WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Argumentation et soliloque: une étude sémiotique dans les tragédies de Shakespeare


par Marine Garel
Université Lumière Lyon 2 - Sciences du langage 2016
  

Disponible en mode multipage

UNIVERSITE LUMIERE LYON II

Département des Sciences du langage

GAREL Marine

Sous la coordination de Monsieur Pierluigi Fossali Basso.

Argumentation et soliloque : une étude sémiotique dans les tragédies de Shakespeare.

Mémoire de recherche de Master 1

Le soliloque a ceci de beau que vous ne mentez qu'à vous-mêmes.

Jacques Folch-Ribas

Remerciements

Je souhaite remercier les personnes qui ont été indispensables à la réalisation de mon mémoire.

En premier lieu, je remercie M. Pierluigi Fossali Basso, professeur à l'Université Lyon 2. En tant que Directeur de ce mémoire, il m'a guidé dans ma réflexion et m'a permisà plusieurs reprises d'aborder le sujet d'un autre point de vue et d'être plus précise. Je le remercie également pour le temps qu'il m'a accordé tout au long de l'année.

Je remercie par ailleurs, M. Lolke van der Veen, professeur à l'Université Lyon 2 etresponsable pédagogique du département, pour ses conseils méthodologiques dans la réalisation du mémoire.

Je suis également reconnaissante envers toute l'équipe du département des Sciences du Langage pour nous apporter tout au long de l'année des connaissances et des savoirs dont nous avons besoin pour avancer.

Je remercie enfin les personnes de mon entourage qui m'ont apporté une aide précieuse en relisant ce mémoire.

Sommaire

Remerciements 1

Sommaire 2

Résumé du mémoire 4

Introduction 5

Partie I. Le soliloque, une des manifestations indirectes de l'argumentation...........................8

Chapitre I. Caractéristiques et spécificités du soliloque 9

a. Définition du soliloque 9

b. Forme, place et fonctions du soliloque 10

c. La question de l'interlocuteur 11

Chapitre 2. Pourquoi ne faut-il pas confondre le monologue et le soliloque ? 13

a. Pourquoi parler de synonymie ? 13

b. Distinction et concept d'unité 13

c. Une distinction fondamentale : le contenu 14

Chapitre 3. Dialogue et Soliloque : comparaison et distinction au niveau argumentatif 15

a. Généralités sur le dialogue 15

b. Pour une distinction avec le soliloque 17

Partie 2. L'argumentation au théâtre................................................................................19

Chapitre 1 : Une argumentation tout au plus indirecte 20

a. Brève introduction sur l'argumentation 20

b. La double facette de l'argumentation littéraire 20

c. Que vaut une argumentation indirecte ? 21

Chapitre 2 : Une argumentation principalement dialogale 23

a. Le théâtre, art du dialogue 23

b. Dialogue et délibération 24

Chapitre 3 : L'argumentation chez Shakespeare 25

a. De l'argumentation tragique 25

b. L'utilité du soliloque dans l'argumentation 27

c. La manipulation comme partie de l'argumentation 28

Partie 3. Analyses sémiotiques du soliloque : résultats et interprétations................................30

Chapitre 1 : Macbeth et l'idée de clôture 31

a. Présentation et contexte de l'extrait 31

b. Mise en contexte sémiotique 31

c. Argumentation et concept de clôture 33

Chapitre 2 : Richard III et l'idée de quête 34

a. Contexte et présentation de l'extrait 34

b. Mise en contexte sémiotique 34

c. Argumentation et concept de la quête 35

Chapitre 3 : Hamlet et l'idée d'existence 36

a. Contexte et présentation de l'extrait 36

b. Mise en contexte sémiotique 37

c. Argumentation et concept d'existence 37

Conclusion 39

Bibliographie 41

Annexes........................................................................................................................43

Résumédu mémoire

Lorsque nous entendons parler de « soliloque », la même question apparaît souvent, à savoir : Qu'est-ce qu'un soliloque ? Le terme est d'ailleurs confondu avec le monologue qui, à première vue, en présente les mêmes caractéristiques surtout si l'on se place du côté de la forme, de la structure. La distinction première se trouve dans l'étymologie des deux mots mais il en va que le fond reste un argument majeur pour discuter de cette différence. En effet, le soliloque est bien plus poussé que le monologue au niveau du contenu ; le soliloque ayant une portée psychologique, philosophique, voire spirituelle plus accentuée où le locuteur est en plein débat avec sa propre conscience. La question de l'unité, de la solitude sera également prise en compte et mise en relation avec la question de l'interlocuteur (A qui parle-t-on réellement ?).

Dans ce mémoire, il ne s'agira pas de donner une simple définition du soliloque, mais d'entrer dans la forme en y découvrant les spécificités et en la liant à l'argumentation. Il ne nous vient directement pas à l'idée d'associer le soliloque à l'argumentation puisque la forme n'est que partiellement comparable au dialogue et la question de l'interlocuteur reste assez complexe et problématique. Il est ainsi contradictoire d'affirmer que le soliloque contient une dimension argumentative à cause de cette « absence potentielle » d'un interlocuteur ou d'un auditoire. Pourtant, le soliloque est bel et bien une forme de discours, qui fait sens et rend possible ce sens. L'argumentation y est alors indirecte puisqu'elle se manifeste au sein d'un genre littéraire principalement dialogal et se trouve dans une forme de discours où il est assez difficile de définir un auditoire quelconque.

C'est notamment au travers des tragédies de Shakespeare, là où nous trouvons bon nombre de soliloques, que sera étudiée l'argumentation au sens général du terme et ce, grâce à l'étude du signe. Nous entendons par là avoir recours à la sémiotique, principalement à la sémiotique discursive. C'est en mobilisant un raisonnement figuratif et figural que nous montrerons en quoi l'argumentation s'inscrit dans le soliloque et comment elle met en valeur les motifs des extraits du corpus comme la question de la clôture dans Macbeth.

Par ailleurs, les différentes figures d'acteurs que nous allons rencontrer font toutes appels au scepticisme concernant leur existence et leur choix. Plus généralement, le scepticisme apparaît lorsque la vérité est remise en question, lorsque nous doutons. C'est ainsi qu'agissent la plupart des personnages chez Shakespeare et c'est particulièrement dans le soliloque que le scepticisme est vu à son apogée. Le scepticisme convoque une certaine manière de penser d'où cette tendance à vouloir débattre avec soi-même, de faire appel à l'argumentation et de voir qu'en général, le soliloque est placé à un moment opportun de la pièce.

Introduction

Art du dialogue et de l'émotion, le théâtre est avant tout art de l'imitation. Cette « imitation de l'action » comme le qualifiait Aristote se retrouve au travers des différentes figures de personnages de la pièce. C'est une imitation présente avant tout par le texte que par la représentation même si le genre ne s'accomplit réellement que dans cette dernière. C'est d'ailleurs grâce à cette mise en scène que le théâtre est un genre mis à l'écart dans la littérature. Un roman peut très bien être adapté au cinéma mais ce n'est pas dans sa nature de base. Comme l'affirmait Molière, « le théâtre a été conçu pour être représenté », même si le texte a son importance. D'ailleurs au Moyen-Age, les premières pièces de théâtre furent jouées avant même que les premiers textes dramatiques n'apparaissent. Il s'agissait de théâtre religieux, puis de théâtre profane inspirés directement de la Bible. Ce qui est important ici, c'est de voir que le théâtre apparaissait comme un jeu. Nous retrouvons ce goût pour la mise en scène au XVIIème siècle, notamment avec Shakespeare pour le théâtre anglophone et Corneille pour le théâtre francophone.

Aujourd'hui, la pièce de théâtre est un genre littéraire connue autant pour son texte que pour sa mise en scène. Dans ce mémoire, l'accent sera principalement mis sur le texte et son organisation discursive. Le texte théâtral fait cohabiter deux mondes : un univers de la fiction et un univers où elle prend corps. Analyser un texte théâtral revient à prendre en compte la double énonciation. Il y a double énonciation du fait que le théâtre soit un genre à la fois textuel et visuel. La première énonciation concerne l'auteur et sa relation avec le texte ; la seconde le personnage en relation avec le texte.

Louis Jouvet affirmait que « la pièce de théâtre est une conversation ». Là est toute la différence avec le roman : ce dernier étant tourné vers un discours commentatif. Les descriptions de personnages ou de lieux sont moins abondants, voire quasi-inexistants dans une pièce de théâtre. Par « conversation », Louis Jouvet souligne l'importance du dialogue dans le texte. La pièce de théâtre ressemble à une grande conversation grâce aux dialogues mis en place au travers des personnages. Le dialogue demeure la forme la plus importante et la plus étudiée au théâtre. La linguistique interactionnelle qui a émergé dans les années 90s, a su mettre en avant le dialogue et son mécanisme au travers d'une analyse de la conversation. Nous retiendrons principalement les récents travaux de Catherine Kerbrat-Orecchioni sur le principe d'alternance qui énonce au moins la présence de deux interlocuteurs pour que l'on puisse parler de dialogue. Evidemment, cet échange a besoin de règles pour pouvoir se dérouler dans les meilleures conditions, notamment les règles de politesse. Cependant, le dialogue n'est pas la seule forme de discours existante au théâtre : l'aparté, le monologue et le soliloque en font également parties mais leurs apparitions sont moins denses et même, moins attendues du public. Quelle place leur reste-t-il donc à côté du dialogue ?

Dans ce mémoire, notre attention sera portée sur le soliloque avec quelques allusions faites au dialogue et au monologue. L'intérêt du sujet réside dans le caractère méconnu de la forme, la moins étudiée du théâtre. Etudier le soliloque revient avant tout à étudier le discours théâtral dans sa globalité. Il ne sera pas question ici d'analyser proprement l'art de communiquer comme ont pu le faire les interactionnistes mais d'envisager l'étude du soliloque comme un tout, notamment sur la place que prend la forme au théâtre.Que l'on ait affaire à une interaction dans la vie réelle ou dans la fiction, nous serons toujours face à un échange rythmé par des tours de parole dans le cas du dialogue, du trilogue, etc. Cette notion d'échange est remise en cause dans le cas du soliloque en ce qu'il n'existe pas de tour de parole puisqu'une seule personne parle. Malgré cela, le soliloque est considéré comme un discours faisant sens et qui véhicule des figures rendant possible ce sens.

De-là, nous pourrons nous demander en quoi le soliloque, qui à première vue ne renferme qu'une longue suite de pensées, rend possible l'argumentation, à l'image du dialogue ou de toute autre forme de discours ?

  Ce sujet sera principalement traité d'un point de vue sémiotique mais aussipragmatique pour rendre compte de l'organisation de l'argumentation dans le soliloque. Si l'on devait donner une simple définition du soliloque sans entrer dans la complexité de la forme et dans l'analyse, nous pouvons affirmer qu'il s'agit d'un discours qu'une personne se tient à elle-même. De par une longue suite de pensées, le personnage se parle et se répond sans que personne ne puisse l'interrompre et être en désaccord avec lui. Le soliloque étant une forme de discours, il convient d'affirmer qu'il possède une structure externe et interne.Au sens général, l'argumentation est la stratégie qui consiste à défendre une thèse en la faisant admettre à un destinataire et à se mettre en valeur. Enfin, la sémiotique est définie comme étant l'étude de la signification. Elle s'intéresse au paraître du sens au travers d'un discours montrant ce sens et le rendant communicable. Greimas et Courtés la définissent même comme une «  théorie de la signification ».

L'objectif de ce mémoire est de mettre en avant une forme peu connue du théâtre, une forme qui nécessite d'être définie et comparée à d'autres formes rencontrées dans le genre pour pouvoir être comprise. La sémiotique permettrait donc de rendre compte de cette effectivité puisqu'elle explore différents modes d'écriture. Les données ont été traitées et analysées à l'aide d'un corpus composé de trois soliloques des pièces de Shakespeare : Macbeth, Richard III et Hamlet. C'est dans ces trois analyses que la sémiotique entre en jeu et permet de rendre compte du niveau de l'argumentation. Nous choisissons de privilégier un plan commençant par des concepts théoriques et finissant sur notre analyse pratique pour mieux comprendre les mécanismes du soliloque.

Ce mémoire comprend trois parties, divisées chacune en trois chapitres. La première partie (I) souligne le caractère indirect de l'argumentation dans le soliloque en insistant notamment sur les spécificités de la forme : le soliloque y est étudié d'une manière purement théorique. L'accent est mis sur les fonctions et la place que peut occuper le procédé dans une pièce de théâtre. S'en suit une réflexion sur la question de l'interlocuteur, question que nous jugeons majeure pour le mémoire. Une comparaison avec le monologueest effectuée,d'une partsur leur synonymie, d'autre part sur leur distinction tant sur le plan de l'adresse que du contenu. Enfin, un point sur le dialogue est présentépour établir une distinction avec le soliloque principalement au niveau argumentatif. Après quelques généralités sur le dialogue, nous nous concentrons sur la distinction entre les deux formes.

La seconde partie (II) concerne l'argumentation dans le théâtre. Est traitée dans un premier temps, l'argumentation en tant que caractère indirect avec une brève présentationpuis une comparaison avec l'argumentation directe pour en venir à la question de l'efficacité. D'autre part, l'argumentation dans le théâtre est également vue comme dialogal. En ce sens, nous nous attachons à faire un point sur le théâtre en tant qu'art dialogual pour aboutir au double concept du dialogue et de la délibération. Nous sommes plus précis par la suite avec lechapitre sur l'argumentation chez Shakespeare en rappelant les caractéristiques propres à la tragédie. Ce qui nous amène à voir l'utilité du soliloque dans l'argumentation shakespearienne pour enfin terminer sur une notion jugée importante dans son argumentation : la manipulation.Plus pratique que théorique, la troisième partie (III) est constituée de nos trois analyses sémiotiques. Nous commençons par analyser le soliloque de Macbeth en le situant dans la pièce et en y étudiant l'argumentation au travers des différents concepts sémiotiques. Nous en faisons de la sorte pour le soliloque de Richard III en mettant en avant le concept de la quête et ainsi pour le soliloque d'Hamlet avec le concept de l'existence.

