WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Identification des enjeux de la littoralisation liés à  l'environnement marin au niveau de la commune de Cité Soleil, Haiti


par Almando Kessy MORAIN
Université Caraïbe (UC) - Agronomie/Ressources Naturelles 2016
  

Disponible en mode multipage

UNIVERSITÉ CARAIBE (UC)

Faculté des Sciences Agronomiques (FSA)

Option : Ressources Naturelles

Identification des enjeux de la littoralisation liés à l'environnement marin au niveau de la commune de Cité Soleil.

Mémoire de fin d'études

Préparé par Almando kessy MORAIN

Pour l'obtention du diplôme d'Ingénieur-Agronome

Sous la direction de :

Jean Verdieu NELSON, Ing.-Agr., M.Sc.

Avril 2016

THÈME DE TRAVAIL

« Identification des enjeux de la littoralisation liés à l'environnement marin au niveau de la commune de Cité Soleil ».

Ce mémoire  a été approuvé par le jury composé de :

PRÉNOM /NOM SIGNATURE DATE

1) Louis-Jean A. VIXAMAR ..... ./....../........

Président

2) Moramade BLANC ......./....../........

Membre

3) James METAYER ......./....../........

Membre

4) Jean Verdieu NELSON ......./....../........

Encadreur

SUJET

Identification des enjeux de la littoralisation liés à l'environnement marin au niveau de la commune de Cité Soleil.

DÉDICACES

Je dédie ce travail :

o A mon Père, Carnest MORAIN, pour tous ses sacrifices à mon égard et pour son accompagnement permanent durant ces périodes de haute concentration. Qu'il retrouve ici l'expression de mon profond respect et de gratitude ;

o A ma Mère, Marie-Yolène M. CHARLES, pour toutes ses peines durant les années de ma formation. En guise de témoignage de ma grande affection, qu'elle retrouve ici l'expression de mon profond amour ;

o A mes 2 soeurs chéries, Cassandra et Maranatha MORAIN, pour leur précieuse aide durant la réalisation de ce travail ;

o A ma dulcinée, Marie Daphney BRUN pour sa compréhension ;

o A mes grands-parents, Vilfort CHARLES, Ariémise T. CHARLES et Illiona D. MORAIN ;

o A mes oncles et mes tantes, Walter, David, Vilus et Guerda CHARLES, Lamarre et Lauxima MORIN ;

o A tous mes camarades étudiants de l'Université Caraïbe.

REMERCIEMENTS

Je tiens en tout premier lieu à remercier le grand Dieu de l'univers de m'avoir donné la vie, la santé, l'intelligence, le courage nécessaire pour boucler ce cycle d'études et de réaliser ce travail.

Ensuite, j'adresse mes remerciements spéciaux:

o Au corps professoral de la Faculté des Sciences Agronomiques de l'Université Caraïbe (FSA/UC) pour leur contribution à ma formation durant ces cinq dernières années ;

o A mon Conseiller scientifique, Ing.-Agr. Jean Verdieu NELSON, à qui tous les mérites reviennent, car c'est lui qui m'a guidé en éclaircissant les facettes sombres de cette étude grâce à ses précieux conseils et sa grande expérience. Qu'il trouve ici l'expression de ma haute considération ;

o Au Dr. Valentin ABE, responsable de la ferme piscicole Caribbean Harvest, d'avoir mis à ma disposition tous les matériels disponibles et nécessaires à la réalisation de l'analyse physico-chimique des échantillons d'eau collectés ;

o Au futur agronome Ramez SAINTVILIEN qui a su manifester un dévouement inattendu à mon égard dans les démarches effectuées pour la réalisation des analyses de l'eau ;

o A tous mes camarades et amis de la Faculté d'Agronomie l'Université Caraïbe pour l'appui considérable qu'ils m'ont donné en me laissant exploiter intégralement leurs idées. Il s'agit de : Walker MARECHAL, Jean Marc-Arthur Junior SALOMON, Maxo ETIENNE, Samuel PAUL, Benet LOUIS, Djimy PREDELUS, Louiné BELIZAIRE, Rose Laurette JERÔME, Claudette SAINT-GERMAIN, Gilbert NICOLAS et Yves Mary JEAN;

o A certaines personnes comme le Coordonnateur de l'OPECS (organisation des pêcheurs de Cité Soleil), Mr Jhonny JEUDI et son fils Hervé, ainsi que mes amis, Jampson BLANC et Vanie PIERRE qui ont contribué d'une manière ou d'une autre à la réalisation de cette étude.

RÉSUMÉ

La littoralisation est un phénomène qui a pris une importante dimension partout sur la planète. Il s'agit de la migration des populations vers les littoraux. Elle a pour cause l'explosion démographique, la mondialisation, l'essor du tourisme, etc. Malheureusement, ce phénomène est aussi présent en Haïti et il touche la majorité des grandes villes. L'un des cas les plus flagrants est la commune de Cité Soleil qui est occupée par une population démunie qui, une fois installée sur le littoral, ne tarde pas à entreprendre certaines activités susceptibles d'influencer le milieu marin. Afin d'analyser les impacts de ces activités, cette étude propose d'identifier les enjeux de cette littoralisation sur le fonctionnement de l'écosystème marin à Cité Soleil. Ce travail a été réalisé sur 30 ménages, 50 pêcheurs et 15 échantillons d'eau de mer collectés et analysés au laboratoire. Pour étudier la normalité des paramètres de l'eau, le test statistique Shapiro a été réalisé. Des études de corrélations et des analyses de régression linéaire simple (RLS) ont été faites pour voir si les paramètres microbiologiques et les paramètres physico-chimiques sont liés en précisant le sens de leur variation. De plus, un test de Chi-deux d'indépendance (÷2) a été réalisé afin de déterminer si la pollution bactérienne dépend du site. Les résultats montrent que la population soléenne est jeune et faiblement scolarisée. Les habitants, majoritairement allochtones, sont très féconds quoiqu'ils vivent à l'étroit dans des maisons mal construites. 53.34 % des habitats sont dotés d'une seule pièce et 80% ne sont pas équipées de latrines. La pêche est très présente et est pratiquée avec des marées allant jusqu'à 14h. Toutefois, les matériels ainsi que les techniques de pêche sont rudimentaires et n'affectent pas globalement la disponibilité des stocks quoique le poisson argenté, le vivaneau (Lutjanus sp) et le barbarin (Pseudupneus maculate) fassent l'objet d'une forte capture. Parallèlement, la mauvaise gestion des déchets (déchets fécaux, engins de pêche usagés et autres) constitue un danger potentiel pour la biodiversité marine. D'un côté, il y a l'ingestion accidentelle des macro/micro déchets et la pêche fantôme. De l'autre côté, il y a la modification de certains paramètres physico-chimiques de la mer, comme le phosphate et l'azote ammoniacal qui présentent respectivement des concentrations 25 et 9 fois plus élevées que la normale, et également une pollution microbienne manifestée par la présence des coliformes totaux, de l'Escherichia coli et des streptocoques fécaux. Ainsi, la présence de la population sur le littoral, présente des enjeux significatifs susceptibles d'engendrer des impacts négatifs sur le fonctionnement de l'écosystème marin. De ce fait, il faudra élaborer un plan d'urbanisation côtière tout en tenant compte des impacts environnementaux que cela entrainerait.

MOTS CLÉS : Littoralisation, Littoral, Migration, Ecosystème, Pollution, Biodiversité marine.

REZIME

Depi kèk tan, devlopman nan bò lanmè se yon fenomèn ki pran anpil dimansyon toupatou sou planèt la. Se pwosesis migrasyon kote popilasyon yo deplase pou al abite nan rejyon ki tou prè lanmè a. Se kwasans popilasyon yo, globalizasyon, aktivite touris, ak anpil lòt ankò ki lakòz sa. Malerezman, nou wè fenomèn sa a tou nan peyi Dayiti sitou nan anpil gwo vil yo. Youn nan ka ki pi klè nan devlopman bò lanmè nan peyi a se komin Site Solèy ki okipe avèk yon popilasyon ki pòv anpil e ki pa pèdi tan pou te antreprann plizyè aktivite ki kapab enfliyanse milye maren an. Nan lide pou nou analize enpak aktivite sa yo, etid sa a vize idantifye defi devlopman bò lanmè ka bay sou bon jan fonksyonman ekosystèm maren an nan komin Site Solèy. Travay sa a fèt sou 30 kay, 50 pechè ak 15 echantiyon dlo lanmè kite analize nan laboratwa. Pou nou etidye nòmalite paramèt yo, nou fè yon tès estatistik Shapiro. Aprè sa, plizyè etid korelasyon ak analiz regresyon lineyè te fèt pou wè relasyon ki genyen ant mikwòb yo ak paramèt fizikochimik dlo a epi presize sans varyasyon yo tou. Anplis de sa yo, yon tès estatistik Ki-2 endepandans (÷2) te fèt pou nou te ka wè si polisyon bakteri yo depann de zòn nan. Rezilta etid la montre popilasyon komin Site Solèy la jèn anpil epi li pa jwenn bon jan edikasyon. Anpil nan yo se moun ki vin rete men ki pa fèt nan komin nan. Yo fè anpil pitit, epi yo abite prèske youn sou lòt nan plizyè kay ki mal konstwi, kote 53.34 % ladan yo gen yon sèl pyès epi 80% pa gen latrin. Nan zòn nan, moun yo pratike lapèch anpil. Pechè yo konn pase menm katòzèdtan sou lanmè a lè yo soti al peche. Sepandan, ekipman ak teknik yo pratike yo tèlman akayik yo pa vrèman ka diminye kantité resous ki disponib nan lanmè a byenke gen kèk pwason yo peche anpil, tankou pwason ajante ak vivano (Lutjanus sp) epi balbaren (Pseudupneus maculate). An menm tan, move jesyon fatra (matyè fekal, materyèl pèch ki ize, elatriye) reprezante gwo dange pou biyodivèsite lanmè a. Yon bò, bèt kap viv nan lanmè yo vale fatra sa yo oubyen tou sibi pèch fantom. Yon lòt bò, gen modifikasyon kèk paramèt fizik ak chimik nan lanmè a, tankou fosfat ak azòt amonyakal ki gen yon konsantrasyon ki 25 ak 9 fwa pi wo pase janl ta dwe ye. Gen tou prezans bakteri tankou kolifòm total, Echerichya koli ak estreptokòk fekal. Kidonk, prezans popilasyon an bò lanmè a reprezante yon gwo danje pou bon fonksyonman ekosistèm maren an. Poutèt sa, fok yo fè yon plan le yap bati vil bò lanmè ki gen ladanl tout sa ki ka deranje environman an epi kisa yap fè pou diminye yo.

MO KLE: Devlopman bo lanmè, Bò lanmè, Migrasyon, Ekosytèm,Polisyon, Biodivèsite.

ABSTRACT

The coastal development is a phenomenon that has taken an important dimension anywhere on the planet over the years. This is the migration of people to the coastal areas. It is caused by the explosive growth of populations, globalization, the growth of tourism, etc. However, this phenomenon is also present in Haiti and affects the majority of big cities. One of the most observable cases is the town of Cité Soleil that was built in the year of 1960 by the president Francois Duvalier. Progressively, this area was populated by an impoverished population that, once installed on the coast, undertake some activities that may influence the marine environment. To analyze the impacts of these activities, this study aims to identify the issues of this coastal development on the functioning of the marine ecosystem in Cité Soleil. This work was carried out on 30 households, 50 fishermen and 15 sea water samples collected and analyzed in the laboratory. To investigate the normality of water parameters, statistical test Shapiro was performed. Some analysis of Simple Linear Regression (SLR) has realized to establish the relation between the microbiological parameters and the physicochemical parameters. Finally, a Chi-2 test of independence (÷2) was performed to determine if bacterial pollution is depending to the area. The results of this study show that soléenne population is young and poorly educated. The people, mostly immigrants, are very fertile though live cramped in poorly constructed houses. 53.34%are equipped with one piece and 80% are not equipped with toilet. Fishing activity is very present and is practiced with daily tides up to 14h. However, equipment and fishing techniques are rudimentary and generally do not affect the availability of stocks although the silver fish, snapper (Lutjanus sp) and barbarin (Pseudupneus maculate) are subject to a high capture. Meanwhile, the bad management of waste (faecal waste, used fishing gear, etc.) is a potential danger to marine biodiversity. In one side there is the accidental ingestion of macro /micro waste and ghost fishing. In the other side, there is a modification of some physicochemical parameters of the sea, such as phosphate and ammonia nitrogen concentrations which respectively have 25 and 9 times higher than normal. There is also microbial pollution caused by the presence of total coliforms, Escherichia coli and fecal streptococci. In this way, the presence of the population on the coast has significant issues that may impact negatively the proper functioning of the marine ecosystem.

KEYWORDS: Coastal development, Coastal areas, Migration, Ecosystem, Pollution, Biodiversity.

RESUMEN

El desarrollo costero es un fenómeno que, en los últimos años, ha tomado una dimensión importante en cualquier parte del planeta. Esta es lo que llamamos la migración de personas a las costas. Su causa es el crecimiento explosivo de la población, el fenómeno de la globalización, el crecimiento del turismo, por decirlo así. Sin embargo, este fenómeno también está presente en Haití y afecta a la mayoría de las grandes ciudades. Uno delos casos más flagrantes del desarrollo costero en Haití es la ciudad de Cité Soleil. Esta zona estaba poblada por una población empobrecida que, una vez instalado en la costa, para luego llevar a cabo ciertas actividades que pueden influir el ecosistema marino. Para analizar el impacto de estas actividades, el presente estudio tiene como objetivo identificar los temas de este desarrollo costero sobre el funcionamiento del ecosistema marino en Cité Soleil. Este trabajo se llevó a cabo en 30 casas, 50 pescadores y 15 muestras de agua de mar recogidos y analizados en el laboratorio. Para estudiarla normalidad de los parámetros del agua, pruebas estadística Shapiro se realizar. Se realizaron análisis de regresión lineal simple (RLS) para ver las correlaciones entre los parámetros microbiológicos y físico-químicos. Además, se realizaba chi-2de independencia (÷2) para determinar si la contaminación bacteriana depende dela zona. Los resultados de este estudio muestran que la población de Cité Soleil es joven y mal educada. La gente, en su mayoría inmigrantes, son muy fértiles, pero viven en hogares hacinados mal construidos que 53,34% están equipados con una sola pieza y el 80% no están equipadas con letrinas. La pesca es muy presente y practicada todos los días hasta las 14h. Sin embargo, equipos y técnicas de pesca son rudimentarios y generalmente no afectan a la disponibilidad de las reservas, aunque la pez argenté y el pargo (Lutjanus sp) y Barbarin (Pseudupneus maculate) están sujetos a una fuerte influencia. Mientras tanto, la mala gestión de los residuos (residuos fecales, artes de pesca utilizados, etc.) es un peligro potencial para la biodiversidad marina. Por un lado, la ingestión accidental de estos residuos micro y macro de la pesca es un fantasma. Por otro lado, no están modificados ciertos parámetros físico-químicas del mar, tales como las concentraciones de amonio y fosfato, que son, respectivamente, 9 a 25 veces superior a la normal, sin olvidar la contaminación microbiana manifestada por la presencia de coliformes totales, Escherichia coli y estreptococos fecales. Asi, la presencia de la población en la costa, represente un problema muy importante que puede afectar el buen funcionamiento del ecosistema marino. Por tanto será necesario un plan de urbanización de la costa teniendo en cuanta los impactos ambientales que se derivarían

PALABRAS CLAVE: Desarrollo costeros, Costas, Migración, Ecosistema, Contaminación, Biodiversidad.

TABLE DES MATIÈRES

DÉDICACES iii

REMERCIEMENTS v

RÉSUMÉ vi

REZIME vii

ABSTRACT viii

RESUMEN ix

LISTE DES TABLEAUX xv

LISTE DES FIGURES xvi

LISTE DES CARTES xvii

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS xviii

LISTE DES ANNEXES xxi

I. INTRODUCTION 1

1.1. Problématique 1

1.2. Objectifs 3

1.2.1. Objectif général 3

1.2.2. Objectifs spécifiques 3

1.3. Hypothèse de travail 3

1.4. Limitations de l'étude 3

II. REVUE DE LITTERATURE 4

2.1. Définition de quelques concepts 4

2.2. Littoralisation et urbanisation 4

2.3. Causes de la littoralisation 5

2.3.1. Explosion démographique 5

2.3.2. Mondialisation 6

2.3.3. Essor du tourisme 6

2.4. Conséquences 7

2.4.1. Production de déchets 7

2.4.1.1. Classification typologique des déchets 8

2.4.1.1.1. Déchets compostables et biodégradables 8

2.4.1.1.2. Déchets inertes 8

2.4.1.1.3. Déchets recyclables 9

2.4.1.1.4. Déchets ultimes 9

2.4.1.1.5. Déchets dangereux 9

2.4.1.2. Gestion des déchets 10

2.4.2. Intensification de la pêche 11

2.4.2.1. Types de pêches 12

2.4.2.1.1. Grande pêche 12

2.4.2.1.2. Pêche au large ou pêche hauturière 12

2.4.2.1.3. Pêche côtière ou pêche artisanale intensive 13

2.4.2.1.4. Petite pêche ou pêche artisanale 13

2.4.2.2. Engins de pêche 13

2.4.2.3. Impacts de la pêche 13

2.4.3. Pollution marine 14

2.4.3.1. Types de pollution 14

2.4.3.1.1. Pollution chimique 14

2.4.3.1.2. Pollution physique 14

2.4.3.1.3. Pollution microbiologique 15

2.4.3.2. Incidences de la pollution 15

2.4.3.2.1. Eutrophisation 15

2.4.3.2.2. Modification du biotope 16

2.4.3.2.3. Perte de la biodiversité 17

2.5. Le littoral haïtien 17

2.5.1. Occupation anthropique des côtes 17

2.5.2. Exode rural 18

2.5.3. Gestion des côtes 20

2.5.4. Activités observées sur les littoraux 20

2.5.4.1. Agriculture 20

2.5.4.2. Activités d'extraction 21

2.5.4.3. Tourisme et loisirs 21

2.5.4.4. Infrastructures portuaires 22

III. PRÉSENTATION DE LA ZONE D'ETUDE 23

3.1. Localisation de la zone d'étude 23

3.2. Historique de la commune 23

3.3. Présentation du milieu bio-physique 24

3.3.1. Délimitations 24

3.3.2. Relief 24

3.3.3. Climat 25

3.3.4. Réseaux hydrographiques 25

3.4. Présentation du milieu socio-économique 26

3.4.1. Situation administrative 26

3.4.2. Démographie 27

3.4.3. Habitat 28

3.4.4. Education 28

3.4.5. Santé 29

3.4.6. Agriculture et élevage 29

3.4.7. Commerce et artisanat 29

3.4.8. Infrastructures industrielles 30

3.4.9. Infrastructures sportives 30

IV. MÉTHODOLOGIE 31

4.1. Matériels 31

4.2. Méthode 31

4.2.1. Consultations documentaires 31

4.2.2. Cartographie 32

4.2.3. Enquêtes exploratoires 32

4.2.4. Echantillonnage 34

4.2.5. Elaboration du questionnaire 36

4.2.6. Enquête Formelle 36

4.2.7. Prélèvement et conservation des échantillons d'eau 36

4.2.8. Analyse des échantillons prélevés 37

4.2.9. Dépouillement, traitement et analyse des données 38

4.2.10. Procédés de calcul 38

V. RESULTATS ET DISCUSSIONS 40

5.1. Aspects Socio-démographiques 40

5.1.1. Personne et sexe 40

5.1.2. Age 40

5.1.3. Niveau d'instruction 42

5.1.4. Migration 43

5.1.5. Ménages 45

5.1.5.1. Foncier et habitat 46

5.2. Evaluation du milieu marin 48

5.2.1. Activité de pêche 49

5.2.1.1. Formation des pêcheurs 50

5.2.1.2. Marées 50

5.2.1.3. Embarcations et engins de pêche 51

5.2.1.4. Espèces capturées 53

5.2.1.5. Gestion des équipements inutilisables et des rejets de pêche 55

5.2.2. Paramètres physico-chimiques du milieu 56

5.2.2.1. Température 56

5.2.2.2. Oxygène dissous 57

5.2.2.3. Turbidité 57

5.2.2.4. Salinité et pH 58

5.2.2.5. Phosphate et azote ammoniacal 59

5.2.2.6. Dioxyde de carbone 60

5.2.2.7. Sulfure 61

5.2.3. Paramètres microbiologiques du milieu 62

5.2.3.1. Détection et dénombrement de microorganismes pathogènes 62

5.2.3.1.1. Coliformes totaux 62

5.2.3.1.2. Coliformes fécaux 64

5.2.3.1.3. Streptocoques fécaux 65

5.2.3.2. Comparaison des paramètres microbiologiques observés par rapport aux valeurs théoriques du SEQ-Eau 67

5.2.3.3. Source de la pollution 68

5.2.3.4. Etendue de la pollution 68

5.2.3.5. Conséquences de la pollution 70

5.2.3.5.1. Altération de la qualité des eaux de baignade 71

5.2.3.5.2. Contamination des fruits de mer 71

5.2.4. Pressions Physiques 72

5.2.4.1. Constructions anthropiques permanentes 72

5.2.4.2. Abrasion 73

5.2.4.3. Déchets marins 73

5.2.4.3.1. Origine et typologie 73

5.2.4.3.2. Conséquences des déchets 74

5.2.4.3.2.1. Ingestion des macro-déchets. 74

5.2.4.3.2.2. Ingestion des micro-plastiques. 75

5.2.4.3.2.3. Pêche fantôme. 75

5.3. Présentation des enjeux liés à la littoralisation 75

VI. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS 78

6.1. Conclusion 78

6.2. Recommandations 79

VII. BIBLIOGRAPHIE 80

LES ANNEXES a

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1: Zones de forte concentration de pêcheurs. 3

Tableau 2 : Caractéristiques des 10 quartiers de la commune en contact avec la mer. 3

Tableau 3 : Choix de l'échantillon des pêcheurs. 3

Tableau 4 : Regroupement des quartiers par secteur. 3

Tableau 5 : Nombre et dénomination des échantillons d'eau prélevés 3

Tableau 6 : Répartition des personnes enquêtées selon leur sexe 40

Tableau 7 : Répartition des gens selon leur classe d'âge. 41

Tableau 8 : Niveau de scolarisation des adultes et jeunes considérés séparément. 3

Tableau 9: Répartition des individus selon leur origine 3

Tableau 10 : Répartition des chefs de ménages suivant le nombre personnes à charge. 45

Tableau 11 : Répartition des logements selon la nature du toit, du mur et du paquet. 46

Tableau 12 : Répartition de chefs de ménages suivant le mode tenure du foncier et de habitat 3

Tableau 13 : Répartition des ménages suivant le nombre de pièces du logement. 3

Tableau 14 : Répartition de Pêcheurs suivant le nombre et la durée des marées. 51

Tableau 15 : Noms vernaculaires et scientifiques des espèces capturées. 53

Tableau 16 : Distribution de la contamination du milieu par les coliformes 62

Tableau 17: Distribution de la contamination du milieu par l'Escherichia coli. 64

Tableau 18 : Distribution de la contamination du milieu par les streptocoques fécaux. 65

Tableau 19 : Grille de qualité de l'eau observée selon les limites du SEQ Eau pour les micro- ....organismes. 3

Tableau 20: Présence et absence de bactéries observées par secteur. 69

Tableau 21: Confrontation des résultats du test de chi-2 d'indépendance. 69

Tableau 22: Présence et absence de bactéries observées du littoral vers le large. 70

Tableau 23: Confrontation des résultats du test de chi-2 d'indépendance. 70

Tableau 24: Typologie des déchets observés 74

Tableau 25 : Regroupement des impacts par enjeu (tableau récapitulatif) 3

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Variation de la température et de la pluviométrie de Cité Soleil 3

