WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Télévision haà»tienne par càóble et couleur locale ( la télé Haà»ti )

( Télécharger le fichier original )
par Joêl Lorquet
Université d'état d'Haà»ti faculté des sciences humaines - Licence en sciences de la communication collective et du journalisme 1999
  

Disponible en mode multipage

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

DEPARTEMENT DES SCIENCES DE LA COMMUNICATION

COLLECTIVE ET DU JOURNALISME

FACULTE DES SCIENCES HUMAINES

(FASCH)

UNIVERSITE D'ETAT D'HAITI

TELEVISION HAITIENNE PAR CABLE

ET COULEUR LOCALE

(LA TELE HAITI)

Par: Joël Lorquet

Mémoire présenté à la Faculté des Sciences Humaines

de L'Université D'Etat D'Haïti pour l'obtention du titre:

«Licencié en Sciences de la Communication Collective

et du Journalisme»

Patron: Rév. Père Louis Gabriel Blot

Port-au-Prince, Haïti - Septembre 1998

TELEVISION HAITIENNE PAR CABLE ET COULEUR LOCALE

(LA TELE HAITI)

TELEVISION HAITIENNE PAR CABLE ET COULEUR LOCALE

(LA TELE HAITI)

TABLE DES MATIERES

Avant-Propos Page 16

CHAPITRE I

La Télévision et les principes de la communication Page 22

A.- Définition de la télévision Page 22

B- Théorie de la communication Page 23

I- Définition de la communication Page 23

II- Etapes de la communication Page 24

a) Le codage Page 25

b) Le message Page 25

c) Le canal Page 26

d) Feedback Page 27

III- Principales fonctions de la communication Page 27

a) Fonction expressive Page 28

b) Fonction conative Page 28

c) Fonction référentielle Page 28

d) Fonction phatique Page 28

e) Fonction métalinguistique Page 29

f) Fonction poétique Page 29

C- Théorie de l'information Page 30

D- La télévision: son historique et son évolution Page 31

I- Historique de la télévision Page 32

II- Evolution des systèmes de signaux de télévision

et standards de couleur en usage dans le monde Page 36

a) La Télévision couleur Page 37

b) Télévision et vidéo Page 39

c) Télévision et satellites Page 39

d) Ondes hertziennes Page 40

e) Télévision par câble et télédistribution Page 40

TELEVISION ET CULTURE

Sens général de la culture Page 41

Les caractéristiques de la culture haïtienne Page 43

CULTURE ET MOYENS DE COMMUNICATION DE MASSE

La télévision en tant qu'agent culturel Page 43

Définition d'une émission culturelle Page 44

Ce qu'on entend par production locale Page 45

CULTURE ET TELEVISION EN HAITI

LA POPULARITE DE LA TELEVISION DANS TOUS LES MILIEUX

A - Dans le milieu enfantin Page 45

B - Dans le milieu juvénile Page 46

C - Dans le milieu adulte Page 47

D - Dans les couches sociales Page 47

L'influence des programmes de télévisions étrangères sur la culture locale

A - Changement de pensée Page 58

B - Changement d'action et d'attitude Page 50

CHAPITRE II

IMPLANTATION DE LA TELEVISION EN HAITI ET TELE HAITI

IMPLANTATION DE LA TELEVISION EN HAITI Page 53

A- Considérations générales sur la télévision en Haïti Page 53

B- Présentation de la Télé Haïti Page 56

Historique de la la télévision par câble en Haïti: La Télé Haïti Page 57

La naissance de la télévision par câble en Haïti Page 59

Evolution de la Télé Haïti Page 60

La concession de la Télé Haïti

LA CONCESSION Page 63

Les projets de la Télé Haïti Page 65

C- La philosophie de la Télé Haïti Page 66

I- Les objectifs de la société Page 66

I-a) La qualité de réception Page 67

I-b) Augmentation de la clientèle Page 67

I-c) Augmentation des programmes en français Page 67

I-d) Développement de la chaîne éducative Page 68

DISPOSITIFS TECHNIQUES

Procédés pour capter les signaux des satellites

jusqu'à la réception chez le client Page 71

Définition d'un converter Page 71

Le "decoder" Page 71

Le "cable T.V.": Procédures techniques Page 72

La vidéo-tape Page 73

LES SOURCES DE FINANCEMENT Page 73

A) LA SOUSCRIPTION Page 73

CONDITIONS D'ABONNEMENT OU DEMARCHES A EFFECTUER

EN VUE DE L'INSTALLATION DU CABLE Page 74

Un dépôt de garantie Page 74

Les modalités de paiement Page 74

Les tarifs des autres services de la Télé Haïti Page 74

Les sanctions en cas de non paiement Page 76

Le nombre d'abonnés à la Télé Haïti Page 76

Evaluation du profit Page 75

B) LA PUBLICITE ET SON IMPORTANCE POUR LA TELE HAITI Page 78

Les crénaux qui fournissent de la publicité Page 77

LE TARIF PUBLICITAIRE DE LA TELE HAITI Page 78

C) LA SUBVENTION Page 81

C-1) Avantages donnés par l'Etat Haïtien Page 81

LES MANQUES A GAGNER ET LES PROBLEMES AUXQUELS

EST CONFRONTEE LA TELE HAITI Page 82

A- LES PRISES CLANDESTINES Page 81

A-1 Les fraudeurs des quartiers populaires Page 81

A-2 Les fraudeurs, ayant des moyens

mais qui refusent de prendre un abonnement Page 81

A-3 Les fraudeurs qui détournent entièrement le parcours du câble Page 82

B- LA CRISE ENERGETIQUE Page 82

B-1 Crise énergétique:

Vue d'ensemble des répercussions sur la Télé Haïti Page 82

B-2 Suppléer la crise énergetique

avec l'utilisation des génératrices et des inverters Page 82

C- LES ACCIDENTS Page 83

A-I LES REPERCUSSIONS DES PRISES CLANDESTINES

ET DES COUPURES INTEMPESTIVES DE L'EDH Page 85

a) Les amplificateurs défectueux Page 85

b) Dommages provoqués par les coupures intempestives de l'EDH Page 85

B- LES MOYENS DE LUTTE CONTRE LES PRISES CLANDESTINES Page 85

a) L'utilisation du juge de paix et de la police Page 86

b) Saisie des appareils ou obligation est faite

au fraudeur de signer un contrat d'abonnement Page 86

c) Effectuer la saisie des câbles utilisés pour les prises clandestines Page 86

L'AUDIOVISUEL ET LA PRODUCTION CULTURELLE EN HAITI Page 87

La situation actuelle Page 87

PRODUCTIONS VIDEOGRAPHIQUES ET CINEMATOGRAPHIQUES Page 89

Chronologie sommaire du cinéma en Haïti et sur Haïti Page 89

L'APPARITION DU CINEMA Page 89

LE CINEMA QUE VOIENT LES HAITIENS Page 90

LE CINEMA QUE FONT LES HAITIENS

A- LE CINEMA DE L'INTERIEUR Page 91

B- LE CINEMA DE LA DIASPORA.

UN CINEMA MILITANT DANS LA MAJORITE DES FILMS Page 92

VIDEO ET CINEMA Page 97 SUCCES COMMERCIAL OU SUCCES ARTISTIQUE Page 102

CARACTERISTIQUES

DE LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE EN HAITI Page 103

LES FILMS ETRANGERS SUR HAITI Page 104

LES TELEVISIONS D'HAITI ET LA DIFFUSION DE LA CULTURE

A - LES STATIONS DE TELEVISION DE PORT-AU-PRINCE Page 107

La Télévision Nationale d'Haïti Page 107

PVS-Antenne 16 Page 109

Télémax Page 110

Télé Eclair Page 111

Télé Haïti Page 112

Télé Timoun (Télé 13), Télé Lumière (22) et Télé Métropole Page 113

B - LES STATIONS DE TELEVISION DE LA PROVINCE Page 113

C- LISTE DES 12 RADIO-TELEVISIONS EMETTANT EN HAITI Page 115

LES LIMITES DE LA TELEVISION EN HAITI Page 117

LES SOCIETES DE PRODUCTION Page 118

La Mancuso Production Page 118

Clairimage Page 118

CULTURE ET TELE HAITI

Analyse des programmes de la Télé Haïti Page 120

LES PROGRAMMES DE LA TELE HAITI

A) Les canaux Page 120

Les 3 chaînes en VHF Page 120

Les dix-huit autres chaînes Page 120

B) - Analyse du contenu des programmes diffusés sur la Télé Haïti Page 121

Programmation de la Télé Haïti Page 122

Contenu des 21 chaînes de la Télé Haïti Page 122

La Télé Haïti: Un câblo-distributeur Page 124

Place accordée à la culture haïtienne dans les programmes de la Télé Haïti Page 125

Place accordée à la langue française et au créole

dans les programmes de la Télé Haïti Page 125

PROBLEMES RENCONTRES DANS LA DIFFUSION

DE PROGRAMMES FRANCOPHONES EN HAITI Page 126

Ce qui empêcherait à la Télé Haïti de contribuer à la production locale Page 128

LE COTE POSITIF Page 129

Enquête: dépouillement, analyse et vérification des hypothèses Page 132

Recommandations et conclusions Page 137

PROPOSITIONS

PROPOSITIONS AUX RESPONSABLES DE LA TELE HAITI Page 137

Ce qu'on pourrait faire avec la Télé Haïti Page 137

A.- La télévision au service de l'éducation Page 137

B.- Promotion de la culture en général Page 139

C.- La conscientisation Page 139

D.- Contribuer au progrès social Page 140

structures de production, l'élevage, etc.

RECOMMANDATIONS

A) A Télé Haïti: Page 141

LE ROLE DE L'ETAT Page 143

Pour encourager la production locale Page 143

CE QUE L'ETAT POURRAIT FAIRE EN VUE D'ENCOURAGER LA CREATION, LA PRODUCTION LOCALE ET DE PROTEGER LES ARTISTES. Page 144

I- L'ETAT, PROTECTEUR ET MECENE DE LA CREATION CULTURELLE

1- La protection des droits des artistes Page 144

2- La promotion morale des artistes Page 145

II- LA PROMOTION DE LA CREATION Page 145

1. L'aide de l'Etat à la création artistique Page 146

2. L'encouragement au mécénat privé Page 147

RECOMMANDATIONS

B) A l'Etat haïtien: Page 147

BIBLIOGRAPHIE Page 150

ANNEXES

(Questionnaires; documents de référence, organigramme; etc.) Page 154

REMERCIEMENTS

L'achèvement de ce travail est un signe évident de la volonté de Dieu, car en dépit des difficultés rencontrées durant les sept (7) années nécessaires à l'élaboration de ce mémoire, nous ne nous sommes pas laissés aller au découragement comme beaucoup d'autres de nos camarades et nous sommes parvenus à terme. Aussi, je tiens tout d'abord à remercier grandement le Seigneur pour la santé qu'il m'a procuré, l'intelligence qu'il m'a donné et la détermination en vue de concrétiser ce mémoire de sortie.

Ce travail a été mené à bonne fin grâce à la collaboration de plusieurs personnes. Je tiens à remercier en premier lieu mes parents, ma mère Mélia pour les efforts déployés en vue de me donner une éducation adéquate, mon épouse Joseline pour son encouragement et sa compréhension surtout lorsque je devais travailler très tard la nuit. Je veux dire merci également à mon directeur de mémoire, le Révérend Père Louis Gabriel Blot, pour sa contribution significative dans l'approche méthodologique de ce projet et pour ses précieux conseils durant les différentes étapes de la recherche et de l'élaboration du document. Le père Blot m'a soutenu et encouragé jusqu'à la réalisation du travail final. Ma reconnaissance va aussi à mes professeurs, M.M. Lucien Jean Bernard et Amary Joseph Noel. Que tous les autres anciens professeurs du département de Communication collective de la Faculté des Sciences Humaines trouvent ici l'expression de ma profonde reconnaissance.

Mes remerciements vont également à la directrice de la Télé Haïti, Mme. Marie-Christine M. Bussénius, qui m'a facilité l'accès à certaines informations et m'a autorisé à mener ma petite enquête même auprès des abonnés fréquentant la station.

Je m'en voudrais de ne pas réserver une mention spéciale à Mme. Marie Guerda Vital Prévilon qui m'a encouragé dans ma démarche dès le début. Merci à Maryse Polynice ainsi qu'à tous ceux qui d'une façon ou d'une autre ont prêté leur aimable collaboration à la réalisation de ce travail.

Joël Lorquet

SIGLES ET ABBREVIATIONS

BBC: British Broadcast Corporation Ltd. (Fondée le 18 Oct. 1922)

TH: Télé Haiti

TNH: Télévision Nationale d'Haiti

TPR: Télé Promotion Rurale

TV: Télévision

TVA: Télévision Artibonite

N.T.S.C.: National Television System Committee

P.A.L.: Phase Alternative Line

SECAM: Sequential Couleur à Mémoire

LEVR: Electronic Video recording

CBS: Columbia Broadcasting System

VCR: Video Cassette Recorder

VHS: Video Home System

VHF: Video High Frequency

RCA: American Radio Corporation

SYNCOM: Synchronous-orbit Communications Satellites program (14 Fév. 1963)

COMSAT: Communication Satellites Corporation

RFI: Radio France Internationale

RTMS: Radio Télevision de la Métropole du Sud

CNN: Cable News Network

HBO: Home Box Office

CONATEL: Conseil National des Télécommunications

HTN: Haitian Television Network

TNT: Turner Network Television

TENASA: Télévision Nationale d'Haïti S.A.

WGN: World's Greatest Newspaper, (Cable Superstation, Ch. 9, créée en avril 1948)

PVS: Polycarp Video Studio

SHTS S.A: Société Haïtienne de Télévision par Satellites S.A.

FOHFADD: Fondation Haïtienne Pour la Formation à Distance et le Développement

TQS: Télé Quatre Saison

RDI: Réseau de l'Information

RFO: Radio France Outremer

LNA: Low Noise Amplifier

LNB: Low Noise Block converter

GHRTZ: Gigahertz

NIF: Numéro d'Identité Fiscale

EDH: Electricité D'Haïti

CCJAH: Compagnie Cinématographique des Jeunes Acteurs Haïtiens

ICAIC: Institut Cubain de l'Art et de l'Industrie Cinématographique

IFCIC: Institut de Financement du cinéma et des industries culturelles

CNC: Centre National de la Cinématographie

UNICEF: United Nations Children Fund

UNESCO: Fonds des Nations-Unies pour l'Education, la Science et la Culture

AVANT-PROPOS

TELEVISION HAITIENNE PAR CABLE ET COULEUR LOCALE

La télévision a fait son entrée dans le pays avec la création de la Télé-Haïti, le 13 décembre 1959. Elle diffusait ses programmes par ondes hertziennes sur la chaîne 2 à l'époque. Cependant, pendant plus de 20 ans, une minorité de gens aisés seulement avait accès à ce support médiatique. Les débuts de Télé Haïti n'ont pas été marqués par la diffusion d'émissions locales ou mettant en exergue la culture haïtienne. La langue française, par exemple, était l'unique forme d'expression utilisée, tandis que les programmes venaient tous des pays francophones, sauf les bulletins d'information, les matchs de foot-ball au stade Sylvio Cator ou les discours présidentiels retransmis en direct du Palais National.

Quinze années plus tard, Télé-Haïti s'est procuré des canaux additionnels, ce qui porte à 15 le nombre total des canaux, cependant cela n'a pas résolu le problème de la diffusion de la culture haïtienne. Sur les canaux 4, 5, 6, 14, 15, 17, 18, 19, 20, 21, 22, la totalité des programmes de Télé-Haïti sont en anglais; sauf les chaînes 2 et 16 qui émettent en français, sans oublier de faire mention de la retransmission de la Télévision Nationale d'Haïti sur la 7 et la diffusion de messages publicitaires écrits (Télétexte) sur la 3; les chaînes 19 et 20 émettent en espagnol, alors que la majeure partie des Haïtiens s'expriment en créole et en français.

Dans quelle mesure peut-on parler de culture locale (haïtienne) à la Télé-Haïti où seulement 2% des programmes sont réalisés en Haïti?

Dans quelle mesure peut-on parler de télévision haïtienne dans une station où sur 15 chaînes 3 seulement étaient en français, notamment les chaînes 2 et 6? Le public a du attendre jusqu'en 1997 pour disposer de 9 chaînes en français sur un total de 21 chaînes.

Pourquoi avons-nous choisi ce thème? "Télévision haïtienne par câble et couleur locale"? Ce thème présente un certain nombre d'intérêts pour la collectivité en ce sens qu'il peut pousser les abonnés ou le public en général à prendre conscience du programme présenté ou diffusé par la télévision privée par câble d'Haïti et porter les propriétaires à réadapter leur programme; il favorisera certainement l'avancement de la science en faisant ressortir les rapports étroits qui doivent exister entre l'acte de communication sociale ou collective et ses fondements culturels; l'homme étant à la fois le sujet, l'objet et le bénéficiaire de la communication. Ce travail sera utile, d'autant plus qu'il constitue un document pouvant aider les chercheurs eux-mêmes. Enfin, nous espérons que cette étude favorisera la prise de conscience en vue de changer l'ordre des choses.

L'Haïtien qui ne peut se nourrir à sa faim ou acquérir un logement décent, ne peut pas se payer le luxe d'un abonnement mensuel à Télé-Haïti. Cela ne veut pas dire pour autant que les habitants des bidonvilles côtoyant les luxueuses résidences ne peuvent pas capter les images de Télé-Haïti; à en juger par le nombre imposant de prises clandestines que les techniciens sont obligés d'enlever chaque jour.

Dans ce travail, nous ne prétendons absolument pas aborder tous les champs d'action se rapportant à la culture ou à la télévision; nous partons de préférence d'une constatation: "La couleur locale, la culture haïtienne, ne figure pas ou presque pas dans les programmes émis sur les 21 chaînes de Télé-Haïti. Très peu d'articles de journaux et de revues ont traité de la question durant les dix dernières années. Cependant, nombreux sont les observateurs qui ont pensé que c'était en leurs droits et devoirs d'opiner sur les programmes de Télé-Haïti.

En réalité, nombreux sont les angles et aspects sous lesquels on pourrait étudier la problématique de "couleur locale" à la Télé-Haïti: les films, les feuilletons, les musiques, le temps imparti aux informations, les jeux, les publicités en direct, etc...

Toutes ces émissions pourraient se réaliser localement, ou en référence au contexte national. Nous nous intéressons spécialement à la communication sociale dans un contexte local. Ce, pour préciser que nous mettons l'emphase sur le fait que l'existence d'une télévision haïtienne diffusant des programmes étrangers mérite d'être étudiée comme un phénomène constituant une entrave à l'émancipation de la culture nationale. Notre inquiétude de base pourrait se résumer comme suit:

Qu'arrive-t-il quand dans une station de télévision haïtienne, la langue et les programmes utilisés ne tiennent pas compte de la réalité locale?

Si le problème est d'intérêt national, si d'autres stations de télévision de la province s'aventurent dans la même voie en redistribuant des programmes étrangers, en anglais ou en espagnol en provenance de stations émettant sur satellite, Télé Haïti constitue donc un exemple qui nous intéresse en particulier.

Que se passe-t-il en Haïti où une télévision par câble (télévision regardée par une élite ou un nombre restreint de personnes), utilise abusivement des langues étrangères et des programmes d'outre-mer?

Comment se pose aujourd'hui la problématique de la communication en Haïti? Quels défis imposent cette situation quant aux relations entre la culture haïtienne et celle des autres pays?

En résumé, ce sont toutes ces interrogations et ces motifs qui sont à l'origine du choix d'un tel sujet. Les idées ou réponses qui seront émises à partir de cette étude nous permettront de proposer si possible des pistes de solution tant sur le plan collectif que du côté des responsables de la Télé Haïti. Nous demeurons persuadés que le thème choisi: "Télévision haïtienne par câble et couleur locale" est valable et mérite d'être étudié.

Notre objectif général est d'apporter une contribution aux recherches en cours sur le problème culturel haïtien face à la télévision et signaler des pistes de solution qui peuvent éclairer les décisions politiques se rapportant au domaine et contribuer au développement de la communication sociale en Haïti dans un contexte pouvant favoriser la conservation de la culture haïtienne. Cependant, dans quelle mesure peut-on étudier la problématique de la culture haïtienne dans la perspective de la communication télévisuelle? Est-il possible d'affronter les défis que posent les pratiques culturelles divergentes, les cultures importées donc (culture américaine, canadienne, française, mexicaine, etc...) face à la couleur locale, dans un même contexte géographique sous l'influence de la télévision? En d'autres termes, nous essayerons de chercher la réponse de l'influence de la région culturelle ou de la culture étrangère sur la culture locale ou nationale.

Etudier les autres articles et documents déjà proposés sur le problème et prendre position face à eux.

En effet, nous pensons que la prolifération de programmes étrangers sur les 21 chaînes de Télé-Haïti entrave l'expansion de la culture haïtienne à Port-au-Prince.

- Les programmes étrangers contribuent à l'assimilation culturelle des Haïtiens et découragent la production locale.

- Les programmes locaux limitent le champ de connaissance des Haïtiens mais apportent au peuple une conscientisation pouvant favoriser le progrès de sa société.

- La culture haïtienne est assez riche pour être utilisée efficacement dans les programmes de la Télé-Haïti.

Sur quelle base cette étude est-elle tenue? Quelles sont les techniques employées pour recueillir les données et les informations nécessaires à l'analyse du problème considéré?

Il s'agit d'étudier la culture haïtienne à partir d'une brève analyse des programmes de la société de télévision par câble "Télé Haïti".

Pour cela nous avons confronté divers auteurs et différentes définitions déjà connues de la "télévision" et plus particulièrement de la "Câblo-distribution". Autrement dit, nous avons entamé une recherche bibliographique pour le cadre théorique et conceptuel. Ensuite, nous avons observé et analysé les programmes tels que présentés par Télé Haïti. L'objectif est de faire dériver des concepts qui seront à la base de l'élaboration de notre analyse.

Les concepts de culture et la définition qui en provient sont les facteurs d'uniformité de l'étude. Ils sont comme une ouverture à l'intérieur de laquelle se réalise l'investigation.

L'hypothèse principale et les différentes sous-hypothèses nous obligent à rencontrer les principaux responsables de Télé Haïti et nous obligent à nous orienter plus directement vers une investigation documentale. Nous avons envisagé la possibilité de mener une petite enquête au niveau des consommateurs pour avoir leur opinion sur les apports de la Télé Haïti sur leur comportement (phénomène de socialisation, habitus). Cette enquête touche les abonnés: adultes (parents) et enfants. Ce qui nous permet de déceler l'impact des programmes étrangers chez eux.

Il existe beaucoup d'écrits sur la culture en général, mais nous nous efforçons de rester dans le cadre des définitions tirées à partir de la littérature haïtienne. Il existe également un certain nombre d'ouvrages consacrés à la télévision. Nous utiliserons certainement cette bibliographie pour asseoir nos meilleures définitions et opinions.

Notre préoccupation majeure est de réaliser un labeur d'une envergure plus grande que les articulets parus dans nos quotidiens durant ces dernières années.

Nous chercherons à faire la lumière sur les tendances habituelles de la télévision par câble haïtienne, innover d'autres, proposer des idées pour l'élaboration d'une meilleure télévision locale et à contribuer à trouver des issues.

Nous appuierons nos thèses non seulement sur l'étude des expériences d'autres stations étrangères de câblo-distribution, mais encore sur la logique qui se dégage de notre analyse.

PREMIERE PARTIE

CADRE THEORIQUE

ET CONCEPTUEL

CHAPITRE I

La télévision et les principes de la communication

Il n'y a pas lieu de parler de télévision sans essayer de définir techniquement cet instrument de communication, sans penser aux théories de la communication et de l'information et sans faire une approche de son historique et de son évolution dans le temps et dans le monde.

A.- Définition de la Télévision

La télévision, c'est l'ensemble des procédés et techniques employés pour la transmission des images instantanées d'objets fixes ou en mouvement, après analyse et transformation en ondes hertziennes. Par extension, elle se définit comme étant l'ensemble des activités et des services assurant l'élaboration et la diffusion d'informations et de spectacles, à un grand nombre de personnes.1(*)

En plus de répondre aux exigences des medias de masse, le procédé technique général utilisé à la télévision est comparable à la radiodiffusion. Il suffit de remplacer le microphone par une caméra électronique. Cette caméra transforme l'image qu'elle recueille en un courant électrique appelé courant vidéo, de même nature que la B.F. Le courant vidéo est transmis à l'émetteur, il module le courant H.F. produit par l'émetteur. Les ondes rayonnées par extrait du courant H.F. modulé grâce au type cathodique. Contrairement à la radio, la télévision doit capter, transmettre et reconstituer non seulement des sons mais une image mouvante. Une image est une juxtaposition de points dont les luminosités s'étendent sur toute une gamme.

Les premiers penseurs de la télévision ne se sont pas limités à la simple découverte de la télévision. Ils ont également étudié les moyens à mettre en place pour améliorer le système. C'est ce qui explique l'utilisation des satellites, du câble, l'usage de la couleur, de la video-cassette, etc.

Il en résulte que l'invention et l'usage de la télévision répondent aux principes caractérisant la communication tout court et la communication de masse en particulier. On ne saurait comprendre la valeur et l'impact de la télévision dans la société sans rappeler quelques éléments théoriques de base de la communication et leur importance dans les interactions humaines et sociales. C'est aussi l'occasion de faire ressortir la différence entre la théorie de la communication et la théorie de l'information.

B- Théorie de la communication

La théorie de la communication, dans le cadre de ce travail, touchera la définition de la communication, les étapes et les principales fonctions de la communication.

I- Définition de la communication

La communication est la base même de la société, c'est une condition sine qua non de la vie humaine et de l'ordre social. Dès sa naissance, l'homme est engagé dans le processus complexe de l'acquisition de règles de l'expression. Considéré dans un cadre restreint, la communication est l'art de transmettre l'information, les idées et les attitudes d'une personne à une autre. A partir de là, l'homme moderne a construit un mécanisme compliqué, qui revêt de multiples aspects pour diffuser ses messages. Peu à peu, les progrès de la science offrent à ce mécanisme de communication des capacités de plus en plus extraordinaires qui lui permettent de surmonter les obstacles matériels du monde qui nous entoure.

"La communication constitue en quelque sorte le système nerveux de la société. Tout est communication. Par exemple, l'enseignant est communicateur. Son succès dépend de son habileté à communiquer ses idées. Pour obtenir le maximum de succès, le communicateur doit communiquer impeccablement son message en sorte que ses auditeurs puissent le capter avec beaucoup d'aisance. Donc, un message transmis vaille que vaille ne peut être capté voir même compris"2(*).

La communication s'appuie sur des principes plus ou moins complexes. Pour communiquer avec un individu ou un groupe, chacun de nous envoie un message, forme que revêt l'information, à l'un ou à plusieurs de ces cinq sens: la vue, l'ouïe, le toucher, le goût ou l'odorat. Un sourire exprime la recherche d'une amitié, l'intonation que nous prenons pour dire bonjour peut traduire des sentiments allant de la maussaderie au plaisir réel, et les mots que nous choisissons pour parler ou écrire sont porteurs d'informations que nous désirons faire passer.

Il y a communication, chaque fois qu'un organisme quelconque, est susceptible d'affecter un autre organisme soit en le modifiant, soit en modifiant son action. Donc, "toute communication est échange de signes et de symboles et met en jeu des rapports d'influence des mouvements affectifs"3(*).

Plus nous mettons d'efficacité dans le choix et le mode de transmission de ces mots,meilleure est la communication avec autrui. Ce qui signifie que la communication, pour être valable, doit être pourvue de ces quatre éléments suivants présentés d'après le schéma:

Emetteur --- Message ---- Canal ---- Récepteur

II- Etapes de la Communication

D'après la théorie de la communication, cette dernière passe par plusieurs étapes: la source, la transmission et l'émetteur. L'étape de transmission est la première dans toute communication, elle est précédée par le désir de communiquer ou non. Ce désir de ne pas communiquer peut exister sans endommager pour autant la communication. Il est possible de ne pas recevoir le message désiré ou approprié à tel ou tel domaine mais la communication en soi fait toujours son chemin; d'où le silence est porteur de message. Comme le comportement, la communication n'a pas de contraire ou néant. Il n'y a pas de non comportement de même qu'on ne saurait parler non plus de l'inexistence de communication entre deux individus; qu'il soit positif ou non, il y a toujours un message qui se dégage.

La première étape de la communication est réalisée par l'émetteur qui peut être soit un individu, un groupe ou une institution. L'émetteur constitue la source de la communication, ce qui donne trois autres aspects à l'étape de transmission: le codage, le message et le canal.

a) Le codage

Le codage est donc la prise de conscience par l'émetteur du contenu du message. Cette prise de conscience, devient "cueillette et analyse d'information" dans le cas d'une communication personnelle, lorsque le message à communiquer provient d'une source autre que la pensée de l'émetteur.

Le codage peut par conséquent se définir comme la traduction de tout effort de communication en une forme compréhensible pour le récepteur. En fait, codage, décodage et interprétation ne sont pas dissociés. Ces trois aspects de la transmission d'un message se passent en même temps et ne sont séparés que pour des besoins pédagogiques ou analytiques.

b) Le message

On peut considérer le concept "message" sous deux angles différents:

1) Du point de vue sémantique, le "message" est porteur de significations, indépendamment de la forme du canal, c'est généralement l'acceptation courante.

2) Du point de vue technique, c'est la forme elle-même, par opposition au contenu.

Il existe donc différents types de messages:

i) Le message sémiologique qui est constitué par l'assemblage de signes choisis selon une nouvelle convention entre émetteur et récepteur (écriture, mathématiques, etc.)

ii) Le message isomorphe dont la forme ressemble à ce qu'il évoque (télévision, photographie, etc.)

Dans l'étape du message intervient ce que les spécialistes appellent "cadre de référence". Ce dernier constitue la plus grande difficulté en matière de réception du message. Celui qui reçoit un message l'interprète en fonction de son cadre de référence, en d'autres termes, de son attitude, de ses connaissances et du système social dans lequel il évolue. Chaque individu a une expérience acquise, composée en partie de ses croyances et de ses valeurs individuelles, liées à sa personnalité et tenant compte des croyances et valeurs des groupes auxquels il appartient. C'est pourquoi tout message qui met en cause les croyances et valeurs d'un individu risque d'être déformé ou mal interprété,

c) Le canal

Le canal se définit comme étant le moyen employé par l'émetteur pour transmettre son message au récepteur. Il existe deux types principaux de canaux de communication:

i) Canaux physiques ou physiologiques:

Les canaux physiologiques sont constitués par les émetteurs sensoriels (vision, audition, goût, odorat, toucher) caractérisés par deux principes fondamentaux typiques au récepteur humain: Le principe du seuil différentiel et la loi de Fechner.

Le principe du seuil différentiel est le minimum de variations qu'un stimulus physique doit subir pour donner lieu à sensation chez le récepteur humain. Il s'applique aussi bien à l'ouïe qu'aux autres organes des sens. Le moment où nous apercevons qu'un phénomène physique ne coïncide pas à celui où naît ce phénomène. Il ne nous parvient qu'à partir d'un certain seuil de granulation perceptible du monde environnant.

La loi de Fechner est la courbe qui exprime le rapport entre sensation et excitation. D'après ce rapport la sensation varie comme le logarithme de l'excitation. Ce qui veut dire que lorsque l'excitation physique varie de 10 à 100 la sensation ne s'accroît pas plus que quand elle varie de 1 à 10.

ii) Canaux techniques:

Ce sont des moyens que l'émetteur utilise pour amplifier son message de façon à réduire la distance. C'est le cas de la radiodiffusion, du téléphone, de la télévision, du cinéma, des livres, etc.

d) Feedback

Les feed back ou effets rétroactifs sont des réactions qui intererviennent dans le courant du processus de communication et qui se propagent en sens inverse, autrement dit le récepteur devient l'émetteur. Les feed back proviennent, soit de l'agent de communication à sa source d'information, soit d'un responsable de média au journaliste, du public au rédacteur ou d'une personne à une autre, etc. Les effets rétroactifs peuvent aider l'agent de communication ou l'émetteur à améliorer son travail. Les feed back sont beaucoup plus nets dans les communications médiatiques; des intéractions rétroactives peuvent se produire tout au long du processus de communication.

Tout ce processus peut être condensé dans la formule énoncée par le professeur Harold D. Laswell: "qui dit quoi, sur quel canal, à qui, avec quel effet".

Le feed-back dépend donc du cadre de référence de l'émetteur et du récepteur, de leurs attitudes, de leur connaissance, de leur culture et du moyen mathématique utilisé pour faire passer le message.

III- Principales fonctions de la communication

Il existe six fonctions dans l'expression et la communication, lesquelles correspondent aux six éléments impliqués dans le processus de communication, à savoir: le destinataire, le référent, le canal ou (contact), le code et le message. D'après l'étude du linguiste Roman Jakobson, le schéma suivant présente la Fonction Méta Linguistique:

Fonction référentielle

Référent

Destinateur Destinataire

ou --- Message (Fonction poétique) --- ou

Emetteur --- Canal (Fonction pahtique) --- Récepteur

Fonction expressive Fonction Conative

Code

a) Fonction expressive

La Fonction expressive représente la première fonction, elle est centrée sur l'émetteur. Elle permet à l'émetteur de s'exprimer à l'égard du contenu de son message. Cette fonction met en relief la personnalité de l'émetteur consciemment ou inconsciemment; ce, par la présence d'interjections à valeur émotive, de jugements subjectifs, d'intonations caractéristiques, etc...

b) Fonction Conative

La Fonction Conative concerne et met en cause directement le destinataire. Ce qui signifie qu'elle est orientée vers ce dernier. Les impératifs et les vocatifs sont donc les manifestations les plus évidentes.

c) Fonction référentielle

La Fonction référentielle renvoie directement à l'objet réel qui représente la valeur essentielle du message. Elle est donc centrée sur le référent. Avec cet exemple banal "Le Bureau fonctionne de 8 heures à midi", on comprend rapidement que l'information n'utilise que la Fonction Référentielle du langage.

d) Fonction phatique

La Fonction phatiqure représente tout ce qui, dans un message, sert à établir, maintenir ou couper le contact. Elle intéresse le canal du contact qui relève d'elle. Lors d'une conversation téléphonique, le traditionnel "Allo" établit le contact ainsi que les autres tels que: "Vous m'entendez?", "Ne quittez pas!" etc. Le langage recourt fréquemment à cette fonction car elle manifeste le désir de communiquer.

e) Fonction métalinguistique

La Fonction métalinguistique constitue dans un message, tout ce qui sert à donner des explications ou des précisions sur le code utilisé par le destinateur. Elle est donc centrée sur le code.

f) Fonction poétique

La Fonction poétique met l'accent sur le message en tant que tel. Elle met en évidence le côté palpable des signes, elle apporte un supplément de sens au message par le jeu de sa structure, de sa tonalité, de son rythme, de ses sonorités, etc.

