WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Incidence de la prolifération des taxis-motos sur les recettes des entités territoriales décentralisées cas de la ville de Bunia de 2011 a 2015


par pascal ADHULE PASCAL
Université du CEPROMAD - Graduat 2017
  

sommaire suivant

INTRODUCTION

0.1. ETAT DE LA QUESTION

Pour évaluer la contribution d'activité de taxi-moto sur les recettes de ville de Bunia, l'organisation et l'orientation d'un travail scientifique exige, avant de s'y lancer, de lire d'autres travaux précédemment réalisés et qui sont en rapport avec ce domaine d'étude.

Pour GERARD (2006 : 79), la revue de la littérature ou l'état de la question fait mention de la quintessence des travaux antérieures par rapport au sujet d'étude, de leur démarche, des conclusions auxquelles leurs auteurs ont aboutit à de nouveaux développements ou à de nouvelles conclusions. De fait que l'objet de cette étude n'est pas nouveau, il a déjà été traité par un bon nombre des chercheurs d'une façon ou d'une autre s'intéressant au problème lié à la prolifération de transport de taxi motos.

D'une manière non exhaustive, nous présentons ces auteurs, il s'agit de :

MEMBAMARO KOKOLO (2015) dans son travail de fin de cycle « l'impact socio-économique de l'agence de voyage Na Ngolu coach dans la cité de Bunia de 2006 à 2014 » ses préoccupations ont tournée autour des questions de savoir quelles sont les causes de la multiplicité des agences des transports routiers dans la ville de Bunia ? Et dans quelle condition cette agence a été crée ? Enfin, quel est l'impact socio-économique de l'agence Na Ngolu coach sur la vie économique dans la ville de Bunia ? Il a aboutit aux résultats selon lesquels la multiplicité des agence de transport routier dans la ville de Bunia serait due à l'absence de la définition claire d'une politique de transport par le pouvoir public qui est le premier producteur et prestataire des services des transports. Les conditions de la création de ces agences de transports seraient l'effort de plusieurs membres d'une famille et l'impact de sens que cette agence contribue au développement de ladite cité.

MASIKA TSONGO (2008), a réalisé une étude intitulée « flux de transport routier et son impact sur la rentabilité financier : cas de l'agence de voyage les enfants d'abord ». Dans cette étude, l'auteur a examiné le transport routier ainsi que le niveau d'activité du point de vue rentabilité financière et de la gestion et a abouti au résultat selon lequel bien que les entreprises se buttent aux multiples problèmes tels que la perte, la mauvaise gestion des affaires, la non maitrise de marché de transport routier. L'agence de voyage les enfants d'abord trouve que cette activité est rentable pour elle.

Quant à nous, nous parlons de l'incidence de la prolifération de taxi-moto sur les recettes dues à l'ETD cas de la ville de Bunia en province de l'Ituri, au Nord- Est de la RDC pour la période de 2011 à 2015.

0.2. PROBLEMATIQUE

En République démocratique du Congo (RDC), l'accès à l'emploi constitue pour beaucoup de jeunes un parcours compliqué souvent exposé à la précarité car le taux de chômage est bien aggravé par les problématiques de la migration et de la mobilité, d'absence de réseaux sociaux et d'insuffisance d'accès aux services publics. La situation économique, l'instabilité politique, les conflits armés et manque de perspectives économiques sont également les principaux vecteurs de l'émigration des congolais (Katayi : 2010).

En effet, le marché Congolais du travail est fortement déséquilibré. La demande s'accroit rapidement en raison de la pression démographique alors que l'offre connait depuis 1990 une importante régression par suite des chocs ayant secoué l'économie. Cette situation a favorisé la prolifération du secteur informel. Environ 80% de la population active se trouve en dehors du marché du travail ( www.onem.cd)

Cet état de malaise socio-économique a exercé de puissants effets sur le monde d'accès au marché du travail, les revenus allant jusqu'à rendre problématique le déplacement des personne et des biens suites à la fermeture des principales sociétés de transport public là où elles ont existé. Comme palliatifs, l'exploitation de la moto comme moyen de transport et source de revenus est comptée parmi les activités du secteur informel le plus prisées. Timide à ses débuts comme une trainée de poudre et est devenu un excellent moyen de transport en commun reliant le centre ville aux quartiers périphériques et villages environnants.