Figure 2 : Répartition des personnes selon leur niveau de scolarité. 3

Figure 3 : Répartition des enquêtés selon la cause de leur migration. 44

Figure 4 : Répartition des allochtones selon leur période de migration. 45

Figure 5 : Répartition des logements équipés de toilettes. 48

Figure 6 : Répartition des pêcheurs selon le sexe 49

Figure 7: Pêcheurs ayant suivi au moins une séance de formation 50

Figure 8: Répartition des pêcheurs selonle type d'embarcation utilisé. 52

Figure 9: Répartition des pêcheurs selon l'engin de pêche utilisé 52

Figure 10 : Proportions des espèces les plus capturées. 54

Figure 11 : Gestion des matériels de pêche inutilisables................................................55 ....Figure 12 : Gestion des rejets de pêche.......... .......55

Figure 13 : Variation de la température en fonction du site. 56

Figure 14 : Variation de l'oxygène en fonction du site 3

Figure 15: Variation de la turbidité en fonction du site. 58

Figure 16 : Variation de la salinité en fonction du site..................................................58 Figure 17: Variation du pH en fonction du site 58

Figure 18: Variation du phosphate en fonction du site..................................................59 Figure 19: Variation de l'azote a. en fonction du site 59

Figure 20 : Variation du dioxyde de carbone en fonction du site 60

Figure 21 : Variation du sulfure en fonction du site 61

Figure 22 : Corrélations entre les coliformes totaux et les paramètres physico-chimiques. 63

Figure 23 : Corrélations entre l'E. Coli et les paramètres physico-chimiques. 64

Figure 24 : Corrélations entre les Streptocoques fécaux et les paramètres physico-chimiques....66

LISTE DES CARTES

Carte 1 : Localisation de la commune de Cité Soleil. 3

Carte 2 : Découpage administratif de la commune de Cité Soleil 3

Carte 3 : Délimitations des quartiers de la commune de Cité Soleil. 3

Carte 4 : Localisation des échantillons d'eau de mer prélevés. 3

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

AHN : Association Hôtelière Nationale

ANP : Association Nationale des Pêcheurs

APN : Association Portuaire Nationale

Av. J.C : Avant Jésus-Christ

BME : Bureau de Mines et de l'Energie

CIAT : Comité Inter- Ministériel d'Aménagement du Territoire

CNIGS : Centre National d'Informations Géo-Spatial

CNRS : Centre National de Recherche Scientifique

CNUCED : Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement 

DBEC : Déchets Banals des Entreprises du Commerce

DEEE : Déchets d'Equipements Electriques et Electroniques

DIB : Déchets Industriels Banals

DIS : Déchets Industriels Spéciaux

DMS : Déchets Ménagers Spéciaux

DTQD : Déchets Toxiques en Quantités Dispersées

FaCc : Fréquence absolue cumulée croissante

FaCd : Fréquence absolue cumulée décroissante

FAO : Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture

Fas : Fréquence absolue simple

FAU : Formazine Attenuation Unit

FrCc : Fréquence relative cumulée croissante

FrCd : Fréquence relative cumulée décroissante

Frs : Fréquence relative simple

FSA : Faculté des Sciences Agronomiques

GPS: Global Position System

HASCO: Haitian American Sugar Company

IFREMER: Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer

IHSI : Institut Haïtien de Statistique et d'Informatique

INRA : Institut National de la Recherche Agronomique

INSERM : Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale

MARNDR: Ministère de l'Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural

MDE : Ministère de l'Environnement

MENFP: Ministère de l'Education Nationale et de la Formation Professionnelle

MICT : Ministre de l'Intérieur et des Collectivités Territoriales

MNU : Médicaments Non Utiles

MSPP : Ministère de la Santé Publique et de la Population

NFU: Nephelometric Formazine Unit

NTU: Nephelometric Turbidity Unit

OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Economique

OMS : Organisation Mondiale de la Santé

OMT : Organisation Mondiale du Tourisme

ONU : Organisation des Nations Unies

OPECS : Organisation des Pêcheurs de Cité Soleil

PADF: Pan American Development Foundation

PEEFV : Produits Electroniques et Electriques en Fin de Vie

PME : Petites et Moyennes Entreprises

PNH: Police Nationale d'Haïti

PNUE : Programme des Nations Unies Pour l'Environnement

PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement

PSU : Percent Salinity Unit

RLS : Régression Linéaire Simple

RSVL : Réseau de Surveillance Volontaire des Lacs

SDN : Société des Nations

SEMANAH : Service Maritime et de Navigation d'Haïti

SEQ-EAU : Système d'Evaluation de la Qualité de l'Eau

SHODECOSA: Superior Housing Developpement Corporation S.A

UC: Université Caraïbe

LISTE DES ANNEXES

ANNEXE I : Institutions impliquées dans la gestion des côtes en Haïti.

ANNEXE II : Les seuils limites fixées par le SEQ-EAU en 2003 pour l'eau marine.

ANNEXE III : Paramètres et Altérations associés du SEQ-Eau.

ANNEXE IV : Quelques prises de vue relatives à l'étude.

ANNEXE V : Recensement des pêcheurs à Cité Soleil.

ANNEXE VI : Table statistiquedu Chi-deux (÷2).

ANNEXE VII : Fiche d'enquête

INTRODUCTION

1.1. Problématique

Le milieu marin et les zones côtières adjacentes constituent un élément essentiel permettant l'harmonisation et la continuité de la vie sur terre. Les mers couvrent environ 72 % de la surface du globe et présentent des habitats qui sont, au point de vue biologique, riches et extrêmement variés, allant des eaux côtières peu profondes jusqu'aux endroits les plus sombres de cet univers bleu dans lequel, environ 280 000 espèces ont été recensées, soit 15 % de la biodiversité totale de la planète (Gilles, 2010). Beaucoup de ces espèces sont indispensables au bien-être des humains, soit directement comme ressources renouvelables à valeur marchande, soit indirectement pour maintenir la viabilité des écosystèmes marins. Malheureusement, cette biodiversité qui est le produit de plusieurs milliers d'années d'évolution est menacée sous la pression de l'anthropisation du littoral.

La littoralisation est un processus très ancien, mais qui a pris une dimension importante depuis la seconde partie du XXème siècle (Le Lo'ck, 2011) cité par (Nelson, 2012). Il s'agit du processus migratoire des populations vers les littoraux, notamment pour les richesses halieutiques, les échanges maritimes, le loisir, etc. Selon Jean-Pierre et Raphaëlle (2010), ces intenses vagues migratoires seraient aussi liées à l'explosion démographique que subit la planète depuis quelques temps. En 2013, les estimations se portaient sur 7.2 milliards de terriens (ONU, 2013). Selon les prévisions, ces chiffres passeront à quelques 10 milliards en 2050, avec en parallèle, bien évidemment, une urbanisation côtière très poussée (Gilles, 2010). Actuellement, 60 % des populations vit dans une bande côtière de moins de 60 km et une migration de 75 % est prévue pour 2050 (Le Lo'ck, 2011) cité par (Nelson, 2012).

En dépit des multiples avantages comme les échanges par voies maritimes, les loisirs et autres qui accompagnent la croissance des populations sur le littoral, les impacts néfastes des activités anthropiques sur les écosystèmes marins sont d'une évidence palpable. L'une des conséquences qui en découle est la surexploitation des ressources halieutiques exprimée par la pression exercée sur certaines espèces (Veronica et al., 2011). De plus, selon Henrickson et al. (2001) cité par Gilles (2010), ce phénomène a occasionné une augmentation de la production des déchets ; de la pollution marine liée aux activités pétrolières, au transport maritime et au rejet des effluents pollués d'origine terrestre, estimés à plus de 80 %. Ce qui peut provoquer la disparition ou la migration de certaines espèces, soit par la modification des paramètres bio-physico-chimiques du milieu, soit par des captures (Dulvy et al., 2003) cité par (Pierre Paul et Thierry, 2005).

En Haïti, depuis plusieurs décennies, on observe à une dégradation du milieu marin due au déplacement des populations vers les zones côtières (Eliccel, 2002). Selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Ministère de l'Environnement (MDE) (2009), cette dynamique régressive se renforce de plus en plus à cause de l'extrême pauvreté des habitants qui ne cherchent qu'à survivre en utilisant tous les moyens du bord, quoique de manière irrationnelle. En effet, les littoraux haïtiens sont les réceptacles de diverses activités : la pêche, le cabotage, l'exploitation des mangroves, des échanges commerciaux, des festivals et autres divertissements (Michel, 2003). D'après Eliccel (2002), certaines de ces activités, engendrées par la crise économique, ont amené des populations issues de l'intérieur de l'île à se laisser attirer par le littoral pour augmenter les populations préalablement installées. Ces phénomènes migratoires connaissent de très rapides évolutions au fil des années, surtout avec l'augmentation explosive de la population haïtienne estimée à environ 10 911 819 Habitants (IHSI, 2012).

En conséquence, la frange côtière, de part et d'autre du pays, est accaparée, exploitée, dégradée et épuisée. Ce qui donne pour résultat, l'image de la dérégulation d'une société qui, bien que pauvre, engendre des indices importants et visibles d'une modification destructive du fonctionnement des écosystèmes marins (Michel, 2003). Ces dynamiques spatiales touchent entre autres, la côte des Arcadins qui est une zone réservée, St Marc, Cap Haïtien, Jacmel, Léogâne, Miragoâne, le golfe de la Gonâve qui comprend la baie de Port-au-Prince incluant naturellement la commune de Cité Soleil (PNUD et MDE, 2007).

A Cité Soleil, les empreintes de la littoralisation sont manifestes. Les gens habitent presque directement dans la mer et la densité surélevée de la population de cette commune appauvrie et non sécurisée est d'une évidence non négligeable. Les habitants vivent dans des conditions exécrables et utilisent tout ce qui se trouve à leur portée afin de satisfaire leur besoin. Le niveau d'insalubrité observé dans la commune dépasse l'entendement comme s'il n'existerait aucune forme de gestion des déchets. En plus de ce comportement destructif en matière de production et de gestion des déchets, les habitants de la commune pratiquent également des activités liées directement à la mer comme : les échanges maritimes par l'intermédiaire du wharf, la pêche et des activités récréatives. Tenant compte des habitudes comportementales des occupants de la zone, ces activités ayant un contact direct ou indirect avec la mer ne sont pas sans conséquence sur le milieu. Afin de mettre en évidence certaines facettes de la littoralisation, cette étude propose d'identifier les principaux enjeux de ce phénomène liés au fonctionnement de l'écosystème marin au niveau de la commune. Cette étude permettra, aux autorités étatiques (locales, nationales), aux organisations (locales, nationales et internationales) et à tous ceux qui s'intéressent au fonctionnement du milieu marin ainsi que sa biodiversité, de voir la nécessité de prendre en compte les éventuels impacts des différentes activités anthropiques sur les écosystèmes marins. Elle fournira également certains résultats essentiels à l'élaboration d'un programme de protection visant le maintien des différents facteurs physico-chimiques indispensables à la survie des occupants biologiques du milieu marin.

1.2. Objectifs

1.2.1. Objectif général

Identifier et analyser les principaux enjeux des différentes activités anthropiques liés au fonctionnement de l'environnement marin au niveau de la commune de Cité Soleil.

1.2.2. Objectifs spécifiques

Ø Etudier le comportement de la population installée sur la frange du littoral ; 

Ø Analyser les paramètres physico-chimiques et microbiologiques du milieu marin ;

Ø Comparer les valeurs observées dans le milieu par rapport aux valeurs fixées par SEQ-Eau;

Ø Caractériser les enjeux du milieu ;

Ø Proposer des mesures de maximisation ou d'atténuation afin de limiter les dommages causés par la littoralisation sur l'environnement marin.

1.3. Hypothèse de travail

La population installée sur le littoral de la commune de Cité Soleil n'a pas des impacts significatifs susceptibles de nuire le bon fonctionnement de l'écosystème marin.

1.4. Limitations de l'étude

Dans le cadre de cette étude, 50 échantillons d'eau devaient être prélevés et analysés. Par manque de moyens financiers, seulement 15 ont été prélevés et analysés. De plus, il a été prévu d'étudier tous les paramètres physiques, chimiques et microbiologiques du milieu. Par faute d'équipements des différents laboratoires du pays et de moyens, certains d'entre eux n'ont pas pu être analysés.

II. REVUE DE LITTERATURE

2.1. Définition de quelques concepts

La compréhension de cette étude requiert la maitrise intégrale des trois (3) concepts clés qui constituent le sujet.

2.1.1. Enjeux

Toute cause présentant des conséquences dont la nature peut être positive (gain, victoire, profit, succès, réussite, etc.) ou négatif (perte, défaite, échec, déficit, etc.) (David et Antoine, 2000).

2.1.2. Littoralisation

La littoralisation est tout simplement la migration des gens vers le littoral. Dans un même sens plus large, il s'agit d'un processus géographique par lequel les populations, les activités économiques et touristiques se rapprochent de plus en plus du littoral (Benoit et Comeau, 2005).

2.1.3. Environnement marin

L'ensemble des entités vivantes (biocénose) et/ou non vivantes (biotope) qui se trouvent au sein du milieu marin qui sont susceptibles d'interagir entre eux et avec le milieu dans lequel elles sont reparties (Maya, 2009).

2.2. Littoralisation et urbanisation

L'homme commence à avoir des impacts significatifs sur la nature dès l'instant où il est passé d'une économie de chasse, de pêche et de cueillette à une économie marchande et agricole. Toutefois, les zones humides du littoral, malgré leur richesse floristique et faunistique, se voyaient pendant longtemps exempt d'une colonisation humaine stable à cause des conditions naturelles généralement rudes qui y régnait. A cet effet, pour maîtriser la situation, des aménagements ont été entrepris par l'homme afin de développer de différentes activités utiles à lui-même (Gardner et al., 2003) cité par (Maya, 2009). Depuis cette époque, des villes ont été construites et ne cessent de multiplier en attirant de plus en plus de gens. Cet état de concentration d'être humain en un seul lieu aboutit à l'urbanisation qui est un phénomène démographique se traduisant par une tendance à la concentration de la population dans les villes. Aujourd'hui, le taux d'urbanisation continue d'augmenter partout dans le monde, mais à des rythmes différents. Dans les pays industrialisés une augmentation du taux d'urbanisation de moins de 0,7 % par an est observée. En revanche, dans les pays en voie de développement, le taux est à plus de 2,4 % par an. Dans les années 1800, le monde comptait moins de 90 millions de citadins. Un centenaire plus tard, soit en 1900, les chiffres passent à 260 millions et plus près de nous en 2007 les chiffres touchent près de 3,3 milliards (Jacques, 2007).

Ces résultats montrent que les villes sont devenues de plus en plus nombreuses et de plus en plus peuplées. A noter que l'observation la plus remarquable, c'est qu'une quantité élevée des villes de la planète se trouve quelque part sur un littoral et plus de la moitié de la population mondiale vit sur le long des 1,6 million de kilomètres de côtes qui bordent les mers et les océans (Gilles, 2010).

2.3. Causes de la littoralisation

2.3.1. Explosion démographique

Le 21e siècle marque une étape inédite dans l'histoire du monde, car la terre fait face à une poussée démographique qu'elle n'avait jamais connue auparavant (Samuel, 2009). En 2013, la population mondiale a été estimée à 7,2 milliards, alors qu'elle était estimée à 7 milliards en 2011, à 6,1 milliards en 2000, entre 1,55 et 1,76 milliard en 1900 et de 600 à 679 millions d'habitants vers 1700. On estime que la population augmente à un rythme de 237 000 habitants par jour, résultat égal au différentiel entre les 390 000 naissances et 153 000 décès estimés par jour sur terre. Ce qui représente une hausse de 86 millions de personnes par an, pour un taux d'accroissement démographique annuel de la population mondiale de 1,2 % (ONU, 2013). Au-delà du déséquilibre entre les chiffres, avec cette augmentation du nombre des habitants de la planète, on observe non seulement une montée significative de la demande en nourriture, en eau et en énergie partout dans le monde, mais aussi une augmentation de la pression exercée sur les ressources naturelles en vue de combler les besoins cités préalablement.

Comme il a été mentionné, le littoral, grâce aux différents services écologiques et socio-économiques rendus à l'espèce humaine devenue sédentaire il y a plus de 9 000 ans av. J.C (Auguste et Charles, 2010), est devenu un espace très attractif depuis quelques temps. A cet effet, pour pouvoir bénéficier continuellement les atouts qu'offrent ces zones côtières, les gens finissent par s'y installer petit à petit en y construisant des villes. Dans certaines régions, il s'agit d'abord des petites villes côtières qui, dans un laps de temps, constatent que leur population augmente par des migrants des zones rurales qui viennent surdensifier l'espace au fur et à mesure que l'intensité et la fréquence de certaines activités s'accentuent. Ce sont ces observations et tant d'autres, qui ont poussées les autorités mondiales à la tenue de la deuxième conférence des Nations Unies pour les établissements humains en 1996, afin de mettre en exergue les problèmes fondamentaux concernant l'expansion des grandes villes, particulièrement des villes côtières, liées à la croissance démographique et aux flux migratoires (Samuel, 2009).

2.3.2. Mondialisation

La mondialisation est devenue l'un des concepts les plus en vogue depuis les années 90, non seulement dans le milieu des sciences sociales, mais également au sein du grand public (Ait Mokhtar, 2012). Le terme mondialisation est employé de manière peu rigoureuse comme un mot parmi d'autres pour désigner l'internationalisation poussée de l'activité économique s'exprimant par une intégration et une interdépendance accrues des économies nationales. Autrement dit, elle désigne un mouvement complexe d'ouverture des frontières économique qui permet aux activités économiques capitalistes d'étendre leur champ d'action à l'ensemble de la planète (Jean-Luc, 1998) cité par (David et Antoine, 2000).

Depuis plusieurs siècles, on constate un renforcement du rôle des façades maritimes comme voie de transport à travers le monde. Que ce soit en approvisionnement en énergie, en denrées agricoles, en matières premières ou lors des échanges commerciaux, la mer reste l'un des moyens de transport les plus efficaces. Selon les statistiques, environ 5,8 milliards de tonnes de marchandises ont ainsi été transportées par voie maritime sur une distance moyenne de 7600 kilomètres en 2002 (CNUCED, 2007). Dans ce contexte de forte croissance des échanges mondiaux de marchandises, les ports et les littoraux constituent des espaces propices à l'évolution de la mondialisation et à l'investissement dans les activités liées de plus en plus proche du littoral dans un monde où les intérêts passent avant tout.

2.3.3. Essor du tourisme

Au fil des décennies, le tourisme a connu un essor continu et s'est diversifié de plus en plus, au point de devenir un des secteurs économiques incontournables au développement économique de pas mal de pays (OMT, 2012). Il s'agit d'un phénomène social, culturel et économique entrainant des mouvements de personnes vers des destinations en dehors de leur environnement habituel pour un temps limité et pour n'importe quel autre motif que celui d'être employé par un agent économique du lieu de destination. Ces termes, « tourisme » et « touriste » furent utilisés officiellement pour la première fois par la Société des Nations (SDN) pour dénommer les gens qui voyageaient à l'étranger pour des périodes de plus de 24 heures. Toutefois, il faut dire que l'activité en soi est bien plus ancienne que cela (Jean-Denis, 2003).

Aujourd'hui, le volume d'affaires du secteur touristique égale, voire dépasse celui des industries pétrolières, agroalimentaires ou celles des automobiles. Dans les années 1992-1993, le nombre de touristes ayant fait une croisière dans l'Antarctique était environ 5000. Entre 2006-2007, le nombre a frôlé les 35 000, sans oublier que les touristes utilisent aussi d'autres moyens de déplacement et ont des destinations assez diverses (OMT, 2012). Cela explique que le tourisme est désormais l'un des grands acteurs du commerce international et en même temps, il constitue l'une des principales sources de revenus de beaucoup de pays en développement. Initialement rattaché aux loisirs et à la santé, le tourisme englobe désormais l'ensemble des activités économiques auxquelles la personne fait appel lors d'un unique déplacement inhabituel c'est-à-dire, transports, hôtels, restaurants, bars et plage (OMT, 2014).

Ainsi, vue les différentes exigences des touristes, une politique visant leur satisfaction est devenue indispensable. Elle est manifestée via notamment les routes, les aménagements hôteliers, l'urbanisme touristique, les ports, les marinas, les golfs, les pistes de ski, les parkings, etc. Nul ne saurait prétendre ignorer l'admiration des touristes pour le milieu marin grâce auquel ils peuvent avoir certaines activités divertissants comme les croisières, les festivals, la pêche, les plongées sous-marine, le surf, pour ne citer que ceux-là. De ce fait, les différentes structures citées précédemment instaurées à leur intention, se trouvent non loin des zones côtières ou exactement sur le littoral. D'où l'apparition des villes côtières destinées essentiellement à la bonne marche de la machine touristique mondiale comme par exemple la ville de Cancún au Mexique qui accueille des milliers de touristes par an (OMT, 2014).

2.4. Conséquences

2.4.1. Production de déchets

Le mot déchet est apparu au XIVème siècle. Il provient du verbe déchoir traduisant la dévalorisation par l'usage d'un objet, d'un outil, d'un équipement, ou d'un bien matériel, jusqu'au point où ils deviennent inutilisables (Angrand, 2011). En d'autres termes, on appelle déchet, tout résidu d'un processus de production, de transformation ou d'utilisation ; toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l'abandon (INRA et al., 2001).

2.4.1.1. Classification typologique des déchets

Selon leur typologie, les déchets peuvent être classifiés en plusieurs types. On distingue généralement les déchets compostables ou biodégradables, des déchets inertes, les déchets recyclables, les déchets ultimes et les déchets dangereux (Angrand, 2011).

2.4.1.1.1. Déchets compostables et biodégradables

Ils correspondent aux :

Ø Déchets de jardins qui sont produits par les collectivités, les sociétés privées d'entretien des espaces verts et les particuliers.

Ø Déchets alimentaires ou « eau grasse » qui sont issus essentiellement des métiers de la restauration et de l'industrie agro-alimentaire.

Ø Déchets de maison qui sont produits par les particuliers.

2.4.1.1.2. Déchets inertes

Ce sont des déchets qui ne se décomposent pas, ne brulent pas et ne produisent aucune autre réaction physique, chimique ou biologique de nature à nuire à l'environnement. Ils ne sont pas biodégradables et ne se détériorent pas au contact d'autres matières. Ils proviennent principalement de la filière du bâtiment et les travaux publics.

Ø Dans le secteur du bâtiment, on distingue les déchets issus des activités de construction, de rénovation, de démolition (béton, briques, tuiles, céramique, etc.) ainsi que des activités liées à la réalisation et à l'entretien d'ouvrages publics (routes, ponts, etc.).

Ø Dans le secteur des travaux publics, les déchets inertes correspondent principalement à des déchets minéraux issus de la démolition d'ouvrages d'art et de génie civil mais également à des cailloux et de la terre. On peut aussi ajouter les déchets liés aux activités routières (enrobés goudronnés, bitumineux, aimantés avec ou sans métaux lourds, etc.) et aux travaux de déblais de tranchées, de bordures de trottoirs, de pavé, etc.

2.4.1.1.3. Déchets recyclables

Un déchet recyclable est un matériau que l'on peut techniquement recycler. Pour qu'un déchet soit recyclé, il faut qu'il soit récupéré dans le cadre d'une collecte de tri sélectif. Un objet recyclable n'est pas donc forcément recyclé. Il existe plusieurs catégories d'objets recyclables pouvant servir à fabriquer de nouveaux produits :

Ø Les déchets ménagers et assimilés sont surtout produits par les ménages, les commerçants, les artisans, les entreprises et les industries. Il s'agit de produits tels que : les verres, les métaux, les papiers, les plastiques, les matières organiques, etc.

Ø Les déchets industriels banals (DIB) correspondent quant à eux aux déchets des entreprises qui sont non dangereux. Ils sont aussi appelées déchets assimilés aux déchets ménagers.

Ø Les déchets banals des entreprises du commerce (DBEC) sont également assimilables aux déchets ménagers par leur caractère non toxique. Ils proviennent des filières industrielles, commerciales, artisanales ou de services et dont les producteurs ne sont pas les ménages. Ils comprennent des produits et déchets connexes à la filière, des déchets communs aux entreprises (emballages, déchets de bureaux, papiers, cartons) et des déchets spécifiques à une activité (déchets de fabrications).