En conclusion, nous pourrons donc constater que les six fonctions du langage ne s'excluent pas l'une de l'autre, mais ne sont pas forcément réunies dans un message donné. Il est toutefois rare de ne trouver dans un message qu'une de ces fonctions. Le plus souvent plusieurs se superposent. Il est, par ailleurs, évident d'admettre que dans un message donné, l'une ou l'autre des fonctions est dominante. Suivant la hiérarchie des fonctions, on peut établir une typologie des messages selon l'importance des fonctions représentées. Les messages ont au moins autant de significations que le contenu des informations qu'ils véhiculent.

La classification de Jackobson4(*) est discutée par certains linguistes qui lui reprochent, d'une part, de distinguer artificiellement ce qui dans le langage vise à l'expression et ce qui agit sur autrui; d'autre part, on remarque qu'il n'y a pas de caractéristiques linguistiques particulières à chaque fonction: une même phrase peut être expressive ou conative, référentielle ou métalinguistique, par exemple: "J'ai soif!" est l'expression d'une sensation mais peut être aussi la demande indirecte d'une boisson rafraîchissante. Toutefois, cette classification est à même de rendre de grands services pour l'analyse et la fabrication des énoncés. Elle offre le moyen relativement simple et rigoureux de faire ressortir les éléments de la communication.

C- Théorie de l'information

En effet, le terme "information"5(*) évoque dans le langage courant, à la fois l'acte de recueillir et celui de donner des renseignements, en passant par le langage judiciaire, où il désigne la procédure de recherche et de constatation d'une infraction, il s'est haussé au langage scientifiquer pour qualifier l'une des théories de la cybernétique et fournit la dérive qui la désigne (l'informatique).

Pour les journalistes, le vocable "information" se définit comme étant un "compte rendu d'actualité sur des événements, faits et opinions qui intéressent un grand nombre de gens".6(*)

Cette définition est d'ailleurs reprise dans le Glossaire des Termes de Presse qui le présente comme une "annonce et premier récit d'un événement social, nouveau, circonstancié et de nature à intéresser le public; renseignement qui permet d'établir ce récit; ensemble des activités qui ont pour objet la collecte, la transmission et la diffusion des nouvelles d'intérêt général".7(*)

Pour Duane Bradley, l'information est le compte rendu honnête, impartial et complet d'événements qui intéressent et préoccupent le public. Pour Francis Vanoye, c'est l'ensemble de renseignements concernant des faits et personnes, etc., toutefois, la théorie de l'information a donné à ce terme un sens beaucoup plus restreint et beaucoup plus rigoureux.

La quantité transmise par un message a été exprimée par Shannon. En effet, on peut mesurer la grandeur d'une information indépendamment de son sens. Ainsi, apprendre par le journal qu'un chien mord un homme est une information sans importance, mais un homme mord un chien constituerait en revanche une information sensationenelle, parce qu'absolument inattendue d'où la grandeur de l'information est fonction de sa probabilité. Plus le message est imprévisible, plus l'information est grande.

Les questions binaires permettent de mesurer l'information. Cette quantité est exprimée en bits (binary digits) constitués par des réponses (oui/ non) nécessaires pour déterminer sans équivoque les éléments du message. Du point de vue pratique, le récepteur identifie les signes du message avec les signes de son code. Si les signes du message sont aisément identifiables, si leur degré de probabilité est grand, l'identification est aisée, rapide, l'information est fiable.

Le message le plus économique est celui qui véhicule le plus grand nombre d'informations possibles dans un minimum de signes. Exemple: Le télégramme. Toutefois, dans les communications interpersonnelles, un message trop "économique" serait intransmissible, le destinataire aurait du mal à identifier des signes denses et inattendus. Le but de la communication n'est pas dans l'économie mais dans la bonne réception du message. Il faut tenir compte de l'aptitude d'un être humain à recevoir des informations nouvelles. Cette aptitude est évaluée d'après Shannon à 16 bits par seconde.

La théorie de l'information reçoit des applications multiples: dans le domaine des télécommunications, de l'informatique, de la linguistique, etc.

D- La télévision: son historique et son évolution

Tout comme les autres moyens techniques de communication, la télévision a une histoire et connaît une certaine évolution dans le temps, évolution qui continue de se faire par la microtechnologie.

I- Historique de la télévision

La première expérience de transmission d'images à distance s'est faite à partir d'images fixes au milieu du 19ème siècle.

Les premiers travaux sur la télévision ont débuté en 1873 à la suite de la découverte des propriétés photoélectriques du Sélénium. L'Américain G. R. CAREY crut que les variations de la résistance électrique du sélénium sous l'action de la lumière pouvaient servir à la transmission d'images à distance. Aussi, il proposa l'utilisation d'un écran comportant des milliers de cellules photoélectriques au sélénium sur lesquelles un objectif aurait projeté l'image à transmettre. Cette proposition fut modifiée en 1879 par SENLECQ qui envisageait d'utiliser une seule ligne à laquelle aurait été reliée chacune des cellules photoélectriques. Ainsi, fut énoncé le principe de la transmission séquentielle des éléments de l'image, qui conduira Maurice LEBLANC en 1880 à réaliser l'analyse des éléments de l'image, à l'aide de deux miroirs oscillants réfléchissants.8(*)

Plus tard en 1884, cette dernière initiative fut enrichie par les apports de Paul NIPKOV qui préconisa un disque percé de trous équidistants disposés en spirale. L'Idée de NIPKOV pour intéressante qu'elle fut, n'a pu se matérialiser qu'après la mise en place du tube électronique et l'effectivité des progrès enregistrés dans le domaine de la radio-électricité et l'utilisation des ondes hertziennes.9(*) La phototélégraphie est mise au point en 1905 par l'Allemand de Korn. Deux ans plus tard, ce système fut perfectionné par le Français Edouard Belin. Ce sera le bélinographe.

La technique de transmission d'images fait ensuite des progrès en utilisant des moyens mécaniques d'abord puis la radio électrique.

En 1923, l'Anglais John Logre Banerd et l'Américain C. F. Jenkins conçoivent chacun de leur côté, un procédé de transmission utilisant un disque perforé rotatif.

Mais le pas décisif est franchi par l'utilisation des moyens électroniques: Les premiers monoscopes permettant de soumettre l'image à transmettre à un balayage électronique sont conçus par le Russe Rosing au début du siècle, améliorés par l'Américain Swinton en 1911 et surtout par deux autres Américains: Vladimir Zwory Kin et Philo Farm Sworth qui mettent au point en 1928 un matériel comparable à celui qui sera utilisé lors du lancement public de la T.V.

Notons qu'en 1926, John Loggie BAIRD fit à Londres la démonstration d'un téléviseur rudimentaire. Trois ans plus tard, des émissions régulières de télévision débutèrent sur l'émetteur anglais de Daventry.

Parallèlement au moyen mécanique d'analyse mis au point par BAIRD et perfectionné par Brillouin, Holwech (chercheur anglais), un dispositif électronique fut l'objet de multiples investigations. On attribue la description du dispositif électronique à Swinton en 1908. L'analyse électronique de l'image fut consacrée, toutefois, par l'inoscope de Valdimir Z. ZWORYKIN. L'image obtenue selon le scanning électronique est plus fine. Dr. ZWORYKIN a également mis au point son tube cathodique, le KINESCOPE. Philo FAINSWORTH, avec sa caméra électronique et Alen B. DUMONT ont également mis au point les tubes récepteurs et les premiers appareils pour le foyer. Un des chercheurs H. E. Yves de l'American Telephone & Telegraph transmit en 1921 de Washington à New York une image de télévision en circuit fermé.10(*)

Au milieu de la décennie 1930 - 1940, un développement nouveau intéressant de nombreux groupes de chercheurs fut enregistré.

L'année 1930 a été marquée par de nombreuses expériences qui permettent à l'immédiat avant-guerre de parvenir à la création de stations de T.V. émettant en direction du public.

En 1931, la BBC démarra les premières émissions commerciales de télévision en utilisant alternativement le système de BAIRD et le système de Marconi EMI. Les caractères de ce système combiné étaient de 405 lignes et 25 images par seconde entrelacés de façon à donner 50 trames par secondes. Ce système qui était supérieur à celui de BAIRD est resté en vigueur à la BBC jusqu'au début de la seconde guerre mondiale.

En 1936, la station britannique de l'Alexandre Palace commence à diffuser deux heures d'émission par jour.

Des émissions quotidiennes démarrent en France à partir de la Tour Eiffel en 1938. L'année suivante, les U.S.A. diffusent des émissions destinées au grand public. A la fin de l'Année 1941, 10 stations commerciales desservaient à peu près 5 à 10.000 maisons qui possédaient un poste de télévision. Ce qui explique une nette explosion et l'engouement manifeste pour la télévision.11(*) Mais c'est justement à la fin de la guerre que la T.V. commence réellement sa conquête de l'espace.

L'année de la rentable percée de la télévision fut 1948, celle où la valeur du temps d'antenne rendu par les réseaux nationaux de la radio atteignit son niveau le plus élevé. A cette époque, seuls les Etats-Unis, la Grande Bretagne et la France avaient des stations de télévision. Au début de la décennie 1950, un immense réseau de télévision s'est étendu. Il reliait tous les émetteurs de l'Europe Occidentale.

Les techniques de fabrication des tubes pour la prise de vue qui transforment une image lumineuse en une séquence temporelle des signaux électriques ne furent maîtrisées qu'en 1956 par Zworykin de la Radio Corporation of America. Mc. Gee et ses collaborateurs firent la même expérience à l'industrie électrique et musicale de Londres. Peu de temps après, 33 pays connaissent la télévision. Cependant, l'Angleterre était le pays qui comptait le plus grand nombre de récepteurs. La multiplication de ces derniers dans le monde entier fut spectaculaire. On est passé de 65 millions en 1963 à environ 175 millions en 1970. Les Etats-Unis possédaient pour leur part la moitié de ce chiffre, venaient ensuite le Japon, le Royaume Uni, l'Allemagne, la France, l'Italie et le Canada. La compagnie Nielsen établit par ordinateur que tous les foyers des Etats-Unis possèdent actuellement un appareil de télévision.12(*) Ce qui a été bien mis en évidence, c'était le fait concret d'une tendance marquée, pour toute société humaine, à louer ou acquérir les moyens de communication et de distraction électronique mis à sa disposition par l'Etat et l'industrie privée. Ce qui est plus étonnant demeure la présence de nombreux récepteurs dans l'Afrique Tropicale. Il est absurde de constater qu'un pays aussi pauvre, où les aspects écologiques de logement et de santé sont encore négligés, puissent manifester un si grand désir pour l'acquisition de tant de récepteurs de télé.

La télévision a connu le plus rapide et le plus puissant développement aux Etats-Unis, en Angleterre, en Allemagne, en Suède, etc, parce que la classe moyenne est la plus importante. Jean d'Arcy, ancien directeur de la télévision française, avanca pour expliquer le développement de la télévision, qu'en général, "plus le pays est riche, plus l'ennui s'y généralise et plus les gens achètent la télévision pour se distraire"13(*). Elle a connu un développement beaucoup plus rapide au Canada et en Grande Bretagne à cause du froid et du brouillard qui obligent les gens à rester chez eux. Il est facile de remarquer qu'en Italie, les gens du Nord ont plus de postes de télé que les gens du centre et du Sud. Les experts de l'Union Européenne de Radio et de Télévision (UER) groupant tous les pays producteurs de télévision du monde estiment que devant chaque récepteur se trouvent en moyenne quatre (4) personnes pour un total de 130 millions de postes, donc on a 130 millions de récepteurs x 4 téléspectateurs, ce qui donne un total de 520 millions de téléspectateurs environ. Toutefois, il faut noter que parmi les techniques de communication modernes, tels la radio, les journaux, etc., la télévision est la plus jeune.

Née dans les années 1940, ayant grandi en 1950, adolescente dans les années 60, la télévision est devenue adulte en 1970. Actuellement, elle est la vedette; elle a le plus fort pourcentage de la côte d'écoute.

II- Evolution des systèmes de signaux de télévision et standards de couleur en usage dans le monde

Une image de télé est formée de 40.000 points lumineux sur l'écran. Il faut les contrôler un par 25 fois par seconde. Tout cela prend beaucoup de place dans le monde des ondes électromagnétiques. Chaque émetteur occupe un canal de fréquence à large bande pour faire passer ses propres images.

Dans un canal, on transmet un signal de luminance (ce sont les points noirs et blancs composant une image); un signal de chrominance qui contient les informations couleur, et un signal

audio qui s'applique au son.

Tous ces signaux modulent de façon différente dans le même canal et déterminant la norme d'émission.14(*)

Trois grands systèmes sont en usage actuellement dans le monde15(*):

1) N.T.S.C. Le système américain N.T.S.C. (National Television System Committee) qui a été adopté en 1952 par une trentaine de firmes américaines.

2) P.A.L. Le système allemand P.A.L. (Phase Alternative Line) qui a été mis au point par W. Brush aux laboratoires Telefunken.

3) SECAM et le système français SECAM (Sequential Couleur à Mémoire) qui a été conçu par H. de France.

Il y a eu donc principe commun à tous ces systèmes qui réside en ce qui suit: Pour obtenir une image en couleur, il faut transmettre un signal de luminance de chaque point (Y),

comme en noir et blanc, et trois signaux de couleur, bleu, vert et rouge (B, V, R). Mais il n'est guère obligatoire en fait de transmettre tous ces signaux pour les reconstituer; il existe en effet entre eux une relation connue qui est donnée par la formule: Y+0, 59V + 0,30R = 0,11B. Dans ces conditions, si l'on transmet Y, il faudra transmettre deux (2) des trois signaux R.B.V. En l'occurence, le rouge et le bleu; le troisième (le vert) sera déduit algébriquement par la formule sus-mentionnée.

Q = 0,48 (R-Y) + 0,41 (B-Y) et I = 0,74 (R-Y) - o,27 (B-Y)

La modification d'amplitude porte la saturation de la couleur; la modulation de phase porte la teinte.

Ces signaux I et Q sont transportés de manière que leur spectre s'intercale avec celui de Y.

Dans le système P.A.L., à chaque instant, un seul signal couleur est transmis par la sous-porteuse en chrominance. Il est un corrollaire en effet qu'en deux points voisins et deux lignes successives la couleur est pratiquement identique. Ces deux signaux de couleur ont transmis séquentiellement une ligne sur deux; l'information transmise étant mise en mémoire pour être utilisée pendant la ligne suivante durant laquelle elle ne sera transmise, puisque ce sera le tour de l'autre information d'être transmise, et ainsi de suite. Selon Robert Guilolien "les signaux R-Y et B-Y sont donc transmis séparément et séquentiellement, ils ne peuvent réagir l'un sur l'autre. Quoique plus délicat à mettre en oeuvre sur le plan industriel que ce concurrent, le système SECAM offre l'avantage de mieux se prêter à l'enregistrement magnétique; il est d'un usage plus aisé, puisque l'onde sous-porteuse étant modulée en modulation de fréquence, il n'a besoin d'aucun réglage particulier à la couleur, tandis que le récepteur N.T.S.C. doit être muni d'un bouton de réglage de la saturation destinée à corriger les erreurs dûes aux perturbations affectant la modulation d'amplitude de la modulation de phase et que le récepteur P.A.L. doit également comporter un bouton de réglage de la saturation.

a) La Télévision couleur

Les premiers essais de T.V. couleurs ont été présentés par Baird en Grande Bretagne. Réalisations industrielles. Le principe de la production d'images en couleurs est la même à la TV que celui qui est utilisé en photographie: On rétablit une image multicolore en superposant trois images d'une seule couleur représentant la même scène. Le bleu, le vert et le rouge sont les 3 couleurs utilisées.

C'est en 1928 que John Baird fit appel au principe classique de la trichromie. Chacune des couleurs est transmise séparément et à la réception, les trois images monochromes sont superposées pour reconstituer les couleurs de l'image originale.

La première télévision couleur a été utilisée aux Etats-Unis en 1950.

Tous ces signaux modulent de façon différente dans le même canal et déterminant la norme d'émission.16(*)

Les standards du national television System Commitee (NTSC) ont été adoptés par la Commission Générale des communications dès 1953. Le premier appareil de télévision couleur était fabriquée en 1954 et vendu aux environs de $1000. En 1964, les systèmes de télévision en couleur furent en service régulier aux Etats-Unis et au Japon; en 1966 au Canada, puis venaient le Grande-Bretagne, l'Allemagne de l'Ouest, la France, les Pays-bas, la Suisse, l'Autriche, le Mexique, les Philippines et la Thaïlande. En 1963, l'Italie, la Belgique, la Suède, le Danemark et l'Australie ont été gagnés par la télévision en couleur. En 1971, plus de 30 millions de familles américaines possédaient la télévision en couleur.

En fait, simplifions en disant que la télévision couleur serait fondamentalement le tournage d'une scène avec 3 caméras équipés respectivement de filtres colorés en bleu, vert et rouge. Ces caméras transmettraient en même temps par 3 ondes porteuses les tensions électriques recueillies. Enfin elle les ferait parvenir à trois oscillographes produisant 3 images en noir et blanc qu'on projetterait simultanément sur un écran à travers des filtres bleu, vert et rouge.

b) Télévision et vidéo

Avec la vidéo-cassette s'est inaugurée l'ère des émissions de TV à la carte. Le téléspectateur peut enregistrer ses programmes préférés pour les rediffuser à volonté. Il en est de même pour les caméras-vidéo qui permettent aux amateurs de créer leur propre émission ou d'effectuer leur reportage sur un sujet donné.

Le premier procédé de télévision "en cartouche" à usage domestique a été lancé sur le marché en 1972. Son apparition fut saluée avec enthousiasme; il constituait en quelque sorte un centre d'expérimentation audio-visuelle complet, une fenêtre ouverte sur le monde, une machine à remonter le temps, un professeur à domicile, un cinéma de famille. Au début, le prix d'une cassette était de $150.00 l'unité pour un programme d'une heure. Actuellement, la tendance de posséder va en s'augmentant en Haïti. Plusieurs clubs vidéo ont été formés à partir de 1985 en vue de promouvoir la vente ou la location des vidéo-cassettes.17(*)

Parmi les procédés relatifs à la vidéo-cassette, mentionnons le LEVR (Electronic Video recording) mis au point par la CBS et dont le principe permet de projeter des films préenregistres en cartouches; le VCR (Video Cassette Recorder) lancé par Phillips. Ce magnétoscope à cassette offre la possibilité d'enregistrer ou de diffuser des programmes à volonté et le RCA (procédé sélectavision conçu par RCA). Le RCA présente des émissions imprimées sur films rolographiques à l'aide d'un rayon laser.

c) Télévision et Satellites

L'utilisation des satellites constitue l'un des progrès qu'a connu la télévision. C'est à la fin de 1957 que le premier satellite artificiel SPOUTNIK 1 a été mis en orbite. Avant cet événement, des ingénieurs de la Bell, particulièrement J. R. Pierce, avaient étudié l'utilisation possible d'un satellite terrestre pour un système de télécommunications à longue distance fonctionnant sur deux systèmes: Le système actif et le système passif. Le système passif a été expérimenté avec le Satellite de communication SYNCOM vers lequel a été lançé le Telstar en été et automne 1962. En 1964, le satellite SYNCOM a relayé les images des Jeux Olympiques depuis Tokyo jusqu'aux Etats-Unis. La COMSAT (Communication Satellites Corporation) qui comprenait 40 membres a été fondée en février 1963 en vue de ccordonner la technologie et les échanges de programmes. En 1963, commencèrent à fonctionner les deux satellites Telstar et Relay. Ils permirent la couverture des funérailles du Pape Jean XXIII et du président Kennedy. En 1960, il y avait déjà 640 systèmes et en 1973 on en comptait 5000.18(*)

d) Ondes hertziennes

M. Heinrich Hertz était un physicien allemand (Hamburg, 1857-Bonn, 1894). Il est l'auteur de la conception du résonnateur et de l'oscillateur. Les ondes électromagnétiques qui portent son nom furent découvertes par lui. Selon Hertz, les ondes électromagnétiques suivent les mêmes lois que la lumière. Les ondes ou signaux Hertziens sont employés en TSF, en radio et en télédiffusion.

e) Télévision par câble et télédistribution

La télédistribution ou télévision par câbles coaxiaux est le procédé qui consiste à transmettre par câbles ou relais hertziens des programmes télévisés ou des enregistrements vidéo en circuit fermé. La télévision par câbles, c'est la possibilité de capter non plus deux ou trois programmes mais jusqu'à cent.19(*)

CHAPITRE II

TELEVISION ET CULTURE

Sens général de la culture

Il existe plusieurs définitions du mot culture. Nous n'allons pas aborder le sens figuré du mot culture qui évoque seulement le développement intellectuel d'un individu ou d'un groupe d'individus, nous retiendrons cependant les définitions qui sont en rapport avec notre thèse comme par exemple celle de Roland Dixon, professeur d'anthropologie à Havard University, dans son magistral ouvrage intitulé "Building of Cultures". "Le terme de culture est employé par les anthropologues, les sociologues et autres, comme une désignation de la totalité des productions et des activités d'un peuple dans l'ordre social et religieux - coutumes et croyances. C'est ce que nous avons l'habitude d'appeler leur civilisation quand il s'agit de peuples avancés. Nous parlons d'une civilisation égyptienne, grecque et chinoise, européenne ou américaine, car nous regardons ces peuples et nous-mêmes comme civilisés en contraste avec la masse des incivilisés, des barbares et des sauvages. Mais en réalité ces derniers ont leur propre culture, leur (propre) civilisation aussi définie, aussi caractéristique que celle de leurs parents les plus favorisés...

La culture de tout un peuple englobe la somme de toutes ses activités - coutumes et croyances. Et toutes ces choses sont comprises en trois catégories: physiques, sociales et religieuses..." 20(*)

La culture peut être défine comme étant "l'ensemble des faits de civilisations propres à un groupe social, incluant les connaissances, les croyances, l'art, la morale, les lois, les coutumes, etc." "La culture se manifeste à travers la religion, la structure familiale, l'éducation, l'organisation politique, et ne se limite donc pas aux formes d'expression culturelles (arts, littérature, folklore, etc) auxquels on la réduit parfois». 21(*)

Guy Rocher, s'inspirant de la définition de Tylor et de plusieurs autres chercheurs, définit la culture comme suit: "La culture est un ensemble lié de manière de penser, de sentir et d'agir plus ou moins formalisé qui, étant appris et partagé par une pluralité de personnes, sert d'une manière à la fois objective et symbolique, à constituer ces personnes en une collectivité particulière et distincte".22(*)

"La culture ne s'exprime pas seulement dans les différentes croyances, de valeurs, de normes et de mode de vie du groupe, mais aussi au niveau de l'individu, dans ses façons de penser, de sentir, d'établir la communication. Elle se fonde - et c'est son aspect positif - l'identité socio-culturelle de

la personne". 23(*)

Pour Carmel Carmilleri, psychologue, "la culture est l'ensemble plus ou moins fortement lié des significations acquises les plus persistantes et les plus partagées que les membres d'un groupe, de par leur affiliation à ce groupe, sont amenés à distribuer de façon prévalente sur les stimuli provenant de leur environnement et d'eux-mêmes, induisant vis-à-vis de ces stimuli, des attitudes, des représentations et des comportements communs valorisés, dont ils tendent à assurer la reproduction par des voies non génétiques".24(*)

Les caractéristiques de la culture haïtienne

Le Dr. Price Mars, dans son ouvrage intitulé "Format ethnique, folklore et culture haïtienne", résume les caractéristiques de la culture haïtienne en affirmant que "la vie matérielle des 4/5 des populations haïtiennes, nous paraît caractérisée par un mode d'habitation architecturale, d'ameublement, d'alimentation et d'hygiène frustres. La parure vestimentaire est d'égale simplicité accentuée cependant par la coutume de marcher nu-pieds et de n'user de sandales ou de chaussures qu'en de rares occasions. Les moyens de transport sont encore le portage sur la tête allégés quelquefois par l'emploi des animaux: l'âne, le cheval, la mûle, voire le boeuf."

Le Dr. Price Mars poursuit en affirmant que "sa vie morale et religieuse qui est peut-être la plus curieuse originalité de son existence, est la création d'un synchrétisme religieux où vodou et catholicisme se trouvent alliés en proportions infinies".

"Sa vie sociale s'accommode d'une polygamie diversifiée. Son art se concrétise dans la danse et la chanson. Sa vie politique s'explique par la passivité absolue". Il conclut en affirmant que de ces éléments ethnographiques sus-mentionnés, constituent les principaux étais de la culture du peuple haïtien dans sa grande majorité, dans les 4/5 de la constitution démographique.

CULTURE ET MOYENS DE COMMUNICATION DE MASSE

Outre leurs autres fonctions, les moyens de communication de masse ont toujours représenté depuis leur création, un excellent canal de diffusion de la culture en général. La télévision, à cause de son caractère tridimentionnel, constitue donc l'une des courroies les plus efficaces pour la transmission de la culture, pour ne pas dire un agent culturel.

La télévision en tant qu'agent culturel

Les techniques de communication de masse constituent un des progrès technologiques affectant le plus la vie sociale. Diverses recherches ont déjà été effectuées sur l'influence qu'exercent les mass médias sur la société, cependant ce domaine si vaste est jusqu'à présent mal exploré.

La télévision en tant que l'une des plus récentes techniques de communication de masse, est un medium très persuasif. En effet, la télévision force le téléspectateur à être chaque jour en contact avec son monde local et avec l'extérieur, ce qui, d'une manière ou d'une autre, amène l'individu à participer aux débats qui s'y déroulent. La culture peut favoriser la socialisation de l'être humain en général et plus particulièrement des enfants. La socialisation est considérée comme étant "le processus par lequel la personne humaine apprend et intériorise tout au cours de sa vie des éléments socio-culturels de son milieu, les intègre à la structure de sa personnalité sous l'influence d'expériences et d'agents sociaux significatifs et par là s'adapte à l'environnement social où elle doit vivre". 25(*)

Cette socialisation se fait par l'acquisition de la culture, son intégration à la personnalité et l'adaptation à l'environnement. Dans le cas d'un enfant, il est socialisé, c'est-à-dire intégré par l'apprentissage d'une langue, de valeurs, d'une idéologie qui se fait dans une société. Cet apprentisage se fait par sa famille, en partie par ses pairs, l'école et aussi par la télévision qui, elle-même influence en partie les institutions pré-citées. La télévision est un élément à l'intérieur d'une société déterminée par un système économique donné et un système idéologique lui correspondant.

La télévision est un diffuseur de culture, c'est une fenêtre ouverte sur le monde; la culture est atteinte de la façon la plus directe par la télévision. De par sa force tridimentionnelle, la télévision peut constituer un danger en ce sens qu'elle peut favoriser l'acculturation ou créer des stéréotypes culturels, voilà pourquoi il faut donc en faire un bon usage.

Définition d'une émission culturelle

Nombreux sont ceux-là qui ont tendance à confondre les émissions éducatives avec les émissions culturelles et populaires. Une émission éducative n'est pas une émission culturelle et vice-versa. En communication, chaque émission a sa propre dénomination surtout dans le domaine de la télévision qui est un art.

Une émission culturelle s'applique à la diffusion de messages tirés du patrimoine intellectuel ou artistique; ou alors, elle a pour objet de créer un art nouveau. Ainsi, on comprend aisément que la différence qui existe entre la radio éducative et la radio et la radio culturelle est significative. Dans les programmes radiophoniques, est éducative toute émission à caractère didactique, systématique et progressif; cependant, a reçu la dénomination d'émission culturelle, toute émission pure et simple de la culture, ou de création artistique et désintéressée. 26(*)

Ce qu'on entend par production locale

La production en générale peut être définie comme étant comme un travail de création qu'on veut présenter au public. Ce travail peut être par exemple la réalisation d'un film, d'une oeuvre théátrale, musicale, d'un feuilleton radiophonique ou télévisé, etc. "Produire localement, selon un expert en production, c'est concevoir un format d'émission, la réaliser, assurer la mise en ondes puis faire le suivi de cette oeuvre".

CULTURE ET TELEVISION EN HAITI

Pourrait-on parler de tranmission de la culture sans faire état de la télévision. Ce média est évidemment très populaire dans toutes les sphères sociales du pays. Certes, en raison de certaines contraintes, notamment le rationnement du courant électrique ou le prix d'achat élevé d'un appareil de télévision, elle se range au second plan après la radio, cependant, en tant qu'excellent moyen de divertissement également, la télévision, si elle n'a pas encore totalement supplée au cinéma, tend à devenir de plus en plus populaire chez les habitants des quartiers défavorisés. Ces derniers, qui ne peuvent parfois se procurer un appareil neuf, ont bien souvent la possibilité d'acheter un appareil de seconde main généralement accessible dans les marchés publiques où se vendent des produits usagés de toute sorte (communément appelé «Pèpè» ou « Kennedy» ) en provenance des Etats-Unis d'Amérique.

LA POPULARITE DE LA TELEVISION DANS TOUS LES MILIEUX

S'il y a un milieu oùu la télévision jouit d'une grande popularité, c'est surtout dans le milieu enfantin. Il est un fait que les enfants sont généralement friands de dessins animés ou d'autres émissions conçues spécialement pour eux diffusés par la plupart des chaînes le matin ou en fin d'après-midi.

A - Dans le milieu enfantin

Les différentes recherches effectuées sur la question à travers le monde ont démontré l'importance de l'audience dont jouissent les médias. En Europe, par exemple, plus de la moitié des enfants regardent la télévision tous les jours. Il en est de même aux Etats-Unis d'Amérique où les enfants de 4 à 8 ans regardent le petit écran durant 2 heures et demie en moyenne quotidiennement; ceux de 10 à 16 ans lui consacrent 4 heures par jour en moyenne.

Selon une étude réalisée par Robert M. Liebert, les élèves de la fin de la classe élémentaire passent environ 25 heures par semaine devant la télévision. Les petits regardent surtout à la télé des dessins animés et des films d'aventure. Les bons acteurs et les vedettes de la chanson sont considérés comme leur idole tandis que les bons orateurs et présentateurs sont leur dieux.

Les émissions les plus prisées par les enfants sont notamment "le petit prince", "Scooby do", "la petite princesse", "Tom and Jerry", "le géant méchant", "Papa Pyè", "Languichatte au 20 ème siècle", "Ritounel", "Merry Melodies", etc. Les enfants s'intéressent beaucoup aux dessins animés; il en est de même pour les films publicitaires dont ils apprennent par coeur les slogans.

B - Dans le milieu juvénile

Les jeunes surtout dans le tiers monde regardent la télévision pour se divertir mais surtout pour s'informer. Ils s'intéressent aux films d'aventure, de cowboy, d'amour, aux feuilletons policiers, aux vidéos-clips et aux émissions culturelles. Les jeunes peuvent passer toute une soirée en train de regarder des feuilletons ou des films comme: "McGyver", "Magnum P.I.", "All my Children", "General Hospital", "Miami Vice", "l'Homme qui tombe à pic", "Les deux font la paire", "Arme et charmer", "Dysnatie", "Eden", "Un amour infini", "Love story", "La guerre des étoiles", "Shérif fais-moi peur", "la Bamba", "Les aventuriers de l'Arche perdu", "Conan le barbare", "Cosmos 1999", "Perdu dans l'espace", "Le scorpion rouge", etc.

La télévision constitue peut être le plus grand moyen de divertissement chez les jeunes. Elle est très séduisante et peut les capter durant plusieurs heures. Des programmes diffusés pendant leur absence peuvent être enregistrés sur vidéos et être regardés ultérieurement. Il existe également des

vidéo clubs où on peut emprunter des cassettes de films, de feuilletons ou de documentaires très intéressants.

La télévision qui représente un moyen de rapprochement entre les jeunes est de ce fait très utilisée. Aujourd'hui, ils sont au courant des problèmes confrontés par d'autres jeunes du Moyen-Orient, de la Chine, de l'Europe, de l'Océanie et de l'Afrique. Les mêmes films sont diffusés dans plusieurs continents.

C - Dans le milieu adulte

La télévision est incontestablement un excellent moyen d'information, de distraction et d'éducation. Des enquêtes réalisées ont révélé que la majorité des retraités passent de nombreuses heures devant la télé en train de regarder des matchs de foot-ball, de tennis, de basket-ball, de volley ball, des concerts de musique, des émissions sur l'écologie, l'élevage, l'agriculture, etc.

Les vieux affirment que grâce à la télévision, ils ne se sentent pas abandonnés; la TV devient donc leur meilleur ami durant leurs vieux jours.

D - Dans les couches sociales

L'influence de la télévision, tant sur le plan de l'information que sur celui de la culture ne fait que s'amplifier. Aujourd'hui avec les satellites, les ondes traversent les frontières et il est devenu possible de connaître, presqu'instantanément, les événements importants qui se passent à travers le monde. Avec la télévision, le téléspectateur est présent partout; elle transmet l'événement avec le minimum d'interprétation et c'est le public qui interprête lui-même le contenu.

Grâce à l'électronique, la télévision est devenue un fait social de première importance d'autant plus que l'image peut apporter beaucoup plus d'informations en peu de temps. A cause de l'image qu'elle projette, la télévision peut être utilisée par tous, alphabétisés et analphabètes.

La télévision fait partie de la vie quotidienne. Elle permet au téléspectateur de regarder une pièce de théátre, un film ou encore d'assister en direct à des événements se déroulant à des milliers de kilomètres. L'on peut désormais dans toutes les couches sociales regarder à la télévision une cérémonie qui se déroule au même moment à l'autre bout du monde.

