WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Télévision haà»tienne par càóble et couleur locale ( la télé Haà»ti )

( Télécharger le fichier original )
par Joêl Lorquet
Université d'état d'Haà»ti faculté des sciences humaines - Licence en sciences de la communication collective et du journalisme 1999
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II- LA PROMOTION DE LA CREATION

Au-delà de ce soutien personnel aux artistes, l'Etat a une fonction générale d'aide à la création, en constituant, pour ce qui dépend de lui, les conditions économiques et techniques propices à l'activité culturelle novatrice.

1. L'aide de l'Etat à la création artistique

En Haïti le Ministère de la Culture devrait créer des modalités administratives et financières d'aide à la création. Leur mécanisme devrait faciliter l'innovation dans toutes les facettes de la production culturelle notamment les arts plastiques, le livre, le théâtre et le cinéma qui se rapproche le plus du thème de notre thèse.

En effet, l'Etat devrait avoir un intérêt évident pour le cinéma puisqu'il est un art d'aujourd'hui à la fois fécond et populaire. L'Etat devrait donc créer des modes de financement ou des systèmes de crédit pour les films haïtiens. En France par exemple, l'Institut de Financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC), dont les fonds propres initiaux sont publics, exerce une influence considérable, puisqu'il rend possible des prêts équivalents à 6,5% du financement total.45(*)

Comme en France, on devrait peut être avoir un Centre National de la Cinématographie (CNC), qui constitue un lieu de coopération des pouvoirs publics et de l'industrie cinématographique. Il gère également le compte de soutien financier de l'industrie cinématographique et de l'industrie des programmes audiovisuels. En 1987, 45 films ont bénéficié d'une aide d'un montant global de 65, 9 millions de Francs. De 1960 à 1987, 1058 films en ont bénéficié; 588 ont donné lieu à un remboursement, 103 ont remboursé intégralement l'avance qui avait été accordée.

Le CNC administre un système d'aide complexe et d'assistances financières aux industries techniques, à la production de films de court-métrage, ou à la production d'oeuvres audiovisuelles destinées à une première diffusion télévisuelle.

2. L'encouragement au mécenat privé

Le fait que l'Etat doit exercer une fonction politique de soutien de la création artistique ne signifie certes pas qu'il ait toujours a opérer ce soutien lui-même. Responsable, promoteur, avocat, l'Etat a précisément pour rôle et pour intérêt, d'entraîner dans son sillage tous ceux qui peuvent concourir à la vitalité artistique en Haïti. L'Etat doit exercer son rôle d'éclairage et d'incitation à l'égard des particuliers et des entreprises. Il devrait favoriser le concours d'agents économiques et sociaux par des incitations législatives, touchant notammant le droit fiscal.

Sur le plan culturel, l'encouragement du mécenat privé est aussi, pour l'Etat, le moyen implicite d'atténuer le risque que sa propre influence ne soit excessive et oppressante, dans le domaine de l'intervention directe sur l'acte créateur. Favoriser la multiplication et le dynamisme des mécènes, c'est diversifier les centres de décision, varier les critères d'appréciation et de choix. Le mécenat privé constitue aujourd'hui un mode normal de financement des manifestations culturelles, au point que de nombreux promoteurs ne conçoivent plus de grandes manifestations qui ne bénéficient de concours privés.

RECOMMANDATIONS

b) A l'Etat haïtien:

- L'Etat haïtien devrait fournir une subvention, une assistance ou des possibilités d'exonération aux stations de télévision locales et notamment à la Télé Haïti.

- Encourager les agences de production télévisuelles et cinématographiques locales.

- Contribuer à la formation académique des profesionnels travaillant dans le domaine par l'octroi de bourses d'études.

- Adopter une loi pour exiger aux médias un minimum d'heures devant être consacrées chaque jour à la culture locale dans leur grille de programmation.

- Protéger les droits des auteurs et réalisateurs.

- Créer des écoles de communication audiovisuelle, d'art dramatique et un Institut de C inématographie Haitienne. Bref, l'Etat devrait promouvoir la culture et protéger la création culturelle.

* 45- (Réf. l'Etat et la Culture, Ed. Economica, 1989, Page 50)

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net