WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le Parti communiste français (PCF) et l'alternance

( Télécharger le fichier original )
par Joël THALINEAU
Université François RABELAIS - TOURS - DEA Droit Public 1979
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

UNIVERSITÉ FRANÇOIS RABELAIS

UER DE DROIT ET SCIENCES ÉCONOMIQUES

TOURS

LE P.C.F. ET L'ALTERNANCE
Sous la Vème République

Mémoire de DEA de droit public Présenté par : 1. THALINEAU

Sous la direction de : Monsieur A. GORGUES

"Et de même que dans la vie privée, on distingue entre ce qu'un homme dit et pense de lui et ce qu'il est et fait réellement, il faut distinguer encore davantage, dans les luttes historiques, entre la phraséologie et les prétentions des parfis et leur constitution et leurs Intérêts véritables, entre ce qu'ils s'imaginent et ce qu'ils sont en réalité.

K. MARX

- Le 18 Brumaire -

"Le peuple a perdu la confiance des dirigeants ? Il n)/ a qu'a en élire un autre !"

B. BRECHT

SOMMAIRE

- Avant-propos.

- Introduction P. 1

- Première partie : L'ALTERNANCE IMPLIQUE LE MAINTIEN DE L'ETAT BOURGEOIS P. 5

· Section I L'ETAT DU C.M.E P. 5

n Section II- "L'ETAT DU CHANGEMENT" P. 10

L Briser l'Etat 7 P. 10

II. La question de la dictature du prolétariat P. 15

- Deuxième partie : L'ALTERNANCE IMPLIQUE LE MAINTIEN DE LA SOCIÉTÉ BOURGEOISE P. 21

· Section I - SOCIALISME, COMMUNISME ET ALTERNANCE
P. 22

· Section II- LE RESPECT DES FORMES ET PRATIQUES POLITIQUES BOURGEOISES
P. 27

I. Le respect des formes politiques bourgeoises P. 27

II. Le respect des pratiques politiques bourgeoises rélectoralisme P. 31

A) L'électoralisme P. 32

B) Des différents buts de l'électoralisme P. 35

- Conclusion P. 41

AVANT PROPOS

Lorsque nous avons sollicité notre Directeur d'Etudes, pour lui proposer ce sujet, nous pensions détenir déjà quelques informations. Il nous a fallu rapidement "déchanter', car de l'apparente connaissance que nous avions, à la connaissance scientifique que nous avons tenté d'aborder, il y avait un gouffre.

Préjugés, lacunes théoriques, historiques, .., etc...., constituaient notre lot. Aiguillonnés par le temps, nous nous sommes appliqués à pallier notre ignorance. L'ésotérisme de nos lectures ne nous facilitait pas la tâche.

Nous espérons que la synthèse de nos recherches ne sera pas affectée par nos carences initiales. Cette synthèse, nous l'avons voulue vivante, aussi lui avons-nous donnée, parfois, un accent polémique.

Avant d'examiner les rapports que peut entretenir le P.C.F. avec l'alternance, il convient de préciser le sens que l'on donne à celle-ci et de présenter brièvement ce parti.

On définit communément l'alternance, notion apparue récemment (1970-71) et bruyamment dans la vie politique française, comme étant la succession PACIFIQUE d'équipes différentes, voire opposées, au pouvoir. Elle exdut donc le coup d'État IhsuirecUon ou la guerre civile. Les résultats électeraia constituent son moteur. L'alternance impose-t-elle le respect de l'ex constitution sacrale, c'est-

conceine-t-elle la succession d'hommes proposant des politiques différentes mais respectant la même base sociale ? Ou au contraire l'alternance de sociétés, c'est-à-dire l'alternance des modes de production qui caractérisent chaque formation sociale ? On ne peut répondre à ces questions sans hypothéquer gravement nos développements. Réfrénons notre impatience et examinons le P.C.F. et sa doctrine.

Part marxiste-léniniste (1), a pour but fondamental, pour le commun des mortels, l'instauration d'une société communiste (2) qui historiquement doit remplacer la société capitaliste fondée sur/exploitation de l'homme par l'homme.

