WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse sectorielle et diagnostic interne d'une entreprise


par Mohammed Benali
Université Via Domitia Perpignan - MASTER 2 en Economie et Management 2006
  

précédent sommaire suivant

Section 3 : État de la concurrence au sein du secteur de la céramique sanitaire

Le secteur du la céramique sanitaire connaît une croissance progressive suite à la prospérité du secteur du bâtiment. Comme résultat le secteur attire de nouveaux entrants, qui veulent profiter des opportunités offertes. Nous constatons aussi, que les concurrents établis renforcent leurs positions au sein du secteur par des nouveaux investissements. Ce qui impose à CERAMIT de se préparer à une forte concurrence dans le moyen et le long terme.

Il y a cinq entreprises au niveau national qui produisent la céramique sanitaire :

1. CERAMIT, Chlef.

2. CERAMIG, Tlemcen.

3. GSG, Chlef.

4. EL MOUSTAKBAL, Sétif.

5. ECS, Constantine.

CERAMIG fait partie du même groupe ECO. Mais elle est considérée comme concurrent de CERAMIT, car toutes les filiales du groupe ECO ont une gronde autonomie en question de la gestion des ressources financières et des stratégies qui les adoptent.

D'après le travail qu'on a mené au sein du secteur, on a constaté qu'il y a un manque des informations sur l'ensemble du secteur. Même, il n'y a pas des études menés par les des organismes soit étatiques ou privés. Ce qui nous oriente vers les responsables comme sources des informations, et les résultats dans ce cas seront relatives.

Ø Après plusieurs entretiens avec les responsables à CERAMIT, la conclusion est que l'entreprise est en bonne position par apport aux autres concurrents pour les raisons suivantes :

Ø L'entreprise est la plus ancienne au sein du secteur.

Ø L'entreprise a investie dans de nouvel équipement de production.

Ø L'entreprise produise la meilleure qualité sur le marché.

Ø L'entreprise se concentre beaucoup sur la qualité du travail par le biais de la formation continue des employés.

Ø L'entreprise a adopté dès 2003 un management de la qualité très élaboré.

Ø La majorité des concurrents sont des nouveaux entrants, dont ils sont entraine de chercher de s'installer au sein du secteur.

Ø les responsables de l'entreprise ont beaucoup de confiance pour envers l'avenir, et veulent que l'entreprise deviendra le leader du secteur.

Suite à plusieurs rencontres avec le du management de la qualité, il dise que l'entreprise joue sur un double objectif « coût/qualité ». Le travail permanent sur la réduction des coûts et l'amélioration continue de la qualité des produits.

Le remarquable c'est que la stratégie de l'entreprise est implicite, car il n'y a pas document écrit ou proclamé du côté de la direction générale pour arriver à ces buts.

Il y a un travail pour la réduction des coûts et l'amélioration de la qualité des produits. Il y a des opérations d'externalisation en avenir, par exemple : le transport des employés et des matières premières, la distribution des produits finis. Ces décisions stratégiques sont importantes et expriment les grandes lignes de la stratégie de l'entreprise.

Ce qui manque c'est l'élaboration d'une stratégie précise qui cadre tout ce travail, pour que l'entreprise aille droit vers les objectifs fixés à travers une démarche stratégique organisée.

précédent sommaire suivant