Une étude réalisée sur 60 millions de foyers aux Etats-Unis a révélé que 95% des foyers américains possèdent un appareil de TV et plus de 25% d'entre eux possèdent deux, sinon davantage. Aux Etats-Unis d'aillleurs, il existe plus de 700 stations de télévision commerciales et plus de 220 stations éducatives.27(*)

L'influence des programmes de télévisions étrangères sur la culture locale

Il est un fait évident que les médias, qu' il soient chauds ou froids, exercent une influence quelconque sur le public pour ne pas dire la société. Cette influence peut être bonne ou négative, mais cela dépend de plusieurs facteurs relatifs à la capacité intellectuelle, morale et spirituelle de l'auditeur, du lecteur ou du télespectateurs et sa disponibilité à subir cette influence.

A - Changement de pensée

A côté de sa popularité, la télévision exerce une grande influence sur les gens. Cette influence peut être positive ou négative. L'origine de cette influence vient de la puissance psychologique des messages et des images diffusées. En effet l'audio-visuel a une influence considérable sur tous les groupes d'âges de la vie humaine. Les psycho-pédagogues sont unanimes à conseiller l'utilisation de l'audio-visuel comme moyen d'enseignement.

L'image s'adresse à l'émotivité. Elle est immédiatement accessible. La consommation excessive de la télévision provoque une meilleure compréhension des explications fournies aux enfants; elle suscite également des interrogations chez l'enfant. En d'autres termes, elle éveille sa curiosité. Une enquête effectuée en France, a démontré que 70% des personnes contactées se souviennent immédiatement de ce qu'elles ont entendu de vive voix, tandis que 86% se souviennent immédiatement de ce qu'elles ont vu et entendu à la fois dans un film ou une émission de télévision.

L'image permet de visualiser, de concrétiser ce qui est trop abstrait; l'action conjuguée de l'ouïe et de la vue facilite la mémorisation. Aucun éducateur ne saurait ignorer l'influence considérable qu'exerce la télé sur ceux qui la regardent. L'important c'est de maîtriser cet univers d'images.

L'impact de l'audiovisuel se fait également au niveau de l'information télévisée. Mieux que tous les autres médias, une information concernant une tuerie ou un carnage aura un impact plus vif lorsque les images (même filmées de loin) seront projetées sur le petit écran.

Certains chefs de gouvernement du tiers-monde ayant réalisé l'influence de la télévision se sont vite empressés de l'introduire dans leurs milieux en lui accordant la priorité sur des projets importants comme l'eau potable, les voies de pénétration, l'électricité etc.

Des spécialistes dont les travaux font autorité voient dans la télévision un agent de socialisation et d'acculturation aussi puissant que la famille et les amis qu'on fréquente régulièrement. Parlant de la transmission des traditions qui se faisait jadis d'une génération a une autre, Norma Forbes fait remarquer que "de nos jours, la télévision apporte à tous les enfants ses propres mythes et légendes, sa propre vision du monde". 28(*)

La télévision et le cinéma présentent des gens, des idées, des produits et des faits dont le public n'auraient jamais eu connaissance autrement. Il faut reconnaître l'omniprésence évidente et l'importance accrue des médias dans notre société actuelle. Les médias, et plus particulièrement la télé, influencent notre perception du monde de plusieurs manières fondamentales.

Si la radio s'adresse à un individu intime, la télévision de son côté s'impose à notre personnalité. Dans le domaine éducatif, l'audiovisuel peut compléter directement et valablement l'enseignement traditionnel, voire même dans certains cas, pallier l'absence des professeurs. La télévision ouvre les esprits à des connaissances nouvelles. Elle apporte des messages culturels à un nombre indéfini des personnes qui, sans elle, resteraient dans l'ignorance. La culture qui, autrefois en Haïti, était réservée à une élite, est désormais accessible à tous, grâce aux médias et particulièrement à la télévision. La télé peut remédier aux inconvenients d'une formation livresque et même les intellectuels peuvent découvrir certains domaines du savoir qui échappent à leurs spécialistes et ainsi, élargir leur champ de connaissance. Modèle principale d'informations, elle exerce son influence sur gouvernants et gouvernés. N'est-ce pas l'ancien président des Etats-Unis, M. Jimmy Carter, qui déclarait: «La télévision est devenue, dans le monde entier, l'une des principales sources d'information et de nouvelles. Sa rapide extension, sa diffusion sans précédent ne sont rien moins que phénoménales. partout elle touche les gens dans leur vie et, plus particulièrement, les informe dans les périodes de mutation et de crise; ainsi peut-elle jouer un rôle dans la tournure des événements déterminants pour la conduite des peuples et de leurs dirigeants».29(*)

Contrairement aux livres ou aux journaux qu'on prend plaisir à lire uniquement avec intérêt, la télévision ne réclame aucun effort intellectuel; l'image est suffisante pour capter l'attention. Elle s'impose aux gens.

B - Changement d'action et d'attitude

Avec sa puissance, l'audiovisuelle peut commander les gens à agir de manière positive ou négative. Aux Etats-Unis par exemple, on comprend pourquoi le taux de criminalité est si élevé quand on se réfère aux statistiques. En effet en 1964 déjà, près de 200 heures par semaine étaient consacrées à des scènes criminelles, avec plus de 500 meurtres commis; en 1969, environ 8 épisodes de violence par heure, notamment dans les dessins animés. Selon un rapport, l'enfant âgé de deux ans, lorsqu'il atteindra l'áge de 11 ans, il aura été temoin de 100.000 actes de violence environ dont 13.400 morts.

Des sociologues attribuent aux médias électroniques un rôle d'organisateur, de guide, de formateur d'habitudes, d'instigateurs des comportements sociaux, de promoteurs de la conscience collective et de la solidarité. Il ne fait pas de doute que les médias et surtout la télévision, la plus autoritaire des médias, doivent être utilisés par des personnages moraux et responsables si l'on veut vraiment aider la société d'autant plus que l'on sait que le média quelqu'il soit, répond à un but ou une intention précise.

Les grandes puissances en général, les Etats-Unis et la France en particulier, utilisent la puissance persuasive des moyens de communication pour étendre ou imposer leur culture. Ce n'est pas sans raison que nous sommes envahis par des radios internationales émettant sur ondes courtes. Aujourd'hui, on va plus loin, des stations de radio et de télévision émettent par satellites et leurs émissions sont rediffusées simultanément par d'autres stations affiliées dans plusieurs pays. C'est le cas par exemple de RFI-Haïti (qui retransmet Radio France Internationale), la Voix de l'Amérique, (dont les nouvelles créoles sont diffusées en direct par des stations locales, notamment Radio Lumière et Radio Ginen à Port-au-Prince, Radio New Star à Port-de-Paix, Radio Dynamique à Saint-Marc, Radio Excelsior à Mirebalais, la Voix de l'Estère à l'Estère, Radio Citadelle au Cap-Haitien et la RTMS aux Cayes), ou des chaînes américaines comme CNN, HBO, WGN pour ne citer que ceux là. Aujourd'hui, il est même possible de s'abonner à une chaîne américaine quelconque émettant sur satellite tout en restant en Haïti. Il suffit de payer l'abonnement en indiquant le numéro de son "decoder". Il est à signaler que la majorité des pays du tiers monde sont envahis par les musiques et les films des pays développés. Cela provoque donc un sorte d'aliénation culturelle, une négligence de la culture nationale des pays du tiers monde en faveur de celle des impérialistes.

Une utilisation positive de la télévision est par exemple celle faite dans les années 70 en présentant de bons documentaires sur la faune africaine. Cela a eu pour effet d'attirer des milliers de touristes au Rouanda qui en a bénéficié économiquement. Par contre l'utilisation faite de la télévision quotidiennement en Allemagne au début du 20ème siècle pour forcer les citoyens à accepter les idées d'Hitler est considérée comme négative.

La télévision peut provoquer le changement d'attitude positivement ou négativement. En Haïti, après la radio, la télévision constitue le 2ème moyen d'information en dépassant de loin la presse écrite.

DEUXIEME PARTIE

CADRE EMPIRIQUE

ET METHODOLIQUE

CHAPITRE III

La télévision en Haïti et Télé Haïti

Il serait difficile voir impossible de parler de la Télévision en Haïti sans mentionner la Télé Haïti. Cette station fut pendant longtemps la seule à apporter le divertissement, l'information et pourqoui pas la formation dans les foyers de la capiale. Il a fallu attendre 20 longues années pour voir apparaître une deuxième chaîne de télévision dans le pays.

IMPLANTATION DE LA TELEVISION EN HAITI

Avant 1959, il n'existait aucune station de télévision en Haïti. Les rares personnes qui possédaient un appareil de télévision ne pouvaient que recevoir de manière sporadique certaines stations étrangères moyennant l'utilisation d'une antenne assez puissante, bien sûr. N'en déplaise au secteur privé de l'époque, n'était-ce l'intérêt d'un citoyen étranger, Haïti devrait attendre peut être très longtemps avant de voir la création de sa première station de télévision.

A- Considérations générales sur la Télévision en Haïti

La Télé Haïti, première station de télévision en Haïti, a été inaugurée le 13 décembre 1959. L'initiative a été prise par un M. Gérald Bartelt, un citoyen américain, président de la Firme "Bartelt Group". Au début, la station émettait par ondes avec un relais de 176 pieds à Boutiliers. Le 30 mai 1971, la Télé Haïti adopta de diffuser ses signaux par câble et en couleur. En 1982, la station introduisit la retransmission de programmes captés sur satellites puis redistribués sur les 15 chaînes du réseau.

La deuxième station de télévision du pays fit son apparition une vingtaine d'années après la création de la Télé Haïti. Il s'agit évidemment de la Télévision Nationale d'Haïti inaugurée le 23 décembre 1979. Ce projet a été élaboré en 1977 par le gouvernement d'alors. La station a été montée par une compagnie canadienne avec l'assistance de trois techniciens haïtiens; l'installation a duré plus d'un an. La plupart des équipements ont été acquis auprès de la compagnie American Radio Corporation (RCA). La retransmission de la coupe du monde de football de 1978 a été le 1er test d'essai de la TNH. La Télévision Nationale d'Haïti compte 4 relais à Boutiliers, La Gonâve (Morne Chien content), à Puilboreau (Bijoux) et la Vigie (Cap-Haïtien). Suivant les régions, elle émet par ondes sur les chaînes 8, 10, 12 et 4.

La Télévision Nationale d'Haïti est considérée comme une télévision "d'Etat". Cependant, elle n'a cessé qu'en de rares occasions d'être une station au service de la propagande gouvernementale. La TNH émet en français et en créole. Durant la nuit, elle retransmet des chaînes américaines captées sur antenne parabolique.

Le "Canal 7" au Cap-Haïtien est la 3ème station de télévision qui a vu le jour en Haïti à l'initiative d'un fils du Nord, M. Michel Georges. Le "Canal 7" qui a été inauguré en décembre 1986, émet par ondes et couvre la ville du Cap et ses environs. A côté de quelques programmes réalisés localement touchant le sport, la culture et l'actualité, elle redistribue également des programmes en provenance de chaînes étrangères.

La quatrième station de télévision du pays a été fondée aux Gonaives. En effet la TVA (Télévision Artibonite), Société de Télévision du Bas et du Haut Artibonite a été inaugurée le 17 janvier de l'année 1990. Etant donné qu'elle émet par câble, elle constitue donc après la Télé Haïti, la deuxième station de télévision câblée du pays. La TVA émet sur 5 canaux: chaîne 3 (locale), les autres chaînes: 2, 4, 5, et 6 retransmettent des programmes étrangers captés sur satellites. Cette station qui toucherait moins d'un quart de la population des Gonaïves estimée à plus de 40.000 habitants en 1987, est la propriété de l'Ingénieur Gérard Luc Jean-Baptiste, un compatriote qui a choisi de s'installer dans cette ville après avoir épousé une Gonaïvienne. Un frais de 75 gourdes est réclamé pour l'abonnement mensuel.

La cinquième station du pays a fait son apparution dans la ville du Cap-Haïtien en 1987. Il s'agit de "Super Canal" de Roland Boutros. Cette petite station qui émet sur la chaîne 6, fonctionne de la même façon que sa consoeur "Canal 7".

La sixième station de télévision est née aux Gonaïves. Il s'agit de la Trans America. Cette station commerciale à caractère socio-évangélique fonctionne par ondes sur la chaîne 5. Elle est la propriété de M. Herber Pelissier.

La PVS- Antenne est considérée comme la septième station de télévision ayant vu le jour en Haïti, la troisième à Port-au-Prince, la capitale, et la première à émettre sur la Fréquence VHS (16). La PVS a été inaugurée en mars 1990. Pour capter les signaux de la PVS, le téléspectateur doit utiliser une petite antenne spéciale branchée sur l'appareil. Les téléspectateurs habitant dans la périphérie de la capitale doivent utiliser une antenne extérieure. Dirigée par M. Reynald Delerme, un réalisateur de films cinématographiques, contrairement à l'attente du public et aux promesses du dirigeant de produire exclusivement des programmes haïtiens, cette station n'a pas accompli de grands progrès et change souvent de local.

La huitième station de télévision est née aux Cayes. Il s'agit de la Radio et Télévision Métropole du Sud (RTMS). Elle a été inaugurée le 9 juillet 1990. RTMS est dirigée par M. Ralph Constant.

La neuvième station de télévision en Haïti s'est implantée, toujours dans la ville des Cayes, une semaine après la naissance de son prédécesseur le 16 juillet 1990. Il s'agit de la Radio Télévision Cayenne; notons que la station de radio de son côté existait depuis sa fondation 1975 par M. Marcel Mathieu. Cette station de télévision fonctionne avec les moyens du bord à l'instar des autres stations de province.

Près d'une vingtaine d'autres stations de télévision et de radio-télédiffusion ont été créées par la suite à travers le pays, ce qui constitue en 1999 un total de 32 chaînes de communications audio-visuelles (7 à la capitale dont une radio télévision, 13 en province dont le dernier né est la Télé Anacaona à Léogane pour la province et Télé Kay Timoun à Port-au-Prince) et 12 radio-télédiffusions. Un effectif de 13 autres stations de radio-télévision émettent à travers le pays.

Il est évident que l'apparition de nombreuses stations de télévision dans les différentes villes du pays représente un signe de progrès et constitue une élément positif pour la communication sociale, cependant on s'interroge sur leurs limites et surtout leur incapacité de production d'émissions locales; ce qui les oblige à diffuser toutes sortes de programmes en provenance de l'étranger et en majeure partie des Etats-Unis d'Amérique.

Au niveau des expériences télévisuelles en Haïti, le marché se trouve à la fois saturé et inexploité: saturé par le renouvellement d'expériences télévisuelles similaires ayant fait preuve d'inadaptation caractérisée; inexploité par les opportunités de ressources humaines et matérielles susceptibles d'approprier au pays des innovations technologiques enregistrées internationalement dans le domaine audio-visuel.

B- Présentation de la Télé Haïti

La Télé Haïti ou "Société Haïtienne de télévision par câble", est une station de télévision privée commerciale. Elle fût la première station de télévision en Haïti et la première émettant par câble dans les Antilles. Jusqu'en 1997, la Télé Haïti émettait ses programmes sur 14 chaînes dont deux (les chaînes 2 et 6) étaient en français; une chaîne d'annonces sur caractère générateur (chaîne 3); deux en espagnol et le reste en anglais. En 1998, sur les 21chaînes de la Télé Haiti, 9 étaient en français, 9 en anglais, 1 exclusivement en espagnol et deux en anglais et espagnol alternativement. Depuis le début de l'année 1999, un petit changement a été opéré dans la programmation de la Télé Haiti et sur les 21chaînes mises à la disposition du public de Port-au-Prince, on disposait désormais d'un total de 10 en français, 10 en anglais et 1 exclusivement en espagnol.

Les signaux de la Télé Haïti partent depuis ses studios au Bicentenaire à Port-au-Prince et atteignent "Fermathe" à l'est; "Truitier", au sud et le Village Tecina, au nord. Un système technique d'antenne "microwaves" serait à l'étude en vue d'atteindre également les résidents de la Plaine du Cul-de-Sac. La publicité et l'abonnement sont les principales sources de revenus de la Télé Haïti.

L'information et la distraction, l'éducation, les films et les sports, sont les principaux objectifs de la Télé Haïti. Etant une station de câblo-diffusion, Télé Haïti ne fait que redistribuer des programmes émis sur d'autres chaînes étrangères (nord-américaines, canadiennes, mexicaines et françaises) ayant signé des contrats avec certaines des stations concernées. Des programmes locaux sont également diffusés sur la chaîne 2 à des heures spécifiques.

L'entreprise est structurée en 6 départements. Ces sections se répartissent comme suit:

- L'Administration (Direction générale; service de comptabilité)

- La Direction technique (Vidéo; Dispatching; service d'audit; de déconnection; d'installation, de reconnection et d'extention et 15 équipes de maintenance)

- La Programmation (Opérateurs/ salle de contrôle)

- La Rédaction (Regroupe les journalistes et caméramen pour la production des informations locales et internationales)

- Le Département de Publicité

- Le Service à la Clientèle (Recouvrement; doléances)

En 1998, quatre-vingt-quatre employés travaillaient à cette station télévision privée par câble d'Haïti. Près de 13.000 foyers sont abonnés avec la station, sans oublier un nombre important de prises clandestines, ce qui constitue d'ailleurs l'un des plus graves problèmes de cette compagnie. En ajoutant les prises clandestines et en estimant qu'un téléviseur dessert en moyenne 6 personnes, certains experts évaluent que la Télé Haïti toucherait environ 150.000 téléspectateurs. A signaler que sur les 13.000 clients, 10.000 sont réguliers et à jour de paiement tandis que 3.000 sont en arriéré de paiement. De plus amples détails sur ces points sus-mentionnés sont fournis tout au cours des différents chapîtres.

Historique de la la télévision par câble en Haïti: La Télé Haïti

Très peu de documents écrits sont disponibles sur l'histoire de la Télé Haïti. Les informations que nous avons trouvées provenaient du gérant responsable de la station M. Oswald Douyon (de regrettée mémoire) qui a porté la station sur ses fonds baptismaux et de Mme. Marie-Christine Mourral Bussénius, la Directrice générale.

La Télé Haïti a été inaugurée le 13 décembre 1959. Le projet de la création de la Télé Haïti a débuté en 1959 lorsque M. Gérald Bartelt, un citoyen américain, président de la Firme "Bartelt Group" visita Haïti et prit la décision de monter une station de télévision puisqu'à l'époque aucune autre n'existait localement. La Firme "Bartelt Group" assurait à l'époque un important réseau comprenant 18 stations de télévision qui couvraient 48 états des Etats-Unis avec l'aide de plusieurs centaines de relais. Notons que M. Gérald Bartelt fut un ancien professeur d'art dramatique à l'université de Wisconsin.

M. André Apaid, un industriel haïtien, apporta sa collaboration à M. Bartelt pour la réalisation de cet ambitieux projet pour l'époque. Le Sénateur Thomas Désulmé de son côté a pris la responsabilité de mener les négociations auprès du gouvernement haïtien en vue de la signature du contrat.

Le 1er août 1959 est fondé la Société Télé-Haïti S.A., dotée d'un capital de $10.000,00, pour «l'installation et l'exploitation en Haïti d'un ou plusieurs postes émetteurs de télévision».

Le 31 août 1959, la Société privée obtenait du gouvernement haïtien le droit de retransmettre des émissions de télévision. Le point essentiel stipulé dans ce contrat est le suivant: "La Télé Haïti deviendra la propriété de l'Etat haïtien après une période de dix (10) ans".

Le montage du matériel de la station a été effectué par des techniciens américains répondant au nom de Ralph Evans et Hancy Del Muro assistés de M. Edward Gentil, un ingénieur haïtien. Dans son local situé alors à la Grand Rue en face de l'Ecole des Frères de Saint Louis de Gonzague, outre son studio, la Télé Haïti disposait à ses débuts d'un atelier de réparation des appareils récepteurs des clients. D'un autre côté, un relais de 176 pieds était placé à Boutiliers.

Etant donné qu'à l'époque, aucune autre station n'existait dans le pays, il a fallu préparer l'audience. Une firme dénommée TENASA (Télévision Nationale d'Haïti S.A.) importait des appareils récepteurs en vue de les vendre aux clients. Cela était également stipulé dans le contrat signé entre la Télé Haïti et le gouvernement haïtien. Les appareils de télévision (qui représentaient un luxe à l'époque) étaient exposés au local de la station. C'était un luxe puisqu'à l'époque, selon la dimension de l'appareil, il se vendait entre $100 à $400. Cependant, avant l'inauguration de la Télé Haïti, 400 récepteurs étaient déjà vendus.

Le jour de l'inauguration, le 13 décembre 1959, toutes les familles qui pouvaient s'acheter un récepteur de télévision étaient devant leur petit écran pour découvrir les premières images de la Télé Haïti. Les responsables de la Télé Haïti avaient placé quelques appareils dans certains restaurants, cafés et places publiques pour permettre à tout la monde de participer à cette grande inauguration.

A ses débuts, la Télé Haïti opérait sur une seule chaîne hertzienne qui était la 5 et émettait avec deux antennes, l'une à Boutilliers et l'autre sur le toît de la station à la Grand-Rue. La station ne diffusait alors quelques heures par jour, des émissions pré-enregistrées. Seuls les résidents de l'aire métropolitaine pouvaient capter les images de la Télé Haïti. En semaine, la station travaillait de 6 heures à 10 heures du soir et le dimanche de 2 heures à 6 heures du soir. Toutes les émissions passaient en différé. Le rationnement d'électricité empêchait à la station d'émettre sur une plus grande durée. A l'époque, la centrale de Péligre n'était pas encore construite. Des films en langue anglaise étaient diffusés. Les ambassades des Etats-Unis, de la Grande Bretagne, d'Italie et d'Allemagne envoyaient très souvent également des films à la station.

En Mars 1965, M. Moris Rosenberg, le gérant responsable de la TENASA, devint le directeur de la Télé Haïti. Il occupa cette fonction pendant un an en remplaçant M. Apaid qui était parti en exil pour ne revenir que l'année d'après. A l'époque, la Télé Haïti fonctionnait de midi jusqu'à 9h30 du soir. De sérieuses difficultés financières obligèrent M. Rosenberg à réduire les heures de fonctionnement de la station. La Télé Haïti ne devait travailler qu'une seule fois par semaine à partir du 15 mars 1965. Entre temps, la TENASA renonça au monopole de vente d'appareils que lui conférait le contrat signé 7 ans plus tôt. La rentrée d'autres maisons commerciales dans le marché de la vente de récepteurs de télévision notamment la SHASA a permis de toucher 2000 usagers.

La naissance de la télévision par câble en Haïti

La Télé Haïti qui émettait par ondes, ne bénéficiait d'aucune subvention gouvernementale ou autre. Les problèmes économiques s'amplifiaient, surtout par le fait que d'autres commerçants se sont adonnés également à la vente de récepteurs.

Seuls les bénéfices réalisés de la vente d'appareils récepteurs et du Télé guide qui coutaît $1.00, permettait de faire face aux frais de fonctionnement. Face à l'aggravation des problèmes financiers, la Télé Haïti, visiblement au bord de la faillite, décida de remettre la station au gouvernement haïtien avant l'expiration des 10 ans prévus dans le contrat. Ne pouvant pas assurer la survie de la station, le gouvernement rejeta cette proposition et demanda aux responsables d'assurer la poursuite de la gestion de la station par tous les moyens disponibles. La solution la plus facile a été évidemment de vendre la Télé Haïti à une autre station américaine. Deux autres moyens efficaces furent également envisagés en vue de surmonter la faillite: l'émission des signaux en couleur et la câblo-distribution.

En décembre 1969, la Télé Haïti obtient une concession de l'Etat prévoyant la transmission par câbles des signaux à Port-au-Prince.

Le 30 mai 1971 la télévision par câble et les images en couleur firent leur apparition pour la première fois en Haïti. Ainsi la Télé Haïti devient l'un des premiers sinon même le premier câblo-distributeur hors d'Amérique du Nord.

Avec le câble, les téléspectateurs avaient le choix entre deux chaînes, la 2 et la 4. La Télé Haïti émettait à ce moment là de midi jusqu'à minuit. Les ambassades des Etats-Unis, de la Grande Bretagne, d'Italie et d'Allemagne poursuivaient leur coopération au niveau des films avec la station. Le gouvernement canadien de son côté signa un contrat avec la Télé Haïti en décembre 1960 en vue de lui fournir des films. Télé Haïti louait en grande partie, des films produits par des américains pour la somme de $100,00 l'heure et n'avait le droit de les diffuser qu'une seule fois. Notons qu'à cette époque, une vingtaine de personnes formaient le personnel de la station tandis que M. André Apaid maintenait son poste de Directeur administratif.

Evolution de la Télé Haïti

La télévision en couleur a provoqué une augmentation de l'audience de la Télé Haïti dont les abonnés s'estimaient à 5.000 dans les années soixante-dix. L'arrivée de la TV couleur en Haïti à l'epoque a obligé tous ceux qui en avaient les moyens de s'empresser de se procurer un récepteur. Les clients s'abonnaient en payant une cotisation mensuelle de $5,00 (Gdes25,00= US$5,00 à l'époque). La Télé Haïti essayait d'améliorer ses programmes en diffusant à côté des longs métrages, des émissions culturelles et un bulletin d'informations locales et internationales était présenté le soir à 7 heures. A l'avènement de la Télévision Nationale d'Haïti en 1979, la Télé Haïti avança son bulletin de nouvelles à 6:30 p.m.

Cette bonne situation n'a pas duré pour la Télé Haïti car tout ne marchait pas sur des roulettes et quatre ans plus tard en 1975, la compagnie devait faire face à de nouvelles difficultés financières. Les problèmes pour entretenir la station commençaient tandis que de leur côté, les clients ne payaient presque plus leur abonnement. La même solution fût envisagée.

Télé Haïti a été rachetée par un groupe d'investisseurs de nationalité américaine composé notamment de M. Harry Staley, Floyd Betters, M. Edward B. Hatton et un seul actionnaire haïtien, M. André Apaid. M. Edward B. Hatton, second directeur de Télé Haïti, apporta très peu de changement à la station. Il garda le personnel mais prolongea la durée de diffusion des programmes de la station qui commençait à émettre des 10 heures du matin jusqu'à minuit. De 5.000 abonnés, la Télé Haïti atteint le nombre de 6.000 clients.

M. Edward Hatton dirigea la Télé Haïti pendant 7 ans jusqu'en 1982, lorsque certains problèmes d'ordre financier obligèrent les entrepreneurs américains à revendre la station achetée par la «Société Haïtienne de Télévision par Satellites S.A.» (SHTS S.A.).

Pour stimuler l'audience, le nouveau groupe composé de M. Owens Boris, citoyen canadien (Mountain Cable), M. Walter et Marie-Christine Bussénius, M. Philippe Bayard (33 actions chacun), M. Clarel Chevalier et M. Pierre Brisson (ces deux derniers avaient une action chacun), modifia remarquablement la station. C'est durant cette même année que la «Société Haïtienne de Télévision par Satellites S.A.» s'est portée acquéreur de tous les actifs servant à la câblo-distribution dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Quelques mois plus tard, la nouvelle Société abandonnait la diffusion de cassettes pré-enregistrées pour retransmettre en direct, des émissions captées par Satellites. M. Bussénius introduisit donc pour la 1ère fois dans la télévision haïtienne, l'utilisation des antennes paraboliques pour capter les signaux émis des satellites. Ce nouveau système de communication permet la réception et retransmission de stations de télévision étrangères. De deux (2) chaînes antérieurement, la Télé Haïti émettait désormais sur 5 chaînes: 2 - 3 - 4 - 5 - et 6. En plus, la station fonctionnait 24 heures su 24h. A partir de ce moment, la clientèle de la Télé Haïti a augmenté de plus de 120%. La station sélectionnait son programme à partir des nombreuses émissions reçues du Canada et des Etats-Unis. La chaîne 2 émet exclusivement en français; la chaîne 3 (vidéo texte) diffuse des annonces en français préparées sur caractère-générateur; les 3 autres chaînes (4,5 et 6,) émettent en anglais. De 1985 à 1995, la Télé Haïti émet sur 10 chaînes supplémentaires, ce qui fait un total de 15 canaux. Il s'agit de la chaîne 7 (qui retransmet la TNH), la 14 (CNN), la 15 (HBO), la 16 (RFI et TV5), la 17 (Disney Channel), la 18 (Learning Channel), la 19 (TNT), la 20 (Univision), la 21 (ABC) et la 22 (Galavision).

Formée en septembre 1981 au capital de $20.000,00, autorisée le 15 mars 1982, la «Société Haïtienne de Télévision par Satellites S.A.» reprend quelques mois plus tard l'ensemble des actifs de la TENASA, cependant la «Télé Haïti» est gardée comme nom commercial de droit haïtien.

En juillet 1985, les premiers locaux de la station, Boulevard Jean Jacques Dessalines, sont ravagés par un incendie. La S.H.T.S. décide aussitôt la construction au Boulevard Harry Truman, (bicentenaire) à côté de ses antennes de son siège actuel où sont regroupés depuis 1986 tous les services dans un immeuble d'un seul niveau couvrant 755 mètres carrés. Elle y est logée jusqu'à date.

A noter que M. Philippe Bayard a dirigé la station pendant une année de 1982 à 1983, puis M. Walter Bussénius (de regrettée mémoire depuis octobre 2009), pendant une période de 6 mois. M. Bayard a été le premier à vendre ses actions, il fut suivit par M. Owen puis par M. Walter Bussénius; l'épouse de ce dernier achetait donc toutes les actions, ce qui lui permit de diriger seule la Télé Haïti.

Fin 1984, la société a commencé la rénovation complète de son réseau de plus de 350 km de câbles, parallèlement aux travaux de modernisation du réseau de l'Electricité d'Haïti dont elle loue les poteaux. Les travaux ont été arrêtés en juillet 1990. Le coût de rénovation du réseau de Télé Haïti d'octobre 1984 à juillet 1990 a été estimé à 1.5 milllions de dollars U.S.

Le 21 mai 1987, le Directeur d'alors, M. Walter Bussénius, renouvella la licence de fonctionnement de la Télé Haïti pour une période de 10 ans. Le Moniteur publie à cette date le texte de la nouvelle concession signée le 15 avril 1987 entre l'Etat et la S.H.T.S.

Il faut signaler que jusqu'à la création de la Télévision Nationale d'Haïti (TNH) en décembre 1979, Télé Haïti était donc la seule station de télévision du pays. C'est peut être l'une des raisons de l'attachement que lui porte ses abonnés de la zone métropolitaine depuis près de 40 ans. Produisant ses propres émissions d'information et de «talk shows», elle occupe parmi les câblodistributeurs la place de «semi-broadcaster».

En janvier 1990 le capital de la «Société Haïtienne de Télévision par Satellites S.A.» est portée de 210.000,00 à un million de dollars. Aujourd'hui, la Télé Haïti dispose d'un capital social de $1.000.000,00 (5 millions de gourdes) réparti en 5.000 actions ordinaires nominatives de $200,00 chaque. Elle est dirigée par l'ex-épouse de M. Walter Bussénius, Mme. Marie-Christine Mourral Bussénius. Un personnel de 84 salariés dont une dizaine à la salle de rédaction, travaillent dans l'entreprise en vue desservir une audience estimée à plus de 100.000 personnes dans la zone câblée de Port-au-Prince et ses environs sur une distance de 380 km de câble coaxial aérien (câble 500) et de 680 km de câble de raccordement (câble RG-6 en cuivre). La Télé Haïti déploie tous ses efforts en vue de poursuivre un développement soutenu et dynamique.

La concession de la Télé Haïti

Les relations avec l'Etat sont régies par un contrat de concession signé le 15 avril 1987 («Le Moniteur- JORH» No. 42 du 21 mai 1987) l'autorisant à «télédistribuer les signaux télévisés par câbles dans la région métropolitaine de Port-au-Prince et des environs (Delmas, Pétion Ville, Carrefour, Mariani, Boutiliers, Kenscoff, Plaine du Cul-de-Sac) « art. 2.3 utilisant les canaux NTSC 2, 3, 4, 5 et 6 dans la bande VHF (art. 7.1)

La SHTS s'engage en outre à retransmettre sur son réseau les émissions de la TNH (chaîne 8 en ondes) sur la chaîne 7 VHF (art. 7.2)

Enfin la SHTS pourra utiliser une gamme de fréquences MB (126 MHZ à 174 MHZ) pour la retransmission de 8 canaux (art. 7.3).

La Société Haïtienne de Télévision par Satellites S. A n'a:

- pas de monopole ( l'ancien contrat Télé-Haïti S.A. le prévoyait)

- pas d'éxonération de taxes et d'impôts sauf pour le matériel nécessaire à la reconstruction de son réseau (art.11.2) et 12 du contrat)

Il lui est fait obligation:

- Paiement d'une redevance de 5% des recettes brutes (art.12 du contrat)

- Spécifications techniques (art.et suivants)

-Types d'émission (art. 7, 8, 10 correspondant à art. 50 à 54 décret 1977)

-Obligation de retransmettre les émissions officielles et les communiqués du gouvernement (art. 13 correspondant aux articles 55 et 56 du décret de 1977) outre la retransmission de TNH

Enfin il est prévu la :

- Protection de la concessionnaire contre l'expropriation ou dépossession sauf disposition légale (art. 16 du décret correspondant à l'article 36 de la Constitution Haïtienne)

- et l'arbitrage en cas de contestation (art. 15 du contrat).

Les projets de la Télé Haïti

Aucune institution, qu'elle soit privée ou publique, ne saurait prospérer sans établir des projets, sans penser à préparer l'avenir. Il en est de même pour la première chaîne de télévision par câble du pays qui, en dépit des moyens précaires à sa disposition et des difficultés liées à la situation d'ensemble du pays, veut tenter d'établir des projections pour le futur en vue de faire face à certains défis éventuels. Les projets de la Télé Haïti s'établissent sur deux volets, l'un technique: l'extension du réseau; l'autre se situe dans le cadre de la programmation de la station et vise la formation à distance des télespectateurs intéressés:

A- Extension du réseau

Depuis le mois de juillet de l'année 1998, la Télé Haïti envisage une extension de son réseau en vue de toucher le résidents de la Plaine du Cul-de-sac. Ce projet d'extension qui devrait permettre à l'entreprise d'augmenter sensiblement l'effectif de ses abonnés, devait toucher dans un premier temps les habitants des quartiers situés aux environs de l'aéroport de Port-au-Prince pour aboutir jusqu'à la Croix-des-Missions. Les responsables de la compagnient étudient également la possibilité d'étendre dans le futur le réseau câblé de la station à tous les principaux quartiers de la Plaine du Cul-de-sac.