2.4.1.1.4. Déchets ultimes

Un déchet ultime est défini comme n'étant plus susceptible d'être traité dans les conditions techniques et économiques appartenant au processus de valorisation du déchet ou de réduction de son caractère polluant ou dangereux. La notion de déchets ultime n'est pas une fonction de ses caractéristiques physico-chimiques mais plutôt du système de collecte et de traitement auquel il appartient.

2.4.1.1.5. Déchets dangereux

Un déchet dangereux présente une ou plusieurs des caractéristiques suivantes : explosif, carburant, nocif, toxique, cancérogène, onctueux, corrosif, mutagène. Ce sont principalement:

Ø Les déchets toxiques en quantités dispersées (DTQD) qui sont produits en petites quantités par les ménages, les commerçants ou les petites et moyennes entreprises (PME) qui sont chargés de les faire éliminer ou valoriser dans les installations classées pour la protection de l'environnement. On distingue deux sortes de DTQD :

§ Solides : Déchets banals souillés, piles batteries usagées, résidus de peinture, etc.

§ Liquides : Produits de coiffures, lessives et détergents, eau de javel, huiles de vidanges, liquides de frein, de refroidissement, huiles de coupe, solvant, encres, révélateurs et fixateurs photos.

Ø Les déchets industriels spéciaux (DIS) correspondent aux déchets produits par les entreprises ainsi que les déchets spéciaux produits par les hôpitaux, les laboratoires et les agriculteurs. On peut les classer en trois catégories :

§ Les déchets organiques : solvants, hydrocarbures, boues, etc.

§ Les déchets minéraux liquides et semi liquides : bains de traitement de surface, acides, etc.

§ Les déchets minéraux solides : cendres, mâchefers, laitiers, etc.

Ø Les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) qui sont composés de téléphones portables, de télévisions, d'ordinateurs et tout appareil électroménager, etc.

Ø Les déchets ménagers spéciaux (DMS) qui sont séparés des déchets ménagers à causes de leur caractère toxique nuisible. Ils peuvent être assimilés au DTQD, car ils comprennent des produits tels que : ammoniaque, métaux lourds, piles, les médicaments non utiles (MNU), les produits électroniques et électriques en fin de vie (PEEFV), les produits phytosanitaires, etc.

2.4.1.2. Gestion des déchets

La gestion des déchets est un long processus caractérisé par la collecte, le transport, le traitement, la réutilisation ou l'élimination des déchets. L'accent a été mis, ces dernières décennies, sur la réduction de l'effet des déchets sur la nature et l'environnement ainsi que sur leur valorisation (INRA et al., 2001). Cette pratique concerne tous les types de déchets, qu'ils soient solides, liquides ou gazeux. Cependant, à chaque type de déchet correspond un processus de gestion spécifique et les manières de les gérer se diffèrent selon que l'on se trouve dans un pays développé ou en voie de développement ou même sous développé, dans une ville ou dans une zone rurale, que l'on ait affaire à un particulier, un industriel ou un commerçant (Angrand, 2011).

Dans certains pays, la gestion des déchets non-toxiques, pour les particuliers ou les institutions dans les agglomérations, est habituellement sous la responsabilité des autorités locales, alors que la gestion des déchets des commerçants et industriels est sous leur propre responsabilité. Toutefois, afin de mettre en application une politique de gestion durable et plus ou moins universelle des déchets, la règle des 3R qui est devenue aujourd'hui la règle des 4R de la hiérarchie des stratégies a été établie. Il s'agit de Réduire, Réutiliser, Recycler, Repenser. Quoique cette hiérarchie ait fait l'objet de plusieurs changements en termes d'aspect ces dix dernières années, le concept sous-jacent est demeuré la pierre angulaire de la plupart des stratégies de gestion des déchets : utiliser au maximum les matériaux et générer le minimum de sous-produits (INRA et al., 2001).

2.4.2. Intensification de la pêche

Selon l'histoire, la pratique de la pêche qui consiste à capturer des animaux aquatiques (poissons, crustacés céphalopodes, etc.) dans leur milieu naturel remonte au temps la préhistoire, tout au moins au paléolithique. Des restes d'arêtes, d'ossements ou d'écailles trouvés dans les campements, en bordure de mer ou de zones humides et autour des foyers pendant des fouilles archéopaléontologiques sont considérés comme de véritables témoignages. Certaines peintures préhistoriques montrent également que les animaux marins ont été importants pour les chasseurs-cueilleurs notamment quand ils ont commencé à se sédentariser (Jean-Pierre et Raphaëlle, 2010).

Cependant, au fil des années, la pêche est devenue une véritable source économique. Dans le but de maximiser leur profit, l'homme tend toujours à soutirer de plus en plus de ressources dans l'océan en effectuant des pêches de plus en plus loin et de plus en plus profondes. Ce qui fait que les captures officielles de pêche atteignent un pallier de 90 106 t/an les années 1990 (Nelson, 2012; FAO, 2012) et en 2012, environ de 91,3 t/an (FAO, 2014).

En Haïti, elle fait aussi partie des différentes activités qu'entreprennent les habitants vivant sur nos 1700 Km de côte en vue de satisfaire certains de leurs besoins quotidiens. Toutefois, les techniques qu'ils utilisent sont vieilles de plusieurs décennies et les matériels à leur disposition sont très rudimentaires. Ce qui a pour conséquence une faible rentabilité et une sous-exploitation des ressources halieutiques dans le pays. Sur tout le territoire haïtien, il existerait quelques 52 000 familles de pêcheurs répartis dans plus de 420 localités en 26 000 unités de pêche. Ces pratiquants seraient équipés d'environ 14 800 pirogues, 10 000 bateaux à voile et 1 200 bateaux à moteur et de divers outils de pêche comme des lignes et des nasses (plus de 350 000), des filets au nombre de 9000 environ, qui incluent 1900 sennes de plage, mais tous rudimentaires et de faible productivité (MARNDR, 2010).

2.4.2.1. Types de pêches

La typologie des pêches pratiquées est très variée suivant la méthode de classification adoptée. Dans le cadre d'une classification des pêches caractérisées par la durée de la marée ou sortie en mer, la dimension des navires utilisés et le nombre d'équipage, on distingue 4 types de pêches qui sont : La grande pêche, la pêche au large ou pêche hauturière, la pêche côtière ou pêche artisanale intensive et la petite pêche ou pêche artisanale (Veronica et al., 2011).

2.4.2.1.1. Grande pêche

C'est une pêche industrielle qui dure plus de 20 jours. Elle se pratique sur de très grands chalutiers de pêche hauturière, des thoniers ou des palangriers de 60 à 80 mètres. A bord de ses véritables usines flottantes où le poisson est souvent directement transformé, l'équipage peut compter jusqu'à 50 hommes et les espèces capturées diffèrent suivant les zones de pêche dans laquelle on se trouve.

2.4.2.1.2. Pêche au large ou pêche hauturière

Les navires concernés comprennent en moyenne un équipage de 5 à 6 hommes et sortent en mer plus de 4 jours mais moins de 20 jours. Cette pêche est pratiquée par les chalutiers de plus de 38 mètres, des chalutiers semi-hauturiers de 25 à 38 mètres et par des navires artisans hauturiers de 16 à 25 mètres. Une fois capturés, les poissons sont congelés à bord ou bien mis en glace dans les cales du navire pour être ensuite vendus frais.

2.4.2.1.3. Pêche côtière ou pêche artisanale intensive

Elle s'applique pour les sorties dont la durée est de 1 à 4 jours, avec un équipage de 4 hommes au maximum dans des navires de moins de 16 mètres. Durant ces sorties, l'équipage vide, nettoie et met en glace les espèces capturées.

2.4.2.1.4. Petite pêche ou pêche artisanale

A la petite pêche, la marée ne peut excéder la journée. Elle est pratiquée le long des côtes, en général avec un équipage n'excédant pas 3 hommes, sur des navires d'une longueur inférieure à 16 mètres. Certaines sont équipées d'un moteur, d'autres non. On trouve en outre des plongeurs, des pêcheurs à la ligne opérant du rivage, des pêcheurs de rivière ou de lac utilisant des outils identiques depuis des millénaires. Les poissons sont débarqués frais et vendus le plus souvent au marché local.

2.4.2.2. Engins de pêche

La pêche est une activité qui nécessite l'utilisation d'un ensemble d'outils spécifiques pour la capture des animaux aquatiques. Ce sont ce que les spécialistes appellent les engins de pêche. Parmi les engins utilisés, les plus connus sont : Chalut de fond, Chalut a panneau, Chalut de fond, Chalut à perche, Drague, Chalut pélagique, Senne tournante, Senne de plage, Epervier, Filet maillant, Filet passif, Palangre, Casier/nasse, etc. (Nelson, 2012).

2.4.2.3. Impacts de la pêche

Les activités de pêche sont connues parmi les différents facteurs qui influencent le fonctionnement de l'environnement marin. Les études ont révélé qu'elle a des impacts directs et indirects. Les impacts directs étant les plus visibles comprennent la capture accidentelle de poissons juvéniles et d'espèces non ciblées (espèces de poissons, des oiseaux et des mammifères) et la destruction ou la modification des habitats. Il y a environ 30 millions de tonnes de poissons pêchés qui sont rejetés sans vie par-dessus bord. Ajoutés à tous ces poissons rejetés, il y a 150 000 tonnes d'invertébrés et de nombreux autres organismes marins comme les requins, tortues et oiseaux marins qui sont aussi victimes de cette pêche non-sélective Les impacts indirects sont moins évidents et concernent la contribution au changement climatique par les émissions de carbone des navires de pêche résultant de leur consommation de carburant (Veronica et al., 2011).

2.4.3. Pollution marine

La pollution marine consiste en l'introduction directe ou indirecte, par suite de l'activité humaine, de déchets, de substances, ou d'énergies, y compris de sources sonores sous-marines d'origine anthropique, qui entraîne ou est susceptible d'entraîner des effets nuisibles pour les ressources vivantes et les écosystèmes marins (CNUCED, 2007). Actuellement, environ 80 % des éléments qui provoquent la pollution marine proviennent de la terre. Le reste serait dû à la navigation et aux installations pétrolières. D'une manière globale, 90 % des eaux polluées générées sont rejetées sans traitement dans les eaux marines (Henrickson et al., 2001) cité par (Gilles, 2010). En Amérique du Sud, près de 98% des eaux usées domestiques finissent directement dans la mer sans traitement préalable. Dans les caraïbes, plus de 86 % de ces eaux suivent le même itinéraire, tout comme certains égouts du Japon, du Canada, des Philippines, ainsi que de la Corée du sud. Chaque année, les vingt pays qui bordent la méditerranée y rejettent environ 50 millions de tonnes de déchet et les chinois en rejettent 60 millions de tonnes dans la mer jaune. (PNUE, 1995). Ces chiffres montrent clairement que les activités humaines sont responsables de l'introduction dans le milieu marin d'un grand nombre de substances sujet à provoquer de fâcheuses conséquences sur le milieu.

2.4.3.1. Types de pollution

2.4.3.1.1. Pollution chimique

Elle est provoquée par des rejets industriels et nucléaires, des effluents domestiques et urbains, des apports diffus dus aux usages agricoles, des déchets chimiques liés à la navigation, etc. Notons que ces polluants peuvent être de nature particulière comme des gaz liquéfiés, des produits chimiques liquides dangereux, des marchandises dangereuses (explosives, inflammables, toxiques, infectieuses, radioactives, corrosives), des hydrocarbures surtout attribuée aux accidents des navires éventrés déversant leur cargaison et de l'explosion des sites d'exploitation pétrolière, des métaux des pesticides, des biocides et des substances eutrophisantes.

2.4.3.1.2. Pollution physique

On parle de pollution physique lorsque le milieu marin est modifié dans sa structure physique par de divers facteurs. Il peut s'agir d'un rejet d'eau qui fera baisser le taux de la salinité, d'un rejet liquide ou solide de substances capable de modifier la turbidité de l'eau, de la pollution thermique, la présence des déchets solides et d'un autre type de pollution particulier lié aux épaves qui correspond aux colis tombés ou jetés à la mer, contenant ou non des substances dangereuses ou toxiques. Ces colis subissent, une fois tombés à l'eau, des détériorations pouvant provoquer ainsi la fuite du contenu ou faire couler l'épave avec ou sans son contenu. Les épaves peuvent être également entendues au sens de carcasse de navires échoués ou coulés, qu'il s'agisse de navires de guerre, de cargos, de pétroliers, de chimiquiers, d'avions ou de bateaux de pêche. Dans tous les cas, étant des corps étrangers susceptibles de subir des dégradations, tous ces éléments sont considérées comme une source non négligeable de pollution marine.

2.4.3.1.3. Pollution microbiologique

Cette pollution peut résulter du rejet dans les eaux littorales d'une grande variété de substances organiques fermentescibles d'origine diverses (effluents urbains, matières fécales, industries, élevages, etc.). Elle soulève dans bien des cas de redoutables problèmes d'hygiène publique. Cette extension microbiologique (Bactéries, virus et champignons) dans les eaux littorales a pour conséquences l'altération de la qualité des eaux de baignade et certaines ressources halieutiques habituellement consommées par l'homme et provoquant ainsi pas mal de maladies.

2.4.3.2. Incidences de la pollution

2.4.3.2.1. Eutrophisation

Le terme « eutrophe » dont dérive le mot« eutrophisation» signifie simplement « bien nourri ». Comme le rappelle Genovese (1973) cité par Alain (2001), le préfixe « eu » contient l'idée de bien, d'utile, d'optimal. On parvient donc à considérer qu'un milieu est eutrophe quand il est riche en nutriments. On peut donc s'accorder sur la définition du mot « eutrophe » que fournit le Dictionnaire technique de l'eau et des questions connexes, une eau eutrophe est une eau riche en matières nutritives (Alain, 2001).

Cependant, le terme « eutrophisation » semble avoir évolué au fil du temps. Elle désigne non plus la progression de l'enrichissement d'un milieu, mais l'état enrichi lui-même, ceci jusqu'à un point tel qu'il en résulte des nuisances. Il s'agit d'une forme singulière de pollution de certains écosystèmes aquatiques qui se produit lorsque le milieu reçoit trop de matières nutritives assimilables par les algues et que celles-ci prolifèrent. Cela peut aboutir à l'épuisement de l'oxygène jusqu'à provoquer un état d'anorexie puis de la diffusion de sulfures dans l'eau par des bactéries. Ces phénomènes d'anoxie peuvent se développer par des crises qualifiées de malaïgues.

Les principaux  nutriments à l'origine de ce phénomène sont le phosphore (contenu dans les phosphates) et l'azote (contenu dans l'ammonium, les nitrates, et les nitrites). Il s'agit d'un processus naturel très lent qui peut s'étaler sur des siècles ou des millénaires, et parfois sur de plus longues périodes encore. Toutefois, elle peut être fortement accélérée par l'apport d'effluents domestiques, industriels et/ou agricoles et conduire à la mort de l'écosystème aquatique en quelques décennies voire même en quelques années (Gilles, 2010).

2.4.3.2.2. Modification du biotope

Tout écosystème, terrestre ou aquatique, est constitué d'un ensemble de facteurs biotiques et abiotiques qui sont en constante interrelation. Ces facteurs abiotiques, constituant le Biotope, sont un ensemble d'éléments du paysage qui constituent le milieu et offrent les ressources suffisantes pour permettre à la population d'une espèce donnée de vivre et de se reproduire dans un cadre propice à son évolution. Il peut être l'objet de différentes modifications d'origine naturelle ou anthropique (Dulvyet al., 2003) cité par (Pierre Paul et Thierry, 2005). Ces différentes altérations s'expliquent par des changements de température et du pH qui sont des facteurs clés de la régulation des activités biologiques dans les écosystèmes aquatiques ; la variation de la teneur en oxygène de l'eau et la modification ou la disparition des niches écologiques par accumulation de débris minéraux ou organiques (Alder et Wood, 2004) cité par (PNUE, 2007).

Par exemple, Les mangroves et les récifs coralliens font aujourd'hui partie des habitats marins les plus menacés. On estime que 40 % des récifs coralliens sont significativement endommagés, que 30 à 60 % des mangroves ont été perdus en Asie du Sud, et que plus de la moitié des marais salants de la planète ont disparus (Dulvyet et al., 2003) cité par (Pierre Paul et Thierry, 2005). A noter que les mangroves, les zones humides, les estuaires et de nombreux autres habitats côtiers peu profonds jouent un rôle important dans le déroulement du cycle de vie de nombreuses espèces marines, car il s'agit essentiellement des zones de nourriceries, des frayères, des voies de migration. Autrement dit, des milieux qui sont indispensables pour le maintien de la biodiversité et le renouvellement des populations marines (Gilles, 2010).

2.4.3.2.3. Perte de la biodiversité

La perte de biodiversité est devenue l'une des plus grandes préoccupations environnementales de ce siècle. Il est démontré que l'activité humaine modifie profondément les caractéristiques génétiques et la diversité des espèces (Palumbi, 2000 ; Raven, 2002) cité par (Gille, 2010). Toutefois, il est encore difficile aujourd'hui de quantifier précisément le niveau de perte de la biodiversité. Selon Roberts et Hawkins (1999) cité par Jean-Pierre et Raphaëlle (2010), les espèces marines présentent un risque d'extinction beaucoup plus élevé que nous l'avions supposé. L'exploitation serait considérée comme étant la principale cause des extinctions (55 %) à toutes les échelles d'analyse, suivie par la perte ou la dégradation des habitats (37 %), le reste étant attribué aux espèces invasives, au changement climatique et aux maladies. Des états de fait qui ont été corroborés par les résultats du rapport du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) en 2007 stipulant que les extinctions d'espèces observées depuis les 300 dernières années seraient estimés 1000 fois supérieures à celles enregistrées à partir des fossiles pendant toute l'humanité. Ainsi, l'exploitation non contrôlée, la destruction, l'altération et la fragmentation des habitats seraient les causes majeures de ce constat combien douloureux qui provoque de véritables bouleversements au niveau des réseaux trophiques et du processus de reproduction au sein de l'écosystème marin.

2.5. Le littoral haïtien

2.5.1. Occupation anthropique des côtes

Haïti est considérée comme l'un des pays les plus pauvres du continent américain et l'un des pays les plus densément peuplés du monde avec 384.7 habitant par kilomètre carré (IHSI, 2012). Au début de l'an 2000, plus d'un tiers de la population soit 34.7 % vivaient dans le département de l'ouest et plus de 25 % d'entre eux se trouvaient dans la conurbation de Port-au-Prince, la capitale du pays (Eliccel, 2002). Encore de nos jours, ce cas de figure, caractérisé par une forte pression démographique, se fait aussi remarquer dans bien des villes du pays, dont 9 des 10 chefs-lieux des départements du pays (Port-au-Prince, Cap Haïtien, Gonaïves, Fort-Liberté, Port de Paix, Jérémie, Miragoâne, Cayes et Jacmel) sont localisées sur une partie du littoral. Notons que la majeure partie des infrastructures économiques du pays, telles que les usines, les ports et d'autres principaux moteurs de l'économie national, sont situés dans ces régions.

La majorité de ces zones sont très érodées dans les parties les plus basses des bassins versants en raison de la déforestation massive et de la destruction des mangroves pour la construction d'habitat ou d'autres structures utiles à l'homme. Ces zones reçoivent l'eau provenant des torrents non canalisés, les déchets et les sédiments érodent les bassins versants. Ces effets, en particulier dans des zones comme Port-au-Prince, mettent en danger non seulement l'environnement de la région, mais également la population qui y réside (PNUD et MDE, 2009).

Haïti connaît actuellement une urbanisation rapide ne correspondant pas aux taux de bénéfices du développement et de redistribution des biens et des services. Les zones urbaines ne génèrent pas de croissance économique et le secteur agricole n'est pas productif. Ainsi, les conditions de vie détériorées dans les milieux ruraux ont causé un grand changement dans la population dans les milieux urbains, suite à des migrations massives précipitant l'urbanisation. Selon le PNUD et le MDE (2007), 40 % de la population d'Haïti vit dans des centres urbains, incluant des bidonvilles situées dans les plaines côtières inondables telles que Cité Soleil à Port-au-Prince, Raboteau aux Gonaïves, et La Faucette au Cap-Haïtien, etc. Compte tenu de l'ampleur de la prolifération villes ainsi que des bidonvilles dans les plaines côtières et en raison du caractère non planifié de l'urbanisation particulièrement rapide qu'elles subissent, cela pourrait avoir des répercussions sur l'écosystème marin et même sur l'écosystème terrestre proche du littoral.

2.5.2. Exode rural

L'exode rural, se définit comme étant un phénomène de migration des populations rurales vers les villes. Il s'agit de l'une des conséquences de la pauvreté et de la crise agricole qui sévissent en milieu rural. Etant à l'origine d'une urbanisation poussée dans le pays, ce phénomène a un grand impact sur le cadre de vie des haïtiens et l'environnement en matière de consommation de ressources naturelles et de production de déchet (Angrand, 2011).

Dans le contexte actuel du phénomène, la majorité des migrants cherchent à s'établir dans la capitale haïtienne. Ils recherchent fondamentalement une meilleure éducation et des opportunités de travail. Dans les quartiers populaires de Port-au-Prince, au moins 72 % des personnes seraient des migrants et 70 % d'entre eux d'origine paysanne. Les flux migratoires vers les milieux urbains, notamment à la capitale, se sont intensifiés durant les années 70. Le courant migratoire, de loin le plus important à cette époque, est celui du Sud vers l'Ouest. Il représentait presque autant de personnes que le total des autres destinations. En une génération, le Sud a perdu 10 % de sa population en direction de l'Ouest. En 1982, environ 815 800 personnes, soit 16.14 % du total de la population haïtienne à l'époque, avaient été recensées dans un lieu différent de celui de leur lieu de naissance. C'est ainsi qu'annuellement plus de vingt mille personnes laissent leur milieu natal pour s'acheminer vers Port-au-Prince (Eliccel, 2002).

La migration se fait parfois en deux grandes étapes. D'abord les gens transitent dans les grandes villes comme Cayes, Cap-Haitien, et Gonaïves, ensuite se débarquent à Port-au-Prince. Une fois arrivés, ils se dirigent vers des parents ou des proches en attendant leur installation définitive dans l'un des bidonvilles de la place qui se trouvent pour certains d'entre eux directement sur le littoral. Dans certains cas, les nouveaux migrants se font accompagner également de quelques membres de leur famille venant encore de la province pour constituer des ménages de très grande taille. C'est ainsi que l'aire métropolitaine de Port-au-Prince voit son taux d'urbanisation passé de 52.3 % en 1971 à 64.2 % en l'an 2000 avec des gens en provenance des différents départements géographiques du pays comme la Grand'Anse, le sud, et le reste de l'ouest qui ont fourni respectivement 22.81 %, 19.02 %, 16.60 % des migrants à la population métropolitaine (Paul, 2000) cité par (Angrand, 2011).

Selon Eliccel (2002), la zone métropolitaine connait ses plus grandes étapes de bidonvilisations surtout à partir des trois importantes vagues migratoires :

Ø L'instauration des travaux de bicentenaire en 1949 qui attirait des visiteurs paysans et qui, pour la plupart, ne sont pas retournés en province ;

Ø Les gens qui devaient venir à Port-au-Prince pour fêter les 22 septembres de chaque année de 1957 à 1970 ;

Ø La dernière et la plus importante vague migratoire s'opère à partir de l'installation à Port-au-Prince des industries de sous-traitance au cours des années 70 qui offrent des salaires plus intéressants, alors que le secteur agricole faisait face à de sérieux problèmes.

2.5.3. Gestion des côtes

Depuis 250 ans, les méthodes de mise en valeur des ressources du pays ont engendré une dégradation générale de l'environnement. Cette dynamique régressive est renforcée par l'extrême pauvreté des habitants qui cherchent à tout soutirer du milieu, par tous les moyens possible, afin de satisfaire leurs besoins. Aujourd'hui, la couverture forestière recule, les sols s'érodent, les microclimats se transforment, de telle sorte que la reconstitution des éléments primordiaux (l'eau, l'air et le sol) paraît difficile à réaliser (PNUD et MDE, 2009).