En outre, à Bunia les entreprises de transport public n'ont jamais existé pour assurer correctement la mobilité des populations en différent coins de la ville. Devant ce vide, un autre mode de transport en commun est venu à la rescousse de la population, notamment : le taxi-moto, apparu en réponse à une situation de manque et s'est rapidement imposé comme mode de transport parce qu'il offre des avantages qu'on qualifierait de comparatifs par rapport au taxi auto classique. Son usage comme moyen de transport devient courant dans la ville, au point même qu'il s'impose par moment et à certains endroits comme la seule alternative de mobilité qui s'offre à la population de Bunia.

La ville de Bunia est une entité territoriale décentralisée, elle se voit reconnaitre pour certaines affaires qui lui sont propres, le droit de s'administrer elle-même, en disposant d'une certaine autonomie, tout en restant soumis au contrôle de tutelle du pouvoir central où son développement dépend de ces deux possibilités qui s'offrent à l'Etat, l'impôt et les taxes restent les ressources essentielles, étant donné que leurs sommes ne sont pas à rembourser, un intérêt particulier devra être accordé à leur mode de perception afin de maximiser dans la mesure du possible les recettes y afférentes. Eu égard à ce qui précède, l'Etat Congolais attribue aux différentes régies financières la mission fiscale, celle de perception des droit et taxes. Ainsi, notre préoccupation ou problématique s'articulera sur les questions suivantes :

Quel est l'incidence de la prolifération des taxis-motos sur les recettes des Entités Territoriales Décentralisées cas de la ville de Bunia de 2011 à 2015?

Telle est la question à laquelle cette recherche va tenter d'apporter de réponse. Pour y arriver, il nous est opportun d'émettre l'hypothèse qui sera soit infirmée, soit confirmée ou même nuancée selon les résultats de la recherche.

0.3. HYPOTHESE

L'hypothèse est une proposition anticipée de réponse, une idée pressentie, le point de départ nécessaire de toute recherche mais qui attend confirmation par la vérification argumentative (GRAWITZ, 2001 : 509).

Ainsi, pour répondre provisoirement aux questions qui constituent l'objet de nos préoccupations dans cette étude, nous pensons que, la prolifération des taxis-motos aurait un impact positif sur les recettes des entités territoriales décentralisées cas de la ville de Bunia de 2011 à 2015, cette dernière est assujettie à la taxe de cette entité.

0.4. OBJECTIF DU TRAVAIL

Cette étude vise l'objectif suivant :

· D'évaluer la contribution des activités de la prolifération de taxi moto sur les recettes de la ville de Bunia.

· De réveiller la conscience de l'autorité de la mairie sur perception de cette taxe.

0.5. CHOIX ET INTERET DU SUJET

Le choix d'un sujet serait inutile s'il n'y avait pas de problème. En effet toute recherche nait de l'existence d'un problème qu'il faut élucider ou duquel il faut contribuer à la résolution (TAGBA, 2012).

Le choix de ce sujet «incidence de la prolifération des taxis-motos sur les recettes des entités territoriales décentralisées : cas de la ville Bunia de 2011 à 2015 »  a été motivé par le souci de cette activité qui pourrait faciliter le décollage de cette nouvelle ville.

En dehors du choix porté à ce sujet, nous estimons que ce travail présente un double intérêt.

Sur le plan scientifique la présente étude aura, le mérite de mettre à la disposition de tout chercheur désireux de travailler ou d'investiguer sur le même thème, une source d'information et particulièrement sur les taxis-motos.

Sur le plan pratique ce travail présente un intérêt particulier par le fait que d'une part, réveiller la conscience des taximen sur la façon dont ils devraient contribuer pour le développement de la ville de Bunia et d'autre part, réveiller la conscience des autorités de la mairie sur le manque à gagner qui échapperait à leur contrôle.