B- Concrétiser la Fondation Haïtienne Pour la Formation à Distance et le Développement (FOHFADD)

Ayant réalisé la place primordiale que prennent aujourd'hui le savoir et, partant, la formation comme facteurs déterminants de la croissance et du développement et la nécessité de rattrapper le retard accumulé, les responsables de la Télé Haïti ont élaboré un projet d'éducation ayant recours à des schémas non-conventionnels d'éducation, notamment la télevision.

La Fondation Haïtienne Pour la Formation à Distance et le Développement (FOHFADD), se donne pour objectif de promouvoir la formation à distance comme stratégie d'appui au système éducatif dans tous ses niveaux d'enseignement et sous toutes les modalités formelles et non formelles dans une perspective de développement durable. De concert avec un groupe d'éducateurs, de communicateurs et de quelques institutions intéressées, les dirigeants de la Télé Haïti projettent la mise en oeuvre de programmes de formation à distance par le truchement de certaines émissions et de cours. La diffusion de ces programmes d'éducation à distance sera assurée par la chaîne 2 de Télé Haïti qui d'ailleurs a reçu l'autorisation de l'Etat haïtien d'émettre par ondes hertziennes en vue d'une plus large audience.

C- La philosophie de la Télé Haïti

Tout comme toute entreprise ou société commerciale la Télé Haïti ne saurait ne pas avoir une philosophie; elle se traduit par différents points qui dans l'ensemble visent l'avancement de la station.

I- Les objectifs de la société

Comme de nombreux médias, les principaux objectifs poursuivis par la Télé Haïti sont LE DIVERTISSEMENT, L'INFORMATION, et L'EDUCATION. En ce qui a trait à l'information, la Télé Haïti est une station indépendante. Toutefois, la conjoncture politique dans laquelle elle évoluait depuis sa fondation en 1959 ne lui a pas permis d'atteindre réellement cet objectif d'indépendance par rapport à la dictature. Depuis les annèes 60, la Télé Haïti a commencé à diffuser quotidiennement les nouvelles locales et internationales. Les nouvelles locales n'étaient autre que des communiqués officiels gouvernementaux. Il en fût de même sous le gouvernement de Jean Claude Duvalier. La Télé Haïti se taisait sur certains dossiers et abordait certains sujets avec une prudence remarquable. Cette "indépendance" dont se réclamait la Télé Haïti n'a jamais réellement existé sous le gouvernement des Duvalier. Cette situation allait changer avec le départ de Baby Doc le 7 février 1986.

L'adhésion de la Télé Haïti à des règles de conduite et d'impartialité en matière d'information lui a permis de se faire connaître à l'extérieur d'Haïti notamment, dans la diaspora haïtienne des villes nord-américaines où il existe une communauté haïtienne importante.

Aujourd'hui, comme pour la plupart des médias locaux, la Télé Haïti pratique l'auto-censure et la prudence au niveau de l'information en fonction du gouvernement au pouvoir et de son caractère. Bref, elle jouit d'une "Liberté de Presse" et essaie tant bien que mal à fonctionner en toute indépendance.

Pour répondre aux attentes de sa clientèle, Télé Haïti a maintenu la production de programmes d'informations, ce qui lui donne une position originale parmi les câblo-distributeurs: à la fois producteur et "semi-broadcaster".

I-a) La qualité de réception

Selon la Fiche de Présentation de la Société Haïtienne de Télévision Par Satellites S.A., l'un des objectifs prioritaires de la Société Haïtienne de Télévision par Satellites S.A. est d'offrir un service de câblo-distribution de bonne qualité.

Les prises clandestines (piratage du signal), constituent l'un des problèmes majeurs de la Télé Haïti. Etant donné qu'un certain nombre d'habitants de plusieurrs quartiers de la capitale se livrent à cette pratique illégale, cela oblige la Télé Haïti à lutter tant bien que mal en vue d'améliorer le service à ses abonnés tant pour la qualité de l'image reçue que pour la réduction des délais de réponse aux demandes de réparation et pour la diversité des programmes diffusés.

I-b) Augmentation de la clientèle

Dans un contexte de crise économique grave et après plusieurs années d'instabilité politique, Télé Haïti a choisi de rester un service populaire à prix modique de 200,00 gourdes par mois + 10% T.C.A. (Taxe sur chiffre d'Affaires) ce qui fait un total de 220 gourdes. Cette solution évite à la Télé Haïti de desservir une clientèle restreinte sur signaux cryptés avec un tarif beaucoup plus élevé.

I-c) Augmentation des programmes en français

En plus de Radio Canada, TV5, TVA, TQS, Music Plus, RDI et Canal Savoir, un transcodeur Secam/NTSC permet actuellement à la Télé Haïti de transcoder les émissions projetées par le satellite Telecom 1 (RFO, Antenne 2).

Un sondage effectué en août 1989 auprès de 150 des clients de la Télé Haïti confirme que:

- 81% d'entre eux regardent la télévision chaque jour.

- Le temps moyen d'écoute est de 4 heures et demie.

- La chaîne la plus regardée est Radio Canada en français (68% des réponses).

- L'émission la plus regardée est le journal télévisé "Télé Presse" produit par la Télé Haïti (41% des réponses).

La Société a été la première en Haïti à retransmettre Radio Canada, puis RFO et TV5 dès que ces signaux ont été disponibles sur les satellites couvrant la région le 31 août 1988. Il en a été de même pour le Canal Savoir dont la responsable de la Télé Haïti se trouvait déjà dans les locaux de la station le jour de son inauguration en 1997 en vue de négocier sa rediffusion en Haïti. «L'empreinte du satellite diffuseur s'est révélé large puisqu'on a pu capter dès le lendemain jusqu'en Haïti où il a été sur-le-champ câblo-diffusé», note-t-on dans un rapport du Ministre français Alain Decaux, Ministre délégué auprès du Ministre d'Etat, Ministère des Affaires Etrangères chargé de la Francophonie.30(*)

I-d) Développement de la chaîne éducative

Interrogés lors de ce même sondage effectué en août 1989 sur l'opportunité pour la Télé Haïti de diffuser des émissions à caractère éducatif, la totalité des répondants se sont prononcés favorablement.

En février 1991, Télé Haïti retransmettait le Learning Channel, chaîne éducative américaine très pratique pour la préparation aux examens du secondaire (high school). Sur cette chaîne, étaient également retransmises des émissions éducatives de la langue française type Télé-Université au Québec et des émissions éducatives en créole (alphabétisation, lutte contre la drogue...).31(*)

Depuis 1998, la Télé Haïti rediffuse deux nouvelles chaînes éducatives en l'occurence Canal Savoir (chaînes canadienne en français) et Discovery (chaîne américaine en langue anglaise)

A noter que certaines écoles notamment le College Catts Pressoir avait tenté une expérience en se servant en salle de classes avec les éleves, de certaines émissions éducatives rediffusées sur les canaux de la Télé Haïti notamment Learning Channel.

DISPOSITIFS TECHNIQUES: Procédés pour capter les signaux des satellites jusqu'à la réception chez le client

Pour un client qui possèderait un poste de télévision très ancien fabriqué avant 1983-1985, (ce qui est très rare de nos jours), si les chaînes 2, 3, 6 peuvent être captées sans problèmes, il n'en serait pas de même pour les 18 autres chaînes de la Télé Haïti qui nécessitent l'utilisation d'un «converter box».

Définition d'un Converter

Un converter est un petit appareil qui, adapté au récepteur, permet au téléspectataur de capter les chaînes émises sur d'autres fréquences.

Le dictionnaire technique définit un converter comme étant un convertisseur; un transformateur; un changeur de fréquence ou adapteur.32(*)

Notons que l'utilisation d'un converter n'est pas nécessaire si l'abonné possède un appareil de télévision digitalisé. Le converter box tend à disparaître puisqu'en fait tous les nouveaux appareils de télévision sont «cable ready», autrement dit, ils sont équipés d'un dispositif permettant d'adapter le câble et peuvent donc capter toutes les chaînes disponibles (jusqu'à la chaîne 158 si nécessaire!)

Sur le boîtier du converter se trouvent quatre boutons qui correspondent à la télécommande (remote control). Ainsi, deux choix sont offerts au téléspectateur lorsqu'il désire changer de canaux.

Le "decoder"

Appelé déchiffreur ou décrypteur, le "decoder" (décodeur) en français est un appareil électronique qui permet de décoder les signaux brouillés. Le decoder est composé d'un boîtier à l'intérieur duquel se trouve une sorte de petite boîte, un transformateur et des claviers qui permettent de sélectionner les canaux désirés. Aujourd'hui, le decoder est remplacé par des systèmes numériques notamment MPEG/ MPEG2.

Le "cable T.V.": Procédures techniques

Les signaux reçus par les antennes sont en gigahertz (ghrtz). Un amplificateur est placé sur une échelle donnée soit LNA (Low noise Amplifier) ou LNB (Low noise Block Converter). Ce sont ces dernières qui sont chargées de capter les signaux de l'antenne. Notons que les professionnels utilisent un appareil dénommé "Power inserter" de 18 à 23 volts pour alimenter l'amplificateur qui est connecté avec l'antenne.

Notons en passant qu'il existe deux systèmes de fréquences pour la réception des signaux: 270-770 Mhz (système utilisé par les professionnels) et 950-1450 Mhz (système utilisé par les amateurs), ces deux systèmes sont incompatibles bien qu'ils fassent le même travail.

Les signaux émis par les satellites sont captés par un appareil dénommé "receiver" (recepteur). Ces signaux rentrent avec une puissance de 270 Mhz et sortent à 770 Mhz. Le "receiver" permet également de sélectionner des canaux désirés (soient 24 au total). Les déplacements de l'antenne sont effectués grâce à un tracteur motorisé. Les signaux vidéo de sortie sont transmis à un "vidéo output receiver" puis envoyé sur un moniteur.

Les signaux des différentes chaînes de la Télé Haïti sont rassemblés à travers un modulateur audio-vidéo qui les canalise en une seule sortie et à une fréquence bien déterminée pour chaque canal. Ce merveilleux appareil s'appelle le "power combiner". C'est ce qui permet à la station de transmettre les signaux jusque chez l'abonné en utilisant des amplificateurs. Dépendemment de la distance et du type de câble utilisé, l'impédence du signal peut varier ; à chaque fois que le signal est affaibli, on utilise un amplificateur tout comme le font les techniciens de la Télé Haïti à chaque 1500 pieds. Notons que le câble peut supporter une charge d'1 gigahertz. Les types de câble coaxial utilisés par la Télé Haïti sont notamment le RG6 et le RG11, pour les installations chez les clients et les gros câbles 500 et 750 employés dans le réseau de distribution.

La vidéo-tape

Une vidéo-tape est un magnétoscope permettant l'enregistrement des images et du son sur bande magnétique. La vidéo permet également la retransmission simultanée des sujets emregistrés sur un écran de visualisation. De nombreuses personnes possèdent aujourd'hui un appareil vidéo. Notons que les appareils vidéos digitalisés permettent de capter sans l'utilisation d'un "converter", les canaux supplémentaires de la Télé Haïti.

LES SOURCES DE FINANCEMENT

Aucun média, qu' il soit privé ou public, communautaire ou religieux, ne saurait survivre sans une source de financement. En ce qui concerne la Télé Haïti, station de télévision indépendante et commerciale, la souscription et la publicité constituent les deux principaux moyens permettant de faire fonctionner l'entreprise.

A) LA SOUSCRIPTION

La souscription est le moyen par lequel provient la plus grande part des revenus de la Télé Haïti. Le paiement mensuel effectué par les abonnés de la station, chiffrés à près de 14.000, est une source financière importante permettant d'assurer le fonctionnement de la compagnie.

CONDITIONS D'ABONNEMENT OU DEMARCHES A EFFECTUER EN VUE DE L'INSTALLATION DU CABLE

Le client qui s'intéresse à bénéficier d'un abonnement à la Télé Haïti peut se présenter aux guichets de la station située au bicentenaire, ouverts de 8:00 a.m. à 4:00 p.m. ou téléphoner en vue de sollicter le service d'un messager à domicile au 22-3000, 22-4704, 22-4724, 22-3021, 22-3426.

L'intéressé doit communiquer: son adresse précise; son numéro de téléphone à domicile et à son lieu de travail; sa boîte postale (si possible), son numéro d'identité fiscale (NIF), et se munir de la somme à payer pour les différents frais réclamés, ce qui totalise Gdes 1300, 00 (installation et dépôt de garantie).

Installation de base

Un premier versement de 700 gourdes est réclamé par Télé Haïti comme frais d'installation de base (dont 200 gourdes de frais d' ouverture de dossier, non-remboursables). Le client qui se trouve en zones spéciales notamment Fermathe, Belvil, etc. doit payer 1050 gourdes. Ce frais inclut 100 pieds de câble comme matériel y compris 3 mois de dépôt de garantie remboursable.

Un dépôt de garantie

Un dépôt de garantie de 600 gourdes est également réclamé à l'intéressé. Ce dépôt est réévalué en cas de majoration des tarifs d'abonnement et comprend 200 gourdes de frais de fermeture de dossier, non remboursables. Au cas où le client résilierait le contrat, il bénéficiera d'un remboursement incluant les 3 mois de dépot (soit 200 gourdes x 3 = 600 gourdes).

Les techniciens de la Télé Haïti procèdent à l'installation du câble chez le client dans les 15 prochains jours succédant la signature du contrat.

Les modalités de paiement

Le client, une fois le câble installé, commencera à payer la mensualité de 200 ou 250 gourdes selon l'endroit plus 10% de TCA (Taxe sur Chiffre d'Affaires). Notons que le client paiera cette mensualité si l'installation est effectuée avant le 21 du mois en cours. A signaler également que la mensualité fixée actuellement à 200 gourdes au moins en raison du coût de la vie, s'élevait dans un premier temps à 25 gourdes seulement puis à 37,50 gdes et 70 gdes.

Les tarifs des autres services de la Télé Haïti

Abonnement par téléviseur supplémentaire (Gdes. 80 + 10% TCA)......... Gdes 88,00

Installation d'une prise supplémentaire .................................................... Gdes 300,00

Déplacement de prise à la même adresse................................................... Gdes 225,00

Transfert (changement d'adresse).............................................................. Gdes 500,00

En zones spéciales (Fermathe, Belvil, etc.)............................... Gdes 750,00

Reconnexion............................................................................................... Gdes 340,00

Frais de service........................................ .................................................. Gdes 75,00

Changement de nom du titulaire de l'abonnement..................................... Gdes 200,00

Réglage-programmation du téléviseur.... ................................................... Gdes 150,00

Surplus de câble du dernier poteau à la prise (par pied)............................ Gdes 7,50

(Le coût d'une installation comprend 100 pieds de câble)

Surplus de câble du câble-mère du dernier poteau (par pied) Gdes 20,00

L'abonné à la Société Haïtienne de Télévision par Satellites S.A. (Télé Haïti) est libre d'effectuer ses paiements, cependant si le client paie une année d'abonnement d'avance, il bénéficie d'un 13ème mois gratuit. Si le client peut prouver qu'il a informé le service de réparation et qu'après un mois la Télé Haïti n'a pas procédé à la réparation de son câble, le client bénéficie d'un mois supplémentaire gratuit en compensation.

A noter que pendant les années de rationnement sévère du courant électrique, la Télé Haïti avait donné énormément de crédit à la clientèle.

La Télé Haïti n'envoie jamais de bordereau. Des employés affectés au service d'appel (dépendant du Service de recouvrement) ont pour rôle de rappeler au client d'effectuer sa mensualité après un mois de dettes.

Dans le souci d'aider le client, le Service de recouvrement de la Télé Haïti dispose d'un service de recouvrement à domicile. Sur simple appel téléphonique, un commis de la station muni de sa carte d'identification est habilité à se rendre chez l'abonné en vue de recueillir la ou les mensualités. Un frais de 30 à 50 gourdes dépendamment de l'endroit, est réclamé pour ce service. Notons qu'outre son local principal situé au bicentenaire, la Télé Haïti dispose également d'un certain nombre de caisses dans toutes les succursales de Promobank, de Sogebank, et des supermarchés Big Star Market. Le système de virement bancaire offert par la Télé Haïti permet également à l'abonné très occupé de s'abstenir de se déplacer pour payer son abonnement.

Les sanctions en cas de non paiement

Après un mois de non paiement le client est contacté par le service d'appel de la Télé Haïti. Quelques années auparavant la compagnie envoyait une lettre d'avocat à l'abonné pour lui demander d'effectuer son paiement sous peine de débranchement. Le paiement immédiat permet d'éviter les pénalisations. Dans les quatre-vingt dix jours de dettes suivant la réception de la lettre d'avocat, la Télé Haïti procède au débranchement du câble de l'abonné.

Le nombre d'abonnés à la Télé Haïti

Il est difficile de fixer le nombre exact d'abonnés de la Télé Haïti vu que l'effectif des clients varie en fonction des conjonctures socio-politico-économiques. Toutefois, un effectif de 14.000 abonnés est retenu comme le niveau maximum atteint, tandis que durant les périodes difficiles cet effectif est descendu à 10.000.

Evaluation du profit

Pour des raisons internes et particulières, aucune entreprise ne voudrait révéler le profit réalisé. Cependant dans le cas de la Télé Haïti, notre analyse nous a démontré que depuis l'acquisition de la station par les nouveaux propriétaires les affaires vont beaucoup mieux. "Si ce n'était pas rentable, nous a confié une source anonyme généralement bien informée, on aurait déjà fermé la Télé Haïti". Il paraît que le profit de la Télé Haïti a baissé lors des périodes de troubles politiques et surtout durant la remarquable période de rationnement du courant électrique (fin 1993 jusqu'en mai 1994). Au cours de cette période marquée par la crise politique sans oublier l'embargo, les brouillages du câble et le curage du bassin de Péligre, la Télé Haïti a été au bord de la faillite. Les employés, ayant compris la gravité des problèmes auxquels faisait face la compagnie, ont voté de leur plein gré en faveur d'une diminution de salaire de 35% au niveau des cadres intermédiaires; ce qui a empêché à la station de fermer à cette époque où toutes les réserves économiques de l'entreprise étaient épuisées.

B) LA PUBLICITE ET SON IMPORTANCE POUR LA TELE HAITI

La publicité permet à la Télé Haïti d'augmenter ses revenus en provenance de l'abonnement. Ce dernier dépasse largement les rentrées publicitaires (Soit approximativement 70%) tandis que les fonds en provenance de la publicité représentent un pourcentage de 30% environ. La publicité

constitue donc un très grand secours pour la station car elle lui permet de boucher le trous occasionnés par les retards de paiement enregistrés de la part de certains abonnés. Sans les rentrées publicitaires la station serait peut être obligée d'augmenter son tarif d'abonnement.

Les crénaux qui fournissent de la publicité

La Télé Haïti travaille avec toutes les agences de publicité; les plus connues notamment Publi-Gestion, Multi Ad, Arca et Promo-Plus. Ces agences se chargent de contacter les commanditaires pour lesquels ils préparent un programme publicitaire (en choisissant les heures de diffusion ou les programmes de prédilection susceptibles d'être dans l'intérêt de leurs clients). La Télé Haïti offre aux agences de publicité une commission de 15% des rentrées. Notons que la Télé Haïti n'utilise pas de démarcheurs en particulier pour l'obtention des contrats publicitaires.

Depuis que la Télé Haïti a commencé à retransmettre des programmes étrangers par satellites, les contrats publicitaires ont visiblement augmenté. Selon un responsable, cette augmentation s'explique par le fait que les commanditaires ont remarqué que beaucoup plus de téléspectateurs regardaient les programmes de la station. D'autant plus que des canaux supplémentaires avaient fait leur apparution. Ce qui du coup, a fait également augmenter les tarifs publicitaires de la station.

LE TARIF PUBLICITAIRE DE LA TELE HAITI

TARIF PUBLICITAIRE

(EFFECTIF AU 2 FEVRIER 1998)

SPOT FLOTTANT

(DANS UNE TRANCHE HORAIRE)

A= 6:00 pm à 9:59 pm

B=4:00 pm à 5:59 pm et 10:00 pm à 11:00 pm

C=8:00 am à 3:59 pm

DUREE DE SPOT

A

B

C

1-15 sec

Gdes 240,00

Gdes 155,00

Gdes 120,00

16-30 sec

Gdes 295,00

Gdes 215,00

Gdes 155,00

31-45 sec

Gdes 340,00

Gdes 245,00

Gdes 190,00

46-60 sec

Gdes 460,00

Gdes 355,00

Gdes 265,00

HEURE CHOISIE

(CHOIX D'UN PROGRAMME SPECIFIQUE)

A' = 6:00 pm à 9:50 pm

B' = 4:00 pm à 5:59 pm 10:00 pm à minuit

C' = 8:00 am à 3:59 pm

DUREE DE SPOT

A'

B'

C'

1-15 sec

Gdes 460,00

Gdes 295,00

Gdes 225,00

16-30 sec

Gdes 550,00

Gdes 390,00

Gdes 295,00

31-45 sec

Gdes 660,00

Gdes 470,00

Gdes 355,00

46-60 sec

Gdes 880,00

Gdes 625,00

Gdes 470,00

PATRONAGE DU TELE-PRESSE

(Sur la chaîne 14 en alternance avec CNN Headline News)

SOIR ET MATIN

1ère diffusion : Ch. 14 à 6:30 pm et rediffusé le soir

Le soir : Ch. 14 à 7:30/ 8:30/ 9:30 pm

Le matin : Ch. 14 à 6:30/ 7:30/ 8:30 am

Le patronage du Télé-Presse comprend:

* 1 annonce avant Télé-Presse

* 1 spot pendant Télé-Presse

aux 7 diffusions: soit 154 spots, 154 annonces

Egalement sur RFI/ HAITI 89.3 FM

6:30 PM

Soit 22 spots radio

Prix mensuels

1-15 sec.

Gdes 19.000,00

16-30 sec.

Gdes 25.000,00

31-45 sec.

Gdes 33.000,00

46-60 sec.

Gdes 40.000,00

N.B. Un engagement de 3 mois minimum est demandé pour le patronage du Télé-Presse.

CHAINE 3

(Annonce graphique)

Une page peut avoir 7 lignes au maximum et 32 caractères par ligne.

Vous pouvez choisir vos couleurs, la taille des caractères d'Imprimerie

Par jour

Gdes 250,00

Par mois

Gdes 5.500,00

Avec graphiques, dessins ou images

Par jour

Gdes 350.00

Par mois

Gdes 7,850.00

C) LA SUBVENTION

La subvention est généralement considérée comme une source de financement, cependant dans le cas de la Télé Haïti, on ne saurait la considérer puisqu'elle ne bénéficie d'aucune subvention.

C-1) Avantages donnés par l'Etat Haïtien

La Télé Haïti ne bénéficie d'aucune subvention de l'Etat Haïtien. Notons que la Société Haïtienne de Télévision par Satellites S.A. paie toutes les taxes réclamées par l'Etat haïtien, plus de 5% à la base sur les abonnements mensuels comme redevance au CONATEL.

LES MANQUES A GAGNER ET LES PROBLEMES AUXQUELS EST CONFRONTEE LA TELE HAITI

Les difficultés rencontrées par les responsables de la Télé Haïti pourraient se résumer en trois principaux points qui sont notamment: les prises clandestines; la crise énergétique ou rationnement du courant électrique et les accidents occasionnels enregistrés sur le réseau.

A- LES PRISES CLANDESTINES

Les prises clandestines constituent le plus grand problème auquel la Télé Haïti fait face. Devant l'ampleur de ce problème on est obligé de le diviser en trois catégories:

A-1 Les fraudeurs des quartiers populaires

Dans les zones bidonvilisées, on rencontre une catégorie de fraudeurs qui ne sont pas en mesure de se payer un abonnement à la Télé Haïti. Ces personnes qui possèdent pourtant un appareil de télévision piquent ou coupent le câble-mère de la compagnie en vue de capter les signaux. Cette catégorie est la plus courante.

A-2 Les fraudeurs, ayant des moyens mais qui refusent de prendre un abonnement.

Un autre type de fraudeurs est constitué pourtant de personnes ayant les moyens de payer un abonnement mensuel à la Télé Haïti et qui pour une raison ou pour une autre, refusent de souscrire. Ces fraudeurs préfèrent payer $60, $50 ou $40 à un technicien quelconque pour se faire connecter. Ces connections sont généralement bien réalisées, cependant elle est illégale par le fait que la Télé Haïti ne bénéficie pas des rentrées.

A-3 Les fraudeurs qui détournent entièrement le parcours du câble

Des fraudeurs plus professionnels arrivent jusqu'à débrancher toute une zone pour amener le câble dans un quartier où n'existait aucun abonné de la Télé Haïti. Ce type de fraudeur n'est pas courant, cependant, à plusieurs reprises, la station dû faire face à ce genre de problème.

B- LA CRISE ENERGETIQUE

Le rationnement du courant électrique constitue apparemment le plus grand problème de la Télé Haïti. Les répercussions de cette crise énergétique sont visibles puisqu' il est constaté que le volume d'abonnés à payer leur mensualité diminue durant les périodes où la population bénéficie très peu du courant électrique alors que le nombre tend à augmenter pendant la saison des pluies par exemple, époque durant laquelle la centrale de Péligre permet une meilleure distribution de l'électricité à la capitale.

B-1 Crise énergétique: Vue d'ensemble des répercussions sur la Télé Haïti

A mesure que la crise énergétique devient de plus en plus grave, ses répercussions se font de plus en plus sentir sur la Société Haïtienne de Télévision par Satellites S.A. Dans les moments les plus difficiles, cette crise énergétique affecte la station à 70% puisque tous les appareils fonctionnent à l'électricité. Les pénuries pénibles du courant électrique obligent les responsables de la Télé Haïti à se procurer de la gasoline au prix fort en vue d'assurer son fonctionnement.

B-2 Suppléer à la crise énergetique avec l'utilisation des génératrices et des inverters.

Etant donné que la Télé Haïti utilise le système de câble coaxial, le problème d'énergie électrique constitue un grand problème pour la réception du signal de la station par ses abonnés. Le principe du câble veut qu'il y ait de courant sur tout le circuit pour que le signal puisse passer. Même si la station émet et que chez le client il y a de l'électricité, si en cours de route le circuit n'est pas alimenté à cause d'une coupure d'électricité, le client ne pourra pas recevoir le signal. Pour parer à la crise énergétique et permettre aux nombreux abonnés de la station de continuer à recevoir les signaux, lorsque cela s'avère nécessaire, les responsables de la Télé Haïti font fonctionner des génératrices d'une puissance de 2.2 kilowatts munis de relais dans différents points stratégiques de la capitale et ses environs, notamment au centre-ville, Delmas, Pétion-Ville et Carrefour. La station est donc autonome en énergie électrique.

Depuis 1998, les génératrices sont surtout utilisées en vue de recharger les batteries des inverters. Un effectif de 18 inverters de 2 kilowatts sont en service sur tout le réseau câblé de la Télé Haïti tandis que 9 génératrices sont disponibles en vue de suppler à l'absence délectricité.

Durant la période d'embargo politique par exemple (1991-1994), les responsables de la Télé Haïti avaient placé des génératrices d'une puissance de 2.2 kilowatts munis de relais dans différents points stratégiques de la capitale et ses environs, notamment au centre-ville, Delmas, Pétion-Ville et Carrefour. Au total, 16 génératrices (dont 8 qui appartenaient à des clients) et 3 inverters de 800 watts alimentaient les câbles de différents réseaux de la Télé Haïti. Les points de placement des différentes sources de réalimentation ont été choisis après étude du plan du réseau. Ces sources de réalimentation fonctionnaient de midi à 8:00 p.m. et étaient surveillées par des particuliers. La station fournissait de la gasoline ou du gasoil aux clients qui ont bien voulu mettre leurs génératrices à son service.

C- LES ACCIDENTS

Bien qu'ils ne se produisent que rarement, les accidents constituent un type de problèmes rencontrés par les techniciens de la Télé Haïti. Ces accidents qui provoquent la coupure du câble de la Télé Haïti sont généralement occasionnés par des chauffeurs de poids lourds distraits qui, revenant d'une livraison de sable, de gravier ou de pierres quelconque, oublient de rebasculer la partie arrière de leur engin. Ce genre d'accidents est surtout enregistré dans les endroits qui n'ont pas encore été rénovés par l'EDH (l'Electricité d'Haïti). Notons en passant que 70% du réseau de la Télé Haïti sont rénovés. Des travaux de rénovation complet du réseau de l'ED'H seraient profitable à la Télé Haïti. En effet, Sur environ 30% de réseau Télé Haïti les poteaux en bois sont en très mauvais état et les câbles des trois compagnies (ED'H, Téléco, Télé Haïti) sont placés trop bas, ce qui favorise les prises clandestines et les accidents de la circulation sus-mentionnés.

A-I LES REPERCUSSIONS DES PRISES CLANDESTINES ET DES COUPURES INTEMPESTIVES DE L'EDH

Les répercussions des prises clandestines y compris des coupures intempestives de l'EDH sont légions sur le fonctionnement de la Télé Haiti. Des effets négatifs sont bien souvent enregistrés notamment sur le matériel utilisé, tandis qu'un certain nombre d'autres dommages sont constatés de temps à autres par les techniciens de l'entreprise.

a) Les amplificateurs défectueux

Si les prises clandestines causent des problèmes mineurs au niveau du câble coaxial utilisé par la Télé Haïti, ils provoquent parfois des dommages graves sur les amplificateurs de la station. En effet, la diminution de tension occasionnée par le sectionnement des câbles coaxiaux occasionnent la brûlure de certains amplificateurs. A la recherche d'une force de tension, les amplificateurs s'échauffent et parfois, sautent. Ce qui oblige les responsables de la station à procéder au remplacement des amplificateurs défectueux et à utiliser d'autres matériels neufs sous peine de priver un certains nombre d'abonnés de la réception des signaux de la Télé Haïti.

b) Dommages provoqués par les coupures intempestives de l'EDH

Les coupures sporadiques et non annoncées de l'Eléctricite d'Etat d'Haïti ont également des effets négatifs sur le matériel utilisé par la Télé Haïti. Les variations du courant électrique constituent également un vrai casse-tête pour les techniciens de la station. En effet, la tension énergétique, quand elle est trop forte ou trop faible, fait sauter certaines fois les amplificateurs ou d'autres équipements de la station.

B- LES MOYENS DE LUTTE CONTRE LES PRISES CLANDESTINES

Capter le signal de Télé Haïti sans être abonné est un vol puni par la loi. Face à la recrudenscence de prises clandestines sur son réseau qui lui cause un préjudice matériel (câbles endommagés) et financier (service volé; privation de service aux autres abonnés), Télé Haïti a décidé de faire appel aux autorités compétentes afin de faire respecter ses droits.

Pour lutter contre les prises clandestines, les responsables de la Télé Haïti peuvent appliquer les options suivantes:

A) L'utilisation du juge de paix et de la police

Lorsqu'on surprend un fraudeur en flagrant délit, les techniciens de la Télé Haïti font appel à l'appareil judiciaire, autrement dit, ils peuvent se présenter sur les lieux avec un juge de paix accompagné de son greffier et de deux policiers au moins. Conformément à la loi, l'appareil judiciaire peut procécer aux poursuites des propriétaires ou locataires des logements pris en flagrant délit de vol des signaux de Télé Haïti.

Il est à noter qu'en vertu du décret-loi du 12 octobre 1977 sur les Services de Télécommunications en Haïti, en ses articles 139, 143 et 144, qui prévoient en cas d'infraction et de flagrant délit:

a) une peine d'emprisonnement de un à trois ans;

b) une amende de mille à cinq mille gourdes.

Par ailleurs, des articles 9, 10 (1er et 2ème alinéas), 42 et 324 du Code Pénal, qui se lisent comme suit:

a) les peines en matière correctionnelle sont: «l'emprisonnement à temps et l'amende».

b) «l'infraction que les lois punissent de peines correctionnelles est un délit».

c) «les complices d'un crime ou d'un délit sont punis de la même peine que les auteurs même de ce crime ou de ce délit...

d) «les condamnés à une peine correctionnelle seront en cas de nouveau délit, condamnés jusqu'au double de la même peine».

e) «Quiconque a soustrait frauduleusement une chose qui ne lui appartient pas est coupable de vol».33(*)

B) Saisie des appareils ou obligation est faite au fraudeur de signer un contrat d'abonnement

Lorsque la Télé Haïti utilise les services d'un juge de paix, elle procède à la saisie de l'appareil de télévision du fraudeur. Elle exige également du fraudeur, la signature d'un contrat d'abonnement immédiat en vue d'une connection légale. L'appareil sera remis au fraudeur s'il respecte les exigences de la compagnie. Dans de pareils cas, 60% environ des fraudeurs ayant accepté de faire un contrat d'abonnement respectent leur engagement.

C) Effectuer la Saisie des câbles utilisés pour les prises clandestines

Le dernier procédé appliqué par la Télé Haïti pour faire face aux fraudeurs consiste à la saisie des câbles utilisés pour réaliser les prises clandestines. Ce procédé donne de bons résultats en ce sens qu'il décourage les fraudeurs obligés à acheter un autre câble qui coûte assez cher à présent.

Notons en passant que lors des périodes de panne ou d'arrêt de fonctionnement de la TNH (Télévision Nationale d'Haïti), comme par exemple durant la période allant de septembre 1993 jusqu'au début de 1994, une augmentation sensible des actes de piratage est constatée. Cela s'explique simplement par le fait que les téléspectateurs n'ont pas d'autres alternatives en matière d'informations télévisées, surtout qu'à cette époque donnée, à côté de la PVS-Antenne 16, les trois nouvelles chaînes de TV (4, 5, et 13) ne diffusaient pas encore d'informations.

