive et payante ayant pour objectif la promotion des produits ou des services d'une entreprise.''2(*)1

Elle revêt de multiples formes : la publicité nationale, régionale, locale, publicité grand public, industrielle, publicité de marque, publicité institutionnelle.

La publicité sert aussi de multiples objectifs : ventes immédiates, notoriété, image de marque, etc.

1.1.1 Les fonctions de la publicité

Des recherches déjà faites affirment que la publicité a plusieurs fonctions. Généralement elles sont regroupées en cinq fonctions2(*)2 qui sont :

- La fonction marketing,

- La fonction communication

- La fonction éducation

- La fonction économique

- La fonction sociale

1. Fonction marketing

Evoluant dans un environnement concurrentiel, toute organisation, aujourd'hui, doit pour s'épanouir développer une stratégie marketing.

La stratégie marketing se détermine par les différentes combinaisons, que font les organisations, des éléments variables du marketing. En d'autres termes, c'est une bonne combinaison des 4P. (produit, prix, place, promotion) que nous appelons le marketing- mix.

Dans la fonction marketing, la publicité a comme rôle de faire passer le message ; d'habitude à travers le mass média, à un grand nombre de personnes considérées comme public cible.

Le coût d'atteindre un nombre considérable de personne de votre public cible est moindre par la publicité2(*)3 par rapport au coût qu'on aurait à engager pour atteindre un prospect.

Ce coût serait encore moindre en utilisant Internet comme outil de promotion.

2. Fonction communication

Cette fonction de la publicité a commencé dans les anciennes civilisations. D'après la plupart d'historiens, les marchands romains et grecs utilisaient des panneaux en argile, en bois ou en pierre sur lesquels étaient gravés leur produits ou services2(*)4.

Ces panneaux furent la première forme de publicité. Toute la population n'était pas capable de lire ; alors sur les panneaux était gravé les produits vendus par exemple une chaussure pour un fabricant des chaussures.

Aujourd'hui, la communication de l'information reste toujours une de fonctions de base et objectifs de la publicité.

Nous comprenons ici, avec cette fonction, que la publicité dans toutes ses formes communique un message à un groupe de personne.

3. Fonction éducation

A partir de la publicité le public apprend. Ils apprennent sur le produit, le service ou l'idée qui leur est disponible, et ils apprennent comment améliorer leur vie avec le produit, service ou idée.

Mais retenons que la publicité doit être plus qu'éducative pour être couronnée de succès. Elle doit être aussi persuasive pour amener le public à l'action que ce soit pour acheter un bien ou pour les étudiants d'une université.

4. Fonction économique

Par le fait de conscientiser le public sur les produits, services et idées ; la publicité promouvoit les ventes et également les affaires.

Comme un guide de l'acheteur, elle fournit des informations sur le produit et le prix aux consommateurs.

Elle donne des informations importantes sur les nouveaux équipements et nouvelles technologies aux acheteurs industriels. En informant plusieurs personnes à la fois sur la disponibilité des produits et services ; la publicité réduit considérablement le coût de distribution et facilite le travail des agents vendeurs2(*)5. Le gain obtenu dans la minimisation des coûts et l'augmentation des bénéfices peut être investi dans les immobilisations ou autres travaux au sein de l'organisation.

La liberté de faire la publicité permet aux concurrents d'entrer sur la place du marché. Ceci encourage l'amélioration des anciens produits et le développement des nouveaux.

Ces actions se traduisent dans l'augmentation de la productivité, la qualité supérieure et la disparition des produits de moindre qualité (Camelotes).

Nous pouvons affirmer par conséquent que la publicité invite à essayer les nouveaux produits, elle accélère le succès des produits de qualité et l'échec des camelotes.

5. Fonction sociale

Selon BOVEE, C. et ARENS, W.2(*)6, la publicité est une des forces majeures aidant à améliorer le standard de vie dans un pays et dans le monde.

En faisant connaître au public le produit, les occasions culturelles et sociales, la publicité encourage l'augmentation de la productivité2(*)7.

En présentant aux consommateurs une image attrayante des produits disponibles sur le marché, la publicité les motive à acheter.

La publicité donne une personnalité à un produit2(*)8. A l'exemple de marque d'automobile ; chaque marque et model d'automobile fabriqué a une personnalité créée par la publicité.

Le consommateur a l'opportunité de choisir le meilleur produit correspondant à ses fonctions ou à ses besoins.

La publicité facilite la liberté de la presse car le principal revenu des médias de la presse découle de la publicité2(*)9. Ceci nous laisse dire que la publicité sert les besoins sociaux aussi bien que la stimulation des ventes. Aussi, la compréhension par la masse des importants problèmes sociaux, est faite par la publicité. La croix rouge, ainsi que d'autres organisations humanitaires reçoivent des subventions continuelles et des assistances volontaires à cause de la puissance de la publicité.

En général, nous pouvons dire à propos de la fonction sociale de la publicité que celle-ci a un effet sur la société ; la publicité est à la tête d'importantes modifications des comportements au sein de la société. Nous pouvons citer la police nationale de notre pays qui ne cesse de sensibiliser les conducteurs des véhicules, par la publicité sur les dangers liés à l'excès de vitesse.

1.1.2 Les consommateurs face à la publicité

KOTLER et DUBOIS3(*)0 affirment que le responsable marketing doit toujours définir la réponse qu'il attend de l'audience lors de l'élaboration d'une campagne publicitaire. C'est une phase clé de l'élaboration d'une campagne publicitaire. Cette réponse doit être spécifique surtout que l'objectif poursuivi est toujours différent s'il s'agit d'une publicité institutionnelle ou d'une publicité d'un produit.

Ici nous devons savoir que le consommateur avant de se décider à acheter ou à adhérer à une organisation, passe à travers différents stades importants à identifier. Ces stades sont généralement au nombre de trois c'est à dire le stade cognitif, affectif et comportemental.

En d'autres termes, nous pouvons dire que la réaction du consommateur souhaitée par le responsable marketing peut prendre la forme d'une connaissance, d'un sentiment ou d'un comportement.

Plusieurs modèles ont été développés par des chercheurs pour rendre compte des liens qui unissent ces différents stades. Nous considérerons dans notre travail le modèle dit de ``la hiérarchie des effets'', que nous verrons dans ce qui suit et le modèle dit de ``la pyramide publicitaire'' (The Advertising Pyramid) que nous verrons dans le chapitre trois.