Partie 1 : Le soliloque, une des manifestations indirectes de l'argumentation

Chapitre I. Caractéristiques et spécificités du soliloque

a. Définition du soliloque

Le mot soliloque vient du latin soliloquium avec solus qui signifie « seul » et loqui signifiant « parler ». Nous pouvons d'ores et déjà comprendre ce que signifie le mot en question : le soliloque est un discours qu'une personne se tient à elle-même. Dans le Dictionnaire du théâtre, Patrice Pavis donne la définition suivante :

Soliloque : Discours qu'une personne ou un personnage se tient à soi-même. Le soliloque, plus encore que le monologue, réfère à une situation où le personnage médite sur sa situation psychologique et morale, dévoilant ainsi, grâce à une convention théâtrale, ce qui resterait simple monologue intérieur (p. 332).

Nous observons dans cette définition deux éléments majeurs qu'il convient de prendre en compte et qui sera développé ultérieurement. Premièrement, nous nous imaginons un personnage seul et indifférent à ce qu'il se passe autour de lui donc enfermé dans un débat de conscience.

Par ailleurs, nous constatons que le soliloque est une variété de monologue tout comme l'apostrophe1(*) ou l'aparté. Mais nous ne pouvons pas affirmer l'inverse : un monologue n'est jamais un soliloque. Le soliloque serait donc un monologue intérieur, extériorisé dans une pièce théâtrale et rejoindrait en ce sens le concept d'endophasie. Nous pouvons faire une comparaison avec le monde réel : lorsque nous fermons la bouche, nous nous parlons par la pensée. Il existe cependant des controverses qui nient le fait que l'endophasie est un monologue ou un soliloque. Citons par exemple Marie Jemma-Jejcic sur le site de l'Association Lacanienne Internationale2(*) :

L'endophasie est cette parole intérieure qui n'est pas un monologue ou un soliloque, mais une pensée qui démontre que seul, ça parle, pas forcément à voix haute, mais ça pense, enfin on appelle cela pensé, ce qui est certain c'est que du langage suinte sans cesse [...].

Nous dirions simplement ici que le soliloque et l'endophasie sontliés par le caractère réflexif qu'ils renferment.Si l'endophasie n'est pas un soliloque, nous pouvons affirmer qu'ils sont tous les deux des débats et des manifestations de la conscience. L'endophasie (inner speech) constitue la parole intérieure. Dans Le Moyen de parler, Gabriel Bergounioux montre que l'endophasie fait partie de l'expérience commune et se retrouve figurée dans la littérature. Il n'intègre cependant pas la dimension linguistique du concept mais insiste sur l'activité mentale en tant que telle.

Enfermé dans un débat de conscience, le personnage de théâtre nous dévoile son ressenti, ses inquiétudes, ses sentiments. Le psychique est donc mis en avant et le lecteur en est bien conscient. Certains personnages de théâtre semblent plus fragiles psychologiquement que d'autres.Lepersonnage de Lucky dans le théâtre de Beckett, qualifié de théâtre de l'absurde3(*),ne sait pas exactement sur quel pied danser et développe un discours d'une grande incohérence. Le personnage shakespearien qu'est Hamlet nous fait ressortir une folie mensongère de par une tristesse profondeliée à la mort de son père et au remariage de sa mère. Son comportement est étrange et le personnage semble devenir réellement fou. Il n'y a qu'à lire les sept soliloques qu'il nous délivre. Ainsi, les personnages de théâtre qui soliloquent sont indéniablement dans un certain état d'esprit. Le soliloque est vu comme une nécessité pour ces personnages en quête de réponse.

b. Forme, place et fonctions du soliloque

Tout comme le monologue, le soliloque est constitué d'un long paragraphe prononcé par un personnage sans interruption.Forme qualifiée d'hybride mais forme dramatique avant tout, le soliloque ne constitue pas un élément naturel au théâtre : il dérange et perturbe l'espace dialogual car il met un terme à un échange.Les rapports du soliloque avec le dialogue se trouvent liés suivant le positionnement de ce premier. Dans les soliloques du théâtre shakespearien, la transition soliloque-dialogue se réalise directement, telle une juxtaposition. C'est pour cela que la rupture de l'échange peut perturber. Nous trouvons cependant des indications scéniques montrant que tels ou tels personnages sortent de scène pour laisser place à un seul personnage. Moins souvent, l'entrée en scène d'un autre personnage vient interrompre le soliloque et rétablit le dialogue. Tel est le cas dans l'Acte I, Scène VII de Macbeth lorsque Lady Macbeth vient interrompre le soliloque de son mari.

Dans les trois pièces de Shakespeare étudiées pour ce mémoire, le soliloque participe à l'intrigue et en demeure même un élément clé. Sans les soliloques de Richard III, le lecteur ne connaîtrait pas les motivations de ce dernier à tuer ses procheset qui sait, Richard ne serait peut-être pas devenu ce qu'il est devenu sans ses soliloques...Chez Shakespeare, le soliloque est assez présent et se trouve à des endroits précis de la pièce. Dans Richard III par exemple, les soliloques sont placés au début, au milieu et à la fin de la pièce.Dans Macbeth, le premier soliloque ne se trouve que vers la fin du premier acte mais contrairement à la pièce précédente, ils ne se trouventsurtout qu'en début ou aumilieu de la pièce, jamais à la fin. Dans Hamlet finalement, les soliloques se retrouvent au début et au milieu de la pièce mais jamais à la fin, comme dans la pièce précédente.

Les personnages qui utilisent le soliloque le font car ils en éprouvent le besoin. Se retrouver seul est une nécessité pour faire le point sur une quelconque situation ou encore pour établir un plan ; d'où le caractère réflexif de la forme. Macbeth utilise le soliloque pour prendre des décisions importantes telles qu'assassiner le Roi Duncan mais également pour faire état des choses. Richard III utilise le soliloque pour faire état des choses comme sur sa difformité, pour faire le point sur l'avancée de son plan machiavélique et pour en établir de nouveaux. Enfin, Hamlet utilise la forme pour faire état des choses comme sur le remariage de sa mère avec son oncle. Il a aussi recours au soliloque pour se reprocher des choses et enfin, pour prendre des décisions. La nature du soliloque dépend de son personnage et du caractère qui le définit. Chez Shakespeare, les soliloques sont généralement prononcés par celui qui est au centre de l'intrigue : le personnage éponyme. Ce qui prouve une fois de plus que le soliloque participe à l'histoire même si le dialogue prime sur lui.

Outre les natures du soliloque que nous avons pu évoquer, il possède aussi des fonctions au sein d'une pièce de théâtre. Selon la place qu'il occupe, sa fonction peut être différente. Le soliloque qui se situe au tout début d'une pièce comme c'est le cas dans Richard III, a une fonction informative et engage le lecteur vers le conflit dramatique. Ainsi, le lecteur en sait davantage rien qu'en lisant la première scène. Le soliloque qui se trouve après la scène d'exposition vient interrompre le dialogue et provoque une certaine discontinuité. Il peut avoir une fonction épique et préparer de nouvelles situations. Il aura une fonction lyrique lorsque l'état d'âme du personnage est extériorisé et une fonction réflexive quand un personnage médite sur des questions existentielles comme le célèbre soliloque d'Hamlet. Enfin, la fonction dramatique apparaît à un point culminant, lorsqu'une décision importante doit être prise, comme c'est le cas dans l'Acte I, scène VII de Macbeth. La plupart des soliloques de Shakespeare ont une fonction lyrique et dramatique, du moins dans notre corpus.

A l'image du dialogue, le soliloque est un discours avec une structure interne et externe. Dans ce mémoire, il est question de lier le soliloque à l'argumentation. Pour cela, il convient tout d'abord de résoudre une question primordiale à notre problématique et pour pouvoir avancer dans notre démarche : celle de la question de l'interlocuteur.

c. La question de l'interlocuteur

Pour qu'il y ait une certaine effectivité de l'argumentation au sens général, nous avons besoin au minimum d'un locuteur et d'un interlocuteur mais un orateur principal pourra très bien s'adresser à un auditoire multiple comme lorsqu'un professeur s'adresse à ses étudiants. De même, un écrivain s'adresse à un auditoire universel, ce qui dans ce cas reste assez difficile à mesurer comme l'affirmaient Perelman et Olbrechts-Tyteca. En effet pour eux, les lecteurs ne peuvent pas être repérés correctement. C'est-à-dire que pour un livre précis, un auteur n'est pas sûr de convaincre tous les hommes, il en convaincra évidemment qu'une partie. L'interlocuteur joue un rôle primordial dans le cadre de l'argumentation ; il est ce miroir qui aide à faire progresser l'orateur dans son discours.

Si, dans le dialogue, il n'y a aucune difficulté pour distinguer le ou les interlocuteurs, cette difficulté se répercute au niveau du soliloque. En effet, personne ne répond au locuteur, personne n'est pas là pour l'interrompre dans sa réflexion et encore moins pour la réfuter. Comment l'argumentation peut-elle alors être effective si elle se présente comme indirecte ? La délibération avec soi-même reste un cas particulier de l'argumentation d'autant plus que la sincérité du sujet peut être remise en question. En effet, comment prendre au sérieux quelqu'un qui se parle à soi-même ? Au premier abord, rien ne nous certifie que cette personne puisse être crédible.

La question de l'interlocuteur reste complexe car si le monologue est adressé, le soliloque peut être considéré comme un monologue non-adressé. Nous pouvons également reprendre les termes de Catherine Kerbrat-Orecchioni pour montrer le caractère non-adressé du soliloque. En effet, ce dernier relève du « présent + non-loquent » : aucun allocutaire ne prend part à l'échange verbal et le locuteur est seul.Voici également ce qu'affirmait Issacharoff à propos du soliloque :

Les propos qui manifestement n'ont pas de destinataire dans le monde représenté, sont adressés par le personnage à lui-même : il n'empêche que ces artifices représentent une sérieuse entorse à la vraisemblance conversationnelle, et dévoilent le détournement de destination.4(*) 

Dans les propos d'Issacharoff, nous observons deux phénomènes dont l'un entraîne l'autre : l'allocutaire dans le soliloque n'est autre que le locuteur lui-même. Ce qui entraîne un problème d'un ordre plus pragmatique. Autrement dit, ce genre de discours n'étant pas commun, pose donc problème au niveau linguistique. Comment peut-on considérer comme « conversation » ou comme « discours » des paroles n'ayant pas d'interlocuteur ordinaire ?C'est pour cette raison que le soliloque est une variété de monologue non-adresséet destiné à un allocutaire non ordinaire.Cependant si le soliloque est un discours, c'est qu'il y a signe, donc une adresse à un récepteur possible de recevoir ce signe : dans ce cas-là, le locuteur est en même temps son propre allocutaire. Qu'implique ce nouveau statut ? Il garantit le fait que nous ne pouvons pas effectuer une analyse conversationnelle au même titre que le dialogue.

Effectuer une analyse sur le principe d'alternance n'est pas possible dans le cas du soliloque. Ce type de locuteur-allocutaire se situe comme dans une bulle et est complétement indifférent à ce qu'il peut se passer autour et donc indifférent à autrui. Nous ne pouvons même pas prétendre à un allocutaire imaginaire. Le seul interlocuteur qui puisse paraître dans ce genre de discours, se situerait au rang secondaire : c'est le cas par exemple, lorsque le locuteur fait mention d'un autre personnage sans pour autant qu'il lui soit adressé.

La contradiction entre le soliloque et l'argumentation réside dans cette question de l'interlocuteur.Est considéré comme argumentatif, tout discours ayant un impact sur l'interlocuteur notamment sur son opinion, voire son comportement. Dans le cas du soliloque, le locuteur aurait donc un impact sur lui-même et sur son propre comportement. Il essaie de se convaincre de ce qu'il expose et répond même à ses propres questions. L'argumentation ne peut être alors qu'indirecte puisqu'à première vue, il ne nous vient pas à l'idée de voir de l'argumentation dans un discours sans allocutaire commun. Le soliloque est un discours non-adressé à un allocutaire courant, faisant sens dans le texte théâtral notamment par la place et les différentes fonctions qu'il peut occuper. Il arrive cependant, que nous puissions confondre le soliloque avec une autre forme qui lui ressemble tout aussi bien au niveau de la structure externe : le monologue. Nous allons essayer de voir quelles distinctions nous pouvons fournir à ces deux formes, souvent considérées comme des synonymes.

Chapitre 2. Pourquoi ne faut-il pas confondre le monologue et le soliloque ?

a. Pourquoi parler de synonymie ?

Identiques au niveau de la forme car structurés d'un seul grand paragraphe, le monologue et le soliloque présentent des similitudes qui nous amènent à confusion. Ce n'est pas un hasard si l'on confond souvent les deux formes car il est vrai que notre première impression ne nous amène pas à faire de distinction. Nous connaissons surtout le monologue et négligeons le soliloque car nous en ignorons les propriétés, les fondements. Même de nos jours il reste difficile de distinguer parfaitement le monologue du soliloque tant les deux formes s'apparentent. Comme pour le soliloque, Patrice Pavis a défini le monologue dans Le Dictionnaire du théâtre :

Monologue : Le monologue est un discours que le personnage se tient à lui-même. On trouve aussi le terme de soliloque (Pavis, 1997 : 216).