En effet; la société capitaliste repose sur la division de la société en dao( classes fondamentales et antagonistes : la bourgeoisie, propriétaire des moyens de production et d'échange, et la classe ouvrière dont les membres sont obligés de vendre leur face de travail pour vivre. Au cours du procès de travail, les bourgeois capitalistes extorquent une plus-value sur le travail des ouvriers producte. Les rapports de production sont déterminés par le plus fondamental d'entre eux : le rapport d'exploitebn.

(1) - Dans le préambule des statuts de 1964, il était écrit :"Le P.C.F. fonde son action sur le marxisme-léninisme ..." Dans ceux adoptés en Mai 1979, lors du XXIIIème congrès, on peut lire dans le préambule : "... le P.C.F. s'appuie sur le socialisme scientifique fondé par Marx et Engels, puis, développé par Lénine et d'autres dirigeants et théoriciens du mouvement ouvrier". Nouvelle formule littéraire où marque d'une nécessaire appréciation contingente du léninisme ? Nos développements pourront peut-être répondre.

(2) - Nous admettrons ce postulat pour le moment, mais vu le discours du P.C.F. (nouveaux statuts par exemple), ce n'est pas toujours évident. Voir développements ultérieurs.

Les communistes teillent abolk bute ffitme d'evploitatio" n, et éâblir ainsi une sodété sans classe dams »quelle le travail est souroe d'épanouissement de h? peisonne et non plus source d'aliénaeon. Cela nécessite la suppression de la propriété es* des moyens de production et d'édenge, la fin de la searation du travail manuel et du travail intellectuel, » fin de à séparation de la sodété civile et de lElat.. Cela ne peut se elle du jour au hendemain, aussi une période transitoire caractérise le passage du capitalisme au communisme. Période qui débutera par la prise du pouvoir par la classe ouvrière et ses alliés et qui connakra une lutte de classe aiguë. Pour que /a révolution puisse poser les bases de la nouve» sodée il est nécessaire de brise- l'État capitaliste dictature bourgeoise, et de lui substituer un État ptolétarien la dictature du prolétariat. Cet État prolétarien est voué au dépérissement parallèlement à la dispaneon des classes.

Même aussi grossièrement déalt apparaît que capftaligne et communisme sont exdusie l'un de l'autre. Seule la période transitoire du capitalisme au communisme peut voir subsister des éléments du premier jusqu'à complète dispatition, et se développer des éléments du second jusqu'à complète "mortopoketion". Un pouvoir bourgeois peut-il succéder à un pouvoir prolétarien ? Te/ apparais le contenu de l'alternance que nous envisageons id.

Le P.CF. développe actuellement une stratégie pacifique de passage au socialisme : la démoaatie avancée ou la "démocratie jusqu'au boue' (3). Le pilier de cette stratégie, c'est l'union de la gaude, c'est-à-cire l'union des socialistes et des communistes autour d'un programme commun, que le P.C.F. proposait dès 1959 (4) et qui a été adopté en 1972 (5). Dès la signature de cette alliance, la dmitea v u une menace sérieuse à son pouvoir; et e agité devant l'électorat la menace ; qua-- permanente à l'égard du P.C.F. ; du non-respect de la démocratie par ce parti et pareulièrement sa non acceptation de rendre » pouvok É d'atenture ll le gagnait puis le permit

(3) - Manifeste du Comité Central du 5-6 décembre 1968 "Pour une démocratie avancée, pour uni: France socialiste". Supplément au bulletin de propagande n 7 - Novembre - Décembre 1968.

(4) - Thèses adoptées au XVème congrès du P.C.F. du 24 au 28 Juin 1959. Supplément au bulletin de propagande n°23 - Mai-Juin 1959 p.30 : "L'union que nous préconisons devrait être fondée sur un programme de rénovation démocratique et nationale, discuté et accepté par tous".

(5) - Programme commun de gouvernement du P.C.F. et du P.S.