Le modèle de la hiérarchie des effets comporte un plus grand nombre d'étapes que celui de la pyramide publicitaire, nous allons tout de suite les voir en détail. La plupart des différences existant entre ces modèles, comme nous disent KOTLER et DUBOIS3(*)1, sont liées au sens des mots (d'ordre sémantique). Les six étapes sont regroupées en trois stades (cognitif, affectif et comportemental).

Voyons ces étapes en détail :

1.1.2.1 Stade cognitif : C'est le comportement du consommateur sous forme d'une connaissance, ce stade comprend deux étapes : La prise de conscience et la connaissance.

1. La prise de conscience : Dans cette première étape, la tâche est de construire la notoriété d'une organisation.

2. La connaissance : Ici la notoriété ne suffit plus, il faut maintenant que le public cible reconnaisse la spécificité de l'organisation.

1.1.2.2 Stade Affectif : Ce stade compte trois étapes en forme de sentiment : L'attrait, la préférence et la conviction.

3. L'attrait : Dans cette étape il est question de faire en sorte que l'audience ne soit pas indifférente ou hostile au produit.

4. La préférence : A ce niveau il est question d'inciter le consommateur à préférer le produit.

5. La conviction : Quant elle n'est pas accompagnée d'une conviction, la préférence reste insuffisante. Après avoir préféré le produit, le consommateur doit avoir de l'assurance, une certitude sur le produit pour pouvoir enfin passer à l'acte.

1.1.2.3 Stade comportemental : Ce stade renferme la dernière étape que traverse le consommateur : L'achat ou Inscription pour une université.

1. L'achat : Enfin de compte, pour au moins une partie du public cible, l'intention doit se transformer en acte. L'achat ou l'inscription est ici l'ultime démarche dont la communication a comme objectif de faciliter.

Pour parvenir à cette étape, l'université peut diffuser largement des dossiers d'inscription clairs, inviter des candidats à assister à des cours ou leur proposer des facilités de paiement.

Toutes ces étapes permettent au responsable marketing de spécifier la réponse attendue de l'audience. Rappelons que ceci est une phase clé de l'élaboration d'une campagne de publicité.

1.1.3 L'Internet et la publicité

Actuellement les médias traditionnels s'essoufflent, leurs coûts s'accroissent, ce qui poussent les publicitaires à aller à la recherche des nouveaux médias.

Cette vague de recherche des nouveaux supports, s'est d'abord remarquée dans les points de vente eux- même. Dans certains supermarchés des pays developpés, on a vu apparaître des ``linéaires parlants'' délivrant un message auditif à tout consommateur qui s'approche du rayon. Aux Etats- Unis par exemple, comme le précise KOTLER, P. et DUBOIS, B.3(*)2, Chris WHITTLE s'est spécialisé dans la commercialisation des salles d'attente des médecins et les cantines scolaires. Il y dépose des magazines spécialisés ayant un taux de lecture quatre fois supérieure selon ses estimations c'est à dire quand par exemple le malade attend d'être consulté par le médecin, il se retrouve en train de lire un de ces magazines déposés par Chris WHITTLE et ceci ferait que ces magazines aient un taux de lecture quatre fois supérieures.

Cela fait que ces magasines deviennent des supports publicitaires efficaces.

Le même Chris WHITTLE cherche à insérer, également, des publicités dans les pages des livres à succès et les cassettes vidéo.

Nous pouvons affirmer par la suite que plus les médias traditionnels perdent de l'élan dans la publicité, plus la recherche des nouveaux se renforce3(*)3.

Avec l'essor de la technologie de communication que connaît le monde aujourd'hui, nous voyons la naissance des nouveaux supports on-line (sur réseaux) à l'exemple d'Internet et off-line à l'exemple du CD- ROM.

Le principal obstacle à l'utilisation de ces nouveaux médias est la connaissance imparfaite de la cyberpub et des audiences, un problème qui, selon KOTLER, P., et DUBOIS, B.3(*)4, sera levé bientôt par des enquêtes.

Malgré cet obstacle il s'avère que de plus en plus d'organisation utiliserait ces nouveaux médias pour leur publicité à l'exemple de France Télécom, Neptune Moteurs, etc.

Aussi il a été remarqué après des recherches qu'Internet en tant que média publicitaire présentait des avantages3(*)5:

- Avec Internet, c'est le consommateur qui va vers le message publicitaire, au lieu de le recevoir. Il va vers le message en cliquant par exemple sur un bandeau commercial sur la page d'un site.

- Des puissants ``portails'' permettent au consommateur de se déplacer très vite et de procéder à des comparaisons entre les multiples produits.

Par exemple on peut dans quelques minutes comparer des ordinateurs vendus par Toshiba, IBM et Compaq ; et choisir le plus intéressant des trois marques.

C'est ce que Carlo REVELLI3(*)6 appelle par ``l'accélération du temps''. Il affirme que : « Tout est en effet incroyablement rapide et accéléré. En quelques secondes, on peut faire le tour de toutes les bibliothèques de la planète et avoir accès à l'information que jadis on aurait obtenu en quelques semaines, voire des mois. »

- Avec Internet, le produit peut être construit à la demande du consommateur.

- Le champ d'Internet est mondial. Carlo REVELLI traite cela de `` la réduction de l'espace''. Il affirme que3(*)7 : « Ces réseaux ne connaissent pas la notion d'espace géographique telle que nous l'entendons. Rome, New Delhi, Toronto ou Singapour sont devenues les quartiers d'une même ville. Les barrières géographiques disparaissent et plus aucune frontière n'existe et, surtout ne peut être établie. Les seules frontières qui peuvent être mises en place ne sont pas géographiques mais techniques. Par exemple, les sites protégés par mots de passe. »

Après tout ce que nous venons de dire, nous pouvons conclure que ces nouveaux médias publicitaires sont mieux partis pour assurer la promotion de nos organisations.

Internet et ses avantages nous laissent dire que nos firmes, entreprises et universités mêmes, devraient chacune avoir un site Internet pour sa promotion et ainsi s'adapter au nouveau courant qui s'établi dans le monde.

1.2 LA REALISATION D'UN SITE INTERNET

1.2.1 Le design

La conception d'un site Internet commence par l'élaboration du plan du site Internet sur papier, après il faudrait le mettre sur un logiciel et enfin de compte développer le site Internet.

Aujourd'hui avec l'essor de la technologie, il y a multiplication des logiciels de création des sites Internet. On eut créé un site Internet en utilisant des traitements de texte comme Microsoft Word ou des logiciels plus spécialisés comme Dreamweaver, Golive ou FrontPage3(*)8.