Nous pouvons remarquer que même dans cette définition, Patrice Pavis ne distingue nullement le monologue du soliloque mais les utilise comme synonymes. Mais alors, qu'est-ce qui les relie tant et pourquoi sommes-nous amenés à mal les distinguer ? Le problème principal demeure au niveau de la forme. En effet, le monologue et le soliloque sont tous les deux constitués d'un seul et en général, d'un long paragraphe. Ce qui entraîne le même effet chez le lecteur à savoir, un effet de lassitude due à leur caractère statique. Par ailleurs, ils ont en commun leur invraisemblance : le fait qu'un personnage soit seul et se parle à lui-même relève du ridicule. Suivant les époques, le monologue n'apparaîtra seulement que pour des raisons précises, réelles comme quand un personnage rêve. Nous retrouvons cela dans le théâtre naturaliste. Bien que le dialogue ne soit pas visible à l'oeil nu et n'apparaît pas sous sa forme la plus naturelle, nous retrouvons des traits dialogiques dans le monologue et le soliloque. Le cas le plus fréquent reste celui où le personnage en question fait un point sur sa situation ou extériorise un débat de conscience.

Au final, les deux formes ne se rejoignent pas à tant de niveau que ça. Le problème majeur de cette confusion reste dans le caractère peu étudié du soliloque au profit du monologue. Une distinction s'impose donc afin de reconnaître au mieux les deux procédés.

b. Distinction et concept d'unité

Nous l'avons vu, il est difficile de distinguer clairement le monologue du soliloque. Pourtant, cette distinction peut déjà se faire au niveau de l'étymologie des deux mots. Nous nous rendons ainsi compte que « la solitude dans la parole » pour le monologue et « la parole dans la solitude » pour le soliloque, n'est pas la même chose.Le premier contient l'idée qu'il n'y a qu'une seule personne qui parle, mais cette personne n'est pas forcément seule. En effet, un personnage peut agir en qualité de eavesdropper, c'est-à-dire qu'il écoute et épie le discours sans que le locuteur ne s'en rende compte.Le premier est plus pragmatique que l'autre en ce qu'il privilégie majoritairement la parole, le langage : c'est vraiment le fait de parler qui est souligné ici.Contrairement au soliloque, le monologue recherche l'unité et veut s'éloignerd'autrui. Dans certains textes dramatiques, le monologue est prononcé en l'absence d'autres personnages, mais également en présence. Dans le dernier cas, le locuteur fait abstraction du ou des allocutaires présents. C'est comme s'il voulait s'éloigner des autres personnages pour se retrouver. Plus qu'un manque d'unité, c'est aussi un manque d'identité qui constitue tout monologue.

L'étymologie du soliloque signifie qu'une seule personne parle mais est bel et bien seule. Personne ne vient épier son discours et il ne parle à personne en face de lui.5(*)Ce qui est mis en valeur ici, c'est la solitude et non la parole. C'est pour cette raison que nous confions le concept d'unité au soliloque. Dans son article sur la distinction entre le monologue et le soliloque, Delfour affirmait que cette unité se construit au travers de la solitude. Il y a un certain manque d'autrui qui conduit à parler seul. Le personnage compense quelque chose qu'il n'a pas ou qu'il n'a plu par le biais du langage et s'attache aux paroles. Hamlet demeure seul face au choix qu'il doit faire suite à la mort de son père, le Roi Hamlet. Il aurait besoin de quelqu'un pour le guider et l'aider à faire son choix mais il perdure à rester et à parler seul.

Le soliloque est paradoxal : il appelle autrui mais souligne un certain abandon en repoussant autrui. Il y a dans le soliloque, du désespoir quant à l'idée de trouver autrui mais en même temps de l'espoirmis en avant par la parole : autrement dit, la parole mènerait vers l'autre, en vain. Enfin, le soliloque est un simulacre puisque le locuteur fait comme si quelqu'un était en face de lui et pouvait l'entendre.En fait, l'unité représente une absence d'autrui donc une absence d'interlocuteur et met l'accent sur l'individualité du sujet. Cette première distinction en amène une autre : si les deux formes n'ont pas la même intention, la distinction doit également s'opérer au niveau de la structure interne, du contenu.

c. Une distinction fondamentale : le contenu

Finalement, ce qui différencie le soliloque du monologue se situe dans le fond. Le soliloque a une portée purement psychologique, voire quelque fois spirituelle. Nous sommes en plein dans l'âme du locuteur.Ilpossède ce côté réflexif que le monologue n'a pas.En effet, le sujet a conscience de son existence car c'est à soi et uniquement à soi qu'il demande la réponse aux questions. Ceci rejoint le cogito ergo sum6(*) (je pense donc je suis) de Descartes qui après avoir exposé deux méthodes, a su montrer la certitude de l'existence de la subjectivité. Le soliloque shakespearien rejoint cette position car le locuteur met souvent en doute ses connaissances et ses opinions. Il lui arrive aussi de juger et de penser que ses sens sont sources d'illusion : dans son soliloque, Macbeth ne sait plus si le poignard est réellement devant lui ou si sa vue lui joue un tour... (ActeII, Scène 1).Le locuteur conscient de sa solitude, s'en remet à lui seul. La forme est digressive et tend à tomber dans l'irrationnel. Quelque fois même, le sujet principal est totalement évité : Richard se met d'un seul à coup à parler de sa nature alors qu'il débattait sur sa séduction de Lady Anne. Par ailleurs, les locuteurs sont souvent en désaccord avec eux-mêmes : Macbeth agit contre ses propres principes ; c'est pour cette raison qu'il se doit de débattre avec lui-même avant d'assassiner Duncan. Autant le soliloque relève de la digression, autant il relève également de la discordance et c'est d'ailleurs à ce terme que nous pouvons lier le scepticisme. Les opinions énoncées sont souvent variées et en constante opposition. Le locuteur dit quelque chose mais affirme le contraire à la fin ou inversement. Nous avons ainsi l'impression que tout est brouillé dans l'esprit du personnage. Le soliloque apparaît ainsi comme un nid de confusion.

Le monologue est tout à fait le contraire. Le personnage qui monologue veut virtualiser les paroles de ses interlocuteurs : il cherche donc à accéder à la parole et à en éloigner les autres. Son intention n'est pas donc pas réflexive mais transitive. Ce sont les autres qui l'amènent vers le chemin de l'unité. De plus, il ne présente pas d'arguments irrationnels : en soit le soliloque d'Hamlet ne peut pas être un complétement un monologue. Abordant des questions existentielles, il se place du côté du surnaturel. Le monologue n'est ni digressif, ni discordant. Le monologue privilégie une ponctuation forte et abondante contrairement au soliloque. En fait, c'est pour cette raison que nous affirmons qu'il y a plus de dialogue dans le monologue que le soliloque. Nous pouvons même parler de dialogue caché. Cela fait ressortir les émotions du personnage alors que dans le soliloque, les émotions sont présentes mais plus dissimulées que dans le monologue.

Une distinction avec le monologue était donc inévitable pour situer le soliloque dans un cadre discursif. Il conviendra maintenant de l'étudier en comparaison d'une autre forme d'échange tout aussi complexe : le dialogue.

Chapitre 3. Dialogue et Soliloque : comparaison et distinction au niveau argumentatif

a. Généralités sur le dialogue

Si l'on doit donner une définition générale à toute connaissance de la forme, le dialogue consiste en un échange verbal entre deux, voire plusieurs personnes sur un sujet défini. C'est une forme universelle carcommune à tout genre littéraire et même si l'on se place du point de vue de l'autobiographie, genre  qui extériorise l'intériorité du soi, nous trouvons du dialogue : c'est le cas par exemple, dans Enfance de Nathalie Sarraute où le récit s'ouvre sur une conversation entre la narratrice et son double. Il est vrai qu'un tel échange peut venir remettre en cause la notion du dialogue mais étant donné qu'il y a bien un acte de communication, le dialogue est effectif. 

Un échange verbal exige donc une situation de communication et une « réversibilité de cette communication »comme l'affirmait Patrice Pavis. Il en va donc qu'il doit y avoir un émetteur et un récepteurau minimum7(*) qui s'échangent un message codé sur le référent en question : tel est le schéma de communication proposé par Roman Jakobson(Annexe 1). Le message varie en contenu et en temps suivant le type de communication : il sera par exemple standard dans le cas d'une communication unidirectionnelle. Ce message est codé car il renferme un ensemble de signes, commun au destinateur et au destinataire. Plusieurs codes peuvent être émis dans un même message. Le référent constitue le contexte du message ; il peut être soit verbal, soit susceptible d'être verbalisé. Enfin, et pour que le message soit transmis, les deux locuteurs doivent être reliés par un canal psychologique et physique.

Le dialogue est de ce fait, la forme première de communication par le langage. Patrice Pavis parle également « d'effet de réalité », ce qui prouve qu'une telle forme renferme quelque chose d'assez poignant pour refléter la réalité et permettre au lecteur ou au spectateur, de penser qu'il assiste en face de lui à un véritable échange.Bakhtine affirmait que le dialogue ou l'échange de mots est la forme la plus naturelle du langage. Autrement dit, il n'est pas possible de ne pas communiquer ou de ne pas émettre un signe montrant toute forme de communication.Le théâtre est incontestablement le genre littéraire où l'on trouve le plus de dialogue notamment au travers de stichomythies où les personnages communiquent et se répondent par de brèves répliques. Les stichomythies sont souvent à l'origine de querelles ou de désaccords et permettent une certaine accélération du rythme de la scène. Dans Le Misanthrope de Molière (Acte I, Scène 1), nombreuses sont les stichomythies pour exprimer le désaccord entre Alceste et Philinte qui reproche à ce dernier d'être hypocrite. 

Le dialogue ne peut pas être défini seulement par une ouverture de guillemets pour faire place à la parole d'un personnage. Cela va au-delà de ça : c'est une forme qui permet d'établir un contact (d'où la fonction phatique du langage chez Jakobson) et de lier une personne avec une autre par un lien invisible, ayant un ou plusieurs référents en commun. Le dialogue présente toujours un but et comme l'affirme Alain Couprie, «  c'est toujours un instrument qui vise à produire quelque chose ». Le dialogue a donccette fonction d'être productif puisqu'il amène à faire faire quelque chose (comme dans le cas d'un ordre) ou il peut aussi être la cause d'un changement. Bien évidemment, cela relève de la pragmatique de définir les différents actes de langage. Sur ce point, Austin a distingué clairement les énoncés constatifs des énoncés performatifs : les uns décrivent la réalité, les autres décrivent l'action en question. Le dialogue en tant que tel, est un mélange des deux.Les études interactionnistes ont permis au dialogue de prendre une place importante en termes d'analyse et d'étude. De ce point de vue, il en va que le dialogue est constitué d'un « tour de rôle » ou d'un « principe d'alternance » selon Kerbrat-Orecchioni. Bakhtine lui, donnait au dialogue le rôle d'être une forme d'échange interindividuel.

Le dialogue se définit ainsi par les répliques qui le compose et met en avant un caractère social de par la définition d'un Je qui s'adresse à un Tu. En s'adressant à un Tu, le Je prends non seulement conscience de soi mais également d'autrui en le mettant au même niveau que lui. Le dialogue a donc ce caractère social que le soliloque ne possède pas. Il serait intéressant par la suite de voir comment s'articule l'argumentation dans le dialogue pour établir une distinction avec le soliloque.

b. Pour une distinction avec le soliloque

Au travers du dialogue, nous avons l'impression que les personnages sont sans cesse en train de délibérer ou d'argumenter mais pas forcément les uns contre les autres. On n'argumente pas systématiquement parce que nous sommes en désaccord avec autrui. L'argumentation se retrouve là où il y a une certaine maîtrise de la parole, une certaine discursivité.C'est même une « pratique langagière » pour citer Marianne Doury et Christian Plantin8(*).Ainsi voici la définition du discours en tant que tel dans Le Grand Robert :

Discours : Ensemble d'énoncés produits par une personne ou un ensemble de personnes.

Il en va ainsi que le dialogue renferme de l'argumentation puisqu'il est une forme de discours.Au vue de cette définition, le dialogue et le soliloque se ressemblent en ce qu'ils sont autant discours l'un que l'autre.Pourtant, le soliloque ne rejoint pas le dialogue sur un point : il ne présente pas le même schéma de communication que le dialogue. Si l'on reprend les termes de Catherine Kerbrat-Orecchioni, le dialogue se présente sous la forme présent + loquentou absent + loquent pour une conversation téléphonique alors que le soliloque relève plutôt du présent + non loquent. Ce qui amène à dire que les deux formes de discours ne se ressemblent pas sur le plan locuteur/interlocuteur. Nous avons vu en effet, que le soliloque n'a pas d'allocutaire ordinaire mise à part le locuteur lui-même, ce qui fait de ce dernier une forme particulière de discours. Le dialogue en revanche, doit avoir un allocutaire pour être considéré comme tel. Il peut évidemment en avoir plusieurs. Contrairement au soliloque, le dialogue est une forme naturelle du discours que nous rencontrons autant dans le monde réel que dans le monde représenté. Le dialogue ne dérange pas et ne perturbe en aucun cas le texte théâtral. Il ne possède pas non plus ce côté statique qui peut susciter de l'ennui. Un dialogue est vivant et dynamique ; un soliloque est statique et terne. C'est comme lorsque nous écoutons quelqu'un parler longuement : nos pensées vaguent parfois ailleurs et il est difficile de se concentrer. L'effet est le même pour le soliloque.

