WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La culture de l'igname ( Dioscorea sp ) et sa valeur sociale, culturelle et économique dans le canton de Dimori en pays Bassar au Togo

( Télécharger le fichier original )
par Bassa KPAKPADJA
Université de Lomé Togo - Maitrise en lettres et sciences humaines 2011
  

précédent sommaire suivant

2.1.2.3- L'efficacité des outils face aux opérations culturales

Que ce soit la houe, le coupe-coupe, la hache, la daba ou le couteau, ces outils sont rudimentaires, comme nous l'avons signalé plus haut, et inefficaces. Cette inefficacité ralentit considérablement la réalisation à temps, des opérations culturales telles que le défrichage, le buttage et le sarclage (tableau n°8), ce qui explique en partie la faiblesse relative des superficies cultivées malgré un long temps passé sur l'exploitation.

Tableau n° 8 : Calendrier des opérations agricoles de la culture du Dioscorea sp

Périodes

mi-Sept à

mi-Nov.

Mi-Nov à mi-Janvier

mi-Janv. à Février

Mars

Avril à mi-Juin

Mi-juin à mi-Juillet

Mi-juillet à mi-Sept

Opérations

culturales

défrisage

Buttage

Grande récolte de la campagne précédente

Préparation des semenceaux

Bouturage ou plantation

Lutte contre la chaleur ou coussinage

Tuteurage

Sarclage

Découssinage

Orientation

Des plantes sur le tuteur

Récoltes

précoces

Source : travaux de terrain ; 2011

Le tableau n°8 illustrent les temps passés sur les exploitations de Dioscorea sp et les opérations culturales qui sont accomplis tout au long de la campagne agricole.

En effet, selon ce tableau, les opérations culturales s'étendent sur toute l'année c'est-à-dire du moi de Septembre au moi de Septembre de l'année suivante, même si le champ n'est que de petite taille.

Figure n° 6 : Diagramme de répartition des enquêtés selon les superficies cultivées

Sources : Travaux de terrain, 2011

Le diagramme de la figure n°6 fait ressortir la répartition des producteurs selon la taille des exploitations. En effet, seulement 7,5 % des producteurs enquêtés emblavent plus de 5 hectares pour la culture du Dioscorea sp, 14,17 % emblavent entre 3 à 5 ha et 49,16 % et 29,17 % en emblavent respectivement entre 1 à 2 ha et moins d'un hectare.

Ainsi, il faut à un paysan environ 1 à 2 semaines pour défricher une parcelle de 0,25 ha, 2 à 3 semaines pour édifier les buttes sur cette même superficie et 3 à 6 jours pour le sarclage. Le tuteurage peut duré environ 2 semaines car, le paysan doit couper des arbustes, les transporter et les piquer un à un sur les buttes. De toutes ces opérations, le buttage prend plus de temps parce que la confection des buttes est plus difficile pour le paysan qui n'a pour outils que la daba, la hache et le coupe-coupe ; il se sert du premier outil pour prendre la motte de terre et des deux derniers pour dessoucher ou couper les arbustes encombrants.

Le tableau n°8, montre par exemple que le défrichage s'étend de mi-septembre à mi-novembre. Mais, au cours de ces différentes périodes inscrites, le paysan peut travailler aussi dans son champ de maïs, d'arachide, de mil ou de soja ; de plus, les opérations agricoles correspondantes peuvent être décalées selon les intempéries ou les aléas climatiques. Mais au fait, en quoi consistent les opérations culturales ?

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.