Dans notre travail nous avons opté pour FrontPage qui est un programme de création du type WYSIWIG (What you see is what you get ou littéralement "ce que vous obtenez à l'écran est identique au résultat final"). Avec les logiciels WYSIWIG, il est possible de travailler directement sur la mise en forme d'une page web, en visualisant immédiatement le résultat, sans passer par le code3(*)9.

Avant l'apparition des logiciels WYSIWIG, la seule possibilité de générer des pages Web était d'écrire le code4(*)0 mais aujourd'hui ces logiciels permettent de créer des pages web aussi facilement que dans un programme de traitement de texte rien que par des clics sur les boutons adéquats4(*)1.

Avec le logiciel FrontPage, la création des pages web est basée sur le langage HTML (Hyper Text Markup Language). Le HTML est un langage de programmation très simple permettant de dicter aux navigateurs la mise en page de vos pages web4(*)2.

1.2.1.1 Le plan du site sur papier

Dans la conception d'un site Internet, lors de sa planification, il est conseillé d'élaborer sur papier le plan de votre site Internet et ainsi entamer avec un plan la conception de votre site Internet.

WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., disent ceci à propos du plan du site sur papier: "L'élaboration d'un plan écrit du site sert plusieurs objectifs. Il offre une référence visuelle du projet avant même de commencer la création réelle des pages, et il permet d'organiser rapidement et facilement la structure du site"4(*)3.

Dans le plan du site, il est facile de définir la structure de votre site c'est à dire vous regroupez les informations dans des entités distinctes pour permettre une organisation logique de votre site Internet par ce que si votre site n'est pas organisé de façon logique, vous risquerez de décourager et d'agacer même vos visiteurs4(*)4.

L'élaboration du plan de votre site Internet, vous permet de définir l'esprit général du site. L'esprit général vous donnera une idée sur ce qui doit figurer dans votre site, les couleurs, et les images. Par exemple pour un site de produits de luxe, on devra refléter le luxe grâce à des couleurs plus profondes, un esthétisme discret. Pour illustrer ses produits, un site des produits de luxe, devra présenter ses produits portés par des mannequins en tenue du soir par exemple4(*)5.

Après avoir fini d'élaborer le plan du site sur papier, il faudrait le mettre sur le logiciel.

1.2.1.2 Mettre le plan du site sur le logiciel

Après l'élaboration du plan sur papier, il est facile de le mettre sur logiciel. Dans le logiciel chaque entité correspondra à une page séparée de votre site, et cette méthode permettra de garder à l'esprit l'organisation du site et l'objectif visé4(*)6.

FrontPage vous représente le plan du site en forme d'organigramme. La page d'accueil étant le sommet de la structure, les autres pages sont directement liées à la page d'accueil.

Le logiciel assure la facilité de changer la structure au cas o on est amené à changer d'avis lors de la procédure de planification4(*)7.

Nous y reviendrons de manière pratique dans le chapitre deux.

1.2.1.3 Le développement

Dans le développement du site, le concepteur s'acharnera à faire du site une entité vivante, cohérente et indépendante.

A ce niveau le concepteur ferra que le système de navigation du site soit logique, compréhensible naturel et agréable. RHONDA, C., et DAVID, C., nous conseille à ce sujet de réunir les liens par thèmes, de les ordonner de manière que le visiteur sache instinctivement o trouver ce qu'il cherche4(*)8.

Le concepteur du site Internet doit le concevoir de manière que l'on trouve sur les pages que le minimum nécessaire, que chaque élément puisse justifier de sa présence. Tout encombrement ou fioriture inutile nuira à l'esthétisme, à la lisibilité et donc à l'efficacité du site Internet4(*)9. En d'autres termes chaque texte, image, information doit être à sa place, indispensable et explicative.

Dans cette étape, il est du devoir du concepteur de faire la répétition des certains éléments du site, susceptibles de lier ensemble toutes les parties séparées du site Internet (par exemple les boutons de navigation, la bannière, les couleurs, la mise en pages, etc.) par ce que cette répétition permet à chaque page de donner l'impression d'appartenir au même site5(*)0 et permet au visiteur de ne pas se perdre par ce qu' il retrouvera sur chacune des pages le même système de navigation5(*)1.

Dans le développement du site, le concepteur doit répondre aux questions suivantes5(*)2:

- Le site est- il organisé de façon logique? Si ce n'est pas le cas, vous risquez de décourager voir d'agacer vos visiteurs.

- Le style et le contenu sont- ils homogènes et réguliers? Pour satisfaire vos visiteurs, ceux- ci doivent trouver rapidement les informations qu'ils ont l'habitude de chercher sur votre site. C'est un point clé de la fidélisation d'un cercle de visiteurs.

- Passe- t- on facilement d'une page à l'autre? Les internautes n'apprécient guère les sites dont la navigation est compliquée ou trop dirigiste.

- Si le site contient de nombreuses pages, possède- t- il un système de recherche? N'oubliez pas que l'internaute est souvent pressé et impatient. S'il ne peut trouver rapidement ce qu'il est venu chercher, n'espérez pas qu'il revienne.

Ø Les images

Lors du développement du site Internet, il faut aussi faire attention au format des images par ce que si elles rendent le téléchargement des pages moins rapide, les visiteurs aurons tendance à aller voir ailleur5(*)3.

Voyons les formats des fichiers à utiliser pour les images:

- Format de fichier GIF : GIF ou Graphics Interchange Format fut développé spécialement pour une utilisation en ligne par CompuServe5(*)4 .

Ce format a deux points très importants5(*)5; premièrement c'est que tout type d'ordinateur peut l'utiliser et cela fait que les images GIF apparaissent à l'identique à tous les visiteurs quelque soit l'ordinateur qu'ils utilisent.

Deuxièmement; les images GIF permettent des transferts très rapides des fichiers et cela fait que le téléchargement des pages soit rapide.

Le format de fichier GIF possède des avantages5(*)6:

1. Il dispose d'une couleur spéciale dite couleur de transparence. Cette couleur permet à la couleur d'arrière- plan de la page de transparaître au travers de certaines parties d'une image. Sans cette couleur de transparence la plupart des images sont rectangulaires.

2. Son autre avantage est l'entrelacement. L'entrelacement permet aux images GIF d'apparaître en plusieurs couches, chacune améliorant la netteté de l'image. L'entrelacement permet de défiler la page, de lire le texte pendant le chargement de l'image.