L'AUDIOVISUEL ET LA PRODUCTION CULTURELLE EN HAITI

Il ne serait pas tout à fait juste de demander à chaque station de télévision de produire ou de réaliser la totalité des émissions devant être diffusées sur leurs ondes. Le coût de production de programmes destinés à la télévision étant élevé, les stations ont recours à des rares produits réalisés par des compagnies locales privées de production, et le plus souvent à des documentaires, des magazines ou des films en provenance de l'étranger, par le truchement des services culturels des ambassades accréditées en Haïti. Il est pourtant malheureux de constater que la production haïtienne en matière de cinéma ou de télévision est presqu'inexistant. Cette situation durera encore longtemps si aucun effort n'est consenti en vue de l'améliorer.

La situation actuelle

D'une manière générale, la production haïtienne en matière de cinéma ou de télévision est très faible. A part de quelques feuilletons télévisés, la plupart ont d'ailleurs disparu («Languichatte», «Papa Pyè», «Mr. Piram», «Gabel», «Les Gens d'ici», «Pè Toma», etc.) et quelques "films" cinématographiques, qu'on peut compter sur les doigts: «Gouverneurs de la Rosée», «Map Pale nèt», «Olivia», «Anita», « Founérailles», «Canne amère», «Le Cap à la Une» et quelques autres que nous verrons en détails dans ce chapitre, rien de particulier n'a été accompli jusqu'ici à ce niveau.

Quelques compatriotes évoluant à l'étranger se sont fait un nom dans le domaine du cinéma, tel est le cas de Dany Laferrière (Prix Carbet de la Caraibe), un Haïtien vivant à Montréal dont roman "Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer" a été primé. Raoul Peck, un autre compatriote qui évoluait en Europe, avant de retourner en Haïti pour occuper le poste de Ministre de la Culture sous le gouvernement Préval-Smarth (1996), a plusieurs réalisations cinématographiques à son actif, notamment "Haïtian Corner", (réalisé à New York), "Lumumba ou la mort du prophète" et plus récemment "L'homme sur les quais", film qui a été sélectionné officiellement au Festival de Cannes en 1993.

Le producteur Sicilien évoluant en Haïti depuis les années 80, Claude Mancuso, qui en 1988 a réalisé "Ala mizè pou Rodrig", constate comme bon nombre d'observateurs, que la production haïtienne est très pauvre, il explique ce phénomène à cause de la situation économique du pays. Il fait remarquer que dans les années 80, il y avait un effort en vue de produire certaines émissions destinées à la télévision, cependant dit-il, «le manque d'encouragement de la production indépendante a brisé cet élan». M. Mancuso indique que ces producteurs indépendants ont dû s'arrêter en cours de route à cause des conditions très peu favorables imposées par les stations de télévision (Télé Haïti et TNH) qui exigeaient un trop grand pourcentage sur les recettes publicitaires.

Si les réalisateurs et producteurs haïtiens évoluant à l'étranger ont certaines facilités, on ne saurait condamner toutefois ceux qui évoluent à l'intérieur du pays puisqu'ils font face à des difficultés de toutes sortes. D'abord le manque d'encadrement puisque jusqu'ici le Ministère de la Culture dont le rôle serait de promouvoir ces éléments de notre culture nationale, ne s'est pas encore manifesté en vue de faire avancer le 7ème art. Viennent s'ajouter à cela les problèmes économiques, de facilités techniques et de distribution du produit sur le marché local ou international.

Un article du Nouvelliste consacré à la sortie d'un film haïtien évoquait récemment: «On doit rendre hommage à tous ceux qui tentent de faire vivre le 7ème art et grâce à qui on peut dire qu'il existe un cinéma haïtien. Dans un milieu où tout est difficile, même les conditions d'existence, le cinéma se fraie difficilement un chemin et il n'arrivera jamais à rien si nous ne l'aidons pas».34(*)

PRODUCTIONS VIDEOGRAPHIQUES ET CINEMATOGRAPHIQUES

Chronologie sommaire du cinéma en Haïti et sur Haïti

Le cinéma haïtien est très jeune et caractérisé généralement par une production qu'on ne saurait qualifier de professionnelle ni comparer aux réalisations étrangères. Ce cinéma pauvre traduit la réalité d'un pays sous-développé, qui a trop connu l'instabilité politique, et où les moyens économiques permettant de supporter la production cinématographique et de la démocratiser, sont presqu'inexistants. Le 7ème art produit en Haïti traduit également l'absence d'une vraie école de cinématographie. Les meilleurs cinéastes haïtiens ont été formés à l'étranger, tandis que le pays a vu naître, depuis près d'une dizaine d'années, une nouvelle génération de cinéastes formés sur le tas, et qui en dépit de la richesse de leur créativité, utilisent encore des équipements vidéo destinés pour des reportages télévisés et non des films cinématograghiques au sens propre, qui habituellement, se pratiquent sur pellicule.

- L'APPARITION DU CINEMA

L'historiographie haïtienne sur le cinéma est très limitée. On ne connait que deux numéros de la revue de l'Institut Français d'Haïti, «Conjonction», publiés en 1983 consacrés au cinéma et le livre d'Arnold Antonin paru au cours de la même année à Caracas (Vénézuéla), intitulé «Matériel pour une pré-histoire du cinéma haïtien» ainsi qu'un chapître du même auteur dans le livre de Guy Hennebel et de Alfonso Gumucio Dagron paru en 1984 sous le titre de «Cinéma de l'Amérique latine».

Presqu'en même temps, que dans tous les autres pays du monde, le cinématographe fait son apparition en Haïti. Le 14 décembre 1899, un représentant du cinématographe Lumière effectue la première projection publique au Petit Séminaire. Le lendemain, ce même représentant, Joseph Filippi de passage en Haïti, filme un incendie à Port-au-Prince. Bien qu'il n'y ait pas eu de recherches systématiques et donc d'informations précises et documentées à ce sujet, il y a eu des reportages filmés sur des sujets variés (ciné-variétés) jusqu'à la prise du pouvoir par François Duvalier en 1957. Emmanuel Lafond et Edouard Guilbaud réalisent de nombreux reportages sur les événements politiques et sportifs jugés les plus importants.

On dispose encore dans les archives américaines de la Library of Congress des Etats-Unis d'Amérique, de nombreuses images en mouvement de la période de l'occupation de 1915-1934 représentant les actions des marines et les cérémonies officielles.

On peut retrouver encore des images en mouvement tournées en Haïti sur les soins de santé, l'agriculture ou des scènes de la vie sociale dont le carnaval est le moment privilégié dans les archives de la Library of Congress également ou à Pathé-Ciné.

Les premières projections continues après le passage du représentant des Frères Lumière ont lieu à partir de 1907 au Grand Hotel de Pétion-Ville puis au Parisiana situé au Champ de Mars à partir de 1914. Le Parisiana a été la première grande salle de cinéma et de théâtre ( environ 500 places) qui a existé dans le pays.

En 1933, le Ciné Eden ouvre ses portes au Cap-Haïtien. L'année suivante ce fut le tour du Paramount à Port-au-Prince et en 1935 celui du Rex Théâtre.

LE CINEMA QUE VOIENT LES HAITIENS

Si la production cinématographique locale est pratiquement inexistante, les Haïtiens cependant, vont au cinéma. Dans les années soixante, les spectateurs avaient encore le choix entre des films produits par des réalisateurs italiens et français. Mais au fur et à mesure, malgré des espaces offerts sporadiquement par l'Institut Français, le cinéma holywoodien et pas le meilleur, a envahi les écrans. Pendant tout le régime des Duvalier, une stricte surveillance est exercée sur les films projetés de peur qu'ils ne véhiculent des idées subversives. Par exemple, «La Fièvre monte à El Pao», de Luis Bunuel, a été vite enlevé des salles. Fort souvent les westerns et les films inspirés des arts martiaux chinois représentaient les seuls choix offerts au public.

Dans les années 80, le groupe Elisée apparaît sur le marché haïtien du cinéma. Cette corporation antillaise a permis au public haïtien d'avoir accès aux films à succès réalisés en France et aux versions françaises des films américains.

Aujourd'hui un seul groupe domine la distribution et l'exploitation du cinéma en Haïti, il s'agit du même groupe Maxence Elisée devenu groupe «Loisirs S.A.» et qui possède la plupart des salles de spectacles du pays, notamment les trois plus grandes, l'Impérial, (5 salles), le Capitol (4 salles), le Rex Théâtre et le Paramount.

Le sort des Haïtiens qui veulent voir du cinéma sur le petit écran n'est guère meilleur. Bien que le pays vive encore à l'heure de la radio (194 stations à travers le pays), beaucoup de nouvelles chaînes de télévisions (18 au total) ont fait leur apparition, soit 7 à la capitale et 11 en province. La production locale étant inexistante, ces «télévisions» ne font que relayer soit directement ou en différé des programmes captés à partir d'antennes paraboliques des chaînes américaines ou canadiennes qui déversent fort souvent en anglais toutes sortes d'images en provenance du premier monde. Ainsi donc, les Haïtiens ont eu et ont très peu d'occasion de voir des produits réalisés par leurs compatriotes.

LE CINEMA QUE FONT LES HAITIENS

Le cinéma qui se fait par les Haitiens se caractérise de deux façons: celui réalisé par les compatriotes vivant à l'intérieur du pays où défini comme étant le cinéma de l'intérieur et celui de la diaspora qui à cause du contexte dans lequel il est conçu, le procédé utilisé et l'époque, se veut un cinéma engagé, dans lequel le militantisme est présent dans la majorité des films produits.

A- LE CINEMA DE L'INTERIEUR

Pendant la dictature des Duvalier, la production d'images en mouvement a été d'une extrême pauvreté à l'intérieur du pays. Vu les contraintes technologiques et financières de la production cinématographique, il n'est pas étonnant que dans un pays où tous les indicateurs socio-économiques marchent à rebours, que les cinéastes, à de rares exceptions près, n'arrivaient pas à réaliser des films.

C'est ainsi que se produisent en tout et pour tout, pendant les 28 ans de la dictature des Duvalier, seulement trois films:

- 1976: «Map Pale nèt»

Moyen métrage. Version créole de la pièce de Jean Cocteau, «Le bel indifférent», adapté par Rassoul Labuchin. Court métrage de 25 minutes produit par Kumbit Film, réalisé par Raphael Stines. 25 mm. Couleurs. Ce film réalisé de concert avec des cinéastes américains et qui a été projeté sur les écrans du Ciné Triomphe, constitue en fait le premier film haïtien tourné sur pellicule.

- 1977: «Olivia»

Long métrage réalisé par Bob Lemoine. Celui-ci tente la réalisation d'un autre film mais qui n'est jamais exhibé. Cinéclairimage. Premier Long métrage haïtien de fiction.

Echec au silence de Bob Lemoine

- 1980: «Anita»

Réalisé par Rassoul Labuchin (Yves Médard). « Anita» a connu un grand sucès à l'époque grâce à la diffusion qu'en a fait le Ciné-club Point de vue créé à la même époque qui malheureusement ne dura pas longtemps. Tous ces films on été tournés en 16 mm. Moyen métrage. Fiction.

Malheureusement 12 ans après la chute de la dictature des Duvalier, la production n'a pas été plus abondante; loin de là. Pas un seul film n'a été réalisé depuis lors à l'intérieur du pays à moins que l'on abolisse la distinction entre film sur support pellicule et vidéo. En effet il y a eu plusieurs réalisations vidéo sur lesquelles nous reviendrons.

B- LE CINEMA DE LA DIASPORA. UN CINEMA MILITANT DANS LA MAJORITE DES FILMS.

C'est dans la diaspora qu'apparaît avec vigueur un cinéma de dénonciation et de lutte contre la dictature. Arnold Antonin fut de ceux-là ayant réalisé plusieurs films documentaires sur Haïti en diaspora; il est le plus prolifique dans ce genre de cinéma.

- 1973: "Les Duvalier sur le banc des accusés"

Court métrage de 25 minutes, 16 mm., noir et blanc). Réalisé par Arnold Antonin. Documentaire.

- 1974: "Haïti le chemin de la liberté".

Long métrage de 120 minutes, 16 mm., noir et blanc). Le film haïtien par antonomasependant longtemps dans les milieux du cinéma alternatif d'art et d'essai au niveau international. Réalisé par Arnold Antonin. Produit par l'Organisation Révolutionnaire 18 mai. Documentaire.

- 1975: "Les Duvalier condamnés".

Moyen métrage, 40 minutes, 16 mm., noir et blanc). Réalisé par Arnold Antonin. Documentaire.

- 1975: "Art naïf et répression en Haïti".

Moyen métrage, 40 minutes, 16 mm., couleurs). Réalisé par Arnold Antonin pour la télévision italienne. Couleurs. Documentaire.

- 1975: "Haïti enchaînée".

Moyen métrage réalisé par Benjamin Dupuy. Documentaire.

- 1978: "Où vas-tu Haïti?"

Court métrage réalisé par Lucien Bonnet. 15 minutes. Documentaire.

- 1980: "Un tonton macoute peut-il être un poète"?

Moyen métrage, (40 minutes, 16 mm., couleurs). Prix du meilleur court métrage au Vénézuéla attribué par la mairie de Caracas. Réalisé par Arnold Antonin.

- 1980: "L'ennemi"

Fiction réalisée par David Camille Duchatelier.

- 1981: "Le droit à la parole"

Moyen métrage, (20 minutes, 16 mm., couleurs). Réalisé par Arnold Antonin.

- 1981: "Un monologue Nord-Sud"

Moyen métrage réalisé par J. Godbout et F. Sauvageau. Production Office national du Film du Canada. 16 mm. Couleurs. Documentaire.

Il faut également signaler le documentaire intitulé:

- "Canne amère", (1983, Long métrage réalisé par Paul Arcelin. 75 minutes, 16 mm., couleurs).

Ces films gagnent de nombreux prix et sont projetés dans de nombreux festivals internationaux. C'est à la chute des Duvalier qu'apparaît un nouveau cinéma militant; celui-ci n'est plus fait de documentaires mais aussi de films de fiction: C'est celui de Raoul Peck qui a réalisé entre autres:

- 1989: "Haitian Corner"

New York, (102 minutes, 16 mm., couleurs, fiction).

- "Lumumba ou la mort du prophète"

- 1992: "L'Homme sur les quais",

Sélectionné officiellement au Festival de Cannes de 1993. (1992, 105 minutes, 35 mm., couleurs, fiction).

- 1994: "Desounen",

(52 minutes, 16 mm., couleurs).

"Dès sa sortie en France, ce film haïtien qui décrit l'ambiance obscure du régime de François Duvalier à travers les souvenirs d'une petite fille de neuf ans, Sarah, a remporté un succès certain: plus de 40.000 entrées alors que la moyenne pour les films français à la même période (sauf "Germinal" et les "Visiteurs") se situe entre 10.000 et 20.000 entrées". 35(*)

- 1994: «Haïti le silence des chiens»,

(52 minutes, 16 mm., couleurs).

- 1997: "Chère Catherine"

Produit par Velvet et JBA productions à Paris dans le cadre de la dokumentaX, le plus grand événement culturel d'art contemporain qui a lieu chaque 5 ans à Kassel en Allemagne. Aidé de Richard Sénécal et de collègues allemands et français, les images ont été tournées en Haïti et en Allemagne illustrant le thème fétiche du cinéaste «L'ici et l'ailleurs». (20 minutes)

«Chère Catherine» est une lettre-vidéo adressée au commissaire de l'exposition, madame Catherine David, qui avait invité en 1995, six cinéastes internationaux dont M. Peck pour prendre part à cette édition de la DukumentaX. Dans ce document, l'auteur explique son absence et le fait, vu ses fonctions de ministre, de n'avoir pas pu réaliser le film promis.

Ce film évoque également l'histoire du retour de M. Peck en Haïti et de l'urgence de travailler pour son pays ravagé par des dictatures successives. M. Raoul Peck a occupé le porte-feuille de Ministre de la Culture de février 1995 à septembre 1997.

Ce film a reçu le «Prix Sony Spécial Vidéo»du 50ème Festival de Locarno en Suisse (6-16 août 1997), pour «son langage audiovisuel affirmé qui commnique des sentiments profonds, tant intérieurs que de réflexion politique. 36(*)

- 1998: "Rezistans"

Produit par Crowing Rooster Arts, ce film retrace l'histoire du peuple haïtien qui, en dépit des difficultés rencontrés, a pu braver les militaires et organiser la résistance en vue du retour à l'ordre démocratique. Documentaire

D'autres films méritent également d'être mentionnés:

- 1982: "Ayisyen Leve Kanpe"

Court métrage réalisé par Haïti Film. Couleurs. Documentaire.

- 1982: "Entre Dieu et le président"

- 1982: "Les lois de l'Hospitalité"

- 1983: "Nou Tout se Refijye"

(1983, Court métrage réalisé par Willy Exumé).

- "Comment faire l'amour avec un Nègre sans se fatiguer?"

Réalisé par des Cinéastes canadiens. Une adaptation du roman du même titre de Dany Laferrière paru en 1985).

Tourné à Montréal pour le cinéma, ce film qui fit également l'objet d'un roman best-seller, a connu un immense succès au Canada. Il a été traduit en anglais pour le public américain quelques mois après sa sortie.

- 1990: «Se mèt kò»

(1990, Court métrage, 16 mm., couleurs, réalisé par Patricia Benoit).

Un cinéaste haïtien, Roland Paret, résidant au Canada, a réalisé lui aussi de nombreux courts métrages documentaires et de fiction sur des sujets divers. La plupart de ces films sont réalisés par des auteurs d'origine ou de nationalité haïtiennes mais sont souvent tournés avec des équipes et des financements étrangers.

- 1998: "Jamais de la Vie"

Réalisé par Roger Bois Noreval et Perpétue Tolifirt. Film dont l'histoire retrace la vie sociale de la communauté Haïtienne au Canada. Sorti à Montréal en juin 1998.

1998: "Romancero"

Réalisé par Elsie Haas d'après le roman de Jacques Roumain intitulé «Gouverneur de la Rosée». Ce film documentaire tourné par le caméraman Robert Hellié en août et septembre 1998 avec l'acteur-danseur Henst Duplan devait être présenté au public haïtien au début de l'année suivante.

- VIDEO ET CINEMA

La création et la production d'images dans les conditions sociales et économiques d'Haïti semblent pouvoir trouver une issue dans les médias légers et en particulier dans la vidéo. En effet, de nombreux producteurs indépendants, à côté de la télévision, qui continue à produire très peu, réalisent des tournages en vidéo, de films de fiction ou des documentaires en un nombre qui dépasse nettement la production cinématographique proprement dite.

Arnold Antonin lui-même, depuis son retour d'exil en 1986, n'a réalisé que des vidéos institutionnelles ou éducatives, exception faite d'une oeuvre sur Port-au-Prince intitulée «La 3ème guerre mondiale a déjà eu lieu» (1996).

De nombreux vidéastes travaillent sur le terrain soient comme producteurs, soit comme caméramen, soient comme monteurs. Quelques-uns travaillent aussi comme réalisateurs. il faudrait citer parmi eux des noms comme: Mario Delatour, Jean Fabius, Claude Mancuso, Jean-Pierre Grasset, Richard Sénécal, Rachel Magloire, Patrick Barthélémy, etc.

Un brin d'espérance a germé avec l'arrivée dans l'arène de jeunes réalisateurs aux idées captivantes qui ont choisi de faire du cinéma non seulement un moment de divertissement mais encore une discipline où l'on peut puiser pour rectifier, pour corriger et pour enseigner quand il le faut. Raynald Delerme et Jean Gardy Bien-Aimé, ont produit et réalisé plusieurs longs métrages de fiction vidéo qui ont été projetés dans les salles de cinéma de Port-au-Prince et des principaux chefs-lieu de province avec un succès étonnant. Parmi ces films-vidéo réalisés par Raynald Delerme on peut citer:

- 1986: "Founérailles",

(Réalisé d'après un scénario de Théodore Beaubrun et avec Théodore Beaubrun «Languichatte». PVS/ Policarpe Vidéo Studio).

- 1988: «Les gens de bien».

(Réalisé d'après un scénario de Jean-Gardy Bien-Aimé avec la participation de la Compagnie cinématographique des jeunes acteurs haïtiens (CCJAH). Réalisé sur vidéo Umatic. (1h 40 min).

- 1990: "SHERICO S.A. No. 1".

Une histoire qui met en exergue l'ingérence d'une mère dans la vie sentimentale de sa progéniture.

- 1991: «L'enquête se poursuit».

(Une co-production avec Jean-Gardy Bien-Aimé). Réalisé sur Super VHS. (1h 45 min).

- 1996: "SHERICO S.A. No. 2".

- 1997: "Infidélité".

- 1998: "La femme de mon ami",

Réalisé par Raynald Delerme. Filmé en format vidéo. PVS/ Policarpe Vidéo Studio. La grande première de ce film a eu lieu le 13 septembre 1998 au Rex Théâtre.

Jean Gardy Bien-Aimé de son côté a réalisé:

- 1993: "Le Cap à la une", (Arc-en-Ciel Video Production). Réalisé sur Hi 8. (1h 50 min).

- 1997: "Cicatrices",

(Compagnie cinématographique des jeunes acteurs haïtiens (CCJAH; Arc-en-Ciel Vidéo Production). Une histoire qui raconte l'oppposition d'un fils dans la vie amoureuse de sa mère et menace de tout abandonner si cette dernière ne laisse pas tomber son amant. Réalisé sur Hi 8. (2h 1 min).

- 1999: "Le père de mon fils",

Réalisé sur Beta Cam SP. (1h 50 min).

Frédéric Surpris a réalisé:

- «Les gens d'ici»

- 1998: «Chérie, je t'aime»

Une passion emportée et qui finit par engendrer une action mortelle. Une histoire d'amour, de haine, de vengeance et de magie d'Haïtiens de la diaspora de Montréal.

On peut citer également un film-vidéo réalisé par Raphael Stines «La descente aux enfers» avec un acteur de la farce populaire «Jessifra». Ce comédien connaît un énorme succès auprès du public pour son imitation de l'accent jugé pittoresque des habitants du nord du pays. Raphaël Stines est également le réalisateur d'un feuilleton télévisé intitulé «Pè Toma».

Dans ce domaine, on ne saurait ne pas mentionner également les réalisations de Raynald Delerme lui-même avec le fameux acteur de théâtre haïtien «Languichatte» (Théodore Beaubrun, décédé en juillet 1998), dans leur feuilleton très populaire dénommé «Languichatte au 20ème siècle». Les feuilletons de Frédéric Surpris ont joui également des faveurs du public populaire.

Voici la suite de la chronologie des productions cinématographiques haïtiennes:

- 1981: "L'assassin"

Moyen métrage réalisé par Patrick Barthélemy. (Un film d'épouvante qui retrace l'effet de la réincarnation du Baron de la croix dans un corps jeune afin de se venger). Tourné aux Gonaives, Haïti. 2 m./ 2 heures.

- 1988: "Ala mizè pou Rodrig"

Réalisé par Claude Mancuso, (filmé en 16 mm et doublé en 35mm)

- «La descente aux enfers»

Réalisé par Raphael Stines, (film-vidéo)

- 1990: "Le miroir qui tue"

Réalisé par Patrick Barthélemy. (Un film d'horreur. Interprété par Claudel Louis; Amona Pierre et Mario Moretta. Une histoire sanglante qui dépasse le réalisme butté par l'ambition d'un couple amoureux après avoir déterré la malle maudite. Christine Angelucci et Kelly Kener mènent un combat sans merci entre le corps et l'âme jusqu'à ce qu'en définitive le bien triomphe.

- 1990: "Kraze Lanfè"

Long métrage, (102 minutes, tourné en format vidéo, couleurs). Réalisé par Raphael Stines.

- 1995: "Pouki se mwen"

Réalisation, rédaction et mise en scène du Dr. Réginald Lubin. Ce film qui est destiné à sensibiliser le public haïtien sur les effets devastateurs du SIDA, a été financé par l'AIDSCAP, le C.D.S. et l'O.M.S. (Filmé pour la télévision; 60 mm; couleurs)

- 1996: "Caroline"

Réalisé par Patrick Barthélemy. (Ce film raconte l'histoire d'une jeune fille de 16 ans, frivole en amour. Carole devient folle pour un jeune homme de 17 ans, Papito, issu d'une famille très modeste. Le père de la fille préfère un riche en lieu et place à l'amant choisi par Caroline.)

Tourné dans la région de Kenscoff. Haïti. (1h 20 min).

- 1997: "Affaires Internes"

Réalisé par Guy J. Elie d'après un scénario de Jean Mozard Etienne. Ce film n'a pas vraiment fait grand échos à Port-au-Prince à sa sortie.

- 1998: "Au coeur du danger"

Long métrage réalisé par Wilek Film; production: Eclosion/ Luc Jio Elivert; scénario et mise en scène de Mora Junior Etienne. Couleurs. Les auteurs ont consenti beaucoup d'efforts en vue de réaliser leur projet. Ce film d'action avec un mélange d'aventure et d'amour a attiré la grande foule lors de sa projection au Rex Théâtre à Port-au-Prince du 22 mai jusqu'au mois d'août 1998.

......... 1998: "Lavi Ayisyen nan Nouyòk"

(Long métrage réalisé par Willy Exumé (Wilek Film).

1998: "Demen rekòt la va bèl"

(Long métrage réalisé par Willy Exumé (Wilek Film) et projecté au Rex Théâtre à Port-au-Prince en juillet 1998.).

- 1998: "Haïti les femmes Oiseaux"

Réalisé par Michèle Lemoine. Film documentaire sur la vie des «Madames Saras» en Haïti. Présenté en juin 1998 au Ciné Impérial. (52 minutes; couleurs).

Plusieurs spécialistes refusent de compter les réalisations de Raynald Delerme, de Patrick Barthélemy, de Jean-Gardy Bien-Aimé et de Guy J. Elie dans la catégorie de films cinématographiques puisque, disent-ils, ils sont exécutés en format vidéo et non en 16 mm.

Comme on peut le constater, la production cinématographique haïtienne est très pauvre. Toutefois, il convient de signaler la performance de Arnold Antonin, le cinéaste haïtien ayant jusqu'à date réalisé le plus grand nombre de films cinématographiques, 6 au total. M. Antonin qui a été membre de plusieurs jury internationaux de films, est scénariste, producteur et réalisateur. Il a également réalisé plusieurs documentaires à caractère éducatif ou informatif.

Il est à noter également que la plupart des films présentés dans la chronologie Sommaire du cinéma en Haïti et sur Haïti ne sont pas disponibles en raison de l'absence d'une cinémathèque haïtienne.

- SUCCES COMMERCIAL OU SUCCES ARTISTIQUE

Le cinéma haïtien, pauvre du point de vue technique et artistique, est très peu compétitif face aux productions étrangères. Des pesanteurs de tout ordre se dressent sur le chemin d'une production de qualité. La création audio-visuelle en Haïti n'est pas de toute évidence à la hauteur de la réputation de la création plastique. D'ailleurs on peut même se poser la question suivante: Haïti, n'est-il pas un pays d'oralité? Qu'y vient alors chercher le cinéma?

L'attitude spontanée est de souligner surtout le manque de qualité des feuilletons et des vidéos réalisés et de les opposer à un cinéma d'art et d'essai qui serait le cinéma documentaire ou de fiction politique et militant de certains créateurs haïtiens. Et si le cinéma haïtien était fondamentalement ces fictions tournées en vidéo dans la veine de la farce populaire ou du vaudeville avec toutes leurs lacunes techniques et esthétiques?

Aujourd'hui, l'hybridation des technologies et la multimédiatisation des produits facilitent la production et empêchent une nette distinction entre cinéma et vidéo. En effet, le genre de productions auquel nous faisions référence auparavant est devenu le plus abondant sinon le seul existant depuis la chute de la maison Duvalier et c'est celui qui attire les foules. Seule la superproduction Titanic (1998) a recueilli plus d'entrées que la vidéo intitulée «Cicatrices» produite localement par Jean Gardy Bien-Aimé et projeté dans les différentes salles de cinéma du pays. Il faudrait éviter le dilemme cinéma éducatif et culturel d'une part et cinéma de divertissement d'autre part, pour se poser la question: quelles sont les productions vraiment représentatives du travail des faiseurs d'images dans ce pays? Est-il possible aujourd'hui de tirer parti des spécificités haïtiennes face aux identités transnationalisées et d'arriver en puisant dans l'imaginaire collectif, en profitant de l'immense «no man's land» qui unit la réalité et la fiction dans notre pays, pour faire un cinéma de qualité où le spectateur haïtien s'y retrouve réellement et avec joie?

N'est-ce pas Julio Garcia Espinoza qui rêvait d'un cinéma imparfait qui ferait de ses propres limitations techniques la force et la raison de sa créativité? En fait, en Haïti, nous courons le risque de faire des pesanteurs matérielles de sévères limites à la créativité et à la recherche esthétique.

- CARACTERISTIQUES DE LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE EN HAITI

Il y a une faible préparation technique et artistique dans les milieux de la production et de la réalisation. La plupart des techniciens et des artistes y compris les acteurs se forment sur le tas. Ils sont obligés de s'attarder à résoudre des problèmes techniques, faute de formation, au lieu de s'occuper des problèmes de création. Le professionalisme est donc quasiment absent. Il n'existe pas de préparation dans l'organisation économique de la production en Haïti. Il n'existe pas encore de législation sur le cinéma dans le pays. L'Etat ne manifeste jusqu'à présent aucun intérêt pour la production cinématographique. Il n'y a pas de cinémathèque ni d'école de cinéma. Aucune subvention n'est prévue à aucun niveau en vue d'appuyer la production d'images. En revanche les réalisateurs sont obligés de payer des espaces pour la diffusion de leurs oeuvres à la Télévision; une télévision d'ailleurs, qui jusqu'à présent, tout comme l'Etat, semble être plus préoccupée à organiser l'oubli que la mémoire. Finalement, la critique et les pratiques cinéphiliques sont pratiquement inexistants; la seule critique se résume à la publicité ou à des articulets commandités dans les journaux à la sortie des produits.

Dans un article consacré au cinéma Haïtien un critique écrivait récemment: «Malgré tout, nous avons beaucoup d'efforts à encourir vu le caractère amateurisme de nos acteurs. Tiens, leur manque de perfectionnement en la matière entrave une bonne réalisation. Aussi, nous faudrait-il une académie des arts, cela aidera à coup sûr aux réalisateurs de forcer leur capacité, d'imaginer des solutions originales et meilleures pour le bonheur de ce noble art.» 37(*)

- LES FILMS ETRANGERS SUR HAITI

La liste serait bien longue si on devait mentionner également les films étrangers, documentaires et de fiction inspirés de la réalité haïtienne sur support pellicule ou vidéo réalisés par des cinéastes, des vidéastes ou des chaînes de télévisions sur Haïti. Méritent peut-être d'être retenus entre autres:

- 1963: Le classique »The Divine Horsemen. The living Gods of Haiti»

Moyen métrage réalisé par la musicologue nord-américaine, Maya Deyren. Documentaire de 45'. 16 mm.

- 1967: «Les Comédiens»

Film réalisé par Peter Glenville (production britannique), d'après le roman de Graham Greene. Fiction qui se déroule dans la ténébreuse Haïti des Duvalier.

- 1974: "Gouverneurs de la rosée".

Adaptation télévisée par le téléaste français Maurice Failevic de l'oeuvre de Jacques Roumain.

- 1974: "Haïti, perle des Antilles"

Court métrage réalisé par Omar d'Hoe. Documentaire.

- 1974: "Via Crucis". Reportage du groupe dominicain Instituto de Cine y Television. Court métrage de fiction.

- 1979: "Black Dawn"

Dessin animé réalisé par Robin et Doreen Crafts. 20 minutes. Couleurs. 16 mm.

- 1982: "Enfant de Milbrook"

Séries de trois documentaires réalisés pour Antenne 2 de la TV française par le réalisateur espagnol Jose Berzosa, texte de l'écrivain haïtien Jean-Claude Charles.

- 1982: "Le chemin de l'exil"

Couleurs. Documentaire sur les Boat People haïtiens réalisé par le Cubain, Bernabe Hernandez, en hommage à "Haïti le chemin de la liberté". (22 minutes).

- 1987 "The serpent and the Rainbow"

Film tourné en mars 1987 en Haïti. Production David Ladd. (On n'a pas eu un large écho de ce film)

- 1986 "Descente aux Enfers"

Film tourné à Port-au-Prince, Jacmel et au Cap-Haïtien avec la participation de Sophie Marceau, Claude Brasseur et d'autres acteurs haïtiens, notamment le Dr. Frantz Large. Il fut projeté en Europe ainsi que sur les écrans des cinés locaux.

A noter que les premières séquences du film intitulé "7ème Prophète" ont été tournés en Haïti (avec Demi Moore, Paul R. Gurion, Directeur exécutif, Teld Field, Producteur, Robert Kort et Carl Shulz, Réalisateurs).

- Les films de l'Institut Cubain de l'Art et de l'Industrie Cinématographique (ICAIC):

- 1964: «Cumbite»

Réalisé par Tomas Gutierrez Alea, d'après l'oeuvre romanesque de Jacques Roumain, "Gouverneurs de la rosée» qui a été mise en scène pour la télévision également une dizaine d'années plus tard par le Français Maurice Failevic. Fiction. Noir et blanc.

- 1974: "Simparele".

Court métrage réalisé par Humberto Solas avec la chanteuse haïtienne Marta Jean-Claude. Fiction.

- 1979: "Entre cielo y la tierra"

Long métrage de fiction de Manuel Octavio Gomez sur la vie des premiers immigrants haïtiens à Cuba. Avec Martha Jean-Claude.

- Les documentaires du Français Jean-Marie Drot, ceux des Américains Jonathan Demme et Rudy Stern, Kareen Kramer, et du Danois Jurgen Leth, des Canadiens Jean Daniel Laffond, Yves Langlois. Tous des cinéastes étrangers qui, à titre de producteur ou de réalisateur, ont senti la nécessité de revenir plus d'une fois sur la réalité haïtienne.

LES TELEVISIONS D'HAITI ET LA DIFFUSION DE LA CULTURE

En 1999, il existe trente-deux stations de télévision et de radio-télévision en Haïti. Cependant exception faite dans les stations de la capitale et quelques rares situées dans certaines grandes villes de province, la culture haïtienne est mal servie pour ne pas dire quasi-inexistante et des films en anglais ou même en espagnol sont parfois diffusés en guise de remplissage de la programmation.

