WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Projet d'aménagement de la zone économique spéciale de N'Kok : bilan partiel et perspectives

( Télécharger le fichier original )
par Suzana MOUSSONGOU IBRAHIM KUMBA
Université Omar Bongo - Master 2 Geographie 2013
  

précédent sommaire suivant

II-Problématique

Le projet de création des zones économiques spéciales est un fait nouveau pour le Gabon. Or, plusieurs États l'ont déjà expérimenté. Les études trouvées dans nos recherches présentent la mise en oeuvre de ces projets et les différentes étapes qui ont marqué leur matérialisation. Ce projet représente une opportunité de développement pour les régions qui ne disposent pas d'infrastructures modernes ou qui connaissent un retard en matière d'équipement. C'est aussi, une grande aubaine sur le plan économique car il permet le développement et la diversification des activités économiques.

Lancé en août 2010, le projet de la zone économique spéciale de N'Kok a constitué un moment fort et historique pour les perspectives de développement économique et social du Gabon. C'est un projet dont la réalisation est prévue en trois phases. La première phase d'une durée de trois ans, répartie en trois étapes sur 456 hectares (ha), comprend : l'aménagement global et la viabilisation du site, la construction des différentes infrastructures notamment la zone industrielle, la zone commerciale, la zone résidentielle. Elle devrait avoir une incidence sur l'emploi. Les deuxième et troisième phases se partagent 670 ha et devraient commencer entre mi-octobre et début décembre 2012. Toutefois, suite au retard constaté dans la livraison de la première phase, les deux autres n'ont pas encore été lancées.

In fine, on peut se poser la question de savoir quel est l'état d'avancement des travaux d'aménagement prévus pour la première phase du projet de la zone économique spéciale de N'Kok? Il sera également question de réfléchir sur la stratégie à mettre en oeuvre pour mener à terme le projet de l'aménagement de la zone économique spéciale de N'Kok.

III-Organisation méthodologie

La méthodologiepeut se définir comme l'ensemble des procédés et techniques propres à un domaine spécifique. À distinguer de la méthode qui constitue la façon de mener un travail. D'autant plus que sur le plan méthodologique, « le chercheur ne doit pas seulement se contenter d'indiquer ou d'exposer les résultats obtenus, mais également il doit rendre compte de la démarche qui est la sienne, et la façon dont il a obtenu les données qu'il a fournies dans son travail »4(*).

Nous allons nous appuyer sur "la méthode empirique" pour mener cette étude. Ce choix est soutenu par le fait que notre étude ne dispose pas suffisamment des données écrites qui pouvaient permettre de rassembler les informations utiles, d'où l'impératif du terrain que suscite la méthode choisie.

Ainsi, notre démarche, en tant que géographe, consiste à fonder notre analyse sur l'exploitation des sources écrites (recensement bibliographique) et orales (rencontre des personnes ressources) et sur la fréquentation du terrain (observations directes). L'ensemble des informations et éléments issus de cette démarche constitue donc les données qualitatives et quantitatives de notre étude.

Schéma 1: Démarche entreprise

Conception : Suzana Moussongou Ibrahim Kumba

III-2 Collectes des données et outils de terrain

A-) La revue littéraire  

Durant cette étape, nous avons procédé à l'élaboration d'une bibliographie à partir de la recherche documentaire et d'interviews. Puis nous allons analyser chaque document, en vue de relever les points essentiels qui vont étayer notre problématique. Les bibliothèques et laboratoires ont été les principaux lieux de recherche de ces documents où nous avons pu consulter des ouvrages aussi bien généraux que spécialisés sur le domaine de l'Aménagement du territoire. C'est le cas des ouvrages deLAJUGIE (J)etAL (1985). Dans cet ouvrage, les auteurs font ressortir que l'aménagement du territoire n'est pas chose facile et que pour y parvenir, il faut la mise en place d'une politique visant à réglementer ou gérer l'espace. WACKERMANN (G)(1996)quant à lui estime que, l'aménagement urbain est destiné à structurer et à organiser l'espace de manière optimale et durable.

Nous avons également fréquenté la médiathèque de l'Institut français, le centre de documentation du Quotidien local l'Union et certains Ministères en charge de la question ainsi que quelques sites internet. Cela nous a permis de pallier le déficit documentaire souvent constaté au sein de l'institution universitaire. De ce fait, nous avons consulté certains documents notamment :TRIBILLON (JF) (1993) dit qu'on ne peut convenablement aménager un site qu'après l'avoir totalement débarrassé des droits fonciers qui l'encombrent, car, ils constituent des entraves à la rationalité de l'aménagement qui doit être pensée comme l'aménagement d'un espace pur et géométriquedans son ouvrage Nouveau manuel d'aménagement foncier. Puis,MERLIN (P) (1993), suggère une suite d'exemples pratiques de l'aménagement dans son ensemble. Par sa propre expérience, il tente d'associer le cadre professionnel à la vision théorique.Ce qui lui permet de formuler des critiques plus concises. Par cette approche, il nous aide à mieux asseoir nos connaissances dans le cadre précis de l'aménagement, de l'épistémologie et rappelle que la géographie n'a d'objet que l'aménagement spatialedans son ouvrage intitulé Géographie de l'aménagement. CAMEL (P) et AL(1990) montrent que l'aménagement ou encore le développement de la ville en Afrique nécessite la mise à contribution de l'ensemble des acteurs qui, d'une manière ou d'une autre, occupent, construisent et aménagent l'espace concerné...dans leur ouvrage «Construire la ville africaine ». MILTON (S) (1971) pour sa part, présente les difficultés qui rendent les projets du développement des villes africaines caduques. L'auteur milite pour la création des doctrines propres aux milieux africains. Pour lui, il faut bâtir une méthodologie qui pourrait déboucher sur une théorisation. Il présente la discordance qui existe à transporter les modèles des pays développés aux pays du tiers monde. Cette approche ouvre une nouvelle vision dans les études de géographie urbaine en Afriquedans l'ouvrage « Les villes du tiers-monde ». Par ailleurs, L'article du Ministère des domaines et de l'aménagement de la conservation foncière de l'habitat et de l'urbanisme et du cadastre5(*) est un texte de loi qui permet de comprendre qu'une volonté politique existe pour impulser un développement harmonieux de nos centres urbains. Ce texte nous a montré qu'il y a bien une réglementation qui devrait orienter le développement des villes du Gabon.

Toute cette littérature qui se repartit en ouvrages généraux, ouvrages spécialisés, articles, mémoires et thèses a été complétée par quelques entretiens semi-directifs6(*) qui nous ont été accordés et dont la liste se trouve en annexe. Pour s'y prendre, quelques outils ont été nécessaires.

* 4GRAWITZ (M), (1979), Méthodes des sciences sociales, 6ème édition, Dalloz, paris, p. 593

* 5Loi n°3 du 08/05/81fixant le cadre de réglementation d'urbanisme, p.15

* 6Cours Master II professionnel,Diagnostic participatif des territoires, DR ALLOGHO-NKOGHE (F), 2013, inédit.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.