3. Les images GIF permettent de créer des animations.

Il faut retenir aussi que le GIF ne contiennent que 256 couleurs et son schéma de compression est dit "Sans perte" c'est à dire quand on réduit la taille du fichier GIF, l'image ne perd pas en qualité5(*)7. Sa compression fait que le format GIF soit particulièrement bien adapté pour des images contenant des zones de couleur unie, par exemple les logos, textes sous forme d'image, des bandes dessinées, etc.

- Format de fichier JPEG : JPEG ou Joint Photographic Experts Group est un format parfait, comme son nom l'indique, pour les photos, des images contenant des effets de lumière5(*)8 ,...

Comme le format GIF, le JPEG est utilisable sur n' importe quel ordinateur et peut être compressé5(*)9. Mais il faut retenir que le schéma de compression de JPEG entraîne des pertes d'information ce qui est tout à fait le contraire du schéma de compression du format GIF. Néanmoins cette perte de qualité est limitée c'est à dire qu'on ne peut remarquer la différence entre l'image d'origine et celle compressée6(*)0.

Une autre différence avec le GIF c'est que le JPEG ne dispose pas d'une couleur de transparence; ses images apparaissent sous forme rectangulaire. Si vous voulez faire apparaître une image sous une autre forme qui n'est pas rectangulaire, enregistrez la en format GIF6(*)1.

Les images JPEG standard ne connaissent pas d'entrelacement ce qui veut dire que les visiteurs devront attendre le chargement complet de la photo pour l'apercevoir sur l'écran. Cela est la raison qui pousse à compresser les fichiers JPEG6(*)2. Mais, il est possible d'enregistrer une image JPEG comme JPEG Progressif; par ce que le JPEG Progressif est entrelacé contrairement au JPEG standard6(*)3.

Un avantage du format JPEG est qu'il n'est pas limité à 256 couleurs comme le format GIF mais les images JPEG peuvent contenir 1,7 million de couleurs et c'est la raison qui fait que les photos ou des images de type photo ou peinture soient de meilleure qualité en format JPEG6(*)4.

Ø Les liens

Dans le développement du site Internet, "les liens" seraient un élément clé du design par ce qu'ils permettent de lier ensemble les pages et permettent d'ouvrir un formulaire de messagerie offrant ainsi aux visiteurs la possibilité de communiquer avec le propriétaire du site à partir de celui-ci...

Les différents types de liens qu'on peut créer sont6(*)5 :

- Liens internes: Ces liens conduisent vers d'autres pages web du même site. Ces liens sont aussi appelés "liens locaux" ou "liens de page".

- Liens externes: Ces liens conduisent vers les pages web d'un autre site Internet. Ces liens sont aussi appelés "liens distants" et portent le nom de domaine du site Internet contenant ces pages.

- Liens de messagerie: Ces liens ne conduisent pas vers une page web mais ils ouvrent un formulaire de messagerie permettant aux visiteurs de communiquer avec le propriétaire du site Internet. Ici, il faut faire attention à ne pas créer un lien de messagerie dont la nature serait totalement impossible à deviner par le visiteur. Il est conseillé de préciser l'adresse par exemple auca@rwanda1.com par ce qu'il y a des navigateurs incapables de générer un formulaire de messagerie ou le visiteur peut préférer vous écrire à partir de son adresse E-mail personnel. Vous remarquez que si l'adresse E-mail n'apparaît pas sur la page, il y aura impossibilité au visiteur de vous envoyer son message.

- Des ancres: ces liens n'entraînent pas le visiteur vers une autre page mais plutôt vers un autre endroit sur la même page. Ces liens sont utiles dans le cas des pages longues. Ces liens peuvent vous conduire aussi à une position spécifique sur une autre page.

Dans le chapitre deux, vous retrouverez les étapes jalonnant la procédure de création des liens par le logiciel FrontPage de Microsoft.

1.2.2 Acquisition d'un nom de domaine

Le nom de domaine est défini comme l'adresse d'un site sur le World Wide Web6(*)6. Le World Wide Web6(*)7 est lui-même un service interactif proposé sur Internet qui met à disposition toutes sortes d'informations composées des textes, d'images, de sons et de séquences vidéo.

Le nom de domaine est très parlant pour l'utilisateur d'Internet, nous pouvons le comparer à l'adresse géographique d'une entreprise ou d'une maison. Sans cette adresse on ne peut situer une entreprise sur l'espace virtuel6(*)8. Cette adresse est appelée URL (Uniform Resource Locator).

L'adresse contenant votre nom de domaine commence par le http:// mais il est inutile de savoir cette partie par ce que même sans le saisir vous pouvez atteindre le site Web que vous souhaitez en saisissant l'autre partie de l'adresse6(*)9.

Voyons à partir d'un exemple les parties d'un URL :

http://www.ratz.com/robin/hats.html

1. http:// : http signifie Hypertext Transfer Protocol. Cette partie de l'adresse indique que le fichier recherché est une page du world wide web7(*)0. Vous pouvez rencontrer news:// ou ftp:// sur d'autres URL à la place de http:// ; elles indiquent que ces fichiers ne sont pas des pages web.

2. www. : Ce sont les initiales du world wide web. www n'est qu'une convention, cette partie n'indique pas que le fichier est une page web7(*)1 et certains URL ne comportent pas le www à l'exemple de http://amour.com

3. ratz.com/ : C'est la partie qui indique le propriétaire du site ou le nom de domaine7(*)2. RATZ étant le nom du propriétaire, com étant le domaine d'activité du propriétaire, ici le domaine commercial.

4. robin/hats.html : La dernière partie de l'adresse correspond au chemin d'accès qui indique au navigateur où chercher la page souhaitée7(*)3. Dans notre modèle par exemple, le navigateur a trouvé ratz.com, et le slash (/) signifie qu'il doit poursuivre la recherche dans le dossier ou repertoire nommé ROBIN. Le slash suivant demande au navigateur de regarder ensuite dans le dossier ROBIN le fichier intitulé hats.html ; toutes les pages web sont appelées « fichiers html »

Lorsque nous demandons à un navigateur Internet de se rendre à l'adresse suivante : http://www.ulk.ac.rw, c'est sûr que ce navigateur Internet va se rendre sur le site Web de l'Université Libre de Kigali. Le nom de domaine que nous aurons saisi ( http://www.ulk.ac.rw), est traduit par ce qu'on appelle le DNS (Domain Name Server) en une série de chiffres plus faciles à interpréter par l'ordinateur.