À Port-au-Prince, comme à proximité de différentes agglomérations côtières, les indices d'atteintes écologiques observés donnent l'image d'une dérégulation évidente de l'ordre naturel, à la façon dont se fait la gestion des ressources dans ces zones. Cependant, loin des centres urbains, la situation semble plus ou moins améliorée. En raison d'une réduction de la fréquentation anthropique, les eaux littorales retrouvent un peu leur clarté, quoiqu'elles restent sensibles aux dégradations (Michel, 2003). Ainsi, plusieurs institutions du pays se sont vite impliquées dans un dynamisme de gestion du littoral en régularisant la pratique de certaines activités liées à la côte (cf. ANNEXE I).

2.5.4. Activités observées sur les littoraux

2.5.4.1. Agriculture

Elle ne présente pas de formes d'utilisation spécifiques sur les littoraux. Des dynamismes différents marquent les paysages et opposent une région côtière d'une autre. De même, il existe des régions où l'agriculture est quasiment inexistante. C'est le cas, par exemple, de certains endroits comme le long de la côte des Arcadins, en raison de la position d'abri imposée par la chaîne des Matheux et par la forte érosion des sols; la région des sources puantes, composée de mangroves et de savanes, valorisée simplement par une petite activité d'élevage extensif (Michel, 2003).

A l'inverse, il ya des régions côtières comme celle de l'Arcahaie par exemple où l'on observe des jardins marquées surtout par des plantations de canne à sucre et de bananiers. De Léogâne à Miragoâne, les plaines littorales sont larges et accueillent une forte population rurale et agricole. Les petits paysans cultivent en général des jardins créoles en association de culture. Il existe aussi de petites surfaces exploitées par la canne à sucre, des cocotiers, des arbres comme le manguier, l'arbre à pain et les agrumes. Sans oublier la présence de petites unités d'élevage de porcs, de caprins, d'ovins et de mulets qui y sont développées (MARNDR, 2014).

Il faut dire que des répartitions spatiales similaires s'observent dans de différents endroits sur le long du littoral haïtien sans aucunes études d'impact préalables. Ce qui explique la gestion anarchique des côtes en matière d'implantation d'activités agricoles souvent sujet à d'utilisation de produits chimiques et de pratiques douteuses pouvant influencer le fonctionnement de l'écosystème marin.

2.5.4.2. Activités d'extraction

L'extraction de matériaux de construction constitue aussi un secteur important des économies littorales. Le sable des plages est ainsi exploité pour la construction, de même que les blocs de corail ramassés sur les plages. À l'ouest de Miragoâne, jusqu'à Petit-trou de Nippes, la population exploite des carrières dans les falaises mortes des anciens récifs soulevés. Les matériaux extraits sont des blocs qui servent à la construction des dalles d'habitations et des murs. Les ressources extraites, sable et blocs de corail, sont utilisés localement pour la construction, le reste est réduit certaines fois à l'état de sable par des machines spécialisées ou est expédié par bateaux et camions vers Port-au-Prince (Michel, 2003). Sur long de la côte des Arcadins, on procède aussi à des activités similaires. Ces extractions se font dans des carrières de grandes dimensions à l'aide des engins lourds pour satisfaire les besoins de la zone et ceux de la capitale. Il faut toutefois préciser que des activités d'extraction de sel se font aussi à de divers endroits sur le long des côtes du pays.

2.5.4.3. Tourisme et loisirs

Les littoraux sont souvent mis en valeur pour la réalisation des activités de divertissement et de tourisme local ou international. Depuis plusieurs décennies la multiplication des plages et hôtels connait une expansion fulgurante et sont souvent lieux d'organisation de grands festivals ou autres activités de même types. Par exemple, les littoraux de l'est de la côte des Arcadins connaissent, depuis les années 1960, une occupation touristique et de loisirs de manière accélérée. Ce littoral constitue la seconde concentration hôtelière après l'ensemble Port-au-Prince/Pétion ville. La côte des Arcadins présente plusieurs atouts, grâce à sa position géographique la donnant un ensoleillement maximal, un plan d'eau calme sans oublier qu'elle est située à quelques 70 kilomètres de l'aéroport international de la capitale (Michel, 2003).

2.5.4.4. Infrastructures portuaires

Les ports sont considérés comme de véritables instruments facilitant l'évolution de la mondialisation, car ils rendent possible les échanges des produits divers, des marchandises et autres par voie maritime. Considérant que la majorité des grandes villes du pays sont côtières, des ports se trouvent éparpillés de part et d'autres sur les littoraux. Port-au-Prince, Gonaïves, Saint-Marc, Miragoâne et Cap-Haitien sont les cinq principaux ports d'Haïti, tous gérés par l'Autorité Portuaire Nationale (APN). Ensuite, on compte dix-sept autres ports de cabotage dans le pays, parmi lesquels, huit sont ouverts au commerce extérieur (Pierre Paul et Thierry, 2005).

Malheureusement, les autorités concernées ne prennent pas les mesures nécessaires dans le cadre d'une gestion efficace des ports. Dans certains d'entre eux, des produits peuvent y rester pendant des mois et même des années dans des conditions non contrôlées. Ajoutés aux impacts des installations sur le milieu, ces produits laissés sans considérations particulières présentent la facette négative de l'implantation des ports dans les proximités du milieu marin.

III. PRÉSENTATION DE LA ZONE D'ETUDE

3.1. Localisation de la zone d'étude

Cette étude est réalisée à Cité Soleil, une commune située à environ 3 km au nord de Port-au-Prince (cf. Carte 1). De coordonnées géo-spatiales 18° 35' 00? Nord, 72° 20' 06? Ouest et de superficie 21,81 km2, la commune est considérée comme étant le plus grand bidonville de la conurbation constituée autour de la capitale du pays.

Carte 1 : Localisation de la commune de Cité Soleil.

3.2. Historique de la commune

Cité Soleil a été fondée dans les années 1960 par le président François Duvalier avec la construction des maisons pour 52 familles travaillant à l'ancienne compagnie Haitian American Sugar Company (HASCO). En été 1966, il y avait eu un grave incendie à La Saline. Cet incident a provoqué le déplacement d'un grand nombre de résidents de la zone vers Cité Soleil. Encore une fois, en 1972, un autre incendie majeur s'est éclaté à proximité du marché central de Port-au-Prince. Comme précédemment, des habitants se sont encore déplacés vers cette même destination.

Toutefois, ce grand bidonville a commencé à se peupler de manière accélérée vers les années 80, à l'époque où gouvernait le président Jean-Claude Duvalier. Il l'avait baptisé, Cité Simone, en hommage à Simone Ovide, l'épouse de son père, le président François Duvalier. Après la chute du régime duvaliériste, Cité Simone a été rebaptisée Cité Soleil. Depuis lors, les gens venus un peu partout dans le pays y sont installés petit à petit pour travailler dans certaines industries de la place. Ce processus continuerait avec cette même intensité, ne serait-ce les graves problèmes d'insécurité dont ce bidonville fait objet depuis plus d'une décennie.

Le 13 mai 2005, soit 45 ans après sa naissance, Cité Soleil a été élevée au rang de commune par un décret-loi pris par le président Boniface ALEXANDRE. Cette décision a été prise selon un rapport du Ministre de l'Intérieur et des Collectivités Territoriales (MICT) de l'époque, Paul Gustave MAGLOIRE, qui avait pris en compte l'expansion démographique, l'évolution économique et sociale du plus grand bidonville du pays (Alexandre, 2005).

3.3. Présentation du milieu bio-physique

3.3.1. Délimitations

Les limites de la commune de Cité Soleil partent, de l'ouest vers l'est, du Wharf de Jérémie, traversent le boulevard de la Saline, longent le bas de la route principale de Delmas jusqu'à sa rencontre avec le boulevard Jean-Jacques Dessalines au carrefour aviation changé récemment en carrefour Dessalines. De là, elles suivent le boulevard Jean-Jacques Dessalines vers le Nord, prolongent la route nationale No 1 jusqu'à son intersection, au carrefour Damien, avec la route de Damien qui passe par le domaine de l'entreprise Rhum Barbancourt, continuent cette route de Damien jusqu'à la limite occidentale du domaine de cette entreprise Rhum Barbancourt, suivent cette dernière limite jusqu'à la rivière grise, puis longent la rivière grise jusqu'au littoral. Elles côtoient le littoral en allant vers le Sud jusqu'au wharf de Jérémie (Alexandre, 2005).

3.3.2. Relief

Située sur le littoral, la commune de cité Soleil présente une topographie assez plane avec également en son sein des zones basses et marécageuses. Elle se trouve à environ 4 m d'altitude au-dessus du niveau de la mer (MARNDR, 2009).

3.3.3. Climat

Le climat de Cité Soleil est quasiment similaire à celui observé dans certaines autres zones de basse altitude du pays. La température et la pluviométrie sont présentées dans la figure ci-dessous.

Figure 1 : Variation de la température et de la pluviométrie de Cité Soleil

A Cité Soleil, juillet est le mois le plus chaud de l'année et la température moyenne est de 28.4 °C à cette période. A l'inverse, janvier est le mois le plus froid de l'année et la température moyenne est de 24.8 °C à cette période. Sur toute l'année, la température varie de 3.6 °C. Ce qui aboutit une température moyenne annuelle de 26.6 °C.

En ce qui concerne la pluviométrie, la commune bénéficie une pluviométrie annuelle de 1 104 mm. Des précipitations moyennes de 28 mm font du mois de janvier le mois le plus sec de l'année. Cependant, au mois de mai, on observe les précipitations les plus importantes de toute l'année, soit en moyenne de 194 mm.

3.3.4. Réseaux hydrographiques

En matière de ressource en eau, la commune de Cité Soleil ne dispose pas vraiment d'un réseau hydrographique naturel, car il n'existe pas de cours d'eau proprement dit, ni de sources d'eau superficielles dans la zone. Toutefois, si le plus grand bidonville du pays est dépourvu de cours d'eau naturels, il dispose néanmoins d'un système de canalisation assez gigantesque.

A cause de sa position géographique, la commune reçoit la majeure partie des débits des canaux provenant de la ville de Delmas, de Pétion-ville et même ceux de certaines zones avoisinantes. Le réseau possède des canaux qui ont des dimensionnements assez remarquables en grandeur, mais qui sont malheureusement, pour la plupart du temps, complètement obstrués par des déchets de toute sorte. Il s'agit du canal de St Georges I, Canal de St Georges II, Canal Bas Ti ayiti, Canal Tecina, Canal Rockfeller et le Canal Lumière. Ces canaux principaux reçoivent tous les effluents liquides de la commune et des zones précitées, puis se jettent directement dans la mer, à l'exception du canal lumière qui se déverse lui-même dans le canal St Georges.

3.4. Présentation du milieu socio-économique

3.4.1. Situation administrative

La carte 2, montre clairement que sur le plan administratif, la commune de Cité Soleil est subdivisée en 2 sections communales qui sont :

Ø Les Varreux 1

Ø Les Varreux 2

Carte 2 : Découpage administratif de la commune de Cité Soleil.

Toutefois, les deux sections (Les Varreux 1 et 2) se composent elles-mêmes de divers quartiers dont le tracé des limites est porté sur la carte 3 à titre indicatif et sans valeur juridique. Ce sont principalement : Bas Fontaine, Bélécou, Bois Neuf, Boston, Bremond, Brouklin, Cité Drouillard, Cité Fierté/Linto 1, Cité Gérard, Cité Linto 2, Cité Lumière, Drouillard/Circuit d'Haiti, Duviviers, Hasco/Village Démocratie, Macaya, Martial, Pont-Rouge/Chancerelles, Projet Drouillard, Sarthe, Soleil 1 & 2, Terre-Noire/Blanchard, Ti Ayiti, Vaudreuil/Truttier, Village des rapatriés/Menetas, Wharf Jérémie, Wharf Soleil, zone Industrie.

Carte 3 : Délimitations des quartiers de la commune de Cité Soleil.

3.4.2. Démographie

La population de la commune de Cité Soleil est estimée à 252 960 Soléens et la densité de la population est de 11 598.32 hab/km². La section communale Varreux 1 est occupée par une population de 201 929 habitants dont 99 417 individus de sexe masculin, 102 512 autres de sexe féminin, 109 783 personnes âgées de 18 ans et plus.

La section communale Varreux 2 quant à elle, possède une population de 41 031 habitants dont 24 461 individus de sexe masculin, 26 570 autres de sexe féminin. 28 298 sont âgés de 18 ans et plus. En matière de pourcentage, la commune de Cité soleil est occupée par une population représentée par 123 878 hommes soit 48.9 %, 129 082 femmes soit 51.1% de femmes et 138 081 individus âgés de 18 ans et plus soit 54.6% tous repartis sur une petite superficie de 21,81 km2 (IHSI, 2012).

3.4.3. Habitat

A l'image de tous les bidonvilles du pays, la commune de Cité Soleil est caractérisée en grande partie par des habitats précaires construits avec des matériaux de récupération (tôles, bois, cartons, fragment de blocs et d'autres objets divers). Les unités de logement qui se trouvent dans cette zone expriment l'état de pauvreté extrême de ces habitants. Les facteurs qui expliquent cet état de délabrement des habitats seraient, non seulement, le coût élevé des matériaux de construction incompatible à leur faible revenu, mais aussi l'insécurité foncière, puisque les terrains sur lesquels les gens érigent ces maisons de fortune ne leur appartiennent pas. A cet effet, ils pensent qu'on peut les déguerpir à n'importe quel moment. En dépit de cela, différentes tentatives d'amélioration de la situation ont été entreprises, c'est le cas du projet Drouillard par exemple, où l'on construisait plus de 754 logements qui deviennent à leur tour au fil du temps dans un état assez lamentable en raison de l'absence totale d'un programme de réhabilitation.

3.4.4. Education

Dans la commune de Cité Soleil, selon un rapport du Ministère de l'Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle(MENFP) en 2012, il existe :

Ø 71 établissements qui auraient atteint le niveau secondaire avec un total de plus de 8174 élèves.

Ø Au niveau fondamental, 1er et 2ème cycle, 302 établissements dont 3 sont de statut public. On y trouve 47 151 élèves dont 582 d'entre eux se trouvent dans les 3 écoles publiques et 1566 enseignants seraient responsables de l'éducation de la totalité de ces élèves.

Ø Au niveau préscolaire, 15591 élèves sous l'oeil vigilant de 593 enseignants répartis dans 267 institutions dont 66 d'entre elles sont des écoles exclusivement à vocation préscolaire.

3.4.5. Santé

Sur les 316 institutions sanitaires légalement reconnues du département de l'Ouest, la commune de Cité Soleil n'en possède que 4 d'entre elles, soit un pourcentage de 1.27 %. De ces 4 institutions sanitaires, 2 sont de statut public et les 2 autres, de statut privé. Elles sont dotées de 6 classeurs métalliques et un système de contrôle informatisé, contrairement à la commune de carrefour qui est dotée de 77 étagères métalliques, de 6 classeurs métalliques, de 2 escabeaux et 18 système de contrôle informatisé (MSPP, 2011).

En matière de gestion des déchets, les unités sanitaires de la commune de Cité Soleil sont dépourvues d'incinérateurs, mais sont équipées d'une poubelle à pédale et 22 boites à déchet. La commune dispose seulement de 6 médecins et 18 autres professionnels de la santé dont 4 technologistes de laboratoire. Ce qui fait environ 24 professionnels pour une population de 252 960 habitants, une distribution qui est loin de la norme minimale de l'OMS stipulant de 25 professionnels de la santé pour 10,000 habitants (MSPP, 2011).

3.4.6. Agriculture et élevage

Bien que les deux sections communales Varreux 1 et 2 soient considérées comme étant des zones urbaines, une grande partie au nord de la commune est consacrée à la production agricole et de l'élevage. Au niveau de cette partie, on observe une quantité d'exploitant évaluée à 3.36 % de la population. Parmi ces exploitants recensés, environ 71.1 à 90 % d'entre eux résident directement dans la section (MARNDR, 2009).

Mise à part des pratiques exclusivement liées à la production culturale où l'on cultive du sorgho, du maïs, de la banane, de la canne à sucre, du haricot et d'autres cultures résiduelles, les habitants de la zone, pratiquent aussi de l'élevage. Selon le MARNDR (2009), l'élevage représente environ 5% des activités de la commune. En effet, de petits cheptels d'ovins, de porcins, de bovins, de chevaux et des animaux de la basse-cour ont été observés. Sans oublier la ferme avicole BEL-SOL qui est dotée d'une capacité d'accueil de 8 000 pondeuses.

3.4.7. Commerce et artisanat

Grâce à sa position géographique faisant d'elle l'une des communes les plus proches de la capitale, Cité Soleil offre des possibilités pour faciliter la croissance économique des gens qui y vivent. Cela s'explique grâce aux différents marchés facilement accessibles qui se trouvent dans la conurbation de la capitale, notamment le plus populaire des marchés, la croix-des-bossales. C'est pourquoi l`économie de la population locale se repose largement sur les activités de commerce représentées par les petits détaillants, les boutiques, les matériaux de construction, les cybers café, etc. Il faut aussi préciser que la commune regorge de potentialités en artisanat. Les produits qui en découlent sont réalisés à partir de tout type d'éléments, incluant même des produits de déchets. En effet, les produits de déchets transformés (sac et bouteille en plastiques, papiers recyclés, tôles, bois, etc.) ne passent pas inaperçu et sont d'une beauté fulgurante. Les artisans recensés sont très productifs et leur nombre est supérieur à 200 dans la commune (MARNDR, 2009).

3.4.8. Infrastructures industrielles

En matière d'infrastructures industrielles, dans la partie sud-est de la commune, il existe une localité appelée zone HASCO en référence à la grande usine sucrière qui s'y trouvait dans le temps. Dans cette zone, à quelques mètres de la mer, des installations de silo de stockages de pétrole se font vite remarquer (cf. ANNEXE IV, Photo 1). Dans la périphérie sud de la commune, surgit l'une des stations de bus les plus connues en l'occurrence de la station des Gonaïves, qui est dotée de plusieurs industries et d'infrastructures commerciales comme les huileries nationales S.A, le marché Ti tony, le parc SHODECOSA, l'Abeillauto et bien d'autres centres commerciaux. Il faut dire que la commune dispose de 7 stations d'essence sur toute sa superficie et on peut également remarquer la présence de la compagnie électrique E-Power.

3.4.9. Infrastructures sportives

En guise de structures sportives retrouvées dans la commune, mise à part de quelques terrains de basket-ball et de football mal entretenus, impraticables pour certains dont la plupart sont logés directement dans des établissements scolaire ou sur les places publiques. La seule infrastructure sportive connue est l'Athlétique d'Haïti. Créée il y a 15 ans de cela, cette association sportive locale compte aujourd'hui 5 centres dont 2 à Cité Soleil qui accueillaient quotidiennement 1300 enfants en dessous de 19 ans, qui passe à 3000 depuis le séisme.

IV. MÉTHODOLOGIE

4.1. Matériels

Pour la réalisation de ce travail, plusieurs matériels ont été utilisés. Ce sont principalement:

Ø Une carte de découpage administratif pour délimiter la zone d'étude ;

Ø Un appareil photographique pour les prises de vue relatives à l'étude ;

Ø Un oxymètre YSI® modèle 550A pour mesurer la température et l'oxygène de l'eau. (cf. ANNEXE IV, Photo 2) ;

Ø Un pH-mètre Pinpoint pour mesurer le pH de l'eau (cf. ANNEXE IV, Photo 3) ;

Ø Un kit LaMotte pour analyser les paramètres chimiques de l'eau (cf. ANNEXE IV, Photo 4) ;

Ø Un GPS Garmin pour enregistrer les coordonnées géo-spatiales des échantillons d'eau prélevés (cf. ANNEXE IV, Photo 5);

Ø Des matériels adaptés pour prélever les échantillons d'eau :

§ Une embarcation (petit bateau à rame) ;

§ Des bouteilles en plastiques de 95 ml (cf. ANNEXE IV, Photo 7);

§ Une petite glacière (igloo) et de la glace ;

§ Des gants stérilisés en latex ;

Ø Un ensemble constitué de : Bloc-notes, questionnaires de l'enquête, crayons, plumes, gommes, pour réaliser l'enquête ;

Ø Un ordinateur pour effectuer les recherches sitographiques et la saisie des données ;

Ø Et une calculatrice électronique pour effectuer des calculs.

4.2. Méthode

4.2.1. Consultations documentaires

Dans cette étape, un ensemble d'ouvrages, d'articles, de revues, de journaux, de rapports d'études déjà réalisés dans le domaine et de sites internet ont été consultés afin de mieux appréhender le sujet. Ce travail nous a permis de mieux préparer les enquêtes (exploratoire et formelle) de l'étude.

4.2.2. Cartographie

Pour avoir une vision globale de la commune de Cité Soleil, des cartes ont été réalisées (carte administrative et de localisation) par le Centre National d'Informations Géo-Spatial (CNIGS). Dans cette même perspective, afin de mettre en évidence les sites où les échantillons d'eau ont été prélevés, une carte de prélèvement a été réalisée grâce à des coordonnées enregistrées à l'aide du GPS.

4.2.3. Enquêtes exploratoires

Lors de ces visites, des enquêtes informelles ont été réalisées dans la commune afin d'avoir une idée sur le comportement des gens vis-à-vis de l'écosystème marin et les activités qu'ils pratiquent sur le littoral. Parmi ces activités, la pêche occupe une place de choix pour beaucoup de soléens. Selon les informations recueillies, la commune compte 2045 pêcheurs éparpillés çà et là (ANNEXE V). Toutefois, on a pu identifier les 3 zones où l'on observe les plus fortes concentrations de pêcheurs. Leur nombre ainsi que leurs pourcentages par rapport à la totalité des pêcheurs des 3 zones ciblées et de la commune entière sont présentés dans le tableau suivant.

Tableau 1: Zones de forte concentration de pêcheurs.

Zones

Nbre de pêcheurs

% (3 zones)

% (commune)

Soleil 19, 21 et Norway

(limitrophe à Brouklin, cité Linto 1 et 2)

575

49%

28.1 %

Wharf Soleil

323

27%

15.7%

Wharf Jérémie

280

24%

13.6%

 

Total

1178

100%

57.4 %

Source : OPECS, 2012.

On a également rencontré certains personnages potentiels, afin de les informer de l'objectif du travail tout en recueillant des informations nécessaires à l'élaboration des fiches d'enquête et à l'identification des points stratégiques pour faire le prélèvement des échantillons d'eau. Normalement, du Nord au Sud, la commune de Cité Soleil rentre en contact avec la mer par l'intermédiaire de 10 quartiers dont les caractéristiques sont présentées dans le tableau ci-après.

Tableau 2 : Caractéristiques des 10 quartiers de la commune en contact avec la mer.

Quartiers

Caractéristiques

1. Vaudreuil/Truttier

Végétation naturelle, présence de la plus grande décharge du pays.

2. Village des rapatriés/Menetas

Concentration d'habitats non loin de la mer.

3. Zone Humide

Zone plus ou moins marécageuse, anthropisation quasi absente et présence d'un canal de déversement.

4. Bois Neuf

Forte concentration anthropique et habitats précaires.

5. Ti Ayiti

Forte concentration anthropique, habitats précaires et présence d'un canal de déversement.

6. Wharf Soleil

Forte concentration et fréquentation anthropique, habitats précaires, présence du Wharf de cité Soleil et d'un canal de déversement.

7. Brouklin

Forte concentration anthropique, habitats précaires, point d'amarrage de plusieurs embarcations de pêche.

8. Bélécou

Concentration anthropique, habitats très précaires et présence d'un canal de déversement.

9. Hasco/Village démocratie

Concentration anthropique, présence d'un petit port commercial, présence d'un grand centre de stockage de pétrole et d'autres infrastructures industrielles.

10. Wharf Jérémie

Forte concentration anthropique, habitats précaires, extension du grand port national, point d'amarrage de plusieurs embarcations de pêche et présence d'un canal de déversement.