Nous pouvons finalement poser une distinction purement pragmatique : deux personnes qui dialoguent révèlent une parole codifiée et empêchée car les deux locuteurs sont soumis à des contraintes telles que le respect d'autrui. Ils ne peuvent pas dire ce qu'ils veulent et partir dans des débats de conscience comme dans le soliloque. Ils peuvent certes, avoir de longues répliques comme une tirade mais il n'empêche que cette longue réplique reste adressée. Si nous restons dans le théâtre shakespearien, nous remarquons que les répliques sont principalement courtes mais d'une pièce à une autre, les choses peuvent varier. Ainsi dans Hamlet, les répliques peuvent parfois être assez longues. Le monologue présente en même temps une parole libératrice et empêchée du fait de son caractère adressé. Le locuteur peut tout de même dire ce qu'il souhaite sans entrer dans un contenu réflexif. Comme nous l'avions affirmé, celui qui monologue veut repousser autrui et entrer dans cette unité que possède le soliloque. Mais le monologue restant adressé, il ne peut être totalement indépendant d'autrui. Pour ce qui est du soliloque en revanche, la parole est totalement libératrice puisque le locuteur est libre de parler autant qu'il le souhaite et personne ne vient l'interrompre. Le fait de délibérer avec soi-même le rend indépendant des autres personnages de la pièce. Il n'a que lui à convaincre et à persuader. Ce qui est d'autant plus facile puisque le locuteur est conscient de sa propre personnalité et sait comment agir et réagir.

Ce qui caractérise surtout le théâtre, ce n'est pas seulement le fait d'y trouver ou de d'y voir du dialogue. Le texte théâtral est lui-même constitué d'un ensemble nommé le texte dialogal. Il ne s'agit pas d'y voir des bribes de dialogue ou encore des stichomythies mais un ensemble, un tout. Voici ce qu'affirme Kerbrat-Orecchioni à ce propos :

Les actes de langage se combinent pour constituer des interventions, actes et interventions étant produits par un seul et même locuteur ; dès que deux locuteurs au moins interviennent, on a affaire à un échange ; les échanges se combinent pour constituer les séquences, lesquelles se combinent pour constituer les interactions, unités maximales de l'analyse (1996 : 36).

Ainsi, le texte de théâtre est une longue interaction. Là est toute la différence avec le roman qui prône surtout la description. Dans les études interactionnistes, le texte dialogal se définit par une structure hiérarchisée de séquences se divisant à leur tour en séquences phatiques (ouverture et clôture) et en séquences transactionnelles (corps de l'interaction).

Par ailleurs, le dialogue de théâtre constitue le coeur de l'action même. L'intrigue de la pièce progresse grâce aux nombreux échanges. Bien que ces échanges puissent être de nature diverse (dialogue, monologue, etc.), l'action continuera à avancer par le biais des personnages. L'argumentation dans le dialogue est donc rendue directement possible grâce aux nombreux échanges. Il en est tout autre dans le soliloque qui ne peut être considéré comme un échange mais plutôt comme une intervention et même, une intervention qui vient parfois couper court aux échanges.

Le soliloque est certainement une forme méconnue, mais complexe et paradoxale. Considéré comme une variante du monologue, il se distingue de ce dernier de par la question de l'interlocuteur et de son contenu. L'argumentation, et principalement l'argumentation théâtral, doit être prise en compte et étudiée pour rendre compte de cette connexion avec le soliloque. Nous tenterons donc dans une seconde partie, de définir la place de l'argumentation au théâtre en insistant sur son caractère indirect et en prenant le cas du théâtre shakespearien, qui nous sert de base pour notre analyse.

Partie 2 : La place de l'argumentation au théâtre

Chapitre 1 : Une argumentation tout au plus indirecte

a. Brève introduction sur l'argumentation

L'argumentation n'a réellement trouvé sa place que depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale notamment avec Perelman et Olbrechts-Tyteca. Pour une définition classique et générale, nous dirons qu'il s'agit d'un processus renfermant des raisonnements pour convaincre un interlocuteur ou un auditoire. L'argumentation rime avec un point de vue duquel doit obligatoirement découler au moins deux options. C'est-à-dire que pour une prise de position, nous devons être en mesure de la nier ou de l'approuver. L'argumentation possède de multiples facettes. Affirmer, énoncer quelque chose revient à argumenter. Lorsque nous affirmons « Le train arrive », nous argumentons au sens où nous faisons un constat des choses. En ce sens, argumenter serait proche de ce qu'Austin appelait les énoncés constatifs. Nous rappelons que les énoncés constatifs permettent de décrire le monde. Lorsque je dis que le train arrive, je décris ce que je vois de mon point de vue. Tout énoncé développe un point de vue, qui n'est pas toujours le même suivant les personnes. Lorsque deux points de vue différents se rencontrent, c'est là que la délibérationintervient.

Dans la linguistique textuelle, l'argumentation fait partie des cinq types de séquences sous le nom de séquence argumentative. Nous y retrouvons le modèle de Toulmin. Stephen Toulmin soulignait l'importance de la richesse de l'argumentation au travers de la notion d'argument qu'il associait à celle de champ. Le modèle qu'il nous présente est linéaire et c'est la qualité du message transmis qui en est le centre. Six éléments constituent son schéma ; les trois premières étant fondamentales : les données qui font offices de preuves. Les garanties étant le lieu de toute justification ; la conclusion qui n'est autre que ce que nous affirmons. Les trois qui suivent n'apparaissent pas pour chaque énoncé : les modalités qui ajoutent des précisions pour que la conclusion soit juste ; les fondements qui utilisent les savoirs connus pour servir de base au raisonnement et enfin les restrictionsqui concernent les exceptions que nous pouvons faire pour un énoncé. Ceci est bien sûr discutable et selon Christian Plantin, ce modèle serait plus approprié au monologue qu'au dialogue.

Dans le cas du soliloque, le doute pourrait être l'élément déclencheur de toute argumentation. Le locuteur doute sur un point de vue et met au jour ce dernier en tentant de trouver des explications et des solutions, voire des résolutions.Schiffrin affirmait que l'argumentation est un discours où les positions des locuteurs sont discutables. L'argumentation s'effectue là où il y a un énoncé, un discours. Elle peut apparaître dans diverses formes : une argumentation orale ou une argumentation textuelle par exemple, sujet de notre prochaine sous partie.

b. La double facette de l'argumentation littéraire

S'il est vrai que l'argumentation est indissociable du discours comme l'affirmait Ruth Amossy, sa manifestation n'est pas la même suivant le genre littéraire. Il est des genres où l'argumentation est considérée comme étant directe, c'est-à-dire que l'auteur en question n'utilise pas d'intermédiaire pour faire passer sa thèse telle que la fiction. Le message est explicite et le lecteur repère facilement ce dont il est question. L'essai peut être considéré comme le genre premier de l'argumentation directe où en effet, l'auteur expose directement son point de vue. Tel est le cas dans les Essaisoù Montaigne se livre en y mêlant scepticisme et épicurisme. Au côté de l'essai, nous retrouvons le pamphlet, écrit satirique qui dénonce le plus souvent une politique mal menée. Dans Napoléon le Petit, Victor Hugo dénonce le coup d'Etat de 1851 par Napoléon III en le critiquant violemment, ce qui déclencha son exil à Jersey. Le plaidoyer est un genre où l'orateur défend une idée ou un système. Dans son Plaidoyer contre la peine de mort, Victor Hugo possède une remarquable éloquence pour défendre la cause et de faire adhérer le maximum de personnes possibles. A l'inverse, le réquisitoire concentre un auteur qui est contre une idée ou un système comme l'a pu faire Emile Zola dans J'accuseconcernant l'affaire Dreyfus.

Est considéré comme une argumentation indirecte, un écrit dans lequel l'auteur a eu recours à la fiction pour faire passer son message. C'est par le biais d'un narrateur qu'il défend sa thèse et le lecteur doit déduire le message jugé implicite.L'apologue est l'exemple le plus adapté pour rendre compte de cette argumentation indirecte. Il s'agit en effet, d'un court récit servant à illustrer une morale. Il rejoint en ce sens la fable, elle aussi contenant de l'argumentation purement indirecte. Dans le cas de l'apologue, de la fable ou même du conte philosophique, les auteurs cherchent à plaire et n'hésitent pas à utiliser des personnages originaux pour renforcer ce côté ludique. La fable est connue pour regorger d'animaux jouant le rôle de personnages. Les animaux sont alors personnifiés et une histoire plaisante est racontée tout en conservant une idée moralisatrice. D'ailleurs dans les Fables de Jean de la Fontaine, la morale est toujours explicitée à la fin. Le théâtre fait partie de cette argumentation.Même si aujourd'hui le théâtre possède d'autres fonctions, il n'en reste pas moins que l'auteur passe son message au travers de ce caractère ludique et c'est au lecteur de deviner le message. Dans l'Ile aux esclaves, Marivaux dresse un regard sur l'homme au travers de ses personnages et utilise l'utopie pour critiquer les « maîtres ». Enfin, le roman est un genre qui peut être indirecte. Dans Germinal, Emile Zola nous donne une description des mineurs. A travers eux, il défend indirectement les démunis et se montre contre la misère.

L'argumentation indirecte se distingue de l'argumentation directe par l'effet produit. C'est-à-dire que l'une prise un caractère plaisant pour faire passer son message alors que l'autre prône un caractère plus sérieux pouvant lasser certains lecteurs.Qu'en est-il de son efficacité par rapport à une argumentation directe ? Les deux formes se valent-elles ?

c. Que vaut une argumentation indirecte ?

L'argumentation théâtrale est indirecte car le message de l'auteur n'est pas perçue au premier abord, mais possède une dimension beaucoup plus effective que dans tout autre genre littéraire de par son côté ludique. Il est vrai que nous lecteurs, seront plus convaincus par des propos mis en scène que des propos juste « écris ». Dans le cas de la poésie Sartre disait que les poètes refusent d'utiliser le langage pour comprendre le monde car ils utilisent les mots pour leur beauté, leur sonorité. Mais la beauté n'est plus la seule caractéristique que nous accordons dorénavant à la poésie. Cela est dû à l'évolution de l'esthétique depuis le XIXème siècle. Qualifiée de « science du beau » par Baumgarten, l'esthétique deviendra par la suite une philosophie de l'art notamment avec Hegelqui accordait une place spécifique à l'art et à ses fonctions.

Par ailleurs, la poésie engagée peut bien être argumentative car il y a une prise de position, un engagement de la part de l'écrivain. Dans Qu'est-ce que la littérature ?, Jean-Paul Sartre affirmait qu'à travers la littérature engagée, l'homme devait débattre des évènements de son temps, ce qui l'amenait dans une sorte de lutte sociale. C'est cette force poignante des mots qui atteint le lecteur et c'est pourquoi de nombreux auteurs tels que Victor Hugo se servaient de la poésie pour faire passer leur message. Les Châtiments sont d'ailleurs connus pour leur côté satirique et dénoncent le coup d'Etat de 1852  et où Napoléon III, surnommé Napoléon le Petit est totalement discrédité.

Si nous avons fait ce bref détour sur la poésie, c'est pour expliquer que la même chose se produit au théâtre. Le but premier du théâtre était de plaire et de divertir notamment avec Aristote pour qui le genre relève de l'imitation donc par extension du divertissement. Kant, lui, associait l'art au goût, à la délectation. Pour lui, le goût est « la faculté de juger le beau »9(*) et ce jugement doit être universel. Aujourd'hui, l'art peut amener à réfléchir et le théâtre demeure non plus seulement un nid de divertissement mais également de réflexion : une réflexion portant sur la société ou encore sur le sens de la vie. Le théâtre d'Ionesco en est un exemple. Dans Rhinocéros, ce dernier sensibilise le lecteur à la condition humaine concernant la Seconde Guerre Mondiale et son absurdité. Il condamne aussi le régime totalitariste. Mais il ne le fait pas directement : il dissimule la vérité en passant par l'humour et en utilisant des références comme la couleur verte qui fait référence aux uniformes militaires de l'armée nazie. La plupart des dramaturges utilisent le théâtre et par extension la fiction, pour faire passer un message sur la société ou encore pour dénoncer un régime politique.

Nous pouvons penser que l'argumentation directe est plus efficace que l'argumentation indirecte car elle concentre beaucoup d'atouts mais l'argumentation indirecte semble prendre le même chemin. La force de l'argumentation indirecte réside dans le fait de faire appel à l'imagination du lecteur en suscitant ses émotions. Le lecteur se sent alors transporté dans un autre monde et s'y plaît davantage. L'utopie est en ce sens le genre le mieux adapté pour laisser libre cours à l'imagination puisque son but principal est de représenter une société idéale et sans contrainte spécifique. Implicitement, l'utopie critique le monde réel et peut avoir une visée didactique qui consisterait à faire réfléchir sur la société de son temps et à proposer des solutions pour améliorer cette société. Outre l'imagination, l'argumentation indirecte touche un large public de par les divers registres qu'elle peut employer : registre ironique, humoristique,... Elle plaît autant aux enfants qu'aux adultes (surtout la fable) et la critique est admise plus aisément. Le seul risque que tout auteur prennelorsqu'il choisit une argumentation par la fiction, est le contresens et donc une interprétation erronée de la part du lecteur. Au final, toute stratégie est bonne à prendre et l'efficacité dépend évidemment de facteurs tels que le contexte, l'intention exacte de l'auteur, le destinataire.

Outre le fait que l'argumentation soit indirecte dans le théâtre, il convient de voir qu'elle est principalement dialogale du fait de nombreux échanges que nous pouvons trouver dans une seule pièce.