Éd. Soc. - 1972.

Le P.CF., sétantjetéà caps peser dans la bataille du programme commun, s'est empressé de démentir ces propos, cgii portaient atteint' » à l'image de marge ce désirait mon&er. Cest ainsi qu'il a reconnu et accepté k pn»dpe de Paltemance (6). D'aucuns trouveront à cette reconnaissance, un parfumélectoralisle, rappelons-leur que deux rois déjà k P.C.F a soutenu ou participé au pouvoir (1936 -1945), sans que le retour de ce dernier à la droite ou à une autre majore fasse problème. Donc implicitement, le prindpe était c reconnu puisqu'il avait été appliqué,

Cependant que cette reconnaissance date de 1936, 1945 ou d'aujourd'hui, cela importe peu sur le fond du problème qui nous préoccupe. L'alternance est-elle compatible avec la théorie marxiste- léniniste, donc a priori avec son application dans le projet du P.C.F. ? En effe4 si ce dernier est "conffirme"à la théorie de Marie Engels et Lénine, on peut se demander si communisme et capitalisme peuvent se succéder ainsi; alors qu'ils reposent sur des principes inconaliables. L'alternance de sodétés peut-elle être envisageable pour un mare-léniniste ? Cela egniferait que l'on puisse passer sans problème de l'état de non État a celui dÉtat capitaliste.

.9 cela n'est pas possible, l'alternance de sociétés, peut-elle concerner le communisme dans sa première phase, c'est-à-dire k communisme en construction sur les mires du capitalisme, et ce dernier ? Est-ce que l'État prolétarien peut céder la place à l'État capitaliste après lui avoir prise ?

Si cela n'est pas envisageable, l'alternance reconnue et acceptée par les communistes ne peut- être que l'alternance des hommes. Alors il importe de savoir dans quelle sociétéaura lieu cette alternance ? Capitaliste ? Communiste ? Cest-à-dire avec un État bourgeois ou avec un État prolétarien ? Quel que soit le lieu de cette alternance, apparat qu7l devra être le cadre dans lequel, tour à tour, domineront les inters de a bourgeoisie et ceLey de la dame ouvrière. S cela obit produire dans la sociéW

capitaliste, cela signifie que l'Etat bourgeois' 'servira" aussi bien les keret s' de classe de la bourgeoisie que cetcr du prolétariat La rédproque ne peut-être totalement vraie. En effet dans la sodété communiste, il ny a plus de classe donc plus d'État puisque les marxistes ont démontré que l'existence de l'État était consubstantielle de celle des dames et de leurs luttes.

( 6 ) - Voir notamment G. MARCHAIS à "Armes Égales" émission télévisée le 21.9.1971. Voir aussi le "Défi démocratique" G. MARCHAIS p.116 - GRASSET 1973

Dès lors l'alternance des hommes ne pourrait se faire que dans la première phase du communisme, là où sont en lutte le communisme naissant et le capitalisme agonisant, c'est-à- dire /a dictature du prolétariat. Donc la réciproque ne pourrait jouer que dans cette période, dans le cadre de l'État prolétarien.

On constate que l'essentiel du problème tourne autour du caractère successible ou non des deux sociétés, centré sur la question de l'État.

Selon nous, la théorie marxiste-léniniste ne permet ni l'alternance de sociétés car contraire au matérialisme historique, ni l'alternance d'équipes bourgeoise et prolétarienne dans une société déterminée car cela conduit à une conception non située de l'État.

Nous démontrerons que l'alternance implique que l'État peut "servir" indistinctement les intérêts de la classe ouvrière et ceux de la bourgeoisie. Or cette affirmation est en contradiction avec la conception marxiste de l'État. Nous verrons alors que l'État de la transformation sociale dans le projet communiste n'est rien d'autre que l'État bourgeois. (1 ère partie). Avec un tel État, on ne peut construire la société sans classe, dès lors accepter l'alternance c'est respecter les formes et pratiques politiques bourgeoises (2ème partie).

sommaire suivant






La Quadrature du Net