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

4.2.4. Echantillonnage

4.2.4.1. Choix des échantillons

Considérant les multiples facettes de la littoralisation, 2 échantillonnages ont été réalisés :

Le premier concerne les paramètres socio-démographiques de la commune. Au cours de cette phase, un échantillon de 30 ménages a été choisi afin d'avoir des informations précises sur le mode de vie de la population (taille des ménages, âge, éducation, habitats, activités socio-économiques, gestion des déchets, etc.) installée sur le littoral soléen. Dans cette même phase, un échantillon de 50 pêcheurs a été également choisi afin de cerner le degré d'implication des activités de pêche sur le fonctionnement de l'écosystème marin au voisinage de la commune.

Le deuxième échantillonnage concerne la qualité de l'eau marine. A cet effet, 15 échantillons d'eau ont été prélevés dans la mer afin de détecter des éventuelles irrégularités concernant différents paramètres physico-chimiques et microbiologiques du milieu par rapport à leurs valeurs normales déjà établies par la communauté scientifique.

4.2.4.2. Méthode d'échantillonnage

En ce qui concerne les ménages, l'enquête exploratoire a révélé que ces derniers présentent pas mal de similarités entre eux. Toutefois, par manque de données précises, il n'a pas été possible de choisir les 30 ménages en fonction de leur nombre et de leurs caractéristiques. De ce fait, afin d'avoir la représentativité de toutes les couches de la population soléenne, à partir des 29 quartiers qui constituent la commune de Cité Soleil (cf. Carte 3), 10 d'entre eux ont été choisis aléatoirement à des endroits différents. Dans chaque quartier, 3 ménages ont été choisis au hasard.

En ce qui concerne les pêcheurs, ces derniers ont été choisis au hasard dans les 3 zones où l'on observe les plus fortes concentrations de pêcheurs. Parmi, les 1178 (cf. tableau 1) observés dans les 3 zones réunies, 50 ont été choisis en se basant sur la quantité respective observée dans chaque zone. Le tableau ci-après donne une présentation explicite de la situation.

Tableau 3 : Choix de l'échantillon des pêcheurs.

Quartiers

Nbre de pêcheurs

Pourcentage

Soleil 19, 21 et Norway

(limitrophe à Brouklin, cité Linto 1 et 2)

24

48 %

Wharf Soleil

14

28%

Wharf Jérémie

12

24%

 

Total

50

100 %

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Pour le deuxième échantillonnage ayant rapport avec la qualité de l'eau marine, on a pris en compte les quartiers qui présentent un lien géographique direct avec le milieu marin. Tenant compte des caractéristiques présentées dans le tableau 2, les 10 quartiers observés ont été fusionnés et réduits en 3 grands secteurs en fonction de leur position géographique et des activités anthropiques dont ils font l'objet. Le regroupement des quartiers est présenté dans le tableau qui suit.

Tableau 4 : Regroupement des quartiers par secteur.

Secteurs

Quartiers

Secteur A

Vaudreuil/Truttier

Village des rapatriés/Menetas

Zone Humide

Secteur B 

Bois Neuf

Ti Ayiti

Wharf Soleil

Brouklin

Secteur C 

Bélécou

Hasco/Village démocratie

Wharf Jérémie.

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

A chaque secteur, 5 échantillons d'eau ont été prélevés. Des dénominations faites par des chiffres romains associés au secteur en question ont été attribuées aux échantillons afin d'éviter toute confusion lors des analyses (cf. Tableau 5).

Tableau 5 : Nombre et dénomination des échantillons d'eau prélevés

Secteur A

Secteur B

Secteur C

IA

IB

IC

IIA

IIB

IIC

IIIA

IIIB

IIC

IVA

IVB

IVC

VA

VB

VC

Source : Enquête de l'auteur, 2015

4.2.5. Elaboration du questionnaire

Avant la réalisation de l'enquête formelle, une fiche d'enquête a été élaborée afin d'insérer avec facilité et précision l'ensemble des données qui seront recueillies. Les questions qui constituent ce formulaire sont présentées à l'ANNEXE VII. A noter que ce dernier a été testé en situation réelle sur le terrain et ajusté en fonction des réalités de la zone.

4.2.6. Enquête Formelle

Grâce au questionnaire préalablement élaboré, cette enquête a permis de collecter des données socio-démographiques qualitatives et quantitatives ainsi que des informations liées aux pratiques des activités de pêche dans la commune.

4.2.7. Prélèvement et conservation des échantillons d'eau

Les coordonnées géo-spatiales des 15 échantillons d'eau ont été relevées à l'aide d'un GPS. Ces échantillons ont été prélevés le matin de la côte vers le large à tous les 75m et à une profondeur d'un (1) mètre (cf. Carte 4). Pour éviter la prolifération d'espèces indésirables, bactériennes ou planctoniques, ou encore des réactions chimiques pouvant modifier la composition des échantillons, ces derniers ont été ensuite conservés dans un igloo à glace, à l'abri de la lumière, selon le protocole d'échantillonnage élaboré par le Réseau de Surveillance Volontaire des Lacs ainsi que celui de l'Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (RSVL, 2012 ; IFREMER, 2007).

Carte 4 : Localisation des échantillons d'eau de mer prélevés.

4.2.8. Analyse des échantillons prélevés

Les tests de l'azote ammoniacal, du phosphate, du sulfure, du dioxyde de carbone et du pH ont été réalisés en utilisant les kits LaMotte au laboratoire de la Caribean Harvest à la Croix-des-Bouquets. La température et la concentration de l'oxygène de l'eau ont été pris in situ. La salinité, la turbidité et certains paramètres microbiologiques (Coliformes totaux, Escherichia coli et Streptocoques fécaux) ont été réalisés respectivement à l'aide d'un salinomètre LAQUAtwin B-721, d'un turbidimètre HANNA instruments® Model HI 93703 et du kit Petrifilm 3M à l'école de l'eau de Lilavois siégée à la Fondation Coeur Pour Haïti.

4.2.9. Dépouillement, traitement et analyse des données

Les données ont été dépouillées à l'aide d'une grille élaborée en fonction des différents objectifs de cette étude. Les résultats ont été traités avec les logiciels Ms Excel et Ms Word. Afin d'étudier la normalité des paramètres bio-physico-chimiques de l'eau, un test de Shapiro a été réalisé à partir du logiciel statistique R. À l'aide de ce même logiciel, des études de corrélations ont été également réalisées pour savoir si les paramètres microbiologiques (Coliformes totaux, Escherichia coli et Streptocoques fécaux) sont liés aux paramètres physico-chimiques (Température, Oxygène, turbidité Salinité, pH, Phosphate, Azote ammoniacal, Dioxyde de carbone, et Sulfure). Une régression linéaire simple (RLS) a été aussi faite pour connaître le sens de la variation tout en précisant laquelle des 2 variables expliquant l'autre. Enfin, un test de Chi-deux d'indépendance (÷2) a été réalisé afin de déterminer si la pollution bactérienne dépend du milieu. Le niveau de signification considéré est de 5%. La table statistique utilisée à cette fin est présentée dans l'ANNEXEVI.

4.2.10. Procédés de calcul

Les formules statistiques utilisées

Ø Calcul du pourcentage % = xi/n x100

Ø Calcul des fréquences

Xi

Fas

Ni

Frs

hi %

FaCc

Hi

FrCc

Hi %

FaCd

Yi

FrCd

Yi %

X1

N1

h1 =N1/n

H1=N1

H1=h1

Y1=n

Y1=100

X2

N2

h2 =N2/n

H2=N1+N2

H2=h1+h2

Y2=n-N1

Y2= 100-h1

X3

N3

h3 =N3/n

H3=N1+N2+N3

H3=h1=h2+h3

Y3=n-N2

Y3=100-(h1+h2)

:

:

:

:

:

:

:

Xi

Ni

hi =Ni/n

Hi=N1+....+Ni

Hi= h1+....+hi

Yi=n-(N1+....Ni-1

Yi=100-(h1+....hi-1)

Xm

Nm

hm =Nm/n

Hm=n

Hm=100

Ym=Nm

Ym=hm

Total

N

100

------------------

-----------------

---------------------

---------------

Fas : Fréquence absolue simple Frs : Fréquence relative simple FaCc : Fréquence absolue cumulée croissante FrCc : Fréquence relative cumulée croissante FaCd : Fréquence absolue cumulée décroissante FrCd : Fréquence relative cumulée décroissante

Ø Calcul de l'amplitude pour la formation des classes d'âge

Ci =Etendue de variation/ nombre de classe === Ci=E.V/m

E.V= L-l (L : limite supérieure ; l : limite inferieur)

Ø Droite de régression linéaire Y= ax +b

Ø Réalisation du test de Chi-deux (÷2) d'indépendance

- Condition de validité :

Les tailles d'échantillons doivent être de telles que n>20. Si 20=n=40, l'échantillonnage doit suivre la règle de Cochran: au moins 5 observations doivent être faites dans chaque population et pour chaque catégorie; Si cette règle n'est pas respectée, il faut regrouper certaines catégories et leur nombre de fait diminue.

- Hypothèses :

H0: La pollution est indépendante de la zone hydrographique.

H1: La pollution dépend de la zone hydrographique.

- Formules simplifiées:

÷2obs= ?[(Effobs-Efftheo)2/ Efftheo]

ddl= (i - 1) (j - 1) avec i : pour le nombre de ligne et j : nombre de colonne

÷2obs <÷2théo : Non rejet de H0

Ø Correspondance entre les unités de mesure de la turbidité

1 NFU = 1 FAU. Pour des turbidités inférieures à 10 à 20 NFU : 1 NFU = 1 NTU.

Au-delà de 1 NFU = 0,6 NTU. Par conséquent : 1 FAU = 1 NTU ; 1 FAU = 0.6 NTU 

V. RESULTATS ET DISCUSSIONS

Les problèmes liés au phénomène de la littoralisation en Haïti sont devenus de plus en plus imminents à chaque observation. La population s'installe sur les côtes sans la moindre inquiétude concernant leurs éventuelles influences sur le fonctionnement de l'écosystème marin. Parmi les divers cas de littoralisation observée en Haïti, la commune de Cité Soleil mérite une attention particulière, non seulement en raison de sa position géographique par rapport à la capitale du pays, mais aussi en fonction des conditions dans lesquelles ce bidonville, considéré comme le plus grand de tout le pays, a vu le jour. Tenant compte de l'objectif de l'étude qui consiste à identifier les principaux enjeux liés aux différentes activités des Soléens sur l'écosystème marin, des facteurs comme la démographie, la pêche et la pollution marine sont pris en compte. Conduit sur 30 ménages et 50 pêcheurs dans la commune, puis 15 échantillons d'eau collectés, le processus a abouti aux différents résultats qui suivent et qui sont présentés sous formes de tableaux, de graphiques, de textes suivis de commentaires et discussions.

5.1. Aspects socio-démographiques

5.1.1. Personne et sexe

Lors du déroulement de l'enquête, les 30 ménages et les 50 pêcheurs ont donné un effectif total de 167 personnes, d'âges et de sexe différents. Parmi ces personnes, 98 d'entre elles sont du sexe masculin, soit 58.68 %, contre 69 individus de sexe féminin représentant 41.32 % de cette même population cible (cf. Tableau 6).

Tableau 6 : Répartition des personnes enquêtées selon leur sexe

Sexe

Nombre de personnes

Pourcentage (%)

Masculin

98

58.68

Féminin

69

41.32

Total

167

100

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

5.1.2. Age

Pour avoir une idée sur la répartition de la population de la commune en fonction de leur âge, 8 classes allant de 0 à 80 ans ont été formées. Grâce à ce classement, il a été possible d'identifier la classe modale de la distribution, c'est-à-dire, celle qui a la fréquence la plus élevée ; en d'autres termes, celle qui a le plus grand nombre d'individus. Il s'agit de la classe 20 - 30 qui représente 27.54 % qui est suivi en position de grandeur décroissante par la classe 10 - 20 qui représente 19.16 % de la population étudiée. Les classes 40 - 50, 30 - 40 et 0 - 10 représentent des pourcentages variant entre 13 à 14 % chacune et la classe présentant le plus faible pourcentage est bien évidemment 70 - 80 à raison de 1.79 %. Le tableau 7 donne un aperçu global de la situation.

Tableau 7 : Répartition des gens selon leur classe d'âge

Classe d'âge

Fas

Ni

Frs

hi %

FaCc

Hi

FrCc

Hi %

FaCd

Yi

FrCd

Yi %

0 - 10

22

13.18

22

13.18

167

100

10 - 20

32

19.16

54

32.33

145

86.82

20 - 30

46

27.54

100

59.88

113

67.66

30 - 40

23

13.77

123

73.65

67

40.11

40 - 50

24

14.37

147

88.02

44

26.34

50 - 60

13

7.78

160

95.80

20

11.97

60 - 70

4

2.39

164

98.20

7

4.19

70 - 80

3

1.79

167

100

3

1.79

Total

167

100

------------

-------------

------------

-----------

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Fas : Fréquence absolue simple Frs : Fréquence relative simple FaCc : Fréquence absolue cumulée croissante FrCc : Fréquence relative cumulée croissante FaCd : Fréquence absolue cumulée décroissante FrCd : Fréquence relative cumulée décroissante

Selon ces résultats, les enquêtés se trouvent dans des classes d'âge différentes. Cela explique que des enfants, des jeunes, des adultes et des vieillards, ont tous pris part à cette enquête. Une analyse basée sur les fréquences cumulées décroissante montre que 10 personnes, soit 5.98 % de la population enquêtée sont âgées de 60 à moins de 80 ans. En se basant sur la durée de vie d'un haïtien située entre 60 à 78 ans, encore moins dans les bidonvilles (IHSI, 2005), dans un délai relativement proche, ces gens pourront éventuellement libérer le littoral de leur présence. Toutefois, la situation ne sera pas pour autant différente, car ils sont minoritaires. D'autres en plus, en observant les fréquences cumulées croissantes, 73,65 % de la population ont au plus 40 ans. Or selon la communauté scientifique, la période située entre 20 et 40 est celle la plus propice pour la procréation. Non seulement, ils sont majoritaires dans cet intervalle d'âge, mais aussi, étant pauvres, ils ont la culture d'avoir beaucoup d'enfants, sans oublier les grossesses précoces qui sévissent depuis pas mal de temps dans la commune. Dans de pareilles situations, le littoral se verra de plus en plus occupé par cette croissance démographique explosive qui fera croitre parallèlement le niveau d'artificialisation de la côte ainsi que la pression exercée sur les ressources naturelles disponibles.

5.1.3. Niveau d'instruction

Quoiqu'il s'agisse d'une population constituée majoritairement de jeunes, les habitants de la commune présentent un faible niveau de scolarisation. De la quantité totale des personnes enquêtées, 25 individus, soit 14.97 % n'ont pas eu la chance d'être scolarisés, 9 personnes, soit 5.39 % sont en kindergaten, 75 d'entre eux, soit 44.97 % sont au niveau primaire, 51 autres, soit 30.48 % sont arrivés au secondaire et les 7 personnes restantes, soit 4.19 %, ont pu atteindre le niveau universitaire (cf. Figure 2).

Figure 2 : Répartition des personnes selon leur niveau de scolarité.

Selon l'Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE, 2007), le niveau d'éducation influence grandement le comportement des gens. Avec de tels pourcentages de personnes scolarisées, il sera difficile de mettre en application certains principes essentiels à la protection de l'environnement, car ils n'auront pas d'autres alternatives que d'exploiter les ressources gratifiées par la nature et très certainement de manière anarchique, puisqu'ils n'ont pas bénéficié une solide formation de base.

Toutefois, il a été jugé bon de séparer les adultes des jeunes de moins de 18 ans afin d'avoir une idée du taux de fréquentation scolaire des adultes. Car, certainement les adultes et les jeunes en fonction de leur niveau de scolarisation impacteront l'environnement dans lequel ils évoluent différemment. A cet effet, sur 167 personnes enquêtées, les observations ont montré que 117 individus, soit 70.05 % sont des adultes et les 50 restants, soit 29.95 % sont des individus de moins de 18 ans. Parmi les 117 adultes, 23 d'entre eux, soit 19.64 % des adultes, n'ont pas eu la chance de fréquenter l'école. 43 adultes, soit 36.77 % ont fréquenté l'école primaire, 44, représentant 36.77 % des adultes ont fréquenté l'école secondaire et enfin 7 adultes, soit 5.98 % ont eu la chance de fréquenter l'université ou encore s'y trouvent actuellement. Parmi les 50 personnes de moins de 18 ans, 2 soit 4 % des jeunes n'ont pas encore fréquenté l'école, 9 d'entre eux soit 18% sont en kindergaten, 32 d'entre eux soit 64 % sont au niveau primaire, 7 d'entre eux, soit 14 %, ont pu atteindre le niveau secondaire et aucun d'entre eux n'est encore à l'université (cf. Tableau 8).

Tableau 8 : Niveau d'instruction des adultes et jeunes considérés séparément.

Niveau de scolarisation

Personnes

Adultes

%

Moins de 18 ans

%

Kindergaten

0

0

9

18

Primaire

43

36.77

32

64

Secondaire

44

37.6

7

14

Universitaire

7

5.98

0

0

Aucun

23

19.65

2

4

Total

117

100

50

100

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Vu sous cet angle, ces résultats sont plus prometteurs. Car, les jeunes présentent un fort taux de scolarisation. Nous savons que dans un délai approximativement proche, ils seront les leaders et la force motrice de la commune. Alors, avec une solide éducation incluant certains préceptes moraux, ils sauront cultiver et prôner éventuellement un comportement respectueux à l'égard de l'environnement dans lequel ils évoluent.

5.1.4. Migration

Le tableau 9 ci-après indique que 57.48 % des personnes enquêtées sont des allochtones en provenance des milieux ruraux ou des villes de province des différents départements géographiques du pays et 42.52 % sont des autochtones c'est-à-dire, sont des natifs de Cité Soleil.

Tableau 9: Répartition des individus selon leur origine

Origine

Nombre de personnes

%

Allochtone

96

57.48

Autochtone

71

42.52

Total

167

100

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Les résultats présentés au tableau ci-dessus montrent que plus de la moitié de la population soléennes sont des migrants provenant de partout à travers le pays. En effet, des 96 Allochtones, 14 d'entre eux, soit 14.58 % ont affirmé avoir migré vers Cité Soleil pour les activités de pêche. 33 personnes, soit 34.38 % sont venues s'installer dans cette zone pour le travail. 11 personnes, soit 11.47 %, parce qu'elles y trouvent facilement le moyen d'hébergement. 5 personnes, soit 5.2 % s'y installent pour des raisons éducatives. 23, soit 23.95 % sont là à cause du commerce et 10 autres soit 10.42 % sont migrées soit indépendamment de leur volonté pour des causes assez diverses et imprécises (cf. Figure 3).

Figure 3: Répartition des enquêtés selon la cause de leur migration.

Ainsi, ces résultats montrent que les causes de migration de ces personnes sont aussi diverses que leurs origines. Presque la totalité de ces gens, à la recherche d'un meilleur cadre de vie, ont abandonné leur zone natale et viennent augmenter la population soléenne préalablement installée sur le littoral. Quoique, seulement 14.58 % d'entre eux ont avoué avoir migré pour une activité directement liée au milieu marin, la présence des 85.5 % autres migrants ne sera pas sans conséquence sur le littoral.

Afin d'avoir une idée sur la fréquence de déplacement des gens vers la commune, les migrants sont classés en fonction de leur période de migration ou encore leur période d'installation dans la zone. Puisqu'on n'a pas trouvé de gens qui vivaient dans la cité depuis sa création en 1960, il a été décidé de commencer à partir de 1970 avec des périodes reparties sur une décennie (cf. Figure 4).

Figure 4: Répartition des allochtones selon leur période de migration.

Ainsi, durant la période allant de 70 à 80, seulement 1.04 % des migrants ont fait le déplacement vers la commune. Cependant, 11.47 % des allochtones ont migré vers la zone durant la période allant de 80 à 90. De 90 à 2000, il s'agit de la plus importante vague migratoire enregistrée avec 43.75 % de migrants. Cette augmentation serait intimement liée à la situation politique du pays, car les gouvernements d'alors avaient une certaine affinité pour les « ghettos ». Toutefois, avec la montée de l'insécurité dans la commune, le pourcentage des migrants est tout de suite passé à 29.16 % de 2000 à 2010 et à 14.58 % après 2010.

5.1.5. Ménages

On entend par ménage, l'ensemble des personnes habitants un même logement ayant ou non des liens de parentés et qui prend leur repas ensemble (Angrand, 2011). Dans le tableau 10, les chefs des 30 ménages sélectionnés ont été répartis selon le nombre de personnes à leur charge.

Tableau 10 : Répartition des chefs de ménages suivant le nombre personnes à charge.

Chefs de ménage

Nombre de personnes à charges

Total

1 à 2

3 à 4

5 à 6

7 à 8

> 8

Nombre

9

9

8

3

1

30

%

30

30

26.67

10

3.33

100

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Les résultats révèlent que 30 % des chefs de ménages enquêtés ont à leur charge au plus 2 personnes. 30 % d'entre eux s'occupent de 3 à 4 personnes. 26.67 % ont entre 5 à 6 personnes à leur charge. 10 % comprennent au moins 8 personnes à charge et les 3.33 % restants des chefs de ménages ont plus de 8 personnes à charge. Ce qui explique que presque la moitié des gens enquêtés a au moins 5 personnes à leur charge. La taille de ces ménages, imposante pour certains, est un phénomène lié à la réalité du mode de vie de la masse ainsi que leur niveau de pauvreté.

5.1.5.1. Foncier et habitat

A l'image de tous les bidonvilles du pays, la commune de Cité Soleil se caractérise par un type d'habitat précaire construit avec des matériaux de récupération pour certains. C'est ainsi que les résultats de cette enquête révèlent que 86.67 % des logements possèdent des toitures en tôle contre 13.33 % de toitures faites en béton (dalle). 60 % des maisons possèdent des murs construits en blocs ou des débris de blocs en très mauvaise qualité dans la majorité des cas (ANNEXE IV, Photo 8), 26.67 % sont en bois et 13.33 % sont en tôle. En ce qui concerne la nature du parquet de ces maisons, 90% sont en béton et les 10 % restant sont en terre battue (cf. Tableau 11). Cet état critique des habitats nous montre que la situation est très inquiétante en cas de désastres naturels et pourrait faciliter la dégradation de l'écosystème naturel marin ou terrestre.

Tableau 11 : Répartition des logements selon la nature du toit, du mur et du paquet.

HABITAT

Toiture

Mur

Parquet

Tôle

Béton

Total

Bloc

Bois

Tôle

Total

Béton

Terre

Total

Nombre

26

4

30

18

8

4

30

27

3

30

%

86.67

13.33

100

60

26.67

13.33

100

90

10

100

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Les statistiques présentées plus haut dénotent une population très mal lotie et marginalisée qui vit dans des conditions infra-humaines. Cette situation peut être expliquée par la tenure de l'habitat et du foncier. Rappelons que Cité Soleil a été créée dans le but de rapprocher certains travailleurs du lieu de travail durant l'époque Duvaliériste qui, au fil du temps, se transforme en ce vaste bidonville. C'est pourquoi les soléens sont pour la plupart des envahisseurs de terrains appartenant soit au domaine de l'état ou à des particuliers. Les premiers occupants illégaux construisaient leur logement, dans l'espoir d'un changement de leur vie socio-économique. Les ménages qui connaissent une amélioration sur le plan financier, laissent la zone pour se diriger vers un autre endroit où la propriété foncière est plus ou moins garantie.

Chefs de ménages

MODE DE TENURE

Foncier

Habitat

 

Affermage

Propriétaire

Illicite

Total

Affermage

Propriétaire

Illicite

Total

Nombre

8

17

5

30

6

22

2

30

%

26.66

56.67

16.67

100

20

73.33

6.67

100

Ainsi, parmi les différents modes de tenure foncière observés, 26.66 % des chefs de ménages se trouvent dans la catégorie d'affermage, 56.67 % se déclarent être propriétaires (quoiqu'il s'agisse de la propriété de l'état) en raison de l'argent qu'ils ont dû verser pour l'acquisition de la propriété et 16.67 % ont purement et simplement envahi l'espace sans aucune autre forme de procès. En ce qui à trait au mode de tenure de l'habitat, 73.33 % des chefs de ménages possèdent leur propre maison qu'ils ont construite ou achetée, 20 % sont en affermage et 6.67 % occupent de manière illicite leur habitat (cf. tableau 12).