Chapitre 2 : Une argumentation principalement dialogale

a. Le théâtre, art du dialogue

Aucun autre genre littéraire n'est autant art du dialogue que le théâtre. Le dialogue peut être certes, présent de nombreuses fois dans un roman ou dans une nouvelle mais pas autant que dans le théâtre. Ce qui caractérise la présence du dialogue dans le genre, relève purement de la représentation : le théâtre avait comme but premier d'être joué donc de distraire ou d'émouvoir le spectateur. Seulement au fil des siècles, le théâtre prit une tournure beaucoup plus morale. Le théâtre possède une double contrainte : il est texte et représentation à la fois. La mise en scène s'appuie sur ce texte. C'est d'abord le texte qui fût mis en avant plutôt que la représentation. Aristote affirmait en effet que le théâtre est un art « qui se sert seulement du discours, soit en prose, soit en vers, que ceux-ci soient de différentes sortes mêlées ou tout du même genre [...] cet art n'a pas encore reçu de nom jusqu'à maintenant ».10(*)

Le théâtre n'est pas l'art du dialogue par hasard. Des règles et des enjeux s'imposent pour permettre cette fonction. Etant donné le nombre de personnages qui peuvent s'y trouver, il n'est pas possible de les faire intervenir tous en même temps. C'est pourquoi il faut une certaine maîtrise de la parole, une économie. Dans une scène, les locuteurs peuvent donc être soit deux, soit trois, voire parfois plus (ou un seul locuteur dans le cas du monologue ou soliloque). Il est du rôle des didascalies de permettre un tel équilibre de la parole. En effet, les didascalies permettent de déterminer qui parle à qui, le lieu où se situent et se déplacent les personnages, quand les personnages s'expriment et dans quelle humeur, etc. En tout cas, les didascalies sont purement informatives et constituent des indications scéniques pour la représentation. La parole peut aussi être régulée par le rythme, le tempo des échanges. Une scène pourra bien avoir un effet de rapidité grâce aux stichomythies (brèves répliques) ou un effet de lenteur grâce aux tirades (longues répliques). C'est là encore une différence avec le roman. Le romancier se sert de la description pour en dire long sur ses personnages et pour donner au lecteur le plus d'informations possibles puisque le roman est fait pour être lu, et non joué. Le dramaturge lui, ne doit pas utiliser de description et doit laisser place à ses personnages et par extension à l'action.

Nous pouvons cependant poser des limites quant à affirmer que le théâtre n'est rien autre que l'art du dialogue. Reprenons notre exemple concernant A Piece of Monologue de Samuel Beckett. Cette pièce vient totalement perturber le genre théâtral et remettre en question le fait que le théâtre est l'art du dialogue. Nous ne pouvons pas affirmer que le monologue est un dialogue même si certains y voient un dialogue caché de par les traits dialogaux que nous pouvons trouver à l'intérieur de la forme. Affirmer que le théâtre est l'art du dialogue n'a pas de sens dans cette pièce.

Il conviendra par la suite de s'intéresser de plus de près à la situation d'énonciation et de s'attarder sur le cas du dialogue. Au théâtre, les personnages échangent constamment entre eux et les répliques s'enchaînent. Nous pouvons donc penser qu'ils y a un échange de point de vue, voire une délibération.

b. Dialogue et délibération

L'argumentation au théâtre est indirecte. Mais à l'intérieur de la pièce en elle-même, l'argumentation se repère facilement. Le fait que le théâtre soit un genre purement dialogual renforce cette idée d'efficacité au sein de l'énonciation. Nous avons en effet l'impression que les personnages délibèrent sans cesse. Avec la conviction et la persuasion, la délibération est une des formes sous laquelle apparaît l'argumentation. Si l'une s'appuie sur un raisonnement logique et que l'autre fait surtout appel aux sentiments, la délibération consiste à adopter un certain point de vue et donc à défendre une thèse. Deux personnes débattent lorsque un thème est mis en jeu et que chacun apporte quelque chose sur ce même thème : des éléments structurés et faisant sens, qui permettent de progresser au fur et à mesure du débat, jusqu'à arriver à une conclusion mettant terme à cet échange.

Du fait de cette délibération, plusieurs choses entrent en compte pour faire progresser la discussion : les personnes en question développent chacune leur ethos c'est-à-dire leur manière d'être, ce qui leur est propre. L'ethos ne touche pas l'énoncé même, c'est pour cette raison que nous parlons plutôt du paraître. Dans l'Antiquité déjà, ce terme, avec les deux autres que nous connaissons et que nous développerons par la suite, faisait déjà parler de lui et désignait la pratique d'influence, notamment dans le cas du tribunal. L'ethos est donc cette image de crédibilité que renvoie l'orateur à son auditoire. Dans le cas du dialogue, chacun des locuteurs se renvoie à leur tour ce même ethos, cette même crédibilité. Le Je a besoin de l'adhésion11(*) du Tu pour développer son ethos et inversement. Si le Tu ne se sent que très peu concerné par la discussion ou ne prête pas du tout d'attention au Je, le Je se sentira discréditer et la conversation n'aura pas de sens. De même, si un ensemble d'étudiants se mettaient à ne pas écouter leur professeur, le cours prendrait une tournure insignifiante et embarrassante pour le professeur en question.

Outre l'ethos, le pathos entre tout autant dans la lignée pour une délibération effective et concerne l'émotion provoquée par le locuteurpour être ressentie par l'interlocuteur. Le pathos a souvent eu une posture secondaire face aux deux autres facettes de l'argumentation. Mais il demeure indispensable et participe à la construction d'autant plus que le discours ne peut pas être construit sans une construction émotionnelle. Le pathos est un argument de la persuasion mais dans le cas de la délibération, l'émotion véhiculée est tout aussi majeure. Gloucester possède une grande force de persuasion puisqu'il arrive à persuader Lady Anne de ne pas le tuer. Il s'en félicitera d'ailleurs dans le soliloque qui suit. Nous pouvons dire que le personnage de Lady Anne ne semble plus être le même qu'au début de la scène. Gloucester s'est servi de son image pour véhiculer ses émotions et les faire ressentir à Lady Anne. D'une manière générale, le locuteur doit d'abord se mettre dans les conditions émotionnelles appropriées pour pouvoir les transmettre à son interlocuteur. Le problème c'est qu'ici, nous pouvons de surcroît, parler de manipulation en ce qu'il y a bien un changement de comportement et une inconscience de ce changement de la part du personnage. La persuasion n'est en aucun cas de la manipulation mais elle est un outil, un moyen d'arriver à des fins manipulatrices. Tout comme l'éthos, le pathos ne touche en rien l'énoncé mais englobe l'énonciation. Ici encore, le Je a besoin de l'adhésion du Tu pour que le pathos soit effectif.

Le dernier pilier de l'argumentation concerne le logos ou raisonnement logique. Cette fois-ci le locuteur fait appel à sa raison en utilisant des arguments logiques pour convaincre un interlocuteur et structurer son discours. Outre le raisonnement, le locuteur met au jour ses connaissances et ses savoirs dans un ordre totalement structuré. Dans le cas du dialogue théâtral, ces arguments logiques s'enchaînent au fur et à mesure des répliques.Il y a donc une structuration avec une introduction, un corps et une conclusion, chacun contenant des figures du discours ou figures de style permettant ainsi une expressivité particulière. Le Je en établissant un raisonnement logique, fait appel à la rationalité du Tu. Contrairement à l'ethos et au pathos, le logos est directement lié à l'énoncé et peut aussi se définir comme cette capacité à utiliser le langage. Le locuteur met le langage et la raison entre les mains d'un interlocuteur qui doit à son tour, faire preuve de rationalité.

Ainsi dans le cas du théâtre, l'argumentation au sein même du dialogue entre les personnages ne peut être que directe. Les personnages sont pris dans un filet où ils ne cessent de délibérer et d'argumenter entre eux. Nous allons maintenant nous pencher plus en détail sur les spécificités de l'argumentation théâtrale en faisant un détour sur l'argumentation shakespearienne.

Chapitre 3 : L'argumentation chez Shakespeare

a. De l'argumentation tragique

Le théâtre de Shakespeare est principalement connu pour ses personnages complexes, ses multiples motifs, symboles et ses thèmes récurrents. Shakespeare mêle contradiction et diversité dans son théâtre et le plus souvent, montre des personnages méditatifs. La principale raison s'attache à l'auteur lui-même : le dramaturge étant un passionné de la vie et de la pensée. Ainsi l'accent est surtout mis sur la sensibilité, bien plus que sur le savoir-faire intellectuel.

Dans notre étude, l'accent est surtout mis sur les tragédies de Shakespeare. Une autre raison montrant le caractère indirecte de l'argumentation théâtrale, outre que celles énoncées plus haut, consiste à se servir des différents genres théâtraux pour véhiculer un message. En ce sens, la tragédie présente des personnages illustres qui représentent une action et dont le but est de susciter la terreur, la pitié, la compassion, etc... Ce sont surtout les passions humaines qui sont soulignées. Il ne faut cependant pas confondre la tragédie avec le tragique : la tragédie est un genre ; le tragique est une notion philosophique. Dans ses tragédies, Shakespeare met en scène des personnages au coeur d'un conflit s'ouvrant le plus souvent sur une crise : le cas le plus fréquent se constitue d'un conflit des hommes entre eux. Pour sortir de cette crise, le dénouement se termine généralement par la mort du protagoniste qui a été mené à sa perte. Seulement pour faire passer un message et transmettre quelconques émotions, il existe des règles propres au genre.Il était donc du devoir de tout dramaturge classique de plonger le lecteur ou le spectateur dans un univers avec des unités de lieu, de temps et d'action et de lier vraisemblance et bienséance. C'est d'ailleurs pour cette raison que retrouvons des personnages de renom chez Shakespeare : des rois ou encore des princes.

Ce genre de tragédie a une portée moralisatrice que le lecteur doit essayer de trouver tout au long de la pièce.Aristote parlait de mimèsis ou représentation pour désigner ce plaisir intellectuel qui est de contempler et de reconnaître des actions propres à nos connaissances au travers de la tragédie et précisément de son corps. Autrement dit, il faut contempler un malheur qui nous est propre à soi. Ce plaisir intellectuel amène à ce qu'Aristote appelait comme étant la catharsis. En fait, il s'agit simplement des émotions ressenties du fait de ce plaisir intellectuel : la peur par exemple. Le but recherché étant la purification de l'âme du lecteur ou du spectateur. De nos jours, la catharsis est aussi utilisée dans le domaine de la psychanalyse12(*) en tant que méthode thérapeutique permettant d'obtenir une abréaction13(*) appropriée d'un traumatisme psychique. La catharsis entraîne à son tour autre chose : la compassion. La compassion se définie par le fait de ressentir les souffrances d'autrui et serait accompagnée d'une intention d'amour. Ainsi, la tragédie est un genre théâtral renfermant un enchaînement d'émotions et de vertu ressentis par le spectateur mais ayant une portée moralisatrice.

En nous servant de ce qui a vient d'être énoncé, nous ajoutons que l'argumentation chez Shakespeare est principalement fondée sur la persuasion : les personnages de la pièce ont souvent recours au registre pathétique ou même lyrique. A ce propos, la peur est un moyen de persuasion comme un autre et est très bien présente dans les tragédies de Shakespeare. Les complices de Richard III (notamment Buckingham) restent à ses côtés et l'aident dans sa quête du pouvoir principalement par peur. L'appel à la peur serait un des moyens de gagner le pouvoir même si une fois au sommet, la chute est inévitable chez le dramaturge. Il convient de nous pencher dorénavant sur le soliloque en tant que place et utilité dans l'argumentation de Shakespeare.

b. L'utilité du soliloque dans l'argumentation

Comme nous l'avions affirmé, le soliloque tient une place importante dans le théâtre shakespearien, encore plus dans ses tragédies que dans ses comédies : que nous prenons The Tempest ou A Midsummer Night's Dream, les soliloques restent des moindres.Nous avions également affirmé que le soliloque possédait des fonctions et qu'il était utilisé pour certaines raisons. Evidemment, il s'agissait du point de vue des personnages en relation avec leurs discours (deuxième énonciation). Mais, si nous nous plaçons du côté de la première énonciation c'est-à-dire celle de l'auteur et de son texte, nous pouvons ajouter que Shakespeare utilise le soliloque pour que le lecteur prenne conscience du plan d'action du protagoniste en le voyant sous une forme autre que celle en présence des autres personnages.Ce qui amènerait à une autre raison : celle de renforcer le côté tragique de la pièce.

Les tragédies shakespeariennes mettent en avant des familles nobles ou ayant du pouvoir. Le protagoniste appartient à cette famille et se retrouve souventconfrontéentre son propre bonheur et son honneur. La place pour l'action est minime dans les scènes puisque le dialogue, les monologues et les soliloques que nous trouvons, prennent le dessus. Nous ne saurons jamais la véritable raison qui a poussé le dramaturge à mettre autant de soliloque dans ses textes. Ce qui est certain, c'est que Shakespeare accordait au soliloque une place et une nécessité quelconque. La forme est un élément clé et renforce le scepticisme des pièces.Par ailleurs, les soliloques de Shakespeare suivent presque toujours le même schéma (Annexes 2).

Pour résumer ce schéma, nous dirions premièrement que le protagoniste qui soliloque le fait car il a été poussé à le faire : quelque chose ou quelqu'un est venu perturber et a agi sur sa conscience. Nous appellerons cela le déclencheur (ou causateur). Le déclencheur peut être d'ordre naturel comme une idée de vengeance : Hamlet qui veut se venger de Claudius, son oncle. Il peut être d'ordre émotionnel tel que la jalousie ou l'ambition : Macbeth qui veut prendre le pouvoir par ambition. Il peut enfin être l'oeuvre d'autrui comme une prophétie : Macbeth agit comme tel à cause de la prophétie des trois sorcières. Le déclencheur peut évidemment être de plusieurs natures à la fois. Nous avons ensuite le soliloque en lui-même entrant dans la catégorie de la réflexion. L'énonciateur y mêle pensée et langage. Il utilise le langage comme une arme à un tel point que nous lecteurs, nous sentons concernés par les propos. La réflexion est souvent liée à une stratégie où le protagoniste met en place un plan pour arriver à ses fins. Ce qui reste une indication au lecteur qui peut suivre l'avancée du personnage dans sa quête (du pouvoir par exemple).