Cette série de chiffre est appelée adresse I P. L'adresse I P7(*)4 est l'équivalent numérique du nom de domaine. Cet équivalent numérique permet à l'ordinateur d'interpréter et comprendre rapidement l'ordre de l'utilisateur.

1. Les extensions de domaine

Les extensions de domaine sont les lettres situées à la fin d'une adresse Internet. Elles sont connues sous le nom de ``Top- level domain'' (TLD). Elles ont été appelées Top- level domain parce que normalement on lit les adresses de droite à gauche, les lettres se situant à droite du point, par exemple le ``fr'' de yahoo.fr, sont le niveau de hiérarchie supérieur d'une adresse Internet.

Les extensions de domaine sont de deux catégories ; les TLD génériques et les country- level TLD (ou domaines nationaux).

· TLD génériques

Parmi les TLD génériques, nous rencontrons7(*)5 souvent les quatre extensions de domaines suivantes :

- .com : pour les opérations commerciales

- .edu : pour les organismes éducatifs

- .net : pour les fournisseurs de services Internet

- .org : pour les organisations à but non lucratif

A part les quatre citées, il y a d'autres qui furent adoptées en 1997, soit :

- .arts : sites d'art

- .firm : sociétés commerciales

- .info : services d'information

- .nom : sites privés

- .rec : sites de divertissement

- .store : sites marchands

- .web : sites traitant du Web

En novembre 2000, suite au meeting de Los Angeles, l'ICANN*(*) (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) a adopté les domaines de premier niveau suivants :

- - .info

- .biz

- .name

- .pro

- .coop

- .aero

- .museumDe toutes ces extensions, il faut retenir qu'il n'est pas obligatoire d'utiliser l'extension adéquate. C'est pourquoi, nous retrouvons des adresses en .com des organisations à but non lucratif et même des adresses en .net des organisations qui n'ont rien à voir avec les fournisseurs d'accès à l'exemple de http://www.lesoftonline.net qui est l'adresse du journal `Le Soft'.

· Country- level TLD

Les country- level TLD ou domaines nationaux indiquent simplement le pays d'origine du site Web, par exemple le .de pour les sites allemands ou .za pour les sites Web sud africains.

Le champ d'Internet étant mondial, les domaines nationaux ne veulent pas dire le pays où se trouve le serveur.

Par exemple pour les organismes internationaux, il s'avère souvent utile d'enregistrer le même nom de domaine dans plusieurs pays et faire une traduction du site en plusieurs langues ; c'est à dire dans les langues locales de ces pays.

Au Rwanda, Rwandatel donne le .rw à ses clients comme country- level TLD.

Nous retrouvons chez Rwandatel le :

- .co.rw : pour les sites des opérations commerciales

- .org.rw : pour les sites des organisations à but non lucratif

- .ac.rw : pour les sites des organismes éducatifs

2. L'acquisition et le choix du nom de domaine

Aujourd'hui le choix du nom de domaine devient de plus en plus difficile par ce que presque toutes les combinaisons sont prises7(*)6. Il n'est plus facile de trouver un nom de domaine en trois ou quatre lettres.

Il est conseillé de donner à votre nom de domaine le nom de votre société parce que premièrement le nom de votre société est déposé et deuxièmement il sera plus facile à vos avocats de libérer ce nom s'il est déjà pris, parce qu'il est déposé, c'est à dire qu'il ne peut être utilisé par une autre personne même pour en faire un nom de domaine.

Si vous ne voulez pas prendre le nom de votre société, il est conseillé de choisir des mots assez courts pour être mémorisé facilement par le consommateur et suffisamment longs pour éviter qu'ils soient pris7(*)7.

Pour savoir si votre nom de domaine choisi est libre ou non ; la tâche est facile. Si vous voulez loger votre site Web chez Rwandatel ; elle se charge de le vérifier à votre place.

Mais aussi Internet vous offre la possibilité de le faire vous-même. Pour cela, vous devez passer par un utilitaire whols. L'utilitaire whols le plus utilisés se trouve sur la page de network solution7(*)8 à :

www.networksolutions.com/cgi-bin/whois/whois .

Vous pouvez aussi utiliser un programme autonome comme whols ultra, à télécharger sur :

www.analogx.com/contents/download/network/whois.htm .

Ou bien tout simplement vous pouvez essayer la boîte à outils proposée par www.whois.net .

Après avoir choisi votre nom de domaine et vous être assuré que ce nom est libre ; il faut l'enregistrer. C'est en général votre fournisseur d'espace Web qui s'en charge. Il existe plusieurs organismes se chargeant de l'enregistrement du nom de domaine à un prix variant autour de 40$ par an7(*)9 ou même gratuitement à l'exemple de www.ulimit.com/fr.

Au Rwanda, Rwandatel se charge de l'enregistrement des noms de domaine en .rw gratuitement à condition d'être abonné à son service Internet. En d'autres termes, toute personne voulant déposer un nom de domaine dans la zone .rw doit s'adresser à Rwandatel.

1.2.3 Le hosting et le lancement

Une fois terminé la conception de son site web, il est maintenant question de le publier sur un serveur, qui est un ordinateur spécial directement connecté 24 heures sur 24 à Internet8(*)0.

Au cas où vous ne publiez pas votre site web sur un serveur, personne, en dehors de vous, ne sera capable de le visualiser (à moins que vous soyez une grande entreprise et propriétaire de votre propre serveur).

De ce fait, dès que vous achevez la conception de votre site Internet, vous devez rechercher une personne équipée d'un serveur, qui pourra faire le hosting de votre site Internet c'est à dire qui pourra l'enregistrer ou l'héberger.

WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., nous conseillent quatre pistes pour trouver une personne équipée d'un serveur8(*)1:

- Les services en ligne commerciaux qui acceptent généralement d'enregistrer gratuitement les sites Internet de leurs membres.

- Le fournisseur d'accès. En général, les fournisseurs d'accès hébergent les sites Internet. Si le votre ne le fait pas, demandez- lui de vous conseiller un hébergeur.

- Si vous connaissez quelqu'un dans votre ville qui dispose d'un site Internet publié; adressez- vous à lui pour savoir qui héberge son site.

- Contactez un concepteur de sites Internet proche de chez vous et demandez- lui conseil.

Pour se trouver un hébergeur, il est aussi conseillé de faire des recherches dans les moteurs ou les annuaires Internet à l'exemple de www.hostindex.com. Il y a des moteurs de recherche comme Hostindex qui sont spécialisés dans ce domaine. Ces moteurs vous donnent des informations sur les hébergeurs (Discrétion de la publicité, fiabilité, rapidité,...).