Tableau 12 : Répartition de chefs de ménages suivant le mode tenure du foncier et de habitat

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Le logement n'est pas seulement considéré comme un bâtiment érigé sur un terrain quelconque, mais il inclut de nombreuses conditions à une vie décente. A cet effet, il convient de signaler que d'après l'enquête, 53.34 % des logements sont construits uniquement d'une seule pièce, 26.66 % possèdent 2 pièces et seulement 20 % des logements possèdent au moins 3 pièces (cf. tableau 13).

Tableau 13 : Répartition des ménages suivant le nombre de pièces du logement.

Chefs de ménages

LOGEMENTS

Total

1 pièce

2 pièces

3 pièces et plus

Nombre

16

8

6

30

%

53.34

26.66

20

100

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Ces résultats montrent encore une fois la situation dans laquelle vivent les gens sans tenir compte de la notion d'espace vital quand on considère le nombre élevé de personnes qui composent les ménages comme nous l'avions vu précédemment au tableau 10.

Avec des logements munis d'une seule pièce à un pourcentage de 53.34 %, il n'a pas été une surprise de constater que les habitants de Cité Soleil ne prenaient pas en compte la nécessité qu'il y a de se procurer un endroit approprié pour effectuer leurs besoins physiologiques. En effets, les résultats confirment qu'il y a seulement 20 % des logements qui possèdent une latrine sur la totalité de ménages enquêtés (cf. Figure 5).

Figure 5 : Répartition des logements équipés de toilettes.

Cette incroyable situation plutôt écoeurante en ce plein 21e siècle au voisinage de la capitale a de multiples conséquences. Pour se soulager, les gens utilisent des sachets qu'ils vont jeter parfois dans les canaux de drainage s'ils ne l'ont pas fait directement dans les canaux, au bord de la mer et même dans la rue. A noter que ces canaux vont se déverser directement dans la mer. Les plages de la zone sont remplies d'excréments non seulement par la présence de ces sachets mentionnés précédemment mais aussi à cause des gens qui y viennent directement pour faire leur besoin. Bizarrement, ce besoin qui se fait généralement dans la plus grande intimité, se fait au grand jour dans des toilettes publiques totalement à découvert, installées par des gens directement sur la mer à certains endroits (cf. ANNEXE IV, Photo 9). Des comportements irresponsables susceptibles de provoquer une pollution microbiologique du milieu marin.

5.2. Evaluation du milieu marin

Le milieu marin, considéré comme l'environnement habitable d'une quantité signifiante de la biodiversité planétaire, est régi par un ensemble de lois et des paramètres essentiels à la survie de ses occupants. Ces paramètres, quoique variables dans le temps et dans l'espace sous l'influence des activités d'origine naturelle ou anthropique, doivent cependant rester en équilibre afin de créer un milieu propice à l'évolution de la faune marine.

5.2.1. Activité de pêche

La commune de Cité Soleil, grâce à sa position géographique, donne la possibilité d'entreprendre aisément les activités de pêche. Selon les résultats d'une enquête menée en 2012 par l'Organisation des Pêcheurs de Cité Soleil (OPECS) financée par le Pan American Development Foundation (PADF), la commune contient un nombre équivalent à 2045 pêcheurs repartis à travers ses 29 blocs. Dans le cadre de ce travail, comme il a été mentionné préalablement, 50 pêcheurs ont été choisis au hasard dans plusieurs blocs différents. Parmi ces pêcheurs, comme indiqué sur la figure 6 ci-après, 88 % relèvent de la gente masculine contre 12 % du sexe féminin.

Figure 6 : Répartition des pêcheurs selon le sexe.

Avec l'intégration des femmes dans les activités de pêche, certaines espèces négligées ou peu convoitées par les hommes, deviennent automatiquement des cibles pour elles. C'est le cas des huîtres, des palourdes et dans certains cas, des crabes et des lambis. La capture de ces espèces ne requiert pas obligatoirement l'utilisation des embarcations et se fait surtout avec des marées de très courte durée. A cet effet, les hommes laissent aux femmes ces produits dont la capture est généralement manuelle, facile et moins fatigante. Toutefois, les femmes n'ont pas toujours été attirées par la pêche, mais en faisant face quotidiennement à de multiples soucis économiques, elles n'ont pas hésité à intégrer ce secteur qui, selon elles, ne nécessite pas un fond de démarrage comme bien d'autres activités. A cet effet, tant que les conditions socio-économiques de ces habitants ne s'améliorent pas, les femmes seront de plus en plus nombreuses dans le secteur, augmentant ainsi le nombre de pêcheurs dans la zone et parallèlement la pression exercée sur les ressources halieutiques du milieu.

5.2.1.1. Formation des pêcheurs

Pour pouvoir analyser le comportement de ces pêcheurs sur le plan technique et en matière de gestion des matériels de pêche, l'accent a été aussi mis sur leur formation. Les résultats obtenus sont présentés dans la figure 7.


Figure 7: Pêcheurs ayant suivi au moins une séance de formation.

En effet, 66 % des pêcheurs questionnés à ce sujet ont confié qu'ils ont suivi au moins une séance de formation concernant la pratique de la pêche durant leur vie. Avec un tel pourcentage de gens formés dans le secteur, on devrait espérer voir la mise en oeuvre d'une pratique durable de la pêche en respect des principes environnementaux établis. Cependant, les problèmes socio-économiques omniprésents dans la vie des habitants renversent lamentablement la situation les obligeant à pratiquer une pêche de subsistance sans tenir compte des normes écologiques et environnementales.

5.2.1.2. Marées

On ne peut pas parler de l'influence de la pêche sur l'écosystème marin sans jeter un regard sur la fréquence des marées ainsi que leur durée. Les informations relatives à ces dernières sont présentées dans le tableau qui suit.

Tableau 14 : Répartition de Pêcheurs suivant le nombre et la durée des marées.

Pêcheurs

Moins de 7 jrs de pêche/semaine

7 jrs de pêche/semaine

Grand

Total

1 marée de 12-14h par jour

2 marées d'environ 4h chacune

Total

1 marée de 12-14 h par jour

2 marées d'environ 4h chacune

Total

Nombre

12

4

16

29

5

34

50

%

24

8

32

58

10

68

100

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Ces résultats révèlent qu'il existe des pêcheurs qui prennent la mer tous les jours tandis que d'autres pêchent 6 jours ou moins dans une semaine. Ainsi, 16 pêcheurs, soit 32 %, pratiquent la pêche moins de 7 jours par semaine. De ces 16 pêcheurs, 12, soit 24 %, font une marée de 14 h au maximum par jour et 4, soit 8 %, font 2 marées d'environ 4h chacune par jour. 34 autres pêcheurs, soit 68 %, pratiquent la pêche au quotidien. 29 d'entre eux, soit 58 %, font une marée de 14 h au maximum par jour et 5, soit 10 %, font 2 marées d'environ 4h chacune par jour. Cependant, malgré la présence quasi permanente des pêcheurs dans le milieu, sans tenir compte des techniques de pêche adoptées et les équipements utilisés, cela ne suffit pas pour tirer la conclusion qu'ils impactent réellement la disponibilité des stocks.

5.2.1.3. Embarcations et engins de pêche

Les embarcations de pêche observées à Cité Soleil sont typiques de la pêche artisanale pratiquée dans les différentes régions du pays. Parmi les pêcheurs enquêtés, 62 % utilisent des petits voiliers (cf. ANNEXE IV, Photo 10), 22 % utilisent des pirogues, 4 % utilisent des petits bateaux motorisés et 12 % n'utilisent pas de bateaux. Ces derniers pratiquent la pêche à la plongée ou appliquent d'autres techniques de capture nécessitant peu ou pas l'utilisation d'un type d'embarcation quelconque (cf. Figure 8).

Figure 8: Répartition des pêcheurs selon le type d'embarcation utilisé.

Parallèlement aux types d'embarcations observées dans la commune, les engins de pêche révèlent également la pratique de la pêche artisanale. Questionnés à propos des engins de pêche qu'ils utilisent, 70 % des pêcheurs ont jeté leur dévolu sur le filet. Il faut toutefois mentionner que les sennes, les éperviers et autres types de filets sont aussi inclus dans cette catégorie (cf. ANNEXE IV, Photo 11). 6 % utilisent la nasse, 6 % la ligne, 8 % la palangre et 10 % utilisent de matériels divers comme le fusil, les paniers, les piques pour ne citer que ceux-là (cf. Figure 9).

Figure 9: Répartition des pêcheurs selon l'engin de pêche utilisé.

Avec de tels équipements aussi primitifs à leur disposition (embarcations et engins de pêche), ces pêcheurs ne sont pas vraiment en mesure de provoquer une surexploitation des ressources halieutiques du milieu, quoique la majorité d'entre eux prennent la mer au quotidien. Toutefois, ils peuvent provoquer la rareté de certaines espèces appréciées par les consommateurs qui fréquentent habituellement les eaux peu profondes et peu éloignées du littoral.

5.2.1.4. Espèces capturées

A Cité Soleil, les espèces pêchées sont pratiquement les mêmes rencontrées habituellement dans les autres zones de pêche du pays. Cependant, dépendamment du type de matériels utilisés, les espèces capturées peuvent varier d'un pêcheur à un autre et d'une zone de pêche à une autre. Ne pouvant pas faire la sélection des espèces les plus désirées lors des pêches dans la majorité des cas, les pêcheurs ramènent de la mer toutes espèces comestibles sur le marché. Les plus capturées sont présentées dans le tableau qui suit.

Tableau 15 : Noms vernaculaires et scientifiques des espèces capturées.

NOMS VERNACULAIRES

NOMS CREOLES

NOMS SCIENTIFIQUES

Poissons

Sarde

Sad

Lutjanus sp

Paroquette

Pawokèt, Pòtpòt

Halichoeres radiatus

Cardinal

Kadinal, Kadino

Holocentrus sp

Barbarin

Balbaren

Pseudupneus maculates

Thasard

Taza, Tchara

Scomberomrus cavalla

Brochet

Bwochè

Centropomus undecimalis

Anchois

Anchwa

Angraulis sp

Bonite

Bonit

Euthynnus pelamis

Carangue

Karang, Kouleou

Carangoides sp

Daurade

Dorad

Sparus aurata

Argenté

Ajante

Lutjanus sp

Rondeau

Rodo

Archosargus sp

Vivaneau

Vivano

Lutjanus sp

Croco

Kwoko

Haemulom plumeri

Coquillages

Huître

Zwit

Crassostrea gigas

Palourde

Paloud

Venerupis sp

Lambi

Lanbi

Strombus gigas

Crustacés

- Crabe bleu ou syrique

- Crabe royal des Caraïbes

- Crabe de terre

- Sirik

- Krab

- Krab Matoutou ou Tombourou

- Calinectes sapidus

- Mithrax spinosissimus

- Cardisoma guanhumi

Crevette

Chèvrèt, Kribich

Penaeus sp

Langouste / homard

Oma

Polinurus sp. / Homarus sp.

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Les espèces présentées dans le tableau ci-dessus font l'objet d'une fréquence de capture variable d'un pêcheur à un autre. Il a été demandé aux pêcheurs, selon leurs observations, de révéler les 3 espèces les plus remarquées dans leurs propres engins lors des marées afin d'avoir une idée approximative sur les espèces ayant subi le plus haut niveau d'exploitation. Ainsi, en tête de classement le poisson argenté est capturé à 14.67 %, le vivaneau 10.67 % et le barbarin, 8.67%. A l'inverse, les langoustes et les crabes représentent seulement 0.66 % chacun des pourcentages de capture. Ces résultats sont illustrés dans la figure 10.

Figure 10 : Proportions des espèces les plus capturées.

Si pour l'instant les pêcheurs ne constituent pas réellement une menace pour les ressources halieutiques en matière de capture, dans une projection à long terme, ils pourront causer de grands dégâts à la biodiversité marine. Avec ces fréquences élevées de marées par semaine ainsi que leur durée relativement longue, s'ils parviennent à procurer des équipements plus sophistiqués, la communauté biotique marine connaitra certainement une augmentation de la pression exercée sur son stock. Ce qui provoquerait probablement la rareté des espèces les plus convoitées et les plus capturées.

5.2.1.5. Gestion des équipements inutilisables et des rejets de pêche

Les engins de pêches ont leur durée de vie. Avec le temps, ils perdent leur utilité et sont considérés comme des déchets. A l'égard de ces outils usagés, les comportements sont variables d'un pêcheur à un autre, autant que leur position concernant la gestion des rejets de pêche. Les figures 11 et 12 relatent la façon dont les pêcheurs gèrent les matériels usagés et les rejets de pêche.

Figure 11: Gestion des matériels de pêche inutilisables. Figure 12 : Gestion des rejets de pêche.

Selon ces résultats, 78 % des pêcheurs ont avoué qu'ils ont la mauvaise habitude d'abandonner leurs matériels de pêche usagés sur la côte. Dans le pire des cas, certains de ces équipements jugés inutiles sont jetés directement dans la mer. Ces engins augmenteront non seulement le taux de déchets solides qui polluent l'écosystème marin, mais aussi, ils continueront à pêcher dans les fonds marins faisant ainsi la pêche fantôme. Cette dernière est connue depuis pas mal de temps pour son influence destructive à la biodiversité marine. Malheureusement, ce comportement irresponsable, n'est pas l'unique chose reprochée aux pêcheurs. Lors des marées, il arrive dans certains cas que des espèces soient capturées à un stade précoce de leur développement. En dépit de leur précocité pour la consommation humaine, 92 % des pêcheurs affirment qu'ils les emportent pour ensuite les vendre à des marchands de fritures. Ces genres de captures sont possibles à cause de l'utilisation des filets de petites mailles dont le dimensionnement des mailles internes se situe entre 10 à 30 mm environ. Avec un tel comportement, tôt ou tard, on constatera une rareté de certaines espèces à cause de leur exploitation à haute fréquence (cf. Figure 10), mais aussi parce que beaucoup d'entre elles ont été capturées avant d'atteindre la maturité reproductive indispensable au renouvellement des stocks.

5.2.2. Paramètres physico-chimiques du milieu

5.2.2.1. Température

La température est un paramètre essentiellement important à la survie des espèces marine et dans la compréhension du fonctionnement du milieu marin. A cet effet, lors de la prise des 15 échantillons, la température de l'eau a été prélevée à chaque emplacement. Les résultats des analyses sont présentés dans la figure 13.

Figure 13 : Variation de la température en fonction du site.

Selon ces résultats, la plus forte température observée est de 30.17 °C et la plus faible est de 29.67 °C. Elles ont été enregistrées respectivement au niveau des sites IIB et VC. La température moyenne des différents sites est de 29.92 °C. Cette température est plus ou moins identique à celle observée habituellement dans les mers d'Haïti aux mois d'Août, de Septembre et d'Octobre qui oscille depuis quelques temps autour de 29 °C (www.guidevoyages.org). Cette légère augmentation serait probablement liée au réchauffement climatique et favoriserait, selon PNUE (2007), le phénomène de l'auto-épuration et accroîtrait la vitesse de sédimentation des matières en suspension, Toutefois, cette température observée dans le milieu est au-dessus de la limite fixée par le SEQ Eau (cf. ANNEXE II).

5.2.2.2. Oxygène dissous

Le niveau de concentration d'un milieu en oxygène influence grandement les êtres vivants qui y habitent. Les concentrations de l'oxygène dissous observées à partir des différents sites sont présentées dans la figure 14.

Figure 14 : Variation de l'oxygène en fonction du site.

La teneur en oxygène dissous varie de 3.76 mg/l à 6.71 mg/l. En comparant ces résultats aux valeurs de la SEQ Eau (cf. ANNEXE II), la majorité des sites présente des eaux d'une piètre qualité en matière d'oxygène. Comme il est clairement montré dans la figure ci-dessus, les teneurs en oxygène les moins élevées ont été observés au niveau du secteur B. En réalité, ce dernier fait l'objet d'une intense fréquentation anthropique à cause de la présence du wharf. Malheureusement, les gens qui fréquentent ce lieu, n'hésitent pas à jeter dans l'eau toute sorte de déchets (fécaux et autres) qui viennent augmenter le volume d'effluents sordides déjà apporté par l'un des canaux de la zone.

5.2.2.3. Turbidité

La turbidité désigne la teneur d'une eau en particules en suspension. Ayant une influence considérable sur la pénétration des rayons lumineux dans l'eau et sur les activités photosynthétiques, il a été jugé nécessaire d'étudier le niveau de turbidité du milieu. La figure 15, reflétant les résultats des observations, montre que la turbidité varie de 3 à 16 FAU et a été jugée correcte en fonction des limites fixées par le SEQ Eau (cf. ANNEXE II).

Figure 15: Variation de la turbidité en fonction du site.

5.2.2.4. Salinité et pH

La concentration saline et le pH de l'eau ont été déterminés et sont présentés dans les figures 16 et 17.

Figure 16 : Variation de la salinité en fonction du site. Figure 17: Variation du pH en fonction du site.

Selon la théorie d'Edmond Halley en 1715 (Gilles, 2010), les sels présents dans la mer proviennent des eaux de surface dans lesquelles sont dissouts les ions issus de la dégradation des roches. Selon cette même théorie, la salinité moyenne des mers est stable depuis plusieurs milliards d'années et restera ainsi. Cependant, selon Alain (2001), la salinité normale est de 35 PSU, et peut être variée par certains facteurs notamment l'évaporation et les apports générés par certaines activités anthropiques ainsi que les précipitations. Selon cette même source, l'eau de mer est alcaline et se trouve au voisinage de 8.2 dans les conditions normales. Toutefois, le potentiel d'hydrogène (pH) peut varier d'un endroit à un autre en fonction de la salinité, de la température et de la dégradation de la matière organique. Les résultats de cette étude montrent que la salinité de la mer au voisinage de Cité Soleil varie de 33.76 à 40.93 PSU pour les sites IA et IB respectivement. En ce qui concerne le pH, les valeurs varient de 7.15 à 7.54 pour les sites IIB et IA respectivement. Encore une fois, le secteur B montre une différence par rapport aux 2 autres secteurs quoique selon Blinda (2005) cité par Thibault et Etienne (2006), des pH compris entre 6 et 9 permettent un développement normal de la faune et de la flore. L'augmentation de la salinité est probablement liée au commerce de sel effectué par voie maritime par l'intermédiaire du wharf (cf. ANNEXE IV, Photo 13), aux apports des canaux au contenu douteux et à l'évaporation.

5.2.2.5. Phosphate et azote ammoniacal

L'eau de mer, autre que les paramètres présentés préalablement, abrite une autre catégorie de substances dissoutes qui sont les nutriments. Il s'agit de fertilisants essentiels pour les plantes aquatiques et les phytoplanctons. Selon Alain (2001), les nutriments majeurs pour le milieu marin sont de types azotés, phosphorés et siliceux. Dans cette étude, seulement l'azote ammoniacal et le phosphate ont été considérés. Les résultats sont présentés dans les figures 18 et 19 ci-après.

Figure 18: Variation du phosphate en fonction du site. Figure 19: Variation du NH4 en fonction du site.

Ces figures montrent que la variation de la concentration du phosphate se trouve entre 2.5 à 13 mg/l et celle de l'azote ammoniacal entre 1.5 à 4.5 mg/l. En comparant ces résultats aux seuils fixés par le SEQ Eau (cf. ANNEXE II), ces concentrations observées sont excessives par rapport à la normale avec même des pics exagérés au niveau du site IB. Ces éléments proviennent des lessivages et aux déchets domestiques. Etant donné que ces éléments font partir des nutriments pour les algues, on s'attend à un déclenchement du processus d'eutrophisation qui se caractérisera par une prolifération systématiques de ces dernières (Marée verte) si on n'applique pas dans l'immédiat des mesures correctives et d'anticipation nécessaires. Malheureusement, cette étude ne révèle pas la concentration algale du milieu qui nous permettrait de confirmer ou pas la corrélation positive de ces derniers avec la concentration des nutriments présents dans le milieu comme le stipule (Alain, 2001). Toutefois, les résultats de ce dernier ont été confirmés lorsqu'il a stipulé que le déversement de canaux de provenance compromettante directement dans la mer sans traitement préalable, influence grandement la variation des produits phosphatés et azotés du milieu. En effet, les concentrations les plus élevées de ces nutriments ont été observées au voisinage des embouchures de certains canaux qui, en parallèle, modifient significativement la turbidité de ses environs, toutefois jugée correcte du point de vue global.

5.2.2.6. Dioxyde de carbone

La concentration du gaz carbonique est un paramètre important à étudier dans le cadre d'une évaluation marine. A cet effet, les résultats obtenus sont présentés dans la figure 20 qui suit.

Figure 20 : Variation du dioxyde de carbone en fonction du site.

L'une des causes identifiées, et probablement la plus importante, pour expliquer la présence du gaz carbonique dans le milieu marin est l'augmentation du carbone atmosphérique d'origine anthropique, car l'océan absorbe en moyenne 30% du CO2 émis dans l'atmosphère (PNUE, 1995). Parallèlement, il y a le gaz carbonique issus du processus respiratoire des organismes aquatiques. Toutefois, comparé au premier cas de figure, le CO2 provenant de la respiration est plutôt insignifiant.

Il est vrai que Cité Soleil se trouve dans une zone industrielle et s'expose constamment au trafic maritime, à partir de ces résultats observés dans la figure ci-dessus, on constate que la concentration moyenne du gaz carbonique à travers les différents sites étudiés est de 23.33 mg/l. Cette concentration a été jugée relativement normale, car selon Thibault et Etienne (2006), le taux de dioxyde de carbone acceptable doit se situer entre 20 et 35 mg/l. En dessous de 20 mg/l, il ne suffirait plus aux plantes aquatiques et phytoplanctons pour profiter pleinement de la photosynthèse tout comme une augmentation continue provoquerait une diminution du pH et enclenche le processus d'acidification. Toutefois, certains sites comme VA et IB attirent un peu l'attention avec des concentrations de 30 mg/l chacun. Cette différence serait probablement occasionnée par le trafic maritime.

5.2.2.7. Sulfure

Un sulfure est un composé formé de soufre et d'un autre corps. Les résultats obtenus pour le niveau de sulfure présent dans le milieu sont présentés dans la figure 21 ci-après.

Figure 21 : Variation du sulfure en fonction du site

L'une des causes de l'acidification des océans est l'absorption des composés soufrés issus des combustibles fossiles (pétrole, charbon, gaz, etc.). Nous savons aussi que la plupart des navires utilisent encore des combustibles lourds très polluants et notamment sources d'aérosols soufrés. Toutefois, les résultats présentés dans la figure ci-dessus montrent que le sulfure est présent dans le milieu en petite quantité avec une concentration moyenne de 0.16 mg/l.

5.2.3. Paramètres microbiologiques du milieu

5.2.3.1. Détection et dénombrement de microorganismes pathogènes

Le milieu marin abrite généralement des entités biologiques microscopiques. Toutefois, la présence de ces dernières résulte, dans bien des cas, d'un processus de migration qui leur confère automatiquement un statut d'allochtone. Elles peuvent être classées selon deux catégories : les pathogènes environnementaux dont la grande partie de leur cycle de vie se déroule en dehors de l'hôte humain, mais qui ont été introduits dans le milieu marin par diverses activités humaines et les pathogènes entériques d'origine fécale animale et/ou humaine. Parmi ces derniers, seulement les coliformes totaux, l'Escherichia coli (coliforme fécale) et les streptocoques fécaux sont considérés dans cette étude.