Actuellement on peut dire en donnant des détails qu'il existe:

- 6 stations de Télévision à la capitale plus une radio télévision et 13 en province, soit un total de 19 stations de télévision à travers le pays.

- Un effectif de 13 autres stations de radio-télévision émettent à travers le pays, ce qui donne un grand total de 32 chaînes de communications audio-visuelles en Haïti !

A - LES STATIONS DE TELEVISION DE PORT-AU-PRINCE

Au fil des ans, les téléspectateurs haïtiens notent une tendance à la multiplication des stations de télévision à travers le pays et à Port-au-Prince particulièrement où de deux stations qui existaient jusqu'ici en 1979 (Télé Haïti et la TNH), le nombre est passé à 5 en 1998 puis à 6 en 1999 dont une station de radiotélévision (Radio-Télé Eclair).

La Télévision Nationale d'Haïti

La Télévision Nationale d'Haïti, TNH, (chaîne 8), station propriété de l'Etat, a une audience estimée à environ 250.000-400.000 téléspectateurs. Son dispositif a été conçu pour couvrir la plupart du territoire national (Cap-Haïtien, Gonaïves, St. Marc, Cayes, Jérémie, Jacmel). Cependant, des problèmes techniques liés à des turbulences politiques périodiques ayant marqué la vie de ce média, ont entrainé progressivement son déclin. Aujourd'hui, la TNH couvre seulement la capitale et quelques villes de province.

La Télévision Nationale d'Haïti (TNH) a été inaugurée le 23 décembre 1979, soit 20 ans après l'apparition de la Télé Haïti. L'initiative a été prise en 1977 par le gouvernement de Jean-Claude Duvalier; ainsi le pays a vu naître sa première "télévision d'Etat" (si l'on tient compte du rôle ou de l'attribution de toute station de télévision du même genre dans d'autres pays, on peut dire que la TNH est une station gouvernementale. La plupart des gouvernements qu'Haïti a connu durant ces dernières années se sont plutôt servis de la TNH comme un outil de propagande dans leur propre intérêt).

Parmi les émissions locales produites par la TNH en 1998, on peut noter le «Télé Journal» diffusé chaque jour en semaine à 8h p.m. et reprise à 10h p.m.; parmi les autres émissions quotidiennes, on peut citer notamment «Le Journal des Sports», «La Vie Nationale», «Le Petit Monde de la TNH» «Pages tournantes», «Apprendre à travailler les métaux», et «Carnet des Arts». L'émission «La vie nationale»est diffusée le samedi tandis que la plus longue émission de télévision haïtienne s'intitule «Margalie en Studio» est diffusée durant une demi-journée le dimanche. Le très populaire feuilleton haïtien intitulé «Pè Toma» a fait sa réapparition depuis quelques temps sur les ondes de la TNH. A signaler que la TNH émet parfois également en langue anglaise surtout durant la nuit en diffusant des programmes captés par antenne parabolique.

La présence continue sur les ondes (soit 20h sur 24), l'élaboration d'une programmation soutenue, la création d'une série de shows personnalisés et surtout la mise au rancart de la propagande contrairement aux années antérieures, ont considérablement amélioré l'audience y compris l'image de la TNH auprès des téléspectateurs.

Un des experts en la matière affirme que "la TNH, en tant que "télévision d'Etat", devrait être une station à vocation éducative au service de la culture. Elle aurait dû, poursuit-il, pouvoir utiliser des chercheurs pour essayer de créer des émissions régulières ayant rapport avec des éléments de notre culture nationale".

PVS-Antenne 16

PVS-Antenne 16 (8 h à 10 h par jour), une station privée commerciale émettant sur la chaîne 16, bande UHF à Port-au-Prince et les communautés environnantes, est regardée par une audience estimée à 20.000 personnes environ.

Créée le 3 mars 1990 par l'ancien réalisateur du feuilleton populaire intitulé "Languichate au 20ème siècle", M. Raynald Delerme, légalisée en 1995, la Polycarpe Vidéo Studio 16 (PVS Antenne 16) avait fait naître beaucoup d'espoirs à ses débuts. Cependant, après quelques années de fonctionnement, le public s'est rendu pourtant à l'évidence que rien de particulièrement professionnel et nouveau n'avait été initié par cette nouvelle station. Les experts consultés affirment même que la PVS Antenne 16 n'a pas été d'un grand apport en ce qui a trait à la culture locale. Quelques feuilletons ou émissions montées à la va-vite c'est tout; d'autant plus que les signaux transmis par ses émetteurs ne se propagent que sur un périmètre très limité. Parmi les émissions les plus connues de la PVS, on peut citer les programmes diffusés quotidiennement: «Format 16" à 1heure p.m., »Son et Image», à 4:30 p.m., «D-Train» à 5 heures p.m. et «Top 16" à 7 heures p.m. L'émission la plus populaire de PVA est sans doute «Jamais dodo» diffusée le samedi à partir de minuit. D'autres émissions notamment "Teyat lakay" (le samedi soir); "Haïti beat" (les lundi et vendredi) s'étaient fait remarquées durant les premières années de cette chaîne. A noter que PVS a fermé ses portes à plusieurs reprises pour «restructuration». Cette station n'a malheureusement jamais atteint le standard d'une télévision professionnelle jusqu'à diffuser des films pornographiques sur les ondes au cours de le nuit, cependant sans la moindre intervention de l'Etat haïtien. Bob Lemoine, cinéaste et publiciste chevronné, n'a pas peur d'affirmer "qu'en général, les stations de télévision haïtiennes se contentent d'un minimum très maigre et anémié".

Voici les commentaires émis par les auteurs du sondage de septembre 1998 à propos de PVS: «PVS existe sur le VHF comme un ange qui apparait et disparait à sa guise. Son écoute fluctue au gré des événements, par exemple au moment de l'éclatement de l'Affaire Pharval dont l'équipe de presse de PVS a été la première à faire connaître, cette écoute prend l'aspect d'une peau de chagrin aujourd'hui depuis la cessation des émissions d'informations et le manque de professionnalisme dû à un équipement désuet et à une équipe fantaisiste à souhait». 38(*)

Télémax

Inaugurée le 1er mai 1994, la station de télévision commerciale Télémax s'est au fur et à mesure imposée sur le terrain et a gagné une large part des téléspectateurs par la diffusion de programmes très variés, bien élaborés et empreints de professionnalisme. Depuis sa création, Télémax n'a donc cessé de s'efforcer à créer des programmes locaux touchant une large gamme de thèmes d'intérêt commun.

A côté des éditions d'informations quotidiennes de huit heures du soir, «Info 5", «Soir Info» (11 heures p.m.), la revue de la semaine «5 Hebdo», (diffusée le dimanche à 9 heures du matin et reprise le lundi suivant à 6 h a.m.), on peut citer entre autre: «Vidéomax» diffusée chaque jour à 7 heures p.m. et reprise le lendemain à 10 heures a.m.; «Ribambelle», une émission pour enfants diffusée tous les jours à 3 heures p.m.; «Convergence», une émission de style débats présentée le dimanche à 8 heures et reprise le mardi à 11 heures p.m.; «Profil»une émission diffusée le dimanche matin et reprise le jeudi à 6 heures p,m, au cours de laquelle des personnalités politiques sont interviewées; «Objectif» qui est un magazine culturel présenté le dimanche à 6 heures p.m. et rediffusé le mercredi à 6 heurs p.m. et «Le 5 Sportif» diffusé quotidiennement à 6h30 p.m. sauf le dimanche, etc. Télémax est très appréciée également pour le travail accompli par l'équipe sportive.

Radio-Télé Eclair (Télé Eclair)

Fondée le 12 juillet 1994, la programmation de Télé Eclair, comme d'ailleurs toutes les télévisions haïtiennes est dominée en majeure partie par des productions en provenance d'outre-mer, des films pour la plupart.

Le téléspectateur qui suit régulièrement cette station de télévision qui émet 24 heures sur 24 visionnera chaque jour, au moins deux émissions produites localement. Il s'agit de:

- «Contrastes» une émission constituée d'interviews ou de rencontres avec des personnalités sur toutes sortes de sujets. Elle est diffusée chaque jour, les lundis, mercredis et vendredis à 7heures p.m. et les mardis, jeudis et samedis à 9h45 p.m.

- «An Sove Timoun», une émission qui fait la promotion du droit des enfants à la santé. Ce programme est diffusé chaque mardi et jeudi à 7heures. Une autre émission consacrée à la santé dénommée «Maternité Sans Risque» est projetée régulièrement à 9h45 et reprise midi le dimanche.

- «Eco», est une émission sur l'environnement qui est programmé le samedi à 7 heures p.m. et le mardi à 7h30.

- Deux émissions sportives sont réalisées quotidiennement à Télé Eclair, notamment: «Sport sur la Quatre», diffusée à 4h30 p.m. et «Sport Eclair «, un magazine sportif qui passe à 6h30 p.m.

- Il faut signaler que depuis le 14 septembre 1998, Télé Eclair qui négligeait complètement les nouvelles locales a inauguré un journal quotidien intitulé «Info Eclair». Cette émission d'informations est diffusée à 6h30 p.m. et reprise à 10h p.m.

En fin de semaine, les téléspectateurs intéressés aux émissions religieuses peuvent suivre l'émission du groupe Eben Ezer intitulée «L'Oeil chrétien», le samedi à 3 heures p.m., la «Messe du dimanche» le dimanche matin à 8 heurs ou le même jour à 4 h p.m.: «Christ est la réponse». La diffusion de cette dernière émission tout comme celle du groupe Eben Ezer est payée selon les tarifs réguliers de la station.

Selon le sondage réalisé par l'Agence Internationale de Sondages en 1998, «Télé Eclair attire les regards de nombreux secteurs à cause de l'émission «Contrastes» et des films qu'elle projette concurençant les salles de cinéma. Depuis que le gouvernement a fait sortir à la demande du groupe capitol-Impérial un communiqué interdisant la diffusion par cette chaîne des films du box office tournés en salle, la programmation globale laisse à désirer laissant l'impression d'une absence cruelle d'émissions. Si l'on excepte les rares éditions d'animation, les vides comblés par de sempiternels matches de football, un héritage heureux de la Coupe du Monde 1998 que les téléspectateurs haïtiens de la chaîne 4 sont invités à regarder jour après jour. Si elle améliore sa production, il est possible pour elle avant longtemps de conquérir d'autres parts importantes du marché local». 39(*)

Télé Haïti

Sujet principal de ce mémoire, nous avons déjà dressé en long et en large le portrait de la Télé-Haïti (21 chaînes, 24 heures par jour), une station privée de câblo-diffusion. Près de 13.000 foyers sont abonnés avec la station à Port-au-Prince et ses environs, soit une audience totale approximative de 100.000 téléspectateurs. Elle retransmet des programmes en anglais, en français et en espagnol.

Télé Timoun (Télé 13)

A noter que depuis quelques temps les téléspectateurs peuvent de temps à autre visionnner les timides émissions d'éssai de Télé Timoun (une extension de Radio Timoun) sur la chaîne 13, canal utilisé antérieurement par la station Télé 13 (commerciale). Connu d'abord sous le nom de Télé 13 qui appartenait à M. Fred Brutus, depuis le 31 Mars 1997, le CONATEL à la suite d'un différend avec Télé 13, a décidé d'attribuer la chaîne 13 au Rév. Chenet Lucien, responsable de la Mission «Les Oeuvres du Seigneur» puis la même fréquence a été attribuée quelques mois plus tard à Télé Timoun (Radio Timoun). Télé Timoun, propriété de l'organisation «La Fanmi se Lavi», est une chaîne à vocation éducative.

N'ayant pas encore une programmation rigoureuse sinon la diffusion de films et de vidéo-clips, et n'étant pas encore inaugurée officiellement, on ne saurait se positionner réellement sur Télé Timoun.

Télé Kay Timoun (4VTKT S.A.)

Depuis le mois de févrer 1999, la Télé Kay Timoun (4VTKT S.A.) a inauguré officiellement ses émissions après avoir passé 6 années de rodage (puisque les installations s'étaient effectuées depuis novembre 1993). Cette initiative est entreprise par M. Jean-Paul Elie, un spécialiste en la matière qui a passé de longues annés à travailler pour des stations de télévision en Amérique du nord. Si l'on ne peut se positionner définitivement sur cette chaîne en raison de sa jeunesse, les télespectateurs sont toutefois unanimes à noter une nette clareté dans la qualité des images diffusées par la Télé Kay Timoun qui promet de faire la différence en la matière.

Depuis son inauguration, la 4VTKT S.A. travaille de 2 heures de l'après-midi jusqu'à 2 heures du matin en semaine, tandis qu'en week-end, ses émissions débutent à partir de midi. La 4VTKT S.A. ambitionne d'être une chaîne éducative, touitefois elle ne se reflète pas encore dans sa programmation qui se présente comme suit: de 2 heures à 4 heures p.m. des «dessins animés» sont diffusés; dès 4 heures, des matchs de football sont diffusés «TKT Sport», de 6 à 7 eures, c'est ll heures de «Hip Hop Janm» un programme de musique des noirs américains, de 7 heurs à 9 heures, c'est «11 cinéma» suivi de «Vide yo ak Video» de 9 heures à 10 heures p.m. de 10 à 11 heures p.m., dépendemment du jour des matchs de football, de basket, de volley, de tennis ou de box sont diffusés (sauf le vendredi où cette émission est remplacée par «Mahogany», un programme qui met en valeur nos compatriotes de la diaspora; de 11 heures à minuit, des vidéo clips de toutes sortes sont diffusées dans «Haiti Chérie», la station boucle sa programation à 2 heures du matin avec un film cinématographique. le dimanche des documentaires religieux sont diffusés de 1 heure à 3 heures de l'après-midi.

Télé Lumière (22) et Télé Métropole, des projets en élaboration...

D'un autre côté, si la télévision évangélique Télé Union (Chaîne 6 puis 22), n'a pas fait long feu en raison du décès de son propriétaire, cependant le public chrétien est en train de travailler ardemment pour que dans un avenir pas trop lointain, Télé Lumière (chaîne 24 UHF) soit une réalité. Le dimanche 25 octobre un marathon a été organisé au local du Collège Bird en vue de recueillir des fonds pour la réalisation de cet ambitieux projet. Télé Lumière est une extension de la station évangélique Radio Lumière créée en 1959. Le 20 février 1999, Télé Lumière a effectué ses premiers essais dans les villes des Cayes. En effet, les télespectateurs des Cayes ont pu suivre en direct ce jour là sur la chaîne 2 UHF. La retransmission d'une cérémonie organisée depuis la Cité Lumière à l`occasion du 40ème anniversaire de Radio Lumière.

A signaler enfin que le 8 mars 1999, à l'occasion du 29ème anniversaire de Radio Métropole, le fondateur principal, M. Herby Widmaier a annoncé le projet de création d'une nouvelle station de télévision à Port-au-Prince ayant pour dénomination Télé Métropole. Selon M. Widmaier, ce projet devrait se concrétiser en 8 mars de l'année 2000, date qui coïncidera avec le 30ème anniversaire de la station.

B - LES STATIONS DE TELEVISION DE LA PROVINCE

Un nombre de 14 petites stations de télévision fonctionnent tant bien que mal dans les villes de province du pays, notamment deux au Cap Haïtien, deux à Port-de-Paix, deux aux Cayes, trois aux Gonaïves, deux à Jacmel, trois à St-Marc, une à Jérémie et une à Léogane, sans compter les douze autres stations de radio-télévision émettant à travers le pays.

Limitées par les moyens économiques, les stations de télévision de province qui pour la plupart, sont très éloignées des normes d'une télévision professionnelle, ne font que rediffuser des films et d'autres programmes culturels et sportifs étrangers captés à partir d'antennes paraboliques (à 90%). Etant donné que la production en général coûte chère, leurs réalisations locales se limitent donc à la diffusion de certains matches de foot-ball, des reportages occasionnels qui laissent d'ailleurs à désirer, quelques pièces de théâtre filmés dans les salles de spectacle de la ville, des concerts de musique populaires ou évangéliques réalisés lors de passage de groupes ou d'artistes, etc. avec une qualité qu'on ne saurait qualifier de professionnelle.

Sans nous attarder sur l'organisation des 14 stations de télévision émettant en province nous pouvons citer notamment:

Cap-Haitien

TELE 7 (Chaîne 7)/ SUPER CANAL (Chaîne 6)

Les Cayes

TELERICK (Chaîne 4), TELE 6 (Chaîne 6) et 2 autres radio-télevisions.

Gonaives

TELEVISION ARTIBONITE, TVA (Câble) Chaîne 3 (Local), 2,4,5,6/ TRANS AMERICA, (Chaîne 5)/ TELE STAR, Chaîne 6/ et une Radio-Télévision.

Jacmel

TELE GALAXY 2 (Chaîne 2/ VHF)/ TELE MAGIK 7 (Chaîne 7/ VHF)/ et une Radio-Télévision.

Jérémie

Une Radio-Télévision.

Léogane

TELE ANACAONA, VHF.

Limbé

Une Radio-Télévision.

Port-de-Paix

TELE PORT-DE-PAIX (Chaîne 2)/ et une Radio-Télévision.

Saint-Marc

DYNASTY ORIGINAL TELEVISION, DOTV, Chaîne 22 UHF/ STARVISION, Chaîne 4 VHF/ TELE QUISQUEYA, Chaîne 15 UHF.

C- LISTE DES 12 RADIO-TELEVISIONS EMETTANT EN HAITI

La liste des 12 radio-télévisions émettant en Haïti se présente comme suit:

Cayes

RADIO & TELEVISION DE LA METROPOLE DU SUD, (RTMS), Chaîne 12/ RADIO TELEDIFFUSION CAYENNE

(RTDC), Chaîne 3.

Gonaïves

TELE RADIO PROVINCIALE, Chaîne 9, VHF/

Jacmel

RADIO TELE EXPRESS, Chaîne 8 VHF/ RADIO TELEDIFFUSION JACMELIENNE, Chaîne 10/ VHF).

Jérémie

RADIO TELEVISION GRAND'ANSE PLUS (RTVGA +), Chaîne 5 VHF/

Limbé

RADIO TELEDIFFUSION LIMBEENNE (RTL), Chaîne 10 VHF/ RADIO TELEDIFFUSION JUPITER (RTJ), VHF.

Port-au-Prince

RADIO-TELE ECLAIR (RTL), Channel 4.

La RADIO TELE LAKANSYEL (RTL) avait commencé par effectuer des émissions test sur la Chaîne 2 mais n'a jamais pu inaugurer ses émissions; son propriétaire ayant émigré aux Etats-Unis pour raisons familiales.

Petit-Goâve

RADIO-TELE CONTACT, Chaîne 13 VHF.

Port-de-Paix

RADIO TELEDIFFUSION DU NORD'OUEST (RTNO), Chaîne 6, VHF/

LES LIMITES DE LA TELEVISION EN HAITI

S'il fallait la comparer à la radio qui représente le média le plus populaire en Haïti, on verrait la télévision avec un très grand écart en ce qui a trait à sa présence dans les foyers haïtiens. Cela peut s'expliquer par les facteurs suivants: le rayonnement de ce média; le manque d'appareils de télévision chez la population, l'absence d'installations et la pénurie d'énergie électrique. En dehors de ces facteurs, les images projetées par la télévision sont susceptibles d'avoir de fortes incidences lorsqu'elles reflètent la réalité locale.

Au niveau des grandes villes du pays, on a noté un pourcentage relativement élevé de téléviseurs dans les quartiers populaires de Port-au-Prince (avec une population d'un million et demi d'habitants) et du Cap-Haïtien (100.000 h.). Une enquête menée par l'UNICEF en 1993 a révélé que dans le quartier de Fort-National (Port-au-Prince), 11,4% des ménages interrogés comptaient un téléviseur chez eux. Cependant, tout comme pour les appareils de radio, les ménages éprouvent de grandes difficultés en vue d'entretenir ces biens. En 1986, une enquête similaire révélait plutôt un pourcentage de 42,1% (soit une perte de 30,7%) de téléviseurs chez les ménages dans le même quartier. Ces appareils se sont détériorés et n'ont pas pu être réparés ni remplacés au cours des 7 dernières années où ils ont été vendus par leurs propriétaires en vue de subvenir à des besoins plus pressants. 40(*)

Par rapport à l'ensemble du pays où 65% de la population vit en milieu rural, la télévision demeure malgré tout un médium limité. On estimait en 1989 que le pays disposait d'un téléviseur pour chaque 55 habitants à la capitale, et les deux principaux réseaux d'alors, Télé Haïti et la Télévision Nationale, ne desservaient que 15% de la population totale.

LES SOCIETES DE PRODUCTION

A côté des stations de télévision haïtiennes, il existe également quelques sociétés de production qui apportent valablement leur contribution à la réalisation d'émissions locales. Parmi les principales sociétés, on peut retenir la Mancuso Production et Clairimage.

La Mancuso Production

La Mancuso Production qui a été créée en 1984. Vers 1987, cette agence réalisait des émissions telles que "Haïti News" et "Soleil des Iles", une émission dans laquelle des vidéo-clips haïtiens étaient diffusés. Une forme de production locale donc, une forme d'expression de la culture haïtienne, même si ce n'est que superficiel. A noter que la Mancuso Production produit chaque semaine à partir d'Haïti un programme dénommé Haïtian Television Network (HTN). Ce programme destiné à la communauté haïtienne est d'une durée de deux heures et consiste en une heure d'émission musicale et culturelle "Soleil des Iles", et une heure d'informations et de nouvelles sportives en provenance d'Haïti. Les émissions sont envoyées aux Etats-Unis sur cassette video à la succursale de la compagnie située à Miami. Le programme est diffusé sur le réseau cablé de Miami TCI depuis novembre 1988 chaque samedi et dimanche. Ce même programme est également diffusé sur le câble à New York et au Connecticut depuis 1990 chaque dimanche et chaque lundi. Notons également que HTN a réalisé l'émission "Ritounel" destiné aux enfants (1988-1989) et le très populaire feuilleton télévisé "Languichatte".

Clairimage

Clairimage, l'une des plus anciennes sociétés de production Vidéo, est surtout reconnue pour ses innovations dans le domaine de la publicité. Clairimage a commencé à diffuser en 1988 le feuilleton dénommé "Monsieur Pyram", équivalent d'un roman policier, et "Gabèl" en 1989 sur les ondes de la TNH. Depuis que son fondateur, M. Bob Victor Lemoine a laissé le pays pour s'établir aux Etats-Unis d'Amérique en 1995, Clairimage a cessé d'exister.

Parmi les socíetés de productions destinées à la télévision on peut citer également:

- ARAWAK PICTURES VIDEO PRODUCTION

- ARC-EN-CIEL VIDEO PRODUCTION

- CEPEDAV, Centre Pédagogique Audiovisuel

(Programmes éducatifs)

- FOCUS VIDEO

- J. F. PRODUCTION

- PHILDEN VIDEO PRODUCTIONS

- PRODUCTIONS FANAL

- P.V.S VIDEO PRODUCTION

- STUDIO PLUS

- TEMPO VIDEO

- VIDEO PLUS

- VIDEO 7 PRODUCTION

- IMAGE PRODUCTION

CHAPITRE IV

CULTURE ET TELE HAITI

Analyse des programmes de la Télé Haïti

LES PROGRAMMES DE LA TELE HAITI

A) Les canaux

Les 3 chaînes en VHF

Sur les 21 chaînes de la Télé Haïti, 3 peuvent être captées normalement par une télévision non-digitalisée ou ordinaire. Un petit détail technique: Cinq chaînes en VHF partent de 54Mhz pour aboutir à 88 Mhz (de 2 à 6). Entre la 6 et la 7 on retrouve des fréquences de 108 Mhz à 175 Mhz, de 7 à 13, des signaux VHF, tandis que le Mid-band s'étend de 14 à 22.

Les 3 chaînes qu'on peut capter sans l'utilisation d'une télévision digitalisée sont notamment:

- Chaîne 2 (1) Radio Canada français

- Chaîne 3 Télétexte (annonces et programmes) français

- Chaîne 6 Tempo - RFO français

Les dix huit autres chaînes

Dix huit autres chaînes sont également accessibles aux abonnés de la Télé Haïti, moyennant un appareil de télévision digitalisée ou l'utilisation du convertisseur (converter).

- Chaîne 7 TNH (Télévision Nationale d'Haïti) français

- Chaîne 9 ESPN International (Sports) anglais

- Chaîne 12 TVA - Télé-Métropole (Montréal) français

- Chaîne 14 CNN Headline News anglais

- Chaînes 15 HBO (Cinéma 24/24) anglais

- Chaîne 16 TV 5 Caraïbes-Amérique Latine français

- Chaîne 17 Cartoon Network (dessins animés) anglais

- Chaîne 18 Radio France Outremer 1 français

- Chaîne 19 CBS anglais

- Chaîne 20 UNIVISION espagnol

- Chaîne 21 ABC anglais

- Chaîne 22 NBC anglais

- Chaîne 25 EWTN (programmes religieux) anglais

- Chaîne 26 TNT (Cinéma Rétro 24/24) anglais/ espagnol

- Chaîne 28 TQS-Télé Quatre Saisons/ Music Plus français

- Chaîne 29 Twentieth Century FOX International anglais

- Chaîne 30 RDI - Le Réseau de l'Information français

- Chaîne 31 Canal Savoir (Télé-enseignement) français

La Télé Haïti dispose donc de 21 chaînes au total dont 9 en français, 9 en anglais, une en espagnol et deux en anglais et espagnol alternativement. En on peut donc dire que la majeure partie de la programmation de la Télé Haïti est constituée d'éléments en anglais et en francais presqu'à part égale et enfin par l'espagnol.

B) - Analyse du contenu des programmes diffusés sur la Télé Haïti

La chaîne 2 est la seule pouvant être considérée comme chaîne locale puisque c'est sur la chaîne 2 que sont diffusées les deux principales émissions réalisées par la Télé Haïti ("Télé Presse", durée 30 minutes et "Echos", durée 30 minutes). Ces deux émissions sont diffusées en semaine. En fin de semaine, un résumé des principales informations ayant marqué l'actualité est présenté pendant une heure d'horloge, il s'agit notamment de "Tribô-Babô", le samedi à 6:30 p.m. et "Dimanche Magazine" toujours à la même heure le dimanche.

Durant 1 an et demi, la Télé Haïti produit de concert avec l'UNICEF, une émission intitulée «Paroles de Femmes» qui était diffusée le samedi après-midi jusqu'en 1997.

A côté des vidéo-clips très souvent utilisés en vue de combler les temps morts en attendant la prochaine émission, la Télé Haïti diffuse parfois des documentaires réalisés par des particuliers. Les différentes émissions "locales" de la Télé Haïti comptabilisent une durée d'une heure seulement par jour et de 7 heures par semaine. Vous pouvez vous-même faire la comparaison avec la chaîne 15, HBO station américaine retransmise par la Télé Haïti et qui diffuse un effectif de 280 films en anglais par mois soit une dizaine environ par jour.

Programmation de la Télé Haïti

Nous avons déjà esquissé brièvement plus haut la grille de programmation de la Télé Haïti qui, jusqu'en 1998, disposait de 15 chaînes au total dont 4 en français, 9 en anglais et deux en espagnol. Présentement, la Télé Haïti est constituée d'un effectif de 21 chaînes dont 10 en français, 10 en anglais et 1 exclusivement en espagnol.

Contenu des 21 chaînes de la Télé Haïti:

De manière détaillée voici donc comment se présente le contenu des 21 chaînes diffusées ou redistribuées par la Télé Haïti:

La chaîne 2 retransmet en français RADIO CANADA, exception faite aux heures d'émissions locales: Télé Presse et Echos), la chaîne 3, (le TELE-TEXTE diffuse les annonces et présente les programmes des autres chaînes), la chaîne 4 qui jusqu'en 1995 retransmettait CBS, et la chaîne 5, ESPN sont restées libres désormais, ce pour éviter les interférences avec la Télé Eclair, (chaîne 4) et la Télémax (chaîne 5). La chaîne 6, (Tempo - RFO-2, France).

La chaîne 7 retransmet uniquement la Télévision Nationale d'Haïti, ceci pour éviter à l'abonné de déconnecter son téléviseur pour pouvoir capter la TNH sur VHF; la chaîne 9, ESPN International (sports) en anglais; la chaîne 12, TVA Télé-Métropole (Montréal) en français; la chaîne 14, CNN Headline News, (des nouvelles en anglais 24 heures sur 24); la chaîne 15, HBO (diffuse un effectif de 280 films en anglais par mois soit une dizaine environ par jour); la chaîne 16, TV5 Caraïbes-Amérique Latine, (chaîne francophone: variétés, théâtre, reportages et des téléséries); la chaîne 17, Cartoon Network (dessins animés en anglais); la chaîne 18, Radio France Outremer (diffuse des documentaires, des émissions de variétés et des informations de toutes sortes en langue française); la 19, CBS en direct des Etats-Unis; la 20, UNIVISION (présente des séries, des films et documentaires en langue espagnol); la 21, ABC (diffuse des films, des séries, du sport et des jeux en anglais); la chaîne 22, NBC (diffuse des films, séries, des documentaires et des jeux en anglais). La chaîne 25, EWTN (programmes religieux en anglais); la 26, TNT (du cinéma américain 24 heures sur 24); la 28, TQS Télé Quatre Saisons (En direct de Montréal) et Music Plus (canal musical francophone); la chaîne 29, la Twentieth Century FOX International, diffuse des films cinématographiques en anglais; la 30, RDI, (un réseau québécois d'information) et la chaîne 31, Canal Savoir, (une chaîne éducative qui s'est spécialisée dans l'enseignement à distance en français, communément appelé: Télé enseignement).

Il faut insister sur le fait que ces chaînes ne sont jamais interrompues par la station pour la diffusion d'annonces publicitaires locales.

Cependant il arrive parfois à la Télé Haïti de changer de satellite pour la diffusion d'une autre émission comme par exemple régulièrement de minuit jusqu'à 10 heures du matin, la programmation choisit d'alterner la chaîne28 (TQS), avec Music Plus. Il en fut de même également pour la chaîne 22, (GALAVISION), qui jusqu'en 1997, était souvent alternée avec les émissions en provenance de ECO pendant quelques années.

(1) Du lundi au vendredi à 6h00 pm: «Echos» suivi à 6h30 pm du journal télévisé «Télé-Presse» de Télé-Haïti; le samedi à 7h30 pm: «Paroles de femme» (Production Télé-Haïti-UNICEF).

(2) Reprise du «Télé-Presse» le soir 7h30, 8h30 et 9h30 et le lendemain à 8h30, 9h30 am, 12h30 et 4h30 pm.

La Télé Haïti: Un câblo-distributeur

Les experts en la matière sont unanimes à reconnaître que la Télé Haïti n'a pas de programme strictement charpenté puisqu'elle fonctionne en tant que câblo-distributeur. Ne produisant que peu de programmes locaux, la Télé Haïti ne fait que diffuser des émissions ou des contenus étrangers en provenance de satellites. La chaîne 2 est la seule pouvant être considérée comme chaîne locale puisque c'est sur la chaîne 2 que sont diffusées les deux principales émissions réalisées par la Télé Haïti ("Télé Presse", (30 minutes) et "Echos", durée 30 minutes également). Un résumé des principales informations ayant marqué l'actualité est présenté pendant 60 minutes, il s'agit notamment de "Tribò-Babò", le samedi à 6:30 p.m. et "Dimanche Magazine" toujours à la même heure le dimanche.

Il n'est même pas nécessaire de faire la comparaison entre les "programmes locaux" diffusés sur la chaîne 2 et les émissions étrangères diffusées sur les autres chaînes. Par exemple la chaîne 15, HBO station américaine redistribuée par la Télé Haïti, comme sus-mentionné diffuse un effectif de 280 films en anglais par mois soit une dizaine environ par jour! Bref, simplifions en affirmant que la Télé Haïti n'a presque pas ou très peu "d'émissions locales".

Il faut noter que la Télé Haïti diffuse de la publicité locale sur toutes les chaînes. Les annnonces publicitaires d'outre-mer ne sont pas interrompues. A signaler qu'il est évident que certains produits comme "Colgate", "Coca Coca" sont à caractère universel, cependant la publicité pour certaines chaînes de restaurant "fast food" aux Etats-Unis comme "Mc. Donald", "Harvest" ou les retransmissions de tournois de sky en hivers ou de hockey sur glace, placent le petit haïtien qui n'a jamais voyagé dans un monde franchement imaginaire. Un expert en production audio-visuelle a même qualifié ce genre d'images "comme des choses pouvant intéresser uniquement des individus de couches aisées qui, par snobisme veulent vivre leurs habitudes acquises en terre étrangère".

Place accordée à la culture haïtienne dans les programmes de la Télé Haïti

La culture haïtienne n'est pas vraiment à l'honneur dans la grille de programmation de la chaîne 2 de la Télé Haïti, d'autant plus qu'il n'existe plus d'émissions culturelles depuis la fin de l'année 1988. C'est en effet depuis cette date que les téléspectateurs ont cessé de regarder l'émission "Vie culturelle" qui se voulait une petit magazine sur les activités culturelles de la communauté (exposition de peinture, spectacles, publication d'ouvrages, littérature, théátre, etc.).

Place accordée à la langue française et au créole dans les programmes de la Télé Haïti

Même au niveau de langue française, la plupart des chaînes de la Télé Haïti étaient longtemps dominées par l'usage de langue anglaise, il a fallu attendre 1997 pour voir une augmentation des chaînes eméttant en français. Quand au créole, il ne figure que dans les quelques rares émissions locales notamment les interviews réalisées pour les éditions de nouvelles «Télé Presse», le talk show intitulé «Echos» et les Magazines du week-end «Tribo Babò «et «Dimanche Magazine».

En mars 1991, face a une forte demande de la part du public pour plus de programmes en français (3 chaînes sur 15 à l'époque étaient en français), voici comment les responsables de la Télé Haïti essayèrent d'expliquer les problèmes rencontrés ainsi que les solutions envisagées en vue d'y remédier. Ce qui en fait leur permit en 1997, soit 6 ans plus tard, de passer à 9 chaïnes en français sur 21 de disponibles, soit un effectif de 6 chaînes supplémentaires en langue française:

PROBLEMES RENCONTRES

DANS LA DIFFUSION DE PROGRAMMES FRANCOPHONES EN HAITI

1- Eparpillement sur plusieurs satellites des rares programmes télévisés francophones:

RFO, A2 TELECOM 1 SECAM

RADIO CANADA ANIK D1 NTSC

TV5- QUEBEC ANIK D2 NTSC

Ce qui entraîne pour le câblo-distributeur des investissements coûteux en antennes paraboliques. Exemple à Télé-Haïti : - Réception d'une trentaine de chaînes américaines et diffusion de 12 chaînes avec 4 antennes paraboliques de 5m., coût : USS 28.000,00.