En ce qui concerne le coût d'hébergement du site, il est conseillé de se renseigner par ce que les coûts varient d'un hébergeur à un autre (voir annexe VIII pour les coûts de chez Terracom).

DAVID, C., et RHONDA, C., nous proposent trois solutions pour héberger notre site8(*)2 soit:

Les fournisseurs d'accès, les serveurs virtuels et les serveurs dédiés.

- Fournisseur d'accès: Il est souvent d'habitude que les fournisseurs d'accès accordent à leurs clients un service d'hébergement de sites8(*)3. L'abonnement comprend certainement un peu d'espace web gratuit. C'est le cas de Rwandatel, elle offre un espace web gratuit à ses abonnés d'Internet. Ce qui est suffisant pour votre site.

- Serveur virtuel: C'est un dossier figurant sur le disque dur d'un serveur web physique et ce dossier fonctionne comme un serveur web physique8(*)4.

Cette solution est intéressante si vous vous attendez à un trafic modéré sur votre site Internet par ce que vous partagez le serveur physique avec plusieurs utilisateurs. L'inconvénient est que si l'un des sites hébergés par le serveur web physique est très fréquenté, certainement le votre ralentira. Néanmoins c'est la solution la plus économique8(*)5.

- Serveur dédié: C'est un ordinateur exclusivement destiné à héberger votre site Internet. Coûtant une fortune, ce serveur est conseillé par ce que c'est moins cher que de payer un administrateur réseau8(*)6.

La société qui fait louer les serveurs dédiés et les serveurs virtuels gère et entretient ces serveurs, elle joue en d'autres termes le rôle de l'administrateur réseau. Cela ferait que ces deux solutions soient économiques8(*)7.

WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., nous demandent, avant d'opter pour un hébergeur, de lui poser des questions suivantes8(*)8 :

- Quels sont tous les détails et coûts impliqués par l'hébergement de mon site?

- Si je souhaite obtenir mon propre nom de domaine, quels sont les coûts supplémentaires?

- Est- ce que je disposerai de "privilèges FTP", à savoir la possibilité d'actualiser mon site depuis mon domicile, ou cela implique- t- il une surcharge financière?

- Hébergez- vous des sites connus? A ce niveau il faut faire attention s'il vous répond que cinq de leurs sites connaissent 50000 accès quotidiens, cela signifie que leur serveur risque d'être très occupé et de ne pas pouvoir transférer rapidement les informations contenues sur vos pages8(*)9.

Pour l'hébergement de votre site, vous pouvez faire appel à un fournisseur d'espace web gratuit. L'appel à un fournisseur d'espace web gratuit est conseillé à des sites personnels par ce qu'un site professionnel, doit posséder son propre nom de domaine en .com ou .org pour être pris au serieux9(*)0 (voir point I.2.2).

En plus, il faut retenir que les fournisseurs d'espace web gratuit gagnent de l'argent grâce à la publicité, ce qui fait que les sites qu'ils hébergent ne peuvent afficher que les publicités de ces fournisseurs d'espace web. Néanmoins certains de ces fournisseurs d'espace web gratuit offrent plus d'espace que votre fournisseur d'accès sans vous réclamer un sou9(*)1 .

Parmi les fournisseurs d'espace web gratuit, nous pouvons citer Geocities et Tripod9(*)2 (www.geocities.com, www.tripod.fr).

DAVID, C., et RHONDA, C., nous conseillent Crosswinds (http://home.crosswinds.net) comme fournisseur d'espace web gratuit pour les sites personnels et commerciaux par ce que Crosswinds offre un espace web illimité sans charger vos pages de publicité, sans afficher des minifenêtres intrusives. Crosswinds en peu de mots ne présente pas les inconvénients de la majorité de fournisseurs d'espace web gratuit. C'est grâce à la publicité se trouvant sur ses pages que Crosswinds gagne de l'argent, pas sur vos pages. En outre, retenons que Crosswinds héberge également les sites commerciaux.

CONCLUSION GENERALE

Le travail que nous concluons ici avait pour objectif de concevoir et de réaliser un site Internet pour l'UAAC. Nous examinons par après si la création de ce site permet à cette université de profiter des avantages de ce réseau et si ce site permet à l'UAAC de se promouvoir.

Pour atteindre notre objectif, nous avons formulé deux hypothèses élaborées de la manière suivante:

v Avec l'essor de la technologie, la conception et la réalisation d'un site Internet pour l'UAAC est possible, en utilisant le logiciel FrontPage 2003 de Microsoft Inc.

v En créant un site Internet, une université, particulièrement l'UAAC sera en train de profiter des avantages reconnus à ce réseau. L'Internet étant un media virtuel; il offrira à l'université la possibilité de se promouvoir.

Ces deux hypothèses constituaient les réponses à la problématique de notre travail; problématique qui reposait sur les questions suivantes :

· Avec l'essor de la technologie, la conception d'un site web serait- elle hors de portée ?

· La création et la réalisation d'un site Internet pourraient- elles permettre la promotion d'une université, particulièrement celle de l'Université Adventiste d'Afrique Centrale ?

Dans l'optique de bien mener notre travail afin d'atteindre les résultats escomptés, nous avons recouru aux méthodes suivantes:

* La méthode comparative: Cette méthode nous a permis de comparer le site Internet de l'UAAC avec les théories de la promotion.

* La méthode expérimentale: Elle nous a aidé à concevoir et créer le site Internet de l'UAAC dans le but de vérifier si ce site Internet pourrait être un outil de promotion d'une université.

* La méthode historique: Elle nous a permis de connaître l'évolution de l'UAAC à travers le temps.

Il est à signaler que deux techniques ont appuyés ces méthodes soit:

* La technique d'interview: Cette technique nous a permis à nous entretenir avec les agents de Rwandatel et Terracom du département Internet.

* La technique documentaire: qui nous a aidé à consulter des documents relatifs au sujet traité.

Pour bien effectuer notre travail, nous l'avons subdivisés en trois chapitres en plus de l'introduction et la conclusion générale.

Le premier chapitre a renfermé le cadre théorique et conceptuel de notre travail dans le but de familiariser le lecteur aux concepts, termes et éléments développés dans la partie pratique de ce travail.

En d'autres termes dans le premier chapitre, on retrouve les théories sur la promotion en général et la publicité en particulier; ainsi que des théories sur le design du site, l'acquisition du nom de domaine et le hosting ou l'hébergement d'un site Internet.