5.2.3.1.1. Coliformes totaux

Les coliformes sont des microorganismes en forme de bâtonnets. Ils sont anaérobiques facultatifs et à gram négatifs (-). Ils regroupent les genres Escherichia, Citrobacter, Entérobacter, Klébsiella, Yersinia, Serratia, Rahnella et Buttiauxella. Lors de la recherche et le dénombrement de l'ensemble des coliformes totaux dans le milieu, il n'a pas été possible de déceler la concentration spécifique de tous les genres cités précédemment. A cet effet, la concentration de l'ensemble des coliformes présents dans le milieu à chaque échantillon prélevé est présentée au tableau qui suit.

Tableau 16 : Distribution de la contamination du milieu par les coliformes

Echantillons

IA

IIA

IIIA

IVA

VA

IB

IIB

IIIB

IVB

VB

IC

IIC

IIIC

IVC

VC

Coliformes

Totaux

(dans 100 ml)

1100

500

400

500

300

48000

37000

42000

32000

13000

1600

800

1000

300

400

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Ces coliformes totaux repartis au niveau des trois secteurs considérés ont été analysés en fonction de la variation des paramètres physico-chimiques du milieu. Étant des entités vivantes, leur survie dépend des conditions du milieu. Ainsi, des études de corrélations ont été faites dans le but de voir les variations des coliformes en fonction de la variation des paramètres du milieu. Les observations sont présentées à partir du graphe qui suit.

Figure 22 : Corrélations entre les coliformes totaux et les paramètres physico-chimiques.

Le graphe ci-dessus montre que l'augmentation des paramètres comme le sulfure, la turbidité,  l'azote ammoniacal, le phosphate, le dioxyde de carbone, la température et la salinité ayant pour droites d'inclinaison respectives Y= 10386x - 10237, Y=2090 x - 4930, Y= 13908x - 24233, Y= 3931x - 12665, Y= 1378x - 20231, Y= 84543x - 2518001 et Y= 4443x - 152059 fait augmenter les coliformes totaux. Tandis que ces derniers diminuent avec l'augmentation de l'oxygène et du pH qui présentent des droites d'inclinaison respectives Y= - 14004x + 85037 et Y= -113714x + 849545.Toutefois, avec des coefficients respectifs R2= 0.07733545et R2= 0.0007448737, le dioxyde de carbone ainsi que le sulfure sont très faiblement corrélés avec les coliformes totaux, contrairement à l'azote ammoniacale de coefficient R2= 0.82221777 qui en est fortement corrélé. En d'autres termes, ces corrélations très faibles et moyennes pour certaines montrent que les variables concernées à elles seules ne peuvent pas expliquer la variation observée. Néanmoins, la corrélation négative et moyennement significative observée entre les coliformes et le pH confirme les travaux de Mayo (2005) cité par N'diaye (2009) qui stipulait que l'augmentation du pH affecte l'abondance des coliformes.

5.2.3.1.2. Coliformes fécaux

Les coliformes fécaux sont souvent désignés sous le nom d'Escherichia Coli bien que le groupe comporte plusieurs souches différentes tels que : Citrobacter freundii, Entérobacter aerogenes, Klebsiella pneumoniae...etc. Dans cette étude, parmi les coliformes fécaux énumérés préalablement, seulement l'Escherichia coli a été pris en compte. Le tableau 17 donne sa concentration dans les différents sites.

Tableau 17: Distribution de la contamination du milieu par l'Escherichia coli.

Echantillons

IA

IIA

IIIA

IVA

VA

IB

IIB

IIIB

IVB

VB

IC

IIC

IIIC

IVC

VC

Escherichia Coli

(dans 100 ml)

0

0

100

300

0

12000

9000

11000

700

300

1300

400

200

0

0

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Comme pour les coliformes totaux, la concentration d'Escherichia coli repartis au niveau des trois secteurs considérés a été également analysée en fonction des paramètres physico-chimiques du milieu. Les études de corrélations ont été faites avec les mêmes paramètres déjà utilisés et les résultats obtenus sont présentés à partir du graphe ci-dessous.

Figure 23 : Corrélations entre l'E. Coli et les paramètres physico-chimiques.

L'observation du graphe ci-dessus montre que l'augmentation des paramètres comme le sulfure, la turbidité,  l'azote ammoniacal, le phosphate, le dioxyde de carbone, la température et la salinité ayant pour droites d'inclinaison respectives Y= 24374x - 1611, Y= 615.7x - 2613.6, Y= 2868x - 5104, Y= 983.3x - 3795.6, Y= 326.4x - 5261.8, Y= 20583x - 613600 et Y= 1269x - 44492fait augmenter les Escherichia coli. Tandis que ces derniers diminuent avec l'augmentation de l'oxygène et du pH qui présentent des droites d'inclinaison Y= - 3329x + 19733 et Y= -28172x + 209872. Toutefois, avec des coefficients respectifs R2= 0.07355036 et R2= 0.06957579, le dioxyde de carbone ainsi que le sulfure sont très faiblement corrélés avec les Escherichia coli, contrairement à l'azote ammoniacale de coefficient R2= 0.59312 qui en est moyennement corrélé. En ce qui concerne la corrélation entre l'E. coli et le pH, les résultats corroborent les résultats de Patrick (1988) qui avait prétendu que le pH alcalin est bactéricide vis-à-vis de ce micro-organisme.

5.2.3.1.3. Streptocoques fécaux

Ces bactéries appartiennent à la famille de Streptococcaceae et au genre Streptococcus. Elles sont définies comme étant des microorganismes sphériques légèrement ovales, à gram positifs (+). Il y a 5 espèces reconnues parmi les Streptocoques fécaux : S. bovis, S. equinus, S. avium, S. faecalis et S. faecium. Lors de l'analyse des échantillons, chaque espèce en particulier n'a pas pu être dénombrée. Les résultats présentés au tableau 18 concernent l'ensemble des streptocoques fécaux observés dans le milieu.

Tableau 18 : Distribution de la contamination du milieu par les streptocoques fécaux.

Echantillons

IA

IIA

IIIA

IVA

VA

IB

IIB

IIIB

IVB

VB

IC

IIC

IIIC

IVC

VC

Streptocoques fécaux

(dans 100 ml)

700

900

600

400

300

27000

32000

26000

17000

12000

1500

500

600

200

200

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Pour les streptocoques fécaux, les études de corrélation sont également réalisées avec les paramètres physico-chimiques, dans le même sens que celles observées avec les coliformes totaux et l'Escherichia coli. Les observations sont présentées à partir du graphe suivant.

Figure 24 : Corrélations entre les Streptocoques fécaux et les paramètres physico-chimiques.

L'observation de ce graphe montre que l'augmentation des paramètres comme le sulfure, la turbidité,  l'azote ammoniacal, le phosphate, le dioxyde de carbone, la température et la salinité ayant pour droites d'inclinaison respectives Y= 13838x - 5742, Y=1366 x - 3023, Y= 9095x - 15653, Y= 2510x - 7700, Y= 732.7x - 9103.6, Y= 57960x - 1726653, Y= 2895x - 98838 fait augmenter les streptocoques fécaux. Tandis que ces derniers diminuent avec l'augmentation de l'oxygène et du pH qui présentent des droites d'inclinaison respectives Y= - 9157x + 55800 et Y= -77240x + 576944. Toutefois, avec des coefficients respectifs R2= 0.05157575 et R2= 0.003119805, le dioxyde de carbone ainsi que le sulfure sont très faiblement corrélés avec les streptocoques fécaux, contrairement à l'azote ammoniacale de coefficient R2= 0.829517 qui en est fortement corrélé. Entre temps, il faut cependant préciser que la corrélation négative observée entre les streptocoques et le pH soit un peu différent des résultats des travaux de N'diaye (2009) qui stipulaient que ces micro-organismes sont des neutrophiles et un milieu acide diminue les espèces. A de pareils constats, on peut déduire que d'autres paramètres du milieu peuvent favoriser la survie des streptocoques malgré la diminution du pH.

5.2.3.2. Comparaison des paramètres microbiologiques observés par rapport aux valeurs théoriques du SEQ-Eau

Les valeurs observées préalablement des différents échantillons montrent une forte présence de coliformes totaux, de coliformes fécaux et de streptocoques fécaux dans le milieu. Toutefois, la seule présence de ces microorganismes ne suffit pas pour tirer la conclusion en faveur d'une pollution bactérienne. De la même manière dont nous avons procédé pour évaluer l'importance relative des paramètres physico-chimiques du milieu, nous faisons appel aux quantités maximales acceptables établies par le SEQ-Eau pour les microorganismes présentés dans l'ANNEXE II. Ainsi, grâce à cette grille comme outils de comparaison, nous arrivons à placer chaque échantillon analysé dans une classe de qualité. Les résultats sont présentés dans le tableau qui suit.

Tableau 19: Grille de qualité de l'eau observée selon les limites du SEQ Eau pour les microorganismes.

 

ECHANTILLONS

MICROORGANISMES OBSERVÉS DANS 100 ml D'EAU DE MER

Coliformes totaux

Escherichia Coli

Streptocoques fécaux

Secteur A

I

1100

0

700

II

500

0

900

III

400

100

600

IV

500

300

400

V

300

0

300

Secteur B

I

48000

12000

27000

II

37000

9000

32000

III

42000

11000

26000

IV

32000

700

17000

V

13000

300

12000

Secteur C

I

1600

1300

1500

II

800

400

500

III

1000

200

600

IV

300

0

200

V

400

0

200

 

Indice de qualité du SEQ-Eau

Bonne qualité

 

Qualité Acceptable

 
 
 

Qualité médiocre

 

Mauvaise qualité

 
 

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

A partir de ce classement de qualité réalisé au tableau ci-avant, on peut voir que le nombre de site où une concentration anormale (qualité médiocre et mauvaise qualité) de bactéries a été observée est nettement supérieur par rapport à ceux relativement acceptables. L'exception a été observée pour la concentration de l'Escherichia coli dans les sites I, II, V du secteur A et les sites IV et V du secteur C qui les confère le statut de bonne qualité. Toutefois, dans ces mêmes sites, où l'on ne décèle pas la présence d'Escherichia Coli, on observe cependant une infestation par d'autres types de bactéries pris en considération dans cette étude. En regard de ces observations, on peut dire que la zone fait face à une pollution bactérienne manifeste.

5.2.3.3. Source de la pollution

Depuis pas mal de temps, le milieu marin au voisinage de la commune de Cité Soleil a été considéré comme une décharge naturelle. Malgré la grande capacité d'auto-épuration de la mer et son environnement peu favorable au développement de la majorité des germes pathogènes, l'évacuation incontrôlée des eaux usées et les résidus industriels le transforment en un milieu propice au développement de ces intrus. Cette contamination diffuse et permanente du milieu marin par la présence des coliformes et des streptocoques qui sont des bactéries d'origine fécale est intimement liée à la façon dont les habitants gèrent les excréments.

En effet, comme il a été dit préalablement, environ 80% des ménages de la commune ne disposent pas de latrines. Pour satisfaire ce besoin physiologique incontournable, s'ils n'ont pas eu la faveur du voisin qui possède une latrine, ils utilisent les fameuses toilettes publiques totalement à découvert, installées directement sur la mer. A défaut de ces deux (2) possibilités, ils utilisent les canalisations ou des récipients qui seront jetés après usages sur les plages ou directement dans l'eau. Dans de pareilles conditions, la pollution microbiologique est inévitable et susceptible de nuire à la santé des usagers du milieu.

5.2.3.4. Etendue de la pollution

Pour juger si la pollution bactérienne est identiquement repartie au niveau des différents secteurs, les résultats observés sont présentés dans le tableau de contingence suivant.

Tableau 20: Présence et absence de bactéries observées par secteur.

 

Secteur A

Secteur B

Secteur C

Grand total

Présence

12

15

13

40

Absence

3

0

2

5

Total

15

15

15

45

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Grace à ce classement des données effectué ci-dessus, les calculs statistiques du Chi-2 ont abouti aux différents résultats présentés dans le tableau ci-dessous.

Tableau 21: Confrontation de la valeur observée par rapport à la valeur théorique.

Source

Ddl

÷2obs

÷2 théo

á

Secteur A - B - C

2

3.159

5.991

0.05

÷2obs  : Valeur observée de Chi-2.÷2théo : Valeur théorique de Chi-2 sous le risque á de 5 %.

Ces résultats montrent que la pollution bactérienne est indépendante de la zone hydrographique (÷2obs <÷2 théo). Ce qui revient à dire que les 3 secteurs considérés sont pollués statistiquement de la même manière.

Toutefois, ne voulant pas considérer la répartition de la pollution de la zone seulement sous cet angle à partir duquel on conclut que la pollution est pratiquement similaire dans les 3 secteurs, les observations ont été aussi considérées selon leur variation partant de la côte vers le large. Ainsi, les échantillons IA, IB et IC prélevés dans les endroits les plus proches de la côte constituent une ligne d'observation. Cette considération concerne aussi les échantillons IIA, IIB et IIC, ainsi de suite jusqu'à la dernière ligne constituée par les échantillons VA, VB et VC. Les observations sont présentées dans le tableau de contingence suivant.

Tableau 22: Présence et absence de bactéries observées du littoral vers le large.

 

I

II

III

IV

V

Grand total

Présence

8

8

9

8

7

40

Absence

1

1

0

1

2

5

Total

9

9

9

9

9

45

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Ces observations sont analysées encore une fois par le test statistique du Chi-2 et ont abouti aux différents résultats présentés dans le tableau 23.

Tableau 23: Confrontation de la valeur observée par rapport à la valeur théorique.

Source

Ddl

÷2obs

÷2 théo

á

I - II - III -IV - V

4

2.25

9.488

0.05

÷2obs   : Valeur observée de Chi-2.   ÷2 théo : Valeur théorique de Chi-2 sous le risque á de 5 %.

Les résultats de l'analyse montrent que la pollution observée à quelques mètres du littoral est statistiquement la même que celle observée à la dernière ligne des échantillons située à environ 400 m vers le large (÷2obs <÷2 théo). Cette situation serait probablement due par la fréquentation permanente de ces eaux par les habitants qui ne se gênent pas pour jeter dans la mer toute sorte de déchets (fécaux et autres) éventuellement contaminés. Malheureusement, ce niveau élevé de contamination observé sur le littoral ne cesse de progresser vers le large avec le temps par les courants.

5.2.3.5. Conséquences de la pollution

En effet, la présence de ces contaminants dans les eaux peut constituer un risque sanitaire pour l'homme lors de la baignade ou de la consommation des coquillages. Les impacts connus de ces organismes pathogènes seront seulement décrits, car ils n'ont pas été l'objet d'une analyse approfondie dans l'étude.

5.2.3.5.1. Altération de la qualité des eaux de baignade

La baignade et certains autres usages récréatifs de la mer requièrent une eau de qualité afin d'éviter des problèmes sanitaires. Dans la commune de Cité Soleil, il n'existe pas de plages formelles comme nous les connaissons en Haïti. Cependant, l'observation a été faite sur plusieurs zones où la mer est accessible, insalubres ou pas, qui sont vite transformées en eaux de baignade.

La présence des pathogènes dans les eaux côtières de la commune est considérée comme un risque de contaminations pour les baigneurs. Selon Tristan P. et Vincenzo L. (2006), un baigneur ingère de l'ordre de 75 à 100 ml d'eau en moyenne lorsqu'il nage la tête sous l'eau. Dans ce contexte, ces eaux polluées deviennent des agents de diffusion de certaines maladies avec une concentration moyenne de 11 137 bactéries par ml d'eau (Coliformes totaux, E. coli et Streptocoques fécaux confondus). Or, selon les seuils de qualité établis par le SEQ-Eau pour les eaux de baignade, la concentration ne doit pas dépasser 500/ml pour les coliformes totaux, 200/ml pour l'E. coli et les streptocoques fécaux. Au de-là de ces concentrations, toutes les activités récréatives sont compromises. En cas d'imprudence, ce sera au risque d'attraper certaine maladies comme : les affections cutano-muqueuses (rhino-pharyngites, oculaires, otites dermatoses,...) et les affections gastro-intestinales (Diarrhée et dysenteries) occasionnées par l'ingestion de l'eau contaminée.

5.2.3.5.2. Contamination des fruits de mer

Les eaux littorales, étant soumises à une contamination microbiologique, sont susceptibles d'impacter certaines espèces du milieu. Les plus concernées dans la majorité des cas sont les coquillages. En effet, une grande partie des coquillages filtrent, pour se nourrir, des volumes d'eau très importants et concentrent les éléments en suspension dans ces eaux contaminées. A ce moment, ils deviennent de véritables réservoirs de germes dangereux (Patrick, 2005). Dans le cas précis de la commune de Cité Soleil, la présence des coliformes totaux, des streptocoques fécaux et de l'E. coli dans le milieu peut constituer un risque sanitaire considérable surtout lors de la consommation des coquillages crus ou peu cuits. Or, comme nous l'avons vu dans la commune, la pêche de certaines espèces coquillages est très fréquente. La consommation de coquillages contaminés par l'E. coli est associé à au moins trois types de maladies entériques chez l'homme (Yamina, 2008) :

Ø Diarrhée accompagnée d'abondantes sécrétions séreuses.

Ø Dysenterie semblable à celle causée par les Shigella. Les selles contiennent du pus et du mucus.

Ø Colite hémorragique avec diarrhée grave caractérisée par la présence des selles très sanguinolentes.

Ceux qui sont contaminés par les streptocoques fécaux peuvent provoquer des cholécystites et les infections des blessures. Selon Bertrand (1989) cité par (Yamina, 2008), les streptocoques fécaux sont responsables d'environ 20 des infections urinaires connues et des cas d'endocardites. Malgré, l'observation faite de certains cas enregistrés où les personnes malades présentent certains de ces symptômes présentés préalablement, on n'est pas en mesure de dire s'ils sont directement ou indirectement liés à la contamination du milieu marin par les bactéries pathogènes.

5.2.4. Pressions Physiques

5.2.4.1. Constructions anthropiques permanentes

Les installations artificielles pouvant avoir une emprise sur le milieu marin dans la commune de Cité Soleil sont les infrastructures portuaires et industrielles. La commune se trouve a proximité du plus grand port du pays à sa partie sud-ouest à savoir le port de Port-au-Prince. Un autre port commercial à titre privé a été aussi construit au niveau de la zone Hasco. La présence de ces ports expose la zone à un trafic maritime relativement intense. Les bruits générés par les navires (Bruit du moteur et sonar) augmentent le bruit ambiant océanique et ce qui engendre automatiquement la pollution sonore. Cette situation de perturbation est capable de provoquer, selon IFREMER (2012), deux types d'impacts sur les occupants biologiques marins. D'une part, des nuisances comportementales comme le stress, l'abandon des activités en cours, la fuite ou l'évitement, pour ne citer que ceux-là. D'autre part, des nuisances physiologiques comme la perte temporaire ou définitive de la faculté auditive, des hémorragies, etc.

Dans cette même zone, un centre de stockage de pétrole a été construit à moins d'une cinquantaine de mètre de la mer. Les habitants relatent qu'il leur arrive parfois d'observer des couches de pétrole à la surface de l'eau. Toutefois, ils avouent qu'ils ne sont pas certains de la provenance précise du pétrole, car le centre de stockage se situe à proximité du port. Néanmoins, malgré leur présence assez rare et surtout en petite proportion, le pétrole et les autres produits huileux observés certaines fois dans le milieu peuvent avoir des conséquences néfastes sur la faune maritime. Certains constituants du pétrole peuvent entrainer la mort des animaux marins par empoisonnement. Dans le meilleur des cas, les composants volatils du pétrole peuvent bruler les yeux et occasionner des irritations cutanées jusqu'à endommager les tissus de certains animaux marins. Toutefois, les effets varient d'une espèce à une autre et en fonction de la quantité de pétrole déversée dans le milieu.

5.2.4.2. Abrasion

L'abrasion est considérée comme étant un dommage physique qui consiste en l'usure ou l'érosion des fonds marins par interaction directe entre des équipements et le fond. Les sources des pressions considérées dans cette étude sont strictement anthropiques (l'abrasion naturelle n'est pas considérée). L'impact de l'abrasion concerne surtout le substrat et la composante bio-écologique « communauté benthique ». Ce type de dommage est généré par certains engins de pêche, des techniques utilisées et de l'intensité de la pression. A Cité Soleil, les habitants pratiquent la pêche artisanale avec des engins et des embarcations peu sophistiqués en raison de leur faible niveau économique. A cet effet, on saurait prétendre que les activités de pêche au sein de la commune provoquent des réactions abrasives sur le fond marin. Cependant, la présence des ports n'est pas tout à fait sans conséquence dans ce cas précis, car l'encrage des navires dans les zones d'attente des ports, induit une abrasion sur les fonds côtiers avec une remise en suspension des sédiments occasionnée par le mouvement des chaînes de mouillage sur le fond. Ce qui provoque la destruction des habitats de la faune benthique citée préalablement et une variation relative de la turbidité du milieu. Malheureusement, dans le cadre de cette étude, l'ordre de grandeur exacte de la turbidité ainsi que le niveau de dégradation des fonds engendrés par cette situation n'ont pas pu être étudiés.

5.2.4.3. Déchets marins

Etant classée parmi les zones les plus pauvres de la capitale, Cité Soleil présente une image horrible en matière d'insalubrité. Les déchets éparpillés un peu partout dans la commune viennent d'origines diverses et sont de types variables. Etant une zone côtière, certains de ces déchets se trouvent directement sur la côte ou sont déversés directement dans la mer et constituent automatiquement des déchets marins. Les déchets marins se définissent comme étant tout objet persistant, fabriqué par l'homme en matériau solide, qui se retrouve dans l'environnement marin et côtier.

5.2.4.3.1. Origine et typologie

Les sources de production de ces déchets sont nombreuses. Certains d'entre eux sont liés à des activités se situant préférentiellement dans les zones littorales (activités de pêche, activités portuaires, baignades, etc.). D'autres, liés aux activités domestiques, agricoles et industrielles se déroulant soit dans la commune ou dans des zones géographiquement peu éloignées (Delmas, Pétion-ville, Tabarre, Port-au-Prince, etc.), mais qui y sont parvenus par le biais des canaux ou par déversements directs. Quoiqu'il n'y ait pas été possible de faire une analyse quantitative des déchets, selon les observations, ces derniers sont de typologie variée et sont générés par plusieurs types de produits (cf. tableau 24). Quelle que soit la provenance (marine, littorale ou continentale) de ces déchets, la cause de leur présence sur la côte soléenne est majoritairement anthropique (perte accidentelle ou par négligence, rejet illicite, abandon volontaire, etc.). Même dans les cas des fréquentes inondations qui acheminent vers la mer un volume considérable de déchets lors des grosses pluies, il s'agit encore une fois de la manifestation d'une mauvaise gestion des déchets par les habitants de la commune.

Tableau 24: Typologie des déchets observés

Types de déchet

Constituants

Déchets compostables et biodégradables

Déchets domestiques et agricoles

Déchets inertes

béton, briques, tuiles, céramique carrelage

Déchets ménagers spéciaux

Plastiques, verre, métaux

Marmites, piles, matériels électroniques usagés, etc.

Déchets de pêche

Filets, nasses, embarcations défectueuses, etc.

Autres...

Produits huileux, pétrole, déchets industriels, etc.

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

5.2.4.3.2. Conséquences des déchets

La présence de ces déchets sur le littoral et dans l'écosystème marin de la commune de Cité Soleil entraîne pas mal de nuisances qui sont potentiellement préjudiciables au bien être des occupants biologiques marins. Ils provoquent des perturbations directes qui sont de nature écologique comme l'altération physique du biotope et le dérangement de la faune marine qui peuvent être expliqués par plusieurs scenarios possibles comme l'ingestion des macro-déchets, l'ingestion des micro-plastiques, la pêche fantôme, etc.

5.2.4.3.2.1. Ingestion des macro-déchets.

Cette situation peut se produire soit de manière accidentelle, soit par confusion avec une source alimentaire dont font souvent face les jeunes animaux inexpérimentés et ceux en situation de stress alimentaire. Une fois ingérés, ces macro-déchets peuvent causer des dommages physiques au niveau du tube digestif de l'animal, en bloquant mécaniquement le passage du bol alimentaire ou en générant une fausse sensation de satiété et un dysfonctionnement de la digestion. Cette situation peut conduire à la mort de l'animal dans bien des cas.