0.6. METHODOLOGIE

Toute recherche scientifique s'effectue suivant une méthodologie appropriée, laquelle comporte une méthode et des techniques.

0.6.1. Méthode

« On appelle méthode scientifique, l'ensemble des canons guidant ou devant guider le processus de production des connaissances scientifique, qu'il s'agisse d'observation, d'expérience, de raisonnements, ou de calcule théorique » (TAGBA, 2012 : 29).

La production du présent travail a été rendue possible grâce à la méthode analytique, qui est une méthode d'analyse des faits (comparative, quantitative et qualitative).

Il s'agit d'étudier, de relever en faisant l'état des lieux des réalités de transport de taxis-motos dans la ville de Bunia. Cette méthode a pris en outre, de mettre en relief le principe de l'interaction entre l'incidence de la prolifération de taxi-moto et son impact sur le développement socio-économique de la ville de Bunia.

0.6.2. TECHNIQUES

Selon LOUBET (2000 : 19). Les techniques sont « les procédés de recherche qui serviront à mettre en oeuvre concrètement et à réaliser les opérations correspondant aux différentes étapes de la méthode ».

Partant de ces deux définitions nous pouvons préciser que les techniques sont des moyens et des outils qui sont au service de la méthode. Au cours de notre recherche nous avons utilisé les techniques suivantes : la technique d'observation, la technique documentaire et l'interview.

0.6.2.1. Technique d'observation

L'observation directe, qui consiste à s'imprégner du terrain. Cette dernière, nous a permis à avoir un regard sur l'incidence de la prolifération de taxis-motos et son impact sur les recettes de la ville de Bunia.

0.6.2.2. Technique documentaire

Elle consiste à puiser les données existantes dans les écrits en rapport avec le sujet. Nous avons consulté divers documents portant sur le transport de taxis-motos. Parmi les documents consultés, on a des ouvrages, des revues, des textes légaux, des annuaires, TFC, mémoires, des notes des cours ainsi que des sites internet, bref toute la documentation disponible.

0.6.2.3. Interview

Elle nous a servi à puiser les données utiles à notre travail a travers l'entretien, la conversation ou l'échange de point de vue avec les membres de l'ATAMOI, les agents de la Mairie et toute personne susceptible de nous fournir ces données.

0.7. DELIMITATION

Tout travail scientifique doit être situé dans le temps et dans l'espace. La délimitation est importante dans la mesure où elle permet au chercheur de mener son investigation avec beaucoup d'efficacité.

Il est vrai qu'il est difficile de saisir le fait dans sa globalité. Ainsi, notre milieu d'étude choisi est la ville de Bunia sur une période allant de 2011 à 2015, ce choix se justifie par le fait qu'elle dispose des données et cette activité a pris de l'ampleur dans la ville de Bunia.

0.8. SUBDIVISION DU TRAVAIL

Outre l'introduction et la conclusion, le présent travail est subdivisé en trois chapitres : le premier chapitre traite des considérations générales, dont le premier point traite de la définition des concepts, le suivant quand à lui parle de la présentation de milieu d'étude, le deuxième chapitre porte sur la théorie générale sur le taxi-moto dans la ville de Bunia enfin, le troisième quant à lui est axé sur l'incidence de la prolifération des taxis-motos sur les recettes des Entités Territoriales Décentralisées en ville de Bunia de 2011 à 2015.

0.9. DIFFICULTES RENCONTREES

La réalisation du présent travail s'est heurté à des multiples difficultés, entre autres : la rareté des ouvrages spécifiques en rapport avec le sujet de la recherche dans les bibliothèques en place, pour la collecte des données, nous avons parfois observé une attitude de réticence de la part de certains enquêtés pour accéder à certaines informations et enfin les difficultés d'ordre bureautique c'est-à-dire nos textes ont été rongés par le virus, ce qui nous a créé amplement un retard.

Cependant ces difficultés ont été contournées grâce à l'internet, puis à l'esprit managérial qui nous a permis de convaincre ceux qui étaient réticents à nous fournir des informations nécessaires et enfin nous étions contraints de reprendre la saisie.

sommaire suivant