WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Projet d'aménagement de la zone économique spéciale de N'Kok : bilan partiel et perspectives

( Télécharger le fichier original )
par Suzana MOUSSONGOU IBRAHIM KUMBA
Université Omar Bongo - Master 2 Geographie 2013
  

précédent sommaire suivant

Conclusion partielle

Dans cette partie de notre travail, il a été question d'apprécier le projet de la Z.E.S.N du village N'Kok dans la province de l'Estuaire, tant sur le plan spatial qu'économique.

Aussi, a-t-on retenu que le projet d'aménagement de la Z.E.S.N pourrait constituer le moteur du développement de ladite zone et de la région. Ce, à travers les différents aménagements qu'elle regorge, pour cela les acteurs qui devraient travailler en synergie entre eux. Mais aussi d'autres projets méritent d'être pris en compte dans cet espace. Avec la perspective de d'aménagement, il faut prôner le développement de l'activité agricole dans cette zone qui est le Gabon vert entre la zone économique spéciale et le port Owendo, donc une nouvelle phase à venir afin de répondre aux attentes du gouvernement par rapport aux trois piliers du Gabon. L'heure de l'industrie et de l'activité agricole est lancée, il est temps que l'Etat et les autres acteurs du développement s'alignent pour un meilleur rendement des projets engagés. À l'avenir, il serait indispensable de s'interroger sur la place qu'occupe la population locale dans la conception et l'élaboration des projets qui sont prévus dans leur localité.

Conclusion générale

Nous rappelons tout d'abord que nous avons effectué un stage de six (6) mois au sein de la Direction Générale de l'Urbanisme et des Aménagements Fonciers. Celui-ci nous a permis de mettre en oeuvre et en valeur toutes nos connaissances théoriques, mais il a été aussi indispensable pour nous confronter à la réalité du monde professionnel. Durant ledit stage dans cet établissement public, nous avons pu toucher du doigt et observer les différentes activités dévolues à l'aménagement du territoire et à l'urbanisme en République gabonaise. Elles tournaient autour d'un atelier de formation sur le Schéma Directeur d'Aménagement et d'Urbanisme (S.D.A.U) des huit (8) capitales provinciales du Gabon, puis le travail sur le terrain dans différents site de Libreville, de N'toum et ensuite la participation en tant que figurant aux litiges fonciers traités par la Direction Générale de l'Urbanisme et des Aménagements Fonciers. En effet, les débuts ont été difficiles au regard de l'ampleur des activités (un atelier de formation sur la réalisation d'un S.D.A.U des huit (8) capitales provinciales du Gabon, mise sur pied des mécanismes favorables à ce plan d'aménagement, mise en place d'un cahier de charge entre le maître d'oeuvre et le maître d'ouvrage pendant le contrôle des travaux d'aménagement mais aussi la pratique de traiter des litiges fonciers opposant deux antagonismes).

Grâce à cette expérience enrichissante, Nous nous sommes interrogés sur l'aménagement de la Zone Economique Spéciale de N'Kok, projet unique qui colle avec le domaine de l'urbanisme et de l'aménagement foncier. Nous avons pu observer tout au long de cette étude, l'aménagement actuel de la Zone Economique Spéciale de N'Kok, qui présente de nombreux dysfonctionnements. Ces derniers sont dues pour l'essentiel au ralentissement des travaux d'aménagement liés aux activités humaines présentes sur le site, lesquelles ont ralenti les délais de livraison de la première phase d'aménagement; mais aussi les difficultés d'ordre naturel, matériel et financière, qui ont impacté un temps soit peu sur le bon déroulement et la conduite des travaux.

Nonobstant ces quelques difficultés, au travers des multiples entretiens et des informations pris auprès de certains responsables du site de la Zone Economique Spéciale de N'Kok, il ressort que les différents ouvrages et infrastructures (en dépit de quelques difficultés) sont à un niveau des réalisations avancées. Ceci est traduit par l'installation dans ladite zone des entreprises étrangèreset nationales désireuses d'investir au Gabon.

Toutefois, il reste que certains ouvrages n'ont pas encore été entamés à l'exemple de BICIG, Eco Bank, la poste, Cecagadis pour ne citer que ceux-ci, freinant du coup l'aboutissement final de la première phase du projet d'aménagement.

Le second temps important fut de déceler les manquements liés à la réalisation de ce projet. Ce qui nous a valu de proposer un ensemble d'entreprises à réaliser, notamment le renforcement du partenariat entre l'État et Olam en matière d'aménagement, la mise en place d'un cahier de charge entre les différents acteurs, et enfinune proposition d'extension à l'aménagement de la Zone Economique Spéciale de N'Kok.

La mise en place de ce projet est née d'une volonté politique du président de la république en 2009, après son élection à la tête du pays, afin de diversifier les partenariats économiques du Gabon. Car pendant longtemps, les relations économiques gabonaises étaient exclusivement vouées ou presque concentrées vers la France. L'objectif est d'encourager la transformation locale, étant donné que 40% des activités de la zone sont réservées à l'industrie.

Il est à noter que l'établissement de la Zone Economique Spéciale de N'Kok obéit à un ensemble de critère tel que la proximité à des endroits stratégiques. Axes fluviaux, ferroviaires et routiers, pour faciliter l'importation et l'exportation des produits.

En définitive, il apparait donc nécessaire de nous appesantir sur les résultats auxquels nous sommes parvenues. Pour cela, nous avons pu constater que la réalisation du projet N'Kok est une avancée en dépit de certains retards et manquements constatés qui ont faussé le calendrier d'exécution de travaux. L'essentiel ici est d'achever les différentes phases prévues afin que le projet d'aménagement de la Zone Economique Spéciale de N'Kok, pensé comme une vitrine des atouts du Gabon, remplisse aisément son objectif d'attirer des investisseurset faire du Gabon un pays à vocation industrielle tout en favorisant la création d'emplois, donc, de stimuler l'économie.

Au regard de ces manquements, il faudrait désormais que ce partenariat soit plus pragmatique et essaie de combler le retard dans l'exécution des différentes phases d'aménagement du projet entamé depuis Août 2010, car c'est une opportunité réelle pour l'État de lutter contre le chômage, par la création d'emplois, afin de booster l'économie gabonaise.

précédent sommaire suivant