Dans le chapitre deux qui était purement pratique, nous avons réalisé le site Internet de l'UAAC. Nous avons montré les différentes procédures de réalisation du site Internet avec le logiciel FrontPage de Microsoft; ensuite nous avons montré comment acquérir un nom de domaine pour le site et enfin la procédure de publication du site de l'UAAC.

Il est apparu en fin de compte qu'il était possible à une université, particulièrement à l'UAAC de réaliser un site Internet grâce à FrontPage et de se doter d'une adresse Internet grâce à des fournisseurs d'accès ou d'autres entreprises offrant gratuitement ou contre une somme d'argent ce service d'hébergement des sites et d'enregistrement des noms de domaine.

Ceci nous a poussé à confirmer notre première hypothèse qui disait qu'avec l'essor de la technologie, la conception et la réalisation d'un site Internet pour l'UAAC est possible, en utilisant le logiciel FrontPage 2003 de Microsoft Inc.

Au troisième chapitre, il a été question d'analyser la relation entre le site Internet de l'UAAC et les théories de la promotion. Nous avons vu dans ce chapitre que le site Internet de l'UAAC nous permettait de construire la pyramide publicitaire; en d'autres termes il nous permettait d'atteindre les objectifs de la publicité et aussi, en adaptant l'expérience de la compagnie ACME à notre site, il s'est avéré que le succès des objectifs de la dite pyramide pouvait être mesuré par des études de recherche.

Nous avons aussi vu que le fait de posséder un site Internet offrait des nouvelles capacités à une institution, particulièrement l'UAAC et avons vu qu'il est possible de faire connaître son site à son public cible.

Après toutes ces analyses, nous avons été poussé à confirmer notre deuxième hypothèse, celle qui disait qu'en créant un site Internet, une université, particulièrement l'UAAC sera en train de profiter des avantages reconnus à ce réseau. L'Internet étant un media virtuel, il offrira à l'université la possibilité de se promouvoir.

En raison de toutes ces constations évoquées, nous nous permettons d'affirmer qu'un site Internet est utile à la promotion de l'UAAC et notamment à sa communication avec les tiers.

Nous basant sur les résultats de notre recherche, nous trouvons utile de donner des suggestions suivantes:

· Il est nécessaire à l'UAAC de posséder un site Internet car il s'est avéré qu'il lui permettra de se promouvoir et de développer sa communication. Nous proposons ainsi aux autorités de cette institution de le faire réaliser. Nous accepterons volontier cette tâche si elle nous est proposée.

· Vu qu'avec son site Internet, l'UAAC pourra publier des quantités illimitées d'information à l'égard du public, chose qu'elle ne pouvait pas faire avec ses annuaires. Nous lui recommandons de s'investir dans le design de son site et sa publication.

· Nous estimons qu'avec l'évolution du système de payement introduit par SIMTEL dans notre pays, l'UAAC devra envisager un système d'inscription on-line.

· Ici nous recommandons aussi à l'Etat de créer une législation qui pourra nous protéger contre les cyber - escrocs.

Il est évident que ce travail n'a pas épuisé ce sujet, d'autres chercheurs peuvent continuer à l'approfondir, notamment en ce qui concerne la conception et la réalisation d'un site Internet comme outil de promotion des institutions étatiques comme la police.

BIBLIOGRAPHIE

I. Ouvrages généraux

BOVEE, C. et ARENS, W., Contemporary advertising 2ème éd.,
Illinois, 1986

CADENHEAD, R., Microsoft FrontPage 2000 in 24 hours, Ed. SAMS, USA,
1999

DAVID, C., et RHONDA, C., Créer un site web pour les nuls, nouvelle édition,
Ed. First Interactive, Paris, 2001

DREYFUS, M., Se former en 1 jour : Internet, Ed. S & SM, Paris, 1997

KOTLER, P., et DUBOIS, B., Marketing management 10ème éd., Publi - Union
Edition, Paris, 2000

KOTLER, P., et al., Le marketing en mouvement,
Ed. Village Mondial, Paris, 2002

REVELLI, C., Intelligence stratégique sur Internet, comment développer des
activités de veille et d'intelligence économique sur le web, 2èmeéd,
Ed. Dunod, Paris, 2000

WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., Réussir le design de son site,
Ed. Campus Press, Paris, 2000

II. Documents consultés

UAAC, Annuaire 2002 - 2005, UAAC, Kigali, 2002

III. Notes des cours

De ABREU, C., Introduction to web design course, Creative Minds Institute of
South Africa, Capetown S.A, 2000, inédit

OSAMBO, O., Cours de gestion des systèmes d'information, Lic I Gestion,
ULK, Kigali, 2002, inédit

OSAMBO, O., Cours de marketing, Lic 1 Administration, ULK, Kigali,
2001,inédit

OSAMBO, O., Cours de technologie de l'information II, Bacc II Gestion, ULK,
Kigali, 2001, inédit

RWIGAMBA, B., Cours d'initiation au travail de recherche scientifique, ULK,
Kigali, 2000, inédit

TOMBOLA, G., Cours de marketing, Bacc II Gestion, ULK, Kigali, 2001,
inédit

IV. Références sur Internet

BERNARD, P.,La publicité de demain, (on line) http://www.aacc.fr/documents/
pdf/semaine2003/semaine2003-pub-de-demain-iaa.pdf
,
septembre 2005

GTEACHER, Marketing - Mix, (on line)gteacher.com/lessons/lesson_
marketing_mix.htm&prev=/Bearch%3Fq%3Dmarketing
%2Bmix%26hl%3Dfr%26lr%3D%26ie%3DUTF-8,
avril 2005

RWANDA DEVELOPMENT GATEWAY , About us, (on line)
http://www.rwandagateway.org,
novembre 2005

SERRES, A., Nombre d'internautes dans le monde, (on line) http://www.uhb.fr
/urfist/supports/intrainternet/internetAujourdhui/internet
Aujourdhui-chiffres.htm#les20%utilisateurs, février 2005

ANNEXES

ANNEXE I  : Image de la page d'accueil et de la page « A propos de nous »

ANNEXE II  : Image de la page « Inscription » et de la page « Finance »

ANNEXE III  : Image de la page « Informations académiques » et de la page
« Ressources académiques »

ANNEXES IV : Image de la page « Programmes d'étude » et de la page
« Contactez - Nous »

ANNEXE V  : Image de la page « Cours en gestion » et de la page
« Cours en théologie »

ANNEXE VI  : Image de la page « Cours en éducation »

ANNEXE VII  : Codes HTML

ANNEXE VIII : Tarifs du hosting services de Terracom

ANNEXE IX  : Guide d'interview

* 1 OSAMBO, O., Cours des systèmes d'information, Lic I Gestion, ULK, Kigali, 2002, inédit.