Réception et diffusion de 3 chaînes francophones et d'une radio RFI avec 4 antennes paraboliques de 7m. et 10m., coût : USS 265.000,00.

II. Eloignement des satellites canadiens Anik, d'où mauvaise qualité de la réception du signal et coût élevé de l'équipement.

III. Les chaînes françaises sur Telecom, (RFO, A2) sont en Secam et doivent être transcodées en NTSC d'où mauvaise qualité de l'image et prix élevé l'équipement.

IV. Impossibilité d'obtenir un contrat, quelqu'il soit, pour la retransmission des programmes francophones.

V. Insuffisance de la durée des programmes qui varient entre 8 à 14 heures par jour contre 24/24 sur toutes les chaînes américaines.

VI. Impossibilité de disposer de programmes télévisés éducatifs francophones alors que la demande est forte.

SOLUTIONS :

I. Les Anik D vont être remplacés en 1992 par des Anik E.

a) Faire en sorte que l'empreinte du satellite soit la plus large possible pour arroser le nord des Etats Unis et la zone caraïbe.

b) regrouper un maximum de chaînes francophones sur un même satellite pour réduire le matériel et le nombre d'antenne paraboliques nécessaires à leur captation.

II. Rassurer le câblo-distributeur dans ses investissements en lui proposant:

a) des contrats commerciaux sur le même type que les contrats américains ( x cents par abonné et par mois), ou

b) un accord de coopération lui permettant la retransmission, avec ou sans exclusivité, durant une période donnée.

III Augmenter, autant que faire se peut, le choix et la durée des programmes sur les chaînes retransmises. D'autre part, des programmes d'éducation type «français langue seconde» devraient être disponibles sur cassettes en système NTSC.

CONCLUSION:

La défense de la langue française, en particulier dans les zones où elle est menacée, ne doit pas reposer exclusivement sur les médias d'Etat. Les médias privés, à investissement équivalent ont une efficacité supérieure et souvent une plus grande crédibilité auprès du public.

Ce qui empêcherait à la Télé Haïti de contribuer à la production locale

Il est vrai que toute production demande un certain budget, cependant certaines émissions peuvent être réalisées en différé et à un coût modeste, notamment les documentaires, les reportages sur les sites historiques, les magazines culturels ou sportifs, les émissions de variétés (concerts, festivals, spectacles divers, marionettes, conférences, débats, enseignements pédagogiques, cours d'éducation musicale, de danse, de langues), etc.

Jusqu'ici, aucun effort particulier en ce sens n'a été accompli du côté de la première station de télévision par câble du pays. On peut interpréter ce comportement comme étant dû à des problèmes de matériels, de cadres appropriés, de budget ou tout simplement à un désintéressement pour les valeurs locales, ou un manque de volonté de la part des responsables de l'entreprise.

LE COTE POSITIF

Les techniciens, journalistes, caissières, dirigeants de la Télé Haïti ont su créer et entretenir dans le public, même non-téléspectateur, une image positive faite notamment d'efficacité (e.g. gestion informatique des appels de la clientèle et des dépannages) de respect des abonnés (excellent rapport qualité-prix) et des annonceurs (affidavit de performances), d'indépendance (expression de tous les courants de responsabilité (installation de petites génératrices alimentant le réseau pour pallier les coupures de l'EDH) , de dévouement à la communauté caritative ou philanthropique).

L'incendie de Juillet 1985 fut d'ailleurs l'occasion d'une démonstration spectaculaire et inattendue de la sympathie que la station a su s'attirer: de nombreux abonnés apprenant la destruction de Télé-Haïti s'empressèrent de venir payer leurs abonnements, souvent pour plus d'une année à l'avance, d'autres témoignèrent leur attachement en proposant à la station leur propre matériel vidéo. Des fournisseurs offrirent un crédit illimité afin de reconstituer les stocks. Les deux banques de la compagnie, la B.N.P. et la B.U.H., accordèrent spontanément un report des échéances. Des organisations à but non lucratif et des associations exprimèrent à cette occasion, en envoyant des dons en espèces, leur gratitude à Télé-Haïti pour son soutien constant et bénévole à leurs campagnes de collecte de fonds et à la promotion de leurs activités caritatives.

Le sondage réalisé en août 1989 à la demande de la SHTS par un cabinet indépendant auprès d'un échantillon représentatif de 150 abonnés a confirmé cette appréciation positive: 42% des personnes jugeaient Télé-Haïti «très sympathique», 19% «sympathique» et 32%» plutôt sympathique».

Ce sondage indiquait également que les abonnés accordent leur préférence aux programmes de la SHTS: 54% d'entre eux regardent exclusivement les chaînes de Télé-Haïti tandis que 43% regardent Télé-Haïti et la TNH.

Cette préférence pourrait s'expliquer peut être dans la diversité et la richesse des programmes offerts. A cet égard la SHTS dispose en fait, mais non en droit, d'un quasi-monopole puisque seul le câble peut fournir le choix exceptionnel de 21 chaînes, ou davantage.

Au demeurant, ce choix entre des programmes étrangers mais très variés fait partie intégrante de l'image de Télé-Haïti.

Par ailleurs, par comparaison avec le journal télévisé de la télévision d'Etat, le Télé-Presse produit par Télé-Haïti a toujours été perçu comme beaucoup plus fiable et équilibré. Le sondage de 1989 montre que 59% des abonnés sont branchés sur la chaîne 2 à 6 : 30 PM (heure de la première diffusion du Télé-Presse). 41% de la clientèle identifie le Télé-Presse comme leur émission préférée. A noter que depuis août 1998, le journal Télé Presse de la Télé Haïti est repris régulièrement par la Télé Anacaona à Léogane.

Une étude de Price Waterhouse notait à cet égard en 1988:

«Since the beginning, SHTS has been keeping high quality standards in spite of numerous technical and environmental problems, and has maintened impartiality concerning information broadcast. This has helped in developing a larger and larger clientele and in performing constant and harmonious growth.»

D'ailleurs depuis Janvier 1991 le Télé-Presse est retransmis simultanément sur la station de radio RFI-Haïti 89. 3 FM. Grâce à cette synergie entre les deux médias les abonnés peuvent suivre en toute circonstance leur émission de nouvelles tandis qu'un nouveau public découvre une production Télé-Haïti.

Enfin, Télé-Haïti bénéficie aussi bien entendu de la fascination que suscitent les caractéristiques du média électronique qu'est la télévision: ubiquité, rapidité, réalité, diversité, ouverture sur le monde, force émotive. Elle permet au téléspectateur de rester à jour en matière d'informations sur une variété de sujets y compris les dernières innovations technologiques à travers le monde, ce qui serait peut être impossible sur une station de télévision qui serait consacrée exclusivement aux réalités locales. Ces caractéristiques sont évidemment multipliées par les 21 chaînes que propose la SHTS.

Constituant pour les habitants de la zone métropolitaine une source permanente de divertissements variés, d'éducation, d'informations locales indépendantes, d'informations internationales, d'annonces commerciales et personnelles appréciées, Télé-Haïti est très largement perçue comme une institution ayant sa raison d'être dans le milieu.

Enquête: dépouillement, analyse et vérification des hypothèses

En plus de nos observations et de nos comparaisons, pour vérifier nos hypothèses et aboutir à des conclusions pertinentes, nous avons eu recours à la technique de l'enquête basée sur l'échantillonage. Nos échantillons sont exclusivement des abonnés de Télé-Haïti qui, d'une certaine manière, peuvent porter une appréciation sur la qualité des services, l'orientation des émissions, l'utilisation des ressources locales, l'impact de cette station sur les gens et son implication dans la diffusion de la culture. En un mot, la question de couleur locale.

En effet, poser le problème de la Télé Haïti et de la culture locale nous oblige à une analyse de sa programmation en matière de temps et de répartition et aussi en matière de contenu. En effet, nous sommes déjà conscients de l'envahissement de l'environnement culturel haïtien par les nombreuses chaînes étrangères captées par la TH. Un reproche pourrait être fait en ce sens, mais qui dit mieux?

Honnêtement, la question ne se situe pas à un niveau de comparaison et de concurrence entre les différentes stations de télévision, mais dans la diffusion et la protection de la culture haïtienne. Il faut être conscient des ravages psychosociologiques que peut causer l'acculturation (cette tendance et ce fait de s'adapter à une autre culture en rejetant sa propre culture). Tout le monde est enculturé du fait de naître et de grandir dans une culture, mais à un certain moment donné, un choix peut être fait. Aussi, on peut penser à inculturer les éléments culturels extérieurs dans la mesure où ils ont un apport positif. Cependant, est-ce qu'au moins on prend le temps de réfléchir sur le contenu des émissions étrangères, de les analyser et peut-être de les adapter?

En effet, notre étude s'est basée sur un échantillon de 110 abonnés dont l'âge et le niveau socio-professionnel présentent les caractéristiques suivantes:

Tableau I

Répartition des abonnés suivant leur âge

Age

Abonnés

%

19-24

30

27,25

25-30

30

27,25

31-36

22

20

36 et plus

28

25,5

Tableau II

Niveau de formation

Niveau de formation

Abonnés

%

Primaire seulement

0

0

Secondaire

28

25,5

Universitaire

56

51

Professionnel

26

23,5

D'après le tableau I, les gens touchés représentent des gens réellement impliqués, capables de faire un choix dans le maintien ou l'annulation d'un abonnement dans la mesure où ce service va dans le sens de ses intérêts ou pas. Volontairement, nous avons exclu les moins de 19 ans parce que, au regard de la loi, les moins de 18 ans ne sont pas encore majeurs. A 19 ans, c'est en moyenne l'âge minimum pour terminer ses études, commencer à travailler et faire certains choix. A 19 ans au moins. C'est en moyenne l'âge minimum pour terminer les études, pour commencer à travailler et faire certains choix. Voilà ce qui explique nos tranches d'âge.

Le tableau II révèle le niveau de formation des enquêtés. Selon cette enquête, aucune des personnes touchées n'a seulement le niveau primaire et 28, soit 25,5% ont uniquement le niveau secondaire. Par contre, 51% ont le niveau universitaire, ce qui suppose une formation universitaire et une carrière leur donnant accès à un emploi stable et rémunérateur pour leur donner un standard de vie les plaçant à un échelon élevé de la société. Les professionnels représentent 26 sur 110, soit 23,5%. Quand nous disons professionnels, nous incluons les arts et métiers, la formation technique et professionnelle.

Ce deuxième tableau est très révélateur en ce qui concerne les exigences qui pourraient être faites en matière de qualité de service. Le fort pourcentage d'universitaires traduit de manière indirecte le niveau de vie, la qualité et la maturité de réflexion, le choix d'une chaîne à regarder. Cette clientèle est capable de payer et le pourvoyeur de service doit tenir compte de ses choix et de ses exigences.

Toutefois, pour pouvoir apprécier le travail de TH au niveau de diffusion de la culture locale, il faut tenir compte de certains éléments de sa programmation, tels la musique, les films et les video-clips. En effet, même si la production cinématographique et vidéographique haïtienne n'est pas extraordinaire, il en existe une certaine quantité pouvant aider à la diffusion de la culture haïtienne. Par contre, il y a profusion en ce qui a trait à la production musicale. Cependant, il faut toujours respecter la loi de l'offre et de la demande. Les tableaux suivants III et IV permettent de saisir la tendance des abonnés pour ce qui est du style de video-clip musical et des genres de films à passer à la télévision.

A la question: »Quel type de video-clip aimeriez-vous regarder à Télé-Haïti?», les réponses ont permis d'aboutir à ce tableau:

Tableau III

Video-clips préférés

Video-clip musical

Interviewés

Pourcentage

Slow américain

 
 

Classique

 
 

Compas direct

 
 

Rap et racine

 
 

Autre

 
 

La question sur les films que devait diffuser Télé-Haïti et les réponses reçues sont assez révélatrices de l'orientation de ce média de masse qui est très populaire en Haïti. Nous avons tenu compte dans la question: des films d'éducation, c'est-à-dire des films de formation, d'actualité, scientifique; des films de fiction parce qu'il y a une catégorie de personnes qui aiment à se détacher de la réalité; des films de guerre pour les plus agressifs et des films haïtiens pour nous ramener à la réalité haïtienne et nous imprégner du bain culturel. L'élément «Autre» dans notre questionnaire se réfère à toutes les autres catégories de films: espionnage, histoire, amour, porno etc. Les résultats nous donnent le tableau suivant:

Tableau IV

Films à diffuser par Télé-Haïti

Types de films

Nbre de réponses

Pourcentage

Education

 
 

Fiction

7

 

Guerre

5

 

Haïtiens

36

 

Autre

 
 

Quand on connaît l'impact des medias de masse dans la diffusion de la culture et surtout l'apport de la musique et du cinéma, on est en droit de se deemander quelles sont les priorités des abonnés. On se demande peut-être s'il faut parler d'acculturation ou d'un certain rejet, mais le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il y a une sorte de recherche d'évasion, la recherche d'un tout-autre que la culture haïtienne.

En ce qui a trait à la chaîne spécifiquement haïtienne de ce média qu'est la TH, le temps de programmation..................

RECOMMANDATIONS

ET

CONCLUSIONS

Recommandations et conclusions

PROPOSITIONS

PROPOSITIONS AUX RESPONSABLES DE LA TELE HAITI

Ce qu'on pourrait faire avec la Télé Haïti

A.- La télévision au service de l'éducation

Il est vrai que la Télé Haïti est avant tout une entreprise à vocation commerciale. Toutefois nous pensons que dans un pays sous-développé surtout dans le cas d'Haïti un grand besoin en éducation se fait sentir.

Le télévision étant une fenêtre sur le monde, un centre perpétuel de formation sur une variété de sujets, l'éducation constitue donc l'un des domaines qui pourraient tirer pleinement parti des possibilités accrues d'information et de connaissance. Les programmes éducatifs et les émissions scientifiques peuvent être facilement jumelés avec l'action pédagogique. Il est conseillé aux jeunes de regarder certaines émissions et certains films pouvant leur être utiles autant que les livres, d'autant plus que l'image sollicite moins d'efforts que les mots ou les textes. Le rôle qu'aurait pû jouer la Télé Haïti a été diminué du fait qu'elle s'est donnée pour objectif de promouvoir le divertissement et a négligé pendant longtemps le volet éducatif. Elle a été critiquée pour le contenu de ses émissions par plus d'un comme le témoigne d'ailleurs des extraits de l'article suivant paru dans Le Nouvelliste.

«Nous ne comprenons pas pourquoi par exemple, au nom de quel défi, des quels buts, ou au nom de quelles fantaisies Télé Haïti préfère-t-elle payer chèrement la Télévision nationale canadienne et les télévisions américaines pour bombarder la capitale d`émissions régionales américaines et canadiennes au lieu d investir dans du matériel humain et technique.»

«Un pour cent de programme local en français et zéro virgule zéro pour cent en créole. Le reste est de l'anglais, parfois des émissions abominables comme le football américain (en casques de fer) que personne ne comprend ici et ne veut comprendre non plus». 41(*)

Pour répondre à cette question de bovarysme culturel, nous vous proposons la réponse des responsables de Télé Haïti.

«Le problème se trouve faussé à la base puisqu'en toute honnêteté on ne peut parler en Haïti de reniement de la culture haïtienne par le simple fait d'une ouverture à l'universalité. Cette dernière renforce au contraire notre culture, assez mûre d`ailleurs pour rejeter toutes les scories déterminantes. Ne pas y penser c'est déjà la sous estimer et croire que la culture haïtienne est infantile».

«Dans l'esprit traditionnel du pouvoir en Haïti d'encourager la presse libre, non soumise au monopole d'Etat, le Gouvernement haïtien prit l'heureuse initiative de créer une télévision nationale à côté de la télévision privée: le rôle imparti à la télévision d'Etat devrait viser dès lors l'épanouissement de la culture haïtienne. Télé Haïti rentrait dans une nouvelle phase de fonctionnement, elle devenait beaucoup plus une station commerciale de télédistribution».42(*)

La télévision est entrée avec force dans la vie des jeunes et des adolescents, il n'en demeure pas moins donc qu'elle s'est imposée en tant qu'instrument de formation et même de modèle. L'implantation de la télévision dans les foyers et les écoles a donné naissance à des moyens d'accroître l'efficacité de l'enseignement et de l'apprentissage. C'est en réalisant ce aspect important que pourrait jouer une média dans une société que les responsables de la Télé Haïti ont lancé l'idée de la mise sur pied de la FOFAD dont nous avons fait mention antérieurement.

En utilisant la Télé Haïti comme moyen d'éducation également, il serait grandement bénéfique aux enfants, aux jeunes, aux adultes et même aux personnes du troisième âge.

B.- Promotion de la culture en général

La Télé Haïti pourrait effectuer un travail énorme en ce qui a trait à la promotion de la culture haïtienne. Par ses formidables possibilités de diffusion, la télévision permet à des audiences de voir et d'avoir accès à d'autres cultures qui autrefois leur était inaccessibles. L'universalité de ce méduim dépasse de loin les autres moyens de diffusion. Une promotion de la culture haïtienne devrait permettre aux téléspectateurs de la Télé Haïti d'avoir une meilleure connaissance de leur culture et de pouvoir la présenter sans complexe même au delà de nos frontières.

La culture intellectuelle en général pourrait être également de la partie en vue de permettre aux téléspectateurs de mieux se cultiver. D'ailleurs la télévision peut faire naître un intérêt pour les différentes formes de culture.

Grâce à la télévision, des milliers de téléspectateurs peuvent voir et écouter des philosophes et intellectuels haïtiens. Il en est de même également pour des séries d'émissions qu'on aurait pû réaliser sur la littérature, la peinture ou la musique haïtienne.

C.- La Conscientisation

La télévision ne pourrait-elle pas jouer sa partition en projetant des images visant à orienter la jeunesse du pays vers des activités saines et les écarter des dangers de l'immoralité, de la drogue (à signaler qu'une tentative en ce sens a été faite lors de la diffusion d'une série d'émissions produites à l'initiative de la «APAAC»/ Association pour la Prévention de l'Alcoolisme et des Accoutumances Chimiques), et assurer également la promotion de valeurs. Ce genre d'émissions permettrait de faire la balance avec les nombreux films diffusés quotidiennement sur le petit écran et qui sont susceptibles d'inciter les adolescents à la violence, le flirt et le sexe.

D.- Contribuer au progrès social

Par l'utilisation de la télévision on peut contribuer à la réalisation de progrès sociaux. Plusieurs pays comme Cuba, la République Dominicaine et même les Etats-Unis, se sont servis de la télévision pour faciliter le développement de leur agriculture. Grâce à ce média, on a pu sensibilier les populations paysannes en ce qui a trait à la protection de l'environnement et à leur protection contre certaines maladies. Ces populations peuvent regarder régulièrement sur leur petit écran, des émissions de sanitation, d'hygiène, de sylviculture, de nutrition, de planification familiale et de santé. La Télé Promotion Rurale (TPR) créée en France en 1966 s'est donnée pour objectif d'aider les agriculteurs français regroupés en 5 associations régionales dans 72 départements de l'hexagone. La TPR contribue donc à la promotion des adultes en milieu rural en diffusant des documentaires sur l'agriculture et ses relations avec l'évolution économique, sociale, des structures de production, l'élevage, etc.

Il est évident que serait un peu utopique de croire que la Télé Haïti qui transmet ses signaux par câble pourrait pour l'instant se lancer dans une telle entreprise en raison des contraintes budgétaires et surtout en raison de l'absence d'infrastructures à travers le pays; la production électrique n'est même pas suffisante pour les villes allez voir pour la campagne, d'autant plus que la Télévision d'Etat à laquelle est attribué principalement ce rôle ne l'exerce pas convenablement. Il faut de toute façon que par l'intermédiaire des moyens d'information et de communication, notamment des productions télévisées, on peut assurer la poursuite de l'éducation sociale qui, dans les pays du tiers-monde, devrait être axée sur le développement.

Comme nous venons de le démontrer, la Télé Haïti si limitée soit-elle, comme toute télévision dans un pays sous-développé qu'elle soit publique, privée ou communautaire, pourrait ou devrait non seulement divertir mais aussi contribuer au progrès social en donnant son apport si modeste soit-il, en se mettant également au service de l'éducation, la culture et la promotion de valeurs morales.

RECOMMANDATIONS

a) A Télé Haïti:

- Les responsables de la Téle Haïti devraient s'engager dans la production facile ou à bon marché en filmant avec deux caméras au moins, les différentes manifestations culturelles, notamment les festivals, spectacles de variétés, pièces de théâtres, danses, conférences, etc.

- Ils devraient chercher par tous les moyens à augmenter le nombre d'émissions locales. Le sondage réalisé en septembre 1998 par l'Agence Internationale de Sondages partageait les commentaires suivants dans le chapitre intitulé Les Télévisions les plus suivies: «Télé Haïti vient aujourd'hui après TELEMAX et la TNH. Cette chaîne de belle facture sur le câble et qui appartient à une Française doit rajeunir sa programmation, estiment de nombreuses personnes interrogées contrairement aux deux autres chaînes précitées elle reste trop branchée sur les programmes captés à partir des satellites américains. Ce qui représente un danger pour l'avenir face à des clients locaux que la démocratisation des antennes paraboliques a rendu autonome depuis déjà 10 ans. Le réseau par câble étant un monopole il lui reste toujours une écoute sui-généris. Elle domine le spectre radioélectrique audiovisuel avec une multitude de chaînes qui lui ont été légalement octroyées par le CONATEL».43(*)

- Les dirigeants de la Télé Haïti pourraient également créer plus d'émissions dans le stye de dialogue, table-ronde, débats, etc sur des sujets d'intérêts communs.

- Entretenir une collaboration avec les stations de télévision des villes de province et de la diaspora haitienne des Etats-Unis, du Canada, de la France, de la Belgique, de la Suisse, etc.

- Faire des échanges avec certaines stations des Antilles françaises et de l'Afrique francophone en vue d'augmenter les émissions dont le contenu serait culturellement rapproché d'Haïti.

- Augmenter les équipes de tournage.

- Disposer de facilités techniques permettant de couvrir certains événements en direct.

A signaler toutefois qu'au moment ou nous achevons ce mémoire de sortie, la Télé Haïti vient d'obtenir du CONATEL l'autorisation d'émettre sur ondes VHF à partir de la chaîne 2 pendant 12 heures par jour. Elle envisage de ce fait de constituer une chaîne éducative sous la dénomination de «La 2 S.A.» En conséquence, de concert avec la Fondation Haitienne pour la Formation à Distance et le Développement (FOHFADD), les responsables travaillent en vue de l'élaboration d'une série d'émissions éducatives orientées principalement vers la formation à distance. Des documentaires sur des thèmes variés tels que l'histoire, la géographie, la théologie, l'environnement la santé, etc. devraient être les thèmes prioritaires. A signaler que la FOHFADD est une organisation regroupant plusieurs spécialistes en pédagogie, en éducation et en communication, intéressés à la formation à distance. L'avenir dira si Télé Haïti aura gagné ce pari.

Si nous avons formulé nos recommandations aux responsables de la télévision privée par câble d'Haïti Télé Haïti, nous ne saurions être objectif sans faire des proposotions également à l'Etat haïtien.

LE ROLE DE L'ETAT

Pour encourager la production locale

Le producteur Claude Mancuso fait remarquer que toutes les ressources nécessaires sont disponibles en Haïti en vue d'enrichir la production locale, cependant la situation économique constitue un handicap majeur, en ce sens que les producteurs ne peuvent pas trouver le support adéquat à la concrétisation de leurs projets. M. Mancuso espère qu'avec les nouvelles stations de télévision et de radio-télévision qui existent actuellement à travers le pays (elles sont au nombre de 29 au moins), on observera une plus grande demande de production indépendante, ce qui sera favorable à l'expansion de la production locale.

Pour encourager la production locale, il faudrait d'abord créer des structures visant à la formation sérieuse d'acteurs, de dramaturges, de cinéastes, de metteurs en scène etc. à travers la création d'une école comme cela se pratique à l'Institut de Cinématographie française. Ces talents professionnels une fois disponibles joints à ceux-là qui oeuvraient déjà sur le terrain, il faudrait maintenant des sponsors intéressés à subventionner ou encourager la production locale. Bref, il faudrait un vrai Ministère de la Culture qui serait prêt à assumer son rôle de promoteur de la culture haïtienne en général et dans tous ses aspects et de protecteur des artistes en général.

Un renforcement de la production locale à travers la réalisation d'une série de films haïtiens ne permettrait pas de faire la concurrence mais au moins d'établir l'équilibre, face aux nombreuses productions étrangères qui envahissent quotidiennement le petit écran. Tant que ces structures ne seront pas mises en place, il sera toujours difficile de cerner dans l'immédiat, les multiples problèmes liés à la production locale et il revient à l'Etat d'encourager la création, la production locale et de s'ériger en protecteur des artistes.

CE QUE L'ETAT POURRAIT FAIRE EN VUE D'ENCOURAGER LA CREATION, LA PRODUCTION LOCALE ET PROTEGER LES ARTISTES.

I- L'ETAT, PROTECTEUR ET MECENE DE LA CREATION CULTURELLE

Dans toute société, l'Etat moderne pour jouer son rôle de régulateur, doit soutenir les éléments favorables aux évolutions. L'Etat doit reconnaître le devoir d'aider les artistes novateurs, les créateurs inventifs, il doit soutenir les courants vivants de la création intellectuelle et artistique. L'Etat a la responsabilité de conserver et d'illustrer l'héritage artistique, intellectuel et historique de la Nation. Cet héritage est riche d'une mémoire qu'il faut garder, d'oeuvres, qu'il faut conserver, et d'un savoir qu'il faut transmettre.

1- La protection des droits des artistes

a) Des textes de portée législative, règlementaire ou conventionnelle devraient organiser spécifiquement l'emploi, la sécurité sociale, les congés payés, la retraite complémentaire et l'indemnisation du chômage des artistes du spectacle, cinéastes, acteurs, musiciens et auteurs d'oeuvres littéraires et dramatiques.

L'esprit général de ces textes serait d'adapter aux conditions particulières du travail artistique, les codes du travail et de la sécurité sociale.

b) Cela devrait être la préoccupation de l'Etat de protéger les droits des auteurs ou des réalisateurs. Il faudrait une législation visant à donner à l'auteur un droit moral perpétuel sur son oeuvre en même temps que la jouissance exclusive des produits pécuniaires de cette oeuvre.

Sur le plan patrimonial et financier, l'artiste haïtien devrait recevoir, sa vie durant, les profits engendrés par la représentation et la reproduction de son oeuvre. En France, par exemple, la loi du 3 juillet 1985 s'est attachée à adapter les droits d'auteurs et "droits voisins" aux nouvelles technologies de la production et de la communication: vidéo, câble, et satellite, logiciels.44(*)

L'Etat législateur haïtien devrait mettre son autorité au service des artistes pour leur permettre de créer librement et dignement.

2- La promotion morale des artistes

L'Etat devrait considérer que les grands artistes, qu'ils soient cinéastes, acteurs, chanteurs, peintres, etc. honorent le pays, et méritent le respect. Cette mission proprement réthorique de l'Etat est importante, car elle confère une valeur d'intérêt national à la libre création intellectuelle et artistique.

L'Etat devrait manifester ses marques de considération et d'encouragement à l'endroit des artistes. Cela va de l'achat de leurs oeuvres à d'élégants gestes de considérations personnelles pour un artiste âgé, de leur défense à la remise publique de distinctions honorifiques; bref, tout ce qui prouverait que les artistes ont bel et bien leur place dans la cité.

II- LA PROMOTION DE LA CREATION

Au-delà de ce soutien personnel aux artistes, l'Etat a une fonction générale d'aide à la création, en constituant, pour ce qui dépend de lui, les conditions économiques et techniques propices à l'activité culturelle novatrice.

1. L'aide de l'Etat à la création artistique

En Haïti le Ministère de la Culture devrait créer des modalités administratives et financières d'aide à la création. Leur mécanisme devrait faciliter l'innovation dans toutes les facettes de la production culturelle notamment les arts plastiques, le livre, le théâtre et le cinéma qui se rapproche le plus du thème de notre thèse.

En effet, l'Etat devrait avoir un intérêt évident pour le cinéma puisqu'il est un art d'aujourd'hui à la fois fécond et populaire. L'Etat devrait donc créer des modes de financement ou des systèmes de crédit pour les films haïtiens. En France par exemple, l'Institut de Financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC), dont les fonds propres initiaux sont publics, exerce une influence considérable, puisqu'il rend possible des prêts équivalents à 6,5% du financement total.45(*)

Comme en France, on devrait peut être avoir un Centre National de la Cinématographie (CNC), qui constitue un lieu de coopération des pouvoirs publics et de l'industrie cinématographique. Il gère également le compte de soutien financier de l'industrie cinématographique et de l'industrie des programmes audiovisuels. En 1987, 45 films ont bénéficié d'une aide d'un montant global de 65, 9 millions de Francs. De 1960 à 1987, 1058 films en ont bénéficié; 588 ont donné lieu à un remboursement, 103 ont remboursé intégralement l'avance qui avait été accordée.

Le CNC administre un système d'aide complexe et d'assistances financières aux industries techniques, à la production de films de court-métrage, ou à la production d'oeuvres audiovisuelles destinées à une première diffusion télévisuelle.

2. L'encouragement au mécenat privé

Le fait que l'Etat doit exercer une fonction politique de soutien de la création artistique ne signifie certes pas qu'il ait toujours a opérer ce soutien lui-même. Responsable, promoteur, avocat, l'Etat a précisément pour rôle et pour intérêt, d'entraîner dans son sillage tous ceux qui peuvent concourir à la vitalité artistique en Haïti. L'Etat doit exercer son rôle d'éclairage et d'incitation à l'égard des particuliers et des entreprises. Il devrait favoriser le concours d'agents économiques et sociaux par des incitations législatives, touchant notammant le droit fiscal.

Sur le plan culturel, l'encouragement du mécenat privé est aussi, pour l'Etat, le moyen implicite d'atténuer le risque que sa propre influence ne soit excessive et oppressante, dans le domaine de l'intervention directe sur l'acte créateur. Favoriser la multiplication et le dynamisme des mécènes, c'est diversifier les centres de décision, varier les critères d'appréciation et de choix. Le mécenat privé constitue aujourd'hui un mode normal de financement des manifestations culturelles, au point que de nombreux promoteurs ne conçoivent plus de grandes manifestations qui ne bénéficient de concours privés.

RECOMMANDATIONS

b) A l'Etat haïtien:

- L'Etat haïtien devrait fournir une subvention, une assistance ou des possibilités d'exonération aux stations de télévision locales et notamment à la Télé Haïti.

- Encourager les agences de production télévisuelles et cinématographiques locales.

- Contribuer à la formation académique des profesionnels travaillant dans le domaine par l'octroi de bourses d'études.

- Adopter une loi pour exiger aux médias un minimum d'heures devant être consacrées chaque jour à la culture locale dans leur grille de programmation.

- Protéger les droits des auteurs et réalisateurs.

- Créer des écoles de communication audiovisuelle, d'art dramatique et un Institut de C inématographie Haitienne. Bref, l'Etat devrait promouvoir la culture et protéger la création culturelle.

BIBLIOGRAPHIE

BIBLIOGRAPHIE

1. AGEE, K. Warren; AULT, H. Phillip et EMERY, Edwin, Media, 9ème édition, Nouveaux Horizons, 1989, 736 pages.

2. ALLOUCHE B. J. Les cahiers de l'animation", 1971.

3. AMADO Gilles et ANDRE Guillet, La dynamique des communications dans les groupes.

4. BEAUFILS Ronald , "La radio et la Télé au service de l'Evangile"/ Presse Evangélique, Haïti, 1993.

5. BELLE-ISLE J. Gérald, Dictionnaire technique général// Dunod 1977.

6. BOHN, Hu, An introduction to modern communication, Mass Media, New-York, 1974

7. «Brève réflexion sur le cinéma Haïtien», Magazine Le Point Final, No. 28-29, juin-juillet 1998.

8. BUCK, A.H.W. Les Télécommunications. L'Univers des connaissances. Hachette, 1967. Paris,

9. CAZENEUVE, Jean, Que sais-je? Sociologie de la Radio Télévision, Presses Universitaires de France, 1974, 128 pages.

10. CARMILLERI C., ENRIQUE M. C. "Chocs de Culture/ l'Harmattan, 1989.

11. CFPJ, Glossaire des termes de presse, Paris, 1982

12. COSTELLO, Lawrence F. et GORDON, George N. L'enseignement télévisé, Nouveaux Horizons, 1975

13. DANIEL Garvey E. et WILLIAM Rivera L., dans L'information radiotélévisée, Nouveaux Horizons, p. 3.

14. DIXON Roland B., SONS Charles Scribners Sons "Building of Cultures", - New York- London 1928. Page 3. Roland B. Dixon - Charles Scribners Sons - New York- London 1928.

15. Enquête socio-économique en Haïti/ UNICEF, 1993.

16. L'Etat et la Culture, Ed. Economica, 1989.

17. «Etude de l'Audience des Radios et Télévisions dans le contexte Médiatique Haitien», réalisée par l'Agence Internationale de Sondages et remis au Bureau de l'UNESCO, Offfice Mondial des Statistiques à Paris/ Septembre 1998.

18. Facts on file Inc.: New York, Who's Who in Television and Cable? C-1983

19. Fiche de Présentation de la Société Haïtienne de Télévision Par Satellites S.A., préparée par les responsables de Télé Haïti en juillet 1991.

20. FORBES Norma, "Entertainment Television In Rural Alaska, How Will It Affect The School?"/ Educational Research Association, Avril 1979.