5.2.4.3.2.2. Ingestion des micro-plastiques.

Les micro-plastiques proviennent généralement de la désagrégation des macro-déchets plastiques, ou encore des granulés utilisés dans le stockage des matières premières industrielles et électroniques. Vu que les matières plastiques occupent une proportion considérable dans l'ensemble des déchets observés, il est inévitable qu'il n'y ait pas de processus de désagrégation. A cet effet, ces micro-plastiques seront exposés à être ingérés par l'ensemble des organismes planctonophages et par certains petits crustacés. Cette ingestion peut avoir des effets néfastes sur la santé des animaux, soit directement du fait de la présence de plastiques dans leur système digestif, soit par le dégagement de substances chimiques qui en découlent.

5.2.4.3.2.3. Pêche fantôme.

Comme il a été clairement démontré dans les résultats précédents, en qui concerne la gestion des matériels inutilisables, certains filets abandonnés dans la mer par les pêcheurs de la commune continuent leur activité au fond de l'océan et restent dangereux en continuant à capturer des poissons et d'autres animaux marins. Certains pêcheurs nous ont confiés qu'il leur arrive parfois de capturer des espèces déjà piégées dans des engins de pêches abandonnés. Toutefois, ils ont précisé que malgré leur expérience, il leur arrive parfois, quoique rarement, de perdre l'emplacement où ils ont posé leur filet ou leur nasse tout comme ils leur arrivent de trouver des engins qu'ils n'ont pas posés eux-mêmes. A cet effet, ils croient que certaines espèces peuvent être capturées dans ces engins et sont automatiquement vouées à une mort certaine, si elles ne parviennent pas à s'en libérer.

5.3. Présentation des enjeux liés à la littoralisation

En se basant sur l'ensemble des résultats obtenus à partir de l'enquête et les analyses bio-physico-chimiques de l'eau, on a pu identifier certains impacts qui sont groupés systématiquement par enjeux. Présentés de manière explicite au tableau ci-après, ces derniers sont d'ordre socio-économique et environnemental.

Tableau 25 : Regroupement des impacts par enjeu (tableau récapitulatif)

ENJEUX

IMPACTS

MESURES D'ATTENUATION

Socio-économique

Maintien des zones habitées du littoral

Surdensification anthropique du littoral

Décentraliser les différents services publics qui attirent les gens vers la capitale.

Sensibiliser les habitants à appliquer au moins une des méthodes contraceptives connues afin de freiner l'augmentation explosive de la population sur la frange littorale.

Artificialisation du littoral

 

Distribution foncière illégale

Procéder à la légalisation des titres de propriété et fixer des normes légales d'acquisition du foncier

Construction anarchiques

Elaborer un plan d'urbanisation côtière en tenant compte des impacts environnementaux

Maintien de l'attractivité des zones littorales

Forte adhérence pour les activités directement liées au milieu marin

Donner aux habitants d'autres alternatives grâce à des projets durables (agricoles, sociaux, etc.) visant à améliorer leurs conditions socio-économiques.

Environnemental

Maintien de la qualité de l'eau

Pollution microbiologique

Mettre en oeuvre un projet de construction de latrines à deux volets. D'une part, construire des toilettes publiques et d'autre part, des toilettes privées dans un maximum de maison de la commune.

Altération des eaux de baignade

Contamination des coquillages

Augmentation de la concentration de produits azotés et phosphorés dans la mer

Retracer la provenance de ces produits présents dans les canaux et exiger aux principaux concernés le traitement des déchets chimiques avant d'être déversés dans la nature sous peine de lourdes amendes.

Gestion de la biodiversité

Mauvaise pratique de la pêche

Planifier des séances de formation pour les pêcheurs.

Instaurer des règlements concernant les dimensions des mailles des filets et prévoir des sanctions appropriées afin d'éviter la capture des espèces à l'état précoce.

Pêche fantôme

Créer un centre de récupération des filets usagés.

Mettre en place un système de marquage permettant la localisation des filets.

Gestion des déchets

Augmentation des déchets marins

Sensibiliser les habitants à réduire le rejet des déchets sur les côtes et/ou directement dans la mer.

Impliquer la communauté dans une activité de nettoyage de la côte.

Pollution

Environnementale

Créer un centre communal de transformation et de valorisation des déchets.

Mettre en place des dispositifs destinés au stockage et au transport des déchets vers les décharges ou les centres de recyclage.

Source : Enquête de l'auteur, 2015.

Malheureusement, les résultats présentés dans le tableau ci-dessus ont permis d'identifier uniquement des enjeux qui provoquent des impacts négatifs sur le fonctionnement de l'écosystème marin. Toutefois, s'il est relativement facile de trouver des moyens d'atténuation et de maîtrise efficaces pour la plupart de ces impacts, certains d'entre eux comme l'augmentation de la concentration des produits azotés et phosphorés dans le milieu, l'artificialisation des côtes, l'augmentation des déchets marins s'avèrent plus difficiles à analyser à cause de nombreux paramètres complexes qui y interviennent. La complexité de ces cas suppose l'implication des autorités étatiques pour prendre en compte les mesures d'atténuation proposées qui se révèleraient efficaces dans une communauté assez démunie comme Cité Soleil.

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Conclusion

La contamination du milieu marin par des substances minérales ou organiques est un problème préoccupant à cause des perturbations qu'elle est susceptible d'entrainer dans le milieu et sur les organismes qui y évoluent. Globalement, il ressort à la lumière de cette étude d'identifier les différents enjeux de la littoralisation liés à l'environnement marin au niveau de la commune de Cité Soleil.

On constate que l'augmentation de la population soléenne installée sur le littoral engendre une situation de plus en plus inquiétante au fil du temps. La grande diversité d'activités anthropiques qui s'exercent sur la frange littorale de la commune de Cité Soleil entraine des variations considérables sur les paramètres physico-chimiques et microbiologiques du milieu marin. Les constructions anarchiques, la mauvaise pratique de la pêche et la gestion inefficace des déchets sont des facteurs non négligeables qui résument parfaitement le comportement des habitants de la commune, lié en grande partie à leur niveau d'éducation et de pauvreté. En effet, les déchets qu'ils produisent sont éparpillés çà et là sur le littoral et sont déversés, dans le pire des cas, directement dans la mer, ajoutés au contenu douteux des 5 grands canaux de la commune qui se déversent eux aussi directement dans la mer sans aucun traitement préalable. A de pareils constats, il s'avérait important de procéder à une analyse physico-chimique et microbiologique de l'eau afin de déceler les éventuelles variations engendrées par ces comportements pour le moins irresponsables.

Ainsi, les résultats révèlent un niveau de pollution très élevé dans le milieu surtout en ce qui concerne les coliformes totaux, les coliformes fécaux/Escherichia coli et les streptocoques fécaux. Parallèlement, la variation des paramètres physico-chimiques montre clairement l'influence des activités anthropiques sur le milieu, surtout dans le cas des paramètres comme le phosphate et l'azote ammoniacal qui présentent respectivement des concentrations 25 et 9 fois plus élevé que la normale.

Si la pratique de la pêche en soi au niveau de la commune n'affecte pas la disponibilité des ressources halieutiques en raison de l'utilisation des équipements (embarcations et engins de pêche) très peu sophistiqués, la mauvaise gestion de ces derniers constitue malheureusement un danger pour les occupants du milieu. En effet, certaines espèces sont victimes de la pêche fantôme à cause des filets perdus ou abandonnés et des captures à un stade prématuré de leur développement occasionnés par l'utilisation des filets de petites mailles.

De ce fait, face à ces observations, contrairement à l'hypothèse qui a été posée au départ, les résultats de cette étude montrent que la population installée sur le littoral de la commune de Cité Soleil a des impacts négatifs assez significatifs qui sont susceptibles de nuire le bon fonctionnement du milieu marin. Par conséquent, certaines mesures doivent être prises afin de réduire les influences négatives des activités anthropiques sur le milieu.

5.4. Recommandations

La littoralisation est un phénomène dont les conséquences sur le milieu marin sont multiples. Tenant compte de la non-exhaustivité de cette étude, il est un impératif de procéder à d'autres études plus spécifiques sur les changements du milieu occasionnés par la littoralisation. A cet effet, il faut :

Ø Etudier la composition chimique et microbiologique du contenu des canaux qui se déversent directement dans la mer, afin de cerner à quel niveau leurs effluents peuvent être considérés nuisibles pour le milieu marin.

Ø Etudier la concentration algale du milieu et statuer sur la possibilité d'observer un éventuel cas d'eutrophisation dans un futur relativement proche.

Ø Etudier la répartition de la pollution microbienne de plus en plus loin vers le large.

Ø Etudier le niveau de contamination des coquillages peuplant le milieu.

Ø Mener une étude visant à vérifier la manière dont la variation des paramètres physico-chimiques et microbiologiques engendrées par la littoralisation impacte l'équilibre et le bon fonctionnement de l'écosystème marin.

BIBLIOGRAPHIE

Ø Ait Mokhtar, O., 2012. Globalization : Characteristics and Impacts, Université Hassiba Benbouali, (Algérie). 25p.

Ø Alain, M., 2001. L'eutrophisation des eaux marines et saumâtres en Europe, en particulier en France. Rapport Ifremer. 64p

Ø Alexandre, B., 2005. Délimitation territoriales. Décret-loi. 7p.

Ø Angrand, Y., 2011. Influence des facteurs socio-économiques sur la production et la gestion des déchets dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Mémoire de fin d'étude, FSA de l'Université Caraïbe. 99p.

Ø Auguste, D. et Charles, T., 2010. Sciences sociales au 3e cycle. Edition Zemès, Haiti. 237p.

Ø Benoit, G. et Comeau, A., 2005. Les perspectives du Plan Bleu sur l'environnement et le développement, Edition de l'Aube. 428p.

Ø CNUCED, 2007. Étude sur les transports maritimes. Rapport du secrétariat de la Nations Unies. New York et Genève.176p.

Ø David, B. et Antoine, A.G., 2000. La mondialisation et ses effets: Revue de la littérature, Université Laval, (Québec, Canada). 109p.

Ø Eliccel, P., 2002. Etude des causes et conséquences socio-économiques de l'expansion des bidonvilles dans l'aire métropolitaine de Port-au-Prince. Mémoire de fin d'étude. CTPEA - DES. 74p.

Ø FAO, 2014. La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture ; Possibilités et défis. Département de Pêches et Aquaculture, FAO (Ed), Rome (Italie). 275p.

Ø FAO, 2012. La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture ; Département de Pêches et Aquaculture, FAO (Ed), Rome (Italie). 261p.

Ø Gilles, B., 2010, Biodiversité en environnement marin : Synthèse et recommandations en sciences environnementales et sociales. Rapport à l'Ifremer de l'expertise collective en biodiversité marine. 138p.

Ø IFREMER, 2012. Évaluation initiale des eaux marines Sous-région marine. golfe de Gascogne. France. 312p.

Ø IFREMER, 2007. Guide de prélèvement d'échantillons marins pour l'analyse physico-chimiques. 25p.

Ø IHSI, 2012. Population totale, population de 18 ans et plus ménages et densités. Recensement par estimation. 115p.

Ø IHSI, 2005. Statistiques démographiques et sociales. 105p.

Ø INRA, CNRS, INSERM, 2001. Gestion des déchets. Guide pour les établissements publics d'enseignement supérieur ou de recherche. 194p.

Ø Jacques, V., 2007. La moitié de la population mondiale vit en ville. Population et sociétés. Bulletin mensuel d'information de l'institut national d'études démographiques. Numéro 435, Paris. 4p.

Ø Jean-Denis, K., 2003. Impact du tourisme sur la biodiversité marine et côtière de la Méditerranée. Projet pour la préparation d'un Plan d'Action Stratégique pour la Conservation de la Biodiversité dans la Région Méditerranéenne (PAS - BIO), PNUE/PAM/GEF. 116p.

Ø Jean-Pierre, R. et Raphaëlle, D., 2010. Biodiversité : Enjeux Nord-Sud biodiversité marine et accès aux ressources. Pêche et autres biens et services écologiques sous pression extrême. Revue tiers monde, N? 202. 14p.

Ø MARNDR, 2014. Rapport bilan agricole annuel. Damien, Haïti. 134p.

Ø MARNDR, 2010. Programme National pour le Développement de l'Aquaculture en Haïti. 18p.

Ø MARNDR, 2010. Programme National pour le Développement de la Pêche Maritime en Haïti. 28p.

Ø MARNDR, 2009. Recensement général de l'agriculture. Résultats provisoires département de l'ouest. 214p.

Ø Maya, B.J., 2009. Les aires marines protégées comme outils de conservation de la biodiversité marine : application de critères de sélection et considération de la pertinence des critères adoptés dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique. Essai en vue de l'obtention des grades de maître en écologie internationale et de maître en environnement. Faculté des Sciences, Université de Sherbrooke. Québec, Canada. 159p.

Ø MENFP, 2012. Annuaire éducatif. Résultats recensement de 2010-2011 MENFP/DPCE. 489p.

Ø Michel, D., 2003. Pression anthropique et dégradation des littoraux haïtiens : l'exemple du golfe de la Gônave. Cahiers de géographie du Québec, vol. 47, n° 130. 83p.

Ø MSPP, 2011. Rapport de la carte sanitaire du département de l'ouest. 75p.

Ø N'diaye, A., 2009. Evaluation des teneurs en coliformes par couplages avec des paramètres physico-chimiques. Cas des effluents de la STEP du périmètre de sebkha, Nouakchott. Maroc. 22p.

Ø Nelson, J.V., 2012. Module de cours de ressources halieutiques et côtières. Université Caraïbe. 25p.

Ø OCDE, 2007. Comprendre l'impact social de l'éducation. 17p.

Ø OMT, 2014. Faits saillants du tourisme. 16p.

Ø OMT, 2012. Le tourisme dans le monde. 38p.

Ø ONU, 2013. La population mondiale devrait atteindre 9,6 milliards en 2050. 7p.

Ø OPECS, 2012. Recensement générale des pêcheurs de la commune de Cité Soleil. 1p.

Ø Patrick, M., 2005. Microbiologie et Coquillages. Direction de l'environnement et de l'aménagement littoral. France. 108p

Ø Patrick M., 1988. Modifications somatiques et adaptation d'Escherichia coli en milieu marin. Thèse de doctorat. 151p

Ø Pierre Paul, J.C. et Thierry, C., 2005. Une proposition de méthodologie pour l'évaluation de la vulnérabilité du littoral: Une application sur la frange côtière Mariani-Gressier. Projet de Fin d'Etudes. La FSGA de l'Université Quisqueya. 83p.

Ø PNUD et MDE, 2009. Stratégie de Montage de l'Agence Nationale des Aires Protégées (ANAP). 55p.

Ø PNUD et MDE, 2007. Renforcement des capacités d'adaptation des communautés côtières en Haïti pour aborder les menaces de changement climatique sur les stratégies de développement durable. CIAT/ DINEPA/CNIGS/CNSA. 73p.

Ø PNUE, 2007. Symphonie des mers. Revue du PNUE, notre planète. 32p.

Ø PNUE, 1995. Programme d'action mondial pour la protection du milieu marin contre la pollution due aux activités terrestres. Washington. 66p.

Ø RSVL, 2012. Protocole d'échantillonnage de la qualité de l'eau. Nouvelle édition, Canada. 12p.

Ø Samuel, R., 2009. La vue sur mer et l'urbanisation du littoral. Approche géographique et cartographique sur la Côte d'Azur et la Riviera du Ponant. Thèse de doctorat (l'Université de Nice Sophia-Antipolis). 459p.

Ø Thibault, F. et Etienne, V., 2006. L'acidification des océans :un danger pour la biodiversité marine. 47p.

Ø Tristan, P. et Vincenzo, L., 2006. Etude sur la qualité des eaux de baignade. Rapport de synthèse. France. 38p.

Ø Veronica, M.P. et Aurore, P., Mickaël, P., Pierre, Q., 2011. Impacts de la pêche sur la biodiversité marine. CERES Biodiversité. 15p.

Ø Yamina, S., 2008. Evaluation du niveau de la pollution bactériologique chez un mollusque gastéropodes patella caerulea (Linné, 1758) dans la côte oranaise est. Mémoire de Maitrise. 134p.

Webographie

Ø http:// geoconfluence.es-lyon.fr/glossaire/ littoralisation-ou-maritimisation/ [En ligne]. [Consulté le 22 Juillet 2015]. Disponible sur World Wide Web.

Ø http:// www. Ifremer.fr/pêche/le-monde-de-la-pêche/les ressources/ou/les ecosystemes/ [En ligne]. [Consulté le 07 Octobre 2015]. Disponible sur World Wide Web.

Ø http:// www.guidevoyages.org/haiti-climat/ [En ligne]. [Consulté le 26 Octobre 2015]. Disponible sur World Wide Web.

Ø http:// www. Cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/decouv/ecosys/fonctEcosAqu.html [En ligne]. [Consulté le 23 Décembre 2015]. Disponible sur World Wide Web.

LES ANNEXES

ANNEXE I : Institutions impliquées dans la gestion des côtes en Haïti.

Ø Ministère du Tourisme et Organisations de la société civile couvrant; Association Nationale des Pêcheurs (ANP), Association Hôtelière Nationale (AHN), universités.

Mission : Développement, promotion et tourisme côtier.

Ø Cabinet du Premier Ministre avec le Comité Inter- Ministériel d'Aménagement du Territoire (CIAT)

Mission : Aménagement du territoire.

Ø Ministère de l'Economie et des Finances couvrant l'Administration Générale des Douanes.

Mission : Perception des Impôts.

Ø Ministère de l'agriculture et de ressources naturelles pour le développement rural. (MARNDR)

Mission : Application des règlements sur la pêche, formulation de politiques sur la pêche, promotion des différents types d'activités d'aquaculture, formation.

Ø Ministère de l'environnement

Mission : Formulation de Politiques sur la Gestion des Zones Côtières, la Conservation des écosystèmes côtiers, Réduction et contrôle de la dégradation du milieu marin côtier, incluant la pollution, la protection du paysage, la formation.

Ø Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications couvrant; la SEMANAH, l'APN, le BME (Bureau de l'Énergie et des Mines).

Mission : Régulations du transport maritime et réglementation de l'exploitation du sable.

Ø Ministère de la Justice et la Sécurité Publique, couvrant la PNH (Police Nationale d'Haïti) et la Garde Côtière.

Mission : Application de la loi.

Ø Ministère de la Culture et de la Communication

Mission : Protection du patrimoine naturel et historique maritime et côtier.

ANNEXE II : Les seuils limites fixées par le SEQ-EAU en 2003 pour l'eau marine.

MICROORGANISME

LIMITES SEQ EAU DANS 100 ml D'EAU

Coliformes totaux

Escherichia Coli

Streptocoque fécaux

50

20

20

500

200

200

5000

2000

2000

10000

20000

20000

INDICE DE QUALITE

Bonne qualité

 
 

Qualité acceptable

 
 
 

Qualité médiocre

 
 

Très mauvaise qualité

 
 

Qualité des eaux de baignade

LIMITES SEQ Eau

Paramètres microbiologiques

Valeur guide

Valeur impérative

Coliformes totaux /100 ml

500

10000

Coliformes thermotolérants/100 ml

100

2000

Streptocoques fécaux/100 ml

100

-

Salmonelles/1 l

-

0

Enterovirus PFU /10 l

-

0

Paramètres physico-chimiques

Valeur guide

Valeur impérative

Ph

-

6-9

Coloration

-

Pas de changement anormal de couleur

Huiles minérales (mg/l)

<=0.3

Pas de film visible à la surface de l'eau et absence d'odeur

Substances tensio-actives réagissant au bleu de méthylène mg/l

<= 0.3

Pas de mousse persistante

Phénols (mg/l C6H5OH)

<= 0.005

Aucune odeur spécifique

ANNEXE III : Paramètres et Altérations associés du SEQ-Eau

ANNEXE IV : Quelques prises de vue relatives à l'étude.

Photo 2: Appareil permettant de relever à la fois la température, la salinité et la concentration d'o2de l'eau.

Photo 1: Grosse installation d'infrastructures de stockage pétrolier.

Photo 3 : PHmètre utilisé pour mesurer le niveau d'acidité de l'eau.

Photo 4 : Kit LaMotte utilisé pour la réalisation des tests physico-chimiques de l'eau.

Photo5: GPS utilisé pour enregistrer les coordonnées géographiques des échantillons.

Photo 6: Réalisation de certaines analyses au laboratoire de la ferme piscicole Caribbean Harvest Foundation.

Photo 7 : Flacons d'échantillons d'eau de mer venant d'être analysés.

Photo 8: Habitats rencontrés majoritairement à Cité Soleil.

Photo 9 : Installation des latrines directement sur la mer.

Photo 10 : Embarcations surmontées pour la plupart des fois d'une voile.

Photo 12: Ordures et animaux observés sur les plages de Cité Soleil.

Photo 11 : Petite embarcation de pêche, nasses et filets utilisées par les pêcheurs.

Photo13: Activités de commerce au niveau du Wharf de Cité Soleil.

ANNEXE V : Recensement des pêcheurs à Cité Soleil.


ANNEXE VI : Table statistique

Valeurs critiques de la distribution du test de Chi-deux (÷2)

ANNEXE VII : FICHE D'ENQUÊTE

Commune :............................................... Localité :................................................. Date :................................................. Nom de l'enquêteur : ...................................

Noms

Prénoms

Sexe

Age

Autochtone1

Statut matrimonial

Niveau d'étude2

Enquêté(e)

 
 
 
 
 
 
 

Personnes à charges

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

1. Description du ménage

Autochtone1 : lieu de naissance et de résidence dans la localité. Niveau d'étude: kindergarten, Primaire, secondaire, professionnel, Universitaire, analphabète.

2. Description de l'Habitat

Mode de tenure2

Superficie déclarée

Type de bâtiment3

Nbrede pièces

Toit

pavé

Etat du bâtiment

Age du bâtiment

Présence de latrines

Foncier

Bâtiment

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mode de tenure: locataire, propriétaire. Type de bâtiment3 : en béton, en bois, 1 niveau, 2 niveaux.

3. Aspects économiques

Types d'activités par ordre d'importance

Revenu

Equipements utilisés

Depuis quand ?

Remarques

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

1. 2. 3. 4. Caractérisation des déchets déversés directement dans la mer

Types

Proportions estimées

Remarques

Déchets biodégradables

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Déchets non biodégradables

 
 
 
 
 
 
 
 
 

5. La pêche

IDENTIFICATION PECHEUR NO .....................

Nom

Prénom

Sexe

Age

Autochtone1

Statut matrimonial

Niveau d'étude2

Activités Primaires

Activités secondaires

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Membre d'une organisation ?......................................

Nom de l'organisation :...............................................................................................................

Pêcheur depuis quand ?

Moyen de conservation

 

Lieu de Vente

 

Revenu journalier

 

Avoir reçu une formation  appropriée?

 

Capture et effort

 

Type de bateau

 
 

Espèces soupçonnées disparue ?

 

Engin de capture

 

Nombre de pêcheur à bord

 

Gestion des rejets de pêche ?

 

Nombre des marées par jour

 

Durée des marées

 

Gestion des matériels de pêche inutilisable ?

 

Nombre de jours de pêche par semaine

 

Espèces pêchées

 

 

Système de contrôle étatique lié à la pratique de la pêche ?

 
 
 
 
 
 

 

 

1- Depuis combien de temps vous vivez sur le littoral ?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

2- Qu'est-ce qui vous a poussé à vous installer sur le littoral ?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

3- En quoi la côte est-elle pour vous un atout ?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

4- Avez-vous déjà tenu compte de l'impact que vous pouvez avoir sur le milieu marin en vous installant sur la côte ?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

5- Remarquez-vous des changements au niveau du milieu marin depuis votre installation ?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

6- Quelles sont les activités qui, d'après vous, génèrent plus de déchets ?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

7- Existe-il un système de contrôle lié à la gestion des côtes dans la commune ?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

8- Quelles sont les activités menées par les habitants de la commune qui ont un rapport directement à la mer ou à la côte ?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------