* 2 DREYFUS, M., Se former en 1jour : Internet, Ed. S & SM, Paris, 1997, p 17

* 3 Ibidem

* 4 Ibidem

* 5 REVELLI, C., Intelligence stratégique sur Internet, comment développer des activités de veille et d'intelligence
économique sur le Web, 2ème éd, éd. Dunod, Paris,2000, p 40

* 6 OSAMBO, O., Cours de technologie de l'information II, Bacc II Gestion, ULK, Kigali, 2001, inédit

* 7 SERRES, A., Nombre d'internautes dans le monde, (on line) http://www.uhb.fr/urfist/supports/intrainternet/
internetAujourdhui/internetAujourdhui-chiffres.htm#les20%utilisateurs
, février 2005

* 8 REVELLI, C., op-cit, 2000, p 40

* 9 RWIGAMBA, B., Cours d'initiation au travail de recherche scientifique, ULK, Kigali, 2000,p 12

* 10 RWIGAMBA, B., op- cit, 2000, p 12

* 11 Idem, p 19

* 12 KOTLER, P., & DUBOIS, B., Marketing management 10èmeéd. , Publi- Union Edition, Paris 2000, p 49

* 13 Ibidem

* 14 OSAMBO, O., Cours de marketing, LIC 1 Administration, ULK, Kigali, 2001, inédit

* 15 KOTLER, P. , & DUBOIS, B., op- cit, 2000, p 580

* 16 TOMBOLA, G., Cours de marketing, Bacc II Gestion, ULK, 2001, inédit

* 17 Ibidem

* 18 Ibidem

* 19 GTEACHER, Marketing - Mix,, (on line) gteacher.com/lessons/lesson_marketing_mix.htm&prev=/Bearch%
3Fq%3Dmarketing%2Bmix%26hl%3Dfr%26lr%3D%26ie%3DUTF-8, avril 2005

* 20 Ibidem

* 21 KOTLER, P., & DUBOIS, B., op- cit, 2000, p 620

* 22 BOVEE, C., & ARENS, W., Contemporary advertising 2èmeéd., Illinois, 1986, p 9

* 23 Ibidem

* 24 BOVEE, C., & ARENS, W., op- cit, 1986, p 9

* 25 BOVEE, C., & ARENS, W., op- cit, 1986, p 10

* 26 Idem, p 11

* 27 BOVEE, C., & ARENS, W., op- cit, 1986, p 11

* 28 Ibidem

* 29 Ibidem

* 30 KOTLER, P., & DUBOIS, B., op- cit, 2000, p 556

* 31 Ibidem

* 32 KOTLER, P., & DUBOIS, B., op-cit, 2000, p 595

* 33 KOTLER, P., & DUBOIS, B., op-cit, 2000, p 595

* 34 Ibidem

* 35 Ibidem

* 36 REVELLI, C., op-cit, 2000, p 36

* 37 Idem, p 37

* 38 RHONDA, C., et DAVID, C., Créer un site Web pour les nuls, nouvelle édition, Ed. First Interactive, Paris 2001,p. 21

* 39 Ibidem

* 40 WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., Réussir le design de son site, CampusPress, Paris, 2000, p. 46

* 41 Ibidem

* 42 RHONDA, C., et DAVID, C., op- cit, 2001, p. 20

* 43 WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., op- cit, 2000, p 75

* 44 RHONDA, C., et DAVID, C., Idem, p. 5

* 45 Idem, p. 4

* 46 WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., op-cit, 2000, p. 114

* 47 Ibidem

* 48 RHONDA, C., et DAVID, C., op-cit, 2001, p.15

* 49 RHONDA, C., et DAVID, C., op-cit, 2001, p.11

* 50 WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., op-cit, 2000, p. 104

* 51 Idem, p. 123

* 52 RHONDA, C., et DAVID, C., idem, p. 5

* 53 WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., op-cit, 2000, p. 160

* 54 Ibidem

* 55 Ibidem

* 56 Idem, p. 161

* 57 WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., op-cit, 2000, p. 160

* 58 Idem, p. 162

* 59 Ibidem

* 60 Ibidem

* 61 WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., op-cit, 2000, p. 162

* 62 Ibidem

* 63 Ibidem

* 64 Ibidem

* 65 Idem, p. 52

* 66 DAVID, C., et RHONDA, C., op- cit, 2001, p 246

* 67 KOTLER, P., et DUBOIS, B., op- cit, 2000, p 734

* 68 WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., op- cit, 2000, p. 23

* 69 Ibidem

* 70 Ibidem

* 71 Ibidem

* 72 Ibidem

* 73 WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., op- cit, 2000, p. 23

* 74 DAVID, C., et RHONDA, C., op- cit, 2001, p 246

* 75 DAVID, C., et RHONDA, C., op- cit, 2001, p 319

* * L'ICANN : est une organisation représentative de l'ensemble de l'Internet mondial. Le gouvernement américain qui a toujours été impliqué dans la gestion d'Internet, supervise, par le biais de l'ICANN, la gestion de Domain Name Server ou system (DNS), de l'adressage IP, des paramètres du protocole IP ainsi que du serveur ROOT. ICANN tient la liste de tous les registars autorisés à enregistrer votre nom de domaine.

* 76 DAVID, C., et RHONDA, C., op- cit, 2001,p 246

* 77 Ibidem

* 78 Idem, p 248

* 79 DAVID, C., et RHONDA, C., op- cit, 2001, p 249

* 80 WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., op- cit, 2000, p. 23

* 81 Idem, p. 71

* 82 DAVID, C., et RHONDA, C., op-cit, 2001, p. 241

* 83 Idem, p. 242

* 84 DAVID, C., et RHONDA, C., op-cit, 2001, p. 242

* 85 Ibidem

* 86 Ibidem

* 87 Ibidem

* 88 WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., op- cit, 2000, p. 72

* 89 WILLIAMS, R., et TOLLETT, J., op- cit, 2000, p. 72

* 90 DAVID, C., et RHONDA, C., op-cit, 2001, p. 245

* 91 Ibidem

* 92 CADENHEAD, R., Microsoft FrontPage 2000 in 24 hours, ed. SAMS, USA, 1999, p. 158






Aidez l'hopital de Montfermeil