WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude analytique du phénomène "circuit" à  l'université de Lubumbashi en RDC


par Deo TSHIKALI
Université de Lubumbashi RDC - En science de l'information et de la communication option communication des organisations 2010
  

précédent sommaire suivant

0.2. ETAT DE LA QUESTION

Le libéralisme économique intégral instauré pendant la deuxième République à régime sociopolitique totalitaire a donné naissance à un système économique marqué par une rupture des équilibres fondamentaux. La non prise en charge de la population par le secteur formel comprenant l'Etat et les entreprises publiques et privées dans cette république et les vaines revendications sociales dues à ce désengagement du secteur formel ont engendré la naissance, plutôt le développement des stratégies de survie individuelles et collectives, parmi lesquelles nous pouvons citer la corruption, une antivaleur comme plusieurs d'autres, qui sûrement ne peut laisser calme ni passer inaperçue à l'égard des penseurs et chercheurs pour la simple raison qu'elle est un mal à l'essence de nombreux problèmes et une véritable entrave au développement d'une nation. Sous différents angles un même sujet peut être trai, tout comme sous différents regards, un même thème peut être abordé.

C'est de cette façon qu'il s'agit présentement pour nous de traiter dans un contexte purement estudiantin, de la corruption sous une étude analytique se basant théoriquement sur la sémio contextualité et que H. LECLERQ ou mieux G. DE VILLERS, soient MBAYA et FRIEDHELM STREIFFELER qui eux traitent également de la même question sous un regard économico-politique3. Pour ne citer que ceux-ci, sans pour autant ignorer l'hypothèse selon laquelle, il y aurait probablement beaucoup d'autres auteurs qui ont eu à mener des études similaires à celle-ci, parce qu'il n'est pas prohibé que la corruption attire l'attention de qui que ce soit et conduire ainsi à des recherches y ayant trait en guise d'y remédier et surtout que nous disposons tous d'une liberté d'écrire nos pensées. Mais qu'à cela ne tienne, nous savons bien que nous ne sommes ni les premiers, ni les derniers à mener une pareille étude. En science, tout semble être complémentaire, parce que ce qui ne sera peut-être pas dit dans ce travail aurait déjà été dit par nos prédécesseurs ou soit sera dit par la génération à venir. Nous serons du moins heureux de savoir qu'après

4

nous, ce sujet (ce problème) ait suscité plusieurs fois de plus, l'attention d'autres scientifiques qui tenterons de faire mieux que nous.

0.3. PROBLEMATIQUE

Une recherche scientifique ne part jamais du néant car ne sachant pas sa raison d'être, elle ne saura ni avancer, ni évoluer, ni aboutir. Elle est susceptible de partir toujours d'un fait observé dans une société donnée. Ressortant comme un problème qui se pose, qu'il faut résoudre à l'aide des réalités obtenues postérieurement ou après une enquête empirique. Autrement dit, toute recherche scientifique part d'une problématique qui constitue incontournablement l'épine dorsale du travail à réaliser.

Ici il s'agit d'un problème qui prévaut à l'université de Lubumbashi qui constitue notre point de départ. Il est en fait question du phénomène dit « circuit », qui se laisse observer dans ladite universi, sur lequel nous nous interrogeons avant de poursuivre avec notre chemin.

L'interrogation est sous forme d'un questionnement tripartite, que voici:

0. Le phénomène circuit a-t-il une ampleur à l'université de Lubumbashi ?

s'agit-il d'une corruption?

1

. Quelles en sont les dimensions de référence, lui en tant que situation

de communication ?

2

. quels sont les facteurs susceptibles d'en expliquer l'existence et la

précédent sommaire suivant