La troisième partie concerne l'énonciateur en lui-même. Dans les pièces de Shakespeare, les soliloques sont souvent relatés par le protagoniste. Il arrive cependant que des personnages secondaires adaptent eux-mêmes la forme du soliloque pour donner leur avis sur la situation actuelle et parfois faire face à la dure réalité de cette situation, ce qui rend la scène pathétique (du point de vue du pathos). Quant au protagoniste, il dévoile une autre facette de sa personnalité. Nous avons l'impression d'avoir non pas une, mais deux personnes dans un seul corps. Il faut aussi prendre en compte de la question du genre chez Shakespeare pour affirmer que l'énonciateur qui soliloque est majoritairement masculin.Par ailleurs, l'énonciateur est une figure complexe et combine un thème récurrent chez le dramaturge : celui du corps. Ce concept prend diverses tournures : il y a le corps blessé, le corps manipulé, le corps meurtri et le corps représenté dans toute sa beauté. Cependant, le thème de l'esprit semble lier à celui du corps et rappelle le dualisme de Descartes. Enfin, les conséquences concernent surtout les actions menées à la suite de tous ces soliloques. En général, il s'agit d'un assassinat ou de séduire une femme dans un but précis : Richard III précise son intention de séduire Lady Anne (ce qu'il arrivera à faire).Durant l'action le protagonisten'est pas seul à agir. D'autres personnages sont convoqués pour mener à bien son plan et sont considérés comme des complices de l'action.Nous retrouvons finalement de la manipulation dans cette action : la manipulation des complices du protagoniste et la manipulation de ses victimes.

c. La manipulation comme partie de l'argumentation

Nous ne devons pas confondre la manipulation et l'argumentation ou même affirmer que manipuler revient à argumenter. Il est vrai que quelque part, il y a une part de l'argumentation dans la manipulation mais une brève distinction s'impose avant de nous concentrer sur Shakespeare. Lorsqu'une personne manipule une autre, il la contraint à adhérer à sa position et à adopter un certain comportement. C'est comme si le manipulé était pris dans un piège mental étant donné qu'il n'a pas conscience de cette manipulation. Le but de l'argumentation en revanche, est de laisser l'interlocuteur adhérer librement ou non à une opinion quelconque. Il peut réfuter cette opinion en en proposant une autre ou y adhérer en appuyant les propos.

Chez Shakespeare,l'argumentation concentre la manipulation. Le protagoniste ne cherche pas seulement à établir un plan d'action, il se sert aussi de la manipulation comme un moyen. A partir du moment où ce même protagoniste a décidé de mener à bien sa stratégie, tous les autres personnages se retrouvent pris dans un filet où ils n'en sortiront que par leur propre mort ou par la mort du protagoniste. Si l'on prend l'exemple de Richard III, nous sommes immédiatement pris (en tant que lecteur) dans ce filet de manipulation puisque dès la première scène, ce dernier expose clairement son intention pour prendre le pouvoir.En tant que lecteur, nous sommes touchés par ce qu'il dit : cela est dû à sa stratégie argumentative. En effet, Gloucester commence par établir le contexte en affirmant que la Guerre des Roses est terminée et que la paix règne sur le royaume. Il fait ensuite un constat sur sa propre nature : c'est là qu'interviennent pour la première fois les thématiques de l'esprit et du corps. Richard est laid et en a conscience, c'est pour cela qu'il veut se venger et obtenir le pouvoir : pour combler sa laideur. Son corps a dénaturé son esprit. Il part de ce constat pour établir son plan face à un lecteur qui n'a pas d'autre choix que de ressentir de la pitié pour lui. Le lecteur finit par être convaincu par Richard et en vient même à être certain de la quête du pouvoir du personnage éponyme. L'éthos de ce personnage est tellement fort qu'il arrive à convaincre Lady Anne de ne pas le tuer dans la scène 2 ; elle qui semblait le détester au début de la scène.

La manipulation amène souvent à la perte du protagoniste. Cette perte est le plus souvent due à la déception qu'à engendrer le personnage et son entourage. Quand les masques tombent et que les autres personnages se rendent compte de la vraie facette du personnage éponyme, ils font tout pour que ça lui retombe dessus. Evidemment, cette déception ne peut être liée à la manipulation puisque celle-ci est inattendue par le protagoniste et ne fait pas partie de ses plans.C'est comme si ceux qui ont été manipulés, reprenaient leurs esprits pour voir la réalité en face. La vérité finit toujours par triompher chez Shakespeare, peu importe le sens que prend la pièce. Il est juste d'affirmer que cette perte du protagoniste est une caractéristique propre à la tragédie. Mais nous ne pouvons pas lire une tragédie en pensant directement que le dénouement finira mal. Il est des tragédies où le dénouement se termine bien : Le Cid de Corneille néanmoins.La manipulation fait partie de l'argumentation au sens où l'énonciateur s'en sert comme un outil pour mettre au point sa stratégie.

Comme nous l'avons affirmé, l'argumentation au théâtre est indirecte du fait de cette intermédiaire utilisé par l'auteur, qui n'est autre que la fiction. Le message est rendu implicite au profit d'une mise en scène servant à plaire et à instruire le lecteur ou le spectateur. Cependant à l'intérieur même du texte, l'argumentation est rendue explicite notamment au travers des dialogues entre les personnages. L'argumentation théâtrale est certes indirecte, mais surtout dialogale. Là est toute la différence avec le soliloque où l'argumentation n'est pas perçue directement. Il conviendra ainsi dans une dernière partie, de procéder à nos analyses sémiotiques et de voir comment l'argumentation peut être rendue possible au travers d'une forme de discours peu ordinaire et cataloguée.

Partie 3 : Analyses sémiotiques du soliloque : résultats et interprétations

Chapitre 1 : Macbeth et l'idée de clôture

a. Présentation et contexte de l'extrait

Macbeth a été écrit aux alentours de 1606 après l'accession de Jacques Ier (James I en anglais)autrône d'Angleterre. Les coïncidences entre l'oeuvre de Shakespeare et la réalité de son temps restent intéressantes. L'un des motifs de l'oeuvre est la sorcellerie. A cette époque, la sorcellerie était un sujet à ne pas prendre à la légère et certains étaient même brûlés pour avoir été soupçonné de sorcellerie. Jacques Ier était très intéressé par la sorcellerie au point d'en écrire un livre.

L'extrait en question (Annexe 3) se situe à la scène VII du premier Acte. Macbeth est confronté à un choix crucial : celui d'assassiner ou non Duncan, le Roi d'Ecosse. Ce choix est dû à la prophétie des trois sorcières qui lui ont certifié son accès au trône. Pris dans un filet entre ambition, doute et appréhension, le protagoniste se livre sous la forme du soliloque.Macbeth est un homme d'action et la pièce entière tourne autour de ce qu'il fait. Bien que son esprit puisse être aveuglé par l'ambition, c'est un personnage déterminé qui va au bout des choses une fois la décision prise. Sa conscience est très développée en ce qu'il peut très bien se visualiser les actes qu'il va commettre : l'assassinat de Duncan par exemple où il se voit en possession du couteau. Macbeth possède une double personnalité qui n'échappe pas au lecteur : il ne se comporte pas de la même manière en publique et en privée. Dans ses soliloques nous voyons qu'il est soumis à la partie obscure de son être. Le démon qui est en lui ressort pour laisser de côté sa bonté. Macbeth est une figure d'acteur complexe car doté d'une grande capacité d'imagination.

b. Mise en contexte sémiotique

Pour nos trois analyses sémiotiques, nous aurons principalement recours à la sémiotique discursive donc à un raisonnement figuratif et figural. Dans ce cas-là, le soliloque fonctionnera tel le principe d'immanence, c'est-à-dire comme un tout de signification produisant les conditions de sa lecture. Pour une première approche, il s'agira de repérer comment le texte articule des dispositifs actoriels, temporels et spatiaux et de décrire les structures sémantiques ainsi constituées.

Le temps et l'espace constituent un cadre dans lequel sont inscrits des acteurs. Selon Greimas et Courtès « l'acteur est une unité lexicale de type nominal, qui, inscrite dans le discours est susceptible de recevoir, au moment de sa manifestation, des investissements de syntaxe narrative de surface et de sémantique discursive [...] ».14(*) Autrement dit, il est au croisement des deux types de sémiotique puisqu'il présente des programmes narratifs et en même temps possède un rôle thématique. Dans ce soliloque, Macbeth est un acteur individuel puisqu'il se trouve seuldans la scène. Il est constamment présent et en déplacement du fait de son entrée dans la chambre au commencement de la scène.Nous n'en savons pas plus sur ce déplacement ; nous pouvons donc penser que Macbeth reste statique à l'image du soliloque qu'il énonce. Nous observons la présence d'acteurs temporaires : des valets et un écuyer. Ils apparaissent avant Macbeth mais n'existent plus une fois le soliloque commencé. Un dernier acteur apparaît uniquement par référence : il s'agit de Duncan, le Roi d'Ecosse. Cet acteur ne se déplace pas puisqu'il n'est que dans la pensée de Macbeth. Il est quand bien même, présent indirectement tout le long du soliloque et participe à l'inquiétude de Macbeth. Les acteurs sont identifiables par des figures ou des marques d'acteurs. Macbeth est le plus souvent référencé sous la forme de pronom à la première personne du singulier. Duncan, lui, est référencé une fois avec un pronom personnel, mais également sous sa propre appellation.

Macbeth est donc situé dans un cadre temporel et spatial. En sémiotique, ce concept de temps est assez refoulé. Greimas et Courtès le définissent comme un socle où se réunissent simultanéité et succession. Nous devons distinguer les diverses manifestations du temps dans ce texte : les marques de conjugaison par exemple où nous remarquons en majeure partie du présent et du conditionnel. Macbeth n'est pas certain de son plan d'action alors il s'imagine ce que cela donnerait s'il réussissait. Seul le conditionnel permet de faire des hypothèses. Le temps peut aussi se manifester sous forme de chrononymes. Nous n'en trouvons pas beaucoup dans ce soliloque, mise à part « à venir » ou « une fois ». Cette absence de chrononymes pourrait nous amener à remettre en question l'effet de sens « réel » produit par le texte. Avec ces deux chrononymes, nous sommes dans l'incertain, et non dans l'immédiateté.

A défaut d'ellipse ou de flashback, nous ne sommes pas en présence d'un temps brouillé, d'autant plus que le présent à valeur de caractérisation ici, domine : il s'agit du temps thématisé, repérable dans un produit sémiotique défini. Il y a bien un enchaînementdes évènements : rien que dans la didascalie, l'action se succède. Ce temps thématisé est fictif au théâtre. Il est une représentation du temps réel, un simulacre. Tout est mis en place pour que nous ayons une impression du réel ; c'est pourquoi nous employons le terme d'impression référentielle en sémiotique. Le temps de disposition présente quant à lui, une succession des simulacres qui coïncident avec le temps thématisé. C'est un ensemble d'unités sémiotiques responsables de cet effet de réel : dans un film, la présence de ces unités sémiotiques est très forte. Le temps concerne enfin la durée. Dans ce soliloque, nous remarquons principalement une accumulation du rythme due à l'enchaînement des propositions. Ceci créait un effet de foisonnement comme si les phrases se multipliaient. Le rythme du texte est plutôt lent du fait de ces longues phrases. Nous devons également faire référence au temps de l'auteur qui joue un rôle crucial à la construction et au développement du récit. Shakespeare a écrit sous le règne élisabéthain ; la pensée du dramaturge se situe au 17ème siècle mais rien mise à part la langue de Shakespeare qui lui est propre, ne laisse prétendre que cetextrait date de cette époque.

L'espace ou organisation spatiale est une organisation particulière d'un lieu naturel. Elle s'inscrit dans une culture quelconque en relation avec le temps de l'auteur : avec Shakespeare, nous sommes en Angleterre. D'ailleurs, il est précisé avant le début de la pièce, que l'action se situe en Ecosse et en Angleterre. L'espace de production se concentre autour de l'auteur concernant les lieux où il a bien pu écrire la pièce.Mais cette espace de production est double puisque nous devons inclure l'espace de la mise en scène. L'espace de l'énoncé narratif est unique et concerne la chambre : Macbeth entre mais ne sort pas de ce lieu. Il s'agit d'un lieu thématisé puisqu'il constitue le cadre du soliloque. C'est un espace ouvert car accessible au public. En revanche, elle s'oppose aux autres espaces qui eux, sont des espaces évoqués : espace céleste notamment.

c. Argumentation et concept de clôture

L'argumentation tourne autour d'un même concept dans ce soliloque : celui de la clôture. Ce concept est mis en valeur grâce à des isotopies spatiales, temporelles et actancielles. Selon Greimas et Courtès, l'isotopie constitue « un ensemble redondant de catégories sémantiques ». Autrement dit, elle participe à l'homogénéisation du texte.

La clôture se manifeste sur le plan actanciel avec l'image du coup de couteau : Macbeth doit donner un coup, d'un geste clinique. Il y a telle une esthétique du meurtre, qui ne doit pas faire parler de lui. Macbeth est freiné par la bonté du Roi alors une fois débarrassé, il y aura tel un refoulement. D'un point de vue thématique, l'homicide présente une figurativisation restreinte : Macbeth en effet veut profiter des conséquences, c'est-à-dire de devenir Roi. Mais d'un autre côté, il a peur des représailles, des « leçons sanglantes ». Macbeth est pris au piège entre connaissance personnelle et état d'âme(prophétie à la source de son ambition). Cette restriction fait ressortirdu doute chez le personnage. L'homicide passe par un modèle figuratif restreint. En effet, Macbeth possède vraiment cette ambitionde devenir Roi et l'acte serait l'occasion « d'assurer le succès ». Le problème, c'est qu'il y aura systématiquement des représailles, « des leçons sanglantes ». Macbeth est conscient de l'impartialité de la justice ; il est donc freiné par ces malédictions. Deux discours s'opposent donc dès le début : un discours porteur d'espoir qui s'atténue rapidement avec de la réticence et de la peur « Mais ces actes-là [...] ».Sur le plan spatial, la chambre évoque aussi une restriction : un endroitclos par des murs et où une porte peut être fermée.