217. FRANCHEUX P., Encyclopédie du monde actuel, EDMA, Les Medias, 1881

22. GERIN, Elizabeth, Télévision Notre amie, Edition du Centurion. Collect. "Connaître et juger", 1961

23. GARRIER, Gills, La Télévision au service de l'enseignement, Revue Pédagogique de l'enseignement. Centre audio-visuel, Université de Montréal, Vol- 6-1, automne 85

24. GREEN, Timothy, Universal Eye - The World of Television, 1972, New York; Stein and Day, 1972, 276 pages.

250. Haïti sur Seine/ "L'homme sur les quais"/ Haïti en Marche VI VIII No. 17.

260. HERSKOVITS, Melville J., Les bases de l'anthropologie culturelle, Payot, Paris

27. HENRIOT, Jean-Jacques, L'Enfant, l'Image et les Media, Edit. SDT, Collection Santé et Vie, France 1982, 272 pages.

28. HILGARD E. et al: Introduction to psychology. Seven Edition. The mass Media. Gerber et Gross, 1976.

29. JACQUINOT, Geneviève, Image et Pédagogie, PUE. L' Educateur, 135 pages.

30. JEAN-BERNARD, Lucien, Manuel des sciences de la communication collective, FASCH, Tome I.

31. JEAN-BERNARD, Lucien, Manuel des sciences de la communication collective, FASCH, Tome II.

32. JEAN-BERNARD, Lucien, Mass Media, Education et développement, Ateliers Fardin, P-au-P, Haïti, 172 pages.

33. JEAN-BERNARD, Lucien, «Mythe de l'alphabétisation et des moyens de communication collective en Amérique Latine; une mise au point sur la technologie éducative", Editions Fardin, 1979

34. «La Politique Télévisuelle extérieure de la France», Page 16/ Juin 1989

35. Le Nouvelliste: «Annonce de la Télé Haïti sur le captage du signal sans être abonné. Vendredi 26 au Dimanche 28 juin 1998.

36. Le Nouvelliste: «Une soirée avec la CCJAH», Mardi 16 septembre 1997.

37. Le Nouvelliste, Lundi 25 août 1997, No. 35304.

38. Le Nouvelliste, «Non au bovarisme accablant de Télé Haïti»/ Du 12 au 14 novembre 1983.

39. LE PETIT ROBERT, Dictionnaire de la langue française

40. LES 100 MOTS DU DÉVELOPPEMENT DU TIERS MONDE (Commission française Justice et Paix/ Editions La Découverte, 1990).

41. MARTINEZ, Enrique Melon, La Télévision dans la famille et la Société modernes

Marabout Université, 1970

42. Ministère de l'Information et de la Coordination, Haïti: Un siècle de législation sur la Presse et la Communication en Haïti. (1885-1985). Mai 1986

43. MALINOWSKI, Bronslav, Une Théorie Scientifique de la Culture, Ed. Maspero, Paris 1968

44. MAYER, Martin, About Television, New York: Harper E. Row, C-1972, 435 pages.

45. MICKIEWICZ Ellen et FIRESTONE Charles, «Télévision et Elections»/, page IX; Nouveaux Horizons 1992.

46. NOEL, Amary Joseph, Méthodes de Recherches en Sciences Sociales. Comment réaliser un mémoire de sortie. Tome 1. 1984

47. PAUL, Edouard C., LA PROBLEMATIQUE HAITIENNE ET L'INTERVENTION DES MASS MEDIA, Volume I, Ateliers Fardin, P-au-P., 1977

48. PIERRE, Evelyne; CHAQUIBOLF Jean et CHAPELAIN Brigitte, Les Nouveaux Téléspectateurs de 9 à 18 ans. Entretien et analyses. Institut National de l'audio-visuel. Paris, 1982.

49. PIERRE, Evelyne, Une expérience de Télévision scolaire du Niger. Télévision et Education. Bulletin International trimestriel. Mai 1966, 212 pages.

50. PIERRE Ganz, dans Le reportage radio et télé, CFPJ, Paris.

51. ROVAN, Joseph, Television et Education, Bulletin Int. Trimestriel. Mai 1986.

52. ROCHER Guy, "Introduction à la Sociologie générale. L'organisation sociale". 1978.

53. RANNEY, Austin, Channels of power: The impact of Television on American

policys. New York; Basic Books. C-1983, 207 pages.

54. SAMUEL, Albert et NAUCHE, G. Comprendre l'Information de Presse-radio-presse-T.V.-

Chronique spéciale. 7 mars 1986

55. SCHRAMM Wilbur, MASS MEDIA AND NATIONAL DEVELOPMENT, Stanford University; UNESCO, Paris, 1964, 333 pages.

ANNEXES

UNIVERSITE D'ETAT D'HAITI

FACULTE DES SCIENCES HUMAINES

PORT-AU-PRINCE

Questionnaire sur la télévision haïtienne par câble et culture

Dans le but de préparer mon mémoire de sortie en communication sociale à la Faculté des Sciences Humaines, je mène une enquête sur la télévision par câble en Haïti en vue de permettre à tous ceux qui désirent établir une chaîne de télévision similaire en Haïti et à ceux qui en possèdent déjà une, de voir quelle orientation donner à leur média en vue de mieux satisfaire le public. Par conséquent, je compte sur votre collaboration en répondant aux différentes questions, pour la réussite de cette enquête.

N.B- Toutes les questions ont la même valeur pour l'enquêteur.

1. Quel est votre sexe?

1. Masculin

2. Féminin

2. Indiquez s'il vous plaît votre âge à partir de l'échelle suivante

18-24 ans 24-30 ans 30-36 ans 36-42 ans ou plus

3. Quel est votre niveau d'étude?

Primaire Secondaire Universitaire

Nom scolarisé Profesionnel Arts et métiers

5. Quel type de vidéo-clip aimeriez-vous regarder à la Télé Haïti?

(s'il vous plaît, cerclez votre choix après avoir lu toutes les alternatives)

Style américain Salsa Classique

Rap Racine Compas direct Autres

6- Est-ce que la télévision est en train de faire un bon travail de diffusion de la culture haïtienne?

Parfaitement Plus ou moins Très peu Pas du tout

7. Dites, s'il vous plaît, si vous êtes d'accord ou non avec les deux opinions suivantes:

1. La télévision est capable de changer la mentalité des gens à travers les modèles qu'elle prône dans les émissions diffusées

d'accord Pas d'accord indécis

2. Quel est votre point de vue?

.........................................................................................................................................

..........................................................................................................................................

...................... ..................................................................................................................

..........................................................................................................................................

8. Quel type de film la Télé Haïti devrait-elle diffuser?

Film à caractère éducatif Film de guerre

Film de fiction Film haïtien Autres

9. Combien d'heures en moyenne durant une journée, regardez-vous la Télé Haïti?

1-3 hres Plus de 3 hres Moins de 3 hres Jamais

10. A votre avis la Télé Haïti accorde-t-elle une place importante aux nouvelles relatives à Haïti?

Beaucoup Peu Très peu Pas du tout

12. On parle des différentes émissions qui devraient être prises en compte dans la programmation de la Télé Haïti. Prière de classer les émissions suivantes par ordre d'importance pour Haïti dans le cadre de sa construction en utilisant un pourcentage pour chacune d'elle. Répondez, s'il vous plaît, à tous les volets de cette question.

Des émissions culturelles

1..................% Des émissions artistiques et littéraires

2..................% Des émissions de variétés

3...................% Des émissions d'art culinaire (cuisine haïtienne)

4.................. % Les documentaires culturels

5...................% Des émissions musicales

6...................% Des émissions sur la danse

7...................% Des émissions sur le théâtre

8...................% Des émissions sur la peinture

9...................% Autres

14. Tirez-vous un profit de certaines émissions de la Télé Haïti?

Souvent Parfois Rarement Jamais

15. Certains disent que la Télé Haïti doit exprimer avant tout la culture haïtienne, d'autres par contre se prononcent en faveur des émissions à caractère international au niveau culturel. A votre avis quel pourcentage doit-on accorder à chacune d'elle?

1.........................% Culture haïtienne 2..................% Culture étrangère

16. Selon vous, quelle langue la Télé Haïtienne devrait utiliser? A quel pourcentage?

1..................% Le créole 3..................% L'anglais

2..................% L'espagnol 4..................% Le français

17. D'après vous, lequel de ces types de programmes serait le plus important pour Haïti dans le cadre de sa reconstruction? S'il vous plaît, répondez à tous les volets en attribuant un pourcentage à chaque type.

1..................% Programme éducatif 2...........% Programme religieux

3..................% Programme de divertissement 4...........% Propagande

5..................% Programme culturel 6...........% Programme d'information

7..................% Publicité 8...........% Autres

19. On vous donne la possibilité d'assister à un seul spectacle soit celui d'Emeline Michel ou celui de Céline Dion. Lequel des deux choisiriez-vous?

Aucune réponse Emeline Michel Céline Dion

20. Quelles émissions télévisées regardez-vous le plus souvent? Pourquoi?

.................................................................................................................................

.................................................................................................................................

.................................................................................................................................

21. Quelle est la nature des émissions que vous aimeriez regardez à la Télé Haïti?

A quel pourcentage? Pourquoi?

1....................% Emission de caractère haïtien

2....................% Emissions de caractère étranger

.................................................................................................................................

.................................................................................................................................

.................................................................................................................................

22. Comment concevez-vous le travail qu'une chaîne de télévision doit offrir à la nation?

Quelles suggestions aimeriez-vous formuler à la Télé Haïti?

.................................................................................................................................

.................................................................................................................................

.................................................................................................................................

LISTES DES STATIONS DE TELEVISION EN HAITI

Port-au-Prince

PVS ANTENNE 16

TV 16 UHF/ 67 C.A.T.V.

Adresse: Ecole Frères Polycarpe

Angle Rue Mgr. Guilloux

& O. Durand, No. 137

Tél: 222-1277/ 222-3735

Fax: 222-1277

Audience: 20,000

Fondée le 3 Mars 1990

Langue: Français/ Créole

Propriétaire & Directeur: Raynald Delerme

Affiliation: Commerciale

RADIO TELE ECLAIR

(Voir Radio-Télévision)

RADIO TELE LAKANSYEL (RTL)

(Voir Radio-Télévision)

TELE HAITI (Câble) 21 Chaînes 2 = Radio Canada (Français)

Blvd. Harry Truman, Port-au-Prince 3 = Teletexte

Tél: 222-3000/222-3887/222-3645/222-8310 6 = Tempo - RFO (Français) Fax: 222-9140 7 = TNH

Audience: 8,000 abonnés / 100,000 téléspectateurs 9 = ESPN Intl. (Sports) (Anglais)

Fondée le 23 Décembre 1959 12 = TVA- Télé Métropole(Français)

Langue: Français, Anglais, Espagnol & Créole 14 = CNN Headline News (Anglais)

Propriétaire & Directeur: Marie-Christine Bussénius 15 = HBO (Cinéma 24/24) (Anglais)

Affiliation: Commerciale 16 = TV5 Caraïbes-Am.lat (Français)

17 = Cartoon Network (Eng)

18 =Radio France Outremer Franç.)

19 = CBS (Anglais)

20 = Univision (Espagnol)

21 = ABC (Anglais)

22 = NBC (Anglais)

25 = EWTN (Anglais)

26 = TNT (Anglais/ Espagnol)

28 = TQS/ Music Plus (Français)

29 =Twentieth Century FOX (Angl.)

30 =RDI - Réseau de l'Inf. (Français)

31 =Canal Savoir/ Télé-ens. (Franç)

Nouvelles Locales: à 6:30 P.M. sur la Chaîne 2

Reprises sur la Chaîne 14: à 7:30, 8:30, 9:30 P.M.

et 6:30, 8:30, 9:30 A.M., 12:30 et 4:30 P.M.

TELEVISION NATIONALE D'HAITI

Chaîne 8 (VHF)

Angle Delmas 33 et Route de Delmas, Port-au-Prince/

B.P. 13400, Delmas

Tél: 246-0200/ 246-2952/ 246-0593/ 246-0655/ 246-5471/

246-1113/ 246-4195/ 0693

246-5714/ 246-1519/ 246-4419/ 246-0373

Fax: 246-5967/ 4816

E-mail: tnh@haiticulture.net

Audience: 400.000 téléspectateurs

Fondée le 24 Décembre 1979

Langue: Créole/ Français/ Anglais

Propriétaire: GOH

Directeur: Raynald Louis

Directeur des Nouvelles: Serge Simon

Affiliation: chaîne d'Etat

TELE TIMOUN

Connu d'abord sous le nom de Télé 13 qui appartenait à M. Fred Brutus, depuis le 31 Mars 1997, le CONATEL à la suite d'un différend avec Télé 13, a décidé d'attribuer la chaîne 13 au Rév. Chenet Lucien, responsable de la Mission «Les Oeuvres du Seigneur» puis la même fréquence a été attribuée quelques mois plus tard à Télé Timoun (Radio Timoun).

(Channel 13)

Rue Camille Léon # 27 bis, Port-au-Prince

Phone: 45-5171/ 9596/ 1099/

Fondée en 1997

Propiétaire: La Fanmi se Lavi

Affiliation: Educative

TELEMAX (Société anonyme) TELE 7, VHF

Delmas 19, No. 3; Port-au-Prince

Tél: 249-3370/ 249-3314/ 246-2002 / 246-1155/ 246-1282/ Fax: 246-1155

Langue: Créole/ Français/ Anglais

Directeur: Robert Denis

Administrateur: Pierre-Richard Desmornes

Directeur des nouvelles: Richard Von Dumelse

Fondée le 1er Mai 1994

Langue: Français, Anglais, Créole

Affiliation: Commerciale

CANAL 11, 4VTKT S.A.

TELEVISION KAY TIMOUN

Etage National Shopping Center

Tel: 249-6574

Tel/ Fax: 249-6563

P.O. BOX 2350, Port-au-Prince

or P.O. BOX 610307

N. Miami Beach, Florida 33261

Tel: (305) 892-1975; Fax: 895-7220

Fondée: Nov. 26, 1993

Inauguration: February 13, 1999

Langue: Français/Creole/ Aglais

Directeur: Jean-Paul Elie

(En semaine: 2:00 p.m. - 2:00 a.m.)

(Weekend: De midi - 2:00 a.m.)

Cap-Haitien

TELE 7

Chaîne 7

Rue 5 & 6 A, P.O. Box 177, Cap-Haitien

Tél: 262-1900/ 0657

Fax: 262-1443/ 262-1993

c/o: Port-au-Prince: Nazon, Rue Senghor No. 14

Tél: 45-3568

Audience: 50,000 téléspectateurs

Fondée en Décembre 1986

Langue: Créole/ Français/Anglais

Propriétaire & Directeur: Michel Georges

Affiliation: Commerciale

SUPER CANAL (Chaîne 6)

Rue 7 J-K No. 177, Cap-Haitien

Phone: 262-0197

Fondée en 1989

Langue: Créole/ Français/Anglais

Propriétaire & Directeur: Roland Boutros

Affiliation: Commerciale

Cayes

RADIO ET TELEVISION

DE LA METROPOLE DU SUD

(RTMS)

(Voir Radio-Télévision)

RADIO TELEDIFFUSION CAYENNE

(RTDC)

(Voir Radio-Télévision)

RADIO TELE UNIVERS (RTU)

(Voir Radio-Télévision)

TELERICK (Chaîne 4)

Rue du Quai No. 6, Les Cayes

Phone: 262-0726

Fondée le 7 mars 1998

Langue: Créole/ Français/Anglais

Propriétaire & Directeur: Eric Beaubrun

Affiliation: Commerciale

Gonaives

TELEVISION ARTIBONITE (TVA)

(Câble) Chaîne 3 (Local), 2,4,5,6

(Société de Télévision du Bas et du Haut Artibonite)

Angle Rue du Quai et Rue Vernet, Gonaives

ou c/o B.P. 13032, Delmas

SOGEBANK, Place Geffrard - Mme. Marie-Ange Jean-Baptiste

Tél: 74-0711

Fondée le 17 Janvier 1990

Audience: 5000-10,000

Langue: Créole/ Français

Directeur: Gérard Jean-Baptiste

Affiliation: Commerciale

TRANS AMERICA, Chaîne 5

25, Rue Roger Chrisphonte,

Gonaives, P.O. Box 75

Tél: 274-0113

Audience: 5000-10,000

Fondée en 1987

Directeur: Herbert Pélissier

Affiliation: Commerciale

TELE STAR, Chaîne 6

Avenue des Dattes, Etage du Dry Cleaning,

Gonaives,

Tél: 274-0073

Fax: 274-0771

Fondée en 1996

Directeur: Rév. Révenel Benoit

Affiliation: Evangélique/ Commerciale

TELE RADIO PROVINCIALE

(Voir Radio-Télévision)

Jacmel

RADIO TELE EXPRESS

(Voir Radio-Télévision)

RADIO TELEDIFFUSION JACMELIENNE

(Voir Radio-Télévision)

TELE GALAXY 2 (Chaîne 2/ VHF)

Rue Henry Christophe No. 6, Jacmel

Tél: 288-2324

Fondée en 1992

Directeur: Milot Berquin

Affiliation: Commerciale

TELE MAGIK 7 (Chaîne 7/ VHF)

Rue Conti No. 16, Jacmel

Tél: 288-3167/ 288-2456

Fondée le 28 Février 1992

Propriétaire: M. Louis Blaise

Directeur: Richard Siprien

Affiliation: Commerciale

Jérémie

RADIO TELEVISION

GRAND'ANSE PLUS

(RTVGA+)

(Voir Radio-Télévision)

Léogane

TELE ANACAONA

Address: Rue Noire, Léogane

Owner: M. Wilson Saint-Juste

Director: M. Séjour Gélès

Founded in: 1998

Language: Creole/ French

Affiliation: Commercial

Limbé

RADIO TELEDIFFUSION LIMBEENNE (RTL) (Voir Radio-Télévision)

RADIO TELEDIFFUSION JUPITER (RTJ) (Voir Radio-Télévision)

Port-de-Paix

TELE PORT-DE-PAIX (Chaîne 2)

RADIO TELEDIFFUSION

DU NORD-OUEST (RTNO)

(Voir Radio-Télévision)

Saint-Marc

DYNASTY ORIGINAL TELEVISION

(DOTV)

(Non encore licenciée)

Chaîne 22 UHF

Rue Louverture No. 163, St. Marc

Phone: 279-1577

Fondée le 9 Octobre 1991

Directeur: Serge C. Félix

Tech. Dir.: Jean Rénald Louisdort

René Antoine Nicolas (Sport)

Dulix Limage, Directeur de l'information

Affiliation: Commerciale

5:00 PM - Minuit

STARVISION

TV: Chaîne 4 VHF

Pivert No. 65, St. Marc

P.O. 002 St. Marc

Phone: 279-1934

Fondée le 12 Avril 1995

Propriétaire: M. Serge Jérôme

Directeur: Patrick Adé

Co-Directeur: Robert Guillaume

Sport Directeur: Camus Calixte

Affiliation: Commerciale

TELE QUISQUEYA

(Non encore licenciée)

Chaîne 15 UHF

Rue Armand Thoby No. 31, St. Marc

Fondée en septembre 1995

Directeur: Ernst Louisdort

Directeur des nouvelles: Pradel Alexandre

Journalistes: Wesly Louisdort, Daniel Louisdort

Affiliation: Commerciale

LISTES DES STATIONS DE RADIO-TELEVISION DU PAYS

Cayes

RADIO & TELEVISION

METROPOLE DU SUD

(RTMS)

RADIO: 97.3 FM Stéréo/

T.V. Chaîne 12

Angle Rues Nicolas Geffrard et Toussaint Louverture No. 4, Cayes

P.O. Box 6, Les Cayes

Tél: 286-0630/ 0224 (Beeper: 257-8400)

Fax: 286-1834

Audience:

Fondée le 9 juillet, 1990

Langue: Créole/ Français/ Anglais

Directeur: M. Ralph Constant (Teddy)

Affiliation: Commerciale

RADIO TELEDIFFUSION CAYENNE

(RTDC)

RADIO: 105.7 FM

T.V. Chaîne 3 (irrégulière)

Rue Nicolas Geffrard No. 4, Cayes

Tel/ Fax: 286-0106

Audience:

Fondée le 16 juillet 1990

Langue: Créole/ Français

Directeur: Pierre Yvon Chéry

Affiliation: Commerciale

TELE 6

(RADIO TELE UNIVERS/ RTU)

RADIO: 88.2 FM (La radio est non fonctionnelle)

TV: Chaîne 6, VHF

(Non encore licenciée)

Rue Nicolas Geffrard, (à côté de la BUH), Cayes

Tél: 286-1160

Fondée en novembre 1994

Propriétaire and Directeur: M. Dorcelly Désir Fils

Langue: Créole/ Français

Affiliation: Commerciale

Gonaives

TELE RADIO PROVINCIALERADIO: 95.3 Mhz

TV: Chaîne 9, VHF - (puissance 30 w) (Irregular)

No. 150 Rue J.J. Dessalines

P.O. Box 76, Gonaives

Tél: 274-0336 or 245-5324 (PAP)

Langue: Créole/ Français

Fondée en 1990

Propriétaire: Reynald Orival

Affiliation: Commerciale

Journalistes: Camille Célestin

Alix Joseph

Orival Nelson Charles

Jacmel

(RADIO TELE EXPRESS)

RADIO: 870 Khz/ 88.8 MHz FM Stéréo

TV: (Chaîne 8/ VHF)

No. 12, Rue de l'Eglise

Jacmel

Radio: Fondée en 1984

Télévision: Fondée en 1989

Tél: 288-2191/ 288-2246

Propriétaire: Jean-François Verdier (Res. 245-0875/ 4897)

Directeur: Jacques Jean-Pierre

Affiliation: Commerciale

RADIO TELEDIFFUSION

JACMELIENNE

RADIO: 101.5 FM Stéréo/ 940.0 Khz)

TV: (Chaîne 10/ VHF)

Rue de l'Eglise, Jacmel

Tél: 288-2851

Langue: Créole/ Français

Fondée le 14 août 1983

Propriétaire: Fresnel François

Directeur: Luc François

Affiliation: Commerciale

Jérémie

RADIO TELEVISION

GRAND'ANSE PLUS (RTVGA +)

RADIO: 1190 Khz/ 95.9 Mhz

TV: Chaîne 5 VHF

Rue Eugène Magron #54, (bis), Jérémie

Tél: 284-5337/ 284-5357

Fondée le 22 août 1993

Directeur: Louinès Louis/ Mrs. Michèle Clermont Alix Félix

Limbé

RADIO TELEDIFFUSION LIMBEENNE (RTL)

RADIO: 97.9 MHz FM mono

TV: Chaîne 10 VHF

Address: Grand Rue, Haut Levé (Route Dumez), No. 214

Tél: c/o Teleco: 262-3021/ 3022/ 3023/ 3024/ 3025

Fondée le 27 avril 1996

Langue: Créole/ Français/ Anglais

Propriétaire: David Dorsainvil

Directeur: Vladimir Dorsainvil

Affiliation: Commerciale

(De 5:30 A.M.-11:30 P.M.)

RADIO TELEDIFFUSION JUPITER (RTJ)

RADIO: 91.3 MHz FM Stéréo

TV: Chaîne VHF

Address: Grand Rue, Haut Levé

Tél: c/o Teleco: 262-3021/ 3022/ 3023/ 3024/ 3025

Fondée le 27 Avril 1998

Langue: Créole/ Français/ Anglais

Propriétaire: Jonas

Affiliation: Commerciale

Port-au-Prince

RADIO-TELE ECLAIR (RTL)

RADIO: 100.5 MHz FM Stéréo

TV: Chaîne 4

Address: (Société Joseph et Co.)

No. 526, Rte de Delmas, 2eme maison apres Radio Haiti

Tél: 257-9144/ 257-9432

Fax: 222-4319

Fondée le 12 Juillet 1994 (télévision)

12 Juillet 1997 (radio)

Langue: Créole/ Français/ Anglais

Propriétaire et Directeur: Patrick Joseph

Vice-Président: Pierril Joseph

Administrateur: Dimanche Jean Musset

Affiliation: Commerciale

RADIO TELE LAKANSYEL (RTL)(fermée)

RADIO: 1470.0 Khz/ 103.7 Mhz

TV: Chaîne 2

Route de Delmas No. 285, (Entre Delmas 57 et 59)

Tél: 246-2020/ 246-4040

Fondée le 1er Février 1987

Langue: Créole/ Français/ Anglais

Propriétaire and Directeur: Alex St. Surin

Affiliation: Commerciale

Petit-Goâve

RADIO-TELE CONTACT

RADIO: 104.8 MHz FM Stéréo

Fondée le January 17, 1995

TV: Chaîne 13 VHF

Fondée en février 1997

Addresse: Rue Dessalines, Local du Centre d'Achat, Petit-Goâve

Tél: 287-0879

Langue: Créole/ Français/ Anglais

Propriétaire: Limonjy Jean

Directeur: Frantz Sagaille

Affiliation: Commerciale

Port-de-Paix

RADIO TELEDIFFUSION

DU NORD'OUEST (RTNO)

RADIO (4VTS): 1410 Khz/ 92.5 MHz/ 97.9 Mhz FM

TV: Chaîne 6 VHF

Rue Christophe #184, Port-de-Paix

Tél: 268-5242/ 268-6446

c/o à Port-au-Prince: Valparaiso Tours/ M. David Sylvestre

Rue des Miracles, No. 68 (en face de La Pléiade)

222-2457/ 223-9455

Fondée le 30 juillet 1976 (Radio)

Directeur: Saint-Aubin Saintil

Assistant-Directeur: Emmanuel Emerlin Saintil

Affiliation: Commerciale

LISTES DES PLUS IMPORTANTES SOCIETES DE

PRODUCTION DESTINEES A LA TELEVISION

ARAWAK PICTURES VIDEO PRODUCTION

M. Sacha Sommer

Route de Kenskoff, No. 9

Tel/ Fax: 57-7006

ARC-EN-CIEL VIDEO PRODUCTION

M. Roland Chavannes

Rue Piquant No. 32, à côté ONA

Tel: 22-3633

CEPEDAV

(Centre Pédagogique Audiovisuel)

M. René Soler

P.O. Box 15016, Pétion-Ville

Tel: 23-2218/ 57-3138

Fax: 45-4959/ 7760

CLAIRIMAGE/ TELE ECLAIR

(Radio & TV)

Rue Pavée, No. 12

and Route de Delmas No. 526

P.O. Box 810, Port-au-Prince

Tel/ Fax: 22-1925/ Tel: 23-2111/ 57-9144

M. Hérick Beauboeuf, Director of Production

FOUCUS VIDEO

Impasse Villefranche, No. 16, Turgeau

Tel: 45-5252/ Fax: 22-5510

M. Gary Chrisphonte

HAITIAN TELEVISION NETWORK (HTN)

(News and Documentaries Production for the Diaspora)

MANCUSO PRODUCTIONS

Delmas Etage: National Shopping Center, P-au-P

Tel: 46-2259

Audience: 375,000 families in Miami and Connecticut

Founded in November 1988

Language: Creole/ french/ English

Owner & Director: Claude Mancuso

Affiliation: Commercial

J. F. PRODUCTION

M. Jean Fabius

Rue Stephen No. 8, Musseau

Tel: 49-4818/ 49-3392/ 46-2424

Fax: 49-3392

PHILDEN VIDEO PRODUCTIONS

M. Pilippe Denis

Rue Dr. Audant, No. 1, Delmas 105 (Rte de Frères)

Tel/ Fax: 57-5353

PRODUCTIONS FANAL

Mme. Rachèle Magloire

Rue Stéphen, No. 8, Musseau

Tel: 57-6290/ 49-4818

E-mail: rachele@acn2.net

P.V.S VIDEO PRODUCTION

M. Reynald Delerme

Angle Rue O. Durand et Mrg. Guilloux, No. 177

Tel: 22-3735/ 22-1277

STUDIO PLUS

Delmas 89, Rue L. Dérance, No. 16

(Production T.V.)

Tel: 57-1174

TEMPO VIDEO

M. Robert Denis

Delmas 19, No. 3

Tel: 46-1282/ 46-2002

Fax: 46-1115

IMAGINE HAITI (VIDEO PLUS)

M. Jean-Pierre Grasset

Angle Rues Lamarre et Rigaud, Pétion-Ville

P.O. Box: 15004, P.V.

Tél: 57-4656

IMAGE PRODUCTION

M. Clarens Renois

Mlle. Marie-Lucie Bonhomme

Rue Lamarre No. 14, Pétion-Ville

Tél: 257-7087

VIDEO 7 PRODUCTION

M. Herbert Widmaier

Delmas 50

Tel: 46-4444/ Fax: 49-2020

* 1- Réf. Le Petit Robert, Dictionnaire de la langue française

* 2- Réf. Lucien Jean-Bernard, dans Manuel des sciences de la communication collective, FASCH, Tome 1, p. 26.

* 3- Réf. Gilles Amado et Guillet André, dans: La dynamique des communications dans les groupes, p. 1.

* 4- Réf. Francis Vanoye, dans: Expression -- Communication, Col. U, 3è édition, Paris, 1979, p. 29.

* 5- Réf. Fernand Terrou, dans: L'information, Col. Que sais-je? P.U.F., Paris, 1980, p. 1.

* 6- Réf. Garvey E. Daniel et Rivera L. William, dans L'information radiotélévisée, Nouveaux Horizons, p. 3.

* 7- Réf. CFPJ, Glossaire des termes de presse, Paris, 1982

* 8- Réf. P. Francheux, dans Encyclopédie du monde actuel, EDMA, Les Medias, 1881, p. 223.

* 9- Réf. ibidem.

* 10- Réf. op. cit. p. 223.

* 11- Réf. Hu Bohn, dans An introduction to modern communication, Mass Media, New-York, 1974, p. 158.

* 12- Réf. Op. cit. p. 158.

* 13- Réf. A. H. W. Buck, dans Les télécommunications, L'univers des connaissances, Hachette, Paris, 1967, p. 48.

* 14- Réf. Ganz Pierre, dans Le reportage radio et télé, CFPJ, Paris, p. 82.

* 15- Réf. Lucien Jean-Bernard, dans Manuel des sciences de la communication collective, FASCH, t. 3, p. 26.

* 16- Réf. Hilgard E. et al: Introduction to psychology. Seven Edition. The mass Media. Gerber et Gross, 1976. Page 255.

* 17- Réf. Hu Bonh dans An introduction to modern communication, Masss media, New-York, 1974, p. 159.

* 18- Ré. Ibidem, p. 48.

* 19- Réf. Le Petit Robert, Dictionnaire des mots contemporains/ les usuels du Robert,......

* 20- Réf. "Building of Cultures", Roland B. Dixon - Charles Scribners Sons - New York- London 19828. Page 3.

* 21- Réf. Les 100 mots du développement du tiers monde» (Commission française Justice et Paix/ Editions La Découverte, 1990, Page 91).

.

* 22- Réf. "Introduction à la Sociologie générale. L'organisation sociale". Guy Rocher, 1978, page 89.

* 23- Réf. "Chocs de Culture/ C. Carmilleri, M. C. Emerique/ l'Harmattan, 1989/ Page 14.

* 24- Réf. "Chocs de Culture/ C. Carmilleri, M. C. Emerique/ l'Harmattan, 1989/ Page 27.

* 25- Réf. "Les cahiers de l'animation", Allouche B. J. 1971, page 129.

* 26- (Réf. "Mythe de l'alphabétisation et des moyens de communication collective en Amérique Latine; une mise au point sur la technologie éducative", Lucien Bernard; Editions Fardin, 1979/ Page 73)

* 27- (Réf. "La radio et la Télé au service de l'Evangile"/ R. Beaufils, Presse Evangélique, Haïti, 1993).

* 28- (Réf. "Entertainment Television In Rural Alaska, How Will It Affect The School?"/ Norma Forbes/ Educational Research Association, Avril 1979).

* 29- (Réf. Télévision et Elections/ Ellen Mickiewicz et Charles Firestone, page IX; Nouveaux Horizons 1992).

* 30- (Ref. «La Politique Télévisuelle extérieure de la France», Page 16/ Juin 1989)

* 31- (Réf. Fiche de Présentation de la Société Haïtienne de Télévision Par Satellites S.A., préparée par les responsables de Télé Haïti en juillet 1991)

* 32- ( Réf. Dictionnaire technique général/ J. Gérald Belle-Isle/ Dunod 1977).

* 33- (Réf. Le Nouvelliste: «Annonce de la Télé Haïti sur le captage du signal sans être abonné. Vendredi 26 au Dimanche 28 juin 1998, page 27)

* 34- (Réf. Le Nouvelliste: «Une soirée avec la CCJAH», Mardi 16 septembre 1997, page 5)

* 35- (Réf. Focus: Haïti sur Seine/ "L'homme sur les quais"/ Haïti en Marche VI VIII No. 17, Page 12)

* 36- (Réf. Le Nouvelliste, Lundi 25 août 1997, No. 35304, pages 1 et 20)

* 37- (Réf. «Brève réflexion sur le cinéma Haïtien», Magazine Le Point Final, No. 28-29, juin-juillet 1998; page 10.)

* 38- (Réf: «Etude de l'Audience des Radios et Télévisions dans le contexte Médiatique Haitien», réalisée par l'Agence Internationale de Sondages et remis au Bureau de l'UNESCO, Offfice Mondial des Statistiques à Paris/ Septembre 1998.)

* 39- (Réf: «Etude de l'Audience des Radios et Télévisions dans le contexte Médiatique Haitien», réalisée par l'Agence Internationale de Sondages et remis au Bureau de l'UNESCO, Offfice Mondial des Statistiques à Paris/ Septembre 1998.)

* 40- (Réf. Enquête socio-économique en Haïti/ UNICEF, 1993)

* 41- (Réf. Non au bovarisme accablant de Télé Haïti/ Le Nouvelliste, Du 12 au 14 novembre 1983, page 3).

* 42- (Réf. Télé Haïti précise sa position sur la question de bovarisme culturel/ Le Nouvelliste, jeudi 17 novembre 1983, page 14).

* 43- (Réf: «Etude de l'Audience des Radios et Télévisions dans le contexte Médiatique Haitien», réalisée par l'Agence Internationale de Sondages et remis au Bureau de l'UNESCO, Offfice Mondial des Statistiques à Paris/ Septembre 1998.)

* 44- (Réf. l'Etat et la Culture, Ed. Economica, 1989, Page 50)

* 45- (Réf. l'Etat et la Culture, Ed. Economica, 1989, Page 50)






La Quadrature du Net