Nous avons une seconde partie de discours à partir de « Il est ici sous une double sauvegarde [...] » où la première personne du singulier est utilisée pour la première fois et où par conséquent, nous rentrons vraiment dans la réflexion. Dans cette partie, l'argumentation est renversée : le Roi d'Ecosse est valorisé de par sa bonté et sa pureté et l'homicide est donc vu comme négative. Le protagoniste en utilisant deux discours, mêle ainsi de la confusion. Il ne sait pas quelle solution est la bonne et par extension, ne sait pas comment accéder à la vérité absolue, même s'il tente tant bien que mal de la rechercher.

La dernière phrase est une conclusion solipsiste, c'est-à-dire une réflexion purement centrée sur soi-même. Macbeth est bien conscient de lui et de ses émotions en tant que réalité. Même s'il ressort des arguments sceptiques, la seule chose dont il peut être certain, c'est de sa propre personne. Au final, Macbeth prendra vraiment sa décision dans la suite de la scène, influencé par Lady Macbeth. La fin du soliloque constitue une ouverture pouvant faire appel à l'imagination du lecteur.

Chapitre 2 : Richard III et l'idée de quête

a. Contexte et présentation de l'extrait

Richard III est le dernier volet de la première tétralogie shakespearienne. Publié en 1597, cette pièce s'inspire des évènements perpétrés sous le règne des Tudors, notamment en célébrant la victoire d'Henry VII, le vainqueur de Richard III.

L'extrait étudié se situe à la scène II de l'Acte premier. Le Duc de Gloucester est arrivé au bout de son second plan : celui de séduire Lady Anne alors que celle-ci semblait le haïr et lui reprocher la mort de son père. Il se félicite de cette conquête et est bien conscient du mal qu'il fait. Cette scène est difficile pour le lecteur : comment peut-on détester une personne et se laisser séduire quelques minutes après par cette même personne ? Richard en arrive à son comble de la manipulation dans cette scène. Nous avons l'impression qu'il est dans sa nature de manipuler autrui. Il a ce caractère inné de la manipulation que les autres personnages n'ont pas. En manipulant son entourage, Richard dévoile sa double personnalité à un lecteur qui ne sait quoi croire et surtout pour qui prendre parti. C'est un personnage encore plus complexe qu'Hamlet ou Macbeth en ce qu'il renferme une véritable psychologie machiavélique.

b. Mise en contexte sémiotique

Le Duc de Gloucester est un acteur individuel et statique qui ne se déplace pas durant son soliloque. Le cortège et le corps d'Henry VI sont des acteurs temporaires et disparaissent une fois le soliloque commencé. D'autres acteurs sont évoqués mais sont mis au plan secondaire : il s'agit de Lady Anne, le prince Edouard et le Roi Henry VI. Richard est reconnaissable par des marques d'acteurs relevant de pronoms à la première personne du singulier A son tour, la fille cadette de Warwick est référencée par des pronoms à la troisième personne du singulier. Le prince Edouard apparaît directement en son nom et sous d'autres appellations telles que « seigneur » ou « gentilhomme ». Enfin, le Roi Henry VI est référencé avec des pronoms personnels et sous d'autres appellations comme « père » ou « camarade ».

Comme dans Macbeth, le temps se manifeste sous diverses formes : les marques de conjugaison majeures sont le passé composé et le présent. Le présent d'énonciation reflète bien l'acte de parole en lui-même, prononcé à un moment précis. Le passé composé est ancré dans la situation d'énonciation pour exprimer notamment le contexte du discours. Plusieurs chrononymes sont employés dans ce soliloque : ils permettent ainsi l'homogénéisation de l'argumentation et structurent les différents arguments. Nous ne pouvons pas affirmer la présence d'un temps brouillé pour cet extrait puisque nous ne sommes ni en présence de flashbacks, ni en présence d'ellipses. De même que pour Macbeth et pour tout autre discours, nous avons un temps thématisé reflétant le monde réel. Concernant la durée, un certain nombre de questions et d'exclamations se présentent qui ralentissent le rythme du discours. L'emploi de la forme exclamative fait ressortir la fierté de Richard quant à l'accomplissement de son plan et l'emploi de la forme interrogative vient appuyer sa réussite. Lorsqu'il n'y a pas de questions ou d'exclamation, les phrases s'enchaînent et son d'ailleurs plutôt longues. Ce sont ces phrases longues qui peuvent créer un effet de lassitude chez le lecteur.

Dans ce soliloque, l'espace de l'énoncé concerne une rue dans Londres. Nous remarquons encore une fois la concordance entre l'espace de production de l'auteur et l'espace de l'énonciation puisque la scène se passe en Angleterre. Nous avons aussi un espace évoqué qui n'est autre que Tewksbury et qui fait référence à l'assassinat du prince Edouard. Dans l'espace de représentation, la rue ne sera pas représentée comme telle. Seuls les décors permettront de comprendre que Gloucester se trouve dans une rue. Comme déjà affirmé, il n'y a pas de déplacement dans le discours.

c. Argumentation et concept de la quête

L'argumentation se manifeste autour de ce concept de la quête où la femme est vue comme un trophée, un prix à gagner. Tout comme le soliloque précédent, l'argumentation peut être analysée au travers des différentes isotopies temporelles, spatiales et actancielles.

Sur le plan temporel, les isotopies renferment une idée de quelque chose de temporaire, qui ne va pas durer : Lady Anne n'est qu'un plaisir à moitié. Richard en est bien conscient car il va devoir la tuer. Autrement dit, il y a satisfaction de la quête mais une satisfaction qui ne durera pas dans le temps. Les questions posées renforcent cette réflexion et dévoile un personnage en plein débat avec sa conscience : Richard se félicite d'avoir conquiert Lady Anne et en est fière. Cependant, en employant une forme impersonnelle avec le « On », les interrogations reflètent une connaissance partagée et un degré de sociabilité plus grand. C'est-à-dire que Richard ne se concentre pas uniquement sur sa personne mais sur les hommes en tant que généralité. Nous pouvons penser que l'utilisation de cette tournure impersonnelle est contraire au caractère d'unité associé au soliloque. Mais, le soliloque est paradoxal et nous avons affirmé que même si l'énonciateur reste dans sa solitude, il essaie tout de même de convoquer autrui.

La réflexion personnelle commence vraiment dès l'emploi de la première personne du singulier avec: « Je l'aurai, mais je ne la garderai pas longtemps ».A partir de là, se joue donc la seconde partie de l'argumentation. Cette réflexion s'étend jusqu'à la fin du discours. Dans cette seconde partie, plusieurs arguments sont mis en avant : Richard aborde la quête en elle-même et s'étonne presque d'avoir séduit Lady Anne malgré sa profonde tristesse. En tant que thématisation, la quête passe par une figurativisation limitée car d'un côté Richard est fière d'avoir séduit Lady Anne et veut le faire savoir et en profiter, mais d'un autre côté il reste réticent face à ce changement de comportement si soudain. D'ailleurs, la question qui suit dévoile principalement un doute : « A-t-elle oublié déjà ce brave prince, Edouard, son seigneur, qu'il y a trois mois j'ai, dans une boutade furieuse, poignardé à Tewksbury ? ». « Et pourtant elle consent à abaisser ses regards sur moi [...] » remet en avant cet espoir que garde Richard pour être aussi important que le prince Edouard aux yeux de Lady Anne. Enfin, il met l'accent sur sa difformité : une difformité qu'il va essayer d'étudier par l'acquisition d'un miroir. En fait, Gloucester se minimise pour mieux se convaincre que Lady Anne n'est pas étrangère à son égard. L'objet miroir est intéressant sur le plan actanciel et montre un personnage en quête d'identité physique. Nous sommes ainsi en présence de deux discours qui se superposent et qui constituent le coeur de l'argumentation. Il y a de l'espoir et en même temps de l'indécision.

L'argumentation change de tournure à partir de « Mais, d'abord, fourrons le camarade là-bas dans son tombeau [...] »et s'ouvre vers une conclusion solipsiste avec la dernière phrase qui vient renforcer la réflexion personnelle. Nous voyons ici que Richard ne voit que lui. D'ailleurs, le miroir souligne cette idée : Richard veut faire acquisition d'un miroir ; il se met donc en avant et ne voit que lui. Nous revenons donc à notre idée que le soliloque éloigne autrui et souligne cette solitude. A défaut de miroir, il se sert même de son ombre pour s'admirer. Richard est un personnage narcissique, n'ayant d'intérêt que pour lui-même.

Chapitre 3 : Hamlet et l'idée d'existence

a. Contexte et présentation de l'extrait

Considérée comme étant la plus longue pièce du dramaturge, Hamlet fût publié en 1603. Que ce soit en littérature ou en peinture, nombreux sont les auteurs qui se sont inspirés de cette tragédie dans leurs oeuvres. On pense néanmoins à Ophélie de Rimbaud, centré et inspiré du personnage d'Ophélia ou encore à l'opéra d'Ambroise Thomas en 1868.

Ce soliloque situé à la scène I de l'Acte III est le plus célèbre de l'histoire du théâtre anglais notamment. Après la mort de son père, le Roi Hamlet, Claudius (son oncle) devient Roi. Seulement, Hamlet apprend qu'il est coupable de la mort de son père et décide alors de simuler la folie. Cet extrait s'ouvre sur un débat autour de la vie et de la mort et principalement sur la légitimité du suicide. Nous avons accès à l'esprit d'Hamlet : un esprit à la fois passionné et à la fois intellectuel du fait de chercher constamment des solutions à ses problèmes. Le personnage se lance dans une réflexion philosophique qui ne sera pas résolue à la fin de son discours. Il est dans la nature d'Hamlet de se poser des questionsaussi difficiles et qui mènent à une sorte de confusion. Nous en arrivons à dire qu'à force de simuler la folie, Hamlet a su la contrôler et en prendre vraiment possession. L'irrationnel demeure entièrement dans le soliloque puisqu'il y a cette constante référence de la vie et de la mort, et surtout la question de la vie après la mort.

b. Mise en contexte sémiotique

Hamlet est un acteur individuel et statique puisqu'il n'est pas en déplacement lors de son discours. Contrairement aux deux autres soliloques, aucune marque d'acteur ne permet de comprendre qu'il s'agit d'Hamlet : ce dernier n'emploie pas la première personne du singulier. En fait, Hamlet utilise des tournures impersonnelles ainsi que des pronoms relevant de la généralité dans son discours : « Nous ».Aucun autre acteur n'est évoqué mis à part à la fin lorsque Ophélia arrive, ce qui d'autant plus interrompt le soliloque (présence de points de suspension).

Sur le plan temporel, le mode infinitif et le présent d'énonciation dominent. Employer des tournures infinitives empêche toute temporalité puisqu'il n'y a pas de conjugaison et empêche par conséquent, toute caractérisation du sujet car c'est un mode impersonnel. Dans la première phrase, il peut avoir une fonction délibérative bien que la question soit indirectement posée. Le présent d'énonciation prend le dessus sur l'infinitif et est utilisé pour faire état des choses. Par ailleurs, nous avons peu de chrononymes qui régissent le texte. « Ainsi » apparaît trois fois de suite vers la fin du discours, ce qui permet un enchaînement des arguments et un rendu homogène malgré la répétition. Le tempo du discours est ralenti du fait de la présence de longues phrases et des quelques points de suspension que nous pouvons trouver. Il y a un enchaînement de phrases ce qui créait comme dans Macbeth, un foisonnement. La présence des questions n'arrangent en rien quant à l'effet de ralentissement.

Sur le plan spatial, nous remarquons une redondance de marques qui viennent appuyer l'argumentation d'Hamlet : « Là ». Dans ce soliloque, l'espace de l'énoncé concerne une pièce dans un château. La pièce se passe au Danemark ; nous n'avons donc pas de relation entre l'espace dans lequel se situait Shakespeare lors de la production et l'espace de la pièce. Il n'y a pas d'espace particulièrement évoqué. Il faut enfin mentionner l'espace de mise en scène qui permet aux différents personnages d'accomplir leurs fonctions.

c. Argumentation et concept d'existence

Ce concept d'existence a une grande importance pour Hamlet, qui en fait une obsession. Sur le plan actanciel, la question de l'existence est liée à un choix qui doit être fait. L'existence est thématisée d'une manière limitée puisque d'un côté on voudrait bien embrasser la mort pour s'éloigner d'une vie pleine de souffrance (« [...] la calamité d'une si longue existence. ») mais d'autre part, il y a une sorte de réticence puisque nous ne savons pas ce qu'est la mort, telle une peur de l'inconnu : « la crainte de quelque chose après la mort ».L'argumentation est ainsi constituée de deux discours : il y a à la fois cette envie de se jeter dans l'inconnu puisque ce qui nous ait connus nous fait souffrir, et à la fois une crainte de ne pas savoir où l'on sera. Une connexion entre la pensée et l'action qui s'opposent dans un même temps : la pensée est là (esprit) mais l'action est freinée par l'incertitude (corps). Par ailleurs, il y a une généralité avec l'utilisation du pronom personnel « nous ». Hamlet parle de l'ensemble des hommes, et pas seulement de lui. C'est assez contradictoire si nous nous concentrons sur la nature du soliloque. En incluant tous les hommes, Hamlet essaie de s'éloigner de la solitude.

La première partie de l'argumentation s'ouvre sur cette question philosophique qui sous-entend un doute quant à savoir si Hamlet doit vivre ou non. S'ensuit une comparaison entre la mort et le sommeil. Le sommeil guérirait tous les maux ; il serait une sorte de délectation de l'âme. Après le sommeil, c'est au tour du rêve d'être associer à la mort. En fait Hamlet cherche plusieurs options pour se convaincre et essayer de prendre une décision finale. Comparer la mort au sommeil puis à un rêve revient à modéliser les formes que peut prendre la mort. Seulement, peut-on accès à la mort comme nous avons accès au sommeil et au rêve ? Hamlet ne serait-il pas en train d'idéaliser la mort ? Le fait pour le personnage de donner des facettes à la mort, ne lui fait pas pour autant prendre une décision. Cette première partie est intéressante sur le plan thématique car le suicide prend la forme d'une légitimation dont il faut explorer les possibilités.

La seconde partie de l'argumentation se fait directement après la mention du rêve : « Oui, là est l'embarras » jusqu'à « [...] dans ceux que nous ne connaissons pas ». C'est dans cette partie qu'il y a un renversement de l'argumentation avec cette crainte de la vie après la mort. La présence d'isotopies négatives renforce cette idée de déplaisance concernant la vie. « Car quels rêves peut-il nous venir dans ce sommeil [...] » constitue une phase de transition et récapitule la première partie. Au niveau figuratif, cette seconde section passe des malheurs de la vie sous diverses formes à ce qui peut bien y avoir après la mort. Grâce aux nombreuses énumérations, nous pouvons bien nous visualiser ces différents malheurs. La « région inexplorée » de la mort plonge Hamlet dans un pur désarroi et nous amène à penser qu'elle n'est en aucun un soulagement, ce qui encore une fois est contradictoire avec l'idée de départ que se faisait Hamlet.

La troisième et dernière partie de l'argumentation commence avec « Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches [...] » et continue jusqu'à la fin du soliloque. Avec la présence de la même isotopie temporelle « Ainsi », le raisonnement d'Hamlet se conclut plutôt dans la logique. L'argumentation a totalement changé par rapport à la première partie car l'envie de se suicider a diminué de phrase en phrase. « [...] les couleurs natives de la résolution [...] » constitue une métaphore qui dévoile ce changement d'opinion vis-à-vis du suicide. Sur le plan actanciel, ce concept d'existence passe par l'étape d'une conscience qui nous fait subir la vie : il n'y a pas de réaction à adopter face à la vie si ce n'est que de la subir. Au final, il y a bien une prise de décision mais le problème n'est nullement résolu. Il y a comme un retour à la case départ.

Enfin, nous pourrons qualifier la dernière phrase de retour à la réalité pour le protagoniste lorsqu'Ophélia entre dans la pièce.

Conclusion

Tout comme les autres formes d'échange, le soliloque est un discours complexe. Entre un interlocuteur peu ordinaire et un contenu purement réflexif et parfois irrationnel, il se distingue néanmoins des autres échanges.C'est dans un contexte totalement indépendant d'autrui, que l'énonciateur fait appel au soliloque pour faire un point et avancer dans son plan d'action. Le soliloque est un monologue non-adressé qui remet en cause la solitude mais qui la recherche dans un même temps. C'est pourquoi nous lui attribuons ce côté paradoxal. Il constitue une certaine unité qui met en avant sa structure abandonnique au travers d'un personnage rempli d'états d'âme. Le soliloque ne peut être confondu avec le monologue qui lui, est adressé ; ni avec le dialogue qui nécessite au moins deux interlocuteurs et obéit à des règles.

Au théâtre, l'argumentation est vue comme indirecte car le dramaturge transmet son message au travers d'une fiction pour la plupart du temps, amuser le lecteur tout en l'amenant à réfléchir. Elle est également vue comme étant principalement dialogale puisqu'elle fait partie d'un circuit d'échange où se mêlent diverses formes de discours : le dialogue, le monologue, le soliloque, l'aparté. Le théâtre est un art qui maîtrise le dialogue et notre première impression nous amène à affirmer qu'il y a une sorte de délibération entre les personnages. Par ailleurs, l'argumentation dans les tragédies de Shakespeare se manifeste par le biais de personnages en constante recherche d'un acte à planifier et à accomplir. Un acte qui les mènera à leur perte au moment du dénouement. Enfin, l'argumentation peut être liée à une même notion sans pour autant les confondre : la notion de manipulation.

Au vue de nos trois analyses, nous pouvons affirmer que l'argumentation se manifeste bel et bien dans le soliloque. Elle prend forme indirectement et n'est pas reconnaissable à première vue du fait de la question de l'interlocuteur. Elle apparaît cependant au travers d'une même notion au sein du soliloque : au travers du doute, de l'incertitude. Nos trois personnages sont confrontés face à une incertitude concernant une action à mener. A chaque fois, ils pèsent le pour et le contre mais prennent toujours une décision. Cette décision ne sera peut-être pas la bonne et aura sûrement des conséquences à terme mais il est nécessaire d'évaluer la vérité même si les personnages ne l'atteignent pas réellement et peuvent rester dubitatif face à leurs choix. Outre un pur moment de réflexion et un accès à l'esprit du locuteur, le soliloque n'apporte guère de réponse aux personnages mais participe quand bien même à l'intrigue puisqu'il est un moment clé pour le lecteur qui a un accès aux pensées profondes du personnage. Richard III, Macbeth et Hamlet sont autant les uns que les autres sceptiques en ce qu'ils n'accèdent pas à la vérité en tant que telle. Les sceptiques sont en constante recherche d'une vérité absolue. Hamlet se pose une question existentielle dans son discours : qu'il y a-t-il après la mort ? C'est une interrogation totalement sceptique puisque nul homme ne peut répondre à cette question. Il ne s'agit pas en fait d'affirmer qu'il ne peut rien y avoir du tout mais de chercher plusieurs possibilités. Les locuteurs énoncent des opinions contradictoires, c'est pour raison que nous avons deux discours dans ces soliloques.

Si nous devions donner une suite à ce mémoire, une étude plus détaillée sur le soliloque serait envisagée, mais cette fois-ci, en privilégiant le côté des émotions, des passions. Il serait question d'étudier les raisons et les possibilités de ces états d'âmes et de ces émotions dans le théâtre shakespearien et de les analyser particulièrement dans le soliloque, forme de discours complexe en ce qu'il mobilise lui-même une figure complexe : le sujet individuel. Le sujet sera ainsi considéré comme étant le centre de cette analyse ; c'est-à-dire qu'il ne s'agira pas d'étudier les émotions du côté du spectateur du théâtre mais du côté du personnage en soulignant les intentions de ce dernier.Pour approfondir cette étude sur le personnage, nous aurons recours à la pragmatique et au concept d'acte de langage d'Austin et de Searle en insistant sur l'acte illocutoire (production d'un énoncé) et sur l'acte perlocutoire (effets produits). Nous utiliserons principalement la sémiotique des passions et la sémiotique narrative afin de parvenir à des analyses plus approfondies. La psychologie nous aiderait également pour mieux comprendre les différents mécanismes émotionnels en tant que tels.Nous mettrons enfin l'accent sur la dimension philosophique des passions, en passant par les émotions en tant que maladie de l'âme chez Kant aux émotions en tant que libération de la vie chez Hegel par exemple.

Par ailleurs, nous essaierons de dresser une typologie du locuteur pour le soliloque.La problématique sera donc la suivante : comment le soliloque, procédé de technique dramatique et complexe, véhicule-t-il les affects et les émotions au travers d'une seule figure ayant à la fois le statut de locuteur et d'interlocuteur ?Enfin, le corpus serait constitué de soliloques tirés des pièces de Shakespeare. Les soliloques seront choisis suivant le type de locuteur et les émotions qu'ils font paraître. C'est-à-dire que nous ne choisirons pas des soliloques véhiculant les mêmes émotions ou les mêmes affects sinon l'analyse serait toujours la même. Etant donné du nombre d'émotions que nous pouvons retrouver dans ces pièces de théâtre, nous pensons qu'analyser au moins quatre ou cinq soliloques seraient pertinents pour rendre compte au mieux des raisons de ces émotions.

Bibliographie

BENVENISTE, Emile, Problèmes de linguistique générale. Tome 2. Paris : Gallimard, 1974, p.82.

BERGOUNIOUX, Gabriel, Le Moyen de parler. Editions Verdier, 2004, p.238.

BERTRAND, Denis, Précis de sémiotique littéraire. Paris : Nathan, 2000, p.272.

CAVELL, Stanley,Le déni de savoir : dans six pièces de Shakespeare. Paris : Seuil, 1999, p.331.

CHARAUDEAU, Patrick, Dictionnaire d'analyse du discours. Paris : Seuil, 2002, p.662.

COUPRIE, Alain, Le théâtre. 2ème édition. Paris : Armand Colin, 2009, p.127.

DELFOUR, Jean-Jacques, « Du fondement de la distinction entre monologue et soliloque », L'Annuaire théâtral : revue québécoise d'études théâtrales, 2000, n°28, p.119-129.

DESCARTES, René, Discours de la méthode. Paris : Flammarion, 2016, p.191.

DOURY Marianne, PLANTIN Christian, « Une approche langagière et interactionnelle de l'argumentation », Argumentation et analyse du discours, mis en ligne le 15 octobre 2015.

GREIMAS, Algirdas Julien, COURTES Joseph, Dictionnaire raisonné de la théorie du langage. 7ème édition. Paris : Hachette, 1993, p.454.

GRUFFAT, Sabine, « La catharsis revisitée », Acta fabula, vol. 13, n° 8, Notes de lecture, Octobre 2012, URL : http://www.fabula.org/acta/document7298.php, page consultée le 24 février 2016.

ISSACHAROFF, Michael, Le spectacle du discours, n°793. Paris : Librairie José Corti, 1985, p.175

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine, L'Enonciation : De la subjectivité dans le langage. Paris : Armand Colin, 2009, p.272.

KOWZAN, Tadeusz, Sémiologie du théâtre. Paris : Nathan, 1992, p.205.

McEACHERN, Claire, The Cambridge Companion to Shakespearean Tragedy. Cambridge, U.K: Cambridge University Press, 2002, p.274.

PAVIS, Patrice, Dictionnaire du théâtre. Paris : Armand Colin, 2002, p.447.

PERELMAN, Chaïm, OLBRECHTS-TYTECA, Lucie, Traité de l'argumentation. La nouvelle rhétorique. 6ème édition. Université de Bruxelles, 2008, p.682.

PLANTIN, Christian, L'argumentation. Paris : Seuil, 1996, p.96.

RUTH, Amossy, L'argumentation dans le discours : discours politique, littérature d'idée, fiction. Paris : Armand Colin, 2012, p.352.

SARTRE, Jean-Paul, Qu'est-ce que la littérature ?Paris: Gallimard, 1985, p.307.

SIESS, Jürgen, VALENCY-SLAKTA, Gisèle.La double adresse. Paris : l'Harmattan, 2002, p.152.

SHAKESPEARE, William, Richard III. Paris : J'ai lu, 2016, p.122.

SHAKESPEARE, William, Hamlet. Paris : J'ai lu, 2016, p.126.

SHAKESPEARE, William, Macbeth. Paris : J'ai lu, 2016, p.96.

UBERSFELD, Anne, Lire le théâtre I. Paris : Belin, 1996, p.237.

ZARADER, Jean-Pierre, Dictionnaire de philosophie. Paris: Ellipses Marketing, 2014, p.888.

Annexes

Annexe 1 - Schéma de communication de Jakobson

Annexe 2 - Schéma de l'argumentation soliloquiale

Annexe 3 - Soliloque de Macbeth - Acte I, scène VII

Annexe 4 - Soliloque de Richard III - Acte I, scène II

Annexe 5 - Soliloque d'Hamlet - Acte III, scène I.

* 1Du grec apostrophê signifiant « action de se détourner », l'apostrophe se retrouve autant au théâtre qu'en poésie. Il s'agit de mentionner l'allocutaire, présent ou absent. Dans le Cid de Corneille, Don Diègue personnifie la rage, le désespoir et la vieillesse qu'il qualifie d'ennemie (Acte I, scène 4). En poésie, l'apostrophe est utilisée pour exprimer des émotions.

* 2http://www.freud-lacan.com/index.php/fr/

* 3Le théâtre de l'absurde est apparu au XXème siècle et met en avant l'absurdité de la vie humaine. La pièce se termine en général d'une manière tragique. Le genre est connu pour sa déstructuration du langage et son caractère insignifiant. Outre Samuel Beckett, nous pouvons citer Eugène Ionesco ou encore Harold Pinter.

* 4Michael Issacharoff, Le spectacle du discours. Paris :José Corti, 1985.

* 5Le spectateur peut être considéré comme un eavesdropper dans le cas de la seconde énonciation (ou énonciation médiat comme l'affirmait Anne Ubersfeld) ; seulement le personnage/comédien ne fait pas attention à lui et agit comme s'il était seul et la salle entièrement vide puisque le discours ne lui est en aucun cas destiné. Nous nous intéressons principalement à l'énonciation médiat, donc au personnage et à son texte.

* 6René Descartes, Discours de la méthode. Paris : Flammarion, 2016, p.191.

* 7Il s'agit dans ces cas-làde la communication bidirectionnelle ou interaction de base. Mais il existe en autre, la communication unidirectionnelle comme lorsque nous regardons la télévision ou encore lors d'un cours où un professeur s'adresse à ses étudiants.

* 8Marianne Doury et Christian Plantin, « Une approche langagière et interactionnelle de l'argumentation », Argumentation et analyse du discours, mis en ligne le 15 octobre 2015.

* 9Emmanuel Kant,Critique de la faculté de juger. Paris : Flammarion, 2015 p.544.

* 10Aristote, Poétique.Paris : LesBelles-Lettres, 1980. Traduction de Jean Hardy (1932).

* 11Par « adhésion », nous faisons référence à la théorie de Perelman et d'Olbrechts-Tyteca. En ce sens, l'adhésion désigne l'implication de tout interlocuteur ou d'un auditoire entier dans la discussion.

* 12Sigmund Freud et Joseph Breuer, Etudes sur l'hystérie.Paris :Presse Universitaire de France, 2002, p.254.

* 13Dans le vocabulaire psychologique et psychiatrique, l'abréaction désigne une diminution, voire une disparition de la volonté et se retrouve notamment dans la dépression.

* 14Greimas et Courtès, Dictionnaire raisonné de la théorie du langage. 7ème Edition. Paris : Hachette, 